Printer Friendly

Societe liberale duplessiste.

Montreal, Presses de l'Universite de Montreal, 1994, 434 pp.

Ce livre est le deuxieme volet d'une analyse du discours duplessiste dont le premier volet avait ete publie en 1988 sous le titre Restons traditionnels et progressifs. Associes dans ce nouvel ouvrage a Jacques Beauchemin, Gilles Bourque et Jules Duchastel, professeurs au Department de sociologie de l'Universite du Quebec a Montreal, presentent a nouveau aux specialistes des sciences sociales un travail rigoureux et minutieux.

La societe liberale duplessiste reprend de facon generale la problematique et l'approche de Restons traditionnels et progressifs. Des nuances ont cependant ete apportees. Ainsi, dans le livre de 1988, le corpus analyse par les auteurs etait constitue exclusivement des discours du budget presentes par l'Union nationale. Dans le livre de 1994, les auteurs ont elargi l'eventail des sources. Le corpus est maintenant constitue des discours du trone de 1944 a 1960, des comptes rendus des debats a l'Assemblee nationale, rapportes par Le Devoir, des discours des campagnes electorales egalement presentes dans Le Devoir, sauf pour l'annee 1956 pour laquelle La Presse servit de reference (l'Union nationale boycotta en effet Le Devoir en 1956), des interventions de l'Union nationale sur la question constitutionnelle lors des conferences federales-provinciales de 1945-46, 1950, 1955 et 1957, enfin des mandements des eveques entre 1944 et 1960, en particulier les textes constituant des enonces de politique sociale. On voit donc que le duplessisme est ici considere dans une perspective plus large puisque le discours analyse deborde les seules instances de l'Union nationale.

Ces textes furent passes au crible d'un methode d'analyse de contenu par ordinateur necessitant l'utilisation du logiciel SATO -- Systeme d'analyse des textes par ordinateur --. Diverses operations sont possibles grace a ce logiciel, notamment la definition des lexiques d'occurrences -- par exemple tous les mots commencant par >>canad<< --, le reperage des co-occurrences, plus precisement la frequence du jumelage de certaines occurrences, et le reperage des concordances, c'est-a-dire quelles occurrences sont le plus systematiquement liees.

A partir de ce quadrillage serre, les auteurs ont interroge la these selon laquelle la societe canadienne-francaise sous Duplessis etait encore ideologiquement voire culturellement traditionnelle meme si elle evoluait au sein d'un Etat federal >>moderne<< et d'une economie capitaliste. Pour les auteurs, >>pour qu'une telle these tienne debout, a tout le moins sur un pied, il faudrait que l'on retrouve les traces de la dominance de la representation traditionnelle et religieuse du monde au sein du discours du personnel politique...<< (p. 325). Or, les auteurs ont systematiquement demontre >>que le discours de l'Union nationale, loin de se limiter a soutenir les conditions minimales de la societe capitaliste liberale ..., defend de facon extensive les grandes valeurs emancipatrices de la modernite<< (p. 326).

Cette conclusion a constitue un net renforcement de la reconnaissance de la place de la modernite dans la pratique discursive duplessiste par rapport au livre de 1988. Certes, en 1988, Bourque et Duchastel ont reconnu la dominance du modernisme. Mais ils ont aussi ecrit en 1988 >>que la these de la dominance du modernisme ne devrait en aucun cas conduire a nier l'importance du traditionalisme qui constitue, malgre tout, l'un des poles essentiels de la pratique discursive. Si, apres avoir decrit les aspects traditionalistes du duplessisme, nous avons de plus en plus insiste sur des aspects modernistes, on ne saurait en conclure que les premiers ne sont que de pures formes<< (p. 342). Que les auteurs aient evolue depuis 1988 au point de nuancer, dans le sens d'un renforcement du modernisme, leur conclusion, montre a l'evidence qu'on a ici affaire non pas a des ideologues enrages, comme par exemple en histoire Michael Behiels et Fernand Ouellet, mais bien a de veritables chercheurs a l'affut d'interpretations de plus en plus raffinees.

Cependant, ces conclusions, et qu'importe ici le degre de >>dominance<< que l'on accorde au modernisme, pose bien sur le probleme de la relation tradition-modernite. Ces concepts, utilises comme des ideaux-types, sont des instruments cles pour comprendre les nombreuses strategies elaborees, au XIXe siecle et au cours de la premiere moitie du XXe, par differents groupes ou individus, vivant dans differentes societes, et qui ont fait face a des contextes constamment transformes par les phenomenes d'industrialisation et d'urbanisation.

Or, l'extreme complexite de la relation tradition-modernite qui caracterise le duplessisme, comme l'ont montre Bourque-Duchastel-Beauchemin mais aussi, bien que de facon moins rigoureuse, les historiens revisionnistes des vingt dernieres annees, n'est pas unique au Quebec. D'innombrables travaux en sciences sociales portant sur les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne, le Canada anglais, ont fait ressortir le meme phenomene fondamental. D'ou l'idee que c'est le concept meme de modernisation qui, possiblement, doit etre remis en question. Une voie que les auteurs ne semblent pas encore prets a prendre.

Ils situent en effet, bien qu'avec certaines reticences, la coupure avec la societe d'Ancien Regime en 1848, reproduisant eux-memes le phenomene de la fuite en arriere qu'ils denoncent chez d'autres auteurs. Mais pour certains de ces auteurs, dont l'auteur de ce compte rendu, l'enjeu n'est pas de fuir en arriere mais plutot de refuser de penser en termes de coupures situees sur un axe evolutionniste qui est au coeur de l'idee de modernisation que l'on retrouve aussi bien dans la tradition marxiste que dans l'approche liberale ou whig.

Enfin, il s'agit la d'un debat complexe et cette derniere remarque critique n'altere en rien le fait que ce livre est sans doute l'un des ouvrages les plus importants et l'un des plus rigoureux produits par les sciences sociales canadiennes depuis longtemps. Une version anglaise de ce travail serait d'ailleurs tres eclairante si elle etait diffusee dans les milieux des sciences sociales au Canada anglais qui semblent plus que jamais patauger dans les explications stereotypees du Canada francais.

University of Alberta

Claude Couture
COPYRIGHT 1998 Canadian Journal of Sociology
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 1998 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Canadian Journal of Sociology
Article Type:Book Review
Date:Dec 22, 1998
Words:946
Previous Article:Breaking up America: advertisers and the new media world.
Next Article:Genesis of adolescent risk-taking: pathways through family, school, and peers.
Topics:

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters