Printer Friendly

Le Premier ministre guineen annonce l'ouverture prochaine de consultations sur la Constitution.

Moins d'une semaine apres avoir ete designe par le president Alpha Conde pour engager des discussions avec les acteurs sociopolitiques du pays, dans la perspective d'un referendum pour une nouvelle Constitution, le Premier ministre, Dr. Ibrahima Kassory Fofana, a annonce, lundi soir, dans un message radiodiffuse, des consultations dont il n'a pas precise la date.

Chacun des invites recevra dans les heures a venir sa lettre d'invitation, a-t-il indique, appelant tous a saisir l'occasion qui leur est ainsi offerte de partager leurs avis et positions sur toutes les questions d'interet national.

"Je tiens a preciser que ma mission n'est pas d'engager des negociations ou de conduire un dialogue a proprement parler, mais d'etre un interface entre les acteurs de la vie nationale et le chef de l'Etat pour apprehender les grandes tendances de l'opinion publique et avoir ainsi une bonne lecture des differentes attentes", a-t-il affirme.

"En m'assignant la mission d'engager ces consultations, le president de la Republique voudrait que chacun se fasse entendre et que nul ne soit exclu du processus de la prise de decisions", a-t-il precise.

Pour le chef de l'Etat guineen, comme pour tout democrate, toute decision qui engage la vie de la Nation et determine son avenir doit necessairement tenir compte de la volonte et des aspirations du peuple dans toute sa diversite.

Il a assure qu'il n'avait pas de prejuges, ni des positions figees ou personnelles a faire valoir.

"Mon but, a-t-il dit, ne sera pas non plus d'imposer des choix, ou de negocier ou d'annoncer des decisions deja arretees"

"Mon but ne sera pas non plus, de partager des positions ou des convictions personnelles, d'orienter ou d'influencer les opinions ou les prises de position des differents acteurs a consulter", a-t-il rassure.

Le president Conde avait declare, mercredi dernier, dans un message a la Nation qu'il etait devenu necessaire et indispensable d'ouvrir des consultations avec tous les acteurs sociopolitiques, afin que chacun donne librement son avis sur toutes les questions d'interet national.

Quelques heures apres le message du chef de l'Etat, l'opposant Amadou Oury Bah, avait, au cours d'un entretien avec la PANA, invite les acteurs socio-politiques du pays a accorder leurs violons et a parler d'une meme et seule voix dans la perspective de la consultation nationale.

L'ancien ministre de la Reconciliation nationale sous le defunt president Lansana Conte, avait dit que les acteurs majeurs devaient s'unir pour se pencher sur la facon d'organiser leur prochaine rencontre avec le chef du gouvernement, afin d'eviter des confusions.

A cet egard, il avait exhorte le Premier ministre a organiser une concertation inclusive, portant sur la Constitution.

"Un debat responsable, structure, methodiquement planifie par une identification precise des intervenants, jouissant d'une reelle legitimite est necessaire", avait-il suggere.

Membre du Front national pour la defense de la Constitution (FNDC), l'opposant prend ainsi le contre-pied de la position de cette structure qui a immediatement rejete dans une declaration la proposition d'une concertation nationale sur la Constitution.

Depuis plusieurs mois, les heurts, souvent violents et meurtriers, se produisent entre defenseurs et pourfendeurs d'une nouvelle Constitution.

L'Article 27 de la Constitution guineenne rappelle que le president de la Republique est elu au suffrage universel direct ; la duree de son mandat est de cinq ans, renouvelable une fois. En aucun cas, nul ne peut exercer plus de deux mandats consecutifs.

Et l'article 152 souligne que l'initiative de la revision de la Constitution appartient concurremment au president de la Republique et aux deputes. Pour etre pris en consideration, le projet ou la proposition de revision est adopte par l'Assemblee nationale, a la majorite simple de ses membres.
COPYRIGHT 2019 Infos Plus Gabon
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2019 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Infos Plus Gabon
Date:Sep 10, 2019
Words:741
Previous Article:Le Conseil des droits de l'homme de l'Onu invite a poursuivre l'enquete sur le Burundi.
Next Article:Le parti au pouvoir en Afrique du Sud condamne les violences xenophobes.

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters