Printer Friendly

La recherche qualitative sur les inegalites sociales de sante: le parcours de vie.

En sciences sociales, le parcours de vie refere a differentes approches, qui abordent la vie des individus comme une totalite et qui en considerent le developpement, a la fois sous les differents angles (biologiques, psychologiques et sociaux) et dans le temps (1). Depuis quelques annees deja, le parcours de vie est utilise dans les recherches sur les inegalites sociales de sante, notamment du cote de l'epidemiologie sociale, sans doute la discipline ayant le plus developpe cette perspective pour soutenir l'elaboration de politiques sociales visant a les contrer. (2,3)

Une approche selon le parcours de vie postule que la sante est non seulement le resultat des conditions actuelles, mais egalement celui des conditions de vie passees (4). Selon Bernard et ses collegues (5), quatre grands principes sous-tendent le parcours de vie des individus : la vie se deroule dans le temps, la vie est faite de multiples aspects integres, les trajectoires (differents moments de la vie) de vie sont inter-reliees, les trajectoires de vie s'inscrivent dans des milieux socialement faconnes. Une telle perspective offre donc un moyen de conceptualiser comment les determinants de la sante biologiques et socio-environnementaux, vecus a differentes etapes de la vie, peuvent influencer de facon differentielle le developpement de maladies, de vulnerabilites ou d'exclusion sociale. Selon Reading (6, p.A-61), [beaucoup moins que] un des atouts de cette approche est qu'elle montre egalement comment les risques qui surviennent tout au long de la vie peuvent etre determines, corriges ou modifies au cours de la periode necessaire au developpement d'une maladie chronique [beaucoup plus grand que]. Le potentiel d'une telle perspective est evoque notamment pour la recherche aupres des populations autochtones (7).

Si le recours au parcours de vie est de plus en plus frequent dans les recherches sur les inegalites sociales de sante, les approches retenues prennent une distance avec sa forme qualitative traditionnelle, c'esta-dire avec le recit de vie, axe sur le sens des experiences vecues, obtenu par le biais d'une entrevue ouverte. Or, pour arriver a comprendre comment se developpent les etats de sante et de maladie, le recours au recit de vie est particulierement pertinent. Rappelons que la recherche qualitative, visant a mettre au jour l'experience vecue, traite celle-ci comme la realite des sujets alors que des donnees, dites objectives, peuvent en proposer une autre. En sciences sociales, le recit de vie est recueilli par le biais de plusieurs entrevues avec les memes sujets, entrevues permettant d'approfondir progressivement non seulement les evenements marquants mais aussi l'interpretation qu'en donnent les personnes interviewees. Soulignons que, dans le contexte de recherches visant a documenter la construction d'etats de sante differencies dans certaines populations, le recit n'a pas a couvrir les differentes experiences vecues en profondeur comme les sciences sociales le font pour eclairer des realites sociales complexes. Il est possible de s'en tenir aux informations qui permettent de reconstituer les elements cles du parcours des personnes rencontrees.

Le recit de vie presente plusieurs avantages. Le premier est que l'information acquise, emanant des personnes concernees selon un angle experientiel, permet d'acceder a la complexite des realites vecues et a la conjugaison de ces realites. En revelant l'interpretation que la personne qui se raconte donne de ses differentes experiences, il devient possible de les situer dans son parcours selon l'importance qu'elle lui accorde. Il s'agit donc ici d'aborder l'etiologie selon l'experience des sujets, partant du principe que leur interpretation est en soi un determinant.

Cet article a pour objectif d'illustrer le potentiel de cette methodologie qualitative, en presentant une grille d'analyse de parcours de vie concue et utilisee dans le contexte d'une demarche de recherche sur la pauvrete et l'exclusion sociale et leur impact sur la sante. En demontrant comment le materiel recueilli par des entrevues individuelles ouvertes (entrevues libres) permet de reconstituer un parcours de vie, la grille d'analyse presentee devoile le potentiel enorme du recueil de l'experience des personnes concernees, a la fois pour la comprehension de la construction des etats de sante et de maladie, et pour le developpement de solutions.

Les relations entre les conditions sociales et la sante ne sont pas faciles a etablir. Les conditions dans lesquelles les gens vivent, travaillent et creent leurs liens sociaux sont multiples et evoluent dans le temps. Il est donc ardu de reperer celles, partagees par les membres des populations dont l'etat de sante est comparable, qui ont eu un impact salutogene ou deletere et surtout de pouvoir determiner celles sur lesquelles on peut agir efficacement.

L'analyse verticale d'un parcours de vie etabli sur la base d'une entrevue ouverte, indique comment s'est, selon le sujet, construite sa trajectoire au fil du temps. L'analyse horizontale de plusieurs parcours de vie, pour sa part, permet de reperer les experiences de nature commune qui, selon la perception de celles et ceux qui les ont vecues, ont eu des consequences dans leur vie. Ces informations peuvent ensuite etre interpretees a la lumiere des connaissances acquises sur les facteurs agissant sur la sante.

Dans la lutte contre les inegalites sociales, les interventions sur les determinants sociaux de la sante doivent pouvoir s'appuyer sur des connaissances solides a partir desquelles un ordre de priorite peut etre elabore et des strategies definies. Notre these est a l'effet que de telles connaissances peuvent etre developpees en s'appuyant sur des recherches qualitatives, qui recourent aux parcours de vie et qui placent au centre de ceux-ci, l'experience telle que vecue par les sujets.

Cependant, il n'y a pas que des avantages a realiser de telles recherches. Certains inconvenients importants incitent les chercheurs a proceder avec d'autres perspectives et d'autres approches methodologiques, tels la lourdeur de la collecte et du traitement des donnees et le temps requis pour constituer une base de donnees significatives. Nous croyons toutefois que ces recherches en valent la peine puisqu'elle permettent d'identifier des pistes d'action et d'intervention pouvant contribuer a l'attenuation des inegalites sociales de sante et surtout de leur chronicite.

Dans un premier temps, nous situerons notre demarche de recherche dans son contexte. Puis, nous presenterons la grille d'analyse originale utilisee et son exploitation, ainsi que quelques resultats qui illustrent le potentiel d'une telle grille, et conclurons sur la pertinence de l'approche retenue pour l'elaboration de politiques publiques.

Le contexte de la recherche

L'etude a laquelle nous referons s'inscrivait a la suite d'une premiere qui visait a mesurer et a interpreter les ecarts de sante observables entre les populations de trois territoires (centre-ville, banlieue et milieu rural) situes dans la meme region (8). A l'issue de cette premiere etude, deux groupes au sein de la population etaient apparus particulierement defavorises sur le plan de la sante, soit les hommes de 45 a 64 ans du territoire du centre-ville et les familles monoparentales ayant de jeunes enfants et residant dans les trois territoires. C'est pour mieux saisir les facteurs sociaux et les dynamiques en cause dans la situation de defavorisation plus marquee de ces deux groupes de population que cette deuxieme etude a ete concue (9). Apres avoir l'approbation du comite d'ethique du CSSS de la Vieille-Capitale, nous avons mene deux collectes de donnees, une premiere de type quantitatif par le biais d'une enquete telephonique et une seconde, qualitative utilisant l'approche des recits de vie. C'est de cette derniere dont nous traitons ici.

Le cadre retenu pour la partie qualitative de l'etude etait le suivant : L'etat de sante physique et mental des individus appartenant a des sous-groupes de populations decoule de leurs trajectoires de vie (dimensions famille, parcours scolaire, conjugal et parental, professionnel) au cours de laquelle elles et ils ont ete en interaction avec des ressources (sociales, sanitaires). Ces trajectoires s'inscrivent dans des milieux residentiels, dans des milieux de vie. Il fallait donc retracer les differents evenements survenus au cours de la vie ainsi que les episodes en lien avec la sante, en laissant les sujets libres de traiter de ceux qu'ils consideraient significatifs et de proposer leurs hypotheses sur les liens entre leurs differentes experiences psychologiques sociales et sanitaires. En fonction des objectifs poursuivis, avoir acces a cette interpretation de la realite de la part des sujets eux-memes etait necessaire.

L'etude etant menee dans une perspective d'intervention, il s'agissait de reperer des chaines de causalite telles que definies par Lang et ses collegues : [beaucoup moins que] Fournir des cles d'interpretation pour la mise en oeuvre d'interventions semble pouvoir etre au mieux apporte par une reflexion sur la construction des inegalites sociales et de la comprehension de la facon dont les facteurs s'enchainent et s'articulent au cours de la vie. [beaucoup plus grand que] (10, p.431)

La collecte et l'analyse

Pour obtenir l'information sur les parcours de vie, deux echantillons correspondant aux deux sous-populations (hommes et responsables de familles monoparentales) ont ete constitues a partir de l'enquete telephonique au cours de laquelle l'accord des sujets a ete sollicite pour une entrevue individuelle ulterieure. A partir de ceux qui avaient donne leur accord, des echantillons de type exemplaire ont ete construits. Un echantillon exemplaire doit donner acces aux differents types de situation et d'experiences que vivent les membres de la population visee. Ce faisant, il devient alors possible, non pas de generaliser statistiquement les resultats obtenus, mais d'en tirer des informations qui permettent une certaine generalisation theorique. Celle-ci aide a ameliorer la comprehension de la construction d'experiences et de situations observees et de formuler des hypotheses sur les liens ou relations existant entre certaines conditions et variables.

Les personnes retenues ont ete contactees par telephone et rencontrees dans le lieu de leur choix (generalement leur domicile) : 24 hommes et 24 responsables de familles monoparentales (dont 2 hommes) ont ainsi ete interviewes entre juin 2008 et fevrier 2009. Les entrevues etaient enregistrees. Des 24 hommes, 23 ont ete ren contres par le meme intervieweur et 2 intervieweuses se sont partage les rencontres avec les 22 femmes responsables de familles monoparentales alors qu'un intervieweur a rencontre les deux responsables masculins. Pour recueillir la trajectoire de vie, l'entrevue etait amorcee par une question les invitant a raconter leur histoire personnelle, dans le cas des hommes, et leur histoire personnelle ainsi que celle de leur famille, dans le cas des responsables de familles monoparentales.

Les entrevues ont ete transcrites verbatim et leur analyse a ete realisee en trois etapes. La premiere consistait a en faire une analyse globale pour degager une synthese. Dans la seconde, un decoupage selon une grille representant les differentes composantes du parcours etait complete (puis valide). Enfin, dans une troisieme, une mise en commun a permis d'une part, de faire ressortir les singularites dans les parcours et, d'autre part, quelques recurrences que l'on peut considerer significatives dans la perspective de comprehension des composantes des parcours de vie, qui agissent de facon determinante sur son deroulement. C'est sur la base de ces composantes communes qu'il devient possible de proposer des lieux d'intervention. Cette facon de faire illustre bien le temps requis pour realiser ce type de demarche. Plusieurs journees de rencontre ont ete necessaires pour la mise en commun.

Au coeur de cette demarche, on retrouve la grille du parcours de vie. Cette grille est originale et a ete elaboree par l'equipe de recherche (voir Tableau 1).

En effet, l'analyse des parcours de vie peut etre realisee de differentes facons. Dans le cas de la presente etude, le regroupement des propos a l'interieur de categories representant differents parcours, composant le parcours general, permettait non seulement de reperer les moments cles dans l'evolution de la situation des sujets mais aussi, dans une perspective d'action, de le faire en tenant compte des champs d'intervention psychosociale : petite enfance, milieu scolaire, soutien aux familles, soutien aux couples, milieu de travail, milieu de vie, etc. En horizontale, le decoupage a ete fait selon des tranches de vie : evenements qui sont rapportes et qui ont eu lieu avant la naissance, puis pendant l'enfance (13 premieres annees) et l'adolescence (de 14 a 19 ans), suivis de tranches de 10 ans. A la verticale, la grille couvrait les composantes suivantes : parcours famille, de maternite/paternite, conjugal, scolaire, travail, sante, liens sociaux, caracteristiques personnelles, residentiel et enfin, rapports avec les ressources (voir Tableau 2). En procedant ainsi, il devenait possible de reperer la chronologie et la conjugaison des evenements rapportes par les personnes interviewees.

Une fois les grilles completees, nous avons regroupe les sujets sur la base de notre appreciation de leur resilience dans le contexte d'un travail analytique collectif. Cette facon de faire, une innovation methodologique, devait nous permettre de repondre a notre deuxieme question de recherche. A partir de l'analyse de chacun des parcours de vie, les chercheurs degageaient un consensus sur la resilience des personnes interviewees. Nous avons utilise le concept de resilience tel que defini par Cyrulnik : [beaucoup moins que] la capacite d'affronter avec succes les risques et les deboires serieux de l'existence. Il s'agit d'une combinaison de force interieure, d'appui de l'exterieur et d'apprentissage a partir de l'experience acquise. [beaucoup plus grand que] (11, p.23) Nous avons defini la resilience comme un processus et non comme un etat. Sur la base des recits des participantes et participants, il s'agissait donc de reperer celles et ceux qui, malgre les difficultes encourues (l'adversite) manifestaient de l'autonomie, arrivaient a developper et a entretenir des liens sociaux et a avoir des perspectives. Dans le cas des autres, pour les qualifier de non-resilients, il nous fallait estimer que leurs propos temoignaient d'une incapacite a etre autonomes, a entretenir des relations sociales et a avoir un ou des projets. Cet exercice n'en etait pas un d'evaluation des capacites psychologiques ou sociales des participantes et participants, mais plutot du processus qui les avait menes la ou ils se situaient au moment de l'entrevue. Il faut souligner que les personnes interviewees dans plusieurs cas se qualifiaient elles-memes en decrivant leurs experiences comme l'expression de resistance ou au contraire comme une incapacite a surmonter un ou des obstacles.

En procedant ainsi, il est devenu possible de reperer quels elements dans les parcours de vie favorisaient la resilience et quels elements au contraire apparaissaient comme affectant la capacite de rebondir ou de se sortir de difficultes encourues. Voici quelques exemples des recurrences observees, soit des experiences rapportees par les participantes et participants qui ressortent comme des facteurs positifs ou negatifs dans la construction de leur histoire personnelle.

RESULTATS

Les hommes, comme les femmes responsables de familles monoparentales, qui pouvaient etre consideres comme non resilients avaient eu dans l'enfance des experiences familiales difficiles : problemes de sante mentale chez les parents, toxicomanie, etc. Pour les autres, qui avaient pu aussi vivre des problemes au sein de leurs familles, le developpement de la resilience s'etait revele en lien avec celui d'une figure d'attachement, celle-ci n'etant pas necessairement parentale.

Les hommes dits resilients avaient eu un parcours scolaire negatif, alors que les resilients en avaient eu un sans histoire meme s'ils n'avaient pas necessairement aime l'ecole ou performe dans leurs etudes. Les experiences negatives tenaient notamment a des echecs dans un contexte d'absence de stimulation parentale et familiale, a de la violence, de l'intimidation et de la discrimination.

Quant aux ressources, dans le cas de ceux consideres non resilients, leur utilisation (notamment en sante mentale) avait ete difficile et sans continuite, les participants decrivant comment ils ont pu se sentir incompris ou non respectes. Lorsqu'il y avait resilience, les sujets rapportaient une rencontre avec un profes sionnel qui a su ecouter ou donner confiance au moment ou ils en avaient besoin.

Chez les femmes responsables de familles monoparentales, la precocite de la premiere maternite et le changement de conjoints se revelaient des experiences influencant l'absence de resilience, comparativement aux autres femmes qui rencontraient des difficultes comparables, tels des problemes de sante chez un enfant. A l'instar de ce qu'avaient rapporte les hommes, les femmes considerees non resilientes auraient eu des rapports difficiles avec les ressources sanitaires et sociales. Elles nous ont explique pourquoi, c'est-a-dire comment elles ne se sont pas, elles non plus, senties respectees. De leur cote, les femmes qui s'en sortaient ont relate qu'elles ont pu beneficier d'un reel soutien (marques de confiance notamment).

Il faut souligner ici que l'absence estimee de resilience chez les meres se traduisait, dans tous les cas, par des problemes de developpement chez les enfants, confirmant la pertinence de developper des interventions strategiques pour contrer la chronicite de la defavorisation. Le discours de ces femmes est instructif en ce sens. Celles-ci peuvent, sur la base de leur experience, transmettre une information qui ne peut etre obtenue de facon dite objective par une etude des services disponibles ni une de leur utilisation.

Notons enfin que nos informations sur le parcours residentiel ont ete revelatrices du role determinant de l'habitation dans la trajectoire de vie. L'acces a un logement decent est ressorti clairement des propos des personnes interviewees (hommes et responsables de familles) comme un facteur dans la construction de la resilience par le biais du sentiment de dignite, bien au-dela de celui de la stabilite. Avoir un logement decent, meme s'il est subventionne, redonne confiance et contre le sentiment d'echec.

En quoi ces informations peuvent-elles etre utiles? Malgre les limites d'une telle approche methodologique et, dans le cas de notre recherche, de celles de la taille de nos echantillons, les informations transmises par les participantes et participants presentent des avantages significatifs. D'une part, elles sont collees a la realite vecue et ce faisant revele des liens entre les experiences, liens qui ne peuvent etre etablis facilement si ce n'est par les acteurs eux-memes. D'autre part, elles illustrent ce que vivent et ressentent les personnes dans des situations de defavorisation.

L'utilisation d'une grille detaillant les differents parcours, tout en inscrivant chacun d'entre eux dans le temps et dans le contexte des autres dimensions a considerer, facilite le reperage des lieux et des moments d'intervention a privilegier a l'interieur des parcours. Elle permet aussi de voir, sur le plan chronologique, non seulement l'evolution de la personne dans le temps mais aussi les liens entre les experiences decoulant d'une conjugaison des parcours (par exemple travail/residence, paternite ou maternite/vie conjugale/travail, etc.).

Lorsque les informations transmises aux decideurs et intervenants sont illustrees par le verbatim de temoignages recueillis aupres des participantes et participants, elles peuvent faciliter leur comprehension des realites telles que vecues par les personnes visees par leurs politiques et actions. Les intervenantes et intervenants terrains, de meme que les responsables de l'elaboration de politiques ont en effet besoin de comprendre ce que vivent les personnes concernees par leurs travaux pour mieux repondre a leurs besoins.

CONCLUSION

Les limites methodologiques de notre demarche ne nous permettent pas de generaliser les experiences vecues par nos participantes et participants, mais sur le plan theorique, nos resultats favorisent la comprehension de comment celles-ci peuvent s'imbriquer.

Il faut egalement noter que nos travaux font echo a d'autres demontrant, par exemple, l'importance de figures d'attachement (12-16), de l'enfance et l'ecole (17,18) ainsi que du logement (19-22) dans le developpement des capacites de resilience. Ils le font avec des illustrations du vecu et du ressenti des personnes concernees.

La grille chronologique, decomposee en parcours thematiques, nous a permis de cerner les experiences et les lieux determinants dans les cheminements des personnes rencontrees. Cela nous amene a affirmer que l'utilisation de l'approche selon le parcours de vie et de nos outils, a plus grande echelle, faciliterait le reperage des lieux d'intervention qui pourraient se reveler particulierement efficaces.

Nous avons aussi innove en menant une analyse des trajectoires individuelles dans le but de distinguer celles qui traduisaient une capacite de resilience de celles qui au contraire ne le faisaient pas. En procedant ainsi, il nous a ete possible de mieux comprendre pourquoi et quand certaines experiences rendent plus difficile (ou plus facile) de s'en sortir une fois adulte.

Dans un tel contexte, la transmission des resultats doit, elle aussi, etre qualitative. L'utilisation du materiel recueilli, pour illustrer les difficultes (ou au contraire les succes) encourues par la population a l'etude, peut etre particulierement fructueuse. Cela signifie qu'il faut avoir pour objectif de diffusion d'ameliorer la comprehension des experiences, plus que de simplement demontrer la frequence d'evenements. C'est dans cet esprit que, suite a nos travaux, nous avons transmis nos resultats a des responsables de l'elaboration de programmes et politiques sociales.

Les decideurs et les responsables de l'elaboration de politiques, tout comme les intervenants terrains sont plus efficaces lorsqu'ils saisissent le sens des experiences sur lesquelles ils tentent d'agir. Qu'il s'agisse des experiences des garcons a l'ecole, des jeunes filles provenant de milieux dysfonctionnels, des hommes se retrouvant sans emploi et demunis, les interventions visant a contrer la defavorisation et ses effets deleteres doivent agir sur ses composantes determinantes. L'experience vecue est certes le critere le plus solide pour les reperer.

Des demarches telles la notre apportent donc une base solide au developpement d'autres recherches qui, en validant aupres d'une population large, les elements degages, en estiment l'importance. Les analyses et evaluations dont l'intention est de documenter l'action des determinants de la sante, selon une approche populationnelle, ont tout a gagner des resultats de recherches approfondies aupres d'echantillons exemplaires de personnes visees, les mieux placees pour decrire comment et pourquoi elles s'en sortent ou n'arrivent pas a s'en sortir.

Remerciements: Ont egalement contribue aux travaux du projet de recherche : Ginette Paquet, Robert Pampalon, Julie Poissant, Bertrand Nolin et Genevieve Trudel de l'INSPQ; Michele Clement du CSSS Vieille-Capitale; Anne-Marie Hamelin de l'universite Laval (maintenant McGill), Hugo Pollender et Claudia Turgeon (auxiliaires de recherche).

Conflit d'interets : Aucun a declarer.

REFERENCES

(1.) Bessin M. Parcours de vie et temporalites biographiques: quelques elements de problematique. Informations sociales 2009;6(156):12-21.

(2.) Graham H. Building an interdisciplinary science of health inequalities: The example of lifecourse research. Soc Sci Med 2002;55(11):2005-16.

(3.) Davey Smith G (Ed.). Health Inequalities: Lifecourse Approaches. Bristol, UK: Policy Press, 2003.

(4.) Krieger N. A glossary for social epidemiology. J Epidemiol Community Health 2001;55(10):693-700.

(5.) Bernard P, Beach C, Belanger P, Charbonneau J, LeBourdais C, Livingstone D, et al. Capturing the lifecourse: The contribution of a Panel Study of Lifecourse Dynamics (PSLD) to public policy analysis in Canada. Montreal, QC: Conference on Longitudinal Social and Health Surveys in an International Perspective. January 25-27, 2006.

(6.) Reading J. Les determinants sociaux de la sante chez les Autochtones: Approche fondee sur les parcours de vie. Ottawa, ON: Sous-comite senatorial sur la sante de la population, 2009.

(7.) Estey EA, Kmetic AM, Reading J. Innovative approaches in public health research: Applying life course epidemiology to Aboriginal health research. Can J Public Health 2007;98(6):444-46.

(8.) De Koninck M, Pampalon R, Paquet G, Clement M, Hamelin A-M, Disant M-J, et al. Sante : Pourquoi ne sommes-nous pas egaux? Comment les inegalites sociales de sante se creent et se perpetuent. Quebec, QC : Institut national de sante publique du Quebec, 2008.

(9.) De Koninck M, Paquet G. La pauvrete et l'exclusion sociale, leur genese et leur reduction: le role determinant des milieux de vie. Departement de medecine sociale et preventive, Universite Laval; Institut national de sante publique du Quebec, 2007.

(10.) Lang T, Kelly-Irving M, Delpierre C. Inegalites sociales de sante: du modele epidemiologique a l'intervention. Enchainements et accumulations au cours de la vie. Rev Epidemiologie Sante Publique 2009;57(6):429-35.

(11.) Cyrulnik B. Un merveilleux malheur. Paris, France : Odile Jacob, 1999.

(12.) Long J, Vaillant G. Escape from the underclass. In : Dugan TF, Coles R (Eds.), The Child in Our Times. Studies in the Development of Resiliency. New York, NY: Guilford Press, 1989;200-13.

(13.) Luthar S, Zelazo L. Research on resilience: An integrative review. In: Luthar S (Ed.), Resilence and Vulnerability: Adaptation in the Context of Childhood Adversities. New York: Cambridge University Press, 1994;510-49.

(14.) Rutter M. Resilience reconsidered: Conceptual considerations, empirical finding, and policy implications. In: Shonkoff J, Meisels S (Ed.), Handbook of Early Childhood Intervention, 2nd ed. New York: Cambridge University Press, 2000;651-81.

(15.) Masten AS. Ordinary magic: Resilience process in development. Am Psychologist 2001;56(3):227-38.

(16.) Luthar S. Resilience in development: A synthesis of research across five decades. In: Cicchetti D, Cohen DJ (Eds.), Developmental Psychopathology: Risk, Disorder, and Adaptation. New York: Wiley, 2006.

(17.) Tousignant M. De l'adversite a la resilience : la part du milieu, la part de l'enfant. P.R.I.S.M.E 1999;29:122-35.

(18.) Royer E. Lecons d'elephants. Pour la reussite des garcons a l'ecole. Quebec: Ecole et comportement, 2010.

(19.) Halpern D Mental Health and the Built Environment: More Than Bricks and Mortar? London, UK: Taylor & Francis, 1995.

(20.) Morin P, Robert D, Dorvil H. Le logement comme facteur d'integration sociale pour les personnes classees malades mentales et les personnes classees deficientes intellectuelles. Nouvelles pratiques sociales 2001;14(2):88-105.

(21.) Lawrence RJ. Housing and health promotion: Moving forward. Int J Public Health 2010;55(3):145-46.

(22.) Howden-Chapman P. Housing and inequalities in health. J Epidemiol Community Health 2002;56(9):645-46.

Recu: 28 septembre 2012

Accepte: 24 janvier 2013

Bernard Roy, Ph.D. [1], Maria De Koninck, Ph.D. [2]

Affiliations des auteurs

[1.] Professeur agrege, Faculte des sciences infirmieres, Universite Laval, Quebec, QC

[2.] Professeure emerite, Departement de medecine sociale et preventive, Universite Laval, Quebec, QC

Correspondance: Bernard Roy, Faculte des sciences infirmieres, Universite Laval, Pavillon Ferdinand-Vandry, Quebec, QC G1V 0A6, Tel. : 418-656-2131, poste 2633, Telec. : 418-656-7747, Courriel: bernard.roy@fsi.ulaval.ca

Sources de financement: Le projet a ete soutenu financierement par le Fonds quebecois de recherche sur la societe et la culture (FQRSC), le Centre de services de sante et de services sociaux (CSSS) Vieille Capitale, l'Institut national de sante publique du Quebec (INSPQ) et la Conference regionale des elus de Quebec.
Tableau 1. Grille d'analyse

            Grille d'analyse des differents parcours de vie *

Date/Periode        Avant la    1960-73      1974-79       1980-90
                    naissance   ([croix])    Adolescence   Vingtaine
                                Naissance/
                                Enfance

Parcours famille
Parcours
  maternite/
  paternite
Parcours conjugal
Parcours scolaire
Parcours travail
Parcours sante
Liens sociaux
Caracteristiques
  personnelles
Parcours
  residentiel
Recours aux
  ressources

     Grille d'analyse des differents parcours de vie*

Date/Periode        1990-2000   2000-2008     Aujourd'
                    Trentaine   Quarantaine   hui

Parcours famille
Parcours
  maternite/
  paternite
Parcours conjugal
Parcours scolaire
Parcours travail
Parcours sante
Liens sociaux
Caracteristiques
  personnelles
Parcours
  residentiel
Recours aux
  ressources

* Les grilles etaient completees dans des fichiers excel.

([croix]) Ces dates ne sont qu'un exemple, elles different
selon les sujets.

Tableau 2. Definition des parcours de la grille d'analyse

Parcours         Description (informations, evenements racontes par la
                 personne interviewee)

Famille          Experience avec sa famille et ses membres : parents,
                 frere(s), soeur(s), grands-parents, famille elargie,
                 famille(s) d'accueil, orphelinat.

Maternite/       Experience de la grossesse : avant, pendant et apres;
Paternite        experience de la maternite et de la paternite; tout ce
(lorsque cela    qui concerne son role de parent, ses liens avec son ou
s'applique)      ses enfants; sante et developpement des enfants; tous
                 les propos concernant l'enfant ou les enfants et ses
                 milieux de vie (garderie, ecole, loisirs).

Conjugal         Experiences de vie conjugale; rupture(s), difficultes
                 conjugales, role du conjoint, etc.; tous les propos
                 concernant la (ou les) conjointe ou conjoint.

Scolaire         Tous les propos concernant l'alphabetisation,
                 l'apprentissage, la scolarisation et la formation;
                 perception des milieux d'apprentissage et du milieu
                 scolaire.

Travail          Toutes les experiences de travail, legales ou non;
                 experience(s) de [beaucoup moins que] non-emploi
                 [beaucoup plus grand que] : assurance emploi;
                 perception des differents emplois; evenement(s) qui a
                 mene a un changement d'emploi (mises a pied, demenage
                 ments, promotions, etc.); evenements, en lien avec le
                 travail : harcelement, employeur ou collegue signifi-
                 catifs, etc.; tout ce qui concerne le revenu d'emploi.

Sante            Perception de sa sante physique et mentale; tous les
                 evenements en lien avec la sante et la maladie
                 (episodes de maladies physiques ou mentales);
                 alimentation; habitudes de vie incluant tabagisme,
                 toxicomanie.

Liens sociaux    Tous les propos concernant d'autres personnes avec qui
                 elle entretient des liens (Exemple : j'ai des amis, je
                 parle a ma voisine...)

Caracteris-      Propos qui la caracterisent (Exemple : je suis une
tiques person-   personne orgueilleuse).
nelles

Parcours resi-   Endroit(s) ou la personne a habite durant les diffe-
dentiel et       rentes periodes de sa vie; perception des differents
caracteristi-    endroits (caracteristiques, signification dans le
ques du milieu   parcours personnel, etc.); evenements en lien avec
                 milieu particulier; raisons mentionnees pour expliquer
                 la mobilite; sentiment d'appartenance ou non; tous les
                 propos concernant l'habitation et le milieu de vie.
COPYRIGHT 2013 Canadian Public Health Association
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2013 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Title Annotation:RECHERCHE QUALITATIVE; social health analysis through life histories
Author:Roy, Bernard; De Koninck, Maria
Publication:Canadian Journal of Public Health
Article Type:Report
Geographic Code:1CQUE
Date:Mar 1, 2013
Words:4683
Previous Article:Educational inequality in stillbirth: temporal trends in Quebec from 1981 to 2009.
Next Article:Self-collected HPV testing improves participation in cervical cancer screening: a systematic review and meta-analysis.
Topics:

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2020 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters