Printer Friendly

Victimes des expulsions d'Algerie.

Accorder au dossier la priorite qu'il merite

Un appel a ete lance, jeudi a Rabat, pour accorder au dossier des quelque 45.000 Marocains, expulses en 1975 d'Algerie, la priorite qu'il merite et ce dans l'objectif de leur permettre de recuperer leurs biens et de recouvrer leurs droits spolies.

Les victimes de ces expulsions injustes d'Algerie reclament en effet la recuperation de leurs biens, leur indemnisation pour les prejudices subis et la reouverture des frontieres entre le Maroc et l'Algerie, lit-on dans un communique conjoint distribue lors d'une conference de presse, organisee a l'initiative de la Ligue marocaine pour la defense des droits humains (LMDDH) et l'Association des Marocains expulses d'Algerie (AMEA).

Ils demandent a l'Algerie de presenter des excuses pour les violations commises a l'encontre des victimes des ces expulsions et soulignent par ailleurs la necessite pour le Maroc et l'Algerie de renoncer a la course aux armements et de consacrer leurs ressources aux projets de developpement et a l'amelioration des conditions de vie des habitants.

Le document rappelle que de nombreux enfants et vieillards figuraient parmi les victimes de ces expulsions, intervenues un jour d'Al Aid Al Adha. Il indique avec regret que ce dossier est completement oublie par les responsables marocains, qui ne lui accordent pas l'interet qu'il merite.

Selon les organisateurs, les gouvernements qui se sont succede jusqu'a present au Maroc devaient accorder un meilleur traitement a ce dossier pour denoncer les violations commises a l'encontre des Marocains de la part des autorites algeriennes et intervenir aupres des institutions et organisations onusiennes pour l'adoption de resolutions contraignantes vis-a-vis de l'Algerie et visant a rendre justice aux Marocains victimes des expulsions de la part des autorites de ce pays voisin.

Le Maroc est appele aujourd'hui a prendre les mesures necessaires pour leur rendre justice. Pour ce faire, ajoute le document, la diplomatie marocaine doit inscrire cette question parmi les dossiers prioritaires en suspens entre le Maroc et l'Algerie en usant de tous les canaux diplomatiques possibles et en s'appuyant sur les instruments et conventions internationales relatives aux droits de l'homme, au lieu de se contenter des mecanismes de dialogue bilateral, qui obeit aux equilibres politiques.

En 1975, rappelle-t-on, l'Algerie avait expulse sans preavis 45.000 Marocains vivant sur son sol, laissant derriere eux leurs biens et leur patrimoine materiel et immateriel. Pour enfoncer encore le clou dans la plaie, les autorites algeriennes avaient pris en 2010, la decision injuste d'annexer les biens immobiliers de ces Marocains au domaine public de l'Etat algerien.

A l'issue de ces expulsions, la commission consulaire et sociale maroco-algerienne avait tenu deux reunions en 2003 et 2004 pour rechercher vainement une solution a ce drame humain, qui n'a trop dure.

Copyright Casanet 2012. All rights reserved.

Provided by Syndigate.info an Albawaba.com company
COPYRIGHT 2013 Al Bawaba (Middle East) Ltd.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2013 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Al Bayane (Al Dar Al Bayda', Morocco)
Date:Jan 4, 2013
Words:461
Previous Article:Developpement regional a promouvoir dans les provinces du Sud.
Next Article:Les [beaucoup moins que]antennes[beaucoup plus grand que] d'AQMI.

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2018 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters