Printer Friendly

Le livre & la geographie (1747-1829): sedimentation & erosion du savoir (1).

SUMMARY

The portable Dictionary by Vosgien (Jean-Baptiste Ladvocat aka Vosgien, a teacher at the Sorbonne) was a best-seller and was printed and translated from 1747 to 1858. To record the discoveries and changes in the world (which meant more places to describe), while keeping the work the same size, required a selection of the entries and increasingly shorter texts. The question is thus: what was added and what disappeared? A comparison of all the entries about Africa in all seven editions shows that nearly identical texts were retained, often taken from old travelers' accounts that sometimes were one hundred years old. Early in the 19th century, all this picturesque geographical literature disappeared and from then on, the Dictionary assembled only topographical, political and commercial facts. Indeed, the publishers' purpose was to sell as many copies as possible and they thus followed the buyers. This means that the readers had changed: they were keen to read real facts and no longer wanted to know about other people, except as a demonstration of the superiority of Europe. This study shows also that a work published for a large audience plays an important part in the evolution of ideas.

[ILLUSTRATION OMITTED]

Le siecle des << Lumieres >> fut une epoque de grandes decouvertes geographiques et les Philosophes ont puise dans les recits de voyages un modele de societe (la Chine des Physiocrates), un requisitoire contre l'Espagne, l'Eglise et le colonialisme (l'Histoire Philosophique des etablissements europeens dans les deux Indes) ou une argumentation contre l'esclavage. Comme l'Histoire, La Geographie des Philosophes, bien connue depuis Numa Broc (2), servit a la diffusion des idees nouvelles, comme elle avait ete reinvestie dans le debat politique (3). David N. Livingstone & Charles W. J. Withers ont aborde la question sous un angle nouveau et un peu different, celui des Lumieres en tant que phenomene geographique, mais egalement la place de la discipline dans ce mouvement d'idees (4). Son usage est donc divers et il y a par exemple des << geographies de l'Encyclopedie methodique >> pour reprendre la formule d'Isabelle Laboulais (5), dont la contribution rappelle, comme l'a montre Pierre Retat, que le temps des << Lumieres >> fut aussi << L'age des dictionnaires >> (6), sans d'ailleurs que ces ouvrages soient necessairement au service des idees nouvelles ...

L'objet de cet article est l'un de ces dictionnaires, non point celui des grandes plumes du siecle, mais un ouvrage largement diffuse, le Dictionnaire Geographique Portatif du chanoine Vosgien, un bestseller dont la premiere edition date de 1747 (7). Jean-Baptiste Ladvocat (1799-1765) etait un abbe lorrain, ne a Vaucouleurs dans les Vosges, d'o son surnom de Vosgien ; il fut bibliothecaire de la Sorbonne en 1742 et titulaire de la chaire d'Hebreu en 1751 (8). Outre quelques ecrits sur la religion, il a laisse une Lettre sur le rhinoceros (Paris, Thiboust, 1749), un Dictionnaire historique portatif des grands hommes (1752), un Dictionnaire classique de geographie ancienne (1768) et une Grammaire hebrai'que a l'usage des ecoles. Toutes les bibliographies font commencer notre ouvrage en 1747, date de l'ouvrage que nous avons entre les mains mais qui porte neanmoins la mention << seconde edition >>. Il y eut peut-etre deux editions la meme annee, mais il pourrait s'agir d'une petite ruse commerciale donnant plus de credit a cette publication nouvelle (9). De meme, le Dictiannaire etait presente comme la traduction de la 13e edition de celui de Lawrence Echard (1670-1730), The Gazetteer's, or, Newsman's interpreter (10) ; on lit cependant dans le Dictionnaire historique, critique et bibliographique de Delandine (1822, t. 15, p. 257) : << Nous avons sous les yeux l'original anglais, avec lequel il n'a presque aucun rapport; mais Ladvocat voulut accrediter son ouvrage, en le presentant comme une production de l'Angleterre >>. Il s'agissait plutot d'une compilation du Grand dictionnairegeagraphique, histarique et critique de Bruzen de La Martiniere, publie a Venise en 1737-1741 et Dijon en 1739-174 (11). Quoiqu'il en soit, le Vosgien fut un grand succes de librairie, edite de 1747 a 1858, constamment reedite a Paris, Lyon, la Haye, Caen (1795) et traduit en plusieurs langues (12). Il connut aussi diverses contrefacons. Pour illustrer ce succes, il suffit de signaler l'edition bruxelloise de 1792 destinee au public de Belgique et de Hollande et distribuee a Anvers, Gand, Courtrai, Bruges, Ypres, Mons, Liege, Lille, Amsterdam, la Haye, etc. (il y a meme mention de 2 libraires parisiens).

L'ouvrage s'adressait donc a un vaste public. << Portatif >>, le dictionnaire etait produit avec une double contrainte pour ses editeurs : inclure un nombre croissant de lieux et reduire les notices pour que le livre reste dans un format pratique. La question que nous nous sommes posee, en prenant l'exemple de l'Afrique subsaharienne, est donc : quelles informations ont ete conservees dans les differentes editions du dictionnaire entre 1747 et 1830, lesquelles ont ete ajoutees, lesquelles ont disparu ? Parcourir ainsi le Vosgien vise a cerner les changements de la geographie du monde que le commun des lecteurs connaissait ou apprenait, peut-etre--mais c'est ce qui merite verification par l'examen des notices du dictionnaire--une curiosite exacerbee par la reprise des grands voyages de decouverte au cours du siecle. La demarche concerne aussi, plus largement, l'evolution des pratiques de lecture et du public de ce best-seller.

Les editions de 1779 et 1782 portent une autorisation de la censure qui signale que << les changements et additions faites a chaque edition et surtout a celle-ci, le rendent d'une necessite indispensable pour la connaissance de l'etat present de l'univers >>. Rien que cela. De fait, d'une edition a l'autre, des noms nouveaux apparaissent ; celle de 1782, par exemple, ajoute des notices que l'actualite a rendues necessaires depuis la guerre d'Independance : outre quelques renvois regionaux (Nouvelle-Angleterre, Virginie, Pennsylvanie, etc.), un long article sur les Etats-Unis, non sans parti pris d'ailleurs ... Dans le detail cependant, les notices changent peu: pour l'article << Canada >>, de 1747 a 1782, on a pris note de la cession de la Nouvelle-France a la Grande-Bretagne, mais le fond reste le meme :
 [...] Outre les Sauvages, il y avait [1747: << il y a >>] environ
 30 000 Francais. Les Canadiens ou Creoles du Canada sont bien
 faits, robustes, industrieux, braves & presomptueux, mais un peu
 legers. Les femmes y sont belles, adroites & tres spirituelles.
 Quebec est la capitale du Canada. Ce pays a ete cede a la
 Grande-Bretagne par le Traite de Versailles du 10 Fevrier 1763.


Les hommes sont donc toujours << bien faits, robustes, industrieux, braves et presomptueux >>, les femmes << belles, adroites et tres spirituelles >>. Sans l'ajout final, le texte serait presque le meme, avec toutefois un subtil changement de temps (<< il y a >> devenu << il y avait 30 000 Francais >>) qui ne signifie nullement que la population a grossi, mais que les sujets du roi de France sont devenus ceux de sa Gracieuse Majeste. Le desinteret pour la demographie est d'ailleurs une constante du dictionnaire; de 1747 a 1782 par exemple, Lewerpool est devenu Liverpaol, mais le nombre de ses habitants est reste le meme. De 1747 a 1829 (13), l'ouvrage n'est pourtant pas sans evolution ; il y a d'une part un apport de nouvelles connaissances et la repetition des memes faits (ce que j'ai appele << sedimentation >>), d'autre part, une epuration des notices lorsque l'accroissement du nombre de noms rend l'operation indispensable (<< erosion >> donc), processus que nous observerons, dans un premier temps, avec l'exemple de l'Afrique noire (14).

[FIGURE 1 OMITTED]

L'Afrique selon le Vosgien: 1. Sedimentation

Voici 3 articles extraits des editions de 1747 et 1782 d'une part (absolument identiques), de 1825 d'autre part, avec en gras les elements communs :
 1747 et 1782 1825

Mandingues Peuple d'Afrique dans la Peuple d'Afrique, habitants
 Nigritie. Leur principale du royaume de Manding, dont
 habitation est Songo *. Ce le lieu principal porte le
 sont des Negres civils, nom de Songo. Ce sont des
 hospitaliers, laborieux, Negres civils, hospitaliers,
 ruses, & tres propres aux laborieux, ruses, & tres
 Sciences. Ils sont fort propres aux sciences, et
 zeles Mahometans; ils surtout au commerce. Ils
 circoncisiot les hommes & sont zeles Mahometans,
 les femmes. observent la circoncision.
 L'or est tres commun an
 * [1782: Songol] Manding; on en retire
 beaucoup du sable des
 rivieres par le lavage.

Zanfara Royaume d'Afrique dans Royaume d'Afrique, en
 la Nigritie, a l'Ouest du Nigritie, au Nord du
 Royaume de Zegzeg. Les Kassina. Les Negres de ce
 Negres de ce pays sont pays sont d'un noir
 d'un noir affreux, & leur d'ebene, & leur physionomie
 physionomie tient plus de tient plus de la bete
 la bete que de l'homme. que de l'homme.

Acanes, Deux villes de la cote Deux villes de Guinee,
Acana d'or de Guinee, appellees appelees le grand, & le
 Acane le grand, & Acane petit. Les habitants
 le petit. Les habitants fournissent a peu pres les
 fournissent a peu pres les deux tiers de l'or que les
 deux tiers de l'or que Europeens emportent de
 les Europeens emportent de cette cote.
 cette cote.

Agades Royaume avec une ville de Royaume et ville de la
 meme nom dans la Nigritie Nigritie, tributaire du
 en Afrique tributaire du Royaume de Tombut. On
 Royaume de Tombut; on y y rectseille du sene & de
 recueille du tres bon la manne.
 sene & de la manne. Lon.
 20.15 lat. 19.10


La notice << Mandingues >> des trois editions est a peu de choses pres le meme. Si l'on regarde les articles << Acanes >>, << Zanfara >>, << Agades >> ou d'autres, on voit que les editions de 1758, 1782, 1799 et 1809 reproduisent le meme texte que celle de 1747. Et c'est encore vrai de l'edition de 1825, o les habitants du Zanfara sont seulement passes d'un << noir affreux >> i un << noir d'ebene >>, sans que leur physionomie generale s'en trouve donc vraiment amelioree. Somme d'un savoir geographique, le Dictionnaire parait ainsi etre l'expression d'une connaissance figee. On peut egalement l'observer dans la notice generale de 1747 sur l'Afrique, reproduite en 1758 et 1782, ainsi que dans l'edition bruxelloise de 1792 :
 Afrique, Africa, l'une des quatre parties principales de la terre,
 bornee au N. par la mer Medit. O. & S. par l'Ocean E par le golfe
 Arabique, ou la mer Rouge, & l'Isthme de Suez. Elle est en forme de
 pyramide, dont la base depuis Tanger jusqu'a l'Isthme de Suez, est
 d'environ 800 lieues. Sa plus grande largeur, qui est depuis le
 Cap-Verd, jusqu'au Cap Guardafui, est d'environ 1420 lieues. Du
 sommet de la pyramide, c'est-a-dire, du Cap de Bonne Esperance,
 jusqu'a la partie la plus Sept. ou jusqu'a Bone, il y a environ
 1450 lieues. Cette etendue fait sa longueur ; elle est pour la plus
 grande partie situee sous la Zone Torride ; ce qui fait que l'air y
 est dans plusieurs endroits d'une chaleur insupportable. Elle est
 fertile sur les cotes ; on y trouve des fruits excellents, & des
 plantes merveilleuses ; les animaux y sont tres gras & d'une chair
 delicieuse. Il y a en plusieurs endroits des mines d'or, d'argent &
 de sel. Vers le milieu, elle est remplie de sable brulants, de
 betes feroces qu'on ne trouve point ailleurs, & de deserts presque
 inhabitables. Les principales rivieres sont le Nil & le Niger.
 L'Atlas est la plus considerable de toutes ses montagnes. Parmi les
 peuples d'Afrique il y en a qui habitant dans les villes, d'autres
 sous des tentes, & d'autres qui sont errants. Les Mahometans & les
 Idolatres en possedent la plus grande partie, les Chretiens ont le
 reste. Ce sont les Portugais qui ont decouvert la partie qui est
 depuis 16 degre de la Ligne, jusqu'au Cap de Bonne-Esperance.

 M. de I'Isle divise l'Afrique en 9 parties, qui sont l'Egypte, la
 Barbarie, la Guinee, le Congo, la Cafrerie, l'Abissinie, la Nubie,
 la Nigritie, & les Isles qui l'environnent. Voyez chaque article.


Le prospectus de l'edition de 1799 signale << plus de 3000 nouveaux changements >>. Ils concernent essentiellement l'Europe et surtout la France depuis ses transformations revolutionnaires : ainsi, << le nom des departements, des cantons et de leurs chefs-lieux ; les sieges que les grandes villes ont soutenus, les noms des grands hommes qu'elles ont produits, les principales batailles, les epoques de l'entree des Francais dans la Belgique, en Hollande, en Italie, etc., etc. >> (15). Quant a l'Afrique, on reproduit le texte anterieur avec de rares ajouts, deux pour l'article general ; << Les Mahometans et les Idolatres ont la plus grande part, les Chretiens ont le reste >> est devenu : << Cette region, qui a donne de si grands hommes a l'Eglise, des Tertulien, des Cyprien, des Augustin, est aujourd'hui presqu'entierement habitee par des Idolatres et des Mahometans ; les Chretiens y sont en petit nombre >>. Et, avant les subdivisions (identiques) du continent:
 L'Afrique est peu peuplee, et ne contient guere au-dela de 100
 millions d'hommes ; Riccioli ne lui en donne que 100 millions ;
 Vossius n'en compte que 100 millions dans l'Afrique et l'Amerique
 ensemble : plusieurs geographes modernes donnent jusqu'a 150
 millions a l'Afrique seule. Le vrai nombre de ses habitants est
 fort incertain. L'Afrique contient 8 millions et demi de miles
 Anglais carres, ou 531 638 miles geometriques carres : elle est
 trois fois plus grande que l'Europe.


Le rappel historique (donc guere novateur) a propos de la religion est du aux auteurs puisque cette edition a ete << revue, corrigee et augmentee pour la partie geographique et historique, sur celle de l'abbe Mann et sur celle de l'abbe Feller >>. L'abbe Thomas Mann (1701-1800), chanoine de Courtrai, a en effet travaille, juste avant l'invasion francaise, a l'edition bruxelloise du Dictionnaire geographique portatif (chez Benoit Le Francq, novembre 1792, en 2 tomes), corrigee et augmentee << de la geographie ancienne et de plus de mille nouveaux articles de la geographie moderne, ainsi que d'un grand nombre d'additions interessantes [on peut le croire jusqu'ici, moins apres quand il ajoute :] et des dernieres decouvertes faites sur le globe jusqu'a ce jour >>. Quant au jesuite belge Francois-Xavier de Feller (1835-1802), son edition du Vosgien a Liege en 1788, 1791-1792 & 1793-1794, donnait un dictionnaire << tellement refondu, que l'on ne reconnait presque plus rien de l'ancien >> (16).

Les speculations sur la demographie, selon Vossius, Riccioli et << plusieurs geographes modernes >> (helas non cites), ne constituent pas non plus un bouleversement des connaissances : l'ouvrage d'Isaac Vossius, De vera aetate mundi, date de 1659, celui du Jesuite J.-B. Riccioli, Geographia & hydrographia reformata, de 1661 ; on est donc loin du scoop avec ces informations vieilles de 130 ans ! Une anecdote est recurrente dans le Vosgien au XVIIIe siecle, a l'article << Ardra >> : << S'il arrive qu'une femme accouche de deux jumeaux, elle passe pour adultere >>. Elle est egalement citee dans l'Histoire generale des Voyages, tome IV, 1747, p. 392 : << Une femme qui mettrait au monde deux enfants dans une seule couche, passerait pour adultere, parce que les habitants ne peuvent se persuader qu'elle puisse avoir a la fois deux enfants du meme homme >>, texte etabli d'apres le journal de Jacques Barbot (1699) et le Voyage de Guinee de Bosman (17). Une assertion sur l'absence de lois, de religion et meme de famille dans le royaume du Bornou remonte plus loin encore, a la Description des pays de l'Afrique par Olfert Dapper, traduire en francais en 1686 et deja vieille alors de 20 ans (18)!

Les editions successives du Vosgien au XVIIIe siecle ne paraissent pas avoir pris en compte le recit plus certain de William Smith (paru en francais en 1751) (19), pas plus que ceux de Proyart (Histoire de Loango, Kakongo, et autres royaumes d'Astique, 1776), Pruneau (Description de la Nigritie, 1789) ou Golberry (qui parcourut l'Afrique occidentale en 1785-1787). Il est vrai aussi que l'Abrege de l'Histoire generale des voyages par La Harpe en 1780 reprend le meme texte que l'Histoire generale des voyages, ou Nouvelle Collection de toutes les relations de voyages par mer et par terre par Prevost en 1746! Concernant l'Afrique, le savoir semble fossilise (20).

L'Afrique selon le Vosgien: 2. Erosion.

Est-ce a dire que le savoir est completement << immobile >> ? Les choses sont plus complexes : d'une edition a l'autre, le dictionnaire s'enrichit de noms nouveaux, souvent europeens (et d'abord francais), en rapport avec des evenements. Ainsi, si l'on veut observer comment le Dictionnaire enregistre ou plutot diffuse un savoir geographique, il faut prendre en compte deux temps : entre 1747 et 1792 (21), une longue periode d'inertie ; les notices sont reproduites sans changements ; les seuls notables concernent la France (dans la liste des hommes celebres nes ici, on ajoute ceux decedes entre temps, Fontenelle i Rouen par exemple), les evenements politiques, les modifications de la geographie administrative apres 1789 (mais pas celles de la demographie).

Entre 1799 et 1829, une periode de mutation : les notices sont plus nombreuses mais plus courtes. C'est la une tendance dans la confection du dictionnaire et la raison en est simple: le Vosgien doit rester un ouvrage aisement maniable. La premiere edition (1747) comptait 575 pages; apres 1763, quoique avec des appendices mais en diminuant la police de caracteres, le volume ne change guere: 783 p. en 1763, 816 en 1767, 839 en 1782 et 1786, 672 en 1825, 739 en 1829. Davantage de notices: il y a une multiplication des lieux mentionnes, deja timidement annoncee par l'edition de 1782, presque deux fois plus pour l'Afrique subsaharienne (plus de 220 en 1825 contre 117 en 1782 (22)).

Chaque article est en revanche plus court, d'o disparaissent de nombreux faits repetes inlassablement jusque-la, dans une sorte d'erosion du savoir, pour filer encore la metaphore geologique. Ainsi dans l'article general << Afrique >>, les ajouts de 1799 ne sont pas repris dans l'edition de 1809, de meme qu'un passage reproduit constamment jusqu'ici, qui evoquait notamment << la chaleur insupportable >>, les fruits delicieux, les plantes merveilleuses, les animaux << tres gras et d'une chair delicieuse >> (23). En voici d'autres exemples (en gras les passages modifies, ajoutes ou supprimes) :
1782 1825

Arda, ou Ardra, Ardra, petit Arda, on Ardra, Ardra, petit
Royaume d'Afrique dans la Guinee royaume d'Afrique dans la Guinee
proprement dire, au fond du golfe proprement dire, au fond du
de St. Thomas. Ardre on Assem en golfe de St. Thomas. Ardra,
est la capitale. Le people valle principale.
est fort licencieux; s'il arrive
qu'une femme accouche de deux
jumeaux, elle passe pour adultere.
Il n'y a ni Temple, ni assemblees
publiques de Religion. On dit que
ces Negres ne croient ni
resurrection, ni autre vie apres
celle-ci. Its sont courageux
et leur Prince est absolu.

L'air y est malsain aux Europeens, Air malsain pour les Europeens;
cependant les Naturels du pays
sont sains & robustes, & vivent territoire fertile en millet,
longtemps. La petite Verole y vin de palmier, plantes & fruits.
fait de grands ravages. Le Les Anglais y ont un comptoir.
territoire est fertile en millet,
vin de palme, plantes & fruits
qui durent toute l'annee. Les
chemins sont beaux. On y fait
quantite de sel.

Ulcami ou Ulcuma, Royaume Ulcami ou Ulcuma, pays d'Afrique
d'Afrique sur la cote de Guinee, sur la cote de Guinee, a l'Ouest
entre Arder & Benin. On en tire du royaume de Benin.
beaucoup d'esclaves; les
habitans sont Mahometans; ils
circoncisent non-seulement les
males, mais encore les fines.


Outre la << disparition >> de l'anecdote des naissances gemellaires, on constatera donc qu'il n'y a plus en Ardra ni variole, ni chemins, que rien n'est dit du caractere des habitants ou de leurs croyances. Rien non plus de la circoncision en Ulcami. La encore, on pourrait multiplier les exemples: les pauvres habitants d'Adaous etaient au xviiie siecle << les plus polis et les plus raisonnables de la Guinee >>, qualites qu'ils semblent avoir perdues en 1825. De 1782 a 1825, un grand passage de l'article << Guinee >> disparait :
 L'air y est malsain & les Negres qui l'habitent ne vivent pas
 ordinairement plus de 50 ans. Il y a des vers qui s'attachent a
 leurs jambes et les rongent tout vifs. Les Negres s'adonnent trop
 aux femmes, a peine trouverait-on une honnete fille parmi eux. Ils
 sont paresseux, ivrognes, fourbes, sans souci. Ils ornent leurs
 bras & leurs jambes d'anneaux d'or, d'ivoire, de corail, &c. Ils
 sont idolatres. Les moutons de ce pays ont du poil au lieu de
 laine, & les hommes de la laine au lieu de cheveux.


Dans la derniere de ces deux editions, on n'a conserve que les faits topographiques et historiques, plus precisement l'histoire (legerement raccourcie ou modifiee: ci-apres en gras) de la decouverte du pays par les Europeens :
 Les Dieppois la decouvrirent en 1364, sous Charles V, et y
 naviguerent plus de 60 ans avant qu'aucune nation europeenne en eut
 connaissance. Ensuite les Portugais y firent un grand commerce au
 commencement du XVe siecle. Depuis 1604 les Hollandais et les
 Anglais se sont saisis de presque tout le commerce. Les
 Brandebourgeois [Prussiens] & les Danois [et les Francais] y ont
 cependant [y avaient] des comptoirs.


En revanche, on a ajoute une information pratique sur la monnaie locale : << On y compte par cubes valant 3,840 cauris, ou 7 fr. 38 c., ou 4 000 cauris valant 7 fr. 89 c. >>. Un dernier exemple, avec l'article << Benin >> en 1782 et en 1825 (en gras : les faits conserves de l'edition de 1782, entre crochets : les variations ou ajouts) :
 Le Roi de Benin est fort puissant & peut mettre sur pied en peu de
 temps une armee de 100,000 hommes. Il ne parait en public qu'une
 fois l'annee & alors pour lui faire honneur, on fait mourir 15 ou
 16 esclaves. Quand il meurt, une partie des Princes de la Cour
 l'accompagnent au tombeau & on enterre aussi avec lui la plupart de
 ses habits & de ses meubles. On tue un grand nombre de personnes
 pour l'accompagner. Les Beniniens sont hardis & genereux. Ils sont
 tous esclaves du Roi & ont une incision sur le corps pour marquer
 leur servitude. Les hommes n'osent porter d'habit, s'ils ne l'ont
 recu du Roi, ni les filles de robes jusqu'a ce que celui qui les
 prend en mariage leur en donne ; de sorte que l'on voit dans les
 rues des personnes de l'un & l'autre sexe toutes nues. Apres la
 mort d'un grand Seigneur on immole ordinairement avec lui un grand
 nombre d'esclaves & on fait pendant les sept jours suivants de
 grandes fetes en dansant au son du tambour autour du tombeau. Ces
 Negres soutiennent que Dieu etant bon de nature n'a pas besoin de
 culte ; mais ils font des sacrifices au diable pour l'apaiser. Ils
 adorent les idoles.

 Le territoire de ce royaume est couvert de bois et entrecoupe de
 rivieres & d'etangs. [Productions : poivre, coton, miel, ivoire,
 corail bleu] Il y a des animaux prives et feroces de toute espece.
 Les brebis y ont du poil au lieu de laine. Il y croit du poivre &
 du coton. Les Hollandais y font un grand commerce [Les Anglais font
 aujourd'hui le principal commerce du pays]. La ville [capitale] est
 sur une montagne pres de la riviere Formosa.


Rien donc desormais sur les funerailles royales, la religion, les moeurs des habitants; l'erosion n'a laisse que des informations de nature topographique (montagnes, rivieres, sans grande precision), commerciale (les richesses du pays) ou politique (influence anglaise, effectifs de l'armee du roi, invariablement fixes a 100 000 soldats).

Une comparaison avec les cartes d'Afrique est assez interessante : celle donnee par l'Histoire generale des Voyages en 1747, contemporaine de la sortie du Vosgien, mentionne, entre Angola et Mozambique, au milieu de montagnes et de rivieres fantaisistes, les royaumes de Chicova, des Jaggas, de Funjeno, la ville de Kassanja, au total une vingtaine de noms de lieux. Dans l'edition du Vosgien de 1825, ces noms sont reproduits pour moitie seulement, rivieres et montagnes ont disparu. Quatre ans plus tard, seuls les Jaggas figurent sur la carte du Vosgien de 1829. L'Afrique est devenue terra incognita. Ou plutot le temps semble venu d'un savoir positif qu'appelaient deja de leurs voeux, au milieu du siecle, des geographes comme Bruzen de la Martiniere, mefiants a l'egard des faits incertains tires des vieux recits de voyages. Ce savoir critique emerge d'ailleurs timidement des les editions du XVIIIe siecle du Vosgien, non dans les notices, mais dans les appendices. En 1782, on donne une << Explication des termes de marine pour l'intelligence des Gazettes & des Voyageurs >>, en u pages ; en 1825, 7 pages, principalement sur les grands voyages de decouverte, mais l'exploration du monde s'arrete ici en 1790, avec l'expedition de Vancouver sur les cotes de l'Amerique septentrionale. En 1829, les lecteurs peuvent apprendre le recent retour de Tombouctou de Rene Caille, et ils ont a leur disposition un << precis de geographie >> en 23 pages (Geographie astronomico-mathematique ; Geographie physique: atmosphere, climats, eaux, geologie, vegetaux, animaux; Geographie chorographico-politique), suivi par un << vocabulaire polyglotte >> (de toponymie, 14 pages), une << chronologie geographique >> (2 pages sur les voyages), enfin une table de 25 pages des << renvois des differentes variantes dans les designations geographiques >>. Le glissement des << termes de marine >> a un precis de Geographie est incontestablement lie a l'evolution du public du dictionnaire, de plus en plus scolaire. Il n'empeche : partout, on a fait haro sur le pittoresque et l'essor de l'esprit critique peut se lire aussi bien dans les outils nouveaux mis a la disposition des negociants (dont le meilleur exemple serait sans doute le celebre Dictionnaire universel de geographie commerciale de J. Peuchet, Paris, 1798, en 5 volumes), que dans le Vosgien completement renouvele destine aux etudiants. Notons, preuve manifeste d'une popularite inalteree, que ce dernier conserve la reference a ses premiers auteurs (Vosgien traduit d'Echard).

Le dictionnaire portatif: editeurs et publics

Les editeurs n'etant pas necessairement des philanthropes, leur but etait de realiser une bonne vente de leur production et l'on peut raisonnablement supposer que les changements apportes au Dictionnaire de Vosgien repondaient a la demande d'une clientele qui attendait autre chose et que l'on cherchait a etendre. Le probleme des nombreux editeurs du Vosgien est donc complexe, notamment pour ceux de la generation 1790-1820: entrer de nouvelles informations en conservant un format pratique, repondre a la demande d'un public le plus large possible et pour cela divers dans ses exigences, de l'honnete homme qui veut s'instruire du monde au negociant en passant par les ecoliers. De la les promesses successives d'additions : en 1802 par exemple (Paris, Genets, an X, 730 p.), la nouvelle edition est << revue, corrigee, augmentee d'un grand nombre d'articles et des decouvertes des voyageurs les plus modernes, avec la nouvelle division administrative et judiciaire de la France, le placement des prefectures, sous-prefectures et tribunaux ; un vocabulaire de la geographie ancienne, une explication des termes de marine et de navigation, et un tableau general des monnaies de tous les pays, reduites valeur argent de France >> ; celle de 1810 (a Lyon, chez Tournachon-Molin Libraire, 788 p.) renferme << les changements survenus par suite des differents traites, jusques et y compris celui de Vienne, du mois d'Octobre 1809 >>, outre des << tables de reduction des francs en livres tournois, et des livres tournois en francs >>. Menard & Desenne en I82i donnent << plusieurs planches representant les Pavillons des principales Puissances maritimes, et les Monnaies francaises et etrangeres >>, dans une nouvelle edition,
 entierement refondue, revue et corrigee avec le plus grand soin,
 d'apres les derniers Traites de paix et les changements politiques
 survenus jusqu'a ce jour; augmentee de la nomenclature de tous les
 Chefs-lieux de canton, et d'un grand nombre d'autres endroits
 connus, omis dans les editions precedentes ; de l'indication exacte
 des Foires et Marches de France et autres pays d'Europe et de
 toutes les sortes de marchandises qui y sont exposees ; de la
 valeur reelle et comparative des Monnaies, des Poids et des Mesures
 francais et etrangers ; des Distances legales en kilometres, et de
 celles en lieues communes des villes, bourgs et villages de France,
 soit aux chefs-lieux de departement ou d'arrondissement, soit aux
 bureaux de poste; de la designation des Relais, et des lieux par
 lesquels doivent etre adressees les lettres pour les endroits o il
 n'y a pas de bureau de poste, et de renseignements precis sur la
 necessite ou la liberte d'affranchissement des lettres de France
 pour l'etranger ; etc., etc.


[FIGURE 2 OMITTED]

Le Dictionnaire geographique universel de Vosgien est enfin (Paris, Dufour, 1830) :
 totalement refondu et mis au niveau de la science moderne, purge de
 plus de 500 doubles emplois, articles imaginaires, etc. (24)., et
 augmente d'environ 10 000 articles, contenant entre autres details,
 selon un ordre systematique et un plan uniforme, et avec
 l'orthographe veritable des noms propres, la description abregee
 des grandes regions physiques, des empires, des provinces, des
 villes, des fleuves, des mers, des chaines de montagnes, etc., les
 divisions et les subdivisions les plus remarquables des temps
 passes et la division actuelle; les positions et les distances, la
 population, la superficie par lieues et milles carres; les revenus
 et la dette, les forces militaires, les religions et le
 gouvernement[...].


On devine dans l'argumentaire de ces deux dernieres editions une hesitation entre deux types de publications: soit l'annuaire pratique (foires et marches, bureaux de postes, etc.), soit l'ouvrage usuel de geographie. C'est autour de cette date de 1830, disons a la fin des annees 1820, que le Vosgien revu par Valentin Parisot (Paris, 1828) ou Bon de Roujoux (Limoges, 1828), Conrad Malte-Brun, J. D. Frieswinkel & Felix Lallemand (1829), ce dernier seul en 1836, etc., devient veritablement un manuel scolaire (25), dont les editeurs se disputent probablement la production lucrative (a Limoges, on en tire 12 editions successives de 1828 a 1846, a Paris sept de 1836 a 1851 chez Cosson, Locquin puis Penaud). Quant au public des erudits, atteste par la presence de l'ouvrage dans les bibliotheques, celles de Bonaventure Clerel de Tocqueville en 1776 (26) ou de Balzac encore qui possedait les editions de 1817 et 1819, il parait avoir delaisse le Vosgien qui ne repondait plus a ses attentes.

Pendant la Renaissance, les premiers dictionnaires de geographie etaient demandes par ceux qui voulaient lire les textes antiques; plus tard, les ouvrages durent montrer la singularite des lieux ou les etrangetes du monde, en botanique, zoologie ou ethnographie (avant la lettre), a une epoque o se multipliaient a la fois les recits de voyages et les cabinets de curiosites. Au XVIIIe siecle, les editeurs du Vosgien livrent donc ce que le lecteur attend d'un dictionnaire de geographie : des connaissances utiles pour les pays proches ou en relation avec l'Europe ; quant a la geographie des contrees lointaines, elle semble, jusqu'a la fin du XVIIIe siecle, fixee dans un savoir stable, un savoir fait de certitudes confirmees par le temps, a defaut d'etre exactes, de representations et de prejuges qui ont plus de force que les informations nouvelles apportees par les derniers voyageurs. Et pendant un demi-siecle au moins, le Vosgien repete ainsi une meme vision d'un monde immobile, a l'exception de l'Europe, la ou se fait l'Histoire, une serie de representations des peuples lointains, heritees de voyageurs anciens, de lettres edifiantes, d'images pittoresques peu exactes mais reconfortantes par leur stabilite. A la fin du siecle cependant, les lecteurs veulent un autre produit, une connaissance positive qui se resume (faute de mieux) a la topographie, au commerce, a quelques donnees politiques et historiques. Une partie du savoir accumule, reproduit sans cesse (et tres controuve il est vrai), disparait ainsi et les dictionnaires du debut du xaxe siecle ne sont pas le cumul des informations des editions precedentes mais le resultat d'un tri, d'un travail de selection qui cherche a repondre aux attentes du public et enregistre a la fois les mutations d'une science et celles des representations de l'Autre ... et donc de soi. Tout au long du siecle, dans une sorte de querelle des Anciens et des Modernes, on oppose un monde en mouvement (l'Europe et ses enfants) et un Autre immuable et peut-etre pour cela, dote de vertus a imiter (on sait l'engouement des Physiocrates pour la Chine, de quelques Philosophes pour les naturels de Tahiti). Pourtant l'article Pacifique du Vosgien de 1782 annonce deja un doute quant au regard de l'Europeen sur l'Autre, et a partir de l'edition bruxelloise de 1792 quant a l'egalite entre celui-ci et celui-la.

Le Pacifique recemment decouvert exigeait quelques notices. Un immense ocean, des iles qui vont passionner les philosophes, les premiers ethnologues, les geographes. Or l'edition de 1782 donne une notice generale sur la Mer Pacifique ou du Sud, les iles de la Societe et celle de Middelbourg, la Nouvelle-Zelande et l'Australie qui est encore la Nouvelle-Hollande dont on ecrit seulement qu'il s'agit du nom donne a une terre au sud des Moluques, un court article sur Tahiti qui renvoie a l'article << Mer du Sud >>: un article general et 5 particuliers au total, c'est peu (27). Pis encore, la carte donnee dans l'edition de 1782 est une carte espagnole de la fin du XVIIe siecle, sans rapport avec les decouvertes recentes qui n'y sont pas enregistrees. Comment expliquer ce desinteret ? L'article << Mer Pacifique >> fournit une explication que l'on dirait tiree tout droit de l'Histoire des deux Indes de Diderot et l'Abbe Raynal:
 Mer Pacifique ou du Sud [...] Cette mer, qui n'etait frequentee que
 des Espagnols, qui envoyaient tous les ans un galion du Callao aux
 Philippes, sans s'arreter dans aucune ile, l'a ete beaucoup des
 Francais & des Anglais depuis 1760. Ils y cherchaient de nouvelles
 terres & n'y ont guere decouvert que ce que l'on connaissait deja:
 la nouvelle Zelande, sous un ciel rigoureux, dont les habitants
 sont farouches & cruels ; les iles d'Otahiti & de Middelbourg,
 celles de la Societe, celles des Amis, etc. sous un ciel plus doux,
 dont les habitants sont plus humains, mais qui ne se font pas grand
 scrupule de voler les Europeens qui y abordent: & cela n'est pas
 etonnant ; ils les voient abuser de leurs femmes & de leurs filles,
 abattre leurs arbres fruitiers pour en prendre les fruits & en
 enlever les bois dont ils construisent leurs cabanes. Ils ne
 recoivent que des bagatelles en echange de leur poisson & de leurs
 animaux domestiques, qui consistent en cochons, en chiens & en
 volailles: ils tachent de prendre leur revanche. Les voyageurs nous
 peignent ces iles comme tres abondantes & faisant vivre leurs
 habitants dans l'aisance. Mais s'il fallait un palais pour loger
 chaque famille, s'il fallait sacrifier la nourriture de quatre
 hommes pour faire la sauce d'un plat de legumes, ils seraient dans
 la plus affreuse misere. Ces decouvertes ne valent pas la peine
 qu'ont eue ceux qui les ont faites : elles ont ete fatales a ceux
 qui ont eu le malheur d'etre decouverts; elles l'ont ete aussi a
 ceux qui les decouvraient; independamment de ceux qui ont peri dans
 des voyages de si long cours, plusieurs Europeens ont ete pris &
 manges par les Sauvages.


Dans les editions du Vosgien, depuis la fin du XVIIIe siecle, l'immutabilite est devenue archaisme et cette conviction n'engendre pas seulement des reserves sur le colonialisme (on pourrait meme dire, a la lecture des informations pratiques--commerce, monnaies, etc.--des editions suivantes, que ce n'est certainement pas la la tendance majoritaire), elle nourrit aussi le sentiment d'une superiorite de l'Europe.

Ainsi le developpement, dans cet ouvrage grand public, d'une connaissance critique se fait aux depens a la fois des anciens recits de voyages et des autres peuples. Sur ces derniers, le Vosgien etait une sorte de << cabinet de curiosites >>, il tend a devenir un annuaire pour negociants ou un manuel pour ecoliers. Nous pouvons lire ici la naissance d'une geographie moderne, moins << litteraire >>, mais aussi la fin d'un monde enchante. C'est ce que montre egalement le Dictionnaire universel d'histoire et de geographie de Bouillet, sorti en 1842, << ouvrage qui obtint une grande vogue des son apparition, grace a la nouveaute de ce genre de publication >> (28). Plus complet, plus onereux aussi que le Vosgien dont l'usage semble desormais reserve au public scolaire jusqu'a sa derniere edition en 1858, ce nouveau dictionnaire donne un article << Afrique >> en 122 lignes, avec la topographie, les climats, les productions etc. Sur la population, nous lisons qu'elle se compose d'Arabes, de Coptes et de Negres, << presque tous livres a un grossier fetichisme >>; une partie est consacre a la decouverte du continent, avec ses developpements les plus recents (Livingstone est mentionne des l'edition de 1847) : les voyageurs << ont fort avance les explorations qui se multiplient chaque jour, en depit des dangers que font courir aux intrepides voyageurs le climat meurtrier pour les Europeens, et la barbarie des habitants >>. Pourtant, on l'a vu, ce ne sont pas tout a fait les recits des recents voyageurs qui ont fait evoluer la vision des peuples lointains et detruit le mythe de leur parfaite immutabilite : leurs informations ne sont que tres lentement absorbees. Le changement vient plutot, autour de l'epoque de la Revolution francaise, d'une mutation du savoir (a l'esprit critique mieux partage, le savoir ancien devient suspect), d'une conversion des mentalites aux vertus des innovations (ce qu'on appelle deja le progres), et donc aussi, d'une prise de conscience de la puissance du continent en mouvement, l'Europe.

La longue repetition du Vosgien et ses traductions ou contrefacons illustrent une pratique courante de l'edition au XVIIIe siecle. On peut lire dans le Dictionnaire geographique de 1791-1792 cet avis de l'abbe Feller : << C'est contre mon gre & contre la teneur du manuscrit, que l'imprimeur y a mis l'ancien titre du Dictionnaire Geographique de Vosgien >> (29), temoignage s'il en est de la popularite de ce dernier ouvrage (la page de titre est exactement celle du Vosgien, noms des auteurs compris!). En dehors de quelques cercles savants (ou de voyageurs (30)), le concept de << sedimentation >> nous semble rendre compte du processus d'accumulation des connaissances, par strates, lentement << solidifiees >> et pour cela recevables par le plus grand nombre, meme les plus eclaires : lorsque Henri Bernardin de SaintPierre se lance a la fin des annees 1780 dans la composition d'un drame oriental, Empsael et Zoraide ou les blancs esclaves des noirs a Maroc, ou puise-t-il ses informations sur l'Afrique du Nord? Les references qu'il a eu soin de noter sur son manuscrit sont: la Bibliotheque orientale (1697, edition de I781-1783), la Nouvelle description de l'Afrique par Olfert Dapper (trad. fr. 1686), l'Histoire des cherifs et des royaumes de Maroc de Diego de Torres (trad. 1667), les Voyages en Afrique, Asie, Indes Orientales et Occidentales de Jean Mocquet (1617), le texte le plus recent etant une Relation ... de voyage pour la redemption des captifs aux royaumes de Maroc et d'Alger publiee en 1726 (31).

Le terme << erosion >> est apparemment moins pertinent, il faut l'avouer, parce que le processus d'evolution des connaissances est plus complexe. Ce que nous dit la chronologie des changements du dictionnaire est le moment cle de la Revolution et du debut du XIXe siecle, avec notamment la volonte d'auteurs nouveaux (ou du moins identifies) d'actualiser les donnees ou d'ajouter un contenu scientifique, le plus souvent sous forme d'un Precis de Geographie. Mais, d'une edition du Vosgien a l'autre, d'une contrefacon a l'autre, l'important est peut-etre tout autant dans la petite modification d'un texte, bien avant I789, que dans l'elimination de faits juges controuves ou trop << pittoresques >>. Revenons a l'edition de l'abbe Feller. Le texte ci-apres est l'article << Negres >> de << son >> Dictionnaire, 1788 (32), t. II, p. 10, avec, en gras, ce qui n'est pas dans le Vosgien (1747, 1758, 1782) dont nous indiquons entre crochets une formulation differente :
 Negres, nom que l'on donne aux peuples noirs qui habitent la
 Nigritie, la Guinee, l'Abyssinie, & les autres pays voisins. Les
 Europeens font [Vosgien : << n'ont pas honte de faire >>] un
 commerce de ces miserables; il se fait surtout par les Anglois, les
 Fr., les Port., les Holl., les Suedois & les Dan. On dit que ce
 sont les Francois qui l'ont fait les premiers. Leur couleur est
 l'effet de la chaleur & de l'humidite qui travaillent depuis 4 a 5
 mille ans a noircir leur peau. Quand ils sont bien traites par
 leurs maitres & instruits dans la religion, ils sont beaucoup plus
 heureux que dans leur pays natal, plus civilises, plus doux, plus
 raisonnables, plus hommes enfin. Les meilleurs Negres se tirent du
 Cap-Verd, d'Angole, du Senegal, & des pays voisins. Il y en a
 beaucoup qui se font mourir dans le trajet. Le meilleur moyen de
 les conserver, est de jouer autour d'eux de divers instruments de
 musique. (33)


A elle seule, l'opinion sur l'esclavage donne a l'article une tout autre couleur ideologique et, au-dela des plagiats ou des reprises, ce type d'ajouts est l'expression d'un debat qui apparait a la marge. L'edition liegeoise par l'abbe De Feller offre ainsi un exemple interessant de Vosgien reinvesti contre la Revolution francaise et les << Lumieres >> : << On y rencontre, surtout dans la derniere edition, des observations en tout genre, et qui tendent la plupart a venger directement ou indirectement la Religion. Pour s'en convaincre, il n'y a qu'a voir la Table des matieres; l'on y apercoit d'un coup d'oeil l'ensemble, le but et l'esprit de l'Ouvrage, une espece de concordance de la Geographie avec la Physique, l'Astronomie, l'Histoire, la Theologie et la Morale >> (34).

Pour filer une derniere fois la metaphore geologique, rappelons le debat contemporain de la periode que nous avons parcourue, entre catastrophisme (de Werner a Cuvier ou Elie de Beaumont) et huttonisme (Hutton, John Playfair, Charles Lyell): formation de la Terre par cataclysmes ou lente regeneration. Attribuer au seul << moment revolutionnaire >> (1789-1815) le bouleversement du savoir serait negliger l'accumulation de ces variantes marginales (minimes sur l'ensemble du texte mais essentielles quant a l'histoire des idees) qui, sur un fond general inlassablement repete, suscitent debat et erodent le socle des vieilles connaissances. On devinera la direction que nous voulons desormais donner a notre lecture des versions de ce best-seller du passe.
ANNEXE: LES EDITIONS DU VOSGIEN, ETAT PROVISOIRE DE L'ENQUETE (35)

I. Editions parisiennes sur la treizieme edition de Laurent Echare avec
des additions et des corrections considerables par Monsieur Vosgien,
Chanoine de Vaucouleurs:

Editeur Edition Dates

Didot, XIV & 572 p. 1747 (2 ed.?)
Libraire, Quai (impr. Lebreton)
des Augustins XVI & 596 p. avec une carte 1749, 1752, 1757, 1760
Veuve Didot du globe 2 ed. relevees: 1755
 VIII--69 p. et XV--615 p.
 XVI & 783 p.: 1759, 1761, 1762, 1760
 En 3 volumes: 1764

Libraires XII & 816 p. 1764, 1767, 1769, 1770
Associes Mention d'une edition de la
 Vve Didot, pour les Libraires
 Associes, 600 p. 1769

 X & 804 p. (Michel Lambert 1772
 impr.), avec 2 cartes
 (<< Mappe Monde divisee en
 ces quatre parties, 1759 >>
 & << Europe divisee en ses
 grands etats, 1759 >>) et
 une << Table des noms
 latins >> (p.757-803).

 Nouvelle edition, revue, 1776
 corrigee et augmentee de la
 Geographie ancienne
 (memes cartes)

 VIII & 840 p.: Nouvelle 1777, 1779, 1782 (36)
 edition, revue, corrigee &
 augmentee de la Geographie
 ancienne, & d'une Explication
 des Termes de Marine & de
 navigation, 2 cartes
 << Orbis Terrarum Typus >> et
 << L'Europe divisee en ses
 grands etats, 1769 >>.

 825 p. 1784, 1785

 Dictionnaire geographique 1786, 1789
 portatif VIII & 839 p., 2
 cartes

 Nouvelle edition ... avec 1790 (828 p.)
 la nouvelle division de la 1792 (384 & 398 p.)
 France, la geographie
 ancienne et une explication
 des termes de marine ... par
 le citoyen Leclerc

Delalain & IV, 442 & 471 p. en 2 t. 1790, 1800, 1801, 1803
Libraires
associes

Delalain IV & IIIO p., imprimerie 1790, 1803
et Lebour Gratiot

Delalain? Dictionnaire geographique 1799
 portatif, impr. de Belin

Delalain 1014 p. 1801
freres

Delatan fils Nouvelle edition ... avec 1803
 la nouvelle division de la
 France, la geographie
 ancienne et une explication
 des termes de marine ... par
 le citoyen Leclerc, 1062 p.,
 impr. Marchant.

Delalain fils VI-IIIO p., Delalain 1806
& Lebour imprimeur

Delalain VIII & 784 p., ed. rev. 1808, 1809, 1810
 par Jean (John) Walker

Moutardier 2 tomes en un vol. in-80: 1792, 1798
Lesguilliez 1801
Freres, impr.


2. Editions francaises portant mention d'un nouvel auteur.

J.-Fr. Bastien (I747-I824): Nouvelle edition, revue, rectifie'e, mise en ordre et augmentee de plus de trois mille noms de villes, villages ou bourgs ..., VI & 822 p., << Table des noms latins >>(p. 758-805), << Systeme figure de la marine >> (p. 806-807), << Explication des termes de marine >> (p. 808-822), Deterville, ed., Paris: 1795: impr. Crapelet (Paris). & G. Le Roy (Caen) ; 1800 & 1804 : Paris

Fernand Berenger: Leroy & Tourneisen, Lyon et Paris, 18o6; A. Leroy, Lyon, 1809.

Nicolle : IV & 1016 p., << 20e edition >>, Garnery, Paris, 1808.

Barthelemy: Nouvelle edition, revue, corrigee et augmentee par M. Barthelemy, VIII & 800 p., 6 cartes, Bechet & Ferra, Paris, 1809.

Pierre-Francois-Felix-Joseph Giraud: Nouvelle edition augmentee et entierement refondue, renfermant les changements survenus par suite des differents traites, jusques et y compris celui de Vienne, du mois d'Octobre 1809, par Giraud. Cet ouvrage est orne de 6 cartes geographiques et suivi de tables de reduction des francs en livres tournois, et des livres tournois en francs, 788 p., Tournachon-Molin, Libr., impr. J.-B. Kindelem, Lyon, 1810 ; Chez Brunot-Labbe, Paris, 1811 ; J. G. Dentu, Paris, 1810, 1812 [peut-etre les 2 ed. parisiennes de 1812 << Chez Theodore Pitrat >> & << Chez Michaud freres >>].

Bossan de Collonges: VI-784 p., Lyon, impr. Michel Leroy, 1813.

A.-J. Letronne: Nouv. ed., entierement refondue et corr. d'apres les sources les plus authentiques, et offrant toutes les longitudes et latitudes exactement determinees; les nouvelles divisions et les decouvertes recentes; augm. en outre de plus de 2500 articles omis dans les editions precedentes, par Auguste L***, 2 part. en I vol. de 319 & 231 p., Saintin, << libraire de S.M. l'Imperatrice >>, Paris, 1813.

Francois-Marie Marchant de Beaumont (1769-1832): Derniere edition, entierement refondue et corrigee d'apres les nombreux changemens operes par les nouveaux Traites, et notamment par le Traite de paix de 1814, l'Acte du Congres de Vienne, et le Traite du 3o novembre 1815, etc.; Ornee de cartes geographiques coloriees, conformes aux nouvelles divisions, et de dix-sept planches representant les monnaies de tous les peuples commercons, avec l'indication de leur poids, de leur titre et de leur valeur en francs, par M.B., employe aux relations Exterieurs, et Hocquart.

VI & 694 p., 7 cartes, Saintin & Ed. Aug. Hocquart, Paris, 1817.

Idem, Ledentu, Raymond, Menard & Desenne, Paris, 1817.

Idem, XXIV & 672 p., Saintin, << Libraire de la Cour >>, Paris, 1819.

Antoine Caillot (?): Ledentu, Paris, I819 (il pourrait s'agir de la meme edition que la precedente).

Jean-Daniel Goigoux (1775-I823) : Nouvelle edition [ref., rev. et corr. par / precedee d'un precis de geographie, par J.-D. Goigoux] enrichie de sept Cartes neuves, et de plusieurs planches representant les Pavillons des principales Puissances maritimes, et les Monnaies francaises et etrangeres Nouvelle edition, entierement refondue, revue et corrigee avec le plus grand soin, d'apres les derniers Traites de paix et les Changemens politiques survenus jusqu'a ce jour; augmentee de la nomenclature de tous les Chefs-lieux de canton, et d'un grand nombre d'autres endroits connus, omis dans les editions precedentes; de l'indication exacte des Foires et Marches de France et autres pays d'Europe et de toutes les sortes de marchandises qui y sont exposees; de la valeur reelle et comparative des Monnaies, des Poids et des Mesures francais et etrangers; des Distances legales en kilometres, et de celles en lieues communes des villes, bourgs et villages de France, soit aux chefi-lieux de departement ou d'arrondissement, soit aux bureaux de poste ; de la designation des Relais, et des lieux par lesquels doivent etre adressees les lettres pour les endroits ou il n'y a pas de bureau de poste, et de renseignemens precis sur la necessite ou la liberte d'affranchissement des lettres de France pour l'etranger; etc., etc., XXVI & 672 p. : Jean.Baptiste Kindelem, Lyon, & Saintin, Paris, 1821, avec 16 planches de monnaies et 8 cartes depliantes avec frontieres coloriees;Menard et Desenne Fils, Libraires, Rue Git-le-Coeur, Paris, 1821, 1823, 1825 & 1826.

Bon de Roujoux: Nouveau dictionnaire geographique universel [redige sur un plan nouveau par Roujoux], contenant une description detaillee des royaumes, empires, etats, contrees, villes, bourgs, villages, fleuves, rivieres, mers, iles, lacs et montagnes du globe..., VIII + 694 p., 8 cartes repliees et 9 pl. de monnaies, Belin-Mandar, 1828 (impr. a Limoges?); Belin-Mandar & Devaux, Paris & Bruxelles, 1829; Lebigre Freres, Paris, 1834 (6e ed. en 1832, 9e en 1836).

Felix Lallemand: Dictionnaire geographique universel precede d'un precis de geographie, Paris, Philippe, 1829 (C. Malte-Brun & J.-D. Frieswinkel mentionnes auteurs secondaires pour I829); 680 p., Paris, Cosson, Locquin & Penaud, 7 editions de i836 a 1851 (1841: 3c, 1846: 6e, 1851: 7e).

Valentin Parisot: Dictionnaire geographique universel de Vosgien: totalement refondu et mis au niveau de la science moderne purges de plus de 500 doubles emplois, articles imaginaires, etc., et augmente d'environ 10000 articles, contenant entre autres details, selon un ordre systematique et un plan uniforme, et avec l'orthographe veritable des noms propres, la description abregee des grandes regions physiques, des empires, des provinces, des villes, des fleuves, des mers, des chaines de montagnes, etc.; les divisions et les subdivisions les plus remarquables des temps passes et la division actuelle; les positions et les distances, la population, la supoyicie par lieues et milles carres; les revenus et la dette, les forces militaires, les religions et le gouvernement ..., XII & 739 p., avec 7 cartes nouvelles, dressees par M. (A. H.) Dufour, geographe, I planche coloriee (pavillons) et I grande planche depliante coloriee (monnaies), un precis de geographie, un << vocabulaire polyglotte >> (toponymie), un resume de la chronologie geographique, une << table des renvois des differentes variantes dans les designations geographiques >>, Paris, Baudoin freres, 1828, 1829 et 1833 ; Paris, Corbet, 1830 ; Bruxelles, H. Tarlier, 1830.

Sans nom d'auteur: Nouveau dictionnaire universel et portatif de geographie moderne, entierement refondu; contenant la description exacte et detaillee des empires, royaumes, villes, bourgs, villages, qui couvrent les parties terrestres du globe, et des iles semees sur la surface des mers par Vosgien, 756 p., Paris, Thieriot, 1831.

3. Editions etrangeres en francais:

1748, Amsterdam: << aux depens de la Compagnie >>.

1748, La Haye: Gosse et Neaulme (XII & 493 P) et (?): Chez Daniel Aillaud.

1755, Bale : Jean-Jacques Schorndorf, XXIV + 676 p.

1758, Amsterdam: << aux depens de la Compagnie des librairesimprimeurs >>.

1805, Lausanne : Jean Pierre Berenger (ed. ou auteur secondaire?).

Bruxelles, Benoit le Francq, impr.-libr., rue de la Magdelaine :

1783 : 2 vol. in 8 de 575 & 599 P., mappemonde et carte d'Europe

1792: 516 p. + 549 P. (memes cartes)

1799: 2 vol. de plus de 600 p., Dictionnaire geographique de Vosgien. 3me edition, revue, corrigee et augmentee pour la partie geographique et historique, sur celle de l'abbe Mann (I792); et sur celle de l'abbe Feller. 2 vol. (1791-94, v. st.) et pour la nouvelle division de la France, sur le Dictionnaire de Prudhomme.

Liege, Bassompierre:

Chez Anne-Catherine Bassompierre, I788 (ou I778 ?) avec le meme titre que les editions francaises, a la difference du suivant : Dictionnaire geographique de F. X. de Feller, 1791-1792 & 1793-1794, 2 volumes in-80, 685 & 654 p.

4. Editions etrangeres:

* 1750, Lugano: << Si vendono in Roma da Fausto Amidei Libraro libraro sotto il Palazzo del Signor Marchese Raggi >>. Titre: Dizionario geografico, ovvero descrizione di tutti i regni, provincie, citta patriarchati, vescovadi, forti, fortezze, cittadelle, ed altri luoghi considerabili delle quattro parti del mondo. In cui rimarchasi, in qual regno, provincia, e distretto, questi luoghi si trovano, i principi da'cui dipendono, i fiumi, baje, mari, monti, ec. Su' quali sono situati, loro distanza, da' luoghi piu rimarchevoli del contorno, colla loro longitudine, e latitudine giusta le migliori carte, opera utilissima per l'intelligenza della storia moderna, e degli affari presenti.

Les notices bibliographiques donnent pour auteur soit Laurence Echard, soit le trio Echard, Vosgien et Bruzen de la Martiniere. L'edition suivante, en revanche, mentionne explicitement Vosgien :

* 1778, Milano: Presso Giusepe Galeazzi, Dizionario geografico portatile. Prima edizione milanese, trad. par Giuseppe Vernazzadi Freney. Peut-etre la seule edition milanaise. A Naples ou l'on a imprime au moins 2 fois le Dictionnaire Historique de l'abbe, il ne semble pas que l'on ait produit le Vosgien geographique.

* Bassano: traduction d'Isaac Brouckner (1686-1762), << a spese Remondini de Venezia >>. La premiere edition est, croyons-nous, celle de 1761, sous le titre de Dizionario geografico portatile ... traduzione dall'originale inglese nel francese, e da questo nell'italia, 2 vol. de XXVIII & 282 p., et 326 p., 2 cartes dont << Carte generale du globe terrestre construite & publiee par le Sr. Isaac Brouckner ... examinee & approuvee par M. Daniel Bernoulli >>. Reeditions en 1770, 1778 et 1787, avec une lacune puisque la derniere porte: Quinta edizione veneta, divisa in due tomi, nuovamente corretta, ed arricchita da un celebre professore di molte aggiunte considerabili non piu stampate, e di molti nuovi articoli che mancavano nelle precedenti, con una nuova carta generale di tutte le quattro parti del mondo del ch. sig. Brouckner, geografo del re cristianissimo. Editions ulterieures: 1794, 1800 et 1810, avec une autre lacune: on lit en 1810 (<< G. Remondini e figle >>) qu'il s'agit de la 9e edition venitienne, traduzmne dall'originale inglese del ch. sig. Brouckner, fatta in francese dal sig. Vosgien, e da questo recata in italiano, con nuove correzioni ed aggiunte, l'auteur de ces modifications n'etant pas mentionne.

* Madrid :

1750: << En la Imprenta de la Viuda de Peralta >>, titre: Diccionario Geografico o, descripcion de todos los Reynos, provincias, islas, patriarchodos ... y otros lugares considerables de los quatro partes del mundo. Auteurs: Echard, Ladvocat & Francisco Mariano Nipho.

1763: Por Joachin Ibarra, auteurs: Vosgien et Juan de La Serna.

1783: M. Escribano, titre: Diccionario geografico universal, que comprehende la descripcion de las quatro partes del mundo, y de las naciones, imperios, reynos, republicas, y otros estados, provincias, territorios, ciudades, villas y lugares memorables, lagos, rios, desiertos, montanas, volcanes, mares, puertos, golfos, islas, peninsulas, istmos, bancos, cabos, &c. Auteurs mentionnes: Vosgien et Antonio de Capmany y de Montpalau (1742-1813).

1793 et 1794 : << En la Oficina de la Viuda e Hijo de d. Pedro Marin >>, memes auteurs et meme titre.

Ulm, 1764-1765 : A. F. Bartholomai, Geographisches Handworterbuch, oder Beschreibung der Konigreiche, Provinzen, Stadte, Patriarchate in allen vier Theilen der Welt ... (Echard & Vosgien).

Varsovie, 1782:: Dufour, Dykcyonarzyk geograficzny ... (Echard & Vosgien).

Saint-Petersbourg, 1791: Tipografii Gornago Uchilishcha, par Vosgien & Mikhail Ivanovich Verevkin.

(1) Ce texte est une version longue de la communication presentee au Quatrieme colloque annuel de l'Association Canadienne pour l'Etude de l'Histoire du Livre, << Le livre et la construction du savoir >> (29-30 mai 2007, Congres des sciences humaines du Canada, University of Saskatchewan, Saskatoon).

(2) La geographie des philosophes. Geographes et voyageurs francais au XVIIIe siecle, Paris, Ophrys, 1975.

(3) Notamment en Angleterre, cf. Robert J. Mayhew, Enlightenment Geography: The Political Languages of British Geography, 1650-1850, New York, Palgrave, 2000.

(4) Geography & Enlightenment. (Chicago : University of Chicago Press, 1999).

(5) Claude Blanckaert, Michel Porter & Fabrice Brandli, L'Encyclopedie methodique (1782-1832): des Lumieres au positivisme (actes du colloque de Geneve, mai 2001), Geneve, Droz, 2006.

(6) Dans : Roger Chartier & Henri-Jean Martin (dir.), Histoire de l'edition francaise-Le livre triomphant 1660-1830, Paris, Fayard, 1990, p. 232-241.

(7) Le titre, interminable selon l'usage du temps, est a peu pres le meme de 1747 a certaines editions de 1792: Dictionnaire geographique-portatif, ou Description des royaumes, provinces, villes, gveches, duches, comtes, marquisats, villes imperiales ports, forteresses, et autres lieux considerables des quatre parties du monde : dans lequel on indique en quels royaumes, provinces, et contrees ces lieux se trouvent, les princes dont ils dependent, les rivieres, baies, mers, montagnes, etc. sur lesquelles ils sont situes, leur distance, en lieues jcancaises, des places remarquables des environs, avec leur longitude et leur latitude, selon les meilleures observations, la date des sieges que les villes ont soutenus et des batailles qui en portent le nom, les grands hommes qu'elles sont produits, etc., ouvrage [tres] utile pour l'intelligence de l'histoire moderne et des affaires presentes, traduit de l'anglais, sur la treizieme edition de Laurent Echard, avec des additions et des corrections considerables par Monsieur Vosgien, Chanoine de Vaucouleurs [, nouvelle edition, revue augmentee et corrigee]. Si l'on souhaite se convaincre de la grande distribution de ce livre, on peut consulter sur internet les catalogues de bibliotheques ou ceux de vente d'ouvrages anciens (son acquisition est aisee, de 10 euros pour une edition du XIXe siecle en mauvais etat a plus de 200). On trouvera en annexe une liste des editions successives dont nous avons trouve les references ; dans l'etat actuel des recherches, elle n'est sans doute pas tout a fait exacte et certainement pas exhaustive (s'il est possible en raison des contrefacons partielles).

(8) Pour les details de sa biographie, nous renvoyons a la Bibliographie universelle de Michaud, << nouvelle edition >>, Paris, 1855, t. 22, p. 431-433, qui fait l'inventaire de 12 oeuvres de cet auteur, le Dictionnaire geographique en tete, avec cette indication: << L'edition que donne Feller en 1788 (2 vol. in-80) renferme des additions importantes. Mais la plus correcte est celle que Letronne a publiee en 1813 sous le nom d'Auguste L***, 1 vol. in-12 >>.

(9) L'avertissement de notre exemplaire contient cependant bien, p. VII, un << Avis pour la seconde edition >> : << On ne comptait point donner sitot une nouvelle edition de cet ouvrage; mais le prompt debit de la premiere & les desirs de ceux qui n'ont pu en profiter l'ont rendue necessaire. A peine les exemplaires qui en ont ete tires jusqu'ici, suffisent-ils pour le faire connaitre. On ose assurer neanmoins que cette seconde edition est beaucoup plus exacte que la premiere. Bien des personnes m'ont fait part de leurs remarques >>, etc.

(10) The Gazetteer's parut pour la premiere fois en 1691 ; la 13e edition est sans doute celle de Ballard, 173z ; on peut s'etonner que l'auteur n'ait pas plutot utilise les suivantes : 14e (1738), 15e (1741) ou 16e (1744).

(11) Cf. Delandine, op. cit. : << C'est un assez bon abrege du Dictiannairegeographique de Brusen de la Martiniere >>. Michaud, op. cit., t.. IX, p. 404 (article << Echard >>) : << L'Interprete des nauvellistes et des liseurs de gazettes [...] n'est qu'un dictionnaire geographique, ouvrage superficiel, qui a donne a l'abbe Ladvocat l'idee de son Dictionnaire geographique portatif, publie sous le nom de Vosgien >>. L'avertissement de 1747 porte cependant : << Le petit Dictionnaire que l'on donne au Public a ete si bien recu en Angleterre qu'on ne doute point qu'il n'ait le meme succes en France >>, et, p. VI : << Les additions & les changements que nous avons faits au Dictionnaire de M. Echard, sont tres considerables >>. Ce dernier ouvrage a constitue le socle du travail de Vosgien qui a puise ailleurs d'autres informations ; il ecrit d'ailleurs (p. VIII) : << J'ai fait aussi marquer d'une etoile (*) les articles qui ne se trouvent pas dans le Dictionnaire de M. de la Martiniere [...] Le Dictionnaire Anglais renferme deux parties. La premiere ne contient que l'Europe & la seconde comprend les autres parties du Monde. Cette seconde Partie n'est point de Laurent Echard & nous n'avons pas cru devoir la suivre, parce qu'elle est remplie de lieux chimeriques... >>. L'avertissement de l'edition de 1782 porte encore que le << principe [de l'ouvrage] est une traduction du livre de Laurent Echard [...]. Il a recu tant d'ameliotations et d'augmentations a chacune de ses differentes editions que l'on peut dire qu'il est devenu lui-meme original >>.

(12) Italien, espagnol, russe, allemand, polonais : voir annexe.

(13) Ont ete etudiees les editions de 1747 (Paris, Didot), 1782 (Paris, Libraires associes), 1825 (Nouvelle edition ... precedee d'un precis de geographie par J. D. Goigoux, Paris, Menard et Desenne Fils) et 1829 (Dictionnaire geographique universel de Vosgien, totalement refondu et mis au niveau de la science moderne purges de plus de 500 doubles emplois, articles imaginaires [...] par V. Parisot, Paris, Baudoin freres), ces deux dernieres tres proches mais assez differentes. Ont ete consultees partiellement celles de 1758 (Didot), 1799 (Bruxelles, Lefrancq) et 1809 (Paris, Delalain), 1772 et 1777 (Paris, Libraires associes).

(14) Nous prendrons d'abord les termes << sedimentation >> et << erosion >> dans un sens metaphorique (qui nous parait traduire assez bien le travail de redaction de ce type d'ouvrages, a la fois compilation et correction), avant d'examiner plus loin leur valeur conceptuelle.

(15) Voir ci-apres d'autres innovations du Dictionnaire.

(16) Precis historique sur la vie et les ouvrages de M. l'abbe De Feller, ex-jesuite, Louvain, chez Francois Michel, 1824, texte sur www.land.lu/html/dossiers/ dossier_feller/fellerprecis.html. On trouvera sur le meme site une page consacree au Dictionnaire geographique (avec reproduction de la page de titre), << a Paris & se trouve a Liege, chez Anne-Catherine Bassompierre, imprimeur de son Altesse, Libraire et continuateur de feu J.-F. Bassompierre pere >>, 2 t., 1778 :. Il s'agit peut-etre d'une coquille (pour 1788), seule reference donnee ailleurs (Delandine, Michaud ...), y compris dans le Precis historique cite plus haut. En revanche, l'edition de 1791-1792 porte explicitement le titre de Dictionnaire geographique de F. X. de Feller (cf. reproduction photographique sur www.dico-collection.com), a Liege chez J.-F. Bassompierre, Libraire-Imprimeur, 1791-1792, 2 volumes in-80, 685 & 654 p.

(17) Willem Bosman, Voyage de Guinee contenant une description nouvelle et tres exacte de cette cote o l'on trouve et o l'on trafique l'or, les dents d'elephant et les esclaves, Utrecht, A. Schouten, 1705 (traduit de l'edition hollandaise de 1704).

(18) Description des pays de l'Afrique, de l'Egypte, de la Barbarie, de la Lybie, du Biledulgerid, de la Nigritie, de la Guinde, de l'Ethiopie, de l'Abyssinie, Amsterdam, 1668, trad. Francaise : Amsterdam, 1686

(19) William Smith, Nouveau voyage de Guinde, Paris, Durand-Pissot, 1751.

(20) Comme les editions precedentes, celle de 1782, dans son avertissement, invite les lecteurs a signaler les erreurs et a faire part de leurs remarques. << Mais nous desirerions que toutes ces observations fussent donnees par des personnes qui sont ou ont ete sur les lieux, qu'elles ne soient pas copiees dans des livres que nous pouvons avoir aussi bien qu'eux >>, beau principe qui ne parait guere avoir ete applique au continent noir.

(21) Peut-etre jusqu'en 1795 dont nous n'avons pas pu consulter l'edition, mais ce n'est guere vraisemblable dans la mesure o l'annee 1792 donne deja des versions assez differenciees de l'ouvrage.

(22) Ces chiffres sont donnes a titre d'ordre de grandeur : pour l'edition de 1782, il a ete difficile parfois de distinguer, dans l'Est du continent surtout, ce qui releve de la geographie de l'Afrique noire et du monde arabo-musulman ; dans l'edition de 1825, des noms ont pu echapper a notre vigilance.

(23) Voir plus haut dans le texte ancien ; le passage supprime est : << Cette etendue fait sa longueur ; elle est pour la plus grande partie situee sous la Zone Torride ; ce qui fait que l'air y est dans plusieurs endroits d'une chaleur insupportable. Elle est fertile sur les cotes; on y trouve des fruits excellents, & des plantes merveilleuses ; les animaux y sont tres gras & d'une chair delicieuse. >>

(24) Nous soulignons.

(25) C'est la raison pour laquelle nous avons choisi de ne pas poursuivre la comparaison des differentes editions au-dela de cette epoque.

(26) Inventaire apres deces sur www.tocqueville.culture.fr/en/lieux/popup/html/t_tocqueville2.html.

(27) D'autant que l'avertissement de cette edition porte, p. VI: << L'on y trouvera aussi des iles ou autres endroits jusqu'ici inconnus, ou peu connus, sur lesquels M. de Bougainville, de Kerguelen, Cook & autres viennent de faire des observations >>.

(28) Descubes, ed., Nouveau Dictionnaire d'Histoire, de Geographie, de Mythologie & de biographie, 1889.

(29) Il s'agit sans doute d'une reaction a l'edition precedente. De fait, le titre est alors change. Voir note 16.

(30) Et pour ces derniers, rien n'est moins sur: il y a aussi une <<bibliotheque du voyageur>>, ce savoir livresque accumule et reinvesti pendant le voyage, cf. S. Linon-Chipon, V. Magri-Mourgues, S. Moussa. (ed.), Miroirs de textes: Recits de voyage et intertextualite, Actes du IIe colloque du Centre de recherche sur la lirterature des voyages, Paris, 1999.

(31) Pour des precisions sur ces ouvrages et d'autres aussi venerables et leur utilisation par Bernardin de Saint-Pierre : E. Nicolas & E. Wauters : << Le monde barbaresque vu de Normandie a la fin du XVIIIe siecle >>, dans Tunis, Carthage, l'Orient sous le regard de l'Occident, du temps des Lumieres a la jeunesse de Flaubert, textes reunis par E. Wauters, P.U. Rouen, 1999, p.89-106.

(32) Ou 1788? Cf. note 16.

(33) Article donne sur www.land.lu/html/dossiers/dossier_feller/fellerdicgeo.html, ou l'on trouve aussi celui-ci, t. I, p. 51: << Angleterre, (la Nouvelle) Prov. de l'Amer. sept. entre le Canada, & la mer, d'environ 70 li. de long. Elle commenca d'etre frequentee par les Angl. sous Jacques I en 1606; elle ne fut d'une maniere fixe qu'en 1720 [sic]. Elle est tres peuplee & tres fertile. Boston est la cap. il s'y fait un tres-gr, com. Lat. 4t-45 >>. C'est, mot pour mot, le texte du Vosgien de 1747 (p. 27) et des annees suivantes, y compris la coquille (1720 pour 1620) corrigee dans l'edition de 1782 qui prend egalement en compte la naissance des etatsUnis ... ignoree de l'abbe, comme les editions francaises oublient le commerce du << bois d'ebene >> de Nantes, Bordeaux ou Le Havre !

(34) Precis historique sur ... l'abbe De Feller, 1824, op. cit. Genets, ed., Dictionnaire de poche, geographique, Nouvelle edition, revue, corrigee, augmentee d'un grand nombre d'articles et des decouvertes des voyageurs les plus modernes, avec la nouvelle division administrative et judiciaire de la France, le placement des prefectures, sous-prefectures et tribunaux; un vocabulaire de la geographie ancienne, une explication des termes de marine et de navigation, et un tableau general des monnaies de tous les pays, reduites valeur argent de France, 1802, IV & 730 p., 3 cartes depliantes (37).

(35) Nous tenons a preciser qu'il s'agit la d'un simple document de travail (pour ne pas dire un brouillon) dans une enquete qui ne fait que commencer sur les differentes versions du Vosgien. La liste pourra sembler peu orthodoxe : elle vise d'abord a mettre en evidence les grandes variantes du dictionnaire, pour une histoire du savoir geographique (et plus generalement des idees) davantage que pour celle de l'edition. Les modifications du texte lui-meme, ajouts, disparitions, notes, appendices, sont l'objet de la recherche en cours dont cet article n'offre que les premiers resultats. Une grande partie des informations (encore trop souvent incompletes) viennent du Catalogue collectif de France et du site http://www.worldcatlibraries.org.

(36) Compte tenu de ces editions par les Libraires associes, il y a peut-etre une coquille dans l'avertissement de celle de 1782 : << Voici la troisieme edition que nous donnons de ce petit Dictionnaire depuis 1767 >> (pour 1777?). Nouvelle illustration des problemes de reconstitution de l'histoire de cet ouvrage proteiforme...

(37) Cette edition, encore attribuee a Vosgien et que nous n'avons pas encore consultee, est inclassable en raison du changement de titre et de l'absence de mention de second (ou enieme) auteur.

Eric Wauters [dagger]

[dagger] Eric Wauters est professeur d'Histoire a l'Universite du Havre et travaille sur les pratiques de lecture et d'ecriture au XVIIIe siecle et au debut du XIXe siecle. Il a contribue au Dictionnaire de la presse francaise pendant la Revolution (1789-1799)--La presse departementale, sous la direction de Gilles Feyel, Ferney-Voltaire, 2005, et organise, avec Catriona Seth (Universite de Rouen), deux colloques : Un siecle de journalisme culturel en Normandie et dans les autres provinces (1785-1885), 2005 et La Normandie et le monde tropical, trois siecles de relations (XVIe--debut XIXe siecle), 2007 (actes a paraitre en 2008).
COPYRIGHT 2007 Bibliographical Society of Canada
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2007 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

 
Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:Wauters, Eric
Publication:Papers of the Bibliographical Society of Canada
Article Type:Critical essay
Geographic Code:1CANA
Date:Sep 22, 2007
Words:10958
Previous Article:"Sidown, Brother, Sidown!": the problem of commitment and the publishing history of Irene Baird's Waste Heritage.
Next Article:2007: Tremaine Medal and Watters-Morley Prize awarded to Elizabeth Driver/2007: Remise de la Medaille Marie-Tremaine 2007 et de Prix Watters-Morley a...
Topics:

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2018 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters