Printer Friendly

Organisation des Pionniers-enfants du Maroc.

Appel a l'elaboration d'un nouveau code de l'enfant

Le renforcement du dispositif de protection des droits des enfants marocains requiert l'elaboration d'un nouveau code [beaucoup moins que] Moudawana de l'enfant [beaucoup plus grand que], dans le but de compiler dans un seul document toutes les dispositions legislatives ayant trait a l'enfance, souligne l'Organisation des Pionniers-enfants du Maroc (OPEM).

Dans un memorandum presente dans le cadre du debat en cours sur le projet de creation du Conseil consultatif de la famille et de l'enfance, l'Organisation (Talaii en arabe) propose au dit Conseil, une fois mis en place, de lancer un dialogue national autour de ce projet d'envergure du code de l'enfance et de se doter pour ce faire des moyens logistiques, humains et juridiques requis. Il devra aussi chercher le moyen d'avoir les facilites necessaires pour acceder aux donnees et informations necessaires a la realisation de ce projet pour pouvoir s'acquitter comme il se doit de sa tache. Pour l'OPEM, ce Conseil consultatif doit etre compose de 18 membres designes pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois. Neuf membres devront etre nommes par le Roi, trois par le president de la Chambre des representants, trois par le chef du gouvernement et deux par le president de la Chambre des Conseillers, d'apres l'organisation. Dans son memorandum, l'OPEM rappelle que la mise en place d'un tel organe trouve son fondement dans les dispositions de la nouvelle Constitution de 2011 qui reconnait aux citoyens tous les droits necessaires a une vie digne (sante, education, droits sociaux, logement decent, emploi, eau, environnement, droits humains, sociaux et economiques, etc...). Tous les enfants sans distinction aucune, y compris ceux ayant des besoins specifiques se doivent de jouir de leurs droits et d'une protection adaptee a leur situation. Le but ultime est de faire d'eux des citoyens entiers capables de jouer pleinement leur role dans la societe et pour le bien de leur pays. Le memorandum se felicite par ailleurs des progres realises par le Maroc dans le but de rendre conforme la legislation nationale traitant des questions de la famille et de l'enfance aux conventions, chartes et instruments internationaux des droits humains ratifies par le Royaume. Dans le cadre de son memorandum, l'OPEM appelle a accorder une attention particuliere aux couches vulnerables (familles dirigees par la mere, familles aux meres mineures, enfants violentes, enfants de la rue, enfants abandonnes, enfants a besoins specifiques, enfants non scolarises, enfants issus de familles d'emigres, enfants issus de mariage mixte...). Dans le cadre de cette action, il est indispensable d'accorder aussi un interet particulier au mariage des filles mineures et des femmes victimes de viol a leurs violeurs. En tant qu'organe independant, le Conseil consultatif de la famille et de l'enfance se doit de soumettre au Parlement des rapports annuels sur la situation pour lui permettre de les debattre. Il sera charge aussi d'emettre des propositions et resolutions au sujet des plans nationaux concernant la famille et l'enfance, d'animer le debat public sur les politiques poursuivies en la matiere et d'assurer le suivi de la mise en oeuvre des politiques et programmes nationaux. Dans son document, l'OPEM exprime par ailleurs son inquietude devant la recrudescence des violations des droits de l'enfance marocaine et des violences familiales faites aux enfants, etant donne qu'ils constituent le faible noyau de la chaine familiale. Le nombre d'enfants victimes d'abus sexuels, d'exploitation sexuelle et commerciale, de viol, d'assassinat est malheureusement en nette croissance, souligne le document, qui condamne les violences faites aux petites bonnes mineures, le mariage des filles violees a leur violeur, le recul enregistre en matiere d'application de la loi de la Kafala des enfants abandonnes. Tout en se felicitant des progres realises par le Royaume au niveau de la promotion des Droits humains, a l'issue de l'adoption du nouveau code de la famille, l'amendement du code de la nationalite, du code penal et du code de procedure penale, l'OPEM appelle a consolider ces acquis a la suite surtout de l'adhesion du Maroc et de son engagement a realiser les objectifs de developpement du millenaire a travers le lancement du plan d'action nationale [beaucoup moins que] un Maroc digne de ses enfants [beaucoup plus grand que]. L'organisation indique dans le meme ordre d'idees que la justice se doit d'assumer pleinement son role pour donner une nouvelle impulsion aux politiques et programmes concernant la famille et l'enfance. Le pouvoir judiciaire a un role decisif dans la mise en oeuvre des lois et le redressement de la situation dans le but de garantir le respect des droits des enfants et la protection de la famille, precise le memorandum de l'OPEM.

Copyright Casanet 2013. All rights reserved.

Provided by Syndigate.info an Albawaba.com company
COPYRIGHT 2013 Al Bawaba (Middle East) Ltd.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2013 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Al Bayane (Al Dar Al Bayda', Morocco)
Date:Apr 10, 2013
Words:781
Previous Article:News.
Next Article:Aspects de la crise en Espagne.

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2020 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters