Printer Friendly

Repenser le sexe, le genre et l'orientation sexuelle.

RESUME Des travaux pionniers developpes au cours des dernieres decennies permettent de concevoir les notions de sexe, de genre et d'orientation sexuelle de facon a depasser le traditionnel modele binaire. De maniere generale, les professionnels de la sante et des services sociaux tardent toutefois a prendre acte de ce changement de paradigme qui fait une large place a la diversite humaine, et beaucoup moins a la marginalisation ou a la pathologisation des differences. Dans le present article, seront notamment presentes les travaux d'Alfred Kinsey, de Sandra Bern et d'Anne Fausto-Sterling, portant respectivement sur l'orientation sexuelle, le genre et le sexe. Il sera propose d'inclure leurs contributions (et celles de leurs successeurs) dans un modele tenant compte a la fois de la diversite et de la fluidite susceptibles d'etre presentes dans les identites et les expressions de soi relatives au sexe, au genre et a l'orientation sexuelle.

MOTS CLES identite, sexe, genre, orientation sexuelle, diversite

Pioneering work conducted over the past decades used to design sex, gender and sexual orientation in order to go beyond the traditional binary model.

In general, professionals in the health and social services, however, are a little bit slow to take note of this paradigm shift making more space for human diversity, and much less to the marginalization or pathologizing of differences. In this article, the work of Alfred Kinsey, Sandra Bern and Anne Fausto-Sterling will be especially presented, respectively on sexual orientation, gender and sex. It will be proposed to include their contributions (and also those of their successors) in a model taking into account both the diversity and the fluidity that may be present in identities and self-expressions related to sex, gender and sexual orientation.

KEYWORDS identity, sex, gender, sexual orientation, diversity

Rethinking identity

Vignettes cliniques

Nathalie, 12 ans, que ses parents decrivent comme <<tomboy>>, refuse depuis son tout jeune age de se vetir en fille, ce qui provoque un probleme a l'ecole privee oo elle entreprend son cours secondaire. On y exige en effet qu'elle porte la tenue obligatoire reservee aux filles composee d'une jupe et d'un blazer. Or, Nathalie insiste pour porter uniquement le pantalon.

Assignee garcon a la naissance, Sacha, 13 ans, affirme etre une fille et reclame d'etre ainsi consideree parses parents et par son ecole. Sacha ne considere pas pour autant etre une personne transsexuelle (1), etant deja une femme dans son esprit. L'enfant souhaiterait etre traitee sur le plan hormonal pour ne pas avoir de puberte masculine et ainsi gagner du temps avant de pouvoir, une fois adulte, entreprendre une transition de sexe.

Dominique, 15 ans, est nee intersexuee. Sur le conseil de medecins, ses parents l'ont elevee en la considerant comme une fille. A la puberte, sa physionomie se masculinise. Dominique croit que c'est la raison pour laquelle, apres avoir frequente des garcons, elle est de plus en plus attiree par les filles. Elle se demande si elle ne serait pas un garcon heterosexuel plutot qu'une fille bisexuelle.

Introduction

Chercher des reponses et des solutions aux trois situations precedentes exige de remettre en question la logique binaire selon laquelle on serait homme ou femme, masculin ou feminin, heterosexuel ou homosexuel, exclusivement, le sexe, le genre et l'orientation sexuelle etant definis par opposition de caracteristiques contraires. Les cas de Nathalie, de Sacha et de Dominique montrent en effet que les reperes identitaires 1 traditionnels ne collent pas au vecu de nombreux jeunes qui, a bon droit, aspirent a etre eux-memes.

Les professionnels de la sante et des services sociaux portent helas un lourd heritage en ce qui concerne la prise en compte de la diversite sexuelle. C'est respectivement en 1973 et 1974 que l'American Psychiatrical Association et l'American Psychological Association enleverent l'homosexualite de la liste des desordres mentaux (Bayer, 1981 ; Terry, 1999). En revanche, une attention accrue fut accordee a partir de ces annees-la au diagnostic du <<trouble de l'identite de genre (2) >> chez les enfants et adolescents, ce qui donna lieu a une intolerance exacerbee relativement a l'expression de la diversite chez les jeunes. Des dizaines de milliers d'enfants et d'adolescents furent soumis a des therapies coercitives, parfois meme internes (la seule << fuite >> possible fut dans certains cas le suicide), afin de corriger leur pretendue deviance aux normes de genre (Burke, 1996). Ce n'est que tout recemment, en aout 2015, que lAmerican Psychological Association a emis des lignes directrices afin de corriger le tir de facon draconienne, dans un document reconnaissant que la stigmatisation subie par les jeunes non conformistes sur le plan du genre doit etre combattue et que ces derniers doivent etre soutenus dans l'expression legitime d'eux-memes (APA, 2015).

Des travaux pionniers menes au cours des dernieres decennies peuvent nous aider a changer notre facon de concevoir l'identite de sexe, l'identite de genre, l'orientation sexuelle et leurs expressions respectives. Mieux comprendre ce tournant conceptuel est le propos du present article. Nous presenterons notamment les travaux d'Alfred Kinsey, de Sandra Bern et d'Anne Fausto-Sterling, lesquels ont respectivement participe a une revolution dans la facon de concevoir l'orientation sexuelle, le genre et le sexe. Nous proposerons d'inclure leurs contributions dans un modele dit orthogonal, qui tient compte a la fois de la multiplicite et de la fluidite des identites de sexe ou de genre et de l'orientation sexuelle. Le but de cet article est donc d'effectuer une synthese pour les intervenants dans le domaine de la sante et des services sociaux qui ont a composer avec la diversite sexuelle.

Afin d'eviter toute confusion, un petit detour s'impose en ce qui concerne les termes choisis, compte tenu des definitions multiples, et parfois contradictoires, de certains d'entre eux. Les notions de sexe et de genre, en particulier, sont souvent confondues. Dans le present article, le sexe d'une personne designera essentiellement les caracteristiques physiologiques qui font en sorte quelle a ete designee a sa naissance comme etant de sexe male, femelle, indetermine, ou encore comme etant intersexuee. L'identite de sexe (3) fait, quant a elle, reference a la conscience ou la conviction d'appartenir a une categorie de sexe, qui peut ne pas etre celle que l'on nous a assignee, soulignons-le. Le genre, lui, est plutot d'ordre social et culturel. Il refere a ce qui est considere comme masculin ou feminin dans une societe donnee a un certain moment de son histoire. Selon le psychiatre Robert Stoller, un des premiers a avoir defini ce terme (4), l'identite de genre designe <<les degres differents de masculinite et de feminite que l'on peut trouver chez une personne >> (Stoller, 1989, p. 21), y compris du point de vue de cette personne, me permettrais-je d'ajouter. L'identite de genre ne doit pas etre confondue avec le role de genre, c'est-a-dire les conduites et les attitudes que la personne adopte pour exprimer son identite de genre. En effet, le genre que l'on ressent et celui que l'on exprime devant autrui peuvent etre differents : par exemple, un homme peut se sentir tres feminin interieurement et neanmoins se comporter en societe de maniere tres virile afin de ne pas laisser paraitre cet aspect de son interiorite.

L'orientation sexuelle

Pionnier de la sexologie et de la sociologie de la sexualite, Alfred Kinsey fonda en 1947 The Institute for Sex Research (qui sera apres sa mort rebaptise Kinsey Institute for Research in Sex, Gender and Reproduction). Grace a de genereuses subventions de la Fondation Rockefeller, il se lanca dans une tres vaste enquete sur les pratiques sexuelles de milliers d'hommes et de femmes, une premiere mondiale qui aboutit a la publication de deux ouvrages marquants (Kinsey, 1948 ; Kinsey, 1954). Afin de tenir compte des reponses de ses milliers de repondants a propos de leurs conduites et leurs attirances sexuelles, Kinsey dut innover sur le plan conceptuel en inventant ce que l'on appelle depuis l'echelle de Kinsey, traduite et reproduite dans la figure 1.

Cette echelle rompt avec la facon binaire jusque-la en vigueur de penser l'orientation sexuelle. En conformite avec ses donnees, qui montraient que beaucoup de femmes et d'hommes etaient a divers degres bisexuels, Kinsey proposa en effet de concevoir l'heterosexualite et l'homosexualite comme les poles d'un continuum. Beaucoup de personnes plutot heterosexuelles revelaient en effet avoir eu des relations homosexuelles de facon plus ou moins occasionnelle et, inversement, des personnes plutot homosexuelles avaient eu des rapports heterosexuels.

Dans leur ouvrage resultant aussi d'une tres vaste enquete, The Social Organisation of Sexuality, les chercheurs Edward O. Laumann, John H. Gagnon, Robert T. Michael et Stuart Michaels (1994) ont, quatre decennies plus tard, montre qu'on pouvait non seulement concevoir l'orientation sexuelle comme un continuum, mais aussi comme la somme de trois composantes: le desir, la conduite et l'identite (prise dans le sens d'une auto-identification selon les affinites erotiques que l'on ressent). Or, desir, conduite et identite ne se recoupent pas forcement: on peut desirer certaines personnes sans necessairement actualiser ces desirs, comme on peut avoir des rapports sexuels avec des gens qu'on ne desire pas. De surcroit, ni les desirs ni les comportements sexuels ne prescrivent forcement une identite : a la limite, on peut avoir la conviction d'etre homosexuel ou heterosexuel sans jamais avoir eu une relation, ni meme un desir, de cette nature. Selon les resultats obtenus par cette equipe de chercheurs, seulement 15 % des femmes et 24 % des hommes interroges qui avaient des conduites et/ou des desirs homosexuels s'identifiaient comme homosexuels (voir Laumann et al., 1994; p. 298-301). L'homosexualite identitaire ne serait pas une chose qui va de soi.

L'orientation sexuelle peut designer en somme les affinites identitaires, les desirs ou les conduites sexuelles d'une personne selon son sexe et le sexe de ses partenaires, fussent-ils fantasmes. Notons que l'expression preference sexuelle, avec laquelle elle est parfois confondue, possede une signification beaucoup plus large. Cette derniere inclut en effet les gouts et les pratiques qui actualisent l'orientation sexuelle : par exemple, les particularites recherchees chez ses partenaires selon leur age et leur morphologie, ou encore selon les activites erotiques souhaitees avec eux. Quant aux attirances sexuelles, on pourrait dire quelles se situent <<en amont>>, puisque c'est leur emergence et surtout leur directionnalite qui donnent a penser qu'on aurait une orientation sexuelle. Enfin, une orientation sexuelle peut etre exprimee ou affirmee (et non <<avouee>>, comme on l'entend trop souvent encore: tous les dictionnaires le confirment, on avoue une faute ou un crime, ce que l'orientation sexuelle n'est absolument pas), ou non.

Une orientation sexuelle est dite heterosexuelle si elle porte sur des personnes de << l'autre sexe (5) >> ; homosexuelle, si elle porte sur des personnes du << meme sexe >> ; bisexuelle, si elle porte sur des personnes des <<deux sexes>>. On pourrait ajouter a cette liste l'orientation ambi-sexuelle dans le cas oo il y a hesitation ou questionnement sur le sexe qui nous attire, et orientation autosexuelle si l'attirance est centree sur son propre corps uniquement. Une orientation est asexuelle s'il y a absence d'inclinaison sexuelle, ce qui arrive aussi. Toutes ces inclinaisons peuvent varier en intensite non seulement selon les personnes, mais egalement selon les differentes etapes de leur vie. En effet, si les changements forces d'orientation sexuelle sont a proscrire (et le sont nommement par l'APA, 2009), il advient que des individus constatent des changements, fortuits ou graduels, dans leurs attirances sexuelles, que ce soit sur le plan de l'orientation ou des preferences qui en decoulent.

Afin de tenir compte de la diversite et parfois de la fluidite de l'orientation sexuelle, nous proposons le schema esquisse dans la figure 2. Le modele suggere permet non seulement de situer l'orientation sexuelle sur un continuum, comme le proposait Kinsey, mais aussi dans un cadre bidimensionnel comme le suggera par la suite le psychologue Michael Storms (1980).

Le genre

Vingt ans apres les avancees de Kinsey, une psychologue americaine va a son tour provoquer une petite revolution, cette fois dans la facon de percevoir le genre. En 1974, Sandra Bern (1974) publiait en effet un article pionnier portant sur l'androgynie, dans lequel elle affirme que la masculinite et la feminite ne sont pas des opposes, comme on le croyait jusqu'alors, mais plutot des continuums, qui peuvent meme se superposer. Au meme moment, le psychobiologiste Richard Whalen (1974), bien qu'ignorant apparemment les travaux de Sandra Bern, propose, a partir de ses travaux sur des animaux de laboratoire, un modele dit orthogonal du genre. Les figures 3 et 4 resument ces apports.

Les retombees des publications de Bern et de Whalen vont s'averer importantes, notamment en raison du moment oo ces idees surviennent, en plein essor de la revolution sexuelle et du mouvement des femmes, qui remettent tous deux en question les stereotypes de genre. L'androgynie, qui peut avoir divers degres, apparait des lors comme une composante non seulement legitime, mais saine, souligneront des travaux ulterieurs de Sandra Bern (1975).

Figure 3

Modele des continuums superposes inspire de Sandra Bem

Continuum de
  feminite:         -Feminin   [fleche gauche et droite]   +Feminin
Continuum
  de masculinite:   -Masculin   [fleche gauche et droite]   +Masculin


Le genre reposant sur des reperes et des normes sociales ou culturelles elles-memes changeantes, il est plus subjectif et fluide que le sexe biologique. Quant a l'identite de genre, elle decoule en somme d'une perception de soi, ou d'autrui, comme possedant, a des degres divers, des caracteristiques feminines, masculines, ou androgynes. L'identite de genre se manifeste souvent (mais pas forcement, une personne pouvant tenir secret son sentiment intime en ce qui concerne son genre) dans ce que l'on appelle le role de genre, qui s'exprime par l'apparence, la gestuelle, l'habillement, et tout ce qu'on donne a voir dans l'expression de soi. Comme le genre masculin et le genre feminin ne sont pas hermetiques, il peut y avoir passage de l'un a l'autre, ce que l'on appelle le transgenrisme. Puisqu'on retrouve une grande diversite de situations sous le terme transgenre, quelques definitions sommaires, dans l'encadre A, permettront de s'y retrouver.

Encadre A--Quelques types de transgenrisme

Gender bender (ou gender queer) : personne qui transgresse a
dessein les normes binaires et les stereotypes de genre, que ce
soit dans un objectif de liberation personnelle ou de contestation
artistique, sociale ou politique.

Travesti-e: personne qui, de facon occasionnelle (par exemple, lors
de relations sexuelles ou dans le cadre de sa vie privee
uniquement) ou permanente, exprime par son vetement et son
apparence un role de genre qui, selon les stereotypes culturels en
vigueur, ne correspondrait pas a son sexe (par exemple, un homme
qui porte des robes, une femme qui porte uniquement des vetements
masculins, souvent afin de <<passer pour>> une personne de
<<l'autre sexe>>).

Transformiste: artiste qui fait comme metier de reproduire, le plus
fidelement possible et a des fins de divertissement, des
personnalites ou des personnages qui ne sont pas du meme sexe que
lui ou elle. Ainsi, un transformiste de sexe masculin imitera par
exemple Madonna ou Cher, alors qu'une transformiste de sexe feminin
imitera plutot Justin Bieber ou Elvis Presley.

Drag queen et drag king : artistes comiques qui, dans le cadre de
spectacles, imitent ou creent des personnages n'etant pas du meme
sexe qu'eux en exagerant sciemment, et souvent outrancierement, la
feminite (dans le cas des drag queens) ou la masculinite (dans le
cas des drag kings) desdits personnages.

Enfin, les personnes non conformistes ou creatives sur le plan du
genre, sans doute les plus nombreuses, ne sont pas forcement
transgenres. Par leur facon neanmoins de transgresser, sciemment ou
pas, et de diverses facons, les normes et les stereotypes de genre,
elles rappellent qu'il existe une infinie variete dans l'expression
possible du masculin et du feminin, ou de l'androgynie, chez un
etre humain.


Ce sont en bonne partie les ecrits feministes qui ont mis en vogue, voire impose, le terme << genre >>, faisant logiquement suite a la fameuse phrase de Simone de Beauvoir : << On ne nait pas femme, on le devient. >> Dans l'introduction de son ouvrage Le deuxieme sexe, Beauvoir (1949) suggerait en effet que devenir une femme (entendre : une femme << feminine >>) n'est pas un destin lie a la biologie, mais un parcours social, et plus particulierement une interiorisation de normes et de stereotypes. Autrement dit, meme si le genre semble traduire le sexe, il n'en est rien ; il s'agirait plutot d'une prophetie autorealisatrice dans la mesure oo l'on s'efforcerait de repondre aux attentes sociales et aux << apparences normales >> afin de ne pas etre socialement stigmatise.

Toujours dans les annees 1970, des sociologues comme Erving Goffman (1977) et Candace West et Don Zimmerman (1987 (6)) ont precisement voulu montrer le caractere << construit >> du genre, lequel resulterait de constantes adaptations a de multiples interactions et conventions sociales. Toutefois, c'est dans doute la theoricienne americaine Judith Butler (2005) qui a le plus influence la definition du genre ces dernieres annees. Pour Butler, le genre est le dispositif par lequel le masculin et le feminin sont produits, reproduits et normalises. Ils le sont a travers une incessante performativite. Par cette expression, Butler suggere qu'il faut comprendre le genre comme une performance socialement apprise et sans cesse repetee. La feminite et la masculinite apparaissent des lors comme les effets d'un processus d'abord culturel et coercitif (on apprend a etre masculin ou feminin, des la plus tendre enfance, a travers notre socialisation), puis individuel (par exemple, on reproduit ces modeles, ou on les subvertit, comme le font les gender queers, ou encore on les parodie, comme le font les drag queens et les drag kings).

De ce point de vue, le genre ne traduit nullement une essence particuliere, plus ou moins innee ; il serait plutot le resultat d'un entrainement et d'un conditionnement, mais aussi d'une capacite d'agir, puisque l'on donne a voir notre genre. Comme l'a ecrit Eric Fassin dans la preface de Trouble dans le genre, << le genre est l'effet des normes de genre >> (Butler, 2005). Paradoxalement, souligne Judith Butler, notre genre, << c'est une pratique d'improvisation qui se deploie a l'interieur d'une scene de contrainte >> (Butler, 1976, p. 13). Autrement dit, nous pouvons << jouer >> notre genre, mais nous le faisons toujours en tenant compte des modeles disponibles et des reactions sociales suscitees ou anticipees. On peut certes choisir de resister aux normes, ou meme de les subvertir, mais on ne choisit pas les normes auxquelles on est soumis.

Dans la figure 5, inspiree notamment des travaux de Bern et de Whalen, est presente un modele orthogonal qui tient compte de sur croit des allers-retours possibles entre le masculin et le feminin. La realite plurielle des personnes transgenres requiert en effet que l'on puisse se representer un passage, occasionnel ou permanent, du masculin au feminin, et vice versa.

Le sexe

Il faudra attendre vingt ans apres les travaux de Bern et Whalen en psychologie ou de West et Zimmerman en sociologie pour que la binarite des sexes soit a son tour remise en question. Ce sera grace a un retentissant article paru en 1993 dans The Sciences, signe par la biologiste et historienne des sciences Anne Fausto-Sterling. Le titre meme de l'article est assez hardi : Les cinq sexes. Pourquoi male et femelle ne sont pas suffisants (7). Realisant que jusqu'a 4 % (du moins dans certaines parties du monde; estimation ramenee depuis a 1,7% a l'echelle mondiale) de la population serait plus ou moins intersexe, c'est-a-dire nee avec des attributs des deux sexes, Fausto-Sterling propose d'ajouter aux sexes <<male>> et <<femelle>> les hermaphrodites veritables, qui ont a la fois des organes producteurs de spermatozoides et d'ovules (elle les appelle les HERMS), les pseudohermaphrodites masculins, qui possedent des testicules et certains aspects de l'appareil genital feminin (elle les appelle les MERMS) et les pseudohermaphrodites feminins, qui possedent des ovaires et certains elements de l'appareil genital masculin (elle les appelle les FERMS). Dans un article ulterieur, Les cinq sexes revisites (Fausto-Sterling, 2013), et surtout dans son ouvrage Sexing the Body (Fausto-Sterling, 2012), l'auteure elabore sa pensee et conclut finalement qu'il y a une infinite de sexes, reprenant en quelque sorte l'idee de continuum que les Kinsey, Bern et Whalen avaient respectivement appliquee a l'orientation sexuelle et au genre.

Tenant compte des reflexions de la professeure Fausto-Sterling en ce qui concerne la diversite des sexes, le modele orthogonal qui suit a l'avantage d'inclure la situation des personnes intersexuees, qui possedent a la naissance des attributs physiques des deux sexes, et aussi la situation des personnes transsexuelles, qui entendent changer de sexe afin de correspondre a leur profonde conviction de ne pas etre nees avec le sexe auquel elles ont le sentiment d'appartenir.

Pour mieux comprendre la realite specifique des personnes intersexuees, rappelons qu'il existe 5 criteres pour identifier le sexe d'un individu a sa naissance (ou meme avant) :

1. Les chromosomes (sexe chromosomique; sexe determine des la fecondation et pouvant etre obtenu par un test genetique) ;

2. Les hormones (sexe endocrinien ou hormonal; sexe determine par un test sur le taux d'androgenes ou d'oestrogenes, eux-memes secretes par les glandes pituitaires [au centre du cerveau] et les surrenales [situees au-dessus des reins]) ;

3. Les gonades (sexe embryonnaire sur le plan genital; peut etre determine par un test pendant la grossesse, a partir de la 8e semaine environ, alors qu'il y a <<differenciation>> sur le plan du sexe, car esquisse des canaux de Wolff, embryons des testicules, et des canaux de Muller, embryons des ovaires) ;

4. Organes sexuels internes (sexe anatomique ou morphologique selon la presence ou l'absence d'organes internes, par exemple prostate, uterus, etc.) ;

5. Organes sexuels externes (sexe anatomique ou morphologique selon la presence ou l'absence d'organes externes, par exemple penis, testicules, vulve, clitoris, etc.).

Or, chez les enfants intersexues au moins un de ces elements est en dissonance avec les autres. L'encadre B decrit brievement les principaux types d'intersexuation (aussi appelee intersexualite).

Encadre B--Quelques types d'intersexuation (les plus courants)

1. Hyperplasie congenitale des surrenales. Heritee genetiquement,
elle se manifeste chez des enfants XX (filles) en <<masculinisant>>
leurs organes genitaux (on croit parfois que ce sont des garcons et
ces enfants sont alors eleves comme tels).

2. Syndrome d'insensibilite aux androgenes (autrefois appele le
<<testicule feminisant>>). De source genetique. Ce sont des enfants
XY (garcons) nes avec des organes genitaux <<imprecis>>, quoique
plutot feminins: pas d'uterus, vagin tres peu profond, testicules
non descendus. Ils sont en general eleves en tant que filles. C'est
souvent a l'age de la puberte, vu l'absence de cette derniere, que
ces cas seront detectes.

3. Syndrome de Turner. Affecte les filles depourvues d'un second
chromosome X (XO). Elles developperont en general une petite
stature, plutot <<androgyne>>. Elles n'ont pas d'ovaires et peu ou
pas de caracteristiques sexuelles secondaires (8) (des hormones, en
particulier des oestrogenes, leur sont en general prescrites afin
de leur assurer un developpement plus <<standard>>).

4. Syndrome de Klinefelter. Affecte des garcons dotes d'un
chromosome X supplementaire (XXY). Ils sont infertiles et peuvent a
l'adolescence avoir une poussee mammaire. Ils auront un corps plus
grand que la moyenne, tres longiligne, peu muscle, avec des organes
genitaux peu developpes (caracteristiques que des traitements de
testosterone peuvent en partie pallier).


Traditionnellement, les bebes intersexues etaient operes a la naissance ou peu apres afin de donner une apparence dite <<normale >> a leurs organes genitaux visibles. La norme pour decider du sexe alors assigne etait le <<phallometre >>, comme l'appelle Fausto-Sterling (2000, p. 81). Selon ce critere, un clitoris medicalement acceptable pour un nourrisson serait de 0,2 centimetre a moins 0,85 centimetre et un penis medicalement acceptable, de 2,5 a 4,5 centimetres. Cela fait en sorte qu'entre 0,85 et 2,5 centimetres, il y aurait une incertitude quant au sexe de l'enfant. Comme il est plus facile chirurgicalement d'enlever que d'ajouter, le plus souvent alors on opere une reduction (on coupe en partie) ou une recession du clitoris (sa dissimulation en le rentrant dans un pli de peau fabrique a cet effet) pour faire de ces enfants des petites filles repondant aux standards etablis.

Des associations pour les droits des personnes intersexuees et leurs allies, de plus en plus nombreux, revendiquent aujourd'hui de laisser le libre choix de leur sexe et de leur corps aux personnes intersexuees une fois qu'elles seront devenues adolescentes ou jeunes adultes, et de cesser de les mutiler, des leur petite enfance. D'autant que les criteres utilises par les medecins pour assigner et <<corriger >> le sexe laissent place a la subjectivite et ne sont pas forcement prescrits par la sante des personnes concernees (sans compter les problemes ulterieurs que des operations precipitees provoquent souvent sur le plan physique et psychologique). A noter que certains Etats se montrent sensibles a ces revendications: par exemple, l'Allemagne permet depuis 2013 d'inscrire un sexe indetermine sur les certificats de naissance.

Par ailleurs, en ce qui concerne la transsexualite (a ce jour toujours identifiee comme possible <<dysphorie de genre >>), trois criteres servent actuellement a la reconnaitre : une identification persistante a l'<<autre sexe>> remontant a la petite enfance; un grand inconfort quant a l'identite de sexe assignee; un fonctionnement personnel, sexuel et social perturbe en raison des deux precedentes caracteristiques. On note toutefois que le DSM V, a ses onglets 302.6 et 302.85, portant sur la dysphorie de genre chez l'enfant, l'adolescent ou l'adulte, tend a confondre l'identite de sexe (etre homme ou femme) et l'identite de genre (etre masculin et/ou feminin). Parmi les criteres de la dysphorie de genre chez un jeune, le DSM V inclut en effet une forte preference pour les activites, les vetements et les jeux typiques de l'autre sexe et, a l'inverse, un rejet marque pour les activites, les vetements et les jeux typiques de son sexe biologique. Ces criteres se referent donc au genre et minimisent par exemple le fait qu'on peut etre non conformiste sur le plan du genre sans pour autant aspirer a une reassignation de sexe.

En croisant les donnees disponibles, la chercheure Anne Fausto-Sterling evalue a au moins 1,75 % de la population les personnes transsexuelles. Si on ajoute a ce nombre les personnes intersexuees (1,7%), cela signifie qu'environ 3,5 % de la population serait soit intersexuee, soit transsexuelle, les deux groupes, quoique distincts, ayant en commun de subir la normativite du modele binaire en ce qui concerne leur sexe. Sans parler des personnes, nombreuses, qui refusent tout simplement de se conformer aux conventions sociales relatives a l'identite de sexe ou de genre, et l'expression desdites identites. Il y a necessite de reconnaitre davantage leur existence. Notons au passage que le prefixe <<trans- >> signifie en lui-meme changement, passage, traversee. Il peut impliquer non seulement le resultat d'une transition mais aussi un processus d'appropriation de sa vie et d'expression de son unicite.

Des avancees sont en cours. Depuis 2012, la Nouvelle-Zelande puis l'Australie offrent la possibilite d'obtenir un passeport sans mention de sexe et l'Argentine permet de changer la mention de sexe a l'etat civil sans avoir subi prealablement d'interventions chirurgicales, ce qui est percu comme une percee par les groupes de defense des droits des personnes transidentitaires (9). Ces changements reconnaissent en effet que l'identite de sexe est un sentiment subjectif, certes, mais neanmoins profond et irrepressible. Comme l'a suggere l'anthropologue Nicole-Claude Mathieu, qui a propose le terme au debut des annees 1990, l'identite de sexe est ultimement la conscience de faire partie d'une communaute d'appartenance (10).

Conclusion

Les recherches et les reflexions theoriques des dernieres decennies nous amenent a interroger la facon dichotomique de categoriser le sexe, le genre et l'orientation sexuelle, qui passait sous silence leur grande diversite et leur possible fluidite. Peut-on encore aujourd'hui se representer homme et femme, masculin et feminin, heterosexuel et homosexuel comme des categories exclusives, fixes et opposees ? Il n'y a rien a gagner pour les professionnels de la sante et des services sociaux a perpetuer une pensee binaire qui tend a ignorer, a sous-estimer ou a exclure une portion non negligeable de la population.

Ainsi, pour en revenir aux trois situations presentees en vignette au debut du present article, on pourrait permettre sans probleme a Nathalie de porter le pantalon comme tenue vestimentaire a l'ecole, si c'est dans ce vetement qu'elle se sent vraiment a l'aise (et en profiter pour faire un peu d'education sur l'egalite des sexes et des genres aupres des jeunes de l'ecole). On pourrait aussi accompagner Sacha afin de faire en sorte quelle soit bien dans sa peau, acceptee par son milieu familial et scolaire, et quelle puisse prendre en temps voulu et en toute connaissance de cause les decisions qui lui sembleront les meilleures concernant une possible reassignation de sexe. Enfin, Dominique pourrait etre incitee a trouver ses propres reperes et a definir sa propre identite par-dela les etiquettes concernant son sexe, son genre ou son orientation sexuelle; on pourrait aussi accompagner ses proches afin qu'ils lui apportent le soutien requis.

La diversite sexuelle n'est assurement pas un phenomene nouveau (Dorais, 1999). Elle devient toutefois plus visible a mesure que les droits et libertes, les avancees legislatives, les mentalites et les connaissances evoluent. Reconnaitre cette diversite et, plus encore, apprendre ce quelle nous enseigne ne peut qu'ameliorer la qualite de toute relation d'aide (Dorais, 2015), quelle qu'en soit la nature. A fortiori, les intervenants en sante mentale ont beaucoup a faire pour sortir definitivement des carcans qui ont produit tant de degats par le passe chez les jeunes de la diversite sexuelle. C'est non seulement une question de sante publique, la marginalisation et l'exclusion etant, on le sait, nuisibles a la sante mentale, mais aussi d'equite et de justice sociale.

BIBLIOGRAPHIE

APA (2009), Report of the American Psychological Association Task Force on Appropriate Therapeutic Responses to Sexual Orientation, 2009; http://www.apa.org/pi/lgbt/resources/therapeutic-response.pdf.

APA (2015), Guidelines for Psychological Practice with Transgenders and Gender Nonconforming People, http://www.apa.org/practice/guidelines/transgender. pdf.

Bem, S. L. (1974). <<The Measurement of Psychological Androgyny>>. Journal of Consulting and Clinical Psychology. 42,155-162.

Bem, S. L. (1975). <<Sex Role Adaptability: One Consequence of Psychological Androgyny>>. Journal of Personality and Social Psychology, 32(4), 634-643.

Burke, P. (1996). Gender Shock. New York, N.Y. : Anchor Books.

Butler, J. (2006). Defaire le genre. Paris, France: ed. Amsterdam.

Butler, J. (2005). Trouble dans le genre. Paris, France: La Decouverte (a noter que la premiere edition en langue anglaise de l'ouvrage date de 1990).

De Beauvoir, S. (1949). Le deuxieme sexe. Paris, France : Gallimard.

Dorais, M. (1999). Eloge de la diversite sexuelle, Montreal : VLB editeur.

Dorais, M. (2015). Le metier d'aider, Montreal: VLB editeur.

Fausto-Sterling, A. (2013). Les cinq sexes. Paris, France : Petite Bibliotheque Payot.

Fausto-Sterling, A. (2012). Corps en tous genre. La dualite des sexes a l'epreuve de la science. Paris, France : La Decouverte.

Goffman, E. (1977). <<The Arrangement between the Sexes>>, Theory and Society, 4(3) (Autumn 1977), 301-331.

Green, R. (1975). Sexual Identity Conflict in Children and Adults. Baltimore, Mar. : Penguin Books.

Kinsey, A. (1954) Le Comportement sexuel de la femme. Paris, France : Amiot Dumont.

Kinsey, A. (1948), Le Comportement sexuel de l'homme. Paris, France : ed. du Pavois.

Laumann, E. O., Gagnon, J.H., Michael R.T. & Michael, S. (1994). The Social Organisation of Sexuality, Chicago, Ill. : University of Chicago Press.

Mathieu, N.-C. (1991). L'anatomiepolitique. Categorisation et ideologies du sexe. Paris, France : Editions cote-femmes.

Stoller, R. (1989). Masculin ou feminin ? Paris, France : PUF.

Storms, M. D. (1980). <<Theories of Sexual Orientation>>. Journal of Personality and Social Psychology, 38(5), 783-792.

Terry, J. (1999). An American Obsession. Science, Medecine, and Homosexuality in Modern Society, Chicago, 111. : Chicago University Press.

West, C. & Zimmerman, D. (1987). <<Doing Gender >>. Gender & Society. 1(2) (June 1987), 125-151.

Whalen, R.E. (1974). <<Sexual Differentiation : Models, Methods, and Mechanisms >> in Sex Differences in Behavior (Friedman RC, Richart RH, Wiele RLV, eds). New York, N. Y. : Wiley, 467-484.

Michel Dorais, Sociologue de la sexualite--Professeur titulaire, Ecole de service social, Universite Laval, Quebec.

(1.) Nous utiliserons a dessein dans le present texte les termes transsexualite et transgenrisme afin d'aider a differencier, lorsque requis, ce qui est de l'ordre du sexe assigne et ce qui est de l'ordre du genre ressenti ou exprime. Le terme federateur de transidentite peut, cela dit, etre applique aux deux realites.

(2.) Dans de plus recentes versions du DSM, le terme fut remplace par << dysphorie de genre >>.

(3.) L'expression << identite de sexe >> comme conscience de faire partie d'une classe de sexe aurait ete proposee pour la premiere fois par l'anthropologue Nicole-Claude Mathieu (1991, p. 231). Elle est preferable a <<identite sexuelle>>, dont les definitions sont fluctuantes.

(4.) Cela dit, le psychiatre Richard Green utilisait deja le terme auparavant, mais comme synonyme d'identite sexuelle, dans laquelle il incluait en fait trois choses: la conviction d'etre male ou femelle, le fait d'avoir une conduite associee a ce qui est culturellement masculin ou feminin, enfin la preference pour des hommes ou des femmes comme partenaires sexuels (voir Green, 1974, p. XV).

(5.) Dans la mesure oo l'on croit qu'il n'y en a que deux, bien sur (nous y reviendrons).

(6.) A noter que le texte fut publie dix ans apres la conference sur le meme theme prononcee par les auteurs au colloque de 1977 de l'American Sociological Association.

(7.) Cet article existe en version francaise, car repris dans l'ouvrage eponyme Les cinq sexes (Fausto-Sterling, 2013).

(8.) Rappelons que les caracteres sexuels primaires designent en general l'ensemble des organes genitaux externes qui permettent de differencier male et femelle d'une espece; ils servent a determiner le sexe biologique a la naissance. Les caracteres sexuels secondaires apparaissent plutot a la puberte, par exemple la pilosite et la mue de la voix chez l'homme ou le developpement de la poitrine, la faculte de lactation et l'apparition du cycle menstruel chez la femme.

(9.) Rappelons que le terme <<transidentitaire >> federe la grande diversite des facons d'etre transgenre ou transsexuel, ou meme de refuser ces designations.

(10.) Mathieu, N.-C., 1991.
COPYRIGHT 2015 Filigrane
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2015 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:Dorais, Michel
Publication:Sante Mentale au Quebec
Date:Sep 1, 2015
Words:6090
Previous Article:Les minorites sexuelles: concepts, premisses et structure d'une approche clinique adaptee.
Next Article:L'association des dimensions de l'orientation sexuelle, du harcelement et du suicide: quelles minorites sexuelles sont les plus a risque?

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters