Printer Friendly

Le Souss : une operation non sans douleur.

Regions Eecrit par Saoudi El Amalki O n reviendra, encore une fois, sur cette operation titanesque qui consistait a lutter contre le logement irregulier. Une manœuvre qui avait ete menee dans la peine, apres plus de quatre decennies de laxisme, de complicite et d'insouciance. A l'instar de nombre de villes du Royaume, Agadir avait ete le theatre d'operations d'envergure de demolition des constructions illicites et non reglementaires. Environ 5000 habitations et locaux commerciaux avaient ete detruits, en quelques semaines, a coups de bulldozers dans plusieurs quartiers de la ville, mais aussi dans des communes rurales avoisinantes. Il fallait amorcer cette operation avec beaucoup d'audace, car depuis longtemps, les agents de l'Autorite, les elus, les speculateurs et mafias de l'immobilier mettaient la main dans la main pour convertir la region en espace d'enrichissement aux depens des misereux, sans scrupule. Apres les destructions massives et sans repit, place a la rehabilitation des victimes dans leurs droits et a la sanction des contrevenants. Les fameux piemonts qui etaient la cible de destructions intensives, font aujourd'hui l'objet d'une restructuration dans la concertation, meme si elle met beaucoup de temps a se denouer dans sa globalite. On est parvenu, quand meme, a liberer le domaine public et a stopper l'hemorragie qui sevissait dans ces lieux anarchiques, pendant longtemps. En effet, des rassemblements se sont amorces, auxquels prenaient part, les autorites locales, toutes composantes confondues, les services de l'agence urbaine, l'inspection regionale de l'habitat, la societe Al Omrane, les elus et les associations des douars piemontais : Ait Taoukt, Ait Mouden, Ighil Ouderdour, Hlaga, Imounsis. Cette campagne d'assainissement qui a necessite, en fait, des mois de travail laborieux a pu eviter de porter prejudice a l'esthetique de la cite et a l'enfoncer davantage dans la debandade. Cette action fugace, en fin de compte, s'est accomplie dans le respect des dispositions de la loi a l'encontre de tous les contrevenants, sans tenir compte de leur fonction dans la hierarchie de l'Etat ou leur statut social. Cette lutte acharnee continue, effectivement, a poursuivre ces mafieux qui n'ont fait que [beaucoup moins que]vendre [beaucoup plus grand que] les mirages aux victimes et verser dans le mercantilisme immoral. Ces demarches hardies ont suscite un sentiment d'approbation dans les multiples milieux de la ville, du fait que ces operations visaient la sauvegarde des vies humaines et des biens publics. Comment agir si, par malheur, les lits des oueds ou se sont erigees des habitations devalent en crue ou encore les zones sismiques eclataient en epicentre ? Nul ne tolerera garder en conscience des ames sous les affres des calamites naturelles. On n'en supportera nullement le repentir, devant une telle situation dramatique. Pourquoi maintenant et non pas avant que cela ne degenere, pourrait retorquer tout un chacun ? Depuis deja longtemps, les autorites locales, en collaboration avec toutes les parties concernees ont pris a bras le corps ce brulant dossier et provoque des reunions en compagnie de tous les intervenants en presence, y compris souvent le pouvoir judiciaire a qui revient le mot du verdict afin de juguler cette problematique qui sevissait progressivement. Des bonnets du foncier se sont acharnes a enfreindre les lois en vigueur en rebatissant des constructions et causant la proliferation des habitations illegales. L'Autorite est intervenue avec rigueur pour empecher ces transgressions en obstruant les acces aux camions qui alimentaient dans la clandestinite ces infractions en materiaux et en amorcant une large operation de nettoyage, en depit des ripostes farouches des populations en proie a la machination speculative. Il convient pareillement de preciser que les autorites, en coordination avec les services concernes, se sont empressees pour mettre sur pieds de nouvelles mesures de rehabilitation et d'indemnisation des victimes. A cet egard, il est question de lancer, dans un delai opportun, d'une mise en place de restructuration des piemonts et d'implantation de lotissement pour les citoyens a revenu limite. Il s'agit, en fait, du projet social [beaucoup moins que]Al Wiam[beaucoup plus grand que], a hauteur de 140 000 dhs l'unite de 64 m2, de 1992 lots, sur 52 ha. Plusieurs infrastructures de base y seront incorporees dans le perimetre urbain de la ville, notamment la connexion du reseau routier avec le quartier Mohammedi, l'approvisionnement en electricite, eau potable et assainissement, ainsi que d'autres equipements a caractere administratif et social, tel une maison du quartier, terrain de sport, espace vert-, pour une enveloppe budgetaire s'elevant a 200 millions de dhs. Cette mesure lancee a l'assistance composee, a chaque fois de representants victimes des demolitions des logements illegaux, a ete suivie d'autres demarches des services exterieurs concernes, expliquant la teneur de ce projet de restitution des populations des piemonts d'Agadir.

Copyright Casanet 2016. All rights reserved. Provided by SyndiGate Media Inc. ( Syndigate.info ).
COPYRIGHT 2016 SyndiGate Media Inc.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2016 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Al Bayane (Al Dar Al Bayda', Morocco)
Date:Feb 2, 2016
Words:784
Previous Article:Doit-on craindre Zika ?
Next Article:Espaces Saada confirma la resistance du logement social.

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters