Printer Friendly

MONDE ARABELiban: Le feu couve toujours.

Al-Ahram hebdo Les protagonistes ont renouE[umlaut] des contacts en vue d'une sortie de crise, qui paraEt toutefois lointaine.Al-Ahram hebdoUn calme prE[umlaut]caire est de retour au Liban. Mais les violences meurtriE res, les tireurs embusquE[umlaut]s sur les toits et les combats entre sunnites et chiites de ces derniers jours ont rE[umlaut]veillE[umlaut] les dE[umlaut]mons de la guerre civile dans ce pays en proie Ea une grave crise politique. Une situation tendue qui pourrait aussi contraindre la classe politique Ea revenir au dialogue pour E[umlaut]viter le pire. Alors que des scE nes d'E[umlaut]meutes embrasaient jeudi des quartiers musulmans de Beyrouth, les principaux dirigeants, sunnites de la majoritE[umlaut] anti-syrienne et chiites de l'opposition, ont appelE[umlaut] leurs partisans Ea quitter la rue. De fait, les contacts politiques se multiplient entre protagonistes pour un rE glement de la crise, qui ne cesse de s'envenimer depuis la dE[umlaut]mission mi-novembre des cinq ministres reprE[umlaut]sentant la communautE[umlaut] chiite et qui a dE[umlaut]gE[umlaut]nE[umlaut]rE[umlaut] la semaine derniE re en violences confessionnelles. En effet, malgrE[umlaut] un blocage total des institutions depuis deux mois et demi -- l'opposition ne reconnaEt plus la lE[umlaut]gitimitE[umlaut] du gouvernement accusE[umlaut] d'accaparer le pouvoir -- les contacts politiques semblaient renouE[umlaut]s ces derniers jours. Le prE[umlaut]sident du Parlement Nabih Berri, personnalitE[umlaut] chiite de l'opposition, s'est entretenu par tE[umlaut]lE[umlaut]phone avec le premier ministre Fouad Siniora et avec le chef druze Walid Joumblatt, un des leaders de la majoritE[umlaut] anti-syrienne. Et le chef de la majoritE[umlaut], le sunnite Saad Hariri, s'est dit prE[logical not]t Ea rencontrer le dirigeant du Hezbollah chiite, Hassan Nasrallah, qui mE ne l'opposition soutenue par Damas et TE[umlaut]hE[umlaut]ran, en estimant qu'il A1/2 n'y avait d'autre choix que le retour au dialogue e. Selon un conseiller de M. Berri, ces contacts ont permis une intervention massive de l'armE[umlaut]e et le retour au calme Ea Beyrouth, ville placE[umlaut]e sous couvre-feu dans la nuit de jeudi Ea vendredi. A1/2 Nous sommes Ea la croisE[umlaut]e des chemins. Si les partisans du pouvoir continuent Ea rejeter toute solution qui convienne Ea toutes les parties, personne ne pourra arrE[logical not]ter l'engrenage de la guerre civile e, a averti ce conseiller qui a requis l'anonymat. Cette E[umlaut]ventualitE[umlaut] est pourtant E[umlaut]cartE[umlaut]e par Sami Salhab, professeur de droit international, pour qui le Hezbollah n'est pas prE[logical not]t Ea une telle extrE[umlaut]mitE[umlaut] sans feu vert de l'Iran, son principal soutien politique et financier. Car l'issue de la crise dE[umlaut]pendra pour partie des contacts rE[umlaut]gionaux en cours, alors que l'Arabie saoudite, puissant alliE[umlaut] arabe du gouvernement Siniora, poursuit ses concertations avec l'Iran. La grE ve gE[umlaut]nE[umlaut]rale organisE[umlaut]e le 23 janvier par l'opposition pour rE[umlaut]clamer la chute du gouvernement de Fouad Siniora, un droit de veto au cabinet et des E[umlaut]lections anticipE[umlaut]es a E[umlaut]tE[umlaut] E[umlaut]maillE[umlaut]e de batailles de rue meurtriE res et a redessinE[umlaut] d'anciennes lignes de front dans des quartiers chrE[umlaut]tiens de Beyrouth. Plus violentes encore, les E[umlaut]meutes qui ont opposE[umlaut] jeudi de jeunes militants pro et antigouvernementaux dans le quartier de l'UniversitE[umlaut] arabe ont pris le visage de combats entre sunnites et chiites. L'intensitE[umlaut] des combats et les mE[umlaut]thodes utilisE[umlaut]es ont semE[umlaut] la panique et rE[umlaut]veillE[umlaut] le cauchemar de la guerre civile (1975-90) : tireurs embusquE[umlaut]s sur les toits, hommes armE[umlaut]s et masquE[umlaut]s dressant des barrages et contrE[sup.3]lant les identitE[umlaut]s, tirs d'armes Ea feu de part et d'autre. Ces deux journE[umlaut]es ont fait sept morts et environ 300 blessE[umlaut]s dans le pays. Soutien financier massifLa persistance de la crise jette une ombre sur les rE[umlaut]sultats positifs de la ConfE[umlaut]rence sur l'aide E[umlaut]conomique au Liban, tenue jeudi dernier Ea Paris. M. Siniora a en effet obtenu un soutien financier massif de 7,6 milliards de dollars, mais ces milliards promis par la communautE[umlaut] internationale ne pourront contribuer efficacement Ea soulager l'E[umlaut]conomie du Liban que si une solution politique met fin Ea l'instabilitE[umlaut]. A1/2 Le succE s se mesurera Ea la capacitE[umlaut] du gouvernement d'adopter les rE[umlaut]formes, pas seulement de rE[umlaut]colter de l'argent. Les conditions politiques actuelles sont trE s difficiles et les obstacles aux rE[umlaut]formes trE s forts e, a estimE[umlaut] Nabil Shaaya, expert E[umlaut]conomique. Le soutien financier au pays du CE dre doit accompagner un programme de rE[umlaut]formes qui prE[umlaut]voit notamment une hausse de la TVA et des privatisations dans les secteurs de l'E[umlaut]lectricitE[umlaut] et de la tE[umlaut]lE[umlaut]phonie mobile. Mais le blocage des institutions rend impossible dans les conditions actuelles la mise en Eouvre de ces rE[umlaut]formes. Le Liban, qui se remet difficilement de la guerre de l'E[umlaut]tE[umlaut] dernier entre IsraE1/2l et le parti chiite du Hezbollah, est accablE[umlaut] par une dette publique de 41 milliards de dollars. Sur l'aide promise Ea Paris, 730 millions de dollars sont des dons et seulement 1,95 milliard sera mis Ea disposition du gouvernement cette annE[umlaut]e. A1/2 Encore faut-il maintenant que ces montants soient effectivement dE[umlaut]boursE[umlaut]s, ce qui est loin d'E[logical not]tre le cas vu la situation actuelle e, a prudemment commentE[umlaut] un diplomate europE[umlaut]en, sous couvert de l'anonymat. A1/2 Comment les autoritE[umlaut]s libanaises vont-elles mettre en pratique leurs rE[umlaut]formes E[umlaut]conomiques dans les conditions actuelles ? e, s'interroge aussi ce diplomate, en rE[umlaut]fE[umlaut]rence Ea la paralysie du gouvernement Siniora. A1/2 Le Hezbollah est dE[umlaut]terminE[umlaut] Ea ne pas lEocher prise pour atteindre ses objectifs et Siniora ne semble pas prE[logical not]t Ea faire des concessions de son cE[sup.3]tE[umlaut] e. MenE[umlaut]e par le Hezbollah chiite, l'opposition libanaise affiche sa dE[umlaut]termination Ea obtenir la chute du gouvernement Siniora, la formation d'un cabinet d'union nationale et la tenue de lE[umlaut]gislatives anticipE[umlaut]es. Le Hezbollah a menacE[umlaut] le gouvernement Siniora d'une nouvelle escalade. A1/2 Que personne, au Liban ou Ea l'E[umlaut]tranger, ne pense que l'opposition va abandonner ses objectifs e, a martelE[umlaut] cheikh Nasrallah qui a accusE[umlaut] des A1/2 personnalitE[umlaut]s e au sein du gouvernement de chercher Ea provoquer un conflit entre sunnites et chiites au Liban.La gigantesque dette publique du Liban a presque triplE[umlaut] en dix ans pour atteindre 41 milliards de dollars fin 2006. La guerre de l'E[umlaut]tE[umlaut] dernier entre IsraE1/2l et le Hezbollah chiite a dE[umlaut]vastE[umlaut] les infrastructures du pays. Le premier ministre libanais a clairement indiquE[umlaut] que son pays E[umlaut]tait incapable de s'en sortir seul. La guerre et la crise politique ouverte depuis l'assassinat en 2005 de l'ex-premier ministre Rafic Hariri ont plongE[umlaut] le Liban dans une rE[umlaut]cession alors qu'il s'attendait Ea une croissance de 6 % en 2006. A*MONDE ARABE Liban: Le feu couve toujours

2003 Jordan Press & publishing Co. All rights reserved.

Provided by Syndigate.info an Albawaba.com company
COPYRIGHT 2007 Al Bawaba (Middle East) Ltd.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2007 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:The Star (Amman, Jordan)
Date:Feb 5, 2007
Words:1288
Previous Article:Spotlight : Emma Faust Tillman.
Next Article:SOCIETE:Quelle vie aprE?s l'universitE[umlaut] ?

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters