Printer Friendly

La secularisation dans le discours public de L'Eglise Orthodoxe Roumaine sur l'integration de la Roumanie dans l'Union europeenne.

The secularization in the Romanian Orthodox Church public discourse about Romania's integration into the European Union

La theorie classique de la secularisation avait souligne une relation incommode ou meme contradictoire entre la religion et la modernite, qui a determine, selon certains auteurs, << l'omission volontaire >> de la religion comme dimension significative dans l'analyse des relations internationales. Neanmoins, une quantite considerable d'etudes ont plaide pour la besoin de nuancer, (re)formuler, (re)structurer la theorie classique, en proposant en meme temps la << restauration >> de la religion comme partie composante des paradigmes des relations internationales. (1)

La litterature qui s'occupe de la presence de l'Eglise Orthodoxe Roumaine (EOR) dans l'espace public post-communiste a comme caracteristiques: la precarite des travails de synthese qui peuvent identifier la dynamique des evolutions connues par l'EOR comme institution apres 1989 (2), la polarisation quelquefois excessive, avec des effets nuisibles sur les resultats constructives d'un eventuel << debat >>, (3) le recouvrement deficitaire de certains sujets comme la religiosite de la societe roumaine, la doctrine/ << theologie sociale >>, (4) l'oecumenisme. (5) La position de l'EOR concernant les evolutions sociales, politiques et culturelles liees a l'adhesion et l'integration europeenne de la Roumanie occupe une place marginale parmi les sujets preferes des chercheurs laiques. Lavinia Stan et Lucian Turcescu proposent comme element definitoire << la division generationnelle >> entre les << conservateurs >> et les << reformateurs >> de l'hierarchie, (6) pendant que Gabriel Andreescu identifie dans le << fondamentalisme >> de l'institution le principal obstacle pour un << role positif >> de l'EOR dans l'integration europeenne. (7) Sur l'autre versant on trouve les etudes qui essaient attenuer << l'euro--scepticisme >> (8) dont parlent les auteurs mentionnes ci-dessus.

La relation entre modernite et religiosite dans la societe roumaine n'est serieusement traitee que vers la deuxieme moitie des annees 2000. Surtout, la quantite reduite d'etudes, soit-elles philosophiques, historiques ou sociologiques, manque une coherence meme interdisciplinaire qui rendre difficile la coagulation d'un eventuel debat. (9)

On se propose dans les pages suivantes a presenter la maniere dans laquelle un acteur religieux, l'EOR construit son discours concernant un theme sur lequel se sont exprime pendant la periode post-communiste bien des voix de l'espace public: l'integration de la Roumanie dans l'Union europeenne. Toutefois, la demarche n'aspire pas a couvrir tous les aspects du discours public de l'EOR concernant le theme mentionne, mais une partie bien delimitee: la secularisation. (10) Sans absolutiser l'importance du sujet choisi pour le dechiffrage de la position plus large de l'EOR sur l'integration, (11) je le considere le plus approprie a prendre comme point de depart pour deux raisons: il s'agit de la contribution qu'il a, d'une part sur la (auto)definition de l'institution religieuse et de son role dans l'espace public, et d'autre part sur la description de ce qu'on appelle << les autres >>, c'est-a-dire les voix concurrents de l'espace public (les acteurs religieux et/ou non-religieux).

Comme hypothese de travail j'essayerai de verifier si le discours public de l'EOR emploie un des elements frequemment utilises par les chercheurs occidentaux pour expliquer les differences en ce qui concerne la religiosite de deux parties du continent europeen: le clivage, soit-il culturel, (12) socio--economique, socio--politique ou en ce qui concerne la relation Etat--Eglise. (13) Mon analyse serra centree sur la decomposition du clivage socio-economique dans le discours de l'EOR concernant la secularisation.

La methode d'investigation sur laquelle j'appuie mon etude c'est l'analyse de discours ayant comme point de depart en ce qui concerne la vision et les concepts les idees de l'ecole francaise d'analyse de discours. (14) Les concepts qui ont un role organisateur dans ma recherche proposent une de--composition de ce qu'on appelle dans la litterature << la scene enonciative >>, c'est-a-dire une unite spatiale, temporelle ou thematique de la prononciation/publication du discours: (15) la relation locuteur (16)-- communaute discursive, (17) la chronographie et la topographie discursives. (18)

Comme sources principales j'ai utilise la revue officielle de la Patriarchie Roumaine, Biserica Ortodoxa Romana (L'Eglise Orthodoxe Roumaine), le journal Lumina (La Lumiere), les revues officielles des certaines centres metropolitaines.

Bien qu'il existent des voix (locuteurs) qui ont des positions differentes par comparaison au << noyau dur >> du discours de l'EOR, on ne peut pas parler de dissidences ou de contradictions mais plutot des nuances parce que les differences n'ont pas un effet d'erosion sur la consistance de la communaute comme emettrice/creatrice du discours. Malgre que j'emploie les syntagmes << discours officiel >> et << discours individuel >> presque toujours les textes de la deuxieme categorie sont que des variantes attenues ou exageres de la premiere. On peut trouver une possible explication de la manque des dissidences dans la maniere de structuration interne de l'autorite et implicitement dans l'existence des canons qui organisent en meme temps le message et les relations intracommunautaires. (19) Ainsi, le locuteur qui reconnait une relation d'identification avec l'orthodoxie accepte implicitement l'identification avec les dogmes; il s'agit donc pour la variete intracommunautaire du discours d'un modele central et des repliques qui reproduisent l'original.

En ce qui concerne les locuteurs choisis pour l'analyse j'ai utilise comme criteres la position d'autorite dans la communaute discursive, la vocalite et la relevance du message, la permissivite du discours. Prenant comme point de depart l'organisation interne de l'EOR je considererai << discours officiel >> tout texte/declaration qui appartient au Saint Synode de l'EOR (20) et aux patriarches (21) de la periode post-communiste. Pour illustrer certaines aspects des discours individuels je prendrai comme exemples les cas des prelats (Bartolomeu Anania, Nicolae Corneanu, Daniel Ciobotea) et des theologiens (Radu Preda, Dumitru Popescu, Nicolae Achimescu).

Sur les coordonnees chronographiques on peut distinguer trois periodes particulierement liees a la frequence mais aussi a l'intensite du sujet dans les prises de position publiques des representants de l'EOR. Pendant la premiere partie des annees 1990, la secularisation n'a qu'une position marginale par comparaison au << proselytisme des sectes >> et aux relations tendues/incertaines avec l'Eglise Roumaine Unie (Greco Catholique). La deuxieme etape, sans avoir neanmoins une extension generalisee (il s'agit plutot du discours de l'hierarchie et moins de celui des theologiens), comprend la fin des annees 1990 jusqu'a l'adhesion de la Roumanie a l'Union europeenne et on peut la caracteriser par la tendance de << metonimiser >> la realite par le discours. La derniere etape, les premieres annees post-adhesion, presente la secularisation comme theme decor et jamais avec de centralite.

Du point de vu de la topographie, les classifications ne fonctionnent, c'est-a-dire il n'existent pas de differences significatives parmi les locuteurs selon le lieu d'emission du discours. La dimension spatiale reste toutefois importante par le role de metaphore organisatrice du message. Il s'agit de la construction et de la conservation par le discours d'une topographie fondee sur le clivage Europe--Roumanie.

En utilisant comme methode d'analyse l'approche comparative on peut observer, dans le graphique annexe, la frequence pendant les annees 1990-1995, dans la revue officielle de la Patriarchie Roumaine (Biserica Ortodoxa Romana) de trois themes: les relations entre l'EOR et l'ERU, le proselytisme des sectes et la secularisation. On peut observer le fait que les deux premieres themes presentent une tendance decroissante vers la fin de la periode analysee, pendant que la secularisation connait une situation inverse, restant toujours reduite du point de vue quantitative et qualitative par comparaison au sujet des relations EOR--ERU. Le rapport disproportionne entre les themes peut etre explique par l'evocation du contexte socio--politique qui a caracterise la premiere partie de la periode de transition post--communiste, lie sans doute a la maniere dans laquelle la communaute discursive avait percu ses effets sur l'EOR. Il s'agit en effet d'un effort de << mesurer >>/ << evaluer >> le niveau d'insecurite implique par les situations que chaque theme decrit; c'est-a-dire l'apparition dans le paysage religieux roumain des nouveaux acteurs et la legalisation de l'ERU sont des aspects plus pressantes que la secularisation de la societe qui reste (dans le discours de l'EOR) pour la periode 1990-1995 un phenomene specifique de l'Europe Occidentale. (22) On peut faire ainsi une analogie avec le discours sociologique occidental sur la secularisation. Detlef Pollack et Gert Pickel (les auteurs que j'ai pris comme exemples) expliquent la religiosite elevee de certaines societes de l'Europe de l'Est en appelant la manque des conditions socio-economique determinantes pour l'evolution de la secularisation dans l'Europe Occidentale. (23) La question de la validite des affirmations des auteurs mentionnes n'est pas le but de mon analyse, qui les emploie seulement pour definir le concept operationnel de << clivage socio-economique >>. En ce qui concerne la communaute discursive l'EOR, l'explication du clivage appelle les memes arguments: la societe roumaine n'accomplit pas les conditions pour la secularisation, un phenomene associe avec des elements specifiques de la societe occidentale comme << le progres et la modernite >>, << la prosperite >>. (24)

Le discours de l'EOR sur la secularisation pendant la premiere partie des annees 1990 utilise une comparaison entre les images de deux entites spatiales: l'Europe Occidentale et la Roumanie. Les deux images ne semblent pas etre le resultat d'une construction volontaire, mais des perceptions des emetteurs du discours sur les realites decrites, c'est-a-dire il s'agit des constructions involontaires. Mais sans tenir compte de facteurs responsables pour la construction des representations, les effets restent les memes: l'etiquetage et, derivee de cela, la construction des cliches.

Par l'etiquetage je comprend une forme/un mecanisme de decrire la realite, qui n'etablit pas une rapport de dependence avec cela, mais qui implique un effort d'assumer des elements reels et de les (re)assembler selon l'utilite reservee aux resultats. De la meme maniere, je considere la construction des cliches une action de combiner les etiquettes pour obtenir des images plus amples.

Dans le cas analyse on peut identifier deux etiquettes: << la societe roumaine (encore) religieuse >> et << la societe occidentale secularisee >>, reunies dans un cliche superpose sur le clivage susmentionne. Il s'agit donc d'un message d'avertissement sur le danger qui peut representer pour la religiosite roumaine le contact avec les elements de la societe occidentale. L'enjeu n'est seulement l'avertissement, mais de maniere complementaire, la creation d'un espace de securite pour le croyant: la communaute orthodoxe devient une alternative possible pour le modele de societe proposee par l'Occident. (25)

La perception du discours compte, sans doute, sur la legitimite que le destinataire discursif reconnait a l'emetteur. En ce qui concerne l'EOR, la question de la legitimite peut etre liee au niveau eleve de confiance que les Roumains declarent relatif a l'institution de l'Eglise. (26) En meme temps le sujet doit etre analyse en correlation avec les deux autres themes qui ont fait l'objet de la comparaison proposee par le graphique annexe: la liberalisation du marche religieux et la secularisation representent pour la communaute discursive des potentiels facteurs avec un effet d'erosion sur la legitimite.

La deuxieme etape connue par l'evolution du discours de l'EOR sur la secularisation est caracterisee par la tendance d'employer la metonymie, c'est-a-dire de remplacer le concept de << secularisation >> avec des expressions qui designent les effets et pas le processus. Le locuteur que j'ai choisi pour l'exemplification est en ce cas le patriarche Teoctist. Comme sources j'ai utilise principalement les lettres pastorales de la derniere periode de son patriarcat, 1996-2007.

Generalement, les expressions emploiees par le locuteur analyse varient entre la designation d'un ou plusieurs effets et l'utilisation des syntagmes qui expriment une relation de synonymie avec le contenu du concept de secularisation. (27)

La fonctionnalite de la metonymie couvre deux possible significations: d'une part a le role d'augmenter le niveau d'expressivite du discours, et d'autre part de fixer une certaine vision sur le contenu du concept remplace (<< la secularisation >>).

La necessite d'augmenter l'expressivite du discours est determinee par le type de destinataire discursif; l'utilisation du concept sans au moins le doubler avec des syntagmes qui le traduisent n'accomplit pas le but du discours, qui reste le meme: l'avertissement des croyants sur le danger de la secularisation/occidentalisation. (28) La traduction devient obligatoire parce que pour la plupart des recepteurs le concept de << secularisation >> ne dit presque rien. C'est-a-dire, les metonymies ont la fonction de creer dans la structure mentale du destinataire discursif des ancres pour attacher des certaines significations du concept.

Un autre effet de l'intrument semantique decrit est celui de disseminer et de fixer une certaine vision sur les termes << traduits >>. Ainsi, la secularisation est assimilee par le destinataire discursif seulement dans la forme donnee par le locuteur/ << traducteur >>; il s'agit donc d'un effort d'eviter la liberte de perception et assimilation du concept. Plus, l'association jusqu'au remplacement de la secularisation avec des certaines expressions entraine finalement la construction des etiquettes: la secularisation est << la deconcertante transformation de notre societe >>. De la meme maniere, revient le sujet de la legitimite: l'EOR assume le role d'autorite capable a etablir ce que et comment est la secularisation.

La derniere etape identifiee dans l'evolution du discours de l'EOR est caracterisee par la tendance d'utiliser le theme de la secularisation comme leitmotiv. On peut observer cette caracteristique particulierement dans les prises de position du patriarche Daniel, non seulement pendant son patriarcat mais aussi anterieurement. (29) Le theme n'a pas une position centrale dans l'economie du discours, mais sa omnipresence quelle que soit le sujet approche donne a la secularisation le role de decor dans la scene enonciative. Les seules contextes ou les themes centrales sont des elements associe a la secularisation sont les communiques de l'EOR sur l'avortement, la prostitution, la homosexualite, (30) mais dans ce cas s'appliquent les questions deja anlysees concernant la fonction de la metonymie.

Au-dela du discours officiel on peut identifier des positions differentes en ce qui concerne l'intensite et la structuration. L'attitude du metropolite Bartolomeu Anania marche sur les lignes generales du discours officiel, mais propose surtout par la tonalite une accentuation du clivage analyse pour la periode 1990-1995: << la secularisation est le produit specifique de l'Europe dechristianisee >> et << les standards europeens contreviennent a la morale chretienne et a la maniere de vivre du peuple Roumain >>. (31) Si les autres cas/textes cites suggerent le clivage/l'incompatibilite entre la Roumanie et l'Europe Occidentale, le locuteur susmentionne l'emploie comme element structurant pour le discours sur l'integration de la Roumanie dans l'Union europeenne. L'utilisation du clivage comme metaphore structurante du discours n'est pourtant singuliere chez Bartolomeu Anania (32), et a la fonction complementaire d'invalider le cliche Huntingtonien de l'incompatibilite de l'Orthodoxie avec l'Occident: l'Orthodoxie est la chance de l'Europe Occidentale a retrouver la vitalite chretienne. (33)

Vers l'autre << extremite >> on trouve l'attitude de metropolite Nicolae Corneanu, qui, malgre la reprise pendant la premiere partie des annees 1990 du discours officiel, reussit a s'y distancer en reconnaissant l'imminence de la secularisation pour la societe Roumaine. (34)

En reprenant les definitions << occidentales >> de la secularisation, le theologien Dumitru Popescu n'evite pas le cliche du discours officiel en etablisant une connexion directe entre la secularisation et l'integration europeenne. (35) Neanmoins, une difference entre le discours analyse (officiel) et celui des theologiens reste dans une meilleure theorisation du concept, grace au contact avec la litterature occidentale. Un exemple est Nicolae Achimescu, qui dans ses articles du journal Lumina consacre bien des pages pour expliquer le phenomene de la secularisation de l'espace occidental. (36) Ce qui manque reste l'application d'un diagnostic approprie pour la societe Roumaine.

Par comparaison, le discours de l'Eglise Roumaine Unie, Greco--Catholique sur l'integration de la Roumanie dans l'Union Europeenne evoque la question du << secularisme >>, mais sans lui donner la fonction d'illustrer le clivage entre l'Europe Occidentale et la Roumanie: la legalisation de l'avortement et du divorce est plutot le signe d'une division entre les approches chretienne et laique dedans la societe europeenne comme un ensemble, et pas entre l'Occident et la Roumanie. (37) Encore, dans le discours de l'ERU la multiplication du nombre des avortements et des divorces n'est toujours liee a l'integration de la Roumanie dans l'UE, mais premierement au post-communisme. (38) L'idee de la chance que la Roumanie peut representer pour la revitalisation chretienne de l'Europe Occidentale est presente aussi dans le discours public de l'ERU. (39)

Pour conclure on peut affirmer que l'utilisation des cliches a bien des fonctions: avec une incidence sur le destinataire discursif (avertissement, la fixation du contenu du concept et implicitement la creation de l'espace alternatif de securite, la consolidation de la legitimite), avec une incidence sur la communaute discursive (la question de l'autorite intracommunautaire), avec une incidence sur les communates discursives concurrentes (l'invalidation partiale du cliche Huntingtonnien, la consolidation de la legitimite par rapport aux autres voix de l'espace public).

On ne peut pas parler d'une strategie discursive de l'EOR concernant la secularisation. Les instruments semantiques analyses (l'etiquette, le cliche et la metonymie) sont des solutions circonstancielles, situation explicable par l'importance reduite du sujet dans la structure du discours en ce qui concerne la dimension quantitative (la frequence) et en meme temps la dimension qualitative (la coherence et l'argumentation bien articulee).

Une possible explication de la permanence du clivage et des argumentations qu'il entraine est liee a l'affirmation de Michel Foucault sur la syntagme de << porteur de discours >>, (40) c'est-a-dire le renversement des roles entre le discours et l'emetteur/locuteur: c'est le discours qui fait l'action, pas l'individu. Les locuteurs sont eux-memes totalement persuades de la validite du clivage, l'ont completement interiorise qu'ils sont au moins partiellement controles/guides par ses effets.

La secularisation fonctionne dans le discours de l'EOR comme pretexte pour nuancer l'euro--optimisme qui a caracterise l'attitude de la societe Roumaine pendant la periode analysee; le sujet offre en meme temps la possibilite de reprendre et sur certaines aspects de controler le debat concernant la position/le role de la Roumanie et de l'EOR dans l'Union europeenne.

Annexes:

1. Graphique--la frequence pendant les annees 1990-1995, dans la revue officielle de la Patriarchie Roumaine (L'Eglise Orthodoxe Roumaine) de trois themes: les relations entre l'EOR et l'ERU, le proselytisme des sectes et la secularisation.

[GRAFICO OMITIR]

2. Extraites des textes analyses:

<< Il est douloureux que pendant ce fin de siecle et en plein developpement du dialogue theologique, nos bons croyants, les fils de l'Eglise ancestrale depuis presque 2000 ans sont agresses, a cause des actions proselytes, pour abandonner la croyance de leur parents et de leur ancetres. Plus, il est douloureux que les valeurs morales--chretiennes traditionnelles et eternelles de l'Evangile du Christ sont confrontees et souvent remplacees avec les vanites qui empoisonnent l'ame (...). Les peches contre la nature sont legalisees et acceptees comme normales. Le nombre des crimes contre les propres enfants, par l'avortement, connait une multiplication inquietante. Les familles se divisent et les divorces multiplient. >>

(Teoctist Arapasu, "Pastorala a Prea Fericitului Parinte Patriarh Teoctist adresata credinciosilor, cu prilejul Sfintelor Sarbatori ale Invierii Domnului", BOR, no. 1-6, 1994, p. 6)

<< Les tristes realites du monde contemporaine nous montrent le fait que une bonne partie de l'humanite ne suit plus la voie que la naissance du Fils de Dieu avait decouverte, et se laisse, apparemment au nome du progres et de la modernite, attiree et conduite par d'autres conceptions que celles de la Sainte Evangile. La famille est frappee dans sa propre essence, par la promotion et l'encouragement des liaisons contre la nature (...). Les meres abandonnent leurs propres progenitures ou les tuent des leurs ventres. >>

(Teoctist Arapasu, "Hristos--Calea, Adevarul si Viata. Pastorala a Prea Fericitului Parinte Patriarh Teoctist adresata clerului si credinciosilor, cu prilejul Sfintelor Sarbatori ale Nasterii Domnului", in BOR, no. 7-12, 1994, p. 5)

<< Lorsqu'on parle de la Roumanie dans l'Europe, on doit considerer le fait que les deux partenaires sont egalement en convalescence; la Roumanie apres la maladie du communisme pendant que l'Europe dans la maladie du postmodernisme (du secularisme). >>

(Bartolomeu Anania, << Romania si Europa >>, BOR, no.7-12, 1998, p. 80)

<< Les statistiques demographiques montrent le fait que en Europe diminue le nombre des mariages et multiplie le nombre des divorces, plutot en Europe Occidentale (...). Les causes sont nombreuses et complexes: des mutations d'ordre culturel, technique, ideologico--pragmatique accelerent le phenomene de la secularisation comme perte de la dimension sacre de la vie et intensifient la mentalite individualiste exacerbee, mercantile, narcissiste et nihiliste. (...) >> (Daniel Ciobotea, << Familia crestina, speranta Romaniei >>, Candela Moldovei, no. 9, 2001, p. 20)

<< Je crois que le premier et le plus grande defi pour l'Eglise est la secularisation, de la vie personnelle et de la societe, comme si Dieu n'existerait plus. Autrement dit, il s'agit d'une societe qui se construit de plus en plus sans aucune reference au Dieu, aux valeurs religieuses. (...) Elle limite l'existence de l'homme au terrestre et biologique. (...) Nous croyons que la secularisation europeenne et Nord americaine est une question provisoire. (...) Nous ne croyons pas au caractere eternel de la secularisation de type occidental. >>

(Interviul acordat de IPS Daniel, Mitropolitul Moldovei si Bucovinei si Patriarhul ales al Bisericii Ortodoxe Romane domnului Remus Radulescu pentru Radio Romania Actualitati, 13 septembrie 2007",

[http://www.mitropolia.eu/ro/stiri/14/interviul-prea-fericitului- daniel.htm], 10 Decembre 2009)

<< La culture de l'Europe d'aujourd'hui est une culture secularisee. (...) C'etait le debut d'une degringolade interieure, mais personne ne s'en rendait compte; le developpement economique, le niveau de vie et le progres technique ombraient largement l'expansion inquietante de l'indifference interieure. Mais aujourd'hui nous voyons les consequences de ce phenomene generalise. (...) La situation de notre pays est pour le moment tout a fait differente (...). Chez nous le peuple est reste en grande proportion religieux (...). Mais, d'autre part existent aussi des elements communs, parce que chez nous aussi augmente le nombre des personnes interessees aux questions materielles et moins aux aspects spirituels, plus que la culture europeenne secularisee a une influence significative sur la societe Roumaine dans le contexte du processus de l'integration europeenne. >>

(Dumitru Popescu, "Misiunea Bisericii intr-o lume secularizata", [http://www.crestinortodox.ro/editoriale/misiunea-bisericii-intr- lumesecularizata-70068.html], 5 Janvier 2010)

Bibliographie

[1.] Anania, Bartolomeu, (1998), "Romania si Europa", in Biserica Ortodoxa Romana, no. 7-12, 77-81.

[2.] Idem, "Romania post-comunista intr-o Europa post-moderna", [http://www.monitorulcj.ro/cms/site/m_cj/news/romania_post_com unista_intr_o_europa_post_moderna_80712.html], 29 Janvier 2010.

[3.] Andreescu, Gabriel, (2002), "Biserica Ortodoxa Romana ca actor al integrarii europene", [http://www.constiintacritica.ro/upload/documente/doc78.pdf[, 20 Octobre 2008.

[4.] Arapasu, Teoctist, (1994), "Pastorala a Prea Fericitului Parinte Patriarh Teoctist adresata credinciosilor, cu prilejul Sfintelor Sarbatori ale Invierii Domnului", BOR, no. 1-6, 5-9.

[5.] Idem, (1994), "Hristos--Calea, Adevarul si Viata. Pastorala a Prea Fericitului Parinte Patriarh Teoctist adresata clerului si credinciosilor, cu prilejul Sfintelor Sarbatori ale Nasterii Domnului", in BOR, no. 7-12, 4-8.

[6.] Idem, (1995), "Pastorala adresata credinciosilor cu prilejul Sarbatorii Invierii Domnului", BOR, no. 1-6, 3-7.

[7.] Idem, (1996), "Pastorala la Nasterea Domnului", in Biserica Ortodoxa Romana, no. 1-6, 3-7.

[8.] Idem, (1996), "Biserica stramoseasca, cea care ne-a asigurat dainuirea, demnitatea si unitatea de neam", in Biserica Ortodoxa Romana, no. 7-12, 257-259.

[9.] Idem, "Pastorala la Sarbatoarea Invierii Domnului, 2001", [http://www.patriarh.ro/Teoctist/pastorale.php], 23 Mai 2010.

[10.] Idem, "Pastorala la Praznicul Nasterii Domnului, 2002", [http://www.patriarh.ro/Teoctist/pastorale.php], 23 Mai 2010.

[11.] Idem, "Pastorala la Sarbatoarea Nasterii Domnului, 2006", [http://www.patriarh.ro/Teoctist/pastorale.php], 23 Mai 2010.

[12.] Idem, "Pastorala la Sarbatoarea Invierii Domnului, 2007", [http://www.patriarh.ro/Teoctist/pastorale.php], 23 Mai 2010.

[13.] Barometrul de opinie publica. Octombrie 2007, (Gabriel Badescu, Mircea Comsa, Dumitru Sandu, Manuela Stanculescu), Fundatia Soros Romania, [http://www.osf.ro/ro/program_articol.phpaarticol=107], 20 Juin 2009.

[14.] Bizau, Ioan, (2002), Viata in Hristos si maladia secularizarii, Cluj-Napoca: Patmos.

[15.] Carp, Radu, (2007), "Stat, Biserica, cetatean in cautarea unui model european al religiilor", in, Pentru un crestinism al noii Europe, Bucuresti: Humanitas.

[16.] Ciobotea, Daniel, (2001), "Marturie frateasca intr-o lume fragmentata", Candela Moldovei. Buletinul Oficial al Mitropoliei Moldovei si Bucovinei, Iasi, tome X, no. 1, 13-17.

[17.] Idem, (2001), "Familia crestina--speranta Romaniei", Candela Moldovei, tome X, no. 9, pp.20-21.

[18.] Idem, (2002), "Teologia patristica--o teologie pastorala si misionara", Candela Moldovei, tome XI, no. 12, 4-5.

[19.] Conovici, Iuliana, (2009), Ortodoxia in Romania postcomunista. Reconstructia unei identitati publice, Cluj-Napoca: Eikon.

[20.] Corneanu, Nicolae, (1991), "Evaluari oportune", Invierea, tome II, no. 21.

[21.] Idem, (1995), "Misiunea actuala a Ortodoxiei", Invierea, tome IV, no. 7.

[22.] Idem, (1996), "Limitele sfinteniei", Invierea, tome VII, no. 11.

[23.] Crihalmeanu, Florentin, "Pastorala de Craciun", 18 December 2006, [http://www.bru.ro/documente/pastorala-de-craciun-a-psflorentin/], (20.03.2010).

[24.] della Rocca, Roberto Morozzo, (1999), "L'Ortodossia Balcanica e l'Europa", in Alfredo Canavero, Jean-Dominique Durand, Il fattore religioso nell'integrazione Europea, Milano: Edizioni Unicopli, 85-93.

[25.] Dungaciu, Dan, "Alternative modernities in Europe. Modernity, Religion and Secularization in South-Eastern Europe: the Romanian Case", Max Planck Institute for Social Anthropology, Working Paper no. 68, http://www.eth.mpg.de/, 2 Avril 2009.

[26.] Enache, Razvan (2007), Structura fictiunilor comunitare. Traditional si modern in discursul politic romanesc interbelic, Cluj-Napoca: Casa Cartii de Stiinta.

[27.] Foucault, Michel (1996), Cuvintele si lucrurile, Bucuresti: Univers.

[28.] Idem, (1998), Ordinea discursului. Un discurs despre discurs, Bucuresti: Eurosong & Book.

[29.] Gog, Sorin, (2006), "The construction of the religious space in postsocialist Romania", Journal for the Study of Religions and Ideologies, no.15, 37-53.

[30.] Idem, (2007), "Individualizarea experientei religioase sai erodarea functiilor eclesiale in Romania postsocialista", Romanian Political Science Review, vol VII, no.3, 791-801.

[31.] Ioachim (Bacauanul), (2001), "La Ziua Nationala a Romaniei", Candela Moldovei, tome X, no. 12, 15-17.

[32.] "Interviul acordat de IPS Daniel, Mitropolitul Moldovei si Bucovinei si Patriarhul ales al Bisericii Ortodoxe Romane domnului Remus Radulescu pentru Radio Romania Actualitati, 13 septembrie 2007", [http://www.mitropolia.eu/ro/stiri/14/interviul-preafericitului-daniel.htm], 10 Decembre 2009.

[33.] Mesian, Alexandru, "Relatia intre Biserica si Stat in Uniunea Europeana si in Romania", 10 Avril 2008, [http://www.bru.ro/documente/relatia-intre-biserica-si-stat-in-ue-siromania/], (20.03.2010).

[34.] Morar-Vulcu, Calin (2007), Republica isi faureste oamenii. Constructia identitatilor politice in discursul oficial din Romania, 1948-1965, ClujNapoca: Eikon.

[35.] Nestian, Valeriu C., (1992), "Dimensiunea crestina a destinului nostru", Candela Moldovei, no. 9-10, 7.

[36.] Novacovschi, Razvan, (1992), "Participarea delegatiei Bisericii Ortodoxe Romane la a zecea Adunare Generala a Conferintei Bisericilor Europene", BOR, no. 11-12, 110-112.

[37.] Pollack, Detlef, Pickel, Gert, "The Vitality of Religion-Church Integration in Eastern and Western Europe in Comparison", Frankfurt Institute for Transformation Studies, Europa-Universitat Viadrina, Discussion Papers, no.13/00.

[38.] Popescu, Dumitru, "Misiunea Bisericii intr-o lume secularizata", [http://www.crestinortodox.ro/editoriale/misiunea-bisericii-intrlume- secularizata-70068.html], 5 Janvier 2010.

[39.] Preda, Radu, (2007), "Teologia sociala ortodoxa in contextul european actual. Contributia rasariteana la o cultura a valorilor", EuRoOrthodox. Buletinul Reprezentantei BOR pe langa institutiile europene, no. 1, [http://reprezentanta.typepad.fr/euroortodox/n-1septembrie-2007.html], 5 Mai 2009.

[40.] Idem, (2009), "Revenirea lui Dumnezeu. Ambiguitatile unui diagnostic", Studii Teologice, Bucuresti, tome V, no. 1, 103-125.

[41.] Petito, Fabio, Hatzopoulos, Pavlos (eds.), (2003), Religion in International Relations. The Return from Exile, New York: Palgrave Macmillan.

[42.] Sandler, Shmuel, Fox, Jonathan, (2004), Bringing Religion into International Relations, New York: Palgrave Macmillan.

[43.] Stan, Lavinia, Turcescu, Lucian, (2007), Religion and Politics in Post-Communist Romania, New York: Oxford University Press.

[44.] Statutul pentru organizarea si functionarea Bisericii Ortodoxe Romane, [http://www.patriarhia.ro/_upload/documente/statutul_bor.pdf], 3 Decembre 2009.

[45.] Tia, Teofil (2003), Elemente de Pastorala misionara pentru o societate post-ideologica, Alba Iulia: Reintregirea.

[46.] Tomka, Miklos, (2006), "Is Conventional Sociology of Religion Able to Deal with Differences between Eastern and Weastern European Developmentsa", Social Compass, vol.53, no. 2, pp.251-265.

[47.] Untaru, Claudia, << Integrarea europeana in viziunea crestina >>, 9 Mai 2006, [http://www.bru.ro/semnalari/integrarea-europeana-inviziunea-crestina/], (20.03.2010)

[48.] Voicu, Malina (2007), Romania religioasa. Pe valul European sau in urma lui?, Iasi: Institutul European.

Raluca Dima *

(1) Voir par exemple Shmuel Sandler, Jonathan Fox, Bringing Religion into International Relations, New York: Palgrave Macmillan, 2004, pp. 9-30 et Religion in International Relations. The Return from Exile, Fabio Petito, Pavlos Hatzopoulos (ed.), New York: Palgrave Macmillan, 2003, particulierement les etudes signees par Scott M. Thomas, "Taking Religious and Cultural Pluralism Seriously: The Global Resurgence of Religion and the Transformation of International Society", pp. 21-46 et par Vendulka Kubalkova, "Toward an International Political Theology", pp. 79-103.

(2) Des exceptions sont Lavinia Stan, Lucian Turcescu, Religion and Politics in Post-Communist Romania, New York: Oxford University Press, 2007 (mais, selon moi, dans ce cas, les resultats de la recherche souffrent, sur certains points, de la manque des nuances) et particulierement Iuliana Conovici, Ortodoxia in Romania postcomunista. Reconstructia unei identitati publice, Cluj-Napoca: Eikon, 2009.

(3) Voir la tonalite des etudes comme Gabriel Andreescu, "Spre crearea unui stat ortodox romana", [http://www.humanism.ro/articles.php?page=15&article=24], 12 aout 2007.

(4) Voir pourtant des efforts comme Gandirea sociala a Bisericii. Fundamente--documente--analize--perspective, Ioan Ica jr., Germano Marani (ed.), Sibiu: Deisis, 2002, et Radu Preda, Semnele vremii. Lecturi social-teologice, Cluj-Napoca: Eikon, 2008.

(5) Qui reste un sujet interessant seulement pour les clercs et/ou les theologiens et Presque jamais pour les chercheurs laiques, partiellement explicable par le fait qu'on le percoit comme un aspect de la dogme, et omet ses implications sociales.

(6) Lavinia Stan, Lucian Turcescu, op. cit., p. 208.

(7) Gabriel Andreescu, "Biserica Ortodoxa Romana ca actor al integrarii europene", Novembre 2002, [http://www.constiinta-critica.ro/upload/documente/doc78.pdf], 20 Octobre 2008.

(8) Radu Carp, "Stat, Biserica, cetatean in cautarea unui model european al religiilor", in Pentru un crestinism al noii Europe, Bucuresti: Humanitas, 2007; Radu Preda, "Teologia sociala ortodoxa in contextul european actual. Contributia rasariteana la o cultura la o cultura a valorilor", EuRoOrthodox. Buletinul Reprezentantei BOR pe langa institutiile europene, no. 1, 2007, pp. 13-19, [http://reprezentanta.typepad.fr/euroortodox/n-1-septembrie-2007.html], 5 Mai 2009 et Iuliana Conovici, op. cit., pp. 455-465.

(9) Voir par exemple dans la litterature sociologique des etudes qui restent neanmoins isolees: Dan Dungaciu, "Alternative modernities in Europe. Modernity, Religion and Secularization in South-Eastern Europe: the Romanian Case", Max Planck Institute for Social Anthropology, Working Paper no. 68, [http://www.eth.mpg.de/], 2 Avril 2009; Sorin Gog, "The construction of the religious space in post-socialist Romania", Journal for the Study of Religions and Ideologies, no.15, Winter 2006 et "Individualizarea experientei religioase si erodarea functiilor eclesiale in Romania postsocialista", Romanian Political Science Review, vol VII, no. 3, 2007; Malina Voicu, Romania religioasa. Pe valul European sau in urma luis, Iasi: Institutul European, 2007.

(10) Les autres composantes thematiques du discours (le pluralisme religieux et la liberte religieuse, l'oecumenisme etc) font l'objet d'etude d'une recherche plus large qui est en train d'etre finie.

(11) On verra en bas que la secularisation n'est jamais le theme central du discours.

(12) Pour l'illustration des formes prises par le clivage culturel voir pour le cas de la literature sociologique par exemple Miklos Tomka, "Is Conventional Sociology of Religion Able to Deal with Differences between Eastern and Weastern European Developmentsa", in Social Compass, vol. 53, no. 2, 2006.

(13) Pour une description plus ample de ces matrices d'explication (<< explanation patterns >>) voir Detlef Pollack, Gert Pickel, "The Vitality of Religion-Church Integration in Eastern and Western Europe in Comparison", Frankfurt Institute for Transformation Studies, Europa-Universitat Viadrina, Discussion Papers, no. 13/00.

(14) Pour une synthese en ce qui concerne les courants/les ecoles de l'analyse de discours voir Razvan Enache, Structura fictiunilor comunitare. Traditional si modern in discursul politic romanesc interbelic, Cluj-Napoca: Casa Caraii de Stiinta, 2007, pp. 125-153 et le premier chapitre de Calin Morar-Vulcu, Republica isi faureste oamenii. Constructia identitatilor politice in discursul oficial din Romania, 1948-1965, Cluj-Napoca: Eikon, 2007, pp. 18-90; voir aussi, par exemple l'affirmation faite par Michel Foucault pendant une conference inaugurale a College de France en 1970: << le discours (...) n'est seulement celui qui traduit les luttes (...), mais celui pour lequel et par lequel on lutte >>, Michel Foucault, Ordinea discursului. Un discurs despre discurs, Bucuresti: Eurosong & Book, 1998, p. 16, que je prendrai comme << devise methodologique >>.

(15) ici la scene enonciative est representee par une unite thematique: la secularisation.

(16) celui qui prononce/ecrit le discours.

(17) Voir par exemple une definition de la communaute discursive chez Dominique Maingueneau, Nouvelles tendences en analyse du discous, Hachette, 1987, apud Razvan Enache, op. cit., p.148: << l'ensemble de ceux qui produisent, mettent en circulation le discours, se reunissent pour lui, s'y reconnaissent >>; ici la communaute discursive est representee par l'EOR.

(18) les coordonnees spatiales et temporelles du discours.

(19) Voir par exemple Statutul pentru organizarea si functionarea Bisericii Ortodoxe Romane, "Dispozitii generale", art. 2 (2) << L'Eglise Orthodoxe Roumaine est autocephale et unitaire en ce qui concerne sa organisation et son activite pastorale--missionnaire et administrative >> et art. 3 (1) << L'Eglise Orthodoxe Roumaine a une direction synodale hierarchique conformement a sa doctrine et aux canons de l'Eglise Orthodoxe et a sa tradition historique >> (ma traduction; mes soulignements), [http://www.patriarhia.ro/_upload/documente/statutul_bor.pdf], 3 Decembre 2009.

(20) Conformement au Statutul de organizare si functionare al Bisericii Ortodoxe Romane, art. 14 (e) et (i), << Le Saint Synode exprime la position officielle de l'EOR ... >>.

(21) Conformement au Statutul de organizare si functionare al Bisericii Ortodoxe Romane, art.26 (c, d, e, f) Le Patriarche represente l'EOR.

(22) Voir, par exemple, Razvan Novacovschi, "Participarea delegatiei Bisericii Ortodoxe Romane la a zecea Adunare Generala a Conferinaei Bisericilor Europene", Bisericii Ortodoxa Romane, Bucuresti: Institutul Biblic si de Misiune al Bisericii Ortodoxe Romane, no. 11-12, 1992, p. 111.

(23) Detlef Pollack, Gert Pickel, art. cit., p. 5.

(24) voir "Hristos--Calea, Adevarul si Viata. Pastorala a Prea Fericitului Parinte Patriarh Teoctist adresata clerului si credinciosilor, cu prilejul Sfintelor Sarbatori ale Nasterii Domnului", BOR, no. 7-12, 1994, p. 5 si "Pastorala Prea Fericitului Parinte Patriarh Teoctist adresata credinciosilor cu prilejul Sarbatorii Invierii Domnului", BOR, no. 1-6, 1995, p. 7.

(25) voir par exemple les syntagmes employees pour caracteriser le monde secularise: "crise", "(la famille) frappee", "inquietantes", "echoue", "la mort", "la maladie de la postmodernite", "la maladie de la secularisation", "les dangers", "le dommage", "la suppression", "le pervertissement", "le mal", "le risque", "la gravite", "desesperes", "traumatises", "marginalises", opposee a l'action de l'Eglise: "qui protege", "l'Eglise n'abandonne pas", "le devoir sacre", "l'exorcisme", "la purification", "la transfiguration", "reprendre l'equilibre perdu" etc.

(26) Barometrul de opinie publica. Octombrie 2007, (Gabriel Badescu, Mircea Comsa, Dumitru Sandu, Manuela Stanculescu), Fundatia Soros Romania, [http://www.osf.ro/ro/program_articol.php?articol=107], 20 Juin 2009.

(27) voir par exemple << des idees eloignees de l'esprit de notre peuple (neam) >>, << le peche contre la nature >>, "Pastorala la Nasterea Domnului", BOR, no. 1-6, 1996, p. 5; << la deconcertante transformation de notre societe >>, << la crise morale et spirituelle >>, "Biserica stramoseasca, cea care ne-a asigurat dainuirea, demnitatea si unitatea de neam. Cuvantare a Prea Fericitului Parinte Patriarh Teoctist, 1 decembrie 1996", BOR, no. 7-12, 1996, p. 258; << l'immoralite >>, << le peche contre la nature >>, << l'infanticide >>, << le glissement dans l'enfer des drogues >>, << l'alcoolisme >>, << le mepris contre les valeurs essentielles que notre monde chretien (...) les avait cultivees pendant des siecles >>, << les defaites et les luttes de notre societe >>, "Pastorala la Sarbatoarea Invierii Domnului, 2001", [http://www.patriarh.ro/Teoctist/pastorale.php], 23 Mai 2010; << l'absence des valeurs essentielles de la vie, de la famille >>, << l'absence de morale dans la societe >>, "Pastorala la Praznicul Nasterii Domnului, 2002", [http://www.patriarh.ro/Teoctist/pastorale.php], 23 Mai 2010; << une quete degradante des plaisirs passagers >>, << des taches et des souffles de la mort spirituelle >>, " Pastorala la Sarbatoarea Nasterii Domnului, 2006", [http://www.patriarh.ro/Teoctist/pastorale.php], 23 Mai 2010; << l'esclavage des peches >>, << les drogues >>, " Pastorala la Sarbatoarea Invierii Domnului, 2007", [http://www.patriarh.ro/Teoctist/pastorale.php], 23 Mai 2010.

(28) "Europenizare fara reincrestinarea", BOR, no. 5-6, 1990, p. 57; Valeriu C. Nestian, "Dimensiunea creatina a destinului nostru", Candela Moldovei, no. 9-10, 1992, p. 7; Bartolomeu Anania, "Romania si Europa", BOR, no. 7-12, 1998, pp. 77-81; Ioachim Bacauanul, "La Ziua Nationala a Romaniei", Candela Moldovei, tome X, no. 12, 2001, p. 15; Ioan Bizau, Viata in Hristos si maladia secularizarii, Cluj-Napoca: Patmos, 2002; "Conferinta pastoral-misionara: BOR si integrarea europeana. Exigente, probleme si perspective", Candela Moldovei, tome XV, no. 8-9, 2006, pp. 10-17; Dumitru Popescu, "Misiunea Bisericii intr-o lume secularizata", [http://www.crestinortodox.ro/editoriale/misiunea-bisericii-intrlume- secularizata70068.html], 5 Janvier 2010.

(29) Daniel, Mitropolitul Moldovei si Bucovinei, "Marturie frateasca intr-o lume fragmentata", Candela Moldovei. Buletinul Oficial al Mitropoliei Moldovei si Bucovinei, Iasi, tome X, no. 1, 2001; Daniel, Mitropolitul Moldovei si Bucovinei, "Familia creatina--speranta Romaniei", Candela Moldovei, tome X, no. 9, 2001, pp. 20-21; Daniel, Mitropolitul Moldovei si Bucovinei, "Teologia patristica--o teologie pastorala si misionara", Candela Moldovei, tome XI, no. 12, 2002, pp. 4-5; "Radacinile Europei sunt crestine. Interviu cu IPS Daniel, Mitropolitul Moldovei si Bucovinei", Candela Moldovei, tome XII, no. 5-6, 2003, p. 16; "Interviul acordat de IPS Daniel, Mitropolitul Moldovei si Bucovinei si Patriarhul ales al Bisericii Ortodoxe Romane domnului Remus Radulescu pentru Radio Romania Actualitati, 13 septembrie 2007", [http://www.mitropolia.eu/ro/stiri/14/interviul-prea-fericitului- daniel.htm], 10 Decembre 2009.

(30) "Pozitia oficiala a Sfantului Sinod al Bisericii Ortodoxe Romane cu privire la avort si eutanasie", BOR, no. 7-12, 2005, pp. 132-136; "Comunicat de presa nr. 1162/7.07.2005. Punctul de vedere oficial al Bisericii Ortodoxe Romane privind avortul", Candela Moldovei, tome XIV, no. 7-9, 2005, pp. 12-13; "Dezincriminarea prostitutiei si a incestului degradeaza si umileste demnitatea persoanei si a familiei", Ziarul Lumina, 13 martie 2009, [http://www.ziarullumina.ro/articole;840;1;20568;0;Dezincriminarea- prostitutiei-si-a-incestului-degradeaza-si-umilestedemnitatea-persoanei-si- a-familiei.html], 14 Mars 2009; "Comunicat de presa: Biserica apara constant familia crestina", Ziarul Lumina, 25 mai 2009, hhttp://www.ziarullumina.ro/articole;908;1;23546;0;Comunicat-de-presa- %3Cb%3EBisericaapara-constant-familia-crestina%3C/b%3E.html], 26 Mai 2009.

(31) Bartolomeu Anania, "Romania si Europa", BOR, no. 7-12, 1998, pp. 77-81; Bartolomeu Anania, "Romania post-comunista intr-o Europa post-moderna", [http://www.monitorulcj.ro/cms/site/m_cj/news/ romania_post_comunista_intr_o_euro pa_post_moderna_80712.html], 29 Janvier 2010.

(32) voir le cas du Teofil Tia, Elemente de Pastorala misionara pentru o societate post-ideologica, Alba Iulia: Reintregirea, 2003.

(33) Voir Teofil Tia, op. cit., pp. 504-507, "L'Orthodoxie peut contribuer a la revitalisation du christianisme europeen", "Nous avons d'une part l'Occident dans la mort clinique (...), et d'autre part l'Orthodoxie (...) qui propose le message intact de Dieu Vivant >>; dans ses textes Bartolomeu Anania utilise les declarations du patriarche oecumenique qui marchent sur les memes idees; voir aussi Roberto Morozzo della Rocca, "L'Ortodossia Balcanica e l'Europa", in Il fattore religioso nell'integrazione Europea, Alfredo Canavero, Jean-Dominique Durand (eds.), Edizioni Unicopli, Milano, 1999, p. 87.

(34) voir les articles de Invierea, comme << Evaluari oportune >>, Invierea, tome II, no. 21, 1991, << Misiunea actuala a Ortodoxiei >>, Invierea, tome IV, no. 7, 1995, << Limitele sfinteniei >>, Invierea, tome VII, no. 11, 1996.

(35) Dumitru Popescu, "Misiunea Bisericii intr-o lume secularizata", [http://www.crestinortodox.ro/editoriale/misiunea-bisericii-intr-lume- secularizata70068.html], 5 Janvier 2010.

(36) voir particulierement la section << Opinions >> de la version electronique du journal Lumina; un autre exemple est l'article de Radu Preda, "Revenirea lui Dumnezeu. Ambiguitatile unui diagnostic", Studii Teologice, Bucuresti, tome V, no. 1, 2009, pp. 103-125.

(37) Voir par exemple, Claudia Untaru, << Integrarea europeana in viziunea crestina >>, 9 Mai 2006, [http://www.bru.ro/semnalari/integrarea-europeana-in-viziunea-crestina/], 20.03.2010.

(38) Alexandru Mesian, "Relatia intre Biserica si Stat in Uniunea Europeana si in Romania ", 10 Avril 2008, [http:// www.bru.ro/documente/relatia-intre-biserica-si-stat-in-ue-si-romania/], 20.03.2010.

(39) Florentin Crihalmeanu, "Pastorala de Craciun", 18 December 2006, [http://www.bru.ro/documente/pastorala-de-craciun-a-ps-florentin/], 20.03.2010.

(40) Michel Foucault, Cuvintele si lucrurile, Bucuresti: Univers, 1996, p. 351.
COPYRIGHT 2011 Universitatea Babes-Bolyai
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2011 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:Dima, Raluca
Publication:Studia Europaea
Article Type:Report
Geographic Code:4EXRO
Date:Jan 1, 2011
Words:6462
Previous Article:Ethnic defaming and the historical research. On the case of Gypsies' designation in Transylvanian Saxons culture of the 19th to the 20th centuries.
Next Article:EU law on defective products: essential aspects of producers' responsibility.
Topics:

Terms of use | Copyright © 2017 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters