Printer Friendly

LECTURE ET ANALYSE CONCEPTUELLE DE TEXTE ASSISTEES PAR ORDINATEUR (LACTAO) APPLIQUEES A DES TEXTES DE HAUT NIVEAU THEORIQUE: ILLUSTRATION DE LA METHODE ET RESULTATS DE L'ANALYSE DU CONCEPT DE DUALITE CHEZ JONATHAN ST B. T. EVANS.

Introduction

De maniere similaire a la pratique du semioticien, le travail du philosophe consiste en grande partie a lire et a analyser des textes. Dans la mesure ou ces derniers sont des structures complexes de signes, une tache importante de la recherche consiste a identifier dans les textes des regularites linguistiques pouvant constituer les indices de telles structures. Traditionnellement, cette tache est executee cognitivement ou << a la main >>, mais la recherche montre que celle-ci est decomposable en etapes dont certaines peuvent etre assistees ou emulees par l'ordinateur (Rastier et Martin, 1995; Barry, 1998; Floridi, 2002; Forest, 2002; Rockwell, 2003; Ramsey, 2004; Unsworth, 2005; Loiseau, 2005; Valette, 2006; Poudat, 2006; Esteve, 2008; Chartier et coll., 2008; Forest et Meunier, 2009; Dannis, 2012). La recherche suggere qu'une telle approche est applicable a l'analyse d'un concept singulier chez un auteur particulier (Morris, 1969; Dannis, 2012). Nous illustrons ici la methode et les resultats d'une telle assistance informatique pour l'analyse de textes de haut niveau theorique ou, plus precisement, d'un corpus d'articles philosophiques. La methode utilisee en est une de lecture et d'analyse conceptuelle de textes assistees par ordinateur (LACTAO) (1). L'hypothese principale a la LACTAO est que certains segments de textes affichant des regularites linguistiques constituent des contextes de representation conceptuelle et, en ce sens, apparaissent comme objets semiotiques a partir duquel il est possible de reconstituer quelque chose d'une armature conceptuelle sous-jacente (Chartier et coll., 2008; Forest et Meunier, 2009; Danis, 2012). La presente experimentation se distingue en ce que le corpus d'etude est compose d'un grand nombre de publications--des articles majoritairement--et non d'un petit nombre de publications (quelques livres). Concretement, celle-ci traite du concept de dualite chez le philosophe Jonathan St B. T. Evans. A l'aide de divers outils informatiques, on procede donc a l'extraction des regularites linguistiques susceptibles d'exprimer les proprietes importantes du concept analyse dans les publications de l'auteur. Aussi, cet article se veut illustrer une variante originale de la LACTAO, car elle vise a rendre compte de l'organisation sous-jacente a un concept ou une pensee conceptuelle se developpant a l'aide de relations d'opposition. A cet effet, le concept de dualite semble propice a l'exploration d'une telle approche. Enfin, l'architecture conceptuelle extraite au moyen de la LACTAO est comparee a celle obtenue de maniere plus traditionnelle par certains commentateurs.

1. A propos de la LACTAO

1.1 De la medecine a la semiotique et a la philosophie

L'objet de recherche de plusieurs disciplines s'observe de maniere classique dans le monde physique et non dans l'univers des textes. Or, on voit apparaitre de nouvelles pratiques qui commencent a recevoir une certaine legitimite. Par exemple, Swanson (1988) identifie une relation jusqu'alors inconnue entre le magnesium et la migraine au moyen d'une LACTAO appliquee a la litterature medicale (et non pas aux donnees brutes). Dans cette etude, Swanson decouvre une relation implicite entre des mots et non pas entre les entites physiques auxquels ces symboles referent. L'hypothese d'une relation causale entre le magnesium et la migraine sera eventuellement confirmee au moyen d'une experimentation classique (Swanson et Smalheiser, 1997). D'une part, il semble possible d'identifier a l'aide d'une telle methode des relations ou des regularites linguistiques qui sont obscures lors d'une lecture traditionnelle et, d'autre part, celles-ci semblent pouvoir constituer les indices de relations ou de regularites physiques bien reelles. L'etude effectuee par Swanson (1988) correspond a l'introduction d'une nouvelle methodologie au domaine medical duquel on peut s'inspirer et introduire dans son propre domaine de recherche. Par exemple, le semioticien peut aborder son objet d'investigation de maniere traditionnelle, c'est-a-dire par une observation directe, ou encore a l'aide de la lecture et de l'analyse de certains textes a propos de son objet de recherche. Notons que l'un n'exclue pas l'autre puisque, par exemple, la recherche de Swanson a propos de la migraine se termine par une investigation classique de l'objet. Autrement dit, la methode d'investigation peut impliquer un premier moment ou l'objet est indirectement approche a l'aide du texte ainsi qu'un second moment ou l'objet est observe de maniere plus traditionnelle ou directe (2).

1.2 La lecture et l'analyse conceptuelle de textes

Une premiere problematique de la LACTAO est de definir de maniere operatoire ce qu'est une analyse conceptuelle (AC) dans la mesure ou cette pratique, qui etait consideree jadis comme une partie importante du travail philosophique, est aujourd'hui mise a mal (Smith et Medin, 1981; Komatsu, 1992; Lawrence et Margolis, 1999). Traditionnellement, on definit l'AC comme l'activite de decomposer ses idees, d'en elaguer des composantes, d'en ajouter au besoin, puis de les recomposer (Condillac, 1798: 109). En principe, le concept est decomposable et son contenu, au terme d'une analyse feconde, devrait correspondre aux conditions necessaires et suffisantes de l'objet, c'est-a-dire ce qui permettrait a toute personne possedant une telle structure conceptuelle de determiner l'appartenance ou non de toutes choses a la classe que subsume le concept (Murphy, 2002). L'AC traditionnelle implique donc une theorie dite classique a propos des concepts. Or, la recherche montre que ceux-ci ne sont pas des assemblages de conditions necessaires et suffisantes (Smith et Medin, 1981; Komatsu, 1992). A quoi bon pratiquer l'activite d'analyse conceptuelle si au terme de celle-ci aucun concept n'est reellement atteint ? La problematique en est donc une a propos du role de l'AC et de ce que sont reellement les concepts. Cette pratique se voit aujourd'hui ravivee par des chercheurs qui tentent de mieux preciser la fonction de l'AC dans le cheminement des connaissances (voir Bealer, 1987; 1998; Chalmers, 1993; Jackson, 1994; 1998; Lewis, 1994; Risjord, 2009; Walker et Avant, 2009). Selon Knafl et Deatrick (2000: 39) par exemple, l'AC implique un premier moment visant a reveler les differents aspects ou usages d'un concept, lequel est suivi d'un autre ou il est possible de contribuer a son elaboration (3). Une AC moderne peut donc d'une part impliquer une theorie non classique du concept lorsqu'on vise a tracer un portrait realiste de celui-ci et, d'autre part, celle-ci peut aussi impliquer une theorie plus ou moins proche de celle qui est classique, au sens ou on vise a atteindre un certain ideal scientifique ou conceptuel.

1.3 Les theories du concept

Une seconde problematique de la LACTAO est de definir de maniere operatoire ce qu'est un concept. Differentes theories du concept sont proposees en sciences cognitives dont, notamment, 1) la theorie des prototypes ou le concept s'organise autour de caracteristiques saillantes (Rosch et Mervis, 1975; Rosch, 1977; 1978; 1983; Hampton, 1995); 2) la theorie des exemplaires ou le concept s'organise autour d'instances experientielles (Medin et coll., 1984; Heit et Barsalou, 1986; Nosofsky, 1988; 1992) et 3) la theorie des theories ou les concepts s'organisent comme des theories miniatures (Murphy et Medin, 1985) ou comme des schemas (Rumelhart et Norman, 1988), c'est-a-dire que des relations causales sont identifiees de sorte que les caracteristiques << essentielles >> semblent privilegiees par rapport a celles qui nommees << superficielles >> (Medin et Ortony, 1989). Selon Barsalou (sous presse), les concepts sont des representations mentales permettant une meilleure interaction aux agents qui les possedent envers les instances mondaines que les concepts sont censes representer. Aussi, le theoricien postule que le role essentiel des expressions produites d'une faculte langagiere est de coordonner l'interaction d'un groupe d'agents envers ces instances cognitivement representees et linguistiquement exprimees. Autrement dit, si la fonction des concepts est l'action d'un agent cognitif dans le monde et, si l'expression linguistique de ces concepts vise a optimiser cette action, alors la fonction essentielle du concept est l'action et non pas son expression linguistique qui semble instrumentale (4). D'un point de vue cognitiviste, les concepts ne sont donc pas en soi et ne se trouvent pas a priori dans le sens des expressions linguistiques. Mais, inversement, on peut envisager la nature de la semantique des expressions linguistiques comme etant cognitive et conceptuelle. Comme le souligne Meunier (2006: 21), << une theorie du concept qui est identifiee a une semantique des expressions [...] doit ultimement se fonder elle-meme sur du cognitif. >> Cependant, si ce que l'on cherche dans les textes lors d'une AC qui pretend reveler quelque chose de la pensee d'un auteur est une representation cognitive, celle-ci n'est peut-etre pas a proprement conceptuelle (Saffran et coll., 2003; Rogers et coll., 2003). On peut objecter a l'hypothese d'une pluralite des especes cognitives representationnelles qu'elle provoque une inflation ontologique injustifiee puisque la notion de concept semble suffisante pour expliquer plusieurs phenomenes dont, notamment, celui de la generalisation (Martinez-Manrique, 2010; Meunier, 2006). Par exemple, on peut postuler que le contenu cognitif des concepts se presente ou s'organise differemment selon diverses modalites perceptuelles de sorte que le contenu linguistico-semantique--voire phonologique (Hespos et Spelke, 2004) --n'est qu'un contenu conceptuel parmi d'autres (voir Barsalou, 2003). Malgre tout, la nature de ce que l'on cherche a determiner a partir de la semantique des textes lors d'une LACTAO --et que l'on nomme a tort ou a raison << concept >>--est objet de debat. Evidemment, la clarification et l'explicitation de cet objet legitime de recherche par les sciences cognitives seraient un gain theorique important.

1.4 L'assistance par ordinateur

La LACTAO est impossible si la lecture et l'analyse conceptuelle de textes (LACT) ne sont pas des taches decomposables en sous-operations et que certaines d'entre elles ne sont pas traduisibles en fonctions computationnelles. Elle implique donc une decomposition prealable de la LACT (5) en une suite d'operations ou de sous-operations dont seulement quelques-unes seront traduites en fonctions computationnelles ultimement executees par l'ordinateur. Par ailleurs, precisons que ces fonctions sont en principe executables cognitivement ou << a la main >>, c'est-a-dire par le chercheur lui-meme ou, encore, par son equipe de recherche. La LACT n'est donc pas une tache qui doit etre assistee par ordinateur bien qu'une telle assistance permet d'en reduire la duree ou le cout. Elle permet aussi des etudes autrement impossibles comme, par exemple, la recherche a propos de concepts exprimes dans de tres larges corpus.

2. A propos de la dualite et de Jonathan St B. T. Evans

Cet article vise a illustrer la LACTAO par une application de celle-ci a un corpus textuel de haut niveau theorique. Ce dernier ne constitue pas un ensemble suivi et ferme comme dans une monographie, mais un ensemble d'articles distribues dans le temps et ecrits par un meme auteur. Le concept analyse est celui de dualite a raison de l'interet croissant de la communaute philoscientifique a son effet (6). On s'interesse plus particulierement a ce concept dans l'Luvre prolifique de Jonathan St B. T. Evans car celui-ci est le premier avec Peter C. Wason (1975) a l'introduire en psychologie cognitiviste et, plus precisement, en psychologie du raisonnement. La dualite cognitive est un concept qui sera elabore plus en detail par differents philosophes et theoriciens--Evans contribuera de facon active et marquee au developpement de ce concept--de maniere a constituer aujourd'hui un paradigme important de la philosophie de l'esprit ainsi que plusieurs sous-domaines de la psychologie dont, notamment, le raisonnement, le jugement, la prise de decision, l'evolution cognitive, l'apprentissage, la memoire, la conscience, la psychosociologie, la psychologie clinique et la neuropsychologie. En outre, on cherche a identifier les proprietes importantes de ce concept chez l'auteur et l'hypothese sous-jacente est que la LACTAO est une methode capable d'identifier a) de telles proprietes et b) l'organisation de celles-ci les unes par rapport aux autres.

3. Methodologie

Aux fins de la presente recherche, la LACTAO est decomposee en six operations elles-memes decomposables en sous-operations qui ensemble forment une chaine de traitement (7). Aucune operation ne sera totalement executee par ordinateur, c'est-a-dire que seulement quelques-unes de ces sous-operations seront entierement realisees a l'aide de l'ordinateur. La premiere operation est celle de constitution du corpus qui consiste a regrouper des textes selon certains criteres de recherche, puis extraire les donnees textuelles lineaires de maniere a produire un corpus d'etude. La seconde operation est celle de constitution du sous-corpus: les textes sont decoupes en segments en fonction d'un critere de recherche (le paragraphe, par exemple), puis on extrait parmi ces segments ceux qui sont susceptibles d'exprimer quelque chose du concept investigue (la presence d'une expression canonique du concept analyse, par exemple). La troisieme operation est celle de l'analyse formelle des donnees textuelles proprement dite. Celle-ci peut prendre diverses formes comme, par exemple, l'analyse conceptuelle formelle (formal concept analysis) (Cimiano et coll., 2005; Hacene et coll., 2007; Bendaoud et coll., 2007; Roth, 2007; Hacene et coll., 2010), l'analyse syntaxique (linguistic parsing) (Chapman et Nigel, 1987; Grune et coll., 1990) ou l'analyse semantique distributionnelle (Harris, 1954; Leacock et coll., 1996; Sahlgren, 2006; Pado et Lapata, 2003; 2007). L'analyse formelle des donnees textuelles est traditionnelle au forage de texte et repose sur une premiere sous-operation visant a transformer les segments de textes--un ensemble de donnees non structurees--en une structure vectorielle matricielle, c'est-a-dire un ensemble de donnees structurees (Leopold, 2007; Salton et McGill, 1983). Dans cette matrice, chaque ligne represente une a une chacun des segments de textes et chaque colonne represente une a une chacun des termes presents dans le sous-corpus (ou vice-versa). Generalement, chaque insertion numerique dans la matrice represente le nombre de fois qu'un terme donne apparait dans un segment donne (Salton, 1991). Autrement, il est possible de ponderer la distribution des termes dans les segments de textes selon divers criteres mathematiques. Suivant la structuration des donnees textuelles lineaires, on trouve une seconde sous-operation visant a classer les segments de textes ou les termes en fonction de certaines regularites mathematicolinguistiques. La quatrieme operation est celle de l'annotation qui est autonome et s'execute parallelement aux precedentes. Celle-ci est le procede par lequel on introduit les actions d'interpretation. La cinquieme operation est celle de la synthese qui est le moyen par lequel le chercheur regroupe, generalise et synthetise ses notes de recherche. Enfin, la sixieme operation est celle de la critique qui consiste a juger de l'ensemble de la recherche.

4. Application de la methode et presentation des resultats

4.1 Le corpus et le sous-corpus

Le corpus n'est pas compose de tous les textes traitant de la dualite cognitive. Il se restreint plutot a tous les textes numeriquement accessibles ecrits ou coecrits par Jonathan St B. T. Evans de sorte que celui-ci est constitue de 142 textes publies entre 1972 et 2015. Tous les paragraphes ou est present au moins un terme au radical identique a celui de l'expression canonique du concept (dual) composent le sous-corpus, c'est-a-dire 789 paragraphes dont 53 % sont des extraits d'articles scientifiques, 26 % sont des extraits de livres, 18 % sont des extraits de chapitres, et 3 % sont des extraits d'actes de conferences.

4.2 La structuration de donnees textuelles

Dans un premier temps, une representation matricielle du sous-corpus est produite ou les 789 paragraphes se trouvent numeriquement lies aux 5884 termes qui les composent. Dans un deuxieme temps, cette representation est modifiee de maniere a favoriser les termes plus susceptibles de nous renseigner a propos du contenu semantique du concept investigue. D'abord, les termes partageant un meme lemme sont subsumes sous une meme entree matricielle (lemmatisation). Ensuite, chacun des termes est etiquete en vertu de sa fonction dans la phrase (etiquetage). Enfin, les entrees matricielles correspondant aux termes rares ainsi que tous ceux qui ne correspondent pas a des noms communs ou des adjectifs sont eliminees (8). Bref, chaque ligne de la matrice represente une a une chacun des segments de textes et chaque colonne represente une a une chacun des noms communs et des adjectifs qui les composent.

4.3 La classification des segments

La classification des paragraphes du sous-corpus s'effectue a l'aide d'une methode de classification dont le modele theorique et le parametrage sont adaptes aux donnees de haute dimensionnalite (9). Plus precisement, on utilise l'algorithme elabore par Berge, Bouveyron et Girard (2012), lequel est fonde par un modele de melange de distributions gaussiennes combinant l'idee de reduction des dimensions et de contraintes de modele. En outre, on evalue le sous-espace specifique et la dimension intrinseque des classes a l'aide de l'algorithme << expectation-maximisation >>. Les contraintes appliquees a la matrice permettent ainsi de reduire le nombre de parametres a estimer de maniere a augmenter la stabilite et l'efficacite du traitement sur les donnees de haute dimensionnalite (Bouveyron et coll., 2010). Specifions qu'on utilise une fonction particuliere de l'algorithme permettant de ne pas presumer a priori le nombre de classes a decouvrir. Les resultats de ce procede de classification sont huit classes dont la plus petite contient 3 % des paragraphes et dont la plus grande contient 24 %.

4.4 La classification des termes

Le procede de classification des termes--en l'occurrence des noms communs et des adjectifs--se deroule en deux moments. Dans un premier temps, on departage les termes qui sont plus susceptibles de reveler un contenu semantique important du concept investigue de ceux qui le sont moins. Cette operation s'effectue a l'aide d'une heuristique inspiree d'une connaissance commune a propos de l'expression canonique du concept. Puisque la dualite s'entend usuellement comme une relation d'opposition, les termes qui sont deux a deux lies par une forte correlation et dont le contenu semantique est antithetique l'un par rapport a l'autre seront interpretes comme les representants d'un contenu conceptuel de premiere importance. Autrement dit, les paires de termes contradictoires qui sont habituellement cooccurrents dans les segments de textes sont distinguees des autres. La force de la correlation est donnee par le coefficient de correlation (Pearson, 1895) entre chacun des termes du sous-corpus ainsi qu'entre chacun des termes des classes du sous-corpus (10). Par exemple, << fast >> et << slow >>, << implicit >> et << explicit >> ainsi que << unconscious >> et << conscious >> forment des couples de termes correles et dont le contenu semantique est antinomique. Dans un deuxieme temps, on applique un procede de classification sur une nouvelle representation matricielle composee des occurrences de ces termes dans les segments du sous-corpus. L'objectif sous-jacent est de decouvrir une possible organisation du contenu conceptuel. Cette sous-operation s'effectue a l'aide d'un algorithme de classification hierarchique (Ward, 1962) fondee sur la correlation (Pearson, 1895) et dont la particularite est d'attribuer une valeur de probabilite a chacune des classes hypothetiques (Shimodaira, 2002; Shimodaira, 2004; Suzuki et Shimodaira, 2004). Autrement dit, de l'ensemble des classes proposees a un premier moment de la classification, seules celles qui sont les plus probantes seront selectionnees comme representantes de l'organisation sous-jacente du contenu conceptuel.

4.5 L'annotation

Suite a l'operation de classification, les resultats se presentent comme plusieurs classes conceptuelles probantes de sorte qu'on peut distinguer au moins trois niveaux classificatoires allant du particulier au plus general. Ainsi, on retrouve sans surprise la majorite des paires contradictoires correlees au niveau hierarchique le plus etroit. A un niveau hierarchique mitoyen, 13 petites classes conceptuelles apparaissent avec des valeurs de probabilite allant de faibles (78 %) a tres fortes (99,9 %). Au niveau hierarchique le plus englobant, deux grandes classes conceptuelles apparaissent avec une tres forte valeur de probabilite (99,9 %). Ainsi, le contenu conceptuel semble s'organiser autour de deux grandes classes elles-memes subdivisees en plus petites classes et dans lesquelles on trouve la majorite des paires contradictoires correlees. Or, ces observations doivent maintenant s'analyser plus en detail. Pour ce faire, on procede d'abord a l'extraction des 25 termes les plus fortement correles au sens de Pearson (1895) de chacune des 13 classes conceptuelles mitoyennes precedemment identifiees. Autrement dit, chacune des 13 classes precedemment identifiees et composees de termes representants un contenu conceptuel de premiere importance est annexee d'une classe de termes representants un contenu conceptuel de seconde importance. L'objectif est de produire des annotations, des descriptions ou des paraphrases a propos de ces classes en employant une terminologie similaire a celle de l'auteur. Par exemple, l'une des 13 classes conceptuelles mitoyennes est composee des termes << slow >>, << fast >>, << rapid >> et << effortful >>. Les termes les plus fortement correles a cette classe sont << memory >>, << capacity >>, << process >>, << reason >>, << effortless >>, etc. On peut ainsi saisir qu'un processus lent et difficile dont l'objectif est de produire des raisonnements s'oppose a un autre qui est plus rapide et facile; ou encore que l'un ou l'autre de ces processus est lie a la capacite mnemonique de l'agent.

4.6 La synthese

Tel que le suggerent les resultats de la classification et de l'annotation, la dualite chez Evans semble s'organiser autour de deux grandes classes sous-conceptuelles que l'on nomme conceptions. L'une correspond a la dualite de plusieurs processus specifiques dont les roles sont entre autres de produire des raisonnements, des decisions, des jugements, des apprentissages ou des connaissances. L'autre correspond a la dualite de l'esprit ou de systemes dont le role est de produire des cognitions en general:

[...] dual-process theories have been developed [...] on various aspects of human psychology, including deductive reasoning, decision making [,] social judgement [,] learning and memory [...] theorists have sought to unify these [...] theories into ambitious theories [...] according to which humans have [...] two minds [...] usually called System 1 and System 2 [and] sometimes referred to as dual-system theories, in contrast to more localized dual-process ones, but "dual-process theory" is also used as an umbrella term for both, and for convenience we shall often adopt this usage (Frankish et Evans, 2009: 1).

Pour la conception de la dualite portant sur l'esprit en general, les resultats suggerent un agencement de 7 sous-classes que l'on nomme aspects. Un premier est celui de la rapidite. L'un des esprits est rapide et l'autre est lent (Evans, Feeney et Venn, 2002: 31-2; Evans, 2002: 988; Evans et Over, 2002: 684; Evans et Johnson-Laird, 2003: 181; Curtis-Holmes et Evans, 2005: 382-3; Evans, 2006a: 202-3; 2007a: 322, 330; 2008: 255-6, 261, 263-4; Frankish et Evans, 2009: 1; Evans, 2009a: 41, 44-5, 47-8; Evans, Handley, Neilens et Over, 2009: 892; Evans, 2009b: 143; Bacon, Evans et Handley, 2009: 77; Evans et Over, 2010: 171-4; Evans, 2010b: 20, 207-8; 2011a: 86-7, 93; 2011b: 428, 430-1; 2012: 127; Evans et Stanovich, 2013: 223-4, 237; Evans, 2013: 646). Un second aspect lie au precedent est celui du principe computationnel en jeu. L'un des systemes procede de maniere heuristique ou parallele--un principe reconnu pour sa rapidite et sa capacite a traiter une grande quantite d'information--l'autre opere de maniere sequentielle ou analytique--un principe reconnu pour sa lenteur et sa difficulte a traiter une grande quantite d'information (Evans, 1984: 462; Curtis-Holmes et Evans, 2005: 382; Evans, 2006b: 382; 2008: 261, 263-264; 2009a: 45-7; 2011b: 428; Elqayam et Evans, 2011: 244-5). Un troisieme aspect lie aux precedents est celui ou l'un des systemes produit des intuitions facilement ou par defaut, tandis que l'autre produit des reflexions, mais seulement lorsqu'il y a intervention (Evans, 2008: 266, 271; 2010a: 314; 2012: 127; Evans et Stanovich, 2013: 226-7, 237). C'est-a-dire que la reponse rapide du premier processus cognitif peut etre inhibee par celle produite plus lentement et difficilement par le second: << In the default-interventionist approach, a fast type 1 process provides default intuitions which are always subject to [...] scrutiny by type 2 processes which may approve them or intervene with effortful analytic reasoning >> (Evans, 2009a: 43).

Le quatrieme aspect correspond a celui du role de la conscience ou l'un des systemes est controle et difficile a utiliser tandis que l'autre est automatique et d'utilisation facile: << [...] mental architecture [...] is composed of two multi-purpose reasoning systems, usually called System 1 and System 2, the operations of the former having fast-process characteristics (fast, effortless, automatic, non-conscious, etc.), and those of the latter slow-process ones (slow, effortful, controlled, conscious, etc.) [...] >> (Frankish et Evans, 2009: 1).

Le cinquieme aspect lie au precedent correspond a la distinction entre un systeme explicite ou fonde par la regle et un autre implicite ou fonde par l'association:

[...] there are two kinds of knowledge, implicit and explicit. This idea is intrinsic to dual-process theories of learning [...] but also to theories of reasoning and social cognition that contrast associative with rule-based processing [...] The very term "associative" suggests implicit forms of learning in the "old mind" and its description by Sloman as a system that "encodes and processes statistical regularities of its environment, frequencies and correlations amongst various features of the world" [...] suggests a form of cognitive processing that could well be shared with other animals. In contrast, the description of rules as abstract, propositional entities seems to put them in domain of explicit human knowledge (Evans, 2009a: 43).

Le sixieme aspect correspond a l'implementation ainsi qu'a l'evolution des deux systemes ou esprits. L'un est nouveau et proprement humain tandis que l'autre est ancien et partage avec l'animal (Evans, 2007b: 170-1; 2009a: 25; 2010a: 316; 2011c: 77; Elqayam et Evans, 2011: 279; Evans, 2012: 126-7; 2014: 3, 11; Elqayam, Thompson, Wilkinson, Evans et Over, 2015: 41).

Enfin, le septieme aspect permet de distinguer un esprit personnel, rationnel (au sens classique) et qui engage des pensees a propos du futur d'un autre qui est subpersonnel, experientiel (rationnel au sens evolutionniste) et oriente vers le passe:

We support a strong form of dual-process theory which is a two minds theory [.] In this account, an old (intuitive) and new (reflective) mind co-exist within the human cognitive architecture, cooperating and sometimes competing in the control of our behaviour [...] both minds are, in our sense, instrumentally rational, while often pursuing different goals by different mechanisms [.] The old mind evolved early and combines evolutionary programming with experiential learning, thus providing a form of instrumental rationality which we share with many other animals--essentially we repeat behaviours that have been successful in the past. New mind rationality can also be seen as instrumental but is driven by anticipation of the future, with cognitive structures that support mental simulations and consequential decision making (Elqayam et Evans, 2011: 279-80).

Pour la conception de la dualite portant sur un processus particulier ou un domaine specifique de la cognition, les resultats suggerent un agencement de 6 sous-classes que l'on nomme aussi aspects. Le premier correspond a la distinction entre un processus logique ou fonde par la regle et un autre non logique, fonde par la croyance ou responsable, possiblement, de certains biais cognitifs identifies en psychologie du raisonnement: << [...] logical processes seemed to compete with non-logical biases in determining behaviour on various deductive reasoning tasks [...] What became the paradigm case of this was the apparent conflict between logic and belief bias in content-rich versions of syllogistic reasoning tasks [...] >> (Frankish et Evans, 2009: 13).

Un second aspect lie au precedent est celui de l'influence du contexte sur le raisonnement. Ainsi, un processus est abstrait ou decontextualise tandis que l'autre est concret ou contextualise: << These (clearly type 1) processes solve the "frame problem" by rapidly and effortlessly contextualizing our thought, retrieving stored memories and beliefs that are relevant to the current context. These powerful preattentive pragmatic processes can, however, be the cause of cognitive biases [if] processing fails to [...] inhibit belief based reasoning and to decontextualize in order to think abstractly and rationally >> (Evans, 2009a: 45).

Un troisieme aspect lie aux precedents est celui du domaine d'expertise des processus ou systemes de raisonnement. Les uns sont de domaines generaux et dependants de la capacite cognitive (la memoire de travail par exemple) et les autres sont de domaine specifique: << [...] there are two systems [...], and although System 1 may have the character of modular processes (fast, automatic, domain specific), System 2 appears capable of general-purpose abstract reasoning, albeit through a system that is slow and dependent on working memory resources >> (Evans et Over, 2008: 201).

Un quatrieme aspect est celui de l'encodage et de l'influence des instructions verbales. L'un des processus est verbal, abstrait et susceptible d'etre influence par des instructions verbales tandis que l'autre est pictural, concret et possiblement independant des instructions verbales: << [...] the long-established superiority of learning concrete over abstract words is due to the fact that while the latter have access only to the verbal code, the former also have access to the visual code which has strong mnemonic properties. Further evidence for the dual-code hypothesis is obtained through the use of various "converging operation", such as instructions to adopt an imagery strategy, which facilitate the learning of concrete words >> (Evans, 1982: 19-20).

Le cinquieme aspect est celui de l'implementation distincte des systemes responsables des processus produisant des cognitions specifiques:

[...] everywhere we find dualities: dorsal and ventral visual systems, implicit and explicit learning and memory systems, intuitive and deliberative systems for judgment and decision making, implicit stereotypes and attitudes as well as explicit social belief systems. And these divisions are not just supported by the interpretation of psychological experiments. In all of these cases, there is neuroscientific and neuropsychological evidence, in some cases rudimentary but in others highly developed, to show that distinct and dissociable regions of the brain correspond to the type 1 and 2 version of each system (Evans, 1010b: 208).

Le dernier aspect est moins lie aux autres et correspond a un questionnement philosophique a propos du concept meme de la dualite cognitive. En quelque sorte, il s'agit de positionner ce concept par rapport au debat metaphysique ou s'opposent la vision dualiste et la vision moniste (materialiste) du monde (11). Le dualisme cognitif semble appartenir a une forme modeste de dualisme, lequel se concoit aussi comme un materialisme au sens ou celuici s'oppose au dualisme traditionnel selon lequel l'esprit et le corps constituent des substances distinctes:

[...] while the mind is a product of the brain, it has properties that cannot be reduced to a description in terms of brain processes. Hence, property dualists argue that subjective conscious experience is not just the same thing as brain activity. For example, no alien scientist studying our brain activity could infer the nature of these experiences. [...] But of course there is no generally accepted scientific evidence to support the idea that the mind is really separate from the body. On the contrary, there is a mass of evidence from clinical neuropsychology that people are, in some sense, a direct function of their brains, because when brains are damaged, it changes the person >> (Evans, 2010b: 162-3).

4.7 La critique

Lors de la critique, on compare les resultats obtenus par la methode LACTAO a ceux obtenus de maniere plus traditionnelle par quelques commentateurs experts en la matiere. Dans un premier temps, on regroupe dans un ensemble synthetique ce qui semble constituer les proprietes importantes de la dualite cognitive selon Samuels (2009: 131), Frankish et Evans (2009: 15), Carruthers (2009: 109) et Evans (2009a: 34). Plus precisement, on incorpore dans un tableau chacune des proprietes de la dualite cognitive que les auteurs presentent eux-memes sous la forme d'un tableau. Specifions que chacun de ces tableaux presente deux colonnes dans lesquelles on ne trouve que des proprietes qui sont antithetiques les unes par rapport aux autres. Autrement dit, chaque ligne correspond toujours a une dualite. Dans un deuxieme temps, les proprietes enoncees par chacun de ces commentateurs ainsi que par nous-memes sont comparees a ceux du tableau synthetique (12). Ce dernier est compose de 19 paires de proprietes antinomiques. Samuels (2009) et Carruthers (2009) ont enonce 47 % de ces proprietes. Evans (2009a) ainsi que Frankish et Evans (2009) ont enonce 58 % de celles-ci13. Comparativement, nous avons enonce 95 % des proprietes que les commentateurs semblent collectivement juger importantes.

Conclusion

Somme toute, la LACTAO semble une methode capable d'identifier les proprietes importantes d'un concept. Plus important encore, la LACTAO constitue une methode capable de reveler quelque chose de l'architecture conceptuelle sous-jacente, c'est-a-dire qu'elle permet de tracer l'organisation approximative d'un contenu conceptuel singulier. Un moment interessant de notre application de la LACTAO est celui ou est introduite une connaissance generique a propos du concept etudie. Sans cette connaissance prealable et les procedes heuristiques qui en decoulent, les resultats auraient ete differents et probablement moins concluants. D'une part, le concept de dualite est possiblement organise comme une relation d'opposition. D'autre part, il est possible que la pensee de l'auteur se developpe par des relations d'opposition. Or, il serait etonnant que tous les concepts ou que toutes les pensees menant a des productions semiotiques fonctionnent ainsi. Subsequemment, il n'est pas necessairement recommande aux philosophes ou aux semioticiens d'introduire cette meme connaissance ou les heuristiques qui en decoulent lors d'une LACTAO a propos de formes ou de pensees conceptuelles differentes. Par contre, nous croyons qu'il est possible d'elaborer d'autres heuristiques mieux adaptees aux objets singuliers que l'on viserait a examiner dans la mesure ou la LACTAO semble constituer une methode suffisamment flexible pour etre modifiee en fonction de la specificite des objets de recherche. Le cas echeant, la LACTAO est une methode pouvant etre utile au semioticien qui cherche a approfondir ses connaissances a propos de cadres de haut niveau theorique exprimes dans des textes ou, encore, lors de ses recherches a propos d'objets semiotiques au moyen de textes traitant de ceux-ci.

Notice biobibliographique

Francis Lareau, Louis Chartrand, Jean-Francois Chartier et Davide Pulizzotto sont chercheurs au Laboratoire d'Analyse Cognitive de l'Information ainsi que membres de l'equipe de recherche responsable de la conceptualisation et du developpement d'une methode de lecture et d'analyse de textes assistees par ordinateur (LACTAO) sous la direction de Jean Guy Meunier. Aussi, Francis Lareau est titulaire d'une maitrise en philosophie.

Ouvrages cites

BACON, A. M., J. St B. T. EVANS et S. HANDLEY (2009), << Reasoning Under Time Pressure: A Study of Causal Conditional Inference >>, Experimental Psychology, vol. 56, p. 77-83.

BARRY, C. (1998), << Choosing Qualitative Data Analysis Software: Atlas/ti and Nudist Compared >>, Sociological Research Online, vol. 3, no 3, http://www.socresonline.org.uk/3/3/4.html, consulte le 14 octobre 2015.

BARSALOU, L. W. (sous presse), << Situated Conceptualization: Theory and Application >>, dans Y. COELLO et M. H. FISCHER (dir.), Foundations of Embodied Cognition, East Sussex, Psychology Press.

BARSALOU, L. W. (2003), << Situated Simulation in the Human Conceptual System >>, Language and Cognitive Processes, vol. 18, p. 513-562.

BEALER, G. (1998), << Intuition and the Autonomy of Philosophy >>, dans M. DEPAUL et W. RAMSEY (dir.), Rethinking Intuition, Oxford, Rowman & Littlefield Publishers, p. 201-39.

BEALER, G. (1987), << The Philosophical Limits of Scientific Essentialism >>, dans J. TOMBERLIN (dir.), Philosophical Perspectives, vol. 1, Ridgeview, Atascadero, p. 289-365.

BENDAOUD, R., M. R. HACENE, Y. TOUSSAINT, B. DELECROIX et A. NAPOLI (2007), << Construction d'une ontologie a partir d'un corpus de textes avec l'ACF >>, Actes d'IC 2007, Grenoble, p. 121-133.

BERGE, L., C. BOUVEYRON et S. GIRARD (2012), << HDclassif: An R Package for Model-Based Clustering and Discriminant Analysis of High-Dimensional Data >>, Journal of Statistical Software, vol. 46, no 6, p. 1-29.

BOUVEYRON, C., G. CELEUX, et S. GIRARD (2011), << Intrinsic dimension estimation by maximum likelihood in isotropic probabilistic PCA >>, Pattern Recognition Letters, vol. 32, no 14, p. 1706-1713.

CARRUTHERS, P. (2009), << An Architecture for Dual Reasoning >>, dans J. St B.T. EVANS et K. FRANKISH (dir.), In Two Minds: Dual Processes and Beyond, New York, Oxford University Press, p. 109-128.

CHALMERS, D. (1996), The Conscious Mind: In Search of a Fundamental Theory, Oxford, Oxford University Press.

CHAPMAN, N. P. (1987), << LR Parsing: Theory and Practice >>, New York, Cambridge University Press.

CHARTIER, J.-F., J. G. MEUNIER, J. DANIS et M. JENDOUBI (2008), << Le travail conceptuel collectif: une analyse assistee par ordinateur du concept d'ACCOMMODEMENT RAISONNABLE dans les journaux quebecois >>, dans S. HEIDEN et B. PINCEMIN (dir.), Acte des 9e journees internationales d'analyse statistique des donnees textuelles, p. 297-307, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

CHEN, N.-S., KINSHUK, C.-W. WEI et H.-J. CHEN (2008), << Mining e-Learning domain concept map from academic articles >>, Computers & Education, vol. 50, no 3, p. 1009-1021.

CIMIANO, P., A. HOTHO et S. STAAB (2005), << Learning Concept Hierarchies from Text Corpora Using Formal Concept Analysis >>, dans Journal of Artificial Intelligence Research (JAIR), vol. 24, p. 305-339.

CONDILLAC, E. B. de (1798), << Essai sur l'origine des connaissances humaines >> dans iuvres de Condillac, Paris, Houel, https://books.google.ca/books?id=QP08AAAAcAAJ, consulte le 14 octobre 2015.

CURTIS-HOLMES, J., et J. St B. T. EVANS (2005), << Rapid responding increases belief bias: Evidence for the dual-process theory of reasoning >>, Thinking & Reasoning, vol. 11, p. 382-389.

DANIS, J. (2012), << L'analyse conceptuelle de textes assistee par ordinateur (LACTAO): une experimentation appliquee au concept d'evolution dans l'Luvre d'Henri Bergson >>, These de doctorat, Montreal, Universite du Quebec a Montreal, http://www.archipel.uqam.ca/4641/1/M12423.pdf, consulte le 14 octobre 2015.

ELQAYAM, S. et J. St B. T. EVANS (2011a), << Substracting "ought" from "is": Descriptivism versus normativism in the study of human thinking >>, Behavioral and Brain Science, vol. 34, p. 233-290.

ELQAYAM, S. et J. St B. T. EVANS (2011b), << Towards a descriptivist psychology of reasoning and decision making >>, Behavioral and Brain Sciences, vol. 34, p. 275-284.

ELQAYAM, S., V. A. THOMPSON, M. R. WILKINSON, J. St B. T. EVANS et David E. OVER (2015), << Deontic introduction. A theory of inference from is to ought >>, Journal of Experimental Psychology, vol. 41, no 5, p. 1516-32.

ESTEVE, Raphael (2008), << Une approche lexicometrique de la duree bergsonienne >>, Texte et corpus, no 3 (aout), Actes des journees de la linguistique de corpus 2007, p. 247-258, http://web.univ-ubs.fr/corpus/jlc5/ACTES/ACTES_JLC07_esteve.pdf, consulte le 14 octobre 2015.

EVANS, J. St B. T. (2014), << Two Minds Rationality >>, Thinking & Reasoning, vol. 20, no 2, p. 129-146.

EVANS, J. St B. T. (2013), << Reasoning >>, dans D. Reisberg (dir.), The Oxford Handbook of Cognitive Psychology, New York, Oxford University Press, p. 635-649.

EVANS, J. St B. T. (2012), << Spot the difference: distinguishing between two kinds of processing >>, Mind & Society, vol. 11, p. 121-131.

EVANS, J. St B. T. (2011a), << Dual-process theories of reasoning: Contemporary issues and developmental applications >>, Developmental Review, vol. 31, p. 86-102.

EVANS, J. St B. T. (2011b), << The psychology of reasoning: Reflections on four decades of research >>, dans K. MANKTELOW, D. OVER et S. ELQAYAM (dir.), The Science of Reason. A Festschrift for Jonathan St B T Evans, Hove, Psychology Press, p. 423-444.

EVANS, J. St B. T. (2011c), << Reasoning is for Thinking, not just Arguing >>, Behavioral and Brain Sciences, vol. 34, p. 77.

EVANS, J. St B. T. (2010a), << Intuition and reasoning: A dual-process perspective >>, Psychological Inquiry, vol. 21, p. 313-326.

EVANS, J. St B. T. (2010b), Thinking Twice: Two Minds in One Brain, Oxford, Oxford University Press.

EVANS, J. St B. T. (2009a), << How many dual-process theories do we need? One, two, or many? >>, dans J. St B. T. EVANS et K. FRANKISH (dir.), In two minds: Dual processes and beyond, New York, Oxford University Press, p. 33-54.

EVANS, J. St B. T. (2009b), << Introspection, confabulation, and dual-process theory >>, Behavioral and Brain Sciences, vol. 2, p. 142-143.

EVANS, J. St B. T. (2008), << Dual-Processing accounts of reasoning, judgement, and social cognition >>, Annual Review of Psychology, vol. 59, p. 255-278.

EVANS, J. St B. T. (2007a), << On the resolution of conflict in dual process theories of reasoning >>, Thinking & Reasoning, vol. 13, p. 321-329.

EVANS, J. St B. T. (2007b), Hypothetical Thinking: Dual processes in reasoning and judgement, Hove, Psychology Press.

EVANS, J. St B. T. (2006a), << Dual system theories of cognition: Some issues >>, dans Proceedings of the 28th Annual Conference of the Cognitive Science Society, Cognitive Science Society, p. 202-207.

EVANS, J. St B. T. (2006b), << The heuristic-analytic theory of reasoning Extension and evaluation >>, Psychonomic Bulletin and Review, vol. 13, p. 378-395.

EVANS, J. St B. T. (2002), << Logic and human reasoning: An assessment of the deduction paradigm >>, Psychological Bulletin, vol. 128, p. 978-996.

EVANS, J. St B. T. (1984), << Heurisitic and analytical processes in reasoning >>, British Journal of Psychology, vol. 75, p. 451-468.

EVANS, J. St B. T. (1982), The psychology of deductive reasoning, London, Routledge & Kegan Paul.

EVANS, J. St B. T., A. FEENEY et S. VENN (2002), << Implicit and explicit processes in a hypothesis testing task >>, British Journal of Psychology, vol. 93, p. 31-46.

EVANS, J. St B. T., S. HANDLEY, H. NEILENS et D. E. OVER (2009), << The influence of cognitive ability and instructional set on causal conditional inference >>, The Quarterly Journal of Experimental Psychology, vol. 63, p. 892-909.

EVANS, J. St B. T. et P. N. JOHNSON-LAIRD (2003), << Editorial obituary Peter Wason (1924-2003) >>, Thinking and Reasoning, vol. 9, no 3, p. 177-184.

EVANS, J. St B. T. et D. E. OVER (2010), << Heuristic thinking and human intelligence a commentary on Marewski, Gaissmaier and Gigerenzer >>, Cognitive Processing, vol. 11, p. 171-175.

EVANS, J. St B. T. et D. E. OVER (2008), << Whole mind theory: Massive modularity meets dual processes >>, Thinking & Reasoning, vol. 14, no 2, p. 200-208.

EVANS, J. St B. T. et D. E. OVER (2002), << The role of language in the dual process theory of thinking >>, Behavioral and Brain Sciences, vol. 25, p. 684-685.

EVANS, J. St B. T. et K. E. STANOVICH (2013), << Dual-process theories of higher cognition: Advancing the debate >>, Perspectives on Psychological Science, vol. 8, p. 223-241.

FLORIDI, L. (2002), The Blackwell Guide to the Philosophy of Computing and Information, Oxford, OUP.

FOREST, D. (2002), << Lecture et analyse de textes philosophiques assistees par ordinateur: application d'une approche classificatoire mathematique a l'analyse thematique du Discours de la methode et des Meditations metaphysiques de Descartes >>, These de doctorat, Montreal, Universite du Quebec a Montreal.

FOREST, D. et J. G. MEUNIER (2009), << Lecture et analyse conceptuelle assistee par ordinateur: premieres experiences >>, dans F. LE PRIOL et J.-P. DESCLES (dir.), Annotations automatiques et recherche d'information, Paris, Hermes, p. 211-30.

FRANKISH, K. et J. St B. T. EVANS (2009), << The duality of mind: An historical perspective >>, dans J. St B. T. EVANS et K. FRANKISH (dir.), In two minds: Dual processes and beyond, New York, Oxford University Press, p. 1-32.

GAWRONSKI, B. J. W. SHERMAN et Y. TROPE (2014), << Two of What? A Conceptual Analysis of Dual-Process Theories >>, dans J. W. SHERMAN, B. GAWRONSKI, et Y. TROPE (dir.), Dual-process theories of the social mind, New York, Guilford Press, p. 3-19.

GRUNE, D., et C. J. H. JACOBS (1990), Parsing Techniques: A Practical Guide, Chichester, Ellis Horwood.

HACENE, M, R., M. HUCHARD, A. NAPOLI et P. VALTCHEV (2010), << Using Formal Concept Analysis for Discovering Knowledge Patterns >>, CLA 2010, p. 223-234.

HACENE, M. R., M. HUCHARD, A. NAPOLI et P. VALTCHEV (2007), << A Proposal for Combining Formal Concept Analysis and Description Logics for Mining Relational Data >>, ICFCA 2007, p. 51-65.

HAMPTON, J. A. (1995), << Similarity-based categorization: The development of prototype theory >>, Psychologica Belgica, vol. 35, p.103-125.

HARRIS, Z. (1954), << Distributional structure >>, Word, vol. 10, no 23, p. 146-162.

HEIT, E. et L. W. BARSALOU (1986), << The instantiation principle in natural language categories >>, Memory, vol. 4, no 4, p. 413-51.

HESPOS, S. J. et E. S. SPELKE (2004), << Conceptual precursors to language >>, Nature, vol. 430, p. 453-456.

JACKSON, F. (1998), From Ethics to Metaphysics, Oxford, Oxford University Press.

JACKSON, F. (1994), << Armchair Metaphysics >>, dans M. MICHAEL et J. O'LEARY-HAWTHOME (dir.), Philosophy in Mind, Amsterdam, Kluwer Academic Publishers, p.23-42.

KNAFL, K. et J. DEATRICK (2000), << Knowledge Synthesis and Concept Development in Nursing >>, dans B. RODGERS et K. KNAFL (dir.), Concept Development in Nursing: Foundations, Techniques and Applications, Philadelphie, Saunders, p. 39-54.

KOMATSU, L. K. (1992), << Recent views of conceptual structure >>, Psychological bulletin, vol. 112, no 3, p. 500-26.

LAWRENCE, S. et E. MARGOLIS (1999), << Concepts and Cognitive Science >>, dans E. MARGOLIS et S. LAWRENCE (dir.), Concepts: Core Readings, Cambridge, MIT Press, p. 3-83.

LEACOCK, C., G. TOWELl et E. VOORHEES (1996), << Towards building contextual representations of word senses using statistical models >>, dans B. BOGURAEV et J. PUSTEJOVSKY (dir.), Corpus processing for lexical acquisition, Cambridge, MIT Press, p. 97-113.

LEOPOLD, E. (2007), << Models of Semantic Spaces >>, Studies in Fuzziness and Soft Computing, 209, p. 117-137.

LEWIS, D. (1994), << Reduction of Mind >>, dans S. GUTTENPLAN (dir.), A Companion to Philosophy of Mind, Oxford, Blackwell, p. 412-431.

LOISEAU, S. (2005), << Thematique et semantique contextuelle d'un concept philosophique >>, dans G. WILLIAMS, La linguistique de corpus, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 129-140, http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00170892, consulte le 14 octobre 2015.

MARTINEZ-MANRIQUE, F. (2010), << On the Distinction between Semantic and Conceptual Representation >>, Dialectica, vol. 64, no 1, p. 57-78.

MEDIN, D. L., M. W. ALTOM et T. D. MURPHY (1984), << Given versus induced category representations: Use of prototype and exemplar information in classification >>, Journal of Experimental Psychology: Learning, Memory, and Cognition, vol. 10, no 3, p. 333-52.

MEDIN, D. L. et A. ORTONY (1989), << Psychological essentialism >>, dans S. VOSNIADOU et A. ORTONY (dir.), Similarity and Analogical Reasoning, Cambridge, Cambridge University Press, p. 179-195.

MEUNIER, J. G. (2014), << Humanites numeriques ou computationnelles: Enjeux hermeneutiques >>, Sens Public, http://sens-public.org/IMG/pdf/SensPublic_Meunier_JeanGuy.pdf, consulte le 14 octobre 2015.

MEUNIER, J. G. (2006), << Le concept: de la singularite a la synthese >>, Les cahiers du Lanci, vol. 1, Montreal, Universite du Quebec A Montreal/Laboratoire d'analyse cognitive de l'information.

MEUNIER, J. G., I. BISKRI et D. FOREST (2005), << Classification and Categorization in Computer Assisted Reading and Analysis of Texts >>, dans Claire LEFEBVRE et Henri COHEN, Handbook of Categorization in Cognitive Science, New York, Elsevier, p. 955-978.

MORRIS, J. (1969), << A Computer-Assisted Study of a Philosophical Text >>, Computers and the Humanities, vol. 3, no 3, p. 175-178.

MURPHY, G. L. (2002), The Big Book of Concepts, Cambridge, MIT Press.

MURPHY, G. L. et D. L. MEDIN (1985), << The role of theories in conceptual coherence >>, Psychological Review, vol. 92, no 3, p. 289-316.

NOSOFSKY, R. M. (1992), << Exemplars, prototypes, and similarity rules >>, dans A. HEALY, S. KOSSLYN, et R. SHIFFRIN (dir.), Essays in honor of William K. Estes/From learning theory to connectionist theory (vol. 1), Hillsdale, Erlbaum, p. 149-167.

NOSOFSKY, R. M. (1988), << Exemplar-based accounts of relations between classification, recognition, and typicality >>, Journal of Experimental Psychology: Learning, Memory, and Cognition, vol. 14, p. 700-8.

PADO, S. et M. LAPATA (2007), << Dependency-based construction of semantic space models >>, Computational Linguistics, vol. 33, no 2, p. 161-199.

PADO, S. et M. LAPATA (2003), << Constructing semantic space models from parsed corpora >>, dans Proceedings of the 41st Conference of the Association for Computational Linguistics, ACL'03, p. 128-135.

PEARSON, K. (1895), << Notes on regression and inheritance in the case of two parents >>, Proceedings of the Royal Society of London, vol. 58, p. 240-242.

POUDAT, C. (2006), << Typologie des concepts de linguistique: evaluation et elaboration en corpus de criteres discriminants >>, Corpus en Lettres et Sciences sociales, vol. 11, no 2, p. 79-89.

RAMSAY, S. (2004), << In praise of pattern >>, dans Canadian Symposium on Text Analysis/The face of text: computer assisted text analysis in the humanities, Toronto, McMaster University, http://tapor1.mcmaster.ca/~faceoftext/FOTfinal.pdf, consulte le 14 octobre 2015.

RASTIER, F. (2001), Arts et sciences du texte, Paris, PUF.

RASTIER, F. et E. MARTIN (1995), L'analyse thematique des donnees textuelles: l'exemple des sentiments, Paris, Didier Erudition. (Coll. Etudes de semantique lexicale).

RISJORD, M. (2009), << Rethinking concept analysis >>, Journal of Advanced Nursing, vol. 65, no 3, p.684-691.

ROCKWELL, Geoffrey (2003), << What is Text Analysis, Really? >>, Literary and Linguistic Computing, vol. 18, no 2, p. 209-219.

ROGERS, T. T., J. R. HODGES, M. A. LAMBON RALPH et K. PATTERSON (2003), << Object recognition under semantic impairment: The effects of conceptual regularities on perceptual decisions >>, Language and Cognitive Processes, vol. 18, p. 625-662.

ROSCH, E. (1983), << Prototype classification and logical classification: The two systems >>, dans E. K. SCHOLNICK (dir.), New Trends in Conceptual Representation: Challenges to Piaget's Theory?, Hillsdale, Lawrence Erlbaum, p. 133-159.

ROSCH, E. (1978), << Principles of categorization >>, dans E. ROSCH et B. LLOYD (dir.), Cognition and Categorization, Hillsdale, Lawrence Erlbaum, p. 133-159.

ROSCH, E. (1977), << Classification of real-world objects: Origins and representations in cognition >>, dans P. JOHNSON-LAIRD et P. WASON (dir.), Thinking: Readings in Cognitive Science, Cambridge, Cambridge University Press, p. 212-223.

ROSCH, E. et C. B. MERVIS (1975), << Family resemblances: studies in the internal structure of categories >>, Cognitive Psychology, vol. 7, p. 573-605.

ROTH, C. (1997), << La reconstruction en sciences sociales: le cas des reseaux de savoirs >>, Nouvelles perspectives en sciences sociales: revue internationale de systemique complexe et d'etudes relationnelles, vol. 2, no 2, p. 59-101.

RUMELHART, D. E. et D. A. NORMAN (1988), << Representation in memory >>, dans R.C. ATKINSON, R.J. HERNSEIN, G. LINDZEY et R. L. DUNCAN (dir), Stevens' Handbook of Experimental Psychology, vol. 2, Learning and Cognition (2e edition), New York, Wiley, p. 511-587.

SAFFRAN, E. M., H. BRANCH COSLETT, N. MARTIN et C. B. BORONAT (2003), << Access to knowledge from pictures but not words in a patient with progressive fluent aphasia >>, Language and Cognitive Processes, vol. 18, p. 725-757.

SAHLGREN, M. (2006), << The word-space model: Using distributional analysis to represent syntagmatic and paradigmatic relations between words in high dimensional vector spaces >>, These de doctorat, Stockholm, Stockholm University.

SALTON, G. (1991), << Developments in automatic text retrieval >>, Science, vol. 253, p. 974-980.

SALTON, G. et M. J. MCGILL (1983), Introduction to modern information retrieval, New York, McGraw-Hill.

SAMUELS, R. (2009), << The magical number two, plus or minus: Dual-process theory as a theory of cognitive kinds >>, dans J. St B. T. EVANS et K. FRANKISH (dir.), In two minds: Dual processes and beyond, New York, Oxford University Press, p. 129-148.

SHIMODAIRA, H. (2004), << Approximately unbiased tests of regions using multistep-multiscale bootstrap resampling >>, Annals of Statistics, vol. 32, p. 2616-2641.

SHIMODAIRA, H. (2002), << An approximately unbiased test of phylogenetic tree selection >>, Systematic Biology, vol. 51, p. 492-508.

SMITH, E. E. et D. L. MEDIN (1981), Categories and Concepts, Cambridge, Harvard University Press.

SUZUKI, R. et H. SHIMODAIRA (2004), << An application of multiscale bootstrap resampling to hierarchical clustering of microarray data: How accurate are these clusters? >>, dans The Fifteenth International Conference on Genome Informatics, Yokohama, http://www.is.titech.ac.ip/~shimo/pub/GIW2004/GIW04P034.pdf. consulte le 14 octobre 2015.

SWANSON, D. R. (1988), << Migraine and magnesium: eleven neglected connections >>, Perspectives in Biology and Medecine, vol. 31, no 4, p.526-557.

SWANSON, D. R. et N. R. SMALHEISER, (1997), << An interactive system for finding complementary literatures: a stimulus to scientific discovery >>, Artificial Intelligence, vol. 91, no 2, p. 183-203.

UNSWORTH, J. (2005), << New Research Methods for the Humanities >>, dans The Lyman Award Lecture, National Humanities Center, p. XX.

VALETTE, M. (2006), << La genese textuelle des concepts scientifiques: etude semantique sur l'Luvre du linguiste Gustave Guillaume >>, Cahiers de lexicologie, vol. 89, p. 125-142.

WALKER, L. et K. AVANT (2005), Strategies for Theory Construction in Nursing, New Jersey, Prentice Hall.

WARD, J. H. Jr. (1963), << Hierarchical Grouping to Optimize an Objective Function >>, Journal of the American Statistical Association, vol. 58, p. 236-244.

WASON, P. C. et J. St B. T. EVANS (1975), << Dual-processes in reasoning >>, Cognition, vol. 3, p. 141-54.

Francis Lareau, Louis Chartrand, Jean-Francois Chartier et Davide Pulizzotto

Universite du Quebec a Montreal

francislareau@hotmail.com

(1) La LACTAO est une variante des approches de fouille de textes (text mining) dont la particularite est de cibler des expressions conceptuelles de haut niveau theorique plutot que de connaissance generale ou commune (common knowledge) (Meunier et coll., 2005). Specifions que cette fouille de textes qui est possiblement automatisee ne constitue qu'un moment de la tache globale de LACTAO de sorte qu'elle s'inscrit dans le paradigme d'une hermeneutique dite << materielle >> selon la terminologie de Rastier (2001) et qui << renait dans le cadre computationnel >> d'apres Meunier (2014: 21).

(2) Specifions qu'il n'est pas toujours possible de produire ce second moment methodologique, notamment lorsque l'objet de recherche n'est pas directement accessible.

(3) A titre d'exemple, Gawronski, Sherman et Trope (2014) font une analyse du concept de dualite cognitive ou les auteurs tracent un portrait de ce concept chez les theoriciens l'ayant developpe pour ensuite apporter leur propre contribution.

(4) Chez l'humain, la capacite cognitive de produire et d'utiliser des concepts semble se developper avant celle de leur expression linguistique. De plus, on peut observer une difference entre l'organisation conceptuelle avant l'acquisition d'une langue et celle suivant un tel apprentissage (voir Hespos et Spelke, 2004).

(5) Notons que l'acte d'observation implique par la decomposition n'est probablement pas passif, c'est-a-dire que l'objet sans l'observateur ne se comporte pas necessairement comme l'objet observe.

(6) A titre indicatif, le nombre d'articles de psychologie scientifique publies a propos de dual process ou de dual system ainsi que le nombre de citations de ces derniers est annuellement en constante croissance depuis au moins 20 ans (selon une requete effectuee le 23 octobre 2014 sur le Web of Science[TM]).

(7) Ces six operations specifient pour la LACTAO les grandes operations des analyses de donnees (data mining).

(8) A cet effet, la recherche montre que les resultats d'un forage conceptuel sont plus significatifs lorsqu'on ne tient compte que des noms communs et des adjectifs (Chen et coll., 2008).

(9) La representation matricielle du texte est de haute dimensionnalite dans la mesure ou on peut naivement considerer chacune des unites lexicales--les mots par exemple--comme une dimension dans un espace vectoriel. Cela pose probleme lors de la classification, car le nombre de points dans une grille multidimensionnelle discrete augmente exponentiellement en fonction du nombre de variables (dimensions) de sorte que les objets a classer peuvent sembler de moins en moins similaires ou se distancer les uns des autres lorsqu'on tient compte d'un plus grand nombre de variables (Bellman, 1961; Sahlgren, 2006).

(10) Deux termes sont fortement correles lorsque leur coefficient de correlation est de premier ou de second ordre comparativement aux coefficients de correlation qu'au moins l'un des deux termes entretient avec les autres termes. Le contenu semantique des paires de termes contradictoires et fortement correlees peut s'interpreter comme etant un contenu important du concept investigue.

(11) Specifions que l'auteur ne s'adresse pas au monisme non materialiste comme celui de Berkeley, par exemple.

(12) On regroupe les dualites qui semblent les memes bien qu'elles s'expriment en des termes legerement differents. Par exemple, on considere comme une meme dualite conscient-inconscient, conscient-nonconscient et conscient-preconscient.

(13) Les commentateurs-experts connaissent probablement toutes les proprietes affichees au tableau synthetique, mais on peut presumer que chacun affiche dans son propre tableau celles qu'il juge plus importantes.
COPYRIGHT 2018 University of Toronto Mississauga, Department of Language Studies
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2018 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:Lareau, Francis; Chartrand, Louis; Chartier, Jean-Francois; Pulizzotto, Davide
Publication:Applied Semiotics/Semiotique applique
Date:Feb 1, 2018
Words:8857
Previous Article:L'OMBRE DES SCHEMAS: SEMIOTIQUE ET RECIT SPECTRAL. L'EXEMPLE DES: TRISTES CHAMPS D'ASPHODELES, PIECE EN 14 TABLEAUX: DE PATRICK KERMANN.
Next Article:VERS UNE SEMIOTIQUE COMPUTATIONNELLE: ETUDE DE CAS ET PREMIERES EXPLORATIONS.
Topics:

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters