Printer Friendly

Ou de l'egalite au theatre.

Actualites Eecrit par Ahmed Massaia*

Mizane Lma Fouq Al Khachba

I l arrive parfois, quand on va au theatre, que le coeur exulte, que l'esprit se mette en eveil et nous procure un sentiment d'intelligence et de clairvoyance sur notre vie et sur celle qui nous entoure pour nous rappeler notre devoir de fraternite planetaire. C'est sans doute ce qui est arrive a tout spectateur qui est alle voir [beaucoup moins que]The Spirit Level on stage[beaucoup plus grand que], le 9 juin au Theatre National Mohammed V [1] .

Un spectacle comme on en voit rarement dans notre paysage theatral si l'on excepte quelques realisations du jeune theatre marocain. Ce spectacle, coproduit par le Theatre Anfass du Maroc et JordbroVarldsorkester de la Suede, a permis a un public, certes restreint parce que les deux rangees laterales ont ete sacrifiees pour une meilleure vision d'apres la conception de mise en scene, de vivre un moment de theatre inoubliable, d'apprecier un spectacle d'une rare facture esthetique et technique.

Pense comme un projet interculturel ou l'universalite prime sur le local, The [beaucoup moins que]Spirit Level on Stage[beaucoup plus grand que] ( MizaneLmaFouq Al Khachba) est inspire du livre [beaucoup moins que]Pourquoi l'egalite est-elle meilleure pour tous?[beaucoup plus grand que] de Richard Wilkinson et de Kate Pickett avec une dramaturgie concue par les dramaturges Issam El Yousfi et Bodil Persson. Il traite du theme de l'egalite a tous les niveaux de la vie sociale et politique des peuples de la terre.

Au debut du spectacle, une structure gigantesque baignant dans une lumiere bleue, represente un homme aux dimensions enormes qui occupe toute la scene. On entend a peine son souffle, leger mais stressant et inquietant. Il va doucement s'elever vers les cintres par le moyen d'une machinerie tres subtile, et va rester la, suspendu au-dessus de la scene, jusqu'a la fin du spectacle. Puis, entrent cinq personnages, deux hommes et trois femmes, enguenilles presque, interpretes par Hajar Chargui et Jamal Nouaman, cote marocain et Jose Figueroa, Nina Jeppsson et Moa Westerlund, cote suedois. Ils se mettent derriere une immense table oblongue qui s'averera par la suite une structure modulaire qui sera l'element central du jeu des acteurs. Les personnages s'asseyent derriere la table, a egale distance les uns des autres, et font un constat, avec calme et froideur, selon lequel: [beaucoup moins que]l'inegalite croissante cause un cercle vicieux ou la richesse et le pouvoir sont de plus en plus concentres dans les mains d'une minorite, laissant le reste d'entre nous se battre pour des miettes[beaucoup plus grand que].

[beaucoup moins que]Pourquoi ca ne change pas?[beaucoup plus grand que], se demandent les personnages, chacun dans une langue differente (arabe, suedois, anglais, espagnol, francais), alors que les deux musiciens traversent lentement la scene, jouant de leurs instruments. Le ton est donne. [beaucoup moins que]The Spirit Level on Stage[beaucoup plus grand que] raconte l'inegalite de plus en plus omnipresente dans le monde d'aujourd'hui. Tout le long du spectacle alors que la structure monumentale reste suspendue sur leur tete, ces personnages ne vont pas cesser de denoncer les inegalites, de mettre le doigt sur le dysfonctionnement de la societe moderne, tantot par le moyen de la chanson (Rap, poesie,-), tantot par le moyen du geste ou de la danse mais rarement par le moyen du verbe car celui-ci n'intervient que rarement et devient par consequent plus incisif et plus convaincant.

Que signifie cette structure gigantesque representant un homme couche qui s'eleve vers le ciel alors que des hommes et des femmes, comme vous et moi, deguenilles [beaucoup moins que]gesticulent[beaucoup plus grand que] sous lui et revendiquent l'egalite et l'amour? Sont-ils des pantins desarticules (les personnages marionnettes de Gordon Graig?) sous l'emprise du monstre omniscient et omnipresent suspendu sur leurs tetes? Est-ce la mondialisation qui, au lieu d'apporter justice et equilibre, a fait en sorte que le fosse se creuse davantage entre les riches et les pauvres, toutes categories confondues? Est-ce le systeme superpuissant qui ecrase? Est-ce la dictature qui annihile toute prerogative d'egalite des chancesau sein des societes humaines? Nous sommes tout pres de le penser.

Le spectacle est mis en scene par l'inebranlable Asmae Houri qui, a chaque fois, nous etonne par des propos sceniques intelligents et murement reflechis. Car le theatre pour elle, comme dans sa vie, est rigueur, responsabilite et exigence de qualite autant esthetique que technique ou thematique. Rien n'est gratuit chez cette jeune metteure en scene qui passe son chemin, sans bruit, dans la douceur, le regard lucide mais percutant. Dans [beaucoup moins que]The Spirit Level on Stage[beaucoup plus grand que], comme dans ses precedents spectacles, tout est signifiant. Jusqu'a la musique qui accompagne le spectacle, de bout en bout, composee et interpretee par deux musiciens hors pair, Rachid Bromi et Mickael Vinsa. Jusqu'a la scenographie, ingenieuse et fonctionnelle, concue et realisee en Suede par S|ren Brunes et Pelle Witster. Jusqu'a la technique utilisee pour le jeu des comediens basee essentiellement sur la biomecanique parce qu'elle repond aux desseins du sujet traite, elle n'est pas aleatoire comme c'est souvent le cas dans notre theatre, par mode ou par simplification. Elle est immanente de la problematique abordee par le spectacle.

Dans [beaucoup moins que]The Spirit Level on Stage[beaucoup plus grand que], tout est calme et volupte. Un theatre reposant loin des gesticulations et des cris inutiles. Les gestes sont doux, mesures, [beaucoup moins que]mecaniques[beaucoup plus grand que]presque, dirions-nous. Les corps se frolent mais ne se touchent pas. Ils s'entrelacent a peine, s'enroulent les uns autour des autres, dans une harmonie et une precision dignes des grands danseurs. Ils racontent dans le silence et la serenite meme si le sujet est grave et handicapant .Des gestes enveloppes dans une musique aussi douce et melodieuse que les gestes et les paroles (rares) qui la prolongent - ou le contraire, on ne sait pas -.Quant aux voix, elles sont tout simplement magnifiques et justes.

Les silences, nombreux dans le spectacle, ne sont pas seulement des cesures qui cadencent le spectacle. Ce sont des moments de theatre, intenses et signifiants. Ils sont parfois longs et donc angoissants. Ils introduisent la gene chez le spectateur. Une maniere comme une autre d'obliger - ou d'inviter plutot - le spectateur a une prise de conscience sur un sujet aussi discriminatoire que l'inegalite. Le silence voulu par Asmae Houri intervient de maniere brusque. La musique s'arrete net et les gestes sont suspendus pour un moment avant de reprendre pour nous introduire dans un nouvel univers tantot musical, tantot gestuel et d'autres fois verbal et souvent les trois en meme temps.

Le jeu des acteurs est precis. Pas de cabotinage ni de fioritures dans l'interpretation. Il est facilite par cette structure tournante qui leur permet d'evoluer dans une choregraphie subtile imaginee par Louise Kvarby. La direction des acteurs est maitrisee. Ils jouent, ils dansent et ils chantent. C'est du theatre total cher aux adeptes d'Antonin Artaud.

Je ne peux m'empecher neanmoins de me poser la question sur la chute du spectacle. Apres avoir proteste, denonce, crie l'injustice et l'inegalite handicapante; apres la tentative des suicides non aboutis, apres ce [beaucoup moins que]debout et lutte![beaucoup plus grand que] chante par Rachid Bromi dans une belle melodie vers la fin du spectacle, les personnages tentent et reussissent parfaitement de se mettre en equilibre sur la balancoire. L'homme aux dimensions demesurees peut enfin descendre des cintres et se poser nonchalamment sur la scene, tel un Deus Ex Machina venant regler tous les problemes ou se debat l'humanite. Le temps est-il a l'optimisme et a l'espoir de voir un jour l'egalite retablir l'equilibre entre les hommes? En tous les cas, [beaucoup moins que]nous avons besoin d'une morale civile qui nous aide a respecter nos differences et non pas les condamner, une morale civile qui promeut l'egalite des citoyens, independamment de leur sexe, ethnie, religion, couleur ou statut social. Nous avons besoin d'egalite de dignite de liberte, d'ecoute et surtout d'un debat constructif pour revendiquer nos droits et nos besoins [beaucoup plus grand que], dit le personnage dans la langue de Moliere.

La fin du spectacle est d'un optimisme deconcertant en effet. Elle invite a l'amour et le partage. Et pour cela, nous avons [beaucoup moins que]besoin de l'autre[beaucoup plus grand que], [beaucoup moins que]besoin de toi comme lumiere eclairant mon chemin[beaucoup plus grand que], disent en choeur les personnages chacun dans sa langue et dans toutes les langues. N'est-ce pas la une belle lecon de fraternite, d'interculturalite, d'humanite a partager entre les peuples de la terre dans l'egalite qui nous eclaire plus que toute autre manifestation, helas de plus en plus empreinte d'intolerance et d'extremisme?

N'en deplaise aux detracteurs de ce genre de theatre pour qui [beaucoup moins que]cela n'est pas du theatre[beaucoup plus grand que], [beaucoup moins que]The Spirit Level on Stage[beaucoup plus grand que] est le genre de theatre qui rend intelligent, qui pose des questions et ne se pose nullement en donneur de lecons, un theatre qui fait appel a notre sensibilite et nous procure quelques moments de bonheur, ce qui est la fonction meme du theatre.

*Ecrivain et critique de theatre

[1] - Programme aussi pour une tournee nationale a Casablanca, Kenitra, Meknes, El Hajeb et enfin Marrakech. Le spectacle fera une tournee en Suede durant les mois de Aout et septembre.

Copyright Casanet 2015. All rights reserved. Provided by SyndiGate Media Inc. ( Syndigate.info ).
COPYRIGHT 2015 SyndiGate Media Inc.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2015 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

 
Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Al Bayane (Al Dar Al Bayda', Morocco)
Date:Jun 21, 2015
Words:1579
Previous Article:Un arbre pas comme les autres !
Next Article:Le Maroc pour se racheter face a la Libye.

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2018 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters