Printer Friendly

Les histoires de nos montagnes.

Actualites Eecrit par Ziri Ouchem [beaucoup moins que]Ecoute les histoires de nos montagnes comme tu bois le the, par petites gorgees, pour en apprecier tout l'arome[beaucoup plus grand que] Citation tiree d'une vielle chanson amazigh Seule la modestie est source de richesse, l'arrogance est une prison appauvrissante. Traverser le Maroc de la plaine, puis celui du Moyen Atlas vers le Haut Atlas Central est un voyage dans l'histoire complexe et tellement riche de notre pays. Passer de la richesse materielle de la vallee d'Ait Bougmez a la richesse culturelle et symbolique de Zouiat Ahansal, rencontrer les gens et marcher dans la nature sont des tresors a la fois a la portee de la main et hors de portee. Tout depend de nous et de notre regard, loin des cliches deformants. Je n'aime pas le tourisme lorsqu'il prend la forme d'un voyage uniforme, aseptise et standardise, je crois meme que je deteste cette maniere de voyager en surface, tout en restant en orbite geostationnaire; des allers retours sans consistance, emmure dans son petit monde. Il est important d'aller vers les gens, de partager avec eux un moment de leur vie, dormir la ou ils dorment, manger ce qu'ils mangent et echanger avec eux dans leur lieu de vie. Il est facile alors d'imaginer ma febrilite lors de la preparation de mon 4e voyage a Ait Bougmez et le Haut Atlas Central: une region si connue dans le monde et si meconnue dans notre pays. Il est bon que le voyage soit long et difficile; cela laisse le temps a notre regard de se defaire des filtres deformants et de retrouver une certaine virginite pour capter le nouveau, pour s'emouvoir, voire s'ebahir. Des Agouti, premier douar a traverser dans la vallee, la vie est la: une grande concentration de maisons des deux cotes de la route, aucune d'elles n'est semblable a une autre. Leurs lignes irregulieres, leurs angles pas toujours droits et leur couleur ocre donnent une rare beaute a ces demeures rustiques qu'on devine chaleureuses et accueillantes. De part et d'autre, Jouent des groupes d'enfants avec le bruit qui est le leur. Adosses aux murs, des jeunes, habilles avec un certain souci de coller a la mode, discutent entre eux. Des personnes agees assises en cercle par terre, pres des petites echoppes, conversent. A Talsnante notre hote Said, nous attend. Avant meme que nous soyons descendus de voiture, il nous accueille par un: [beaucoup moins que]Je croyais que cette fois aussi vous n'alliez pas venir![beaucoup plus grand que]. Il faut dire que depuis deux ans, je programmais ce voyage que j'annulais a la derniere minute. La mere de Said est devant la porte. Derriere elle, ses petits-enfants nous lancent des regards curieux et farouches. Des que l'on voit cette dame, on sait qui est le pilier de cette grande maison. Comme une grande montagne, une force naturelle emane d'elle. Un foulard rouge lui couvre la tete. Il n'eclipse en aucune maniere la jeunesse de son visage et la profondeur de son regard. Elle parle avec la voix basse d'une personne sure de son autorite et certaine que son petit monde prete une oreille attentive a ce qu'elle dit. J'ai toujours en moi son regard ou la vie rude a laisse sa marque indelebile. Said nous conduit au travers de couloirs clairs obscurs vers le salon long et large ou nous attend le the a la menthe de bienvenue. Nous sommes alles chez eux. Nous avons vecu au sein de leur maison. Nous sommes alles boire le the a la menthe dans leur famille et leurs amis. Nous n'avons mange aucuns repas seuls. Il y avait toujours quelqu'un avec nous pour nous inciter a bien manger ou pour nous demander si on avait besoin d'autres choses. Quand vous vous appretez a partir, on vous donne des cadeaux pour votre famille [beaucoup moins que]pour qu'elle goute[beaucoup plus grand que], selon l'expression marocaine, en vous disant avec le sourire [beaucoup moins que]il faut venir plus souvent[beaucoup plus grand que]. La montagne, la haute, est presque toujours un appel pressant a la promenade et a la randonnee. Le paysage suscite en permanence la curiosite et le desir d'aller voir au plus pres. C'est la magie de la vallee d'Ait Bougmez: Elle donne toujours une envie de marcher en se debarrassant aisement de notre confort de citadin, somme toute assez superficiel. Aucun fauteuil ne vous donnera le plaisir unique de s'asseoir a meme le sol sous un arbre en laissant le regard errer sur un paysage naturel et grandiose. Notre premiere randonnee fut vers Arous au sud de la vallee. Alors que nous quittons la maison apres un dejeuner copieux, la mere de notre hote nous recommande de faire demi-tour si jamais la pluie s'annonce. Nous traversons la vallee la ou elle est la plus large. Des les premiers, c'est un autre monde. La penombre rafraichissante des arbres fruitiers baigne les lieux. Etre devant un noyer est une sensation marquante. Les branches s'elevent vers le haut et vers le large avec majeste. Le feuillage dense ne laisse passer que tres peu la lumiere du soleil. Meme nus, en hiver, ces arbres sont par leur hauteur, un point de repere pour les promeneurs. En s'enfoncant plus avant, le bruit de l'eau qui coule dans l'oued et dans les canaux d'irrigations accompagne nos pas, amplifiant la sensation de fraicheur que nous ressentons tous les trois, au milieu des vergers. Said choisit les chemins les plus longs pour nous montrer sa vallee. Il en parle avec fierte [beaucoup moins que]ce que vous voyez la, est la meilleure pomme du Maroc[beaucoup plus grand que]. Nous en cueillons quelques-unes dans la parcelle de sa famille. Quittant la vallee, nous nous retrouvons sur un plateau aride et rocailleux. Le contraste est saisissant: un immense espace presque vide, a part quelques amandiers delaisses mourants sur une terre trop pauvre. Le silence y regne a part le bruit de nos pas sur la piste caillouteuse. Nous croisons trois mules tres chargees, trottant a vive allure. Les muletiers nous lancent, chacun a son tour, [beaucoup moins que]Assalam Alikoum![beaucoup plus grand que] avec sourires et gestes de la main. Ils vont a toute vitesse preparer le repas de midi pour des randonneurs dans la montagne. Une demi-heure plus tard, nous rencontrons ceux-ci accompagnes de leur guide et nous echangeons quelques mots. Le groupe a bivouaque sur les hauteurs. Ils vont vers Rbat, un douar a l'autre bout de la vallee. [beaucoup moins que]L'ane, la chevre et le chien, prirent ensemble un taxi. Une fois a destination, l'ane paya le prix de la course et s'en alla. Au moment ou le chien faisait de meme, la chevre s'evada vers la montagne. Pour reduire sa perte, le chauffeur de taxi refusa de rendre la monnaie au chien. Depuis, au passage d'un taxi, l'ane reste imperturbable a sa place, la chevre s'empresse de fuir vers les hauteurs et le chien vient reclamer la monnaie[beaucoup plus grand que]. Zaouiat Ahansal, se situe dans une vallee tres profonde entouree de ravins de hautes montagnes. Une fois arrives, nous prenons le pont enjambant l'oued du meme nom pour suivre la nouvelle piste. Je suis surpris par la dimension des lieux. A force de me documenter sur la Zaouiat et d'en entendre parler, je croyais que j'allais trouver de grands douars tres peuples et une vallee riche et large. Il n'en est rien. Le douar, avec ses maisons de terre, est modeste. La vallee, plutot le vallon, entoure de ravins de hautes montagnes tres raides avec une vegetation clairsemee. De petites parcelles cultivees longeant l'oued Ahansal des deux cotes. La marche sur la piste, malgre les montees et les descentes, est tres agreable. On peut voir les enfants jouer: les uns se baignant dans l'oued, les autres s'acharnant a monter ensemble sur un petit ane. Nous traversons le douar avec ses maisons de terre au charme particulier et unique pour aller directement vers le tombeau de Sidi Said Ahansal qui vecut au XIIIesiecle. La Zaouiat, d'une dimension modeste, est entouree d'un grand cimetiere. Rien dans ce lieu ne laisse entrevoir, l'histoire, l'influence spirituelle, le grand capital symbolique et le prestige de cette Zaouiat dans une large zone geographique qui va de jbel Saghro dans l'Anti-Atlas au Maroc presaharien en passant par le Haut Atlas. Devant sa tombe, le moment est venu de se representer une part de notre memoire et de notre histoire. Apres cette visite, nous continuons vers les celebres gorges de Taghia par un chemin qui surplombe l'oued. Le vent est chaud et sec comme si le Sahara etait proche, on ne peut guere esperer trouver de la fraicheur ici: presque plus d'arbres sur le chemin, et le debit d'eau dans l'oued est tres faible. Apres avoir vu l'entree des gorges nous rebroussons chemin pour rejoindre le gite ou nous attend un tagine commande par telephone. Le gerant du gite, l'un des plus anciens guides de la region, est la memoire des lieux. Au cours de la discussion autour d'un verre de the a la menthe, il a des mots tres durs a l'egard de certaines associations dont l'action episodique et mal pensee cree plus de desequilibre qu'elle n'en resout. L'art de la cuisiniere, les ingredients frais et la vue depuis les grandes fenetres du gite ont fait de ce tagine un plat memorable. Au court du repas, nous discutons des longs circuits de randonnees. Le choix est difficile entre les 4 semaines de la grande traversee de l'Atlas reliant Ait Bougmez et le Toubkal et les 3 mois necessaires pour faire les quatre chaines de montagnes marocaines. Le Haut, le Moyen et l'Anti-Atlas ainsi que le Rif. Nous repartons reveurs, mon compagnon et moi de voyage: nous sera-t-il possible un jour de faire l'une de ces randonnees? Nous pensions que le voyage de retour serait tranquille voire ennuyeux. Ce ne fut guere le cas. Une fois en route, je ferme les yeux pour faire un petit somme. Cela sera impossible sur la piste de montagne. Combien de temps ai-je dormi? Me voila reveille par les tentatives de Brahim essayant de redemarrer la voiture. Nous sommes en pleine montee sur la route goudronnee. Nous descendons du vehicule, Brahim inspecte le moteur et declare calmement, comme si c'etait la chose la plus normale du monde: [beaucoup moins que]c'est une panne seche, nous devons chercher du gasoil[beaucoup plus grand que]. Mon copain et moi eclatons de rire mais notre hote ne l'entend pas de cette oreille. Il pique une grosse colere et n'arrete pas de repeter en s'adressant a Brahim [beaucoup moins que]comment est ce possible? Comment est ce possible?[beaucoup plus grand que]. Une decision s'impose. Le soleil est sur le point de se coucher et le vent devient de plus en plus froid. Fort heureusement, nous sommes dans une montee de plusieurs kilometres. Nous prenons le parti de retourner la voiture dans le sens de la descente et de rouler en roue libre jusqu'a un douar ou nous trouverons peut-etre un vendeur de gasoil, Dans le cas contraire nous y passerons la nuit. On ne trouve aucune station-service a 100km a la ronde. Durant la descente, Said ne cesse de demander a Brahim s'il avait de bons freins. Il n'a guere confiance en cette voiture. Nous nous arretons dans la descente a un kilometre du douar: notre chauffeur veut garder la chance de redemarrer le taxi en cas de probleme. Il part, seul, nous laissant a cote de la voiture. Bientot la nuit sera la. Ce jour-la, Brahim a du detester son telephone. Nous n'arretons pas de l'appeler pour savoir ou il en est. De retour au bout d'une heure avec son bidon plein de gasoil, il s'empresse de le verser dans le reservoir. Il se met au volant, et, constatant mon regard suspicieux, il nous cria: [beaucoup moins que]je vous dis qu'elle va demarrer[beaucoup plus grand que]! La Mercedes demarre apres quelques toussotements inquietants. Le retour vers Talsnant se fait dans l'obscurite. Nous sommes tous attentifs au bruit du moteur. Nous arrivons vers 23heures, la mere de notre hote, inquiete, nous attend sur le pas-de-porte. Said lui raconte notre mesaventure, chose qu'il avait evite de faire au telephone.

Copyright Casanet 2014. All rights reserved. Provided by SyndiGate Media Inc. ( Syndigate.info ).
COPYRIGHT 2014 SyndiGate Media Inc.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2014 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Al Bayane (Al Dar Al Bayda', Morocco)
Date:Nov 30, 2014
Words:2060
Previous Article:[beaucoup moins que]Opter pour le Maroc en tant que destination privilegiee[beaucoup plus grand que].
Next Article:Positionner le Maroc comme hub technologique regional.

Terms of use | Copyright © 2017 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters