Printer Friendly

Le directeur general de l'Institut Pasteur:[beaucoup moins que]Les premiers cas de cholera ont ete mal diagnostiques[beaucoup plus grand que].

Lae1/4aoUu[c]pidUu[c]mie de cholUu[c]ra a fait deux morts et touchUu[c] 157 personnes. Cette rUu[c]Uu[c]mergence alerte les autoritUu[c]s autant quae1/4aoelles inquiUuA tent la population. Le directeur gUu[c]nUu[c]ral de lae1/4aoInstitut Pasteur dae1/4aoAlgUu[c]rie (IPA), Zoubir Harrat, affirme, dans cet entretien, que la situation est maUuAtrisUu[c]e et rappelle les missions de son institution. Le responsable revient Uu[c]galement sur le cafouillage ayant suivi lae1/4aoidentification de la source de contamination.

Lae1/4aoInstitut Pasteur est pointUu[c] du doigt depuis lae1/4aoapparition du cholUu[c]ra et Uu chaque fois quae1/4aoil y a Uu[c]pidUu[c]mie ou crise sanitaire. Est-ce que votre institution est responsable de la prUu[c]vention des Uu[c]pidUu[c]mies et des maladies contagieuses?

Dans de telles circonstances, le rUuA[sup.3]le de lae1/4aoInstitut Pasteur est dae1/4aoanalyser les Uu[c]chantillons qui lui sont remis (les selles, lae1/4aoeau ou autres prUu[c]lUuA vements), pour identifier le virus, sae1/4aoils sont positifs. Ces rUu[c]sultats sont transmis au mUu[c]decin, afin de prUu[c]voir une prise en charge du malade dans les plus brefs dUu[c]lais. Dans le cas oUua il sae1/4aoagit de germes hautement contagieux, des mesures strictes sont indispensables, notamment lae1/4aoisolement du malade qui est considUu[c]rUu[c] source de contamination aussi bien pour le personnel soignant que pour sa famille.

Lae1/4aoidentification du germe qui est responsable de cette maladie, lae1/4aoorigine de la transmission, sa sensibilitUu[c] vis-Uu-vis des traitements antibiotiques font partie Uu[c]galement des missions dae1/4aoinvestigation de lae1/4aoInstitut, et ce, pour Uu[c]viter la propagation de la pandUu[c]mie. Le rUu[c]servoir principal peut Uuo"tre lae1/4aohomme, un animal ou un insecte. Parmi les missions de lae1/4aoIPA aussi, la formation du personnel soignant et des laborantins. Cet encadrement leur permettra de maUuAtriser le diagnostic de cette maladie contagieuse ainsi que la mUu[c]thode et la procUu[c]dure adUu[c]quates pour traiter ces germes. Il faut prUu[c]ciser que beaucoup de germes sae1/4aoapparentent et il est nUu[c]cessaire de faire la diffUu[c]rence entre celui qui est derriUuA re la pathologie et celui qui ne reprUu[c]sente aucun effet nUu[c]faste pour le patient. Lae1/4aoAlgUu[c]rie nae1/4aoa, cependant, pas enregistrUu[c] de cas de cholUu[c]ra depuis prUuA s de 22 ans.

Avez-vous justement dUu[c]couvert la souche ou le virus qui est Uu lae1/4aoorigine de la pandUu[c]mie?

Cae1/4aoest le vibrion cholUu[c]rique sUu[c]rogroupe O1, sUu[c]rotype Ogawa, qui a sUu[c]vi en AlgUu[c]rie en 1996. Cette souche circule, certainement, dans la nature chez lae1/4aoUuo"tre humain Uu lae1/4aoUu[c]tat latent, et quand les conditions environnementales sont propices Uu sa propagation, elle se rUu[c]veille et rUu[c]Uu[c]merge. La chaleur caniculaire est lae1/4aoun des principaux facteurs. La hausse des tempUu[c]ratures au-delUu de 30UoA a favorisUu[c] lae1/4aoapparition du virus cholUu[c]rique, ainsi que dae1/4aoautres germes. Lae1/4aohumiditUu[c] est un autre facteur favorable ainsi que la promiscuitUu[c]. Ainsi, une frange de la population condensUu[c]e dans un endroit insalubre peut jouer un rUuA[sup.3]le dans lae1/4aoUu[c]closion dae1/4aoune pathologie, restUu[c]e jusque-lUu latente. Le personnel mUu[c]dical ainsi que la population ont perdu le rUu[c]flexe. On attribue les symptUuA[sup.3]mes du cholUu[c]ra comme les diarrhUu[c]es aiguUu[beaucoup moins que]s aux intoxications alimentaires. Les premiers cas qui sont apparus ont Uu[c]tUu[c] mal diagnostiquUu[c]s. Le germe du cholUu[c]ra reste sensible Uu pas mal dae1/4aoantibiotiques, les traitements font disparaUuAtre les symptUuA[sup.3]mes et mUuo"me le germe.

Est-ce une guUu[c]rison partielle ou absolue?

Cae1/4aoest une guUu[c]rison Uu 100% lorsque le traitement est efficace et quand sa durUu[c]e est suffisante. Tout dUu[c]pend aussi de la charge de la bactUu[c]rie. Si elle est faible, sa pUu[c]riode dae1/4aoincubation peut prendre un temps important et donc les symptUuA[sup.3]mes seront inexistants. Cela dUu[c]pend aussi de lae1/4aoUu[c]tat de santUu[c] du sujet. Les enfants, les personnes UuAogUu[c]es et ceux souffrant de pathologies associUu[c]es supportent mal le virus en gUu[c]nUu[c]ral. Par contre, dae1/4aoautres rUu[c]agissent aux antibiotiques administrUu[c]s pour les intoxications alimentaires. Il y a lieu de prUu[c]ciser quae1/4aoil faut Uu[c]viter tout contact avec le malade, car il est contaminant. Cependant, au dUu[c]but de son infection, mUuo"me si le porteur ne prUu[c]sente aucun symptUuA[sup.3]me (cae1/4aoest-Uu-dire le germe est dans son intestin, mais il le supporte bien), il peut prUu[c]senter un danger pour son entourage.

Comment se fait la contamination dae1/4aohomme Uu homme?

Le plus souvent Uu travers les mains. Un porteur de parasite qui ne se lave pas les mains est un risque, car il sUuA me les parasites dans les poignets de porte, les robinetsae1/4A* Le malade a des diarrhUu[c]es profuses, des vomissements aigus et cela contamine Uu[c]galement son environnement et ses proches. Cae1/4aoest pour cela que lae1/4aoUu[c]pidUu[c]mie a Uu[c]tUu[c] dUu[c]clarUu[c]e familiale au dUu[c]part. Trois familles en ont Uu[c]tUu[c] infectUu[c]es. AprUuA s leur hospitalisation, la maladie sae1/4aoest propagUu[c]e. Le virus prolifUuA re rapidement dans la sueur, notamment via les mains moites. La sueur est un milieu de culture pour le vibrion cholUu[c]rique. Cae1/4aoest pour cela quae1/4aoil faut se laver les mains plusieurs fois par jour et Uu[c]viter les embrassades.

En Uu[c]voquant la source, quelle est la piste privilUu[c]giUu[c]e?

Le vibrion cholUu[c]rique vit dans un milieu aquatique. Cae1/4aoest une maladie Uu transmission hydrique par excellence. Cae1/4aoest-Uu-dire lae1/4aoeau contaminUu[c]e par les selles du patient, parce que le germe vit dans lae1/4aointestin du malade. Quand il va aux toilettes, il va contaminer le milieu extUu[c]rieur qui va ruisseler parfois dans le bassin dae1/4aoune source. Dae1/4aoailleurs, nos recherches ont focalisUu[c] sur le milieu aquatique qui serait susceptible de contenir le virus. Il y avait plusieurs pistes. Nous avons Uu[c]liminUu[c] la piste dae1/4aoeau potable, car si cae1/4aoUu[c]tait le cas, le nombre de victimes aurait Uu[c]tUu[c] plus important. Les gens ont boudUu[c] la pastUuA que, mais cette piste a Uu[c]tUu[c] Uu[c]galement Uu[c]cartUu[c]e.

Mais concernant justement cette derniUuA re piste, le communiquUu[c] publiUu[c] par lae1/4aoIPA suspectait une contamination des fruits et lUu[c]gumes par le virus...

Nous avons bien prUu[c]cisUu[c] que les fruits et lUu[c]gumes pourraient Uuo"tre une source de contamination sae1/4aoils Uu[c]taient arrosUu[c]s avec des eaux souillUu[c]es dae1/4aoexcrUu[c]ments dae1/4aoun malade et sae1/4aoils sont consommUu[c]s crus et rapidement. La dUu[c]claration a Uu[c]tUu[c] mal interprUu[c]tUu[c]e. Lae1/4aoInstitut Pasteur a identifiUu[c] la piste dae1/4aoeau souillUu[c]e, mais nous nae1/4aoavons pas Uu[c]cartUu[c] les autres pistes. Cae1/4aoest pour cela que nous avons analysUu[c] un Uu[c]chantillon de pastUuA que pris dae1/4aoune localitUu[c] oUua il y avait plusieurs cas. Le rUu[c]sultat Uu[c]tait nUu[c]gatif.

Il faut retenir que le vibrion cholUu[c]rique ne vit pas Uu lae1/4aointUu[c]rieur de la pastUuA que, mUuo"me si elle irriguUu[c]e avec des eaux usUu[c]es. Cependant, le fait dae1/4aoarroser les produits agricoles avec des eaux usUu[c]es est un crime quae1/4aoil faut punir, car ces eaux ne vUu[c]hiculent pas uniquement des germes, mais dae1/4aoautres substances trUuA s toxiques pour lae1/4aohomme. Les dUu[c]cisions prises par le gouvernement Uu[c]taient donc trUuA s opportunes.

Les mesures prises dans pareille situation ont-elles Uu[c]tUu[c] adUu[c]quates?

Il fallait casser le cycle de transmission de la maladie trUuA s vite pour Uu[c]viter sa propagation. Actuellement, la situation est totalement maUuAtrisUu[c]e. Le nombre dae1/4aoadmissions est actuellement faible. Je profite de lae1/4aooccasion pour dire que le sujet une fois guUu[c]ri devient normal et ne prUu[c]sente aucun danger. Je ne vois pas pourquoi la famille qui a Uu[c]tUu[c] traitUu[c]e pour cette maladie est devenue Uo[beaucoup moins que]pestifUu[c]rUu[c]eUo[beaucoup plus grand que] dans sa localitUu[c]. Elle ne reprUu[c]sente aucun danger.

Est-ce que lae1/4aoInstitut est dotUu[c] de tous les moyens pour alerter sur ce genre dae1/4aoUu[c]pidUu[c]mie?

En matiUuA re de diagnostic, oui. Car la mission de lae1/4aoInstitut est de recevoir les prUu[c]lUuA vements, les traiter, les analyser, afin de rendre les rUu[c]sultats et voir quelle serait la source de contamination. Il y a un autre travail plus approfondi, qui est celui dae1/4aoanalyser ces souches qui ont Uu[c]tUu[c] isolUu[c]es pour travailler sur le plan gUu[c]nUu[c]tique. Cae1/4aoest une recherche liUu[c]e Uu la circulation du germe, prise en charge, une fois que lae1/4aoUu[c]pidUu[c]mie est maUuAtrisUu[c]e. Cela nUu[c]cessite des moyens plus sophistiquUu[c]s et des techniques dae1/4aoanalyses sensibles. Maintenant, le plus urgent est de dUu[c]pister de maniUuA re prUu[c]coce la maladie. Dans ce cadre, nous allons acquUu[c]rir des tests rapides qui pourraient dUu[c]celer la pathologie chez un sujet prUu[c]sentant des symptUuA[sup.3]mes en 15 minutes, aprUuA s rUu[c]ception du prUu[c]lUuA vement.

La mUu[c]thode classique demandait plus de temps?

Elle peut se faire en 24, voire 48 heures. En fait, avec le test rapide, on peut dUu[c]tecter si le patient est contaminUu[c], mais la souche est par la suite isolUu[c]e, pour tester sa sensibilitUu[c] aux antibiotiques. On donne dUu[c]jUu un traitement, mais si le virus mute ou rUu[c]siste aux mUu[c]dicaments administrUu[c]s, un traitement adUu[c]quat est prescrit.

La cellule de crise a-t-elle Uu[c]tUu[c] installUu[c]e Uu temps?

Au lendemain de lae1/4aoapparition des cas suspects, la commission des maladies Uu transmission hydrique a Uu[c]tUu[c] rUu[c]activUu[c]e au niveau des wilayas concernUu[c]es : Alger, Bouira, Blida et Tipasa. Il y a des rUu[c]unions rUu[c]guliUuA res qui se tiennent, en fonction de lae1/4aoUu[c]volution des cas de lae1/4aoUu[c]pidUu[c]miologie de la maladie, mais Uu[c]galement pour la mise en UN"uvre des mesures prUu[c]conisUu[c]es par le ministUuA re de la SantUu[c]. Outre ce comitUu[c], une commission ad hoc a Uu[c]tUu[c] constituUu[c]e entre le ministUuA re de la SantUu[c] et celui des Ressources en eau, pour prospecter tous les points dae1/4aoeau non contrUuA[sup.3]lUu[c]s susceptibles dae1/4aoUuo"tre contaminUu[c]s par les germes fUu[c]caux ou par les vibrions. Cette commission est constituUu[c]e des Uu[c]quipes de lae1/4aoIPA, des ressources en eau et de lae1/4aoAlgUu[c]rienne des eaux. Les prUu[c]lUuA vements se font de faUuA*on parallUuA le et les analyses de maniUuA re collUu[c]giale, sur place, et ce, pour voir le taux de chlore et prendre les mesures nUu[c]cessaires. Toutefois, on ne peut pas condamner une source naturelle utilisUu[c]e pendant plus de cent ans et en mUuo"me temps on ne peut pas la traiter. Nous conseillons les consommateurs de rajouter quelques gouttes dae1/4aoeau de Javel ou de la faire bouillir. Lae1/4aoeau qui provient des sources mal entretenues peuvent Uuo"tre utilisUu[c]e Uu dae1/4aoautres fins. Lae1/4aoeau de source dae1/4aoAhmeur El AUuin prUu[c]sentait un danger. Nous avons dUu[c]tectUu[c] des virus aussi bien dans le bassin que dans la source, voire mUuo"me dans lae1/4aoenvironnement.

Donc, il y a manque de vigilance...

Absolument. Le contrUuA[sup.3]le des points dae1/4aoeau doit se faire de maniUuA re rUu[c]guliUuA re. Le cholUu[c]ra nae1/4aoest pas un problUuA me liUu[c] au ministUuA re de la SantUu[c], mais cae1/4aoest un problUuA me intersectoriel. Et du moment quae1/4aoil est de source hydrique, le ministUuA re des Ressources en eau doit jouer un rUuA[sup.3]le important. Le citoyen est, par ailleurs, responsable en partie car il contribue Uu la dUu[c]gradation de son environnement et crUu[c]e des conditions propices Uu la rUu[c]Uu[c]mergence dae1/4aoune maladie rUu[c]volue.

Entretien rUu[c]alisUu[c] par Samira Azzegag

[c] 2018 Sud-Horizons Provided by SyndiGate Media Inc. ( Syndigate.info ).
COPYRIGHT 2018 SyndiGate Media Inc.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2018 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Horizons (Algiers, Algeria)
Date:Sep 7, 2018
Words:2290
Previous Article:Les risques de tsunamis favorises par la fonte des glaces.
Next Article:La bonne direction.
Topics:

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters