Printer Friendly

Le temps de l'immigre dans Silences, Addolorata et Deja l'agonie de Marco Micone.

Introduction

Les etudes consacrees a la dramaturgie dite <<migrante>> ont souligne la variete de themes et de formes qui la caracterise. Les changements de langue et ses consequences, la definition d'une identite nouvelle, la souffrance et la marginalisation figurent parmi les experiences inscrites dans les oeuvres qui ont fait l'objet d'analyses connues (Harel, Lebrun, Dumotet, Meerzon). Cependant, changer de pays et de culture suppose egalement une mutation des temporalites habituelles de la vie quotidienne et du travail. Ces nouvelles experiences temporelles entrainent une rupture identitaire peu etudiee jusqu'a maintenant dans le domaine des etudes theatrales. En fait, la representation du temps occupe une place importante dans l'ecriture mettant en scene l'immigration, car celle-ci implique toujours, a l'origine, un desir d'ameliorer sa condition accompagne forcement d'une projection dans le futur. Ces consequences, multiples et complexes, se manifestent pendant les annees au cours desquelles les immigrants s'installent dans leur pays d'accueil. C'est alors que les effets d'un changement de pays deviennent evidents par rapport a l'identite et au vecu des personnages.

Cet article se penchera sur la representation du temps dans trois oeuvres de Marco Micone: Silences (2004, intitule Gens du silence en 1982), Addolorata (1984) et Deja l'agonie (1986), (1) pieces prenant pour sujet la vie de trois familles italiennes arrivees au Quebec a la fin des annees 1950. Micone est un des premiers dramaturges a avoir explore la condition immigrante au Quebec dans son oeuvre. Il y a souligne certaines caracteristiques de la vie des immigrants italiens, et ce, a travers les rapports liant les membres d'une meme famille (Hurley 5). Dans la lignee du nouveau theatre quebecois (Lafon 20), ses personnages parlent un sociolecte particulier qui les differencie des Quebecois dits <<de souche>>. Toutefois, la specificite de leur vecu ne se limite pas au langage: Micone accorde une place primordiale au temps, une des categories fondamentales de la realite sociale des Occidentaux (Rosa 13).

La succession des sequences, les ellipses entre les scenes, la duree et la repetition de certaines actions permettent a l'auteur d'expliciter les experiences temporelles des personnages immigrants. Ces choix formels representent en quelque sorte les balises d'une temporalite cyclique plus proche de celles des societes traditionnelles que de celles de la ville moderne (Montreal, dans le cas present) du pays d'accueil. Cette temporalite moderne est precisee dans Deja l'agonie, mais elle sous-tend toutes les affirmations que les personnages font sur le temps dans les deux autres pieces. Cette confrontation, a la fois frustrante et fondamentale dans l'experience des immigrants provenant d'une culture differente, est a l'origine des experiences temporelles decrites dans les pieces de Micone.

La mise en parallele de certaines etudes psychanalytiques et des pieces de Micone permettra de detailler la specificite des experiences temporelles des personnages immigrants. Pour Didier Anzieu, l'individu possede une <<enveloppe psychique>> issue des sensations suscitees par ce qui l'entoure habituellement: sons, odeurs, reves, etc. Ces sensations donnent lieu a leur tour a des <<enveloppes sonores, olfactives, auditives, tactiles, mais aussi oniriques, groupales, familiales, etc.>> (Kaes 85). Ces <<enveloppes psychiques>> constituent une interface : c'est-a-dire un lieu de communication et d'echange psychique situe a la <<demarcation entre le monde interieur et le monde exterieur>> (Houzel 44). Plusieurs chercheurs confirment egalement l'existence d'une <<enveloppe temporelle du moi>>, enveloppe d'abord formee par les repetitions rythmiques dans la petite enfance. Ainsi, pour Canovas, entre le temps personnel et le temps objectif--qui sont differents--, il y a un travail d'agencement opere par le moi, confirmant ainsi sa fonction au sein de la psyche en tant qu'interface. Il s'agit <<d'une enveloppe au sens psychique du terme, sans laquelle le Moi ne pourrait se structurer>> (Canovas 15). L'adulte acquiert des rythmes personnels au moment d'interagir avec les personnes qu'il cotoie et les institutions de la societe dans laquelle il vit. C'est ainsi qu'il acquiert une comprehension des temporalites vehiculees par la culture qui l'entoure--temporalites qu'il parvient ensuite a assimiler.

Grinberg indique que l'adhesion a une conception du temps est fondamentale pour la constitution d'une identite: cette adhesion sert par ailleurs de lien entre differentes <<representations du moi dans le temps et etablit une continuite entre elles>> (159). Pour Akhtar, la capacite d'assurer cette continuite dans la duree est fondamentale pour garantir une identite consolidee:

An essential characteristic of individuals with consolidated identity is their capacity to maintain personal continuity amid change and with the passing of time [. . .1{A] continuation with one's own subjective past, refers to this specific capacity. (Immigration and Identity 64-65)

L'entretien d'une relation continue entre le passe, le present et le futur constitue le fond de l'activite psychique quotidienne selon Beiser et Hyman (997). Une des principales fonctions de l'appareil psychique serait d'assurer cette continuite, c'est-a-dire de relier des evenements vecus separement a des intervalles de temps varies. Il s'agit, pour Herlant et al. d'une <<continuite de sens, une continuite historique qui suppose un courant d'investissement de soi et des autres>> (129). Quand une personne a des problemes psychiques, le sens de continuite est frequemment perturbe. Or, la migration entraine forcement une rupture de l'enveloppe temporelle: la memoire de la continuite n'est plus un objet sans faille.

La question se pose: est-ce que ces ruptures psychiques trouvent un reflet dans la structure des pieces analysees? Quelles sont les experiences temporelles des personnages qui suivent la rupture provoquee par l'emigration? Quels en sont les signes et les consequences dans leurs trajets respectifs?

Ellipses, ruptures temporelles, analepses: le temps fragmente de l'immigration

Les fables des trois pieces s'etendent sur de longues periodes, des periodes jalonnees de nombreux evenements quotidiens. Cependant, la temporalite dominante est liee a l'immigration des personnages, temporalite qui est mise en valeur par la structure meme des pieces. Les scenes, tres breves et fragmentaires, sont separees par des ellipses qui sont sans doute representatives du silence typique des immigrants, qui, comme l'indique Hurley (4), sont coupes, ne serait-ce que partiellement, de la vie publique. Ces procedes constituent surtout un element dynamique du point de vue dramatique: ils forcent le lecteur a imaginer ce qui a eu lieu entre les fragments montres et les consequences de l'immigration.

Silences

L'histoire de Silences s'etend sur pres de vingt-cinq ans, de la fin des annees 1950 jusqu'au debut des annees 1980--a partir de la scene XIV. Les ellipses entre les scenes sont parfois longues de plusieurs annees. Le deroulement est chronologique, mais les scenes sont souvent composees a leur tour de breves sequences tirees d'epoques differentes. Trois recits etroitement imbriques correspondent a trois temporalites: l'histoire principale (celle d'Alberto et Guilia, puis de leur famille) retrace leur immigration et leurs tentatives d'integration. Araldo est le commis voyageur du village qui emigre egalement au Canada. Tel le coryphee d'une tragedie grecque, il commente la realite de l'immigration d'une facon sarcastique et distanciee, surplombant dans ses frequents monologues le present immediat. La cousine Anita n'intervient que par voie telephonique: ses breves repliques symbolisent l'omnipresente, envahissante et etouffante voix de la communaute italienne montrealaise. Mais la linearite de la trame dramatique est egalement subvertie par deux scenes fantasmagoriques.

Addolorata

La structure d'Addolorata multiplie aussi les ruptures temporelles. Des la premiere scene, l'on percoit la presence scenique simultanee d'un meme personnage dedouble, a dix ans de difference : Lolita qui a 19 ans en 1971 et son double, Addolorata, qui a 29 ans en 1981. Son fiance-- qui deviendra son mari--est egalement dedouble: Johnny, 19 ans, faisant echo a Giovanni, 29 ans. Le passe et le present sont ainsi constamment entremeles, instaurant un temps metaphorique, au point qu'il est difficile de savoir s'il s'agit de personnages imaginaires ou d'individus reels. La structure est neanmoins progressive sur le plan temporel. Les cinq premieres scenes montrent principalement Lolita avant son mariage. Addolorata, dont la mere vient de deceder, apparait plus frequemment sur scene a partir de la scene VII. La piece se complexifie a travers trois scenes qui sont presentees comme etant la representation des pensees des personnages, ce qui suppose une analepse. Un narrateur dans le prologue et la scene VI, qui adopte la position du commentateur cher au theatre brechtien en s'adressant directement au public, rappelle qu'il est plonge au coeur du temps de la representation--ou de la lecture--et introduit ainsi une autre temporalite. En outre, les situations recurrentes et les retours en arriere mettent en valeur la perennite de l'oppression masculine produisant un effet de crescendo culminant a la scene finale.

Deja l'agonie

La structure temporelle de Deja l'agonie est egalement singuliere. La premiere partie de la piece se terminant a la scene XIV est fondee sur l'alternance de scenes, semblable a un montage alterne cinematographique, qui se deroulent dans deux lieux et a deux epoques differentes: un village de l'Italie du Sud, en 1987; et Montreal, en 1972. Jusqu'a la scene XIV, la piece presente les memes personnages a deux moments de leurs vies: Maria et Franco ont 55 ou 70 ans; Luigi et Danielle, 27 ou 43 ans. Dans la deuxieme partie de la piece-scenes XVXIX--, l'action se deroule en Italie en 1987. Cependant, a la difference de Silences ou $ Addolorata, les scenes ne sont pas divisees en sequences et ne suscitent pas une sensation de temps fracture. Comme dans les deux pieces precedentes, les changements de temporalite d'une scene a l'autre sont constants.

L'image du temps contenu dans ce corpus reflete l'epoque et les experiences de leur auteur, issu de la premiere vague d'immigration provenant de l'Italie apres la Seconde Guerre mondiale. Dans Le Figuier enchante, recit autobiographique, Micone montre a quel point les experiences rapportees dans les pieces de theatre sont autobiographiques. Les conditions de travail sont difficiles pour les immigrants italiens des annees 1950. D'abord, l'accueil est marque par le racisme et l'hostilite de certains Quebecois a leur egard (Micone, Silences 1417) et les conditions de logement sont precaires (14; Addolorata 9-11, 41-42). Ensuite, les immigrants sont exploites sur le plan professionnel: on leur attribue les taches les plus dangereuses et les plus repetitives, et ils sont parfois forces de travailler a la piece dans les manufactures (Addolorata 47-48) durant de longues journees de travail de dix heures (Silences 19), et ce, pour des salaires modestes (45). Dans Silences, ils sont parfois meme exploites par leurs propres compatriotes. Dans une certaine mesure, Giovanni et Addolorata doivent completer des taches <<hors temps>> ou, du moins, difficiles a mesurer sur le plan chronologique, tellement leur travail est archaique du point de vue temporel. Inexperience est ardue pour cette premiere generation d'emigrants, cette <<generation sacrifiee>> pour reprendre l'expression de l'auteur (Micone <<Traduire, tradire>> 28). A ce sujet, Micone rappelle ceci:

[A] part une minorite privilegiee, les autres n'en retirent, tout au moins au debut, qu'une insecurite psychologique et materielle qui les portera a accepter les pires conditions de vie et de travail {...}. S'amorce alors un mouvement oscillatoire et dechirant entre le regret et la joie d'avoir emigre, mouvement dont la duree et l'issue sont fonction autant de la facon dont s'effectue le depart que la qualite de l'accueil. (Le Figuier enchante 87)

Ce dernier aspect est etudie par la psychanalyse.

Pour Grinberg, les conditions externes influencent d'une facon considerable la maniere dont les immigrants peuvent affronter psychologiquement leur migration (12): <<The suspicious and half-hearted reception in the host country makes the exile's assimilation arduous>> (Immigration and Identity 91-92). Neanmoins, pour ces auteurs de la dramaturgie dite migrante, la reaction immediate au traumatisme cause par l'immigration depend en grande partie de la personnalite du sujet avant l'emigration et des circonstances sociales de cette immigration (Grinberg 23). Les immigrants evoques par Micone proviennent surtout de zones rurales (Le Figuier enchante). Privato indique a ce propos:
   The vast majority of Italian immigrants who came to Canada were
   peasants from impoverished villages. They brought with them
   regional dialects, poor literary and old-fashioned values.
   Altogether they were a different class from the urban dwellers, who
   had property and small businesses. (14)


Ainsi, les pieces miconiennes mettent en scene des personnages representant diverses formes d'insecurites economiques, sociales et culturelles--et parfois personnelles--ayant ete vecues anterieurement a l'emigration. Ces caracteristiques les predisposent a vivre certaines experiences temporelles.

La solution de continuite

Pour Grinberg, l'emigration suppose une perte massive: <<choses, lieux, langue, culture, coutumes, climat et parfois profession et milieu social et economique>> (39), tout cela etant laisse derriere soi. En ce sens, Tobie Nathan affirme:
   [E]migrer, quitter, perdre l'enveloppe de lieux, de sons, d'odeurs,
   de sensations de toutes sortes constituent les premieres empreintes
   sur lesquelles s'est etabli le codage du fonctionnement psychique.
   [...] Lemigration consiste donc a modifier l'enveloppe tout en
   tachant de preserver l'identite du noyau (27).


Il s'ensuit que l'emigration suppose egalement une rupture culturelle (Akhtar, <<A Third Individuation>> 1052) et provoque un traumatisme.

Rappelons que les desordres psychiques entrainent souvent une modification de la facon d'envisager le temps (Canovas 13): or, les immigrants vivent souvent de telles alterations. James, Goguikian Ratcliff et Michel signalent: <<nous voyons nos patients migrants [sic] aux prises avec les memes difficultes que les patients traumatises: travail de la pensee entrave, paralysie des capacites d'elaboration et de symbolisation, somatisations, temps suspendu>> (130). Le traumatisme <<cree une faille dans le temps. Il rompt la chaine de la temporalite, creant ainsi la sensation d'un avant et d'un apres vecus comme antagonistes par le patient>> (Biznar 52).

Dans Silences, Addolorata et Deja l'agonie, les personnages souffrent de ruptures temporelles souvent traumatisantes meme si elles peuvent parfois, dans un premier temps, etre accueillies comme etant une source de plaisir. Dans Silences, quelques annees apres son arrivee au Quebec, le personnage d'Alberto declare ceci:

C'est ca que j'ai aime le plus, moi: que personne sache qui j'etais... que personne sache qui etait mon pere, qui etait ma mere. le passe n'existait plus. j'etais plus un fils de berger. j'etais plus un fils de servante. pour la premiere fois. j'etais moi. seulement moi. pour la premiere fois, j'ai cru que je pouvais recommencer a zero. C'est a ce moment-la que j'ai compris pourquoi tant de gens emigrent. (Silences 36)

Manifestement, la rupture temporelle commence lors du voyage d'emigration. Pour Grinberg, le voyage est un temps irreel et le malaise du voyage ne disparait pas immediatement (91). Micone rapporte dans Le Figuier enchante combien les effets du voyage avaient dure pour le narrateur apres son arrivee au Canada (61-64). Dans Silences, la seule des trois pieces etudiees qui evoque le moment meme de l'emigration, Guilia ressent un malaise longtemps apres son arrivee.

De nombreux facteurs contribuent au fait que les personnages immigrants de Micone vivent cette rupture temporelle. Le choc culturel est a l'origine des angoisses (Akhtar, <<A Third Individuation>> 1052) ressenties par les personnages d'Alberto et de Guilia (Silences 34-37). Pour Grinberg, l'existence d'une figure tutelaire--qu'elle soit incarnee par un individu ou un groupe--permettant aux immigrants de se reorganiser est tres importante (93). Or, dans Silences, Angelo Ricci, qui semblait d'abord assurer les roles de protecteur et d'intermediaire d'une insertion professionnelle et sociale, se revele etre un escroc (38-42). La dispute qui s'ensuit entrave a coup sur l'integration d'Alberto au pays d'accueil. Le sentiment de culpabilite peut egalement contribuer a cette impression de vivre une rupture temporelle. Des lors, pour Akhtar, <<the sweet element of the bittersweet pleasure of nostalgia is lost, leaving nothing but bitterness>> (Immigration and Identity 92). Alberto n'avoue pas le mal du pays qui l'habite a cause du sentiment de culpabilite qu'il ressent, car cette decision est a l'origine de son malheur et de celui de sa femme. Ce sentiment de culpabilite n'est pas explicite comme tel, mais le lecteur-spectateur peut le percevoir aisement dans les raisons donnees par Alberto pour justifier leur emigration (voir la scene XXI [70-71], notamment).

D'autre part, les structures economiques du Canada supposent une acceleration et une intensification du temps consacre au travail. Un nouveau rapport au travail influence la comprehension que les personnages ont du temps, mais aussi leurs attentes collectives et individuelles ainsi que leurs rapports aux autres et a eux-memes. Ces personnages vivent de nombreuses deceptions au moment de constater le decalage existant entre les reves qu'ils caressaient et les realites de leur pays d'accueil, notamment sur le plan professionnel. Ce phenomene n'a rien d'exceptionnel. Selon Ulmann et Brothers (1988) et Ulmann et Miliora (2002), la desillusion ressentie par les immigrants dans le pays d'accueil represente leur principale source d'angoisse, qui s'avere plus importante meme que la sensation de perte ou de deuil d'objets perdus, ou plus grande meme que les problemes identitaires. Alberto revait d'un pays oU tout serait possible. Mais les conditions de travail rencontrees ne se sont pas averees a la hauteur de ses espoirs. Cette situation est a l'origine de sa perte d'ambition et de tout desir de progres personnel (a partir de la scene XII [44-47]).

Du temps suspendu de l'effraction a la reversibilite du temps: l'irruption du passe et la solution de continuite

Les immigrants connaissent bien l'experience du temps suspendu. Son degre d'intensite depend a la fois de la portee de la rupture qui separe l'individu d'une identite originelle et de la nouvelle identite qu'il doit developper pour survivre dans son pays d'accueil. Dans le temps suspendu de l'effraction, les reperes qui constituent des limites habituelles de la quotidiennete semblent soudainement s'effacer ou disparaitre devant le debordement cause par une violence symbolique associee a l'integration. Autrement dit, les jalons habituels semblent suspendus. Dans Silences, le personnage principal, l'immigrant arrive depuis peu, ne parle pas; il observe seulement (14). Ainsi, Guilia exprime sa desorientation, quelque temps apres son arrivee:
   Tout est si etrange ici ... ces murs trop lisses ... trop blancs
   ... cette lumiere trop forte ... tout est si propre, si ordonne.
   comme si c'etait pas fait pour y vivre. personne me connait.
   personne me dit bonjour. si le chien de la voisine n'aboyait pas
   quand je sors, j'aurais l'impression d'etre invisible (36).


Dans les pieces a l'etude, cette suspension se manifeste surtout par l'irruption du passe dans l'imagination des personnages, rendue manifeste sur le plan scenique. Reprenant Freud (1920), divers psychanalystes indiquent que le traumatisme de l'immigration empeche le travail de liaison et oblige le sujet a une repetition perpetuelle de ses actions sous forme de compulsion de repetition (Freud 13-22). Lexperience traumatique implique une effraction et un debordement du Moi qui conduit a une temporalite marquee par la reversibilite du temps: <<Le retour du passe qui signe la repetition est aussi un retour sur le passe>> (Kaes 16). Au moment de l'emigration, l'alteration du lien temporel se manifeste souvent par une temporalite discontinue due a l'irruption du passe et au melange de souvenirs et de situations actuelles (Grinberg 160, Carriere 144). Quant aJames et al, ils indiquent que
   [l]a distorsion du temps dans les etats traumatiques entraine le
   telescopage de la continuite psychique. Le passe devient
   hyperpresent, le present n'agit plus comme fonction de delimitation
   par rapport au passe. Les reminiscences font intrusion dans la
   pensee et empechent le veritable travail de memoire. Le futur
   n'existe pas, l'avenir est bouche, le present, fige. (130)


C'est egalement ce qu'affirme Jane Moss dans son analyse des pieces de Micone:
   Plot structure and linear chronology are often exploded by a
   traumatized memory of origin that refuses to be forgotten and
   returns to disrupt the present. The dramatization of memory often
   displaces and disorients-transporting the spectator-reader toward
   the playwright's native country, towards the psychic space of
   memory, or towards the site of myth. (2)


Dans Silences, les nombreux episodes du passe abordent des themes divers comme la nostalgie--Guilia et Alberto enfants revent de voyager (20-24)--; le souvenir du temps oU le couple s'entendait bien--Guilia et Alberto avant l'emigration (20-24)--; et la violence Alberto dechirant la robe de confirmation de sa fille Laura que sa femme avait fait venir d'Italie (55-58). Dans Addolorata, le passe est rendu manifeste, voire personnifie, par le dedoublement des personnages. Par exemple, dans la deuxieme scene, Addolorata et Lolita repetent la meme action: elles envoient des lettres a des membres de la communaute italienne. Lolita poste des invitations a celles et a ceux qu'elle souhaite voir a son mariage ; Addolorata, elle, des lettres de remerciement aux gens ayant assiste a l'enterrement de sa mere. Ce faisant, elles prononcent des repliques semblables, mais Lolita s'adresse a son pere dont elle souhaite s'eloigner, tandis qu'Addolorata evoque les sevices que son mari Giovanni lui fait subir (1722). Ce dedoublement a une signification evidente: le meme personnage subit deux situations similaires opprimantes a dix ans de difference. Elle est victime d'abord de son pere, puis de son mari. Ces episodes soulignent la stagnation des personnages et les recurrences de situations jalonnant leur parcours. Toutefois, ces episodes retablissent une relation de causalite, a un niveau plus profond, entre les evenements du present et leur justification par les comportements qui en sont, selon une logique circulaire, la cause. Ce mecanisme est redevable d'une pensee romantique oU l'etre se decouvre par le souvenir (Poulet 44).

L'immobilite et la temporalite circulaire

Cette structuration temporelle est tributaire d'une absence de mobilite. Frustres, les hommes se refugient dans la vie familiale en adoptant une attitude patriarcale et en refusant tout deplacement, synonyme du changement. Alberto demeure une grande partie du temps chez lui et refuse de voyager (Silences 69-72). Tino, son fils, achete une voiture pour s'eloigner temporairement de la maison familiale, mais il n'y parviendra pas (55-58). Dans Addolorata, Giovanni demeure ancre dans un seul et meme lieu: la salle de billard qu'il gere. Il refuse de partir en vacances. Aucun des deux personnages ne s'investit dans de nouvelles relations sociales. La lente et necessaire construction de nouveaux rapports avec le monde est ainsi arretee (Canovas 14). L'immobilite spatiale se double alors d'une stagnation relationnelle. Cela a pour consequences la reduction des <<episodes d'experiences vecues (y compris les experiences passives subjectives)>> (Rosa 155) et un ralentissement du rythme de vie tout a fait contraire a l'acceleration des societes modernes. Ces deux personnages masculins contraignent egalement leurs femmes a l'isolement. Ces dernieres sont doublement exploitees : <<J'suis deux fois coupable, comme femme, comme immigrante>> dit ironiquement l'une des deux gagnantes du concours <<Reine du foyer>> (Addolorata 68). Au travail contraignant, s'ajoute, pour les femmes, la domination des hommes qui reproduisent au sein de leur famille le schema d'exploitation dont ils sont victimes dans le monde du travail. Dans la premiere scene de la piece Addolorata, Lolita explique pourquoi son pere saupoudre le plancher de lessive: <<Il parait que son boss lui fait la meme chose a l'usine>> (16). La vie conjugale est un temps de souffrance, pour la femme, a cause de la culture italienne de l'epoque et de la figure patriarcale. La soumission releve d'une norme non ecrite et ancestrale, et reproduit un archetype. La perennite et la force de cet archetype implique l'existence d'un temps circulaire. Or, pour Eliade, le temps circulaire aide a supporter la soumission et la douleur dans la mesure oU celles-ci s'inscrivent dans un ordre qui se perpetue selon une logique relevant du <<mythe de l'eternel retour>>. Ainsi, la coutume affermit la situation de soumission tout en ecartant son rejet radical et immediat. Lolita/Addolorata est heureuse seulement quand elle reve aux moments precedant son mariage. De meme, le couple forme par Giulia et Alberto est heureux uniquement lorsqu'il se rememore deux episodes anterieurs a l'immigration (Silences 20-23). Les etudes psychanalytiques (Grinberg, Akhtar, Nathan, Moro, Yahyaoui) soulignent le besoin de faire le deuil des objets perdus, pour pouvoir vivre reellement le present. Or, dans Silences, le personnage de Guilia continue a cultiver le fantasme d'un retour au pays d'origine. Cette idealisation l'empeche d'investir pleinement le present.

Les relations intergenerationnelles, particulierement celles entre les peres et les fils, determinent la personnalite et les experiences temporelles des enfants. Les peres immigrants ont ete souvent absents du foyer. Les fils s'en plaignent: par exemple, Giovanni se rememore l'absence traumatisante de son pere (Addolorata 51-52): <<On est les orphelins de l'emigration. Lemigration nous a vole nos peres quand on en avait le plus besoin. C'est pour ca qu'on est tout fuckes. Demande-toi pourquoi ton pere a toujours ete un etranger pour toi>> (88-90). Cependant, il reproduit le modele: sans jamais quitter la maison, il est lui aussi un pere absent. Luigi, dans Deja l'agonie, affirme ceci: <<Je ne l'ai presque jamais vu avant l'age de quinze ans: Belgique, Suisse, Venezuela: toujours parti. Meme si dans ses lettres il repetait qu'il n'aimait pas emigrer>> (Micone, Deja l'agonie 28). Selon Nathan, le pere absent ne peut transmettre a ses enfants le lien entre le monde intime et le monde exterieur, et les fils sont en consequence <<prives du relais parental dans l'etablissement d'un lien fonctionnel entre le cadre culturel interne et le cadre culturel externe>> (32). L'enfant de parents immigrants, se voit domine par <<le sentiment de la contingence des referents>>. Il est donc soumis a la <<coexistence de deux mondes heterogenes>> (Nathan 34). Labsence prolongee du pere immigrant peut, selon Grinberg, causer un dommage psychique irreparable (165). Les enfants des pieces Silences et Addolorata refletent ces deficiences. Dans Addolorata, Lolita adhere a la figure de la femme au foyer et elle n'aime pas sa cousine de Toronto, celle qui veut devenir avocate et qui <<etudie des affaires d'hommes>> (63). Elle vit dans le passe et repete sans cesse les memes erreurs. Dans Silences, l'amertume du foyer familial etouffe le fils et le rend incapable de concevoir son propre avenir. La temporalite devient encore une fois circulaire. Pour James et al, <<le sujet se retrouve donc fixe au traumatisme, la continuite temporelle normale se trouv[ant] rompue au profit d'une temporalite circulaire, repetitive>> (131).

Or, Silences et Addolorata de Micone sont egalement des explorations d'une mutation importante: l'immigration suppose le passage d'un petit village et d'un monde rural, caracterises tous deux par une conception cyclique du temps, a une grande ville, Montreal, laquelle fonctionne selon une vision progressive et lineaire du temps. Autrement dit, les personnages s'enferment dans une conception du temps qui provient en partie de leur origine sociale et geographique. Micone rappelle lui-meme cette difference temporelle dans Le Figuier enchante: <<Pour la plupart d'origine rurale et peu scolarises, les immigres italiens des annees cinquante et soixante avaient une perspective du temps et de l'espace bien differente de celle des citadins>> (88). La conception circulaire de l'Histoire met l'accent sur la recurrence des situations et des paroles au point de donner l'impression que les repetitions l'emportent sur le changement et l'evolution: <<a distinctly cyclical view of history basically envisions things as being trapped [...] in some eternel present>> (Zerubavel 24).

Dans Silences, un grand nombre d'elements contribuent a creer cette image circulaire du temps. La plupart des actions sont presentees comme etant repetitives; par exemple, l'ecriture de lettres (Silences 18-19) ou l'evocation onirique du passe (20-23). Les contradictions entre ces temporalites enferment les personnages. Dans Addolorata, les apparitions simultanees du meme personnage, a deux ages differents et repetant les memes actions, soulignent la perennite des rapports qui definissent son existence, d'annee en annee, sans espoir de transformation. D'une facon ludique et humoristique, la repetition de certains gestes lies a la culture italienne--specialement la preparation de la sauce tomate a la scene III (Addolorata 23-25) et a la fin des scenes IV (35), IX (53), X (65) et XI (67)--suggerent un temps circulaire positif, qui sert, dans les societes traditionnelles, a conjurer le chaos.

Certes, Silences et Addolorata font allusion a des evenements historiques--notamment le premier referendum sur l'independance du Quebec--, mais les personnages demeurent neanmoins enfermes dans un temps circulaire. Dans Deja l'agonie, les personnages ayant reussi a s'adapter au Canada reussissent a developper des projets d'avenir. Par exemple, Luigi, un des protagonistes de cette piece, ne vit pas une temporalite circulaire. Il participe, au contraire, au temps accelere de la ville moderne en participant pleinement a ses activites sociales et politiques.

L'absence de perspectives temporelles

Il s'agit pour l'homme de s'affranchir en quelque sorte du changement qui l'entraine, en conservant le passe disponible par la memoire et en conquerant a l'avance l'avenir par la prevision. Cette prise de possession du temps est essentiellement une oeuvre individuelle marquee par tout ce qui determine la personnalite, l'age, le milieu, le temperament. Chaque individu a ses propres perspectives. (Fraisse 185)

Dans la mesure oU, a l'origine de l'experience de l'emigration, se trouve une attente de l'avenir (souvent une projection et une anticipation), l'horizon temporel devient revelateur de l'evolution --ou d'une absence d'evolution--des immigrants: <<Les perspectives projectives d'un individu dependent de sa capacite d'anticiper l'avenir>> (Fraisse 185). Or, au debut de Silences, Alberto espere trouver un pays oU il ne sera pas considere comme un fils de berger qui s'est marie avec la fille du proprietaire de la maison oU travaillait sa mere (20-21). Pourtant, il abandonne rapidement l'idee de toute prosperite. La maladie, la difficulte de travailler et la frustration le conduisent a tourner son regard vers le passe et a regretter son choix: <<Je dirigeais un chantier, moi>> (Silences 45). Par ailleurs, Alberto rompt avec son passe a cause du sentiment de culpabilite relie aux motivations de son emigration--ses origines sociales, le desir de reconnaissance et d'aventure, et non un reel besoin economique. Il a des problemes de sante, il developpe une attitude agressive envers son epouse et se limite a un present immediat, appauvri par des disputes constantes.

Dans Addolorata, apres son mariage, Johnny/Giovanni abandonne toute idee de changement, par paresse, pour eviter l'obligation de se trouver un emploi plus exigeant. Il adopte un discours fataliste et deterministe qui associe les immigres aux proletaires. Il rejette tout espoir de changement: <<Dans quarante ans, on sera immigrants. Sempre>> (57). Lolita/ Addolorata veut quitter son epoux. Le futur est toujours envisage comme une reaction face a la deception que suppose le present. Les personnages ont une vision de l'avenir qui correspond davantage a une <<prevoyance>>, caracteristique des societes traditionnelles: ils songent a un <<avenir concret, virtuellement enferme dans le present percu>>, et non a une reelle <<prevision>> rationnelle et calculatrice d'un futur <<lointain et abstrait>> (Bourdieu 27). Leurs ambitions n'ont pas d'issue, ne sont pas structurees et n'ont aucune complexite. Ainsi, les personnages semblent condamnes au ressassement des memes pensees. Ils n'ont plus la capacite de tracer une ligne directrice pouvant relier, d'une facon fluide, les souvenirs du passe, le present vecu et les attentes du futur, caracteristique des immigres avant qu'ils ne s'adaptent au pays d'accueil (Nathan 27). Les personnages de Micone adoptent une attitude semblable a celle des immigres reels qui, ayant subi un grand traumatisme, developpent une perspective temporelle atomiste comme strategie pour eviter une douleur supplementaire (Beiser et Hyman 997-98). Cette conception du temps et cette incapacite a le maitriser de facon continue existe egalement en rapport avec leurs limites langagieres. Comme l'indique Simon, <<language and culture are the means through which individuals interpret their past and their present. The incapacity to master language becomes [...] the inability to understand one's reality>> (62).

Les vaines tentatives de retablissement de la continuite temporelle

Pour Grinberg, l'immigrant a besoin, dans sa <<lutte pour son autoconservation>>, de s'attacher a des objets de son pays afin de maintenir l'experience de se <<sentir lui-meme>> (156). Ces objets lui permettent de maintenir un lien symbolique avec son pays, afin de <<reconnaitre, a travers eux, sa continuite avec son propre passe>> (160). Ainsi, les maisons des immigrants sont souvent decorees avec de nombreux objets typiques d'une culture dite originelle (160). Dans Silences, le pere de famille a rempli le premier etage d'objets de ceramique et condamne la famille a vivre au sous-sol:
   On a fait un musee du premier etage pendant qu'on vit au sous-sol
   comme des taupes. Quand je travaille pas pour la payer, je passe
   mon temps a laver tous ces planchers et ces murs couverts de
   ceramique ... ceramique dans l'entree ... ceramique dans le salon,
   ceramique dans la chambre a coucher, ceramique dans la cuisine,
   ceramique dans la salle de bain (70).


Ces objets et cette grande maison, parce que couteux, les empechent de vivre d'une facon raisonnable. Pour Grinberg, ces objets occupent tout l'espace physique et psychique oU pourrait advenir la nouveaute et, paradoxalement, empechent egalement d'admettre le passe comme tel (159).

Pour la meme raison, d'apres Grinberg, l'alimentation devient un mecanisme de defense pour limiter les effets des angoisses des immigres (200). Dans Addolorata, outre la preparation de la sauce tomate, les allusions a la nourriture traditionnelle sont nombreuses: tetes d'agneau au four, cavatelli,polenta, saucisses (17), lasagne (50) et, quand Giovanni enfant reve qu'il essaye de convaincre son pere absent de revenir, il evoque <<un gros panier de figues>> (IX 52). Dans la scene XII, oU deux femmes parodient la situation d'exploitation dans laquelle se trouvent les femmes immigrees, elles declarent regner <<sur le menage et la cuisine>> (68).

Le double present nostalgique

Les immigrants peuvent aussi etre vus comme etant les porteurs d'un <<double present nostalgique >>. Limmigrant vit <<entre deux espaces et deux temps: la-bas autrefois et l'ici et le maintenant >> (Yahyaoui 168). Micone rappelle cette meme experience dans <<Traduire, tradire>>: <<une realite ni tout a fait d'ici ni tout a fait d'ailleurs: entre deux cultures, deux imaginaires et au moins deux langues>> (28). Dans Le Figuier enchante, evoquant la langue de son pere et de son enfance, Micone indique: <<Tant qu'ils evoqueront un monde que les mots d'ici ne pourront saisir, je resterai un immigrant lacere par une double nostalgie>> (99). Les immigrants de la premiere generation-Alberto et Guilia dans Silences; Franco et Maria dans Deja l'agonie--vivent dans la nostalgie du pays d'origine. Le double present se transforme pour la seconde generation d'immigrants en une double identite ou une double appartenance, comme celle de Laura dans Silences, de Lolita dans Addolorata ou de Luigi dans Deja l'agonie.

Les issues symboliques

Les pieces proposent deux issues symboliques possibles a cette conception cyclique du temps presentee comme un lieu d'enfermement. Dans Silences, Laura quitte son fiance, Claudio; et, dans Addolorata, le personnage eponyme quitte son mari. Les deux femmes mettent fin a leur couple et s'emancipent de la societe italienne pour commencer une nouvelle etape de leur vie vers un futur incertain. Elles rompent ainsi le temps circulaire: le present devient un choix, elles adherent a un devenir ouvert, elles integrent le temps vivant d'une evolution <<oU passe, present et avenir retrouvent chacun leur place et leurs liens>> (James et al. 132). Leur depart est aussi symptomatique du rejet de cette conception de temps.

Les personnages de Deja l'agonie se trouvent dans une situation differente. Ils ont perdu le lien avec le passe que le voyage de Luigi et de son fils Nino en Italie vise a retablir. Akhtar explique que l'impossibilite de rentrer au pays originel est un facteur qui complexifie l'integration de l'immigrant reel. Cette meme impossibilite contribue a une rupture temporelle avec le passe, provoquant ainsi une fracture dans le psychisme de l'immigrant (Akhtar, <<A Third Individuation>> 1065). Les deux attitudes, <<si seulement [l'emigration n'avait pas eu lieu]>> ou <<si un jour [se produisait le retour au pays d'origine]>> (Yahyaoui 242), sont des fantasmes qui fixent l'immigrant dans un temps arrete: l'une, dans le passe; l'autre, dans le futur:
   Le voyage a son pays d'origine permet a l'immigre de [...] faire
   les liens, entre le passe, le present et le futur, inscrire
   l'ensemble dans la vie [...] [I]l l'aide a s'inscrire dans la
   duree, dans la continuite, c'est-a-dire dans la vie. C'est dans la
   mesure oU elle s'inscrit dans la duree, oU elle arrive a jouer avec
   la temporalite que la famille est vivante et qu'un moment de sa vie
   (l'immigration, la guerre...) peut devenir souvenir (et non
   traumatisme). (242-43)


Dans Deja l'agonie, trois generations sont rassemblees: Nino, l'adolescent, s'attache a ses grands-parents; Luigi se reconcilie avec Franco, son pere; le couple Danielle et Luigi semblent adopter un ton plus conciliant. Dans cette piece, la melancolie se manifeste doublement dans les figures <<du pere coupable et du fils abandonne>> (Carriere 151). D'autre part, le mot <<agonie>> peut s'appliquer a Franco, qui ne parvient pas a faire le deuil de son sentiment de culpabilite (152), mais, pour Luigi, le fils de Franco et Maria, le retour est aussi la reconstitution de la continuite de l'histoire. Une fois le traumatisme a l'origine de l'emigration revele, il appartient aux personnages de reorganiser, symboliquement, leur representation de l'immigration a partir d'une reconciliation avec le passe. Deja l'agonie montre la recomposition du fil temporel et la recuperation de la memoire et de l'identite, soit le depassement de l'isolement psychique que suppose la rupture de l'emigration.

Le voyage du retour au pays d'origine et, sur le plan symbolique, la tentative de reconstituer la memoire et l'identite, sont des motifs connus dans la litterature. L'immigrant croit que le remede a la nostalgie est le retour au pays d'origine. Lodyssee est le retour aux sources, au foyer domestique pour clore la nostalgie (Jankelevitch 342, 349-350, Baldo 199-216). Mais le retour est impossible a cause de l'irreversibilite du temps (Jankelevitch 367). Le temps est passe et le village est en ruines: la vie dans le pays d'origine est revolue.

Conclusion

Cet article a tente d'analyser un aspect important de l'experience des personnages immigrants dans les pieces de Micone. Silences et Addolorata contiennent des situations traumatiques dont les <<effets profonds et durables>> (Grinberg 24) se repercutent sur la structure dramatique des pieces, soulignant par le fait meme leur importance thematique. Deja l'agonie evoque quant a elle le retour au pays d'origine et la possibilite de reconstituer une continuite temporelle.

Limage du temps chez ce dramaturge italo-quebecois est synonyme de la transformation durable que l'immigration exerce sur les personnages et leur conception du temps. Leurs vecus sont definis en fonction d'une rupture temporelle, par le temps suspendu qui fait suite au changement de pays et le choc culturel, puis par une temporalite destructuree, favorisee par le retour inopine du passe dans le present. Lancrage dans le quotidien se fait au prix de l'adhesion a une temporalite circulaire. Un double present nostalgique accompagne l'emergence d'une double identite. Deja l'agonie montre, cependant, l'adaptation d'un personnage aux temporalites du pays d'accueil et la fin de l'impasse exploree dans les autres pieces. Lexamen d'attitudes semblables observees dans la population reelle par les psychanalystes et les ethnopsychiatres comme Nathan ou Yahyaoui, seulement quelques annees apres l'ecriture des pieces, indique a quel point les experiences des personnages de ces pieces depassent le contexte quebecois des annees 1950. Une demarche psychanalytique qui aborde le temps a partir des espaces transitionnels entre les individus coincide avec un trait fondamental du theatre, soit la definition du personnage dans son rapport a l'autre. Des lors, loin d'un modele rigide <<remettant en question aussi bien le positivisme du siecle dernier que le structuralisme rigide de la premiere moitie de ce siecle>>, cette approche ouvre sur la diversite culturelle pour <<se laisser surprendre par l'inattendu et questionner le changement>> (Houzel 73). l'ethnopsychiatrie a analyse la facon dont les experiences d'immigration varient en fonction des cultures d'origine, des pays d'accueil, de l'epoque, de l'age et des conditions des immigrants (Yahyaoui 343). La poetique de l'auteur, mais aussi l'epoque de l'ecriture des pieces et les influences litteraires contribuent toutes a l'originalite de ce corpus. Reste a voir comment les autres auteurs dramatiques immigrants du Canada abordent et explorent la question du temps et dans quelle mesure ils se distinguent de l'approche mise de l'avant par Micone.

Note

(1) La premiere piece de la trilogie originale etait Gens du silence (1982). Marco Micone a reecrit cette piece qui est devenue Silences (2004). J'ai choisi de me concentrer sur Silences dans la mesure oU elle me semble plus interessante pour le propos de cette etude.

Ouvrages cites

Akhtar, Saldam. Immigration and Identity: Turmoil, Treatment, and Transformation. Northvale: Jason Aronson, 1999. Imprime.

--. <<A Third Individuation: Immigration, Identity, and the Psychoanalytic Process>>. Journal of the American Psychoanalytic Association 43 (1995): 1051-84. Imprime.

Anzieu, Didier (dir). Les enveloppes psychiques. Paris: Dunod, 1987. Imprime.

--. Le moi-peau. Paris: Dunod, 1985. Imprime.

Baldo, Michela. <<Landscapes of Return: Italo-Canadian Writing Published in Italian by Cosmo Iannone Editore>>. Translation Studies 6.2 (2003) U99-216. Imprime.

Beiser, Morton, et Ilene Hyman. <<Refugees' Time Perspective and Mental Health>>. American Journal of Psychology 154.7 (1997): 996-1002. Imprime.

Bourdieu, Pierre. <<La societe traditionnelle. Attitude a l'egard du temps et conduite economique>>. Sociologie du travail 1 (1963): 25-44. Imprime.

Canovas, Sylvie. <<Les paradoxes temporels de la duree therapeutique>>. Nouvelle Revue d'Ethnospychiatrie 11 (1988): 13-24. Imprime.

Carriere, Marie. <<Parole du refus, exil melancolique: trois textes migrants du Quebec contemporain >>. Nouvelles Etudes Francophones 20.2. (2005): 143-58. Imprime.

Chabert, Catherine, Dominique Cupa, Rene Kaes, et Roussillon Rene, (dir). Didier Anzieu: Le moipeau et la psychanalyse des limites. Toulouse: Eres, 2007. Imprime.

Chikhani-Nacouz, L., D. Drieu, et M. Chalhoub. <<Les incidences de la desorganisation des enveloppes collectives sur le moi de l'enfant de 9 a 13 ans dans l'experience de la guerre, Liban juilletaout 2006>>. Neuropsychiatrie de l'enfance et de l'adolescence 59 (2011): 299-304. Imprime.

Dumontet, Danielle, et Frank Zipfel (dir). Ecriture migrante = migrant. Writing, Hidelsheim/New York: Olm. 2008. Imprime.

Eliade, Mircea. Le mythe de l'eternel retour: archetypes et repetitions. Paris: Gallimard. 1969. Imprime. Fraisse, Paul. Psychologie du temps. Paris: PU.F. 1967. Imprime.

Freud, Sigmund. <<Rememoration, repetition, perlaboration>>. Libres cahiers de psychanalyse 9 (2004/1): 13-22. (ire ed. 1914). Imprime.

Garcia Marrientos, Jose Luis. Drama y tiempo. Madrid: Consejo Superior de Investigaciones Cientificas, 1991. Imprime.

Harel, Simon. Les Passages obliges de l'ecriture migrante. Montreal: XYZ, 2005. Imprime.

Herlant K., Caron, R. et Beaune, D. <<Quand l'adolescent se heurte au mur du temps/When the Adolescent Faces the Gap of Time>>. Neuropsychiatrie de l'enfance et de l'adolescence 65 (2008): 12734. Imprime.

Houzel, Didier. <<L'enveloppe psychique: concepts et proprietes>>. Les Enveloppes psychiques. Paris: Dunod, 1987. 43-73. Imprime.

Hurley, Erin. <<Devenir autre: Languages of Marco Micone's "Culture immigree">>. Theatre Research in Canada 25.1-2. (2004): 1-23. Imprime.

James Franceline, Betty Goguikian Ratcliff, et Daria Michel. <<Migration et temporalite>>. Temps et psychotherapie. Michel et Despland 29-146. Imprime.

Jankelevitch, Vladimir. L'Irreversible et la nostalgie. Paris: Flammarion, 2011 [1974]. Imprime.

Kaes, Rene. <<La multiplicite des formes du temps dans le processus individuel, groupal et institutionnel >>. Michel et Despland 15-26.

Lafon, Dominique. Le Theatre quebecois. Anjou (Quebec): (dir) Fides. 2001. Imprime.

Lebrun, Monique. La Litterature migrante dans l'espace francophone: Belgique, France, Quebec, Suisse. Felnelmont: E.M.E. 2007. Imprime.

Lombardi Satriani, Luigi M. <<Le langage du deuil en Italie du Sud>>. Nouvelle Revue d'Ethnospychiatrie. 11 (1988): 99-106. Imprime.

Meerzon, Yana. Performing Exile, Performing Self: Drama, Theatre, Film. New York: Palgrave Macmillan. 2012. Imprime.

Micone, Marco. <<Litalianite d'ici: une voie vers l'universel>>. Spirale 200 (2005): 96-97. Imprime.

--. Silences. Montreal: VLB. 2004. Imprime.

--. <<Traduire, tradire>>. Spirale 197 (2004): 28. Imprime.

--. Le Figuier enchante. Montreal: Editions du Boreal, 1992. Imprime.

--. Deja l'agonie. Montreal: L'Hexagone, 1988. Imprime.

--. Addolorata. Montreal: Guernica, 1984. Imprime.

--. Gens du silence. Montreal: Premieres, 1982. Imprime.

Michel, Luc, et Jean-Nicolas Despland (dir). Temps et psychotherapie. Paris: In Press Editions, 2006. 1526. Imprime.

Moss, Jane. <<Multiculturalism and Postmodern Theater: Staging Quebec's Otherness>>. Mosaic 29.3 (1996): 75-96. Imprime.

Nathan, Tobie. Fier de n'avoir ni pays ni amis, quelle sottise c'etait. Principes d'ethnopsychanalyse. Grenoble: La Pensee Sauvage. 1993. Imprime.

--. <<La migration des ames>>. Nouvelle Revue d'Ethnospychiatrie. 11 (1988): 25-42. Imprime.

Poulet, Georges. Etudes sur le temps humain. Vol. 1. Paris: Pilon. 1952. Imprime.

Privato, Joseph. <<Five-Fold Translation in the Theatre of Marco Micone>>. Canadian Theatre Review 104 (2000): 11-15. Imprime.

Rosa, Hartmut. Acceleration. Une critique sociale du temps. Paris: La Decouverte, coll. <<Poche>>. 2011. Imprime.

Simon, Sherry. <<The Language of Difference: Minority Writers in Quebec>>. Canadian Literature (May 1987): 119-27. Imprime.

--. <<Speaking with Authority. The Theatre of Marco Micone>>. Annee Canadienne. (1985): 57-64. Imprime.

Odile Reveyrand et al., <<Temporalite et culture: cliniques interculturelles: table ronde: reflexions transdisciplinaires sur la notion du temps>>. Pratique en sante mentale 47.1. (2001): 58-63. Imprime.

Trigano, Shmuel. Le Temps de l'exil. Paris: Payot-Rivages. 2005. Imprime.

Togashi, Koichi. <<Psychic Pain as Result of Disrupted Narcissistic Fantasies Among Japanese Immigrants: A Self-Psychological Study of the Stress and Trauma of Immigrating>>. International Forum of Psychoanalysis 16 (2007): 177-188. Imprime.

Ulmann, Richard B., et Doris Brothers. The Shattered Self: A Psychoanalytic Study of Trauma. Hillsdale: Analytic Press. 1988. Imprime.

Ulmann Richard, B., et Maria T Miloria. <<A Self-Psychological Study of Experiences of Near-loss of One's Own Life or the Dying or Death of a Close Relative>>. Loss of the Assumptive World: A Theory ofTraumaticLoss. Dir. Kauffman, Jeffrey. New York: Routledge, 2002. 95-114. Imprime.

Yahyaoui, Abdessalem. Exil et deracinement. Therapie familiale des migrants. Paris: Dunod. 2010. Imprime.

--. (dir). Corps, espace-temps et traces d'exil. Incidences cliniques. Grenoble: La pensee sauvage/ A.PPA.M., 1989. Imprime.

Zerubavel, Eviatar. Time Maps. Collective Memory and the Social Shape of the Past. Chicago: The U of Chicago P, 2003. Imprime.

MANUEL GARCIA MARTINEZ est Maitre de Conferences a la faculte de Philologie de l'Universite de Saint-Jacques de Compostelle (Espagne). Sa these realisee a l'universite de Paris VIII, sous la direction de Patrice Pavis, porte sur le temps et le rythme au theatre. Il enseigne actuellement l'histoire de la litterature francaise, l'histoire du theatre et l'analyse
Temps referentiels des scenes et niveaux de la fiction dans Silences

Scene    1    2    3    4    5    6    7    8    9    10

Hist.    x    x    x    x    x    x         x    x    x
Princ.
Araldo   ar                  ar        ar
Anita    A                                       A
Reves                   R
1950     --   --   --   --   --   --   --   --   --   --
1970
1980

Scene    11   12   13   14   15   16   17

Hist.    x    x         x    x    x    x
Princ.
Araldo             ar
Anita    A                        A
Reves                        R
1950     --   --
1970               --
1980                    --   --   --   --

Scene    18   19   20   21   22   23

Hist.    x    x    x    x    x    x
Princ.
Araldo   ar                  ar
Anita              A
Reves
1950
1970
1980     --   --   --   --   --   --

Temps referentiels des scenes et niveaux de la fiction dans
Addolorata

Scene           Prologue   1    2    3    4    5    6   7    8

Enfance                                                      --
1971                       --   --   --   --   --       --
1981                       --   --             --            --
T. represent.   x                                   x
Realite                    ?    ?    x    x    ?        x
Reve                                           x             x
Narrateur       x                                   x

Scene           9    10   11   12   13   14   15

Enfance
1971                 --             --   --
1981            --        --   --        --   --
T. represent.
Realite         x    ?    x              ?    x
Reve                           ?    x
Narrateur

Temps referentiels des scenes et lieux de l'action dans
Deja l'agonie

Scene   1    2    3    4    5    6    7    8    9    10

1972         --   --        --        --             --
1987                   --        --        --   --
Lieu    It   M    M    It   M    It   M    It   It   M

Scene   11   12   13   14   15   16   17   18   19

1972
1987    --   --   --   --   --   --   --   --   --
Lieu    It   It   It   M    It   It   It   It   It
COPYRIGHT 2015 University of Toronto, Graduate Centre for Study of Drama
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2015 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:Martinez, Manuel Garcia
Publication:Theatre Research in Canada
Article Type:Critical essay
Date:Sep 22, 2015
Words:7656
Previous Article:Carmen Aguirre's The Refugee Hotel and the space between limited and unlimited hospitality.
Next Article:Accented actors: from stage to stages via a convenience store.
Topics:

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters