Printer Friendly

TESTART A., 2018, L'institution de l'esclavage. Une enquete mondiale.

TESTART A., 2018, L'institution de l'esclavage. Une enquete mondiale. Paris, Gallimard, coll. Bibliotheque des sciences humaines, 384 p. (Simon Lavoie)

L'esclavage est licite et courant dans le monde precolonial. Il se rencontre au sein des aires africaine, orientale, asiatique, sud-est asiatique et americaine, et ce, jusqu'au XXe siecle dans certains cas. Ses nombreuses formes visent l'ostentation de la richesse plutot que sa seule acquisition : gardes du corps, concubines, offrandes sacrificielles, domestiques, armees de masse ou corps d'elite. Loin d'etre limitee aux prisonniers de guerre, la pratique s'applique aux membres d'un meme groupe: reduction en esclavage du debiteur, vente de sa femme, de ses enfants, voire de soi pour cause de dette contractee volontairement ou non. Les societes n'ayant pas pratique l'esclavage semblent inferieures en nombre a leur vis-a-vis qui l'ont pratique; <<on compte sur les doigts d'une main les regions qui en ont ete exemptes>>, ecrit Testart (p. 17). La mise en lumiere de cette immense etendue de l'esclavage marque le renouveau des etudes dont il fait l'objet depuis le milieu des annees 1970; renouveau rompant avec les theses qui postulaient l'origine et la diffusion de cette pratique depuis les seuls Etats constitues et qui en reduisaient l'utilisation a la seule visee productive. Dans cette reedition augmentee de L'esclave, la dette et le pouvoir... (2001), Alain Testart (1945-2013) approfondit les apports de ce renouveau avec l'ambition de decouvrir, dans l'esclavage, un fonds de pratiques ancien et massif qui aurait sous-tendu et favorise l'organisation du pouvoir politique en royautes et en Etats despotiques.

La formulation d'une definition generale de l'esclavage est de premiere importance. Testart y parvient en s'appuyant sur le raisonnement juridique, dont il vante les vertus de rigueur (chap. 1). Le statut juridique, insiste-t-il, definit mieux l'esclave que ses conditions de vie, sa provenance et ses usages. Ce statut fait sens de la diversite enregistree sur chacun de ces plans. Testart distingue l'esclavage d'une foule d'asservissements, dont la mise en gage et le travail pour dettes, qui n'impliquent pas, comme lui, de dependance extreme envers un maitre ayant droit de vie et de mort sur ses sujets, ni l'une ou l'autre de ces exclusions fondamentales : de la parente, de la cite, de la communaute des croyants ou des dons somptuaires (de type potlatch). Le statut de l'esclave est celui d'un dependant exclu de l'une de ces dimensions fondamentales de la societe dont on peut tirer profit. Le dessin des contours specifiques de l'esclavage requiert egalement une mise a distance mesuree des classifications vernaculaires par rapport a un referentiel greco-romain dont la validite interculturelle semble avoir ete trop facilement et trop longtemps admise (chap. 5 et 9).

Bien que l'esclavage externe et interne se pratiquaient au sein des societes traditionnelles et dites primitives etudiees par les anthropologues, l'un et l'autre auraient ete sous-estimes, voire gommes des ethnographies du fait d'une attention demesuree accordee a la parente et au symbolisme ou d'un attachement a considerer uniquement l'esclavage comme la globalite d'un <<mode de production>>, deplore Testart. L'esclavage interne pour cause de dette traduirait une fracture de la communaute sur laquelle se formeraient des pouvoirs etrangers aux societes oo il est impossible : pouvoirs de la richesse, du prestige, de la dependance et leur envers, la disgrace des << gens de rien >> (chap. 4). La decouverte de cette potentialite de la vente de soi en esclavage, de la force et de l'emprise du prestige lie a la richesse fait qu'<<[o]n n'en finit pas de se debarrasser du bon sauvage >> (p. 146), et de reviser, notamment, la pratique du don par la durete des relations qu'elle a pu instaurer.

L'esclavage pour dette, ses conditions d'emergence, sa repartition et les exemples de lois et de regulations s'y rapportant font l'objet du chapitre le plus volumineux (chap. 6). Suit une etude du recoupement de l'esclavage pour dette avec le prix de la fiancee, recoupement qui s'avere significatif au-dela et a travers les variations regionales et socioeconomiques (chap. 7). <<Les societes qui admettent la legitimite de la reduction en esclavage d'un de ses membres pour des raisons uniquement financieres [...]>>, ecrit Testart, <<sont situees dans des regions marquees par une nette preference pour le prix de la fiancee sans retour>> au prix de la fiancee avec retour; le retour etant celui d'une partie du paiement effectue au fiance, qui le verse, par le pere de la fiancee, qui en est le beneficiaire (p. 281). Testart reconnait a cette observation la force d'une loi, c'est-a-dire d'un <<lien necessaire entre les categories de fait>> distinguees (p. 13).

La fidelite personnelle des esclaves a leur maitre, fidelite prenant tour a tour la forme du souhait d'etre enterre avec lui pour l'accompagner dans l'au-dela ou celle de la motivation a mourir pour lui a titre de soldat ou de garde du corps, est une dimension cle de l'hypothese de Testart sur l'emergence des pouvoirs politiques centralises (chap. 8). L'adoucissement des conditions de vie et des utilisations de l'esclave en contexte despotique en comparaison avec sa durete dans les societes a centres de pouvoir disperses est une seconde loi sociologique que Testart pretend avoir decouverte. L'interdiction de l'esclavage interne et la limitation du droit de mise a mort auraient ete des voies de resolution de la tension que creaient, par rapport a la souverainete indivise du roi, la fidelite exclusive de l'esclave au maitre et le pouvoir direct et absolu du maitre sur l'esclave. Testart soutient que ce motif a l'interdiction de l'esclavage interne et a l'adoucissement de l'esclavage externe sous des regimes despotiques rend compte avec coherence de la transition de l'esclavage autochtone a l'esclavage noir au sein du Nouveau Monde ainsi que de l'interdit de reduire un croyant en esclavage tel que codifie dans les mondes chretien et musulman.

L'institution de l'esclavage ... est une precieuse illustration du projet d'embrasser les institutions constitutives des societes prehistoriques et historiques a l'aide d'un unique systeme conceptuel. A ce projet d'une sociologie evolutive generale, Alain Testart a egalement consacre un seminaire, donne au College de France (2004-2010), dont la publication en quatre volumes est en preparation. Recommande pour l'originalite et pour la robustesse de ses hypotheses, pour sa rigueur, pour son ampleur et pour son attention aux details, l'ouvrage interessera quiconque demeure convaincu que les societes dites primitives et traditionnelles sont une source d'enseignements aussi riche et complexe que meconnue sur la socialite humaine.

References

Testart A., 2001, L'esclave, la dette et le pouvoir. Etudes de sociologie comparative. Paris, Errance.

Simon Lavoie

Chercheur independant

Quebec (Quebec), Canada
COPYRIGHT 2019 Universite Laval
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2019 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:Lavoie, Simon
Publication:Anthropologie et Societes
Article Type:Book review
Date:Jan 1, 2019
Words:1185
Previous Article:GOGUEL D'ALLONDANS Thierry, 2017, Ados LGBTI. Les mondes contemporains des jeunes lesbiennes, gays, bisexuel(le)s, transgenres, intersexes.
Next Article:PERRI 6 et PAUL RICHARDS, 2017, Mary Douglas. Understanding Social Thought and Conflict.
Topics:

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters