Printer Friendly

University Research and Regional Innovation. A Spatial Econometric Analysis of Academic Technology Transfers. (Reviews/Comptes Rendus).

University Research and Regional Innovation. A Spatial Econometric Analysis of Academic Technology Transfers. Attila Varga. Boston, MA: Kluwer Academic Publishers 1998, 152 p. ISBN 079238248x, US $100.00.

La question du developpement economique regional est frequemment abordee en reference a la presence d'acteurs fortement impliques dans des activities scientifiques et technologiques les entreprises, les institutions d'enseignement .... Les relations entre les milieux academique et industriel font l'objet d'un interet marque depuis les deux dernieres decennies. Les roles legendaires de l'Universite de Stanford et du Massachessetts Institute of Technology (MIT) dans le developpement de la Silicon Valley et de la route 128 ont ete largement documentes.

L'objectif d'Attila Varga est d'examiner le transfert du savoir academique et l'impact de la recherche universitaire sur la distribution des activities de recherche et developpement (R-D) industrielles pour voir dans quelle mesure les roles joues par les institutions universitaires de certaines regions peuvent etre transferes a d'autres regions. De maniere generale, i1 est question des interactions spatiales entre l'innovation, les universites et la recherche de nature industrielle. C'est en s'appuyant sur une base de donnees relative a l'innovation et l'emploi industriel en R-D aux Etats-Unis en 1982 que l'auteur conduit une analyse spatiale ou il compare la distribution spatiale de l'innovation, de la R-D industrielle et de la recherche universitaire afin d'y deceler les effets possibles de la presence d'institutions academiques. La valeur ajoutee des donnees utilisees se traduit, d'une part, par la disponibilite d'information desagregee a l'echelle des comtes et des aires metropolitaines de recensement americains et, d'autre part, par la separation des fonctions non-routieres telles la R-D, de la production de masse de produits de haute technologie. Le lecteur pourrait s'interroger sur le fait que les donnees remontent a 1982 et que les secteurs industriels peuvent avoir evolue notamment a cause de la modification des territoires des aires metropolitaines. En considerant l'objectif premier de ''ouvrage, les donnees permettent neanmoins de relever les interactions spatiales entre l'innovation, la recherche academique et la recherche industrielle.

Par des analyses de regressions statistiques, l'auteur examine le transfert local du savoir academique a l'echelle de 43 Etats et pour 125 aires metropolitaines de recensement. A l'aide d'une approche econometrique, l'auteur utilise la fonction de production de la connaissance mise de l'avant par Griliches et Jaffe et fait ressortir des effets significatifs de la recherche sur la production d'innovation. Les effets de debordement de la connaissance (spillovers) seraient significatifs a l'interieur d'une distance de 50 milles. L'intensite des spillovers dependrait notamment de la concentration des activites economiques dans l'aire metropolitaine, mais egalement de la presence plus importante de PME que de grandes entreprises.

De maniere generale, il en resulte que l'innovation, la recherche industrielle et la recherche academique suivent des patterns spatiaux similaires dont les principales concentrations se retrouvent dans la region atlantique Nord, dans l'agglomeration de San-Francisco-San Jose, de Los Angeles et autour des Grands Lacs (Chicago et Detroit). L'auteur demontre l'importance de l'agglomeration pour les effets dus a la presence d'institutions academiques tout en soulignant la pertinence de la masse critique au sein de l'agglomeration. Les effets resultant de la presence d'institutions academiques varient dans l'espace notamment a cause d'elements tels que les differences entre les entreprises, leur taille, les traditions culturelles, les caracteristiques industrielles, la taille de l'agglomeration. L'agglomeration urbaine joue un role important notamment par le niveau de creativite et la concentration de plusieurs services et activites que l'on y retrouve.

Les analyses demontrent egalement que l'accessibilite des laboratoires de recherche prives a la recherche universitaire augmente le niveau d'activites d'innovation. Les liens observes sont concentres dans certains secteurs high-tech (codes SIC) specifiques que le lecteur retrouvera en annexe de l'ouvrage. Evidemment, les relations entre les institutions du savoir et les entreprises ne se restreignent pas qu'a ces secteurs. Aussi, existe-t-il une variete d'institutions qui se differencient quant a leurs capacites de recherche de la meme facon que les entreprises ne disposent pas toutes d'uen capacite et de ressources internes necessaires a l'absorption des resultats de la recherche. En d'autres termes, le systeme de transfert et d'echange scientifigue et technologique entre les institutions du savoir et les entreprises se voit limite aux relations universite-entreprise. Pourtat, il suffit de penser aux institutions de niveau collegial, aux laboratoires de recherche gouvernementaux et aux entreprises de faible et de moyenne intensite technologique pour comprendre que les acteurs des deux cotes de l'equation sont varies.

L'ouvrage de Varga est bien construit et dresse un portrait fort interessant sur un ensemble d'etudes ayant aborde la problematique. L'approche econometrique utilisee perment d'obtenir un survol de l'objet de recherche. Toutefois, en raison de l'approche utilisee, le lecteur demeure sur sa faim quant aux differents mecanismes a l'oeuvre, qu'il s'agisse des mecanismes favorisant les clusters ou les mecanismes de transfert. L'examen de tels mecanismes ne peut etre entierement aborde par une demarche econometrique. Cette demarche met en exergue un autre volet tout aussi tel l'analyse des effets dus a la presence de clusters et d'activites de transfert afin de saisir la facon don't l'innovation contribue au developpement economique. Une analyse plus qualitative permettrait d'approfondir notre comprehension du lien entre l'innovation, la recherche industrielle et le savoir academique.

Les relations entre acteurs sont l'occasion d'echanges et d'apprentissages au niveau des connaissances, des savoir-faire, des technologies et des individus. Ils permettent a l'entreprise d'obtenir les ressources necessaires a sa competitivite. De plus, d'importants processus informels qui ne sont pas expliques ou retenus par les statistiques de R-D prennent place lors de relations par la circulation continue des connaissances et des capacites technologiques, notamment grace aux publications, aux associations, a l'apprentissage par l'exemple et a la mobilite de personnel(Malecki 1991). Les expertises developpees lors de recherches realisees en collaboration construisent un contexte de conditions propres a une nation, a une region, voire a une entreprise et ces conditions deviennent soit un incitatif, un stimulus ou une contrainte a l'innovation (Dosi 1988). C'est par l'analyse des relations entre des acteurs academique et industriel dans le developpement de l'innovation, et de ce qui en resulte, qu'il devient possible de saisir de quelle maniere, par quels mecanismes, ces relations contribuent au dynamisme technologique d'une region.

Cela dit, University Research and Regional Innovation constitue un ouvrage de reference tant pour les professeurs que pour les etudiants qui s'interessent a la problematique des relations entre la recherche et l'innovation. Il faut neanmoins etre prudent dans la facon de penser les relations universite-entreprise et eviter que cela soit fait en fonction des caracteristiques, des besoins et des interests de quelques acteurs. Laisser pour compte certains acteurs dans les interventions gouvernementales qui s'inspirent de nombreux cas a success fait en sorte que ces memes interventions deviennent mal adaptees a la situation et limitant ainsi les synergies entre acteurs (Fiset et al 1999).

References bibliographiques

Dosi, G. 1988. "Sources, Procedures and Microeconomics Effects of Innovation". Journal of Economic Literature, 26: 1120-1171.

Fiset, L., M.-P. Ippersiel, Y. Martineau et M. Trepanier. 1999. Institution du savoir et PME. Developper des synergies. Snythese des ecrits et bilan des problemes et besoins des intervenants quebecois. Rapport presente a L'Observatoire de Developpement economique Canada, INRS-Urbanisation, p. 93.

Malecki, E.J. 1991. Technology and Economic Development: The Dynamics of Local, Regional, and National Change. United Kingdom: Longman Scientific et Technical.
COPYRIGHT 2001 Canadian Journal of Regional Science
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2001 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:Ippersiel, Marie-Pierre
Publication:Canadian Journal of Regional Science
Article Type:Book Review
Date:Jun 22, 2001
Words:1201
Previous Article:Les systemes locaux d'innovation: quelle portee pour les pays moins avances? * (Research Notes/Notes De Recherche).
Next Article:Amassing Power. J.B. Duke and the Saguenay River, 1897-1927. (Reviews/Comptes Rendus).
Topics:


Related Articles
Regional economics: survey of reading lists in universities in Canada and the United States.
The role of the university: leveraging talent, not technology.
Indiana: Land of Entrepreneurial Opportunity.
The local dimension of information spillovers: a critical review of empirical evidence in the case of innovation *. (Dialogue).
Information for book reviewers/Information a l'intention des critiques de livres.
Econometric analysis of innovation activities.
Applied evolutionary economics and economic geography; proceedings.

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2022 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters |