Printer Friendly

Le fou de Madeleine.

Actualites Eecrit par Mostafa Houmir Nous avions dix-sept ou dix-huit ans Cheveux noirs et tete folle Nous parlions comme les grands Nous avions la tete pleine De jolis projets Habib avait pour les [beaucoup moins que]Madeleine[beaucoup plus grand que] Un tendre secret Dites-lui ce qui l'entraine Dites-lui d'ou vient le vent Dites-lui ce qui l'attend. Ce qui l'attend, Gerard Lenorman n'en avait aucune idee et s'il l'avait su, il n'aurait jamais chante cette chanson! Habib etait contraint de quitter l'ecole avec l'ancien niveau de la 5e annee primaire. Cela ne nourrit pas son homme! Le chomage, la pauvrete, l'adolescence avec ses folies, son insouciance, ses extravagances, ses fantaisies, l'ont pousse vers la plage de notre ville tres touristique. Il etait beau garcon, jeune et plein de vie. Ses beaux yeux, son beau corps bronze, ses cheveux noirs lui etaient d'une tres grande utilite pour draguer les belles europeennes venues chez nous en quete de l'extase et du plaisir charnel de l'amour sur le sable exotique de l'Atlantique... Habib s'etait evertue a apprendre l'anglais et d'autres langues pour pouvoir [beaucoup moins que]communiquer[beaucoup plus grand que] avec ces ''Madeleine'' feeriques. Il avait un seul et unique reve: tomber sur une ''Madeleine'' assez eprise de lui pour l'emmener avec elle la-bas ou la vie est rose, facile, docile. Il etait tellement habite par ce reve qu'il etait devenu son obsession. Meme sa facon de marcher, il l'avait changee pour envouter ces belles creatures a la peau blanche. Il a fait comme le corbeau qui voulait imiter la colombe. Alors, le pauvre Habib, au lieu de marcher comme tous les bipedes de son espece, il sautillait et se dandinait tel un canard faisant la cour a sa cane. Il etait devenu la risee du quartier mais il ne s'en souciait guere; il avait d'autres chattes a fouetter! Il nous racontait fierement ses aventures et ses triomphes aupres de ces dames. Nous l'envions, nous le jalousions, nous revions de ces nymphomanes pretes a tout. Casanova, Don Juan, specialiste de la drague, coureur de jupons a l'europeenne: c'est un art et un savoir faire dont nous etions incapables. Pour nous, ces corps etendus sur notre sable etaient intouchables, inaccessibles, interdits. Il fallait etre Habib pour oser... et dans le quartier, tout le monde n'est pas Habib! Un beau jour, il est venu dans un etal d'enthousiasme et d'excitation extremes: [beaucoup moins que]ca y est! C'est fait. J'ai decroche le gros lot. Une [beaucoup moins que]Guaouriya[beaucoup plus grand que] (une europeenne) m'a aide a avoir le passeport et le visa. Adieu la misere, le manque, la frustration, le denuement et l'oppression. Je m'envolerai vers la civilisation, la liberte, le bonheur, l'amour, la vie. Europe ma cherie, me voila![beaucoup plus grand que]... Et il est parti, sur de lui, confiant, certain d'arriver au sommet de l'echelle sans se douter de l'enfer qui l'attendait la-bas. Une fois la-bas, la vieille ''Madeleine'' qui etait si gentille et si genereuse a Agadir s'est subitement metamorphosee en esclavagiste. Habib s'est reveille mains et pieds lies, dans une geole peu commune, sans proces, sans chef d'accusation, sans verdict. La Madeleine ordonnait, interdisait, permettait, recommandait, commandait, exigeait... Et Habib executait. Elle lui interdisait de sortir seul de crainte qu'une autre ne le lui vole. Elle le nourrissait bien pour qu'il [beaucoup moins que]travaille[beaucoup plus grand que] mieux chaque nuit. Ses petites amies etaient folles de jalousie en la voyant avec son esclave-indigene-nord-africain, bras dessus bras dessous, dans la plus belle grande avenue du monde. Habib n'en pouvait plus. Apres six mois, il s'est evade de cet enfer et a pris le chemin du retour. Il a prefere le soleil, la mer, le pain et le the de chez lui au [beaucoup moins que]paradis[beaucoup plus grand que] de Madeleine. Il est revenu chez lui, mais non sans degats. Il n'est plus comme avant. Il n'est plus le meme. Les deboires, la honte, la deception, le reve brise, et d'autres choses encore l'ont marque a jamais. Il n'adresse plus la parole a personne. Il passe la journee a faire le tour des cafes de la ville. Il entre, fait un tour entre les tables, regarde les consommateurs et sort sans parler. Quelques fois, il demande une cigarette a un client. S'il a quelques pieces, il demande un cafe, le sirote en fumant sa cigarette en silence et repart comme un nuage! Le soir, il rentre chez lui. Sa famille prend soin de lui: elle le nourrit, le lave, l'habille comme un bebe. Personne ne le contrarie. Il est libre de sortir et d'entrer comme il l'entend. Puisqu'il est anodin, on le laisse circuler en paix. Il a besoin d'errer dans les rues; cela lui fait du bien, il se degourdit les jambes, il voit du monde, il se perd dans la foule. Il suit un traitement medical qui, jusqu'a present, n'a aucun effet sur lui. Quand on le voit passer, sautillant et se dandinant, les gens se disent tout bas: [beaucoup moins que]Pauvre Habib, l'Europe et les europeennes l'ont rendu fou. Que Dieu nous protege![beaucoup plus grand que]...D'autres, plus mechants le toisent en ricanant et lui lancent a la figure sans gene aucune: "Alors, Casanova d'Agadir, ou sont tes belles europeennes? Elles t'ont jete comme une vieille chaussette pourrie! Bien fait pour toi, beau et con a la fois!"

Moi, toutes les fois que je le vois, j'ai un pincement au cœur et l'image de Habib, jeune, beau, fringant, seduisant et fougueux me revient a l'esprit, si presente, si forte, si douloureuse, si indelebile. Je lui dis amicalement et d'un ton naturel ; " Salut, Habib![beaucoup plus grand que]. Il me repond; " Salut!" et continue sa marche vers son destin si cruel, incertain et impitoyable . . . Me reconnait-il? M'a-t-il oublie? Je n'ai jamais ose lui poser la question... Pauvre Habib!

Tous droits reserves

Copyright Casanet 2016. All rights reserved. Provided by SyndiGate Media Inc. ( Syndigate.info ).
COPYRIGHT 2016 SyndiGate Media Inc.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2016 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Al Bayane (Al Dar Al Bayda', Morocco)
Date:Jan 7, 2016
Words:995
Previous Article:Les 10 meilleurs projets recompenses par l'UIC et partenaires.
Next Article:Le PPS proposent l'abolition de la cotisation de l'Etat.

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters