Printer Friendly

Ross a compromis de maniere irremediable la neutralite consubstantielle a sa fonction de mediateur.

L'envoye personnel du secretaire general des Nations unies pour le Sahara, Christopher Ross, a compromis de maniere irremediable la neutralite consubstantielle a sa mission onusienne de mediateur, un constat qui vient s'ajouter a une methodologie de travail qui a montre ses limites et inscrit le processus de negociations informelles dans l'enlisement. M. Ross se doit dans ces circonstances de tirer les enseignements d'une gestion non aboutie de plusieurs annees deja du dossier du Sahara, aggravee par un parti-pris caracterise et une cecite deconcertante vis-a-vis de la verite historique et de la realite sur le terrain.

La credibilite des negociations a pati de la personnalisation du processus de negociations par M. Ross, par le biais d'une vision qui s'inscrit a rebours des avancees enregistrees jusque-la, illustrees par les resolutions pertinentes du Conseil du securite et les conclusions de son predecesseur, Peter Van Walsum, pour qui "l'independance du Sahara n'est pas une option realiste".

De par ses conclusions, Van Walsum etait guide par le souci de "mettre l'accent sur le respect de la realite politique parallelement a la legalite internationale", en faisant bien savoir qu'il "refute l'idee selon laquelle la prise en compte de la realite politique constitue une concession ou encore une capitulation".

"La principale raison, disait-il, pour laquelle je trouve intolerable le statu quo est qu'il est trop aisement accepte, non pas seulement par des spectateurs non engages des pays lointains, mais aussi par les partisans inconditionnels du Front polisario, qui n'ont pas vecu eux-memes dans les camps, mais qui sont convaincus que ceux qui y vivent prefereraient y rester indefiniment au lieu d'opter pour une solution negociee en deca de l'independance totale".

Sur ce point precis, on est en droit de s'interroger pourquoi M. Ross, un diplomate de carriere passe par Alger, passe sous silence la necessite imperieuse de proceder a un recensement des populations sequestrees dans les camps de Tindouf, en depit des appels du pied de la communaute internationale et des experts en la matiere. Pourquoi n'y met-il pas la meme diligence, certains diront acharnement, lorsqu'il influe sur la teneur du dernier rapport du secretaire general sur le Sahara, clairement hostile et attentatoire aux interets du Maroc tout en dedouanant les autres parties.

En annoncant ce jeudi le retrait de sa confiance a l'envoye personnel du secretaire general de l'ONU pour le Sahara, Christopher Ross, le Maroc souhaite un redressement du processus de negociation tout en reiterant son attachement aux resolutions du Conseil de securite, en vue de parvenir a une solution politique, durable et consensuelle.

De par sa gestion et sa methode, M. Ross fait desormais partie du probleme. Une situation dont il est seul responsable, alors meme que sa mission exige une neutralite a toute epreuve en tant que mediateur d'un processus de negociation qui se tient sous l'egide des Nations Unies.

Copyright Casanet 1999. All rights reserved.

Provided by Syndigate.info an Albawaba.com company
COPYRIGHT 2012 Al Bawaba (Middle East) Ltd.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2012 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Al Bayane (Al Dar Al Bayda', Morocco)
Date:May 20, 2012
Words:481
Previous Article:Agadir/portes ouvertes de la RAMSA : Trente ans de travail assidu.
Next Article:Envolee des depenses de compensation et des salaires : Hausse de 23% des charges en interets de la dette.

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2018 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters