Printer Friendly

Lien entre troubles de personnalite, troubles de l'attachement et comportements violents: synthese des ecrits.

Links between personality disorders, attachment disorders and violent behaviour: a literature review

Relacion entre los trastornos de la personalidad, los trastornos del apego y los comportamientos violentos: sintesis de textos

Relacao entre transtornos de personalidade, transtornos de apego e comportamentos violentos: sintese da literatura

La violence est un phenomene social qui attire l'attention des chercheurs en psychologie depuis plusieurs decennies. Afin d'en faciliter la comprehension, il est important de definir le concept de la violence et de distinguer la violence intraconjugale de la violence extraconjugale. Les deux types de violence se decrivent par des strategies de controle ou de domination qui portent atteinte a la securite, a la dignite, a l'integrite physique, psychique ou morale d'une personne. La violence intraconjugale est dirigee vers un partenaire amoureux tandis que la violence extraconjugale est dirigee vers tout autre individu.

Certains auteurs ont observe des motivations sous-jacentes aux comportements violents. Ross et Babcock (2009) presentent deux sous-types de violence soit la violence reactive et la violence proactive. Le premier type se definit par des gestes de violence plus impulsifs, non planifies, hostiles, motives par de la colere et souvent en reponse a une provocation percue (Bushman et Anderson, 2001). Le deuxieme type se definit plutot par un besoin de controle a exercer, une violence instrumentale et premeditee. Ces gestes de violence ne sont pas poses en reponse a une provocation ou a de la colere (Ramirez et Andreu, 2003).

Des etudes ont aussi tente de comprendre ce qui incite a commettre des gestes de violence (Whittington et Richter, 2006). Ainsi, il a ete reconnu que diverses causes biologiques, psychologiques, sociales, environnementales pouvaient etre reliees aux comportements violents (Whittington et Richter, 2006; Shaver et Mikulincer, 2011). Ces etudes ont permis de mieux comprendre l'interaction entre certaines variables predisposant un individu a la violence, entre autres, la presence de troubles de personnalite (Berman et al., 1998; Fountoulakis et al., 2008; Mauricio et al., 2007) et la consommation de substances psychoactives (Boles et Miotto, 2003). Le trouble d'attachement a aussi attire l'attention des chercheurs pour comprendre la presence de violence au sein des couples (Bartholomew et al., 2001; Dutton et al., 1994). Le trouble d'attachement se manifeste par un desordre au niveau comportemental, des emotions et des interactions sociales a la suite d'un attachement inadequat, c'est-a-dire que la figure d'attachement n'a pas repondu ou repondait inadequatement aux besoins de l'enfant (Bartholomew et al., 2001). Ces chercheurs (Bartholomew et al., 2001; Dutton et al., 1994) ont demontre l'existence d'une relation entre le trouble de l'attachement, le trouble de la personnalite et la manifestation de comportements violents. Cependant, le style d'attachement et les troubles de personnalite ont rarement ete mis en relation dans un contexte de violence interpersonnelle. Le trouble de l'attachement a principalement ete mis en lien avec le phenomene de violence intraconjugale (Allison et al., 2008; Bartholomew et Allison 2006) tandis que la presence de troubles de personnalite a davantage ete liee a la violence extraconjugale (Fountoulakis et al., 2008). Il est pertinent de verifier l'influence du style d'attachement d'un individu qui a recours a la violence de type reactive puisqu'il y a lieu de croire que ces individus ont des difficultes relationnelles dans toutes les spheres de leur vie.

Pour verifier ces liens, nous presentons une synthese des ecrits sur ces variables en identifiant d'abord les etudes sur les troubles de personnalite en lien avec les comportements violents; nous abordons ensuite les theories sur l'attachement et la relation entre l'attachement et les comportements violents, la relation entre le style d'attachement et les comportements violents. En conclusion, nous discutons de la relation entre les troubles de la personnalite, le style d'attachement et les comportements violents chez les individus commettant des gestes de violence dans un contexte autre que conjugal.

Methodologie

Cette synthese des ecrits, bien que non exhaustive, a ete effectuee en employant PsychInfo et Medline, deux bases de donnees tres utilisees en psychologie. Nous avons inclus les etudes et les documents pertinents qui portent sur les trois variables a l'etude: les troubles de personnalite, les troubles de l'attachement et la violence. De plus, nous nous sommes attardes aux travaux qui mettent ces variables en relation.

Troubles de personnalite et violence

La personnalite peut se definir comme l'ensemble organise des caracteristiques psychiques (Bouchard et Gingras, 2007), des comportements et des aptitudes d'une personne. Un aspect important de l'etude de la personnalite est la comprehension du developpement des personnalites pathologiques. Le DSM-IV-TR offre une definition generale de chacun des dix troubles de personnalite (APA, 2000). Ces troubles sont decrits a l'aide de caracteristiques specifiques, entre autres par la facon qu'a un individu de penser, de se comporter et de se sentir (APA, 2000) qui differe significativement de la population generale. En effet, l'individu aux prises avec un trouble de personnalite se conduit d'une maniere qui devie considerablement de ce qui est attendu en societe (APA, 2000). Ces conduites sont deja presentes a l'adolescence ou au debut de l'age adulte et peuvent demeurer stables dans le temps. Ces conduites sont rigides, chroniques et envahissantes, c'est-a-dire qu'elles influencent diverses spheres de leur vie (travail, relations, famille) (APA, 2000; Durand et Barlow, 2002). Cette facon de penser et de se comporter entraine une souffrance significative (Durand et Barlow, 2002). Zimmerman et al. (2005) rapportent que la majorite des personnes avec un trouble de personnalite sont aussi susceptibles de repondre a un ou des criteres d'un autre trouble de personnalite. Le chevauchement des divers troubles s'expliquerait entre autres par la presence des traits de personnalite similaires dans les dix troubles presentes dans le DSM-IV-TR.

La violence interpersonnelle physique est definie par la commission de gestes d'agression poses par un etre humain envers un autre. Ce phenomene constitue un des problemes sociaux les plus importants (Fountoulakis et al., 2008) et a largement ete etudie dans les dernieres annees afin de mieux comprendre et expliquer la relation entre les diverses variables qui influencent le passage a l'acte.

Un consensus existe chez les professionnels en sante mentale quant a la reconnaissance de la propension a commettre des gestes violents chez certaines personnes souffrant d'un trouble de personnalite (Fountoulakis et al., 2008; Gilbert et Daffern, 2011). En effet, plusieurs etudes sur des contrevenants violents ont demontre que le taux de troubles de personnalite chez ces individus etait tres eleve (Watzke et al., 2006). D'autres recherches sur les troubles de personnalite ont demontre un taux de violence plus eleve chez ces individus (McMurran et Howard, 2009). Les comportements violents font meme partie des criteres diagnostiques de certains troubles de personnalite decrits par le DSM IV-TR (APA, 2000). Les personnalites de types antisociale, borderline, schizoide, narcissique, histrionique et paranoiaque sont liees aux comportements violents (APA, 2000; Nathan et al., 2003; Tardiff, 2001). Selon le DSM-IV-TR, les personnalites antisociales demontrent une indifference importante envers les regles sociales et les droits des autres, ce qui les rend particulierement susceptibles au passage a l'acte violent (APA, 2000; Tardiff, 2001). Les personnalites borderlines sont caracterisees par une instabilite marquee aux plans des relations interpersonnelles, de l'image personnelle et des affects. Elles peuvent aussi presenter une impulsivite marquee, incluant des comportements violents (APA, 2000; Tardiff, 2001). Les personnalites de type schizoide sont caracterisees par un detachement dans les relations sociales ainsi qu'une pauvrete des expressions emotives. Dans certaines situations, les personnalites schizoides peuvent manifester des comportements violents (APA, 2000; Tardiff, 2001). Les personnalites narcissiques ont un besoin important d'attention ainsi qu'un cote tres grandiose. De plus, elles sont caracterisees par un besoin important d'etre admirees et demontrent un manque d'empathie. Elles peuvent manifester des comportements violents severes lorsqu'elles ne recoivent pas l'attention ou l'admiration qu'elles croient meriter (APA, 2000; Tardiff, 2001). Les personnalites histrioniques ont egalement un besoin envahissant et excessif d'attention. Lorsque ce besoin n'est pas satisfait, elles ont tendance a demontrer des reponses emotionnelles excessives, incluant de la violence interpersonnelle, cependant moins severe que celle des autres troubles de personnalite (APA, 2000; Tardiff, 2001). Finalement, les personnalites paranoiaques sont caracterisees par une mefiance a l'egard des autres. En effet, ces personnes interpretent les intentions des autres comme etant malveillantes. Elles n'ont pas l'habitude d'avoir des comportements violents; par contre, lorsqu'elles commettent des gestes violents, ils sont parfois extremes (APA, 2000; Tardiff, 2001).

Afin d'approfondir la comprehension du lien entre les troubles de personnalite et les comportements violents, des etudes ont ete menees dans des milieux carceraux (Moran, 1999), psychiatriques (Stupperich et al., 2009) et communautaires (Coidet al., 2006; Johnson et al., 2000). Les resultats similaires obtenus dans ces divers milieux ont permis de confirmer que la relation entre ces troubles de personnalite et les comportements violents est presente dans ces diverses populations (Berman et al., 1998; Blonigen et Krueger, 2007; Fountoulakis et al., 2008; Loza, 2003; Loza et Hanna, 2006; Tardiff, 2001; Widiger et Trull, 1994).

D'autres etudes ont permis de constater que des facteurs comme la consommation de substances psychoactives, les abus dans l'enfance, le fait d'avoir evolue dans un milieu criminel en bas age peuvent solidifier le lien entre les comportements violents et les troubles de personnalite (Fountoulakis et al., 2008; Friedmann et al., 2008; Goethals et al., 2008). Le style d'attachement constitue une autre variable qui semble liee aux comportements violents et au trouble de personnalite.

Attachement et violence

Les theories de l'attachement ont ete elaborees selon la premisse que chaque etre humain possede une orientation innee vers la vie sociale (Rholes et Simpson, 2004). Certains auteurs se sont interesses au phenomene de l'attachement, plus particulierement Bowlby qui a presente les concepts de base de la theorie de l'attachement tandis qu'Ainsworth a developpe un instrument de mesure des differents styles d'attachement (Ainsworth et al., 1978; Bowlby, 1969; Bretherton, 1994). Bowlby (1969) a affirme que les relations d'attachement debutent des la naissance et se maintiennent tout au long de la vie. Les trois premieres annees sont tres importantes dans le developpement du style d'attachement. Bowlby (1969) a defini l'attachement comme etant un besoin primaire et vital de l'enfant pour se sentir en securite. L'enfant creera un lien d'attachement avec la personne qui prendra soin de lui, le rassurera et le protegera. Ainsi, la mere est identifiee comme etant la figure principale d'attachement compte tenu qu'elle repond habituellement a ce genre de besoins (Bowlby, 1969). Pour satisfaire leurs besoins d'attachement, les enfants adopteront des comportements leur permettant d'attirer l'attention de leur figure d'attachement. Ainsi, cette derniere pourra repondre aux besoins exprimes par l'enfant (Bowlby, 1969). Ces comportements, nommes comportements d'attachement, sont des actions entreprises par l'enfant pour etre securise lorsqu'il vit du stress ou qu'il percoit un danger. Ces comportements permettent un rapprochement psychologique et physique de l'enfant a sa figure d'attachement (Ravitz et al., 2009; Rholes et Simpson, 2004).

Ce ne sont pas tous les liens d'attachement qui sont identiques (Rholes et Simpson, 2004) et divers styles d'attachement peuvent se developper selon la reponse de la figure d'attachement envers les comportements de l'enfant (Ainsworth et al., 1978). Ces styles d'attachement se caracterisent par deux variables: la croyance qu'a l'individu de meriter ou non l'attention et l'amour des autres et sa croyance que les autres sont dignes ou non de confiance (Bowlby, 1980). Bowlby mentionne aussi que la qualite et la nature du lien de l'enfant avec sa figure d'attachement influencent le developpement de sa personnalite ainsi que la formation des representations cognitives a la fois positives ou negatives qu'il aura de lui-meme et des autres (Bowlby, 1980). Ainsworth a decrit trois styles d'attachement: securisant, anxieux/ambivalent et evitant (Ainsworth et al., 1978). Le style d'attachement securisant se definit par la relation entre l'enfant et la figure d'attachement oo cette derniere ecoute et repond aux besoins de l'enfant. Ces enfants ont tendance a mieux reagir lors de situations de detresse (Campos et al., 1983) et utilisent des comportements plus appropries pour obtenir le reconfort desire. L'interaction entre la figure d'attachement et l'enfant est harmonieuse donc plus positive (Noel, 2003). Le style anxieux/ambivalent se developpe dans un contexte oo la figure d'attachement est elle-meme une personne anxieuse et pas toujours disponible pour repondre aux besoins de l'enfant. L'ambivalence de la figure d'attachement a comme resultat de rendre l'enfant anxieux (Campos et al., 1983). L'enfant luimeme demontrera une certaine ambivalence quant a sa figure d'attachement. Finalement, le style d'attachement evitant se definit par une figure d'attachement qui ne repond pas aux besoins de l'enfant. Elle peut meme rejeter litteralement l'enfant (Campos et al., 1983). L'enfant, a son tour, va eviter la proximite et l'interaction avec la figure d'attachement (Noel, 2003).

Il est important de mentionner que la terminologie des styles d'attachement a l'age adulte differe legerement de ceux a l'enfance. La plupart des chercheurs se basent sur deux dimensions importantes pour definir les styles d'attachement a l'age adulte soit l'anxiete d'abandon et l'evitement de l'intimite (Hazan et Shaver, 1987). Quatre styles d'attachement sont repertories: securisant, preoccupe, detache et craintif. Par contre, nous retrouvons dans la litterature certaines variantes dans la nomenclature des styles d'attachement sans toutefois qu'il y ait des differences significatives dans la definition.

Les theories de l'attachement ont ete le point central de diverses etudes sur les enfants et les adultes (Ainsworth et al., 1978; Collins et Read, 1994; Crowell et al., 1999; Dozier et al., 1999; Thompson, 1999). Ces etudes ont permis de mieux comprendre le phenomene de l'attachement et son impact sur les individus. Le style d'attachement influence, entre autres, le fonctionnement social, les strategies d'adaptation et la sante psychologique d'une personne (Ditzen et al., 2008; Maunder et al., 2005; Rholes et Simpson, 2004). Il est donc pertinent de verifier le role du style d'attachement dans le developpement de la personnalite d'un individu et dans l'adoption de certains comportements, dont les comportements violents.

Bowlby (1969) affirme que les enfants qui n'obtiennent pas le reconfort ou les reponses appropriees a leurs besoins vivront une perturbation au niveau de leur style d'attachement. Inevitablement, les menaces d'inaccessibilite a la figure d'attachement amenent l'enfant a vivre une anxiete pouvant declencher des comportements de protestation (Bowlby, 1969). Bowlby (1988) constate que les comportements de colere sont une facon pour les enfants de demontrer a leur figure d'attachement l'insatisfaction qu'ils ressentent face a leur non-disponibilite.

Ces comportements d'attachement, generalement stables a travers le temps, permettront de definir les styles d'attachement qu'un individu aura a l'age adulte (Hazan et Shaver, 1990; Ravitz et al., 2009). Les individus qui ont vecu des frustrations au niveau de leur lien d'attachement et qui sont vulnerables au sentiment de perte de la figure d'attachement pourraient se comporter violemment a l'age adulte afin de garder les autres pres d'eux (Bartholomew et al., 1997). En effet, il a ete demontre que les enfants qui ont vecu des frustrations de facon repetitive ou un besoin d'attachement non satisfait pourront avoir des difficultes a entretenir des relations affectives significatives a l'age adulte (Noel, 2003). Noel (2003) rapporte que les enfants ayant employe les protestations de colere, voire de violence, pour obtenir une reaction de la part de leur figure d'attachement pourraient avoir un faible controle de leurs impulsions et une difficulte a ressentir des remords. Des personnes avec un style d'attachement anxieux/ambivalent ou evitant pourront cesser de croire que quelqu'un repondra a leurs besoins et auront tendance a developper des relations intimes dysfonctionnelles et une incapacite a s'engager dans des relations, car toute relation comporte un risque d'abandon pour eux (Steinhauer, 1996).

La relation entre l'attachement et la violence a surtout ete etudiee sous l'angle de la violence conjugale puisque la partenaire sexuelle est choisie comme figure d'attachement; elle succede a la relation d'attachement vecue entre l'individu et ses parents durant l'enfance (Dutton et al., 1994). Une relation significative entre le style d'attachement anxieux/ambivalent ou evitant et les comportements violents en milieu conjugal a ete demontree (Allison et al., 2008; Bartholomew et Allison, 2006; Doumas et al., 2008; Henderson et al., 2005; Lawson, 2008; Levy et Orlans, 2004; Mauricio et al., 2007; Pietromonaco et al., 2004).

Plus precisement, le style d'attachement craintif est significativement lie avec le passage a l'acte violent dans un couple (Brassard et Lussier, 2009). Ces personnes vivent une double problematique; en effet, il s'agit d'individus inconfortables dans les relations intimes, qui tentent de tenir leur partenaire a distance, mais qui ont egalement un grand besoin de se faire rassurer (Mikulincer et Shaver, 2007). Il y a lieu de se demander si cette relation est aussi presente chez les individus qui posent des gestes violents dans un contexte hors conjugal.

Peu d'etudes ont fait le parallele entre le style d'attachement et la violence interpersonnelle a l'age adulte. Certaines ont considere ces memes variables aupres des enfants et des adolescents (Levy et Orlans, 2000). Une relation a ete etablie entre un trouble de l'attachement et l'agressivite ainsi que des troubles de conduites a l'enfance (Levy et Orlans, 2000). De plus, il a ete demontre qu'un attachement dysfonctionnel en bas age contribue aux crimes violents commis par des jeunes (Levy et al., 2005). Les garcons avec un trouble d'attachement vont commettre trois fois plus de crimes violents a l'adolescence que ceux qui ont un style d'attachement securisant (Raine, 1993).

Des etudes longitudinales realisees aupres d'enfants demontrent la stabilite des caracteristiques des personnalites pathologiques et des comportements violents (Moffitt et al., 2002). Cette constatation souligne l'importance de s'attarder aux liens entre les traits de personnalite, l'attachement et la violence observes en bas age afin de pouvoir prevenir que ces gestes se perpetuent a l'age adulte.

Styles d'attachement, troubles de personnalite et violence extraconjugale

Dix troubles de personnalite sont repertories dans le DSM IV-TR: antisociale, borderline, narcissique, histrionique, evitante, dependante, obsessionnelle, paranoiaque, schizoide et schizotypique (APA, 2000). Le DSM IV-TR permet d'etablir un lien entre les troubles de la personnalite et le trouble de l'attachement. Effectivement, dans la definition de plusieurs troubles de personnalite, la difficulte d'avoir des relations affectives stables et fonctionnelles est un critere (APA, 2000).

Une personne avec un trouble de personnalite, par exemple la personnalite borderline, schizoide, antisociale, histrionique, aurait tendance a avoir des difficultes relationnelles, et ce, depuis l'enfance ou l'adolescence (APA, 2000; Magnavita, 2004; West et al., 1994). Certains troubles de la personnalite sont generalement lies a un style d'attachement: les personnalites du groupe A (schizoide, schizotypique et paranoiaque) sont associees au type d'attachement evitant tandis que les personnalites du groupe B (antisociale, histrionique, borderline et narcissique) et celles du groupe C (evitante, dependante et obsessionnelle) sont associees au type d'attachement anxieux (Bartholomew et al., 2001; Bender et al., 2001; Crawford et al., 2007; Gunderson, 1996; Levy et Orlans, 2004; Magnavita, 2004; Mauricio et al., 2007; Sable, 1997; Scott et al., 2009; Timmerman et Emmelkamp, 2006).

Rappelons brievement que les personnalites histrioniques se caracterisent par un besoin desespere d'obtenir de l'attention et d'etre rassurees par les autres. Ces personnes ont tendance a avoir un attachement de type anxieux/ambivalent (Bartholomew et al., 2001) puisqu'elles vont souvent surestimer leurs relations et meme les idealiser. Par contre, leurs relations interpersonnelles ne repondront pas a leurs attentes surelevees.

La personnalite borderline se caracterise par une instabilite affective, relationnelle et de l'image de soi en plus d'une impulsivite marquee (APA, 2000; Oldham, 1991). Les styles d'attachement anxieux (Aaronson et al., 2006; Dutton et al., 1994; Eurelings-Bontekoe et al., 2003; Levy et al., 2005; Meyer et al., 2001; Nickell et al., 2002) et evitant sont presents chez la personnalite borderline (Bender et al., 2001; Eurelings-Bontekoe et al., 2003; Fonagy et al., 2000; Gunderson, 1996; Levy et al., 2005; Meyer et al., 2001; Nickell et al., 2002; Sable, 1997; Sperling et al., 1991). De plus, certains auteurs ont affirme que la relation entre le style d'attachement et le trouble de personnalite borderline est une relation indirecte, c'est-a-dire qu'il y aurait presence d'une variable mediatrice, entre autres, la presence de traits agressifs et impulsifs chez certains individus (Fossati et al., 2005).

Les personnalites de type evitant souhaitent se rapprocher des autres et desirent une relation intime tout en ayant peur d'etre rejetees. Elles ont donc tendance a agir de facon strategique afin d'eviter les relations intimes (Bartholomew et al., 2001). La personnalite de type evitant serait, pour sa part, liee aux types d'attachement evitant (Bartholomew et al., 2001).

Finalement, la personnalite antisociale est caracterisee par un manque de remords et d'empathie a l'egard des autres. Ce type de personne a peu de respect des regles sociales et a tendance a tromper les autres par plaisir ou par interet personnel. La personnalite antisociale serait liee au type d'attachement evitant (Bartholomew et al., 2001; Levy et Orleans, 2004).

Des etudes longitudinales vont dans le meme sens, suggerant que le style d'attachement insecurisant en bas age influence le developpement des traits de personnalite une fois adulte (Hagekull et Bohlin, 2003; Stams et al., 2002). Sarkar et Adshead (2006) rapportent que les personnes avec un trouble de personnalite ont des reponses desorganisees dans les relations interpersonnelles et un systeme affectif deregle.

Le fait d'utiliser la theorie de l'attachement pour expliquer la presence des troubles de personnalite permet de comprendre davantage l'univers psychique des individus avec ces problematiques (NakashiEisikovits et al., 2002). La theorie de l'attachement permet aussi de comprendre comment les relations interpersonnelles en bas age influencent le developpement de la personnalite et le fonctionnement psychosocial futur (Bowlby, 1988; Meyer et Pilkonis, 2006). Tel que mentionne precedemment, les enfants avec un trouble de l'attachement ont plus de chances de developper de l'agressivite ainsi qu'un trouble des conduites (Levy et Orlans, 2000). Ils utilisent cette agressivite pour obtenir l'attention de leur figure d'attachement (Levy et Orlans, 2000). Considerant qu'ils n'ont pas une reponse adequate a leur besoin, ces comportements de colere ou de protestation auront tendance a s'amplifier. Ces enfants pourront donc avoir tendance a commettre des actes de violence a l'enfance et a l'age adulte (Levy et Orlans, 2004).

Discussion

Cette recension des ecrits demontre l'importance de poursuivre les etudes sur les liens entre les troubles de personnalite, les troubles d'attachement et les comportements violents. Diverses etudes ont permis de definir les troubles de personnalite, les styles d'attachement afin de mieux comprendre la relation existante entre ces deux variables et les comportements violents (Fountoulakis et al., 2008; Henderson et al., 2005; Levy et al., 2005; Levy et Orlans, 2000; Mauricio et al., 2007). Ces recherches ont permis d'emettre l'hypothese que le style d'attachement anxieux/ambivalent ou evitant et certains troubles de personnalite tels que la personnalite antisociale, borderline, schizoide, paranoiaque, narcissique ou histrionique favorisent le passage a l'acte violent a l'age adulte. Par contre, cette hypothese devrait etre verifiee empiriquement. Nous savons aussi que cette relation a davantage ete etudiee dans un contexte de violence conjugale (Mauricio et al., 2007). Qu'en est-il de cette relation chez les hommes qui sont violents dans un contexte autre que conjugal?

Compte tenu que la relation entre ces facteurs et les comportements violents n'est pas encore claire, nous suggerons que des etudes longitudinales soient effectuees aupres d'enfants en bas age pour permettre d'identifier les traits associes aux troubles de personnalite developpes a l'age adulte et les comportements violents perpetres par ces enfants. Les donnees de ces etudes pourront eventuellement servir a l'elaboration d'interventions cliniques.

En considerant la theorie de l'attachement, le fonctionnement psychosocial futur de chaque individu pourrait etre mieux compris et permettrait d'agir en prevention des l'enfance. Ainsi, les risques que l'individu commette des gestes violents pourraient etre diminues en ameliorant, en bas age, les difficultes liees a l'attachement par un travail en psychotherapie. Il serait aussi important de mesurer empiriquement l'impact des difficultes d'attachement au niveau de la formation des troubles de la personnalite qui sont associes a un plus grand risque de commettre des gestes violents.

En intervenant rapidement aupres de cette population pour l'aider a cheminer et a adopter des comportements plus acceptables, une diminution de la violence pourrait se manifester.

Enfin, nous estimons qu'evaluer et considerer le style d'attachement et le type de personnalite dans l'intervention en milieux therapeutiques pourrait avoir un impact important chez la clientele aux prises avec des comportements violents. En effet, nous croyons que le modele d'intervention serait plus complet et plus efficace. Ces variables permettraient d'obtenir un meilleur portrait clinique. Les therapeutes pourraient ainsi ajuster leur approche aupres de la clientele violente. Certes, d'autres facteurs peuvent influencer le passage a l'acte violent, mais il n'en demeure pas moins que favoriser le developpement d'un style d'attachement securisant ainsi que travailler a ce que la personnalite devienne plus adequate sont des facteurs pouvant diminuer le passage a l'acte violent. Selon l'etude de Livesley et al. (1993) aupres de 175 jumeaux, l'apport hereditaire dans l'explication des troubles de la personnalite variait entre 0 % pour les troubles de conduite et 64 % pour le narcissisme. Ces auteurs soutiennent que le meilleur modele pour evaluer l'ensemble des dimensions de la personnalite devrait tenir compte des facteurs genetiques et environnementaux, entre autres l'attachement. De plus, la presence d'un trouble a l'axe II en psychologie ternit le pronostic d'une psychotherapie. Le travail et le maintien en therapie sont souvent difficiles avec les personnes qui ont des troubles de personnalite (McMurran et al., 2010). Le fait d'intervenir de facon precoce aupres d'enfants avec des difficultes d'attachement pourrait permettre de diminuer les traits lies aux troubles de personnalite a l'age adulte et ainsi, possiblement, reduire le risque de violence.

Finalement, les therapeutes qui interviennent aupres de cette clientele pourraient faire davantage de prevention en accordant plus d'importance au type d'attachement et au developpement de la personnalite des enfants. Nous croyons que des repercussions positives pourraient etre constatees tant sur le plan de la recherche que sur le plan clinique. Des etudes ont bien demontre l'efficacite des interventions precoces, c'est-a-dire dans les trois premieres annees de la vie d'un enfant (Ramey et Ramey, 1998). Ces interventions permettraient de resorber les difficultes d'attachement de l'enfant envers ses figures d'attachement.

References

AARONSON, C. J., BENDER, D. S., SKODOL, A. E., GUNDERSON, J. G., 2006, Comparison of attachment styles in borderline personality disorder and obsessive-compulsive personality disorder, Psychiatric Quarterly, 77, 1, 69-80.

AINSWORTH, M. S., BLEHAR, M. C., WATERS, E., WALL, S., 1978, Patterns of Attachment: A Psychological Study of the Strange Situation, Lawrence Erlbaum, Oxford.

ALLISON, C. J., BARTHOLOMEW, K., MAYSELESS, O., DUTTON, D. G., 2008, Love as a battlefield: Attachment and relationship dynamics in couples identified for male partner violence, Journal of Family Issues, 29, 1, 125-150.

AMERICAN PSYCHIATRIC ASSOCIATION, 2000, Mini DSM-IV-TR, Manuel diagnostique et statistique de troubles mentaux, 4e ed., Masson, Paris.

BARTHOLOMEW, K., ALLISON, C. J., 2006, An attachment perspective on abusive dynamics in intimate relationships, in Mikulincer, M., Goodman, G. S., eds., Dynamics of Romantic Love: Attachment, Caregiving and Sex, Guilford Press, New York, 102-127.

BARTHOLOMEW, K., HENDERSON, A. J. Z., DUTTON, D. G., 2001, Insecure attachment and abusive intimate relationships, in Clulow, C., ed., Adult Attachment and Couple Work: Applying the "Secure Base" Concept in Research and Practice, Routledge, London, 43-61.

BARTHOLOMEW, K., KWONG, M. J., HART, S. D., 2001, Attachment, in Livesley, W. J., ed., Handbook of Personality Disorders: Theory, Research, and Treatment, Guilford Press, New York, 196-230.

BENDER, D. S., FARBER, B. A., GELLER, J. D., 2001, Cluster B personality traits and attachment, Journal of the American Academy of Psychoanalysis, 29, 4, 551-563.

BERMAN, M. E., FALLON, A. E., COCCARO, E. F., 1998, The relationship between personality psychopathology and aggressive behavior in research volunteers, Journal of Abnormal Psychology, 107, 4, 651-658.

BLONIGEN, D. M., KRUEGER, R. E., 2007, Personality and violence: The unifying role of structural models of personality, in Flannery, D. J., Vazsonyi, A. T., Waldman, I. D., eds., The Cambridge Handbook of Violent Behavior and Aggression, Cambridge University Press, New York, 288-305.

Boles, S. M., Miotto, K., 2003, Substance and violence: A review of the literature, Aggression and Violent Behavior, 8, 2, 155-174.

BOUCHARD, S., GINGRAS, M., 2007, Introduction aux theories de la personna - lite (3e ed.), Gaetan Morin, Montreal.

BOWLBY, J., 1969, Disruption of affectional bonds and its effects on behavior, Canada's Mental Health Supplement, 59, 2-12.

BOWLBY, J., 1980, Attachment and Loss, Basic Books, New York.

BOWLBY, J., 1988, A Secure Base: Parent-child Attachment and Healthy Human Development, Basic Books, New York.

BRASSARD, A., LUSSIER, Y., 2009, L'attachement dans les relations de couples: fonctions et enjeux cliniques, Psychologie Quebec, 26, 3, 24-26.

BRETHERTON, l., 1994, The origins of attachment theory: John Bowlby and Mary Ainsworth, in Parke, R. D., Ornstein, P. A., Rieser, J. J., Zahn-Waxler, C., eds., A Century of Developmental Psychology, American Psychological Association, Washington, 431-471.

BUSHMAN, B. J., ANDERSON, C. A., 2001, Is it time to pull the plug on hostile versus instrumental aggression dichotomy?, Psychological Review, 108, 1, 273-279.

CAMPOS, J., BARRETT, K., LAMB, M., GOLDSMITH, H., STENBERG, C., 1983, Socioemotional development, in Haith, J. C. M., ed., Infancy and Developmental Psychobiology, II, Wiley, New York, 783-915.

COID, J., YANG, M., ROBERTS, A., ULLRICH, S., MORAN, P., BEBBINGTON, P., 2006, Violence and psychiatric morbidity in the national household population of Britain: public health implications, British Journal of Psychiatry, 189, 1, 12-19.

COLLINS, N. L., READ, S. J., 1994, Cognitive representations of attachment: The structure and function of working models, in Bartholomew, K., Perlman, D., eds., Attachment Processes in Adulthood, Jessica Kingsley Publishers, London, 53-90.

CRAWFORD, T. N., LIVESLEY, W. J., JANG, K. L., SHAVER, P. R., COHEN, P., GANIBAN, J., 2007, Insecure attachment and personality disorder: A twin study of adults, European Journal of Personality, 21, 2, 191-208.

CROWELL, J.A., FRALEY, R. C., SHAVER, P. R., 1999, Measurement of individual differences in adolescent and adult attachment, in Cassidy, J., Shaver, P. R., eds., Handbook of Attachment: Theory, Research, and Clinical Applications, Guilford Press, New York, 434-465.

DITZEN, B., SCHMIDT, S., STRAUSS, B., NATER, U. M., EHLERT, U., HEINRICHS, M., 2008, Adult attachment and social support interact to reduce psychological but not cortisol responses to stress, Journal of Psychosomatic Research, 64, 5, 479-486.

DOUMAS, D. M., PEARSON, C. L., ELGIN, J. E., MCKINLEY, L. L., 2008, Adult attachment as a risk factor for intimate partner violence: The "mispairing" of partners' attachment styles, Journal of Interpersonal Violence, 23, 5, 616-634.

DOZIER, M., STOVALL, K. C., ALBUS, K. E., 1999, Attachment and psychopathology in adulthood, in Cassidy, J., Shaver, P. R., eds., Handbook of Attachment: Theory, Research, and Clinical Applications, Guilford Press, New York, 497-519.

DURAND, V. M., BARLOW, D. H., 2002, Psychopathologie, Une perspective multidimensionnelle, De Boeck, Ouvertures psychologiques.

DUTTON, D. G., SAUNDERS, K., STARZOMSKI, A., BARTHOLOMEW, K., 1994, Intimacy-anger and insecure attachment as precursors of abuse in intimate relationships, Journal of Applied Social Psychology, 24, 15, 1367-1386.

EURELINGS-BONTEKOE, E. H. M., VERSCHUUR, M. J., SCHREUDER, B., 2003, Personality, temperament and attachment style among offspring of World War II victims: an integration of descriptive and structural features of personality, Traumatology, 9, 106-121.

FONAGY, P., TARGET, M., GERGELY, G., 2000, Attachment and borderline personality disorder: A theory and some evidence, Psychiatric Clinics of North America, 23, 1, 103-122.

FOSSATI, A., FEENEY, J. A., CARRETTA, I., GRAZIOLI, F., MILESI, R., LEONARDI, B., 2005, Modeling the relationships between adult attachment patterns and borderline personality disorder: The role of impulsivity and aggressiveness, Journal of Social and Clinical Psychology, 24, 4, 520-537.

FOUNTOULAKIS, K. N., LEUCHT, S., KAPRINIS, G. S., 2008, Personality disorders and violence, Current Opinion in Psychiatry, 21, 1, 84-92.

FRIEDMANN, P. D., MELNICK, G., JIANG, L., HAMILTON, Z., 2008, Violent and disruptive behavior among drug-involved prisoners: Relationship with psychiatric symptoms, Behavioral Sciences and the Law, 26, 4, 389-401.

GILBERT, F., DAFFERN, M., 2011, Illuminating the relationship between personality disorder and violence: Contributions of the General Aggression Model, Psychology of Violence, 1, 3, 230-244.

GOETHALS, K. R., VORSTENBOSCH, E. C. W., VAN MARLE, H. J. C., 2008, Diagnostic comorbidity in psychotic offenders and their criminal history: A review of the literature, The International Journal of Forensic Mental Health, 7, 2, 147-156.

GUNDERSON, J. G., 1996, Borderline patient's intolerance of aloneness: Insecure attachments and therapist availability, The American Journal of Psychiatry, 153, 6, 752-758.

HAGEKULL, B., BOHLIN, G., 2003, Early temperament and attachment as predictors of the Five Factor Model of personality, Attachment and Human Development, 5, 1, 2-18.

HAZAN, C., SHAVER, P., 1987, Romantic love conceptualized as an attachment process, Journal of Personality and Social Psychology, 52, 3, 511-524.

HAZAN, C., SHAVER, P. R., 1990, Love and work: An attachment-theoretical perspective, Journal of Personality and Social Psychology, 59, 2, 270-280.

HENDERSON, A. J. Z., BARTHOLOMEW, K., TRINKE, S. J., KWONG, M. J., 2005, When loving means hurting: An exploration of attachment and intimate abuse in a community sample, Journal of Family Violence, 20, 4, 219-230.

JOHNSON, J. G., RABKIN, J. G., WILLIAMS, J. B. W., REMIEN, R. H., GORMAN, J. M., 2000, Difficulties in interpersonal relationships associated with personality disorders and Axis I disorders: A community-based longitudinal investigation, Journal of Personality Disorders, 14, 1, 42-56.

KESNER, J. E., JULIAN, T., MCKENRY, P. C., 1997, Application of attachment theory to male violence toward female intimates, Journal of Family Violence, 12, 2, 211-228.

LAWSON, D. M., 2008, Attachment, interpersonal problems, and family of origin functioning: Differences between partner violent and nonpartner violent men, Psychology of Men and Masculinity, 9, 2, 90-105.

LEVY, K. N., MEEHAN, K. B., WEBER, M., REYNOSO, J., CLARKIN, J. F., 2005, Attachment and Borderline Personality Disorder: Implications for Psychotherapy, Psychopathology, 38, 2, 64-74.

LEVY, T. M., ORLANS, M., 2000, Attachment disorder as an antecedent to violence and antisocial patterns in children, in Levy, T. M., ed., Handbook of Attachment Interventions, Academic Press, San Diego, 1-26.

LEVY, T. M., ORLANS, M., 2004, Attachment disorder, antisocial personality, and violence, Annals of the American Psychotherapy Association, 7, 4, 18-23.

LIVESLEY, W. J., JANG, K. L., JACKSON, D. N., VERNON, P. A., 1993, Genetic and environmental contributions to dimensions of personality disorder, The American Journal of Psychiatry, 150, 12, 1826-1831.

LOZA, W., 2003, Predicting violent and nonviolent recidivism of incarcerated male offenders, Aggression and Violent Behavior, 8, 2, 175-203.

LOZA, W., HANNA, S., 2006, Is schizoid personality a forerunner of homicidal or suicidal behavior?: A case study, International Journal of Offender Therapy and Comparative Criminology, 50, 3, 338-343.

MAGNAVITA, J. J., 2004, Classification, prevalence, and etiology of personality disorders: Related issues and controversy, in Magnavita, J. J., ed., Handbook of Personality Disorders: Theory and Practice, John Wiley and Sons Inc., Hoboken, NJ, 3-23.

MAUNDER, R. G., LANCEE, W. J., HUNTER, J. J., GREENBERG, G. R., STEINHART, A. H., 2005, Attachment insecurity moderates the relationship between disease activity and depressive symptoms in ulcerative colitis, Inflammatory Bowel Diseases Journal, 11, 10, 919-926.

MAURICIO, A. M., TEIN, J.-Y., LOPEZ, F. G., 2007, Borderline and antisocial personality scores as mediators between attachment and intimate partner violence, Violence and Victims, 22, 2, 139-157.

MCMURRAN, M., HOWARD, R, 2009, Personality, Personality Disorder and Violence: An Evidence based Approach, Wiley-Blackwell.

MCMURRAN, M., HUBAND, N., OVERTON, E., 2010, Non-completion of personality disorder treatments: A systematic review of correlates, consequences, and interventions, Clinical Psychology Review, 30, 3, 277-287.

MEYER, B. R., PILKONIS, P. A., 2006, Developing treatments that bridge personality and psychopathology, in Krueger, R. F., Tackett, J. L., eds., Personality and Psychopathology, Guilford Press, New York, 262-291.

MEYER, B., PILKONIS, P. A., PROIETTI, J. M., HEAPE, C. L., EGAN, M, 2001, Attachment styles and personality disorders as predictors of symptom course, Journal of Personality Disorders, 15, 5, 371-389.

MOFFITT, T. E., CASPI, A., HARRINGTON, H., MILNE, B. J., 2002, Males on the lifecourse- persistent and adolescence-limited antisocial pathways: Follow-up at age 26 years, Development and Psychopathology, 14, 1, 179-207.

MORAN, P., 1999, The epidemiology of antisocial personality disorder, Social Psychiatry and Psychiatric Epidemiology, 34, 5, 231-242.

NAKASHI-EISIKOVITS, O., DUTRA, L., WESTEN, D, 2002, Relationship between attachment patterns and personality pathology in adolescents, Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry, 41, 9, 1111-1123.

NATHAN, R., ROLLINSON, L., HARVEY, K., HILL, J., 2003, The Liverpool Violence Assessment: An investigator-based measure of serious violence, Criminal Behaviour and Mental Health, 13, 2, 106-120.

NICKELL, A. D., WAUDBY, C. J., TRULL, T. J., 2002, Attachment, parental bonding and borderline personality disorder features in young adults, Journal of Personality Disorders, 16, 2, 148-159.

NOEL, L., 2003, Je m'attache, nous nous attachons, Edition Sciences et culture, Montreal.

OLDHAM, J. M., 1991, Borderline personality disorder: An introduction, Hospital and Community Psychiatry, 42, 10, 1014.

PIETROMONACO, P. R., GREENWOOD, D., BARRETT, L. F., 2004, Conflict in adult close relationships: An attachment perspective, in Rholes, W. S., Simpson, J. A., eds., Adult Attachment: Theory, Research, and Clinical Implications, Guilford Publications, New York, 267-299.

RAINE, A., 1993, The Psychopathology of Crime, Academic Press, New York.

RAMEY, C. T., RAMEY, S. L., 1998, Early intervention and early experience, American Psychologist, 53, 2, 109-120.

RAMIREZ, J. M., ANDREU, J. M., 2003, Aggression typologies, Revue internationale de psychologie sociale, 16, 3, 145-159.

RAVITZ, P., MAUNDER, R., HUNTER, J., STHANKIYA, B., LANCEE, W., 2009, Adult attachment measures: A 25-year review, Journal of Psychosomatic Research.

RHOLES, W. S., SIMPSON, J. A., 2004, Attachment theory: Basic concepts and contemporary questions, in Rholes, W. S., Simpson, J. A., eds., Adult Attachment: Theory, Research, and Clinical Implications, Guilford Publications, New York, 3-14.

ROSS, J. M., BABCOCK, J. C., 2009, Proactive and reactive violence among intimate partner violent men diagnosed with antisocial and borderline personality disorder, Journal of Family Violence, 24, 8, 607-617.

SABLE, P., 1997, Attachment, detachment and borderline personality disorder, Psychotherapy: Theory, Research, Practice, Training, 34, 2, 171-181.

SARKAR, J., ADSHEAD, G., 2006, Personality disorders as disorganisation of attachment and affect regulation, Advances in Psychiatric Treatment, 12, 297-305.

SCOTT, L. N., LEVY, K. N., PINCUS, A. L., 2009, Adult attachment, personality traits, and borderline personality disorder features in young adults, Journal of Personality Disorders, 23, 3, 258-280.

SHAVER, P. R., MIKULINCER, M., 2011, Human Aggression and Violence: Causes, Manifestations, and Consequences, American Psychological Association, Washington, DC.

SPERLING, M. B., SHARP, J. L., FISHLER, P. H., 1991, On the nature of attachment in a borderline population: A preliminary investigation, Psychological Reports, 68, 2, 543-546.

STAMS, G.-J., JUFFER, F., VAN IJZENDOORN, M. H., 2002, Maternal sensitivity, infant attachment, and temperament in early childhood predict adjustment in middle childhood: The case of adopted children and their biologically unrelated parents, Developmental Psychology, 38, 5, 806-821.

STEINHAUER, P. D., 1996, Le moindre mal, Les Presses de l'Universite de Montreal.

STUPPERICH, A., IHM, H., STRACK, M., 2009, Violence and personality in forensic patients: Is there a forensic patient-specific personality profile?, Journal of Interpersonal Violence, 24, 1, 209-225.

TARDIFF, K., 2001, Axis II disorders and dangerousness, in Pinard, G. F., Pagani, L., eds., Clinical Assessment of Dangerousness: Empirical Con - tri butions, Cambridge University Press, New York, 103-120.

TIMMERMAN, I. G. H., EMMELKAMP, P. M. G., 2006, The relationship between attachment styles and Cluster B personality disorders in prisoners and forensic inpatients, International Journal of Law and Psychiatry, 29, 1, 48-56.

THOMPSON, R.A., 1999, Early attachment and later development, in Cassidy, J., Shaver, P. R., eds., Handbook of Attachment: Theory, Research, and Clinical Applications, Guilford Press, New York, 265-286.

WATZKE, S., ULLRISH, S., MARNERON, A., 2006, Gender and violence related prevalence of mental disorders in prisoners, European Archives of Psychiatry and Clinical Neuroscience, 256, 414-424.

WEST, M., KELLER, A., LINKS, P. S., PATRICK, J., 1993, Borderline disorder and attachment pathology, The Canadian Journal of Psychiatry, 38, 1, 16-22.

WEST, M., ROSE, S., SHELDON-KELLER, A., 1994, Assessment of patterns of insecure attachment in adults and application to dependent and schizoid personality disorders, Journal of Personality Disorders, 8, 3, 249-256.

WIDIGER, T. A., TRULL, T. J., 1994, Personality disorders and violence, in Monahan, J., Steadman, H. J., eds., Violence and Mental Disorder: Developments in Risk Assessment, University of Chicago Press, Chicago, IL, 203-226.

WHITTINGTON, R., RICHTER, D., 2006, From the individual to the interpersonal: Environment and interaction in the escalation of violence in mental health settings, in Richter, D., Whittington, R., eds., Violence in Mental Health Settings: Causes, Consequences, Management, Springer Science + Business Media, New York, 47-65.

ZIMMERMAN, M., ROTHSCHILD, L., CHELMINSKI, I., 2005, The prevalence of DSM-IV personality disorders in psychiatric outpatients, The American Journal of Psychiatry, 162, 10, 1911-1918.

Pour citer cet article, utiliser l'information suivante:

URI: http://id.erudit.org/iderudit/1008595ar

DOI: 10.7202/1008595ar

Note: les regles d'ecriture des references bibliographiques peuvent varier selon les differents domaines du savoir.

Ce document est protege par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Erudit (y compris la reproduction) est assujettie a sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter a l'URI http://www.erudit.org/apropos/utilisation.html

Erudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif compose de l'Universite de Montreal, l'Universite Laval et l'Universite du Quebec a Montreal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Erudit offre des services d'edition numerique de documents scientifiques depuis 1998.

Pour communiquer avec les responsables d'Erudit: erudit@umontreal.ca

Andree-Anne Genest, Candidate au doctorat, Universite du Quebec a Trois-Rivieres.

Cynthia Mathieu, Ph.D., Professeure au departement des sciences de la gestion Universite du Quebec a Trois-Rivieres.
COPYRIGHT 2011 Filigrane
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2011 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:Genest, Andree-Anne; Mathieu, Cynthia
Publication:Sante Mentale au Quebec
Date:Sep 22, 2011
Words:7190
Previous Article:Attachement insecure/desorganise et trouble de personnalite limite : peut-on sortir de l'impasse therapeutique?
Next Article:Assimilation des experiences problematiques : une etude de cas de psychotherapie psychodynamique limitee dans le temps.

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2018 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters