Printer Friendly

La demission du Procureur general fait des vagues.

Aucun jour ne passe desormais en Egypte sans que des decisions surprise, des incidents ou des hauts et des bas sur les differents plans ne viennent laisser pantoise l'opinion.

Alors que la demission du Procureur general, le conseiller Talt Ibrahim, annoncee tard lundi, a ete favorablement accueillie du cote des procureurs, tandis que dans d'autres clans, elle fut mal recue.

Favoris et detracteurs Le fondateur du Front Populaire, Hamdeine Sabbahi, a qualifie de "nouveau triomphe" la demission prevue du Procureur general et la decision des juges du Conseil d'Etat de boycotter la deuxieme phase du referendum. "Arretez immediatement le referendum illegal", a twitte le candidat perdant de la Presidentielle 2012. "Cest une demission incorrecte et inadmissible, car survenue sous pression", a par contre, objecte le conseiller Zakaria Abdel Aziz, ancien president du Palais de Justice.

Quant au Dr Mohamed El-Baradei, figure de proue du Front de Salut national, il a salue "la position inebranlable des procureurs qui soutiennent la legitimite et appuient l'independance de la magistrature." Sur son compte twitter, le president du Parti Al-Dostour a harangue en ces termes: "Le droit demeurera fort puissant au-dessus de la force." Point de mire des medias etrangers, la nouvelle de demission du conseiller Ibrahim a preoccupe les chaEnes de radio britannique, oE la BBC a interviewe le coneiller Abdallah Fathi, vice-president de la Cour de cassation, qui a fait savoir que cette demission etait une reaction a la colere et au mecontentement que manifestaient les procureurs, quant a la maniere selon laquelle le Procureur general a ete nomme. Le Palais de Justice devrait, seule, trancher la question de cette demission.

Le Conseil d'Etat boycotte Juste apres l'annonce de ladite demission, le travail a repris hier mardi, a la normale aux parquets de Suez, alors que les activites dans les tribunaux demeuraient toujours suspendues. Sur un autre plan, le club des Juges du Conseil d'Etat a pour sa part decide de boycotter la seconde phase du referendum sur la nouvelle Constitution prevue ce samedi, en guise de protestation contre la poursuite du sit-in en face de la Haute Cour constitutionnelle (HCC) au Caire.

L'opposition inebranlable Parallelement, la place Tahrir et le Palais presidentiel d'Al-Ittihadiyya n'etaient pas d'une moindre chaleur que les evenements surprise qui bouleversent le pays dernierement, puisque l'opposition a prepare, hier mardi, de nouvelles manifestations contre le projet de Constitution soutenu par les islamistes, lequel a recueilli une courte majorite lors de la premiere phase d'un referendum samedi, selon des chiffres officieux. Le Front du salut national avait appele a "descendre dans la rue mardi pour defendre les libertes, empecher la fraude et rejeter le projet de Constitution", avant la seconde etape du vote samedi prochain. Il a assure que des "irregularites et des violations" avaient entache la premiere partie du referendum, au cours de laquelle le "oui" est arrive en tete avec 57% selon les medias officiels et les Freres musulmans.

Copyright Eltahir House 2012

Provided by Syndigate.info an Albawaba.com company
COPYRIGHT 2012 Al Bawaba (Middle East) Ltd.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2012 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Le Progres Egyptien (Cairo, Egypt)
Date:Dec 19, 2012
Words:493
Previous Article:Le cabinet Qandil rend les comptes.
Next Article:Le froid fait 6 morts avec pres de "-50" en Siberie.

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters