Printer Friendly

Rien ne va, ou presque !

Regions Eecrit par Saoudi El Amalki

Secteur du tourisme dans le Souss

Peut-on toujours avancer que le secteur du tourisme dans le Souss entrevoit des lendemains salutaires? Loin de toute tendance grincheuse, il s'avere que la situation n'est pas affirmative qu'elle peut paraitre. On a beau ecarquiller les yeux pour mieux saisir [beaucoup moins que]l'embellie[beaucoup plus grand que] que d'aucuns ne cessent d'arborer, la station balneaire d'Agadir tire encore des boulets de fer bloquants.

Certes, la douceur du ciel et la splendeur du site sont toujours la pour etreindre, a bras le corps, les visiteurs de tous bords. En fait, si le ciel et le site se donnent rendez-vous dans cette superbe baie, il n'en est pas de meme pour l'homme qui ne fait que leur fausser compagnie, des annees durant. En d'autres termes plus clairs, le traitement de ces deux donnes naturelles leur a toujours fait defaut, en depit du volontarisme dont a fait preuve la vision 2010 ou encore 2020. En effet, le plan Azur marque le pas, depuis que certains projets mettent beaucoup de temps a voir le jour ou carrement devient de leur objectif initial, cas de la station de Taghazout qui se transforme, apres une longue demission, pratiquement en aubaine immobiliere. Nombre de structures hotelieres tardent a refaire surface, en particulier les hotels Salam, Transatlantique, Hospitality et bien d'autres qui gisent, en plein centre ville, tels des hameaux abandonnees. D'autres claquent la porte a leurs personnels et se derobent de leurs engagements, comme Valtur dont le cas demeure enigmatique. A cote de toutes ces decheances, il y a lieu de soulever, une fois n'est pas coutume, le fiasco de la formule All Inclusive dont le mecanisme quasi-incommode dans une destination a vocation sociable, ne saurait etre porteur. Autrement dit, le Tout Compris s'erige en etat plutot batard, au regard aux deficiences qui caracterisent son fonctionnement dans la plupart des hotels. On relevera, non sans stupefaction, la stagnation voire le recul du volume capacitaire de la destination. Malgre l'emergence de certains hotels, nombreux sont dans un etat delabre et ne peuvent nullement pretendre satisfaire une clientele, de plus en plus, exigeante. On n'arretera pas non plus de deplorer l'exig'ite des dessertes aeriennes directes sur Agadir, en provenance des marches emetteurs de renommee mondiale, tels l'Allemagne, la Grande Bretagne, la Scandinavie-Il est bien vrai que, de temps a autre, certains Tours operateurs se rabattent sur le produit de la capitale du Souss, comme c'est le cas des compagnies norvegiennes, islandaise ou encore britannique-, sans grand effet sur la fluxion escompte, vu leur caractere passager et saccade. On aura egalement souleve, non sans amertume non plus, l'absence quasi-totale d'espaces animation, shopping, loisirs, patrimoine-Agadir est pratiquement une ville morose qui inflige le cafard au quotidien des touristes, avides de divertissement et de decouvertes. Les joyaux naturels dont regorges l'arriere-pays de la region, notamment Imouzzer, ne sont pas, malheureusement, assez valorises et amenages pour drainer les touristes [beaucoup moins que]sequestres[beaucoup plus grand que] dans des hotels [beaucoup moins que]maussades[beaucoup plus grand que] durant leur sejour. Hormis la promenade de la corniche qui peut servir de lieu de randonnees rafraichissante, a la brise caressante du matin et au scintillement chatoyant du crepuscule, nul autre espace en ville ne peut captiver les touristes, meme pas le souk traditionnel ou encore la citadelle, en depit de leur aspect original et patrimonial. Dans l'etat actuel, on ne peut alors s'attendre a des changements substantiels, car chaque operateur du secteur, evoluant dans la dispersion, se suffit a sa propre [beaucoup moins que]prestation[beaucoup plus grand que] qu'il soutient sans trop se soucier du reste. Certains trouvent leur [beaucoup moins que]passion[beaucoup plus grand que]dans le tourisme moyen-oriental, en se donnant libre aux erotismes des mille et une nuits. D'autres se contentent du peu glane, sans se casser les la tete, dans les transactions du All Inclusive batard, au profit des grands T.O etrangers. Une bonne partie exerce une certaine mainmise hegemonique sur le secteur a des fins souvent extra-touristique. Le reste, se trouvant surtout sur la troisieme ligne, endure le calvaire pour joindre les deux bouts. Il convient d'evoquer, non sans peine non plus, que le tourisme regional voire national n'est pas trop parvenu a tirer profit de la crise qui avait frappe des destinations concurrentes, particulierement, l'Egypte, la Tunisie, la Turquie, la Grece-Aujourd'hui, ces destinations rivales, notamment l'Egypte et la Tunisie, sortent progressivement du tunnel et rehabilitent fortement leur tourisme. Ou on est donc le tourisme [beaucoup moins que]citoyen[beaucoup plus grand que] dans le Souss, devant toute cette panoplie disparate? Au rythme ou vont les choses, on n'est pas cense affirmer que le tourisme constitue l'une des epines dorsales de l'economie marocaine dans l'une des destinations les plus huppees du royaume. Ni la gouvernance, ni le civisme, encore moins la strategie ne se pretent a cette epreuve vitale du developpement national qui repose, en fait, sur la trilogie: agriculture, peche et tourisme. Cependant, il faut bien dire que les acteurs touristiques, epris de volonte et de competence, existent toujours, mais preferent se retirer de la scene, en attendant des lendemains salvateurs. Il va donc falloir se mettre autour d'une table, vomir tous les maux, sans langue de bois entachee de satisfecit demesure et se ressaisir pour de bon. Marrakech, a cote, pour toujours servir de lecon!

Copyright Casanet 2014. All rights reserved. Provided by SyndiGate Media Inc. ( Syndigate.info ).
COPYRIGHT 2014 SyndiGate Media Inc.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2014 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Al Bayane (Al Dar Al Bayda', Morocco)
Date:Nov 10, 2014
Words:907
Previous Article:La CAF entre le pays successeur et le report de la competition.
Next Article:Une emission en guise de selfie.

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2020 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters