Printer Friendly

Valentina Napolitano, Migrations, Mujercitas and Medicine Men. Living in Urban Mexico.

Valentina NAPOLITANO, Migrations, Mujercitas and Medicine Men. Living in Urban Mexico. Berkeley, University of California Press, 2002, 240 p., bibliogr., index.

Depuis le milieu du siecle dernier, l'urbanisation intense au Mexique a transforme l'image du pays. Si la ville de Mexico constitue un exemple evident de ce processus, sa croissance ralentit au profit d'autres villes plus modestes.

Valentina Napolitano, dans cette ethnographie, cherche a rendre compte du processus d'appropriation de l'espace urbain par les residents des villes, migrants recents ou descendants de migrants. En se basant sur une longue experience de terrain (presque trois ans), elle nous presente un quartier populaire (<< colonia popular >>, c'est-a-dire un quartier ouvrier a revenu modeste) de Guadalajara, la seconde ville du Mexique. Privilegiant les entrevues informelles, l'auteure renouvelle le genre de l'ethnographie urbaine au Mexique en portant une attention marquee a la construction du sujet urbain dans la vie quotidienne. Sa demarche consiste a construire un cadre theorique ancre dans ses donnees : les << prismes d'appartenance >>. Ces prismes renvoient aux domaines somatiques, cognitifs et affectifs de la vie dans le quartier. Ces prismes d'appartenance proposent ainsi une autre reflexion sur les modernites vernaculaires, reflexion qui se base sur l'etude d'un espace incorpore : le quartier.

Les themes abordes sont les discours religieux, le pluralisme medical et les negociations de genre. L'etude des groupes catholiques qui se reunissent dans le quartier (Comunidades Eclesiales de Base) permet de presenter la modernisation du discours d'evangelisation et les tensions que provoque cette modernisation. Les choix de traitement des maux et de la souffrance et le recours a des pratiques medicales institutionnelles ou alternatives constituent une autre perspective sur ce << projet de modernite >>. Enfin, le troisieme theme est plus particulierement developpe, a travers le rituel de la quinceanera (celebration autour du 15e anniversaire) et les negociations de genre chez de jeunes femmes, associees au passage a l'age adulte.

Living in Urban Mexico interprete de facon tres convaincante les dynamiques centrales qui constituent la trame de la vie urbaine dans ces quartiers du Mexique contemporain. Lorsqu'il est necessaire, des discussions presentent le contexte historique et politique national, ce qui permet de mettre en perspective les evolutions de ce quartier de Guadalajara. D'autre part, les themes choisis permettent de mesurer les enjeux de l'experience d'installation dans ces centres urbains. Le lien entre les themes est clairement percu, mais c'est la derniere partie, qui traite des questions de genre, qui eclaire a mon avis la totalite de l'entreprise. Celle-ci constitue une lecture passionnante.

Si cette ethnographie remplit son objectif de rester une construction ouverte sur ces narrations de l'ordinaire et du quotidien, on peut trouver que l'ecriture dense tend parfois a etouffer les voix de l'ouvrage. Le cadre theorique justifie et mis a l'oeuvre le long du livre permet de suivre avec aisance la demonstration de l'auteure, mais a tendance a alourdir le texte. Cependant, les differentes pistes developpees se rejoignent au cours du livre, et l'auteure laisse plus de place vers les derniers chapitres a la presentation de ses interlocutrices. Cela confere une bonne illustration de son propos, ce qui permet de mieux saisir les liens presentes entre incorporation, espace et modernite. L'ouvrage de Valentina Napolitano offre ainsi une ethnographie originale et stimulante sur la vie contemporaine dans les centres urbains d'Amerique latine.

Aurelie Hot (aurelie.hot.1@ulaval.ca)

Departement d'Anthropologie

Universite Laval

Quebec (Quebec) G1K 7P4

Canada
COPYRIGHT 2005 Universite Laval
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2005 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:Hot, Aurelie
Publication:Anthropologie et Societes
Article Type:Book review
Date:Sep 1, 2005
Words:603
Previous Article:Ida Simon-Barouh, Saur Duong Phuoc, une Cambodgienne nommee Bonheur.
Next Article:Bernard Cherubini, Interculturalite et creolisation en Guyane francaise.
Topics:

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters