Printer Friendly

Notes sur les poles de croissance et les strategies territoriales au Quebec.

Abstracts

J. F. DE LIMA: "Notes on Growth Poles and Territorial Strategies in Quebec". [<< Notes sur les poles de croissance et les strategies territoriales au Quebec >>.] This research note proposes general ideas on the polarization and the reinforcement of regional poles as an alternative in order to instigate the economic growth of different areas in Quebec.

The analysis Quebec's experiment shows, in terms of the structure of occupation of space, that the territorial strategies are focussed mainly on demographic problems. Consequently, in spite of a polycentric structure of production and resource exploitation, the dynamics of Quebec's is, still today, dependent on a monocentric industrial dynamism. The cycle of the growth of the territories within Quebec starts when the centre (Montreal and Quebec) or exports remain the king pin of the process of growth. In short, there is a very strong tendency for demographic growth to occur in the central cities.

Indeed, the territories develop different strategies according to their potentials, their trajectories and their weaknesses. Public intervention can contribute through two strategies: 1) reinforcement of the production and agri-food transformation; 2) the creation of a policy of subsidies for the formation of the various bases of export in Quebec's peripheral areas.

In relation to the first strategy, according to growth pole theory (Perroux), regional economies are instigated by distribution, and integration of the markets and processing and manufacturing of resources. In Quebec, the issue is whether growth of production and income is able to lead to a diversification of the productive activities, in order to be able create a more sustainable pattern of territorial development. These problems are at the origin of the absence of an effective public policy for the location of productive activities, the occupation of geographic space and the stimulation of rurality.

In relation to the second strategy, it is possible to work with the improvement of the local productive activities, by establishing strategies such as the creation of business incubators, the formation of industrial districts, labour qualifications, the formation of information networks, and the formation of partnerships, to name but a few. Accordingly, we should establish political differences in tax exemptions in industrial investment, extending them to some areas and thus encouraging integration with rural production and with other productive activities. Furthermore in relation to rural production, it should be noticed that small and medium-sized businesses have an important role to play in job creation. It should be recalled that the principal objective is not to set up only one alternative model, but to develop alternative forms of State intervention in different territories.

It is important to refer to the social policy of well-being, which increased the quality of life in Quebec. This policy must always be preserved. The durability of this type of policy is possible only thanks to the generation of the taxes and revenues.

Resumes

J. F. DE LIMA: << Notes sur les poles de croissance et les strategies territoriales au Quebec >>. Cette note de recherche propose des reflexions generales sur la polarisation et le renforcement des poles regionaux comme une alternative afin de dynamiser la croissance economique des regions au Quebec. L'analyse de l'experience au Quebec demontre, dans la structure d'occupation de l'espace, que les strategies territoriales sont fondees principalement sur les problemes demographiques. En consequence, malgre une structure polycentrique de production et d'exploitation des ressources, la dynamique de la croissance quebecoise est, encore aujourd'hui, dependante d'un dynamisme industriel monocentriste. Le cycle de la croissance des territoires a l'interieur du Quebec commence lorsque le centre (Montreal et Quebec) ou les exportations demeurent en processus de croissance. Bref, il y a une tendance tres forte dans la croissance demographique des villes centrales.

En effet, les territoires developpent des strategies differentes selon leurs potentiels, leurs trajectoires, leurs faiblesses. Apres enumeration de cette caracteristique, il pourra y avoir l'intervention de l'etat et des concertations locales. Afin de repondre a ce besoin, l'intervention publique peut contribuer au travers de deux strategies : La premiere strategie est le renforcement de la production et de la transformation agro-alimentaire. La deuxieme strategie est la creation d'une politique de subventions pour la formation des differentes bases d'exportation aux regions peripheriques quebecoises.

Par rapport a la premiere strategie, d'apres la theorie des poles (Perroux), les economies regionales sont dynamisees par les activites de transformation, de distribution, d'integration des marches et d'exploitation des bassins des ressources. Au Quebec, la problematique qui se pose est de savoir si la croissance du produit et du revenu est capable de conduire a une diversification des activites productives, afin d'etre capable d'etablir la durabilite du dynamisme territorial. Cette problematique est a l'origine de l'absence d'une politique publique efficace des localisation des activites productives, d'occupation d'espace et de stimulation de la ruralite.

Par rapport a la deuxieme strategie, il est possible de travailler a l'amelioration des activites productives locales, en etablissant des strategies telles que la creation d'incubateurs d'entreprises, de la formation de districts industriels, de la qualification de la main-d'oeuvre, de la formation de reseaux d'informations, de la formation de partenariats, entre autres. Dans cette optique, il nous faut etablir des differences politiques d'exemptions fiscales dans les investissements industriels, s'etendant sur quelques regions et faisant ainsi l'integration grace a la production rurale et a d'autres activites productives. Plus loin la production rurale, il faut remarquer que les Petites et moyennes entreprises ont un role important a jouer dans la creation d'emplois.

Il faut rappeler que l'objectif principal n'est pas de mettre en place uniquement un modele alternatif, mais des formes alternatives d'intervention de l'etat dans les territoires, et ce, dans le but de produire une dynamique propre. Il est important de faire reference a la politique de bien-etre sociale, qui a augmente la qualite de vie des gens du Quebec. Cette politique doit toujours etre preservee. La durabilite de ce type de politique est possible uniquement grace a la generation des impots et des rentes. Alors, quelques politiques de subvention et d'exemption des investissements industriels localises devront verser un retour de recette a l'etat avec la stimulation de la demande et de l'integration des gens sur le marche du travail.

Introduction

Les idees de Perroux (1955, 1982), a propos des poles de croissance et du developpement economique, ont eu une forte influence sur la politique du developpement regional de certains pays. Malgre son influence, Perroux n'a pas avance dans l'aspect territorial de la polarisation. Depuis Perroux, d'autres chercheurs (p. ex. Maillat et al 1993; Putnam 1996; Santos :2003) sont venus preciser et augmenter la notion du pole.

En effet, le phenomene de la polarisation constitue une bonne reference dans la reflexion du re-demarrage economique des regions peripheriques et dans la politique territoriale du Quebec. L'analyse de l'experience au Quebec demontre, dans la structure d'occupation de l'espace, que les strategies territoriales sont fondees principalement sur les problemes demographiques. Par exemple, nous pouvons citer : la dispersion de la population et l'occupation du territoire qui se presentent en raison de la dispersion des ressources naturelles, de l'amelioration des conditions de vie et de la distribution des services publics sur l'espace rural d'une forme equitable. En realite, au Quebec, la dispersion des bassins de ressources n'est pas suffisante pour donner une impulsion autonome aux regions de la peripherie. Ainsi, la concentration de la croissance industrielle est toujours proche des grandes villes, telles que Montreal et Quebec (Polese et Shearmur 2003).

L'exploitation du bois est un autre exemple de la differenciation dans l'occupation des territoires, si nous comparons la relation de l'occupation des autres regions avec la meme duree de colonisation. Par exemple, en Amerique latine, il y a eu une integration des zones d'exploitation, de la ruralite et des zones de services (Ferrera de Lima et al 2001). Cependant, au Quebec, ce phenomene ne se produit pas seulement sur l'ensemble du territoire, mais aussi aux endroits strategiques bien places, comme la region de Saint-Hyacinthe.

En consequence, malgre une structure polycentrique de production et d'exploitation des ressources, la dynamique de la croissance quebecoise est, encore aujourd'hui, dependante d'un dynamisme industriel monocentriste. Selon Proulx (2001), le cycle de la croissance des territoires a l'interieur du Quebec commence lorsque le centre (Montreal et Quebec) ou les exportations demeurent en processus de croissance. Bref, il y a une tendance tres forte dans la croissance demographique de ses villes. De la meme maniere, les villes centrales (Quebec et Montreal) attirent de plus en plus d'unites de transformation et des mandats pour l'exploitation des ressources naturelles en regions peripheriques de la province.

Donc, les activites industrielles ayant un grand impact sur l'economie se developpent dans la grande region de Montreal et du Quebec, la ou la concentration demographique est considerable. L'exploitation des bassins est polycentrique, c'est-a-dire que la creation de la richesse est dispersee. Quant a la dynamique industrielle et a la population, elles sont monocentristes, c'est-a-dire que la creation des emplois est concentree. En consequence, les flux des investissements et le mouvement des territoires sont determines par les mouvements des grandes villes.

Sur ce debat, cette note de recherche propose une reflexion a partir de deux questions : La revitalisation des poles regionaux est-elle une strategie valable de politique territoriale? Cette strategie pourrait-elle assurer une croissance economique durable au Quebec? Pour notre reflexion, nous revenons au modele de revitalisation des poles regionaux de croissance economique. Ce nouveau modele de croissance economique aura, dans la demande interne, son principal element anticyclique et, dans la structure d'exportation, son element de dynamisme. La diversification des activites dans la peripherie et la creation des unites de transformation autonomes sont deux elements tres importants.

La theorie de la polarisation et la politique territoriale

D'apres la synthese des etudes traitant de la polarisation, fait par Francois Perroux (1955, 1982), l'essence de la theorie du developpement economique se resume en trois postulats :

* La croissance est localisee. Elle n'est pas disseminee dans l'espace ou dans le systeme productif.

* La croissance economique est toujours en desequilibre. Elle a une intensite variable et se transmet a travers divers canaux, avec des effets differents pour l'ensemble de l'economie.

* L'existence d'une unite motrice (ou ensembles d'unites motrices), qui produit des effets d'enchainement (linkages) sur les autres activites distribuees dans un meme espace geographique.

L'unite motrice peut etre ordinaire ou complexe, composee pour diverses entreprises et industries. Elle peut etre une combinaison exercant un effet d'attraction (domination) sur les autres unites qui s'y rapportent. Sa performance dans un espace economique va produire des effets externes positifs. Bref, les unites motrices forment un espace polarise et moteur. En general, les effets produisent des economies d'echelle << externes >> et des localisations qui se transmettent dans toutes les regions. Par exemple, les effets d'agglomeration produisent des relations d'enchainement productif en amont et en aval. Selon Hirschmann (1996), les effets en amont et aval s'etendent sur toute la structure de production (agglomerations, effets techniques, transports) et sur le marche et la demande (impacts des innovations, changements des variables macroeconomiques, changements institutionnels et demographiques).

La croissance de l'unite motrice va definir la structure de production grace a l'expansion de la rente regionale. Afin qu'une economie puisse avoir un niveau de rente plus eleve, elle devra developper un ou plusieurs centres regionaux. De la meme maniere, ces centres produiront des effets d'enchainements productifs susceptibles de stimuler l'economie des regions peripheriques. Ils devront etre capables egalement d'integrer la structure de production regionale. A partir de cela, les effets crees specialement pour l'unite motrice (ayant comme consequence la polarisation) denotent l'importance d'une politique du developpement regional comme etant element fondamental de la prevision et de la gestion du processus de la croissance economique des regions.

Donc, l'objectif d'une politique territoriale, d'apres ces elements, est de pouvoir aider les territoires de facon a entrainer les deux faits que Perroux (1982) comprend alors comme des conditionnements de croissance : l'intensite du flux des rentes et l'intensite des relations techniques et commerciales entre les entreprises localisees dans la region. Ces faits sont illustres dans la figure 1.

[FIGURE 1 OMITTED]

Dans la figure, nous pouvons observer les interrelations des activites economiques locales et regionales. Les entreprises ont une relation de cooperation et de concurrence a l'interieur du territoire. Elles ont des relations de production qui apparaissent dans les flux commerciaux. Des informations, des partenariats et des strategies de conquete qui vont vers de nouveaux marches, principalement a l'exterieur du territoire. La conquete des marches interregionaux donnee a la region un surplus de demande. Plus de demande, plus des stimulations a des nouveaux investissements. L'integration avec les marches externes est une alternative valable pour assurer l'absorption des excedents de production, soutenir les faiblesses du marche interne et stimuler l'expansion de l'unite motrice. L'unite motrice ou dominante, qui est responsable d'une grande part du produit et des emplois, va attirer un groupe d'entreprises et d'unites integres de production. Selon Hirschmann (1996), les entreprises representent les resultats des effets en amont et en aval dans l'ensemble de l'economie locale des demandes et des offres de l'unite dominant (ou motrice). Cette unite demandera des matieres--premieres, de la main-d'oeuvre et des services dans la region, pour ensuite engendrer des rentes et stimuler le marche local. Generalement, une grande partie de la production de l'unite motrice est exportee vers le marche exterieur.

L'integration avec les marches externes et l'ouverture vers le commerce international fut reprise par Maillat et al (1993) dans l'analyse des milieux innovateurs. Cette idee vient preciser et augmenter la notion de pole et son champ d'influence. Selon les auteurs, le milieu est un ensemble de relations intervenant dans une zone geographique. Cette zone geographique regroupe un systeme de production et l'interaction d'un collectif d'entreprises, d'institutions, des elements materiels et de culture technique. En plus, le milieu se caracterise par la cooperation entre le collectif et la structure productive. Au fil du temps, les agents economiques convergent vers des formes plus efficaces de gestion et d'innovation. Par contre, le milieu innovateur formera des reseaux d'innovation dans la mesure qu'il s'inscrit dans un contexte competitive global, c'est-a-dire qu'il s'ouvre vers le commerce exterieur.

Au contraire de Perroux (1955, 1982) et Maillat et al (1993), Santos (2003) affirme la presence d'une population regionale dont le niveau de vie s'eleve est la cause premiere de la creation d'une fonction industrielle. Dans la meme ligne, Putnam (1996) explique que les regions ayant un tissu de vie civile capable d'entretenir des liens avec d'autres regions, avec les institutions sont capables de demarrer le developpement. Par contre, la region pole sera laquelle qui jouissait d'un engagement collectif. La polarisation n'est pas l'effet d'une unite motrice. La polarisation est le phenomene de la connectivite civile, de la formation d'un capital social, c'est-a-dire des aspects de la vie collective qui rendent la population plus productive. Cette discussion nous donne des elements pour l'analyse des poles de la croissance et la strategie territoriale au Quebec.

Reflexions sur les poles de la croissance et la strategie territoriale au Quebec

Il est possible de reflechir a quelques alternatives sur le modele geoeconomique actuel, ainsi que sur la propre logique des poles, celle-ci ayant ete presente dans la premiere partie de cet article. Selon Paquet (1994), la dynamique du jeu socioeconomique depend davantage des perceptions que des realites, du virtuel que du reel. Ainsi, meme avec quelques restrictions d'ordre pratique, l'amelioration de la dynamique regionale se doit d'etre mise dans un programme politique pour les prochaines generations. Le probleme, c'est qu'une economie toujours basee sur une seule structure de production creera une dynamique fragile devant les cycles places a l'exterieur du territoire. En consequence, un besoin de creer d'autres flux de rentes et d'emplois va se faire sentir.

Donc, les actions favorisant une nouvelle dynamique des territoires du Quebec devront chercher un polycentrisme base sur la strategie de la formation et de la revitalisation des nouveaux poles moyennes (de croissance). Cette idee est confirmee par Santos (2003) dans son analyse du processus de polarisation. L'auteur repris l'idee de la polarisation de Perroux (1955, 1982), mais dans un autre perception. Dans l'analyse de Santos (2003), la polarisation cree des conditions de progres que ne pourraient creer plusieurs petits centres. Le probleme est de savoir a partir de quel moment le poids du pole sur la region devient nuisible. C'est le probleme de la creation ou du renforcement des poles moyennes, capables de s'interagir avec les structures territoriales (figure 1). Santos (2003) cite le cas du Bresil ou d'innombrables poles moyens se sont considerablement agrandis en relation avec les grands poles et en fonction de l'organisation de l'espace correspondant. C'est donc tout un probleme de strategie territoriale qui se pose et s'impose.

En effet, les territoires developpent des strategies differentes selon leurs potentiels, leurs trajectoires, leurs faiblesses. Apres enumeration de cette caracteristique, il pourra y avoir l'intervention de l'etat et des concertations locales. Afin de repondre a ce besoin, l'intervention publique peut contribuer au travers de deux strategies :

La premier strategie : le renforcement de la production et de la transformation agro-alimentaire

D'apres la theorie des poles, les economies regionales sont dynamisees avec les activites de transformation, de distribution, d'integration des marches et d'exploitation des bassins des ressources. Au Quebec, la problematique qui se pose est de savoir si la croissance du produit et de la rente est capable de conduire a une diversification des activites productives, afin d'etre capable d'etablir la durabilite du dynamisme territorial. Cette problematique est a l'origine de l'absence d'une politique publique efficace de localisation des activites productives, d'occupation d'espace et de stimulation de la ruralite. Il faut souligner que notre conception de ruralite est celle propose par la Politique nationale de la ruralite : La ruralite touche le mode de vie et la condition des populations rurales eloignes des grands centres. D'apres le site Web du Ministere du developpement economique, innovation et exportation << La Politique nationale de la ruralite decoule d'un constat selon lequel la croissance et l'avenir du Quebec et de son territoire rural sont intimement lies >> (http://www.mdeie.gouv.qc.ca).

En effet, la Politique de la ruralite confirme un renforcement du produit du terroir (agriculture, l'elevage, la culture, l'environnement) comme etant une alternative afin d'assurer l'occupation dynamique du territoire et d'empecher l'exode des jeunes vers les grandes villes. La politique agricole est couteuse et les resultats ne sont pas visibles a court terme. Mais, selon Ferrera de Lima et autres (2002), lorsque celle-ci est axee sur le savoir, l'innovation, la technologie et integree aux activites de transformation locale, elle est capable de se convertir en un instrument de distribution du revenu, de generation d'epargnes et de demande locale.

Au Quebec, l'espace rural a toujours joue un role primordial dans les mouvements d'urbanisation, malgre des effets inegaux pour chaque collectivite rurale. Selon Dugas (2000), les territoires se dynamisent seulement lorsqu'ils sont capables d'elargir et de densifier leurs tissus de population, d'ameliorer et de diversifier l'economie et de renforcer leurs infrastructures de services. Ces transformations peuvent declencher le changement d'un espace rural en un espace urbain. Par ailleurs, la croissance de la ruralite n'est pas la meme sur tout l'espace, mais celle-ci est importante dans l'occupation d'une main-d'oeuvre expulsee du marche du travail depuis quarante ans. Ainsi, une politique du developpement de la ruralite entrainera les possibilites de dynamisme vers d'autres << cibles >>, tels que les flux migratoires et les caracteristiques de la population. Ce dernier est important, car l'occupation de l'espace rural va produire des transformations sur les formes de vie, ainsi que des amenagements dans le profil du territoire.

Un autre point important, concernant une politique agricole du Quebec et la dynamisation des activites dans les poles, est l'egalite des revenus ruraux (Dugas 2000). Etant donne que l'un des objectifs de la politique territoriale au Quebec est l'occupation de l'espace, ainsi que le ralentissement de l'exode vers les grands centres (Proulx 2001), une politique agricole devrait alors produire le transfert de la rente aux agriculteurs de l'interieur. De certaine maniere, les subventions a la production ont ete renforcees dans cette derniere annee, principalement apres les problemes avec la << maladie de la vache folle >>. Par contre, il y a d'autres alternatives de renforcement de la production et l'amelioration du profil d'occupation du territoire. Un exemple est l'utilisation de terres libres par des immigrants recus. Cette strategie a ete utilisee dans l'occupation americaine, bresilienne et argentine. Dans ces pays, les immigrants etrangers ont recu des lopins de terre et des contributions pour l'expansion de l'agriculture vers les espaces vides. Une bonne partie des territoires occupes par ces immigrants a devenu des poles importants de transformation agroalimentaire.

Dans ce sens, il est possible de se penser dans une politique d'immigration attachee au profit des terrains disponibles aux regions peripheriques. Comme la tendance a long terme est l'attraction plus large des flux migratoires vers le Quebec, cette strategie renforce aussi le besoin d'expansion de la production pour attendre une demande que peut s'accroitre. Au moment ou cette strategie cible le renforcement des territoires ruraux, elle cherche aussi a ameliorer le cadre social lie a l'immigration et l'amelioration du flux des rentes dans les villages rurales.

La deuxieme strategie : La creation d'une politique de subventions pour la formation des differents bases d'exportation aux regions peripheriques quebecoises

Les subventions versees aux entreprises souffrent aujourd'hui de quelques restrictions, selon les directives de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). De facon generale, il est possible de travailler a l'amelioration des activites productives locales, en etablissant des strategies telles que la creation d'incubateurs d'entreprises, de la formation de districts industriels, de la qualification de la main-d'oeuvre, de la formation de reseaux d'informations, de la formation de partenariats (Veroneze et Ferrera de Lima 2003), et ainsi de suite.

Neanmoins, le besoin d'une politique de subventions vient du fait qu'une seule politique agricole ne resoudra pas tous les problemes de croissance economique et de developpement regional. Meme la creation d'infrastructures de transports, de reformes dans le systeme d'education, de la distribution des services publics n'a pas ete suffisante pour promouvoir la durabilite de la croissance economique. Ces politiques ont toujours ete efficaces dans la creation d'une base productive locale, meme si, toutefois, elles ne sont pas suffisantes pour creer une dynamique propre aux regions. Elles ne peuvent donc pas diminuer la concentration des activites productives. Dans cette optique, il nous faut etablir des differences politiques d'exemptions fiscales dans les investissements industriels, s'etendant sur quelques regions et faisant ainsi l'integration grace a la production rurale et a d'autres activites productives. (1) Plus loin la production rurale, il faut remarquer que les PMEs ont un role important a jouer dans la creation d'emplois.

D'apres Hamel et Klein (1996), le renforcement des PMEs entraine un fort discours politique de l'autonomie et du developpement endogene, c'est-a-dire un developpement dont les strategies, grace a une formation sociale homogene de la population, vont produire une integration, situee entre la sphere productive et la politique decisionnelle. Cette integration formera les elements les plus importants dans le processus de la croissance economique de facon plus diffuse. Garofoli (1996) nous rappelle que la croissance economique diffuse se caracterise par la presence importante de PME, qui n'ont pas d'engagement total avec les grandes entreprises et qui utilisent toutes formes de production dans un territoire restreint.

Le grand defi de cette production diffuse est sa capacite a produire une dynamique territoriale a long terme. En general, lorsque cette structure se concentre sur un nombre suffisant d'activites productives, qui possedent un mouvement de motricite (linkages effets), toute l'economie s'en ressent. Ensuite, une cohesion se combine aux faits pour se renforcer reciproquement, formant ainsi de nouveaux poles de croissance autonome des anciens centres (Fourcade 1996). Pour cela, le probleme, avec les PME, c'est qu'elles travaillent a court terme sur les perspectives du marche local et sont fragiles aux mouvements du marche global. Pour cela, l'Etat demeure un facteur tres important dans la protection et la promotion des entreprises locales. Le gouvernement devrait plutot les aider a travailler de facon globale et qualitative. Cette promotion et cette protection doivent evoluer, selon Vachon (1994), de facon a rendre visibles et plus intelligibles la societe locale, les structures et les acteurs economiques locaux; il devra systematiser les relations entre les partenaires economiques locaux afin de les rendre plus efficaces dans la poursuite des objectifs qu'ils se seront fixes.

Le travail de l'etat (suivie d'une politique de promotion des investissements dans les PME) doit accompagner une planification globale des activites, afin de decouvrir quelles sont les opportunites, quelles sont les entreprises qui ont les possibilites de rivaliser dans le marche et quelles sont les activites qui peuvent dynamiser l'economie territoriale. Cette structure se fera avec la participation de toutes les spheres du pouvoir local, des institutions et des entrepreneurs.

En guise de conclusion

Les strategies territoriales de croissance economique cherchent a comprendre les mecanismes et les formes d'intervention regionales destinees a produire l'accroissement des economies regionales. Par contre, une des caracteristiques du developpement capitaliste est l'exclusion des gens, des espaces et des cultures qui ne s'adaptent pas a sa logique de production. En consequence, la politique territoriale mise en place pour les experts doit faire aussi la correction et la regulation des formes de production dans l'espace. Ainsi, la question principale dans la politique territoriale au Quebec doit etre le polycentrisme des activites economiques. L'objectif de cette politique est une nouvelle dynamisation des regions au Quebec ainsi qu'une interaction avec les structures productives territoriales. En fait, les caracteristiques particulieres de chaque territoire, comme les distances, les qualites et la dimension des ressources doivent etre considerees. Ces questions sont necessaires aux idees qui peuvent apporter un soutien a une nouvelle revitalisation des poles.

Il est possible d'affirmer que l'integration des territoires quebecois s'est retrouvee incapable de produire une dynamique propre et autonome. Meme les territoires, comme le Saguenay-Lac-Saint-Jean (qui est devenu la Vallee de l'aluminium) se fragilisent face aux formes actuelles d'exploitation. La forme de production et les principaux composants (l'eau, l'energie et la bauxite, qui est importee) sont passibles de transformation partout sur le globe. Pour cela, la localisation de l'industrie changera selon la competition globale. Bref, par rapport aux interets des grandes industries, il est primordial que la formation d'un reseau de PME travaille a la transformation des matieres--premieres regionales, afin de ne pas se retrouver dependants des grands investisseurs.

Malgre la forte concurrence internationale, qui fait que les investisseurs soient interesses par les regions deja fortement developpees, la force des collectivites locales pour batir son avenir est encore tres puissante. Des exemples de cette force sont partout dans le monde, principalement au niveau des cooperatives de transformation agroalimentaire dans la region Sud du Bresil, dans la recuperation des anciennes structures de transformation de la viande dans l'Uruguay et meme dans la transformation du bois et d'autres artefacts au Quebec. Parfois les diversites regionales jouent un role plus important dans l'induction de la motricite a l'echelle des poles que la specialisation. De la meme maniere, la distribution des activites productives sur l'espace et la dynamisation de la ruralite sont des prerogatives valables pour la dynamisation des poles regionaux au niveau de la creation de PIB. Au Quebec, au cours des dernieres annees, l'infrastructure a plutot produit une concentration du moteur de croissance des grandes villes (Quebec et Montreal), plutot qu'une dynamique autonome a l'interieur du Quebec. Il est important qu'une strategie de stimulation puisse obtenir de nouveaux investissements industriels; ceux-ci verront enfin le jour dans les regions les plus extremes de la province.

Cependant, l'objectif principal n'est pas de mettre en place uniquement un modele alternatif, mais des formes alternatives d'intervention de l'Etat dans les territoires, et ce, dans le but de produire une dynamique propre. Il est important de faire reference a la politique de bien-etre sociale, qui a augmente la qualite de vie des gens du Quebec. Cette politique doit toujours etre preservee. La durabilite de ce type de politique est possible uniquement grace a la generation des impots et des rentes. Alors, quelques politiques de subvention et d'exemption des investissements industriels localises devront verser un retour de recette a l'Etat avec la stimulation de la demande et de l'integration des gens sur le marche du travail.

References

Belanger, Y. et A. Gagnon. 1994. << Quebec : Etat et societe >>, dans Y. Belanger et A. Gagnon (dirs.). Quebec Inc. : la derive d'un modele ? Montreal : Quebec-Amerique, 443-459.

Dugas, C. 2000. << L'espace rural quebecois >>, dans M. Carrier et S. Cote (dirs.). Gouvernance et territoires ruraux : elements d 'un debat sur la responsabilite du developpement. Quebec : PUQ, 13-42.

Fourcade, C. 1996. << L'acces des petites entreprises aux technologies adaptees au developpement : le role des systemes productifs localisees >>, dans C. Courlet et L. Abdelmalki (dirs.). Les nouvelles logiques du developpement. Paris : L'Harmattan, 255-267.

Garofoli, G. 1996. << Industrialisation diffuse et systemes productifs locaux: un modele difficilement transferable aux pays en voie de developpement >>, dans C. Courlet et L. Abdelmalki (dirs.). Les nouvelles logiques du developpement. Paris : L'Harmattan, 367-381.

Hamel, P. et J.L. Klein. 1996. << Le developpement regional au Quebec: enjeu de pouvoir et discours politique >>, dans M.U. Proulx (dir.). Le phenomene regional au Quebec. Quebec: PUQ, 293-311.

Hirschmann, A. 1996. A Propensity to Self-subversion. Harvard University Press.

Ferrera De Lima, J. C. Piacenti, L. Alves, C. Karpinski, E. Skrowonski et M. Piffer. 2002. << Notes sur la dualite dans l'agriculture de la region de Salto Caxias dans l'ouest du Parana au Sud du Bresil >>, dans Actas du XXXVIII Colloque de l'Association de science regionale de la langue francaise (ASRDLF). Trois Rivieres : ASRDLF.

Ferrera De Lima, J., C. Piacenti et M. Piffer. 2001. O Prata e as controversias da integracao Sul Americana. Cascavel : Edunioeste.

Maillat, D., M. Quevit, et L. Senn. 1993. << Reseaux d'innovation et milieux innovateurs >>, dans D. Maillat, M. Quevit et L. Senn (dirs.). Reseaux d'innovation et milieux innovateurs : un pari pour le developpement regional. Neuchatel : EDES, 1-13.

Ministere du developpement economique, innovation et de l'exportation. 2004. La politique nationale de la ruralite, http://www.mdeie.gouv.qc.ca/page/web/ portail/developpementRegional/nav/ruralite/42806.html?iddoc=42806. Derniere acces le 08 mai 2005.

Paquet, G. 1994. << Quebec Inc : Mythes et realites >>, dans Y. Belanger et A. Gaganon (dirs.). Quebec Inc. : la derive d ira modele? Le modele quebecois de developpement economique. Montreal : Editions Quebec--Amerique.

Perroux, F. 1955. << Note sur la notion de pole de croissance >>. Economie appliquee, 8 : 307-320.

--. 1982. Dialogue des monopoles et des nations : equilibre ou dynamique des unites actives? Grenoble : Presses universitaires de Grenoble.

Polese, M. et R. Shearmur. 2003. << R.I.P.-H.M.R. : A propos du concept de pole de developpement et des strategies de developpement economique des regions quebecoises >>. Revue canadienne des sciences regionales, 26 : 61-86.

Proulx, M.U. 2001. La tectonique des territoires quebecois : Sommaire executif Quebec : Centre Quebecois de recherche et de developpement des territoires (CQRDT).

Putnam, R. 1996. << La societe civile en declin : pourquoi? Et apres? >> La conference John L. Manions. Ottawa : Centre Canadien de Gestion. http://bibvir. uqac.ca/archivage/1538867.pdf. Derniare acces le 28 avril 2005.

Santos, M. 2003. Economia espacial. Sao Paulo: Edusp.

Vachon, B. 1994. << La synergie des partenaires en developpement economique local: entrepreneurship et systemes productifs locaux >>, dans M.U. Proulx (dir.). Developpement economique: cle de l 'autonomie locale. Montreal: Les Editions Transcontinental/Fondation de l'Entrepreneurship, pp. 191-219.

Veroneze, M. et Ferrera De Lima, J. 2003. << Notas sobre a polarizacao no Parana: Uma reflexao a partir da aplicacao do modelo de Realy >> Revista de Desenvolvimento Regional (REDES). Santa Cruz do Sul: UNISC, 8 (2).

Jandir Ferrera de Lima *

Colegiado de economia-UNIOESTE

Rua da faculdade, 645--La Salle

85903-000-Toledo-Parana-BRESIL

jandir@yahoo.ca

* Professeur /chercheur a l'Universite Estadual do Oeste do Parana (UNIOESTE)/Campus de Toledo, Bresil; Chercheur au Groupe de recherche en developpement regional et agrobusiness (GEPEC)/UNIOESTE, Bresil; Ph.D. en developpement regional par l'Universite du Quebec a Chicoutimi (UQAC); Chercheur associe au Groupe de recherche et d'intervention regionale (GRIR)/UQAC.
COPYRIGHT 2005 Canadian Journal of Regional Science
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2005 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Title Annotation:RESEARCH NOTES/NOTES DE RECHERCHE; Notes on Growth Poles and Territorial Strategies in Quebec
Author:de Lima, Jandir Ferrera
Publication:Canadian Journal of Regional Science
Geographic Code:1CQUE
Date:Mar 22, 2005
Words:5260
Previous Article:Constance et mutation: le discours des acteurs municipaux devant le mouvement <> au Quebec.
Next Article:L'urbain. Un enjeu environnemental.
Topics:

Terms of use | Copyright © 2018 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters