Printer Friendly

SHERMAN Rina (dir.), 2018, Dans le sillage de Jean Rouch. Temoignages et essais.

SHERMAN Rina (dir.), 2018, Dans le sillage de Jean Rouch. Temoignages et essais. Paris, Editions de la FMSH, coll. Anthropologie, no.54, 356 p., illustr. (Alexandrine Boudreault-Fournier)

Que l'on soit un fidele admirateur ou un fervent critique, l'oeuvre de Jean Rouch (1917-2004) fascine toujours. Pour celebrer le centieme anniversaire de la naissance de ce cineaste et anthropologue francais, plusieurs hommages et recueils ont ete publies, dont celui dirige par Rina Sherman. Cette collection rassemble une vingtaine de chapitres, certains a saveur de temoignages personnels, d'autres de notes biographiques ou encore de conversations et d'essais theoriques sur le travail de Jean Rouch. Les contributions proviennent d'un eventail impressionnant de connaissances et amis du personnage, d'anthropologues et de cineastes provenant de differentes generations et origines (dont le Niger), d'anciens eleves et de dirigeants d'institutions sur lesquels Jean Rouch a eu une influence notoire. L'ouvrage n'est pas divise en sections; il suit plutot un ordre chronologique qui debute par des contributions biographiques et qui se termine par des temoignages jetant un regard retrospectif sur les apports de sa carriere.

Notons que Rouch a ete un personnage cle de l'africanisme et qu'il a inspire la Nouvelle Vague du cinema francais tout en participant au courant surrealiste. 11 a contribue au cinema ethnographique en developpant des concepts qui sont aujourd'hui au coeur des preoccupations en anthropologie visuelle, tels que le cinema verite ou cinema direct, le cine-transe, l'ethnofiction et, plus significativement encore, l'anthropologie partagee. Ses films Les Maitres fous (1955), Moi un Noir (1958), Chronique d'un ete (1961, co-dirige avec Edgar Morin) et Jaguar (1967), entre autres, ont influence des generations d'anthropologues et de cineastes. Il a fonde le Comite du film ethnographique (CEF) rattache au Musee de l'Homme, a Paris, oo il tenait chaque annee le Bilan du film ethnographique. Il demeura, tout au long de sa carriere, actif au sein de l'UNESCO et du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) en France.

Ce recueil nous presente Rouch comme un etre charismatique, unique et extremement passionne, <<libere des necessites du formatage commercial de l'epoque>> (Ballot, p.250), et ayant participe a la formation de plusieurs jeunes cineastes (Pianciola, Graham, Sherman). L'importance de la retroaction dans son approche participative, par exemple, encourage de jeunes anthropologues-cineastes a redefinir le processus de representation en stimulant la participation des collaborateurs dans la construction du discours narratif filmique (Nijland). Plus qu'un observateur, Rouch etait un provocateur (Sjoberg): le cinema du reel etait pour lui une experimentation jaillissant du surrealisme (Ungar). S'exprimant mieux par le cinema que par l'ecrit, il etait percu comme un <<educateur de cinema novateur>>, <<oriente vers la pratique>> (Graham, p.301).

Parmi les contributions marquantes de ce recueil, l'anthropologue Paul Stoller nous raconte le profond impact qu'ont eu les relations d'amitie que Jean Rouch a tissees dans les regions occidentales du Niger (par exemple celle avec Damoure Zika), ainsi que l'influence des aspects philosophiques des croyances songhay sur sa vision du cinema et du monde. A ce sujet, Jamie Berthe ajoute que des recherches plus poussees devraient etre menees sur la contribution des nombreux collaborateurs et collegues nigeriens de Rouch au developpement du cinema africain. En d'autres termes, Rouch ne constituait pas une force creative unique. Antoinette Tidjani Alou jette un regard critique et post-colonialiste eclairant sur le travail de Rouch en remettant en question la lecture de l'oeuvre du cineaste d'un point de vue nigerien. Tout en reconnaissant les apports de son oeuvre, Tidjani Alou developpe une critique postcoloniale du film le plus controverse de Rouch, Les Maitres fous. Les commentaires, la perspective ainsi que le discours du film, explique-t-elle, demeurent ceux d'un homme issu de la France colonisatrice (p. 100). La presence de la voix de Rouch en voix hors champ (voiceover) symbolise l'imposition de l'Europeen sur l'experience africaine.

Enfin, mon coup de coeur revient a l'entretien realise par Rina Sherman avec le realisateur quebecois Michel Brault, qui raconte la captivante rencontre des deux cineastes lors du tournage de Chronique d'un ete, le premier documentaire tourne en 16 mm avec son synchronise et qui deviendra un classique en son genre. En nous attardant a la carriere de Jean Rouch, nous posons un regard concret sur l'emergence de nouveaux courants cinematographiques provoques par le developpement de nouvelles technologies. Le son enregistre en synchronisation avec l'image a revolutionne la maniere de penser le cinema direct: plutot que de superposer la narration de l'anthropologue sur des images, le son synchronise a la camera a donne une voix aux personnages-collaborateurs.

Malgre quelques repetitions, difficiles a eviter dans ce genre de compilation, ce recueil regorge de petits bijoux qui nous font decouvrir une fois de plus ce grand cineaste-anthropologue a travers divers angles et perspectives. Pour les amoureux de Rouch, mais aussi pour les critiques de son oeuvre, cet ouvrage construit un portait du cineaste-anthropologue a la fois complexe et inspirant, tout comme il semble l'avoir ete pour ceux et celles ayant eu la chance de le cotoyer de son vivant.

Alexandrine Boudreault-Fournier

Departement d'anthropologie

Universite de Victoria, Victoria (Colombie-Britannique), Canada
COPYRIGHT 2019 Universite Laval
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2019 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:Boudreault-Fournier, Alexandrine
Publication:Anthropologie et Societes
Article Type:Book review
Date:Jan 1, 2019
Words:920
Previous Article:VARGAS-CETINA Gabriella, 2017, Beautiful Politics of Music: Trova in Yucatan.
Next Article:CAUSEY Andrew, 2017, Drawn to See: Drawing as An Ethnographic Method.
Topics:

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters