Printer Friendly

Spain's Centuries of Crisis: 1300-1474.

Spain's Centuries of Crisis: 1300-1474, par Teofilo F. Ruiz. A History of Spain series. Oxford, Blackwell, 2007. xii, 236 pp. $89.95 US (couverture rigide).

Le volume que nous propose Teofilo Ruiz s'insere dans la prestigieuse et reputee histoire de l'Espagne que publie Blackwell depuis les annees 1960 et qui compte jusqu'a ce jour douze volumes sur un total projete de quatorze. Faisant la part belle a la periode medievale marquee par l'invasion musulmane et la Reconquete, cette serie permet d'offrir aux lecteurs des syntheses plus detaillees et plus approfondies. Tout en respectant les regles du genre qui imposent une narration de la chronologie des evenements politiques comme fil conducteur, l'auteur se doit par ailleurs d'explorer les diverses facettes de la societe, de l'economie et de la culture espagnoles du moment. Sur ce plan, il faut reconnaitre que l'ouvrage de Ruiz est quelque peu inegal. Si les complexites de la turbulente vie politique des royaumes de Castille et d'Aragon aux XIVe et XVe siecles sont exposees dans un langage clair, simple et accessible, et que la ou plutot les societes espagnoles (dualite fondamentale que l'auteur ne perd jamais de vue) apparaissent dans toute leur subtilite, on ne petit que regretter voire s'etonner du peu de place qu'occupent l'economie et la culture.

En effet, ces deux domaines auraient merite un bien meilleur sort dans un ouvrage a vocation plus generaliste. L'auteur, specialiste des questions de societe, aborde a peine le monde des villes (telles que Barcelone, Valence, Seville ou Leon) et de leurs marchands, qui sont a pres tout le moteur premier d'une economie espagnole en pleine expansion. Il neglige presque completement le developpement de l'industrie textile et tout le phenomene de la transhumance, ainsi que l'ouverture sur les marches d'Europe du Nord (Flandres et Angleterre) et l'influx de capitaux italiens -principalement genois- qui en ont decoule. Sur le plan culturel, Ruiz va rarement au-dela du simple inventaire des principaux auteurs, poetes ou historiens de l'epoque, le plus souvent lus d'un angle strictement politique. Par ailleurs, l'importance cruciale de la noblesse dans l'importation et la promotion des savoirs et des formes de la Renaissance ne ressort pas veritablement. Quant a la resplandissante cour que le roi Alphonse d'Aragon etablit a Naples au milieu du XVe siecle, lieu unique de rencontre et de dialogue des traditions italiennes, flamandes et espagnoles, elle retient a peine l'attention. La religion fait elle aussi figure de parent pauvre dans cet ouvrage. La vision qui en est donnee se reduit essentiellement a un expose des tensions, certes vives, entre communautes chretiennes, juives et musulmanes, marquees par les spectaculaires pogroms de 1391. Des aspects aussi cruciaux que le role capital de l'Eglise dans la reconquete militaire et spirituelle de la Peninsule iberique, la creation et la montee en puissance des ordres mendiants, les efforts pionniers de reforme institutionnelle de l'Eglise espagnole, ainsi que l'impact majeur de la spiritualite et de la mystique rhenanes (devotio moderna), sont a toutes fins pratiques ignores.

A n'en point douter, toute synthese est forcement selective, partielle, incomplete, puisqu'ecrite en fonction des champs d'expertise de son auteur. Il semble toutefois que celle-ci comporte certaines lacunes qui l'empechent de pouvoir pleinement pretendre a ce titre. Reste alors le recit limpide d'une ere de troubles civils quasi permanents, de rivalites factieuses incessantes et de faiblesse monarchique generalisee, qui contraste de maniere saisissante avec la force et la richesse d'une economie (re)dynamisee, d'une culture en pleine construction, et d'une identite religieuse en constante mutation et profonde remise en question, virtuellement absentes du livre de Teofilo Ruiz.

Guy Lazure

Universite de Windsor
COPYRIGHT 2008 Canadian Journal of History
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2008 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:Lazure, Guy
Publication:Canadian Journal of History
Article Type:Book review
Date:Dec 22, 2008
Words:595
Previous Article:Silence and Sign Language in Medieval Monasticism: The Cluniac Tradition c. 900-1200.
Next Article:The Daily Life during the Black Death.
Topics:


Related Articles
History of a tragedy; the expulsion of the Jews from Spain.
Renaissance Inquisitors: Dominican Inquisitors and Inquisitorial Districts in Northern Italy 1474-1527.
The World Map, 1300-1492: The Persistence of Tradition and Transformation.
Spain, 1157-1300; a partible inheritance.
Daily life in the medieval Islamic world. (reprint, 2005).
The Armenian massacres, 1894-1896; British media testimony.
The game and playe of the chesse.
Spain, 1157-1300: A Partible Inheritance.

Terms of use | Copyright © 2018 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters