Printer Friendly

L'hotel Marhaba, une memoire nationale a l'agonie !

El Jadida

C'est l'ex- hotel Marhaba s'etendant sur pres de 5 hectares. Un hotel prestigieux, imperial et historique. Historique parce qu'il a ete temoin de plusieurs evenements historiques du temps du protectorat et a l'independance. Historique parce qu'il a ete la destination privilegiee du Liberateur et du pere de la Nation feu S.M le Roi Mohammed V.

Les coeurs de millions de nostalgiques jdidis, marocains et de l'hexagone se serrent rien qu'a son evocation. Tous le pleurent. Temoin, donc, de mille et un evenements historiques et intimes, ce patrimoine demeure la fierte de toute une ville et de toute une region. Mais des mains criminelles s'en sont accaparees, un certain jour dans une transaction louche, et l'ont transforme, au grand dam des bonnes ames et sans prendre compte de sa valeur historique, en un lieu de deperdition, de debauche et de consommation de la biere [beaucoup moins que]perimee[beaucoup plus grand que]. Sans aucune pudeur ni pour son glorieux ni pour prestigieux passe. Et encore moins a ce qu'il signifiait et representait pour toute une communaute marocaine, francaise et juive. Sans respect, aussi, a la memoire de ceux qui en ont fait un bijou. Meme s'il a ete, dit-on, la cause principale de la disparition de l'historique Casino edifie au milieu de la mer et dont ne subsistent, helas, que des photos et les fondations dans la plage d'El Jadida. Cet hotel realise, dans la station balneaire d'El Jadida, s'insere dans une zone plantee d'eucalyptus, comprenant un parc au trace ancien adosse a la plage, et offrant, ainsi, un cadre de verdure en bordure de l'ocean. L'architecte a voulu offrir deux vues a la fois. Une sur le parc Mohammed V et une autre sur la mer pour donner a l'occupant de chaque chambre l'impression qu'il a toute la vue pour lui. Ceci, enfin, pour briser la monotonie en echappant a la forme rectangulaire et ce, en suivant l'implantation les courbes des allees du parc. Aujourd'hui, il est dans un piteux etat de delabrement avance. Emmure, il est abandonne a son propre sort et a des mains sans scrupules qui l'ont dilapide et pille de tous ses biens singuliers. Comme il est le refuge de SDF et de vagabonds. Pourtant, une lueur d'espoir pour sa resurrection etait apparue un certain jour. Un groupe francais l'avait achete, en 2006, au liquidateur du ministere des Finances, en charge de la gestion des biens qui etaient encore en suspens de la societe [beaucoup moins que] Renaissance [beaucoup plus grand que] et qui avait ete liquidee. Une convention, entre les deux parties, avait ete paraphee. Marhaba aurait ete cede pour un prix de 32,2 millions de dirhams. 250 autres millions de DH avaient ete prevus pour sa transformation. Les nouveaux proprietaires envisageaient de realiser un ensemble residentiel senior. Selon le plan presente par l'architecte, l'architecture de l'hotel existant serait preservee. Sa renovation permettrait l'amenagement de 41 chambres, des suites, d'un restaurant-bar et d'une salle de conferences et de spectacles. De plus, un autre restaurant panoramique avec terrasse donnant sur l'ocean serait edifie. Sur les terrains de l'immense jardin, seraient construits 70 riads a etage sur des superficies variables. 1O dars de 300 m2, 30 douirates de 200 m2 et 30 douiriyates de 140 m2. Autour des riads, les investisseurs comptaient installer 7 piscines, un SPA, deux courts de tennis et un club house pour les jeux d'animation. De l'autre cote de l'hotel, un autre restaurant sur 500 m2 serait amenage avec une entree directe depuis l'exterieur. Selon le projet, les voitures ne pourraient acceder a l'interieur pour preserver la quietude des lieux et sauvegarder l'environnement. Un parking devait etre amenage a l'entree avec une capacite de 120 places. Des voitures electriques permettraient l'acces aux residences et a l'hotel. Selon des sources proches du groupe acheteur, les investissements seraient de l'ordre de 23 millions d'euros (pres de 250 millions de DH). Le projet engendrerait 200 emplois directs et plus de 400 autres indirects. Le demarrage des travaux de construction et d'amenagement etait prevu pour le premier decembre 2006 pour des delais de 14 mois. L'hotel and ressorts serait operationnel en fevrier 2008. Malheureusement, tout s'est evanoui. Rien n'est apparu a l'horizon. L'etat de ce patrimoine, ferme depuis 1996, est reste stagnant. Comme son semblable, l'hotel Doukkala, se trouvant juste a cote. Deux superbes hotels a l'entree de la ville en ruine donc. Lors d'une rencontre organisee au siege de la Province d'El Jadida, au debut du mois de mai de l'annee 2012, entre M. Lahcen Haddad, ministre du tourisme et les operateurs du secteur touristique, le gouverneur de la province d'El Jadida, monsieur Mouad Jamii avait souleve le probleme de ces deux hotels, laisses a l'abandon. Il avait demande, jusqu'a supplier, monsieur le ministre de soulager les doukkalis de ce '' lourd et epineux heritage''. Le ministre avait repondu : [beaucoup moins que]nous allons reagir[beaucoup plus grand que]. On attend toujours monsieur le ministre ! Cependant, le sort de l'hotel de doukkala depend de notre "aimable" conseil municipal. Mais ce dernier semble avoir d'autres chats a fouetter. A moins qu'il songe le ceder a une tierce partie. On ne sait jamais.

********

El Jadida perd de sa splendeur

Reine. Oui, elle l'etait. Reine des plages. Sereine, pudique oE la vie s'ecoulait tranquille dans une monotonie agreable. Sa cite historique. Son climat doux. Son theatre majestueux et imperial.

Ses plages interminables. Sa terre riche et fertile. Tout en elle caracterisait la quietude, la beaute et laissait presager le meilleur des sorts et des destinees.Reine dans sa splendeur. Majestueuse sur son piedetal, elle scrutait l'horizon. Confiante et rassuree. Helas ! La realite a evince le reve. Le piedestal est tombe et la Reine s'est ecroulee. Elle a perdu sa couronne et sa pudeur. L'ombre noire du ridicule masque ses traits jadis fins et ensorceleurs.

La Reine agonise. Elle se meurt, minee par le mal, pataugeant dans la pourriture, vaincue par la honte et le ridicule. Tout y est de travers. L'anarchie est totale et personne ne semble s'en soucier. L'espace public est constamment pietine. Les passages pietons sont occupes et les vestiges d'une cite seculaire sont defigures. Aucune ame et plus aucun charme.

Aujourd'hui, dans l'ultime sursaut d'un agonisant, dans un dernier souffle d'honneur, elle fait, de son mieux, pour devoiler le secret de sa decheance. Elle essaie de s'exprimer, d'incriminer. Elle essaie de soulager sa conscience. Peut- etre que le mince et fragile fil, la retenant, trouverait qui le consolide.

Livree a elle-meme, elle se meurt dans l'indifference des siens. De ceux qu'elle avait, tendrement, berces. Elle se meurt de ce mal qui la torture et la ronge. Telle une tumeur dont les racines s'ancrent et se propagent. Touchee a mort dans ce qu'elle a de plus cher au monde. L'honneur et la dignite de ses filles et fils. Car, helas :

- La debauche sevit.

- La criminalite regne.

- Des gosses, en dizaines, commercent dans le detail des cigarettes.

- La mendicite se generalise.

- Les bars ne desemplissent pas.

- Les lieux de deperdition poussent tels des champignons.

- La prostitution prolifere

Ah, ces filles de joie ! Elles sont de tous les ages. On les voit partout et a n'importe quel temps. Des jeunes et moins jeunes quadrillent la ville Elles hantent les bars. Elles se droguent. Elles [beaucoup moins que]chichent[beaucoup plus grand que]. Telles des marchandises, elles vendent leurs corps. On en trouve de toutes les bourses.

El Jadida, le fameux [beaucoup moins que] Mazagan [beaucoup plus grand que], agonise. Elle se meurt. Et pendant ce temps, que fait notre [beaucoup moins que]respectable[beaucoup plus grand que] conseil municipal ?

Il est aux abonnes absents. Sauf pour ses interets particuliers. MaEtre en l'art de litterarise, il se distingue, aussi, par sa nonchalance et son manque de devoir et de responsabilite. La preuve est cette programmation, en 2010, de moult actions au benefice de la ville et au profit de ses habitants, il a brille par son inertie de tenir parole en mettant au jour d'importants projets pourtant approuves par le conseil dans une session. MaEtre en l'art de mettre en evidence de faux excedents. Les fournisseurs, hormis les proches, ne sont pas payes. Les depenses d'equipement en infrastructures et autres sont inexistantes. Et le tout tombe dans la masse pour des mutations douteuses dans des rubriques faisant la joie et le bonheur de quelques uns de [beaucoup moins que] nos elus [beaucoup plus grand que]. Les bons de commande font legion. Une maniere discrete et dont sont specialistes quelques uns reputes, dans cette specialite, aux niveaux local et regional.

La Reine est entre des mains impitoyables. Elle balbutie la pauvre pour appeler du secours. Y a- t- il un sauveur ?

********

Attaque a mains armes Moulay Abdellah

Une bande de malfrats s'en prend a un quartier

Une bande, composee de trois malfrats, s'est attaquee a main armee, tres tot le matin du samedi, a tout un quartier du centre rural de Moulay Abdellah oE resident des dizaines d'ouvriers d'unites industrielles de Jorf Lasfar.

Les assaillants ont choisi ce moment precis pour surprendre leurs victimes afin de les depouiller de leurs soldes qu'ils venaient, a peine, de toucher. Ce qui laisse supposer que les malfaiteurs avaient prepare, auparavant et minutieusement, leur coup sale. Surpris, les victimes n'ont pu s'organiser pour se defendre. Resultat : un mort et onze blesses dont cinq dans un etat juge tres grave. Les gendarmes de Sidi Bouzid ont vite reagi pour arreter, tout d'abord, un suspect qui a reconnu son forfait. Les deux autres ont ete museles quelques heures apres alors qu'ils tentaient de vider les lieux vers la ville d'El Jadida.

Cet incident pose de nouveau, avec acuite, le probleme de la securite au centre de Moulay Abdellah oE elle n'est assuree que par quelques elements des forces auxiliaires qui se comptent sur le bout des doigts. Les obseravateurs ne comprennent pas toujours, malgre les doleances de differents conseils communaux qui se sont succede sur les destinees de cette commune, pourquoi le commandement de la gendarmerie royale s'obstine a garder sa brigade a Sidi Bouzid (aux portes de la ville d'El Jadida) oE la population ne depasse guere les mille habitants et tres loin de milliers d'autres. Pourtant, la commune s'est depensee pour offrir aux gendarmes un local des plus decents. Le centre de Moulay Abdellah n'accueille plus uniquement les autochtones ; mais egalement de centaines de cadres et d'ouvriers exercant dans les differentes unites industrielles de Jorf Lasfar. Meme des gens travaillant a El Jadida ont prefere resider dans cette localite a cause des loyers a la portee des bourses moyennes. C'est donc un epineux probleme, d'une importance capitale, que doit solutionner le commandement de la gendarmerie royale.

Copyright Casanet 2013. All rights reserved.

Provided by Syndigate.info an Albawaba.com company
COPYRIGHT 2013 Al Bawaba (Middle East) Ltd.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2013 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Al Bayane (Al Dar Al Bayda', Morocco)
Geographic Code:6MORO
Date:Jun 3, 2013
Words:1788
Previous Article:Le MAS retrouve l'Afrique.
Next Article:Un grand meeting de communication.
Topics:

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters