Printer Friendly

Tsujikawa, Keiko. Nerval et les limbes de l'histoire: Lecture des "Illumines.".

Tsujikawa, Keiko. Nerval et les limbes de l'histoire: Lecture des "Illumines." Geneva: Droz, 2009. Pp. 326. ISBN 2-6000-1246-X

Quels sont les grands traits de la vision nervalienne de l'histoire, et les modalites d'expression litteraires de cette vision? Dans Nerval et les lirnbes de l'histoire, Keiko Tsujikawa repond a cette question au terme d'une analyse successive des six portraits des illumines nervaliens et de l'incipit de l'oeuvre.

Ce livre merite d'abord d'etre loue pour son versant resolument "pragmatique" constitue d'une riche analyse du contexte historique faisant echo a chaque personnage, d'une explication des resonances de chaque texte avec le reste du corpus nervalien et surtout d'une etude precise de la nature et de la repartition des nombreuses et diverses citations auxquelles Nerval a recours dans la plupart de ses portraits. Avec, en annexe au commentaire litteraire et historique, un tableau comparatif et une liste de correspondances recensant precisement ces emprunts, la rigueur de l'etude menee par Tsujikawa n'a rien a envier aux multiples exercices d'erudition que l'on peut trouver sur le corpus nervalien.

A la difference, cependant, du courant purement "archeologique" de la critique nervalienne, l'auteur de Nerval et les limbes de l'histoire investit toutes ses observations factuelles d'une dimension theorique et se fonde sur ses decouvertes textuelles pour affirmer, contre une certaine doxa, le caractere profondement contestataire des Illumines.

Cette contestation, ou "opposition," du texte nervalien porte d'abord sur les normes etablies de l'ecriture de l'histoire et de la litterature au xixe siecle. C'est ce que l'on comprend a la lecture de l'etude systematique que mene Tsujikawa sur les multiples emprunts faits par Nerval a plusieurs illumines (en particulier Restif de La Bretonne, Jacques Cazotte et Quintus Aucler), une pratique stylistique qu'elle relie: d'une part a la conception que se fait l'auteur de la litterature comme "communaute," d'autre part a sa tendance a l'identification hallucinee avec les protagonistes de ses recits, et enfin a sa croyance en une lignee genealogique defils du feu qui communiqueraient sur un mode quasi-telepathique a travers les ages. Au moyen d'une ecriture "citationnelle" inspiree par ces raisons convergentes, Nerval va a l'encontre de l'ideologie de l'attribution litteraire qui se developpe au milieu du xixe siecle. A un niveau plus abstrait, c'est alors le principe meme d'identite ou de non-contradiction, crucial pour la metaphysique et les differentes formes du dogmatisme rationnel, qui se trouve soudainement ebranle par l'ambiguite du narrateur nervalien.

Le traitement de la folie dans Les Illumines exprime egalement une double rebellion contre la rationalite et l'esprit du temps en general. Au milieu du courant realiste naissant, et face a son traitement scientifique de la demence inspire par la physiognomonie de Lavater, Nerval se demarque en effet de ses contemporains par une approche poetique des phenomenes d'alienation. D'autre part, son empathie vis-a-vis des fous, par la remise en question des frontieres de la raison et de la sante d'esprit qu'elle provoque, n'est pas non plus denuee d'effets perturbateurs sur les frontieres bien etablies du raisonnable.

Ces specificites propres a l'ecriture nervalienne de l'histoire recouvrent et autorisent une nouvelle conception du temps historique et de sa progression. Tsujikawa montre a cet egard a quel point la forme biographique adoptee dans Les Illumines vient repondre a la croyance de l'auteur dans le role moteur des singularites au sein des grands changements historiques. Nerval ne considere certes pas que l'individu ait a lui seul le pouvoir de "faire l'histoire" en son temps. Mais il est convaincu que sur la longue duree, le flambeau de la rebellion transmis par de rares personnalites inspirees et retives a l'ordre, finit par provoquer la ruine des instances tyranniques.

Nerval et les limbes de l'histoire fait donc un sort au prejuge selon lequel Nerval n'aurait ete dans ses ecrits qu'un nostalgique de la monarchie de l'Ancien Regime et un contempteur de la Revolution francaise, en montrant que "la Revolution, si elle est par lui critiquee dans ses abus ou ses deviances, n'est pas pour autant completement rejetee: elle serait plutot differee, repoussee dans un avenir plus eclaire, mais fidele aux promesses de ses 'precurseurs'" (Tsujikawa 207).

Ce terme de "precurseur" est par ailleurs particulierement important dans le cadre de l'etude realisee par Tsujikawa car celle-ci s'attache a ne plus simplement considerer le sous titre des Illumines--"ou lesprecurseurs du socialisme"--comme une anticipation de Nerval sur un hypothetique second volume a venir, dont le contenu aurait quant a lui correspondu fidelement a la description faite par ce sous-titre--soit l'explication traditionnellement avancee par la critique. Desormais, l'element qui n'a cesse de derouter et chagriner lecteurs et critiques, est envisage comme une formule dont le decalage a ete parfaitement compris et voulu par son auteur, qui aurait justement recherche le caractere "oppositionnel" d'une telle dissonance.

Il n'y avait pas de sens, pour Nerval, a inclure dans cette oeuvre des figures comme Lamennais, Mickiewicz, Towianski, ou Pierre Leroux (sur lesquels il avait ecrit dans "Les Prophetes rouges"), si le critere presidant au choix des portraits etait, comme le soutient Tsujikawa, celui d'etablir des influences mystiques et intellectuelles qui n'avaient jamais ete relevees jusqu'alors, et dont les acteurs, en depit d'un eloignement temporel apparemment infranchissable entre eux, s'etaient averes communiquer malgre tout, et oeuvrer en commun au renouveau spirituel des societes. C'est affirmer, une fois de plus, que l'auteur des Illumines comprend le fonctionnement de l'histoire d'une facon tres novatrice, basee sur l'idee d'un "temps limbique," ou les idees refont surface, apres de longs intervalles de gestation, avec une force surprenante.

Faisons ici entorse a ce temps nervalien pour recommander des maintenant les analyses de Keiko Tsujikawa qui rendent aux illumines le statut d'ecrits complexes, perturbateurs, importants pour une pensee indisciplinee de l'histoire.

Leo Tertrain, Cornell University
COPYRIGHT 2010 University of Nebraska Press
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2010 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:Tertrain, Leo
Publication:Nineteenth-Century French Studies
Article Type:Book review
Date:Mar 22, 2010
Words:941
Previous Article:Brix, Michel, and Jean-Claude Yon. Nerval et l'opera-comique: Le dossier des Montenegrins.
Next Article:Remusat, Charles de. The Saint-Domingue Plantation; or, The Insurrection: A Drama in Five Acts.
Topics:

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2020 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters