Printer Friendly

Space Cowboys.

Prod.: C. E., Andrew Lazar et Tom Rooker (Malpaso / Warner / Clipsal / Mad Chance / Village Roadshow) (2000). Scenario: Ken Kaufman et Howard Klausner. Photo: Jack N. Green (Technicolor, Panavision). Musique: Clint Eastwood, Lennie Niehaus. Montage: Joel Cox. Distribution: Warner Bros. 129 mn

Interpretation: C. E. (Francis << Frank >> Corvin). Tommy Lee Jones (Colonel William << Hawk >> Hawkins). Donald Sutherland (Jerry O'Neill). James Garner (Tank Sullivan). James Cromwell (Bob Gerson). Marcia Gay Harden (Sara Holland). William Devane (Eugene Davis). Loren Dean (Ethan Glance). Courtney B. Vance (Roger Hines). Rade Serbedzija (General Vostov).

The Rookies

1958: la mission Daedalus s'apprete a envoyer les quatre premiers Americains dans l'espace: Frank Corvin, William << Hawk >> Hawkins, Jerry O'Neill et Tank Sullivan. Leur chef Bob Gerson les informe au dernier moment qu'ils sont remplaces par Mary Ann, une guenon, supposee plus obeissante. Alors que les quatre eminents pilotes d'essai sont a la retraite (Frank passe des jours heureux avec sa femme, Tank est devenu pasteur, Hawk propose des baptemes de l'air et Jerry teste des maneges de foire), la NASA vient demander de l'aide a Frank. Un satellite russe va quitter son orbite et s'ecraser sur terre. Frank accepte d'aider Gerson, desormais directeur de la NASA, a condition que la reparation soit assuree dans l'espace par lui-meme et ses trois anciens coequipiers. Arrives aupres du satellite, ils constatent avec effroi que celui-ci recele des ogives nucleaires. Les plans du systeme ont ete voles par le KGB, pendant la guerre froide dans le bureau de Gerson. Hawk, atteint d'un cancer, se sacrifie en propulsant le satellite avec lui vers la Lune.

Plus de quarante ans se sont ecoules entre le premier plan et le dernier plan de Space Cowboys, entre celui d'un ciel dechire par la montee fulgurante d'un avion de chasse et celui de la Lune accueillant pour l'Eternite un astronaute confortablement assis dont le casque reflete la Terre, la veritable merveille, dans toute sa splendeur sereine. Que s'est-il passe entre ce temps fort de la conquete enthousiaste de l'espace--la nouvelle frontiere--et le present oo l'urgence est desormais la preservation de la vie sur Terre, menacee par un effet pervers de cette conquete? Le tragique de cette situation sera enraye dans ce film aux tonalites contrastees, a la croisee des genres du film de commando et du film d'espionnage. La fiction sous-tendue par une persistance du western construit l'idee que seul le gout de l'aventure collective, peut, dans un monde de communicants et d'experts cyniques, sortir l'humanite de l'orniere de la raison d'Etat inconsequente et des interets particuliers, et la sauver de sa puissance d'autodestruction.

La premiere partie du film ressuscite une equipe de pilotes autrefois dissoute. A la dilution des principes clairs de l'activite aerospatiale americaine va s'adosser la recomposition d'une equipe desormais vieillissante de pilotes toujours fringants. La tonalite comique domine ce premier temps du film qui voit ces quatre etres, que la vie a separes, se retrouver pour composer finalement un commando, veritable miracle de fantaisie et d'efficacite. L'evidence de l'amitie qui les lie et l'humour potache dont ils font preuve sont les marques qu'ils sont encore bien vivants. L'idee de l'aventure ne les a pas quittes: il ne faut pas longtemps pour les convaincre de reprendre du service. En etant fidele a sa promesse qui concretise leur desir de voyage dans l'espace, Frank annule immediatement les rancLurs ou le temps ecoule.

Le second temps de la recomposition de l'equipage est l'entrainement physique auquel les quatre hommes doivent se plier. Leur detachement leur permet de dejouer les sarcasmes et de pallier les difficultes physiques comme techniques, pour n'accorder de l'importance qu'aux regards amoureux des femmes attendries (celui de son epouse pour Frank, celui de la jeune doctoresse qui confectionnera discretement de formidables lunettes a Jerry, celui de Sara Holland, la chef de mission, pour Hawk). Leur entree glorieuse a la Nasa se fait au ralenti sur une musique R&B. L'anachronisme est une des formes de leur non-coincidence avec le present sombre du pays. Frank et Hawk se battent comme des chiffonniers a la sortie d'un bar, Jerry continue de draguer avec une elegance merveilleusement surannee. Leur legerete par rapport au serieux de la hierarchie en fait des personnages originaux, dans tous les sens du terme.

Apres un decollage impeccable qui laisse le temps de contempler la Lune a notre equipage flanque de deux jeunes astronautes (Glance et Hines: << nos hommes >>, tels que les designe Gerson, figure de l'Etat), la tension dramatique s'intensifie. La decouverte de la realite du satellite active la tonalite angoissante du film d'espionnage. Ce qui s'annoncait comme une entreprise de routine et un acte d'amitie entre les Etats-Unis et la Russie, se revele etre une operation tres perilleuse. Ceci constitue le premier devoilement d'une realite corrompue par cette etrange collusion entre les deux Etats, complices dans la preservation d'un secret genant. Frank decrete l'impossibilite du succes de la reparation, quand Glance sort a son tour. Son obeissance aveugle aux ordres de Gerson est involontairement desastreuse: la machine se deploie (1), endommage serieusement la navette et pointe ses ogives vers les plus grandes villes americaines.

Apres le sacrifice de Hawk, au retour vers la Terre, le plan insistant sur la carlingue souffrante de la navette et le sigle des Etats- Unis rend sensible la fragilisation du present. Frank reussit son atterrissage manuel comme Hawk l'avait fait en simulation: etre fidele a sa methode est la preuve qu'il sait faire equipe, contrairement aux reproches d'individualisme qu'il subit. Au-dela du chapeau de cowboy qu'il revet, Hawk incarne une forme de persistance du western, dont la musique--la mandoline melancolique du debut sur le desert ou les cuivres pour le decollage--accompagne les envolees. Legende dans l'aeronautique americaine, sa specialite est d'etre << toujours a la limite >>: il est une figure de l'aventurier. Present du premier au dernier plan du film, traversant successivement les tonalites comique et pathetique, il se donne finalement a l'Eternite et a la contemplation apaisee de la Terre, berce par Fly me to the Moon de Frank Sinatra, chanson qui transmue alors les tonalites graves en echappee poetique. Hawk porte en lui une reelle capacite d'emerveillement pour l'inexplore, et une pensee de l'infini.

L'aventure n'est jamais terminee pour qui lie son existence aux autres et s'offre--en cedant a la loi de l'attraction--aux perils de l'amour, de l'amitie et de l'action collective.

(1) Le satellite apparait alors comme une inquietante creature qui reprendrait vie, entrainant le film a ce moment-la du cote de la science fiction.
COPYRIGHT 2010 Association Cinema Art Nouveau
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2010 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:Braud, Celine
Publication:L'Art du Cinema
Date:Mar 22, 2010
Words:1187
Previous Article:Juge coupable.
Next Article:Creance de sang.

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters