Printer Friendly

Obama arrache une victoire et evite le mur budgetaire.

Le Congres americain a adopte mardi soir une loi evitant aux Etats-Unis la cure d'austerite du "mur budgetaire" qui constitue une victoire pour Barack Obama sur la fiscalite face aux republicains, mais repousse seulement de quelques semaines d'autres dossiers epineux.

"L'un des piliers de ma campagne presidentielle etait de changer un code des impots qui etait trop favorable aux riches aux depens de la classe moyenne", a declare le president democrate peu avant 23h30 (04h30 GMT mercredi).

"Ce soir, nous l'avons fait grace aux voix des democrates et des republicains au Congres", a ajoute M. Obama, 20 minutes a peine apres que la Chambre des representants a majorite republicaine eut emboEte le pas au Senat domine par les democrates et adopte un projet de loi augmentant notamment le taux d'imposition des foyers aux revenus superieurs a 450.000 dollars par an.

Une partie des republicains a accepte de voter pour ce dispositif, malgre leur rejet de principe de toute hausse de la pression fiscale, car l'alternative aurait ete le "mur budgetaire", des hausses d'impots pour la quasi-totalite des contribuables et des coupes claires dans les depenses de l'Etat federal, en particulier de defense. Epilogue d'escarmouches repetees et de negociations acharnees a Washington depuis des semaines, la Chambre a donc adopte ce dispositif peu apres 23h00 (04h00 GMT mercredi), dans les memes termes que le Senat moins de 24 heures plus tot et par 257 oui contre 167 non.

Le Senat, siegeant une nuit de la Saint-Sylvestre pour la premiere fois en plus de 40 ans, avait donne son feu vert a ce texte a une ecrasante majorite (89 voix contre huit). Ce compromis avait ete negocie par le vice-president Joe Biden et le chef de la minorite republicaine au Senat, Mitch McConnell.

M. Obama, qui avait interrompu ses vacances a Hawaii au lendemain de NoE1/2l pour revenir gerer a Washington cette enieme crise avec les republicains du Congres, a repris son avion dans la nuit de mardi a mercredi pour retrouver pres d'Honolulu son epouse et ses filles, restees sur place.

Mais avant cela, il a mis en garde ses adversaires contre la tentation de prendre leur revanche budgetaire lors d'autres echeances qui se profilent a l'horizon, comme le necessaire relevement du plafond legal de la dette d'ici a la fin du premier trimestre.

"Je negocierai sur beaucoup de choses, mais je ne debattrai pas encore avec le Congres sur la necessite d'acquitter les factures induites par les lois deja adoptees", a-t-il martele, en rappelant l'episode de l'ete 2011, quand un tel debat s'etait envenime, coutant aux Etats-Unis une degradation de la note de leur dette souveraine par Standard and Poor's.

Ce reglement de la crise aux dernieres heures de mardi arrive a point pour eviter un eventuel decrochage des places financieres, en particulier Wall Street, qui rouvraient hier matin apres la treve du Nouvel An et avaient manifeste leur nervosite lors du cheminement tortueux des negociations depuis novembre.

Copyright Eltahir House 2012

Provided by Syndigate.info an Albawaba.com company
COPYRIGHT 2013 Al Bawaba (Middle East) Ltd.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2013 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Le Progres Egyptien (Cairo, Egypt)
Date:Jan 3, 2013
Words:502
Previous Article:L'erosion de la liste Likoud-IsraE1/2l Beiteinou fragilise Netanyahu.
Next Article:Debut d'annee sanglant en Syrie.

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2020 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters