Printer Friendly

Le corps et le grotesque dans les celebrations populaires.

Eecrit par Fouad Azarual et Mohamed Moukhlis* L es celebrations populaires amazighes poussent le corps au plus grand degre d'etrangete et de ridicule, a travers la defiguration qui mele l'animalier, entre ce qui releve des plantes, de l'humain, des membres et ce qui s'en detache, en deformant sa forme exterieure, via les habits, le comportement et l'expression par le geste, la simulation et d'autres procedes. Le corps use du masque - de differents types et dimensions - pour changer d'aspect ou pour creer une forme differente, etrangere qui produit l'horreur et le rire en meme temps. Il utilise, pour cela, des techniques multiples dont le surnom, l'emphase et la dissimulation. a) Le moule Parmi les techniques importantes utilisees lors de l'operation de travestissement et de deformation au cours des celebrations populaires, figure le moule, considere par Bakhtine comme le pilier du carnaval. Abdellah Hammoudi affirme, a propos du festival Bouyilmawn : [beaucoup moins que]L'homme se denude entierement et ne garde qu'un calecon. Il est oblige de porter ces peaux non lavees et non propres sur sa chair, a commencer par celle qui jouera le role de [beaucoup moins que]pantalon[beaucoup plus grand que]-Les testicules et la ceinture de l'animal sacrifie sont mis au derriere. Cette posture est liee au fait que tout est a l'envers. [beaucoup moins que]Ils lui font tout de travers[beaucoup plus grand que], nous explique t-on. De meme au festival d'Imaachar, l'on porte de travers [beaucoup moins que]les habits, le devant est derriere, la face est au dos, le bas est en haut[beaucoup plus grand que]. b) L'exageration Plusieurs celebrations amazighes exposent une grande defiguration des membres corporels, particulierement les membres sexuels, comparable au convoi dionysossien relatif aux rites de fertilite. Elles se focalisent sur l'exageration de l'aspect des membres dont la defiguration est amplifiee par leur volume et leur aspect, des qu'ils entrent en mouvement. Dans le festival d'Imaachar, l'on [beaucoup moins que]plie les habits dont on s'est accoutre au niveau du ventre et du derriere-de telle sorte que ces parties du corps apparaissent gonflees et exagerees. Le ventre se gonfle et retombe sur la ceinture qui le renforce. Ces parties du corps sont mises en relief. Le derriere l'est de maniere exageree. Il attire et plait si la personne se met a danser, individuellement ou de facon collective[beaucoup plus grand que]. Quant a la supercherie de Bouyilmawn, un des acteurs met un pantalon [beaucoup moins que]en cire, jaune et brillant qui depasse en volume son corps, avance en glissant par terre et donnant l'impression de marcher dans un sac[beaucoup plus grand que]. c)- fragmentation Le travestissement chez plusieurs acteurs dans les celebrations amazighes repose sur la fragmentation du corps et sa decomposition, en plus d'en donner une image desintegree et decomposee qui semble conferer une autonomie aux membres, un corps charge de [beaucoup moins que]significations de decomposition, de dexterite, de celerite et de mouvement[beaucoup plus grand que]. Au festival Berkachou, le corps de l'acteur principal est entierement couvert de feuilles de palmier, [beaucoup moins que]de tissus semblables a un tissage epure, existant entre les ecailles du palmier mal cueilli et asseche auparavant, longuement sous la chaleur du soleil-(et) une longue ceinture debordante entourant le bas ventre, de telle facon que les organes sexuels soient visibles[beaucoup plus grand que]. Et dans la celebration [beaucoup moins que]Bachikh[beaucoup plus grand que] dans le Rif, certains acteurs lacent -des moutons sur leurs mains, de maniere a ce qu'elles se meuvent et bougent de facon autonome par rapport au corps. Ils en reprennent le controle, de temps a autre, quand ils ont besoin de toucher un enfant, une personne ou pour les utiliser comme moyen de defense contre les spectateurs ou contre d'autres acteurs. *(Chercheurs a l'IRCAM)

Copyright Casanet 2016. All rights reserved. Provided by SyndiGate Media Inc. ( Syndigate.info ).
COPYRIGHT 2016 SyndiGate Media Inc.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2016 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Al Bayane (Al Dar Al Bayda', Morocco)
Date:Apr 6, 2016
Words:645
Previous Article:Les coutures amazighes a l'honneur a Nador.
Next Article:Tennis : Le GP Hassan II retrouve ses gros calibres a Marrackech.

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters