Printer Friendly

Tunisie -- FP et El Horra : La loi des finances est desequilibree et pleine de lacunes.

Les deputes des groupes Front populaire et El Horra ont critique le projet de loi de finances 2017 (PLF) estimant qu'il est " desequilibre et comporte plusieurs lacunes ".

Intervenant, mercredi soir, en pleniere consacree a l'examen du PLF 2017, en presence de la ministre des finances Lamia Zribi, le depute Slah Barguaoui (groupe El Horra) a souligne que la direction des impots aurait du prendre des dispositions pour appliquer la loi sur les contrebandier.

Il a en outre estime que la disposition relative a l'imposition d'une TVA (taxe a la valeur ajoutee) sur les medicaments importes, est " illegale " car la valeur ajoutee reste a la charge du consommateur final.

Dans le meme cadre, Ahmed Seddik (groupe Front populaire) s'est interroge sur le sens de cette disposition. " Comment peut-on mettre en place une obligation qui n'impose pas le consommateur final ? ", a-t-il affirme.

Il a en outre evoque l'absence de toute disposition visant a soutenir les secteurs de l'artisanat et agricole".

Pour Tarek El Ftiti (Union patriotique libre), l'imposition des medicaments importes (6%) qui sera a la charge des pharmaciens, constituera une menace pour la sante des citoyens puisqu'elle (disposition) obligera un nombre de pharmacies a ne plus vendre ces medicaments specifiques.

Le depute Mondher Belhaj Ali, a pour sa part indique que le PLF 2017 ne pourra pas resoudre la crise economique que vit le pays. Et d'ajouter qu'il faut elargir la base d'imposition, outre la maitrise de la masse salariale, seuls a meme de permettre au pays de retrouver le rythme de croissance necessaire a la sortie de crise.

Le depute Mohamed Ben Salem (groupe El Horra) a souligne dans son intervention qu'un nombre de deputes des differents blocs ont presente un nouvel article relatif a la mobilisation de ressources supplementaires (50 millions de dinars) (MD) prevus pour la Banque de solidarite (BTS), pour le secteur agricole.

Il a en outre critique l'absence de dispositions incitatives pour les petits agriculteurs estimant que les 7 et 8% du total des investissements est une marginalisation du secteur agricole et a sa capacite de creation d'emplois et de croissance.

Pour sa part, Samia Abbou (groupe democratique) a mis l'accent sur l'absence de transparence dans le PLF, s'interrogeant sur les rapports relatifs a la mobilisation de centaines de millions de dinars aux caisses de securite sociales et aux entreprises publiques qui font face a des difficultes.

" Le PLF 2017 n'est qu'une loi de finances emanant d'un gouvernement de gestion des affaires ". Ce projet, precise encore Abbou, n'a pas de vision et porte l'empreinte de lobbies.

Dans le meme cadre, le depute Ryadh Jiidan (Afek Tounes) a indique que les dispositions fiscales qui concernent les professions liberales, notamment, les medecins et les avocats ont ete prises dans l'urgence.

Copyright - AFRICAN MANAGER - 2016 - All Rights Reserved Provided by SyndiGate Media Inc. ( Syndigate.info ).

COPYRIGHT 2016 SyndiGate Media Inc.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2016 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:African Manager (French)
Date:Dec 8, 2016
Words:493
Previous Article:Libye : La liberation des pecheurs tunisiens depend du paiement des amendes.
Next Article:Tunisie -- Gabes : Non-lieu en faveur des jeunes accuses d'entrave au droit du travail au GCT.

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2020 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters