Printer Friendly

VIH/sida: de nouvelles pistes pour faciliter la vie des patients et la prevention.

Moins de comprimes pour traiter le VIH, un implant efficace un an pour eviter une contamination... La conference scientifique sur le sida (IAS) qui s'acheve mercredi a Mexico a ete l'occasion de presenter plusieurs ameliorations pour la vie des patients et la prevention chez les personnes a risque.

Bientot un implant anti-VIH efficace un an?

Depuis quelques annees, la notion de traitement preventif, ou prophylaxie pre-exposition (PrEP), a revolutionne la prevention contre le virus du sida.Proposee aux populations a risque (homosexuels ayant des rapports non proteges, prostitue(e)s...), la prise d'un medicament antiretroviral pour eviter d'etre contamine a prouve son efficacite mais reste contraignante.

L'approche d'une PrEP "a la demande", ou l'on prend le traitement non pas en continu mais avant chaque rapport a risque, est desormais integree comme une "option" dans les recommandations de l'OMS. L'etude ANRS Prevenir, presentee a Mexico par le Pr Jean-Michel Molina, pionnier de la PrEP, confirme l'efficacite et la tolerance "tres satisfaisante" des deux methodes. A l'avenir, on pourra peut-etre meme obtenir le meme resultat grace a un implant a "action prolongee". Le premier essai chez l'homme, qualifie par l'IAS de "preliminaire mais prometteur", a etabli apres 12 semaines d'utilisation qu'il etait bien tolere et qu'il delivrait la dose prevue de medicament. Selon son auteur, chercheur pour le laboratoire americain Merck & Co, l'implant pourrait continuer a diffuser une dose suffisante pendant "au moins un an". De nouvelles etudes devront etre realisees pour montrer si cet implant offre bien le meme niveau de protection contre le VIH que la prise orale de medicament.

La conference a aussi ete l'occasion de confirmer l'acceptation et l'efficacite de la PrEP par anneau intravaginal qui diffuse un medicament antiretroviral, le dapivirine, pendant un mois. "On est en train de creer de nouveaux outils qui s'adaptent aux realites vecues par les populations", a salue Anton Pozniak, president de l'IAS. Si elle n'est pas pour demain, la perspective d'un vaccin progresse aussi. Un essai clinique de phase II mene au Kenya, au Rwanda et aux Etats-Unis a montre la bonne tolerance d'un de ces candidats-vaccins, developpe par Janssen (groupe Johnson & Johnson). Cela ouvre la voie a un essai de phase III, portant cette fois sur son efficacite.

Des comprimes un jour sur deux?

De nombreux projets cherchent aussi a alleger le quotidien des patients seropositifs et a reduire le cout de leur traitement tout en maintenant le virus en sommeil.

Les injections d'antiretroviraux devraient ainsi permettre des 2020 de remplacer les comprimes quotidiens par une piqure toutes les semaines.

Une autre piste presentee a l'IAS consiste a ne pas prendre la tritherapie tous les jours mais un jour sur deux, voire moins.

L'etude francaise Quatuor menee par l'Agence nationale de recherche contre le sida (ANRS), devoilee mercredi a Mexico, conclut ainsi que la prise de comprimes quatre jours sur sept permet de conserver le meme niveau d'efficacite.

La reduction de la "charge medicamenteuse" des personnes porteuses du VIH pourrait aussi passer par le passage a deux molecules (bitherapie) plutot que trois, selon deux etudes egalement presentees mercredi.

De nouvelles donnees rassurantes sur un medicament innovant

De nouvelles donnees ont ete presentees concernant l'utilisation de l'antiretroviral dolutegravir (DTG) chez les femmes enceintes et en age de procreer. Ce medicament, commercialise par ViiV Healthcare (groupe GSK) sous le nom Tivicay et sous formes generiques, etait sur la sellette depuis l'an dernier apres la publication d'une etude au Botswana mettant en evidence des risques de malformations du cerveau et de la moE1/2lle epiniere chez les enfants de femmes traitees avec cette molecule. Ces resultats avaient provoque un dilemme car le DTG est l'un des meilleurs traitements contre le VIH actuellement sur le marche, plus efficace et plus simple a utiliser que d'autres medicaments, provoquant moins d'effets secondaires et moins susceptible d'entrainer le developpement de resistances.

Les etudes complementaires presentees cette semaine tendent a montrer que le risque de malformations est finalement "moins eleve que signale l'an dernier", note l'IAS.

Sur cette base, l'OMS "recommande fortement le dolutegravir comme choix de traitement prefere contre le VIH", y compris chez les femmes en age de procreer, "en raison des enormes benefices qu'il apporte". L'organisme international souligne dans le meme temps l'importance d'informer les femmes des risques et de leur donner acces aux services de planification familiale.

[c] 2019 Sud-Horizons Provided by SyndiGate Media Inc. ( Syndigate.info ).
COPYRIGHT 2019 SyndiGate Media Inc.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2019 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Horizons (Algiers, Algeria)
Date:Jul 24, 2019
Words:723
Previous Article:Crise politique: Taleb Ibrahimi affirme son attachement au dialogue.
Next Article:L'economiste, Youcef Benabdallah: l'Algerie s'est marginalisee du processus de mondialisation.
Topics:

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2021 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters