Printer Friendly

Le parti au pouvoir en Afrique du Sud condamne les violences xenophobes.

Le Congres national africain (ANC) a condamne ce mardi la vague d'attaques visant les etrangers, deplorant que des elements criminels sement la discorde au sein de plusieurs communautes du Gauteng en exploitant les griefs lies au chomage, au crime, a la drogue et a la migration.

Le secretaire general de l'ANC, Ace Magashule, a indique que les responsables nationaux du parti au pouvoir s'etaient reunis lundi pour discuter de la violence qui s'est emparee d'une partie du pays la semaine derniere.

"Les responsables ont insiste pour que tous les actes de violence soient condamnes, y compris les actes criminels diriges vers les etrangers vivant en Afrique du Sud", a dit M. Magashule.

Le parti a demande aux organes gouvernementaux responsables de la justice, de la paix et de la securite d'etablir immediatement les causes de cette violence et d'identifier les personnes qui l'alimentent.

"L'ANC a egalement entendu les appels a ecouter les veritables doleances des Sud-Africains et qui pourraient deboucher sur la frustration et la colere. L'ANC demande aussi au gouvernement et aux partenaires sociaux d'accelerer les efforts et de travailler avec davantage d'efficacite pour agir sur la situation economique et sociale du peuple sud-africain qui nourrit de tels actes de violence", a dit M. Magashule.

Selon lui, les attaques contre les etrangers sont contraires au "principe du panafricanisme et de solidarite avec les peuples opprimes".

"L'Afrique du Sud est signataire d'un certain nombre de conventions internationales relatives a la protection des refugies et des migrants, et beaucoup d'etrangers dans notre pays ont fui la guerre et l'oppression dans leurs pays. Tous les citoyens doivent etre fiers que l'Afrique du Sud - dotee d'une solide culture des droits de l'homme, d'une forte Constitution et de lois rigoureuses protegeant les refugies - continue d'offrir la securite et le refuge a des hommes, des femmes et des enfants opprimes de par le monde", a-t-il ajoute.

La ministre des Relations internationales, Naledi Pandor, a, pour sa part, rencontre lundi les ambassadeurs et hauts commissaires du continent en vue d'apaiser les tensions et les retombees diplomatiques de ces attaques.

Mme. Pandor a juge les sequelles de l'apartheid, a l'origine des inegalites economiques dans le pays, comme etant l'une des raisons expliquant les attaques menees par les Sud-Africains contre "leurs freres et sAurs africains".

Le Parlement sud-africain organise ce mardi un debat d'urgence portant sur la crise qui a vu au moins 12 personnes se faire tuer et plusieurs commerces et magasins appartenant a des etrangers attaques.

COPYRIGHT 2019 Infos Plus Gabon
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2019 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Infos Plus Gabon
Date:Sep 10, 2019
Words:516
Previous Article:Le Premier ministre guineen annonce l'ouverture prochaine de consultations sur la Constitution.
Next Article:Le nouveau president mauritanien aux reunions du G5 Sahel et de la CEDEAO a Ouagadougou.

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters