Printer Friendly

L'esprit sartrien des francais, du moi freudien au moi humaniste, de l'angoisse a l'espoir.

Les annees 60-70 virent le triomphe de grands courants de pensee et des grands intellectuels les incarnant. Je parle bien evidemment de l'existentialisme de Sartre, du structuralisme de Levi-Strauss et de la psychanalyse de Freud. La France sortie de la guerre aneantie se cherche un nouveau souffle, un nouveau combat afin de continuer a porter l'universalite des valeurs issues de la Revolution. L'esprit francais, dans l'hexagone, mais aussi a l'etranger, se concoit invariablement dans ce besoin d'alimenter ce debat democratiquement, une notion politique et culturelle.

Cet article se place dans la discipline de la nouvelle-histoire, celle de l'histoire des mentalites. Apparue dans les annees 30, elle se donnait de nouveaux objets d'etude: les sentiments, les sensibilites, les croyances, les attitudes, l'imaginaire, les pratiques culturelles ou les symboles. L'histoire se rapproche des nouvelles disciplines, l'anthropologie, la sociologie, la psychanalyse et s'interroge non pas seulement sur la societe mais d'abord sur l'homme tel qu'il est, a une epoque donnee. En d'autres mots, et pour expliciter le sujet de ce travail, c'est quoi un Francais contemporain, peut-on definir les contours de sa pensee ? Bernard Henri Levy publia un livre appele << le siecle de Sartre >> dans lequel il commence par ces mots : << Ce "Siecle de Sartre", c'est le notre, toute d'esperances et de desillusions, d'utopies et d'aveuglements, dont Sartre fut la figure dominante >> (Levy 5).

Le XXeme siecle est sans nul conteste celui de Jean Paul Sartre (1905-1980) qui a fortement impregne l'esprit francais. Le philosophe, connu pour son ceuvre certes, mais egalement pour ses combats pour une autre societe, incarne pour le public de son temps et aux yeux des etrangers un comportement bien francais, engage, combattif, cultive, raleur.

Toutefois, l'esprit francais ne peut pas se limiter a Sartre car une autre pensee, plus noire, d'abord difficilement identifiable, assez ancienne, continue a s'imposer. De nombreuses enquetes d'opinion depuis des decennies decernent aux Francais la palme du peuple le plus pessimiste et deprime. Pour comprendre ce malaise existentiel, une seule reference s'impose, celle de Sigmund Freud (1856-1939), le maitre de la psychanalyse. Ouvrir la pensee de Sartre a celle de Freud trouve sa convergence dans le domaine de l'angoisse que l'on pourrait resumer par la pulsion de vie et la pulsion de mort. Ainsi, je souhaite dans cet article ouvrir une reflexion inedite dans le domaine academique, est-ce que l'esprit francais contemporain peut se definir par l'engagement existentialiste sartrien et la psychanalyse freudienne ? Sartre et Freud deviennent alors des Maitres a penser, voire des Maitres a vivre.

Etudier Sartre tout en ouvrant cette etude a Freud n'est pas un travail sur la philosophie ou la psychanalyse, mais un moyen de definir la civilisation francaise, de lui trouver un esprit, une ame. Ce travail s'avere d'autant plus d'actualite que la langue francaise connait une mutation de son interet dans le monde. Elle ne s'efface pas face a l'anglais, elle quitte la sphere politique et economique pour se concentrer sur ses fondamentaux : l'expression de la culture et du savoir, a la fois specifiquement francais et porteur d'un message universel. Jean-Paul Sartre n'est par consequent plus un philosophe mortel et referant d'une epoque mais un element faisant partie de la grande mecanique atemporelle de la pensee francaise.

Si l'esprit francais peut etre considere comme sartrien, comment sa crise identitaire, connue a l'epoque contemporaine, lui a permis de se liberer de ses angoisses freudiennes pour retrouver un espoir humaniste ? S'il fallait definir l'esprit francais contemporain (1ere partie), Sartre en serait une excellente personnification car ils sont tous deux des heritiers proclames de la pensee philosophique grecque et le symbole d'une France revoltee qui cherche sa place dans le monde, y compris a travers des ideologies ou des utopies. Toutefois, cet esprit francais connait une crise profonde (2eme partie) et les theses psychanalytiques de Freud peuvent s'associer a la pensee de Sartre afin d'en etudier la cause qui se trouve essentiellement dans une societe trop materialiste et ainsi rechercher une lueur d'espoir, une destinee. Une fois l'introspection terminee, l'esprit francais retrouve finalement le repos et l'optimisme dans le moi-humaniste (3eme partie), symbole de la grandeur d'antan, qui libere le moi sartrien, fougueux, independant et revolte du moi freudien, angoisse et replie sur lui-meme.

1ere partie : Sartre, la personnification de l'esprit contemporain des Francais

Depuis le XVIIIeme siecle, les intellectuels francais ne voient l'avancee de leurs valeurs que par la conquete du pouvoir politique. Sartre va modifier cette attitude tout en conservant les memes objectifs en se positionnant dans la critique theorique de la politique grace a la culture mais en se gardant bien de chercher a conquerir un quelconque poste ministeriel ou legislatif.

1. L'esprit d'Aristote, l'inspiration de l'esprit sartrien des Francais

Le dialogue entre la politique et la philosophie a marque la civilisation grecque et marque dans la meme mesure la civilisation francaise, preuve qu'une transmission s'est operee en une sorte de filiation. Nous sommes passes d'une epoque aristotelicienne a une epoque sartrienne. Les philosophes existentialistes cherchent a remettre la parole donnee dans une finalite plus rhetorique et << civilisationnelle >>. L'influence des anciens Grecs est majeure car la philosophie apparait comme l'outil qui permet a un peuple d'evoluer vers un ideal. L'historien francais Anthelme-Edouard Chaignet, specialiste de la civilisation grecque, avanca la these que le proces de Socrate etait une attaque contre la philosophie dans son ensemble car elle representait le principal soutien a la jeune democratie, cette nouvelle liberte du peuple (Romeyer-Dherbey 35).

A partir du moment ou l'Homme a les moyens metaphysiques de se depasser, il n'a pas besoin de conquerir le pouvoir, par definition corruptif et violent. Aristote lia des les origines la philosophie a la politique afin que cette derniere soit sage et au service des citoyens. Sartre perpetue cette pensee par << Le desordre est le meilleur serviteur de l'ordre etabli. [...] Toute destruction brouillonne, affaiblit les faibles, enrichit les riches, accroit la puissance des puissants >> (Sartre, Le diable et le bon dieu 36). Ainsi, la societe a besoin d'ordre et de reperes.

Sartre entend maintenir l'intellectuel francais au cccur de la vie publique car il est un aiguillon essentiel qui montre le chemin a suivre et qui peut critiquer des decisions quand elles s'opposent aux principes des Lumieres. Le philosophe, le peintre, l'ecrivain ou le cineaste ont le devoir d'exprimer pour le salut des personnes qui les admirent, une opinion sur leur temps. Sartre se pose ainsi en heritier d'Aristote :
   L'homme est par nature un animal politique (...). La nature, ne
   fait rien en vain ; et l'homme seul de tous les animaux, possede la
   parole. Le discours sert a exprimer l'utile et le nuisible, et, par
   suite aussi, le juste et l'injuste ; car c'est le caractere propre
   a l'homme par rapport aux animaux, d'etre le seul a avoir le
   sentiment du bien et du mal, du juste et de l'injuste, et des
   notions morales. (29)


La question qui se pose alors est : Est-ce que la politique se marie avec toutes les disciplines ? N'est-elle pas un frein a la liberte et a la specificite des arts et des sciences de ne pas etre lies au reel mais seulement au subconscient de son createur ? Sartre pense que non et developpe une philosophie politique. Tel que Socrate, Il associe les deux disciplines et les presente comme complementaires. Christina Howells, professeur de francais a l'universite d'Oxford, accepte la meme idee : << La critique de la raison, Les mots et L'idiot de la famille reinterpretent la philosophie dans le cadre de la politique, du marxisme >> (qtd. in Daigle 50).

De la philosophie des Lumieres a l'existentialisme, les philosophes deviennent des hommes politiques engages. Voltaire, Montesquieu, Beauvoir ou Sartre ont laisse autant de traces dans leurs prises de position politiques que dans la litterature. Montesquieu a defendu la separation des pouvoirs, fondement meme de la democratie europeenne, tandis que Sartre se battait contre la reconcentration des pouvoirs souhaitee par le general de Gaulle. Toutefois, Le chef de file des existentialistes sombrera lui-meme, tout comme ses aines, dans les exces de la revolte en defendant des ideologies contraire aux droits de l'Homme, comme quoi les philosophes contemporains ne sont pas des sages grecs quand ils quittent leur sphere du monde intellectuel, demontrant par-la que les intellectuels francais sont peut-etre trop revoltes pour se fondre dans le fragile moule de la democratie.

Ce role moteur des intellectuels dans une republique des oligarques chere aux Grecs a toujours vu ses limites en France, devant l'impossibilite de certains philosophes de controler leur agressivite, qui se retourne finalement contre l'opinion publique. Dans la piece de theatre << les Mouches >>, Oreste et Electre decouvre le sens de la liberte juste au moment ou leur destin bascule dans la violence, la haine et le meurtre. La democratie reprend ses racines dans la tragedie, notion theatrale et politique de la Grece antique. Les dieux mais aussi les hommes se rendent compte que chacun possede le libre choix, la liberte individuelle mais il faut savoir en assumer les consequences : << Le secret douloureux des dieux et des rois, c'est que les hommes sont libres >> (Jeannelle 65). Cette parole de Jupiter a Egisthe temoigne de cette liberte individuelle.

Sartre replonge sa piece dans l'antiquite car c'est l'epoque qui a su parfaitement marier la culture et la politique, deux arts unis par le sens pointu de l'oratoire. Il critique la tyrannie et le fait qu'elle prive le peuple de libertes, tout en mettant en evidence le role du peuple lui-meme qui contribue a cette depossession. Ainsi, l'ecrivain finit par perdre son objectif principal de proteger le peuple en le critiquant sur son incapacite intellectuelle a se guider vers des voies plus democratiques. Dans la preface du premier numero des Temps modernes, Sartre ecrit :
   L'ecrivain est en situation dans son epoque : chaque parole a des
   retentissements, chaque silence aussi. Il tient Flaubert pour
   responsable de la repression qui suivit la Commune parce qu'il n'a
   pas ecrit une ligne pour l'empecher. Certaines personnes ont
   retorque que ce n'etait pas son affaire. Mais le proces de Calas,
   etait-ce l'affaire de Voltaire ? La condamnation de Dreyfus,
   etait-ce l'affaire de Zola ? Chacun de ces auteurs a mesure sa
   responsabilite d'ecrivain. (21)


L'existentialisme se voulait totalement soluble dans la politique democratique ou chaque citoyen, par son droit de vote, est responsable de son destin mais aussi de celui des autres. Ce nouvel humanisme replace la philosophie au ccur de la pensee politique.

L'ecrivain qui promulgue l'engagement comme un sacerdoce va susciter beaucoup de polemiques sur ses propres opinions. Les exces de cette premiere star des medias va toutefois s'incarner dans un peuple qui en quelque sorte lui confie ce devoir de retranscrire l'ideal revolutionnaire, l'esprit critique d'Aristote. Sartre porte, malgre lui, le poids d'une histoire mais entend la representer. Si l'intellectuel reussit cette personnification du peuple revolutionnaire francais combattant les injustices, il n'en reste pas moins un homme qui commet de graves erreurs qui font de lui un idealiste ou un utopiste mais n'est-ce pas le role de l'elite que de proposer des reves que le peuple accepte ou refuse?

2. Existentialisme / Marxisme : un esprit sartrien utopique ?

Les deux peres de l'existentialisme, Heidegger et Sartre verront leur nom et leur reputation entaches par leur lien plus ou moins direct envers les ideologies qui ont mene l'Europe au bord du chaos. Est-ce que l'ambiguite de ces deux personnages qui poussant les intellectuels a s'interroger sur leur veritable moralite doit laisser primer leur genie sur les erreurs de leur appartenance a une epoque sombre ? Sartre ne niera jamais son engagement envers le communisme tout en promouvant les droits de l'homme et les libertes fondamentales. Si le peuple peut etre berne par des ideologies utopiques, en est-il de meme pour des intellectuels de l'envergure de Sartre?

Il faut des a present expliquer que le communisme en France n'est pas interprete comme une simple ideologie, le marxisme mais d'abord et surtout comme une reference a la Revolution francaise. Ainsi, la Revolution russe apparait comme une repetition de l'histoire et le peuple francais s'emballe immediatement pour cette nouvelle fievre europeenne. Dans son livre, Francois Hincker, historien francais et specialiste de la Revolution francaise, explique la construction de cette assimilation entre la Revolution francaise et la Revolution russe : << Ernest Labrousse donne un gigantesque article au journal l'Humanite le 07 novembre 1921 s'intitulant 'comment la revolution francaise explique et justifie avec eclat l'heroi'que histoire de la revolution russe' >> (Hincker 130).

Sartre, intellectuel utopiste, incarne, a nouveau, cet ideal francais, cet espoir que le monde peut changer, et que la France a montre le chemin deux siecles plus tot. Jean-Francois Louette, professeur de litterature a la Sorbonne, a publie un livre, Silences de Sartre, pour expliquer cette position du philosophe, representant celle du peuple francais, tout en critiquant la derive de l'intellectuel. Sartre appartient aux intellectuels nes au debut du siecle et avec la Revolution russe. Le monde se partage en deux blocs et une discussion au sein du marxisme intellectuel et politique commence. Sartre ne critique pas suffisamment l'URSS dans ses livres mais en obtenant le prix Nobel de litterature, le monde occidental reconnait d'abord son role humaniste.

La polemique est importante. De nombreuses personnes accusent celui qui donne des lecons de morale d'etre lui-meme un egare. Certains compagnons de Sartre ont clairement vu les dangers du communisme en Europe des 1939 lors de la signature du pacte Ribbentrop-Molotov entre l'URSS et l'Allemagne. De grands intellectuels, a la meme epoque, ne reagissent pas toujours comme lui. Paul Nizan, romancier et philosophe, quitte avec fracas le parti communiste, lui valant les attaques les plus virulentes de ses congeneres. Louis Aragon essaye de le depeindre comme un traitre mais c'est Sartre qui finit par le rehabiliter en ecrivant la preface de la reedition du livre << Aden Arabie >> dans les annees 60.

Henri Lefebvre, philosophe et professeur a l'universite Paris X-Nanterre, lui-meme exclu du parti communiste pour avoir denonce les crimes du stalinisme publie un livre qui dresse parfaitement le tableau de ces intellectuels marxistes desenchantes et notamment le sort de Paul Nizan :

Entre 1930 et 1940, Nizan fut un militant qui mit son intelligence d'excellent ecrivain et de journaliste au service du Parti communiste. (...). Il rompit avec le Parti communiste en 1939, ne pouvant pas accepter le pacte germano-sovietique. Celui lui vaudra une campagne du Parti qui le denonca comme traitre et voulut faire disparante son ccuvre intellectuelle. (Lefebvre 83)

Paul Nizan et Jean-Paul Sartre ont un parcours qui montre que les Francais ont en meme temps conscience que le communisme est en train de fourvoyer l'utopie marxiste tout en continuant d'essayer de vivre en autarcie dans un monde ou la realite politique n'a pas encore detruit un ideal philosophique. Le peuple francais croit aveuglement, au nom de la solidarite revolutionnaire, en la Revolution russe et le Parti communiste obtient en France ses resultats electoraux les plus importants de tous les pays d'Europe de l'ouest.

Si nous analysons la pensee sartrienne, nous pouvons peut-etre apprehender un cheminement contraire mais d'un certain cote coherent de Sartre et a travers lui de toute une generation d'intellectuels. L'existentialiste a besoin d'absolu, afin de magnifier ses theories, ce qui rend sa philosophie empreinte d'un certain ideal tout en conduisant ses engagements politiques vers l'utopie. Or cette utopie est preferee car il recherche un depassement des erreurs de l'Homme pour un monde meilleur ou chacun a sa place. Cette pensee est certainement jugee comme naive mais Sartre ne s'est jamais presente comme un cartesien.

Sartre fait l'apprentissage pratique du marxisme dans un camp a Treves ou pour survivre, chacun doit apprendre a garder son identite et ne pas se confondre dans la masse annihilante des prisonniers sans ame, a ne pas se reduire a un numero. La philosophie existentialiste trouve sa pleine expression et apparait comme une evidence a ce jeune intellectuel qui n'aura de cesse de lutter contre toutes les formes d'eradication de l'individu, meme au sacrifice de la democratie occidentale dont les critiques lui ont ete fortement reprochees.

Au-dela de l'affirmation historico-politique, voyons l'antagonisme philosophique entre existentialisme et marxisme, qui pourtant forme un tout dans l'esprit sartrien. Est-ce que la philosophie n'est pas qu'une sorte d'introspection qui vise a trouver des solutions a une crise existentielle ? La crise existentielle de la societe francaise et la nostalgie de la Revolution n'a pas trouve de solutions ni dans le marxisme, ni dans l'existentialisme mais ils ont au moins apporte des palliatifs moraux.

2eme partie : Une crise identitaire francaise, une introspection freudienne du moi sartrien

Etant dans une phase d'introspection sans fin, l'existentialiste n'imagine pas de reconnaitre l'autre dans son alterite, sous peine de creer une insupportable schizophrenie dans son mecanisme intellectuel.

1. Le moi freudien, analyse du mal-etre francais face a une modernite desincarnee

Le XXeme siecle aboutit a la celebre phrase de Sartre << l'Homme est un loup pour l'Homme >>. La question de la raison de l'existence ci-bas se pose dans toute son angoisse. A ce moment de mon article, l'integration de Freud trouve toute son importance, non pas sur l'etude de ses idees, mais sur son accueil en France.

Depuis Descartes, la pensee francaise est, par tradition, une pensee de la conscience. Le rationalisme qui en decoule a beau se faire volontiers critique, une critique qui aime a se tourner, pour le dissequer, vers l'irrationnel, il n'en est pas moins au service d'une saisie idealisante de l'homme qui s'accommode mal du materialisme freudien. Il est frappant que meme les esprits qui furent d'abord les plus favorables a Freud, et ce furent des gens de lettres, non des medecins, furent aussi des idealistes dont l'adhesion au freudisme n'allait pas sans reserve: le cas le plus exemplaire en ce sens est celui d'Andre Breton, qui, tout en s'enthousiasmant pour l'importance accordee par Freud a l'irrationnel, qui lui semblait conforter sa valorisation de ce qu'il nommait, lui, le <<surreel>>, meconnaissait en profondeur la base de ce qui constitue l'inconscient.

Cette situation temoigne de cette distance entre des intellectuels francais, qui comme Sartre, sont fortement marques par le marxisme, et les Francais en general, qui accueillent Freud avec plus de realisme, car il a trouve les mots justes face a un malaise de la societe qui s'incarnera lors des evenements de Mai 68. Lors de cette greve nationale, le peuple, surtout les plus jeunes, appelle a plus de liberte, accepte de faire une introspection, parle de sexe, d'egalite entre hommes et femmes. Freud n'est pas un homme politique mais ses theses psychanalytiques touchent a des themes sensibles. Bien evidemment, Sartre et sa compagne, Simone de Beauvoir, representeront ce besoin de liberte des Francais. Je souhaiterais qualifier cette liberte individuelle l'affirmation du moi freudien, cette acceptation d'enfin psychanalyser un mal-etre francais qui dure depuis de XIXeme siecle.

Freud considerait que, depuis l'avenement des Temps modernes, trois revolutions avaient blesse l'amour-propre de l'humanite. Tout d'abord celle de Copernic, puisque la Terre n'est plus le centre de l'univers. Celle de Darwin, ensuite, ou il apparait que l'Homo sapiens n'est pas sorti tel quel du jardin d'Eden. Et la derniere mais non la moindre, dont il est lui-meme l'auteur, la decouverte de l'inconscient, qui ruine la maitrise que nous croyons avoir sur nous-meme : reves, lapsus, actes manques et oublis temoignent a foison qu'un inconnu regne dans la maison.

Ne en 1856 dans une famille de commercants juifs a Freiberg, en Moravie, le jeune Sigmund s'interesse a la fois a la medecine et a la philosophie. Il s'engage rapidement dans la premiere voie et se specialise en neurologie, travaillant notamment sur l'aphasie et les paralysies cerebrales infantiles. Evenement determinant de sa vie : la rencontre a l'hopital de la Salpetriere, en 1885, avec le grand neurologue Jean-Martin Charcot, dont les travaux sur l'hysterie le passionnent. Freud avouera plus tard :

Ce que je sais, c'est qu'aucun homme n'a jamais eu autant d'influence sur moi. Charcot, qui est l'un des plus grands medecins et dont la raison confine au genie, est tout simplement en train de demolir mes conceptions. Il m'arrive de sortir de ses cours comme si je sortais de Notre-Dame, tout plein de nouvelles idees sur la perfection. (Mijola 125)

Ce livre d'Alain de Mijola, au-dela de la citation, raconte, annee par annee, l'accueil que les Francais ont reserve a Freud, depuis son stage chez Jean-Martin Charcot jusqu'a la fin de la guerre de 1939-1945. De nombreux documents sont cites, certains exposant les critiques apportees a ses theories, d'autres donnant a voir ce que les ecrivains ou la presse de l'epoque disent de lui. Ainsi, Freud trouva sa vocation en France et en retour, la France rendit la meme admiration a celui qui a su comme personne avant lui parler a son ame torturee.

Autre point commun de Freud avec la pensee francaise est ce mariage reussi entre les sciences exactes et les sciences humaines. La psychanalyse de Freud se fonde sur trois sources : l'autoanalyse, les observations de patientes et les influences theoriques. La decouverte psychanalytique de l'inconscient par Freud qui pourrait enfin identifier un des acteurs de la melancolie francaise, n'est pourtant pas un terrain totalement inconnu des intellectuels francais. En effet, le psychologue Pierre Janet (1859-1947) utilise une notion voisine comme celle de << subconscient >> :

Depuis l'epoque ou j'employais ce mot de subconscient dans ce sens purement clinique, d'autres auteurs ont employe le meme sens dans un sens infiniment plus releve. On a designe par ce mot des activites merveilleuses qui existent, parait-il, au-dedans de nous-memes sans que nous soupconnions leur existence. (Janet 66)

Les Francais s'enorgueillissent d'avoir apporte, grace a la philosophie des Lumieres et aux droits de l'homme, une pierre decisive dans l'edifice d'une civilisation humaine eclairee et libre. Toutefois, Baudelaire, Hugo, Mallarme temoignent au meme moment dans certains ecrits assez sombres que ces Lumieres cachent mal cette part d'ombre qui hante l'ame francaise. Par consequent, il n'est pas etonnant que les Francais se saisissent des outils apportes par Freud pour chercher des solutions aux derives d'une ame en souffrance.

Sartre se saisit des theses de Freud dont on sait qu'il en rejeta une partie. Il n'est pas opportun dans cet article d'en etudier les details mais par contre, il faut remarquer que le philosophe voit dans la psychanalyse un outil interessant pour acceder a l'emancipation d'une societe liberee de ses peurs, qui accepterait les dangers et les consequences du libre-arbitre et de la liberte individuelle. Les Francais, depuis la Revolution de 1789, touchent du doigt cette liberte de l'individu mais craignent de se l'approprier pleinement, aux vues par exemple, des deux guerres mondiales.

Sartre pose la question du jugement par l'histoire. Est-ce qu'un peuple, fier de sa civilisation, peut egalement etre condamne pour d'autres actes ? Pour le philosophe, etre vu c'est aussi etre juge donc se cree une menace envers l'equilibre existentiel entrainant une deshumanisation et donc des reactions animales, fruits de l'abysse de l'ame. Etre regarde c'est agir par rapport a l'Autre, c'est etre fige dans un etat qui ne laisse plus libre d'agir. L'Autre nous fait etre. Le probleme est que l'Autre nous fait etre a sa convenance, peut nous deformer a volonte.

Michel Sauquet, professeur a l'Universite Paris-Dauphine, dans son livre, l'intelligence de l'autre, rappelle que reconnaitre l'autre est indispensable pour dialoguer et negocier. La France qui a eu tendance a se replier sur elle-meme est accusee de ne plus parler a personne, est-elle dans ce cas atteinte d'autisme ? Sartre ne croit pas en cette fatalite et essaye de porter une certaine voix de la France dans le monde, que ce soit par ses livres, ou par ses engagements plus politiques. Nous identifions le drame des personnages de Huis clos qui, sans miroir, ne peuvent se voir que dans le miroir deformant des yeux de l'autre. Apres la Deuxieme Guerre mondiale, la theorie sartrienne de la relation avec l'autre s'oriente progressivement vers une reflexion sur la culture de l'autre.

Le philosophe allemand Walter Biemel definit cette notion de << culture mondiale >> de Sartre et aide a mieux saisir son engagement universaliste. Basee sur le principe de la reconnaissance de l'autre culture, cette reflexion anthropologique comporte une double dimension ethique et politique, qui s'est traduite, dans le concret de l'histoire, par l'engagement anticolonialiste de Sartre et son choix en faveur d'une autre culture mondiale, basee sur l'universalite concrete de la solidarite. Cette culture mondiale sera appelee civilisation humaine par Levi-Strauss et rappelle que les intellectuels et le peuple francais recherchent dans des cultures particulieres un certain universalisme afin que les differences soient un enrichissement d'un tout et non pas le depart d'une destruction des autres. Claude Levi-Strauss identifia egalement cette notion par << Toute civilisation humaine se presente sous deux aspects majeurs : d'une part, elle est dans l'univers, d'autre part, elle est elle-meme un univers >> (Cogniat 124).

Ainsi la dialectique du regard commande toutes les relations concretes avec autrui. La question que nous nous posons est : Est-il important que nous soyons juges par les autres ? Est-ce nevrotique pour nous de nous savoir imparfait ou mal compris ? Cependant, nous comprenons que l'autre n'est pas un danger en tant que tel mais une source d'angoisse s'il reflete notre vraie nature.

2. Le moi sartrien confronte au moi freudien, la recherche d'un espoir

Le peuple francais, temoin du declin de l'Europe comme centre des valeurs qui se voulaient universalistes, prend conscience d'une situation presque schizophrenique : le moi francais reste a la fois un facteur social constructeur grace a l'existentialisme mais le moi francais affiche egalement un besoin presque autodestructeur, le cote sombre developpe par Freud dans ses etudes sur l'hysterie.

Le monde est choque de l'attitude francaise face au fascisme puis au communisme. Si le mal-etre est perceptible dans la societe francaise, ce desarroi questionne surtout les autres pays qui voient ici une crise d'hysterie freudienne. << Le diagnostic d'hysterie touche peu le malade, mais beaucoup le medecin >> (Bormans 36).

Grace aux etudes des deux intellectuels, nous pouvons comprendre qu'a cette periode, la France cherche de nouvelles regles de sociabilite qui se baseraient d'abord sur une nouvelle definition de sa nouvelle identite. Pour Sartre, connaitre les autres est un moyen de se comprendre tandis que Freud a developpe la connaissance de soi afin de mieux comprendre les autres. Les deux intellectuels ne recherchent en fait qu'une seule chose, la bonne entente entre les individus et la fin de l'ignorance de la nature humaine qui peut nous faire basculer dans des ideologies de haine et la volonte de destruction totale de l'autre. Dans sa tribune du journal l'humanite du 28 octobre 2005 intitulee, l'inconscience de soi, Cynthia Fleury rappelle la vie de certains grands intellectuels qui un jour bascule et les amene vers le sursaut ultime, reformant seuls des societes. Les deux hommes sont impregnes des genocides et des camps, Freud etant Juif, Sartre ayant ete un travailleur force en Allemagne.

L'existentialisme est une affirmation de la liberte individuelle et la psychanalyse une etude sur son moi profond. Ainsi, les deux courants de pensee se rencontrent dans la possibilite pour un peuple, un pays en declin, de se poser des questions existentielles : d'ou je viens, qui je suis et que vais-je devenir ?

La difference fondamentale entre la vision sartrienne et la vision freudienne de la psychanalyse existentielle reside ainsi dans le phenomene de censure inconsciente tel qu'il est decrit par Freud. Frederic Guillaud, professeur de philosophie a l'universite de Nantes, propose une definition de cet inconscient freudien :

L'inconscient prend place dans la premiere << topique >> de l'ame humaine proposee par Freud : la division entre inconscient, preconscient et conscient. Tout ce qui est inconscient cherche a devenir conscient, mais une premiere censure l'en empeche : elle est responsable du refoulement. Passee au travers de cette censure, la pulsion inconsciente peut devenir consciente. (Guillaud 212)

Sartre rejette ce qu'il appelle "le postulat de l'inconscient" car pour lui, contrairement aux psychanalystes, l'inconscient n'est pas separe du conscient. Chez Freud, ce qui empeche les pensees inconscientes de devenir conscientes ce sont certaines forces d'inhibition ou de refoulement, ces forces sont inconnues du sujet et leur role de censeur est donc inconscient. Sartre considere cette vision comme un non-sens car pour censurer, il faut bien deja connaitre ou reconnaitre ce que l'on censure. Il est evident que si la censure etait un phenomene reellement inconscient, elle ne pourrait pas discerner les desirs inavouables qu'elle se doit masquer a la conscience. Ainsi, la censure ne peut etre qu'un phenomene conscient : le sujet est conscient de ce qu'il censure et aussi qu'il censure. Ce que Freud appelle la censure n'est plus alors qu'un jeu trouble de mauvaise foi du sujet vis-a-vis de lui-meme. Ceci explique en realite la notion de << mauvaise conscience. >> Jean-Pierre Boutinet, professeur de psycho-sociologie a l'Universite Catholique de l'Ouest reformule ainsi : << La phenomenologie existentialiste de Sartre exprime une impasse, celle d'une mauvaise conscience exacerbee par la lucidite d'une intentionnalite >> (267).

Si j'ai des remords sur un acte passe, c'est bien parce que je me dis : << au fond de moi, je savais, je me rendais compte, j'aurais pu eviter cela >>. Si je m'en veux, c'est precisement parce que je savais, parce que je n'etais pas inconscient, que je me cachais une verite trop bien connue. Cette theorie de Sartre est pleinement acceptee par les intellectuels et les auteurs francais afin de comprendre le malaise que ressent la civilisation francaise dans les annees qui suivent la Deuxieme Guerre Mondiale.

A partir de cette identification, la litterature notamment retrouve un role psychanalytique avec la sortie de romans a these, style qui commence en meme temps que la philosophie des Lumieres et qui retrouve son succes au XXeme siecle, siecle des ideologies. La structure romanesque n'est pas commandee par la dynamique interne du roman, mais par une demarche intellectuelle qui lui est exterieure et dont le roman apparait comme l'illustration ou la demonstration. L'objet peut en etre philosophique (romans mystiques de Huysmans, roman existentialiste de Camus), ideologique (le Disciple de Bourget), ouvertement politique (les Chiens de garde de Nizan). Roland Barthes puis la romanciere americaine Susan Rubin-Suleiman consacrerent alors << la mauvaise conscience >> comme LA manifestation de la modernite et la veritable definition de la civilisation occidentale de la fin du XXeme siecle. Jacques Deguy, professeur de litterature francaise a l'universite de Lille 3 ecrit : << La mauvaise conscience illustree par le roman a these est l'embleme, sinon une des manifestations, de notre modernite >> (53).

Face a cette premiere acceptation psychanalytique de la psyche francaise : << la mauvaise conscience >>, Sartre a cherche, parfois maladroitement, a modifier le lien de la matiere a l'esprit en construisant une philosophie liberatrice. Or, l'Homme est intrinsequement plus complexe car il englobe a la fois le libre-arbitre et la dependance inevitable. La philosophie, concurrente malgre elle de la religion depuis sa creation, n'est peut-etre pas la solution aux questions existentielles mais a l'humanisme de la societe, et la construction artificielle de l'existentialisme humaniste lie trop fragilement le divin et l'atheisme de chaque individu.

Face a l'impossibilite de trouver une relation sereine a l'autre et au final a Dieu lui-meme, Sartre ne voit qu'une seule maniere de se liberer : la mort. Le philosophe Yves Salzmann met en evidence des idees directrices trop souvent ignorees : << Pour Sartre, la mort est entierement transcendante a la conscience. Elle n'est rien d'autre que du donne. Il est absurde que l'homme naisse, il est absurde qu'il meure. Toutefois, si la mort est ma situation limite, elle ne m'entame pas pour autant en tant qu'etre libre. Je ne suis pas libre pour mourir, mais je suis libre et, par-dessus le marche, mortel >> (105).

Le philosophe fait apparaitre une forme d'optimisme sartrien, une vue ouverte et altruiste de la vie humaine qui l'emporte sur une conception pessimiste reduisant d'emblee les relations humaines aux conflits et aux luttes d'interet.

L'emergence de la psychanalyse freudienne a ainsi permis a la civilisation francaise de regarder en face ses maux afin de retrouver un espoir. Comme toute crise existentielle, le remede se situe dans les sources, ses racines. Une personne souffrant de depression recherche dans ses relations familiales les origines d'une souffrance bien souvent plus ancienne que l'on pourrait croire. Cette analyse permet a la France de faire un retour vers son identite, son ascendance culturelle : l'humanisme.

3eme partie : Le moi humaniste, remede du moi sartrien au moi freudien

Alors que l'esprit francais trouve en Sartre et Freud des outils pour sortir de sa catatonie, il finit par replonger dans ses fondamentaux, l'humanisme.

1. Le moi-humaniste, les racines universalistes du moi francais

La psyche francaise affronte une crise entre le moi sartrien, herite de l'histoire de la pensee francaise, et le moi freudien, consequence d'une crise existentielle. Une solution semble poindre: le moi humaniste qui fait la synthese des theories existentialistes tout en acceptant l'introspection psychanalytique. Ce moi humaniste est un retour aux fondamentaux et prend racine dans la Renaissance. << Le moi humaniste permet au XVeme siecle le developpement de la morale individualiste. Il faut reconstruire le moi pour definir la condition humaine >> (Cesbron 49).

Ces theories continuent avec Descartes, les Francais etant definis comme cartesiens. Pour Charles Saint-Prot, directeur de l'Observatoire d'etudes geopolitiques (OEG) a Paris, le moi de Descartes est heroique, humaniste :
   Le moi heroique de Descartes est different du moi larmoyant et
   instinctif de Rousseau et des romantiques ; non pas un moi insurge
   contre l'espece, mais le moi humaniste de l'homme social, cherchant
   des normes superieures a son existence individuelle, qu'illustrent
   toute l'ceuvre de Corneille et toute l'action politique de
   Richelieu. (91)


Apres que les grecs eurent montre la voie de l'affirmation du moi, Descartes franchit, lui, une etape qui jusqu'a Sartre sera la marque caracteristique du peuple francais, le moi critico-rationnel :

Le moi critico-rationnel sur fonde sur la verite et la justice. Ce moi de la reflexivite ne cesse de s'interroger sur ce qu'est l'ame. C'est un retour radical sur soi que l'on voit s'approfondissant chez Descartes, Kant, Nietzsche, Freud et Sartre. Ce qui devient essentiel, c'est la disposition interne de l'ame, non plus la reussite exterieure. (Frere 303)

Le moi cartesien est tres important car il a permis d'eviter les derives politiques et religieuses. Toute action doit etre reflechie et faire appel a la raison. Nous pouvons affirmer par consequent que le moi humaniste est un moi rationnel. << Le << je pense donc je suis >> de Descartes doit etre pense comme un << j'existe donc je suis >>, un << je suis donc je suis >> >> (Leclerc 261).

Le XXeme siecle a vu le developpement des pires ideologies politiques, le fascisme et le communisme, puis le XXIeme voit, la montee des extremismes religieux. Ce moi rationnel de Descartes devient une reference indispensable et urgente a ressaisir. La France est-elle capable de se souvenir de son message universel et de rehausser l'etendard de son moi humaniste ?

Cette filiation entre les grands ecrivains marque une continuite qui consolide une identite francaise sur un socle de la liberte individuelle. Si elle cree des angoisses car chacun craint la facon dont sera utilise ce libre-choix, elle sera synonyme d'espoir a l'interieur et a l'exterieur des frontieres francaises. Jean-Francois Louette, professeur de litterature a l'universite Paris 4-Sorbonne, voyait une reemergence du moi-humaniste grace au developpement au XXeme siecle de diverses disciplines : << Le moi humaniste est un nouveau stade anthropologique grace a la rencontre de la philosophie, de la neurologie et de la psychologie >> (323).

L'humanisme s'avere donc une solution durable puisque un des fondements de la civilisation francaise. Quand un peuple doute, il doit se retourner sur son passe pour mieux preparer son avenir.

2. Le moi-humaniste ou la liberation de l'esprit sartrien des Francais des angoisses du moi freudien

Nous pouvons ainsi constater la reconnaissance de ce rapprochement entre les pensees de Sartre et de Freud qui conditionnent le retour aux valeurs humanistes et des libertes individuelles en France. Cette synthese s'opere dans un moi humaniste.

Sartre est contraint d'adapter ses theses a une societe humaniste qui s'oppose au marxisme. La notion de << l'autre >> etant le point irreversible qui empeche les existentialistes et les marxistes de se rencontrer, le philosophe tente une synthese pour demontrer que les deux theses ne sont pas contraires, tout en reconnaissant la rupture ideologique. Le moi sartrien, heritier de la philosophie grecque et des valeurs de la Revolution francaise, marque alors une rupture avec le marxisme, en reconnaissant que ce courant de pensee, quoique proche des idees de la civilisation francaise, ne fait pas partie de l'identite francaise.

Malgre cette nouvelle etape, le constat est tout de meme pose : l'autre est l'ennemi de la liberte individuelle pour les existentialistes. De meme, l'autre est l'outil de la liberte de chacun pour les marxistes. Sartre ne franchit pas le Rubicon car << Demain, des hommes peuvent decider d'etablir le fascisme et d'autres etre assez laches ou desesperes pour les laisser faire >> (Fogiel 32).

Pour une fois, Sartre comprend les dangers politiques de ses idees trop radicales, trop utopistes et que sa philosophie est une solution plus moderee et acceptable. Finalement, il renferme a la fois le probleme et la solution au probleme en etant en meme temps marxiste et existentialiste. Ce combat est celui que mene la societe francaise qui hesite entre les ideologies et l'humanisme.

La deuxieme guerre mondiale a demontre que les grandes civilisations peuvent se detruire. Philippe Zard, maitre de conference a l'Universite de Paris-X-Nanterre, craignait que l'Europe civilisee ne puisse jamais se relever du traumatisme d'avoir ouvert la boite de Pandore du genocide. << Le moi humaniste, le sujet civilise, s'expose au vertige du nihilisme >> (67).

Selon certains observateurs de la societe contemporaine, le nihilisme est parfois le resultat d'intellectuels qui ne se souviennent plus que chacune de nos pensees doit conserver un denominateur minimum : le moi humaniste. Citant l'article de Claudio Magris du journal Le Monde de 2001, << Litterature, nihilisme et melancolie >>, Alexandra Viatteau ecrit:
   Alors que dans le monde inconfortable, c'est le terrorisme que le
   nihilisme intellectuel genere. On s'apercoit tout a coup que << les
   pulsions non entravees par la cuirasse de la conscience >>, l'homme
   --<< anarchie d'atomes >> se croyant superieur et amenant a <<
   l'avenement du nihilisme, a la fin des valeurs et des systemes de
   valeurs >> - que tout cela qui organise les hommes dans une <<
   structure mobile et plurielle >>, les projette aussi << au-dela des
   frontieres traditionnelles du moi humaniste>>.


Sartre propose une nouvelle theorie afin de lutter contre ce vide << civilisationnel >> : l'existentialisme est toujours un besoin vital pour la destinee de chaque individu. Cependant, cette lutte pour l'affirmation de ses valeurs doit servir d'exemple et apporter un mieux-etre a la collectivite. La notion de s'imposer, cette radicalite des premiers temps s'estompe pour ne pas tomber dans la loi du plus fort qui engendre les totalitarismes. L'humanisme est ainsi le centre de l'existentialisme de Sartre ou l'Homme est l'interet general et non plus une source de conflits permanents. Cet humanisme vise a apaiser la societe francaise qui ne sait pas apres les evenements de mai 68 quels procedes elle doit utiliser pour sortir de son blocage identitaire.

Sartre reussit le juste equilibre entre ses theses individualistes et collectivistes dans une philosophie humaniste. De plus, l'humanisme accepte que des dirigeants prennent des decisions au nom de l'interet general. Par consequent, l'individu est nie en tant que tel, si ce n'est dans leur addition lors des elections democratiques. Sartre comprend que l'existentialisme doit choisir entre le marxisme et l'humanisme. Il ne l'accepte pas politiquement mais l'accepte philosophiquement. Encore une fois, le philosophe est bien plus coherent envers la societe moderne que l'homme politique.

Finalement, telle une personne qui sur le divan du psychanalyste doit revisiter son enfance pour mieux comprendre ses souffrances profondes, la societe francaise revient dans ses fondamentaux car face aux marxisme, fascisme, et capitalisme, seul l'humanisme des anciens philosophes grecs apporte une paix de l'ame dont a tant besoin la civilisation francaise. Ses Lumieres ont apporte un grand vent de liberte dans le monde mais en s'accompagnant d'un trop grand materialisme, la France a oublie ou trop minore le besoin pour tous les esprits de reves, d'imaginaire et de legerete. Grace a cette introspection freudienne, Sartre apporte des remedes. Ainsi, le moi humaniste a reussi a faire aboutir l'existentialisme humaniste de Sartre grace au depassement du moi freudien, du moi culpabilisant.

Si les conflits qui se deroulent en lui semblent insolubles, ceux qu'il developpe envers l'autre trouve des solutions. Une fois les questions sur le << JE >> (le je-psyche francais) et le << TU >> (le tu-autrui) identifiees, se resout la plus importante, celle de l'Homme social, << NOUS >> (nous-civilisation humaine).

En conclusion, nous constatons que la philosophie sartrienne trouve sa place dans une societe francaise qui cherchait des solutions a sa crise existentielle et spirituelle. Face a ses interrogations freudiennes, les Francais se refugient dans la pensee sartrienne. Mais les choix politiques de Sartre dans un pays democratique et riche comme la France laissent une opinion publique perplexe qui ne peut pas pardonner aussi facilement les ignorances et les erreurs d'un si grand homme.

Sartre a su soulever les questions les plus importantes de la societe francaise de son epoque, ses doutes sur ses valeurs universelles, ses peurs primales, sa cohesion sociale et son role dans le monde. Les solutions apportees par le philosophe ont le merite de provoquer le debat et de remotiver une elite francaise en manque d'inspiration et d'idees. Nous retiendrons de Sartre le philosophe qui a surement inspire les evenements de << Mai 68 >> et aide une generation de francais a demander a obtenir plus de libertes individuelles.

Le XXeme siecle a vu emerger de tres grands intellectuels tels que Sartre, Freud ou Einstein. Du chaos des deux guerres mondiales est nee une pensee francaise originale, empreinte de la melancolie de Baudelaire et analysable par les theories psychanalytiques de Freud mais avec une forte conviction sartrienne qu'elle a encore un role a jouer dans une mondialisation qui cherche des valeurs rassurantes au milieu d'un torrent d'angoisses.

[Received 20 Feb. 2011; accepted 16 July 2011]

Bibliographie

Aristote. La politique. Traduction par Jules Tricot. Paris:Vrin, 1995. Biemel, Walter. Sartre et la culture de l'autre. Paris: L'Harmattan, 2006.

Bormans, Christophe. L'indispensable de la culture generale: la psychanalyse. Paris: Studyrama, 2003.

Boutinet, Jean-Pierre. L'immaturite de la vie adulte. Paris: Presses universitaires de France, 1998.

Cesbron, Georges, ed. Les Angevins de la litterature: Actes du Colloque des 14, 15, 16 decembre 1978 organise par le Departement de Lettres modernes et classiques de l'Universite d'Angers avec le concours de l'Academie des Sciences, Arts et Belles-Lettres d'Angers. Geneve: Librairie Droz, 1979.

Cogniat, Raymond, and Jacques Hillairet. Les Musees d'art de Paris. Paris: A. Somogy, 1967.

Daigle, Christine. Le nihilisme est-il un humanisme? : Etude sur Nietzsche et Sartre. Laval: Presses Universite Laval, 2005.

Deguy, Jacques. Sartre: une ecriture critique. Paris: Presses Univ. Septentrion, 2010.

Fleury, Cynthia. L'inconscience de soi. Paris: L'humanite. 28 octobre 2005.

Guillaud, Frederic. Philosophie Tles L, ES et S: Auteurs et concepts. Paris: Editions Breal, 2008.

Hincker, Francois. Thorez-Staline 1944-1947: Penser le communisme francais. Paris: L'age d'homme, 1996.

Ishaghpour, Youssef. Paul Nizan. Paris: Le Sycomore, Arguments critiques, 1980.

Janet, Pierre. Les problemes du subconscient. Actes du VIeme Congres International tenu a Geneve du 2 au 7 aout 1909. Geneve: Kundig, 1910.

Jeannelle, Jean-Louis. Jean-Paul Sartre, Les mouches. Volume 20 de Connaissance d'une ceuvre. Paris: Editions Breal, 1998.

Lefebvre, Henri. Henri Lefebvre et l'aventure du siecle. Paris: Editions Metailie, 1988.

Levy, Bernard-Henri. Le siecle de Sartre. Quebec: Librairie generale francaise, 2002.

Louette, Jean-Francois. Silences de Sartre. Toulouse: Presses Univ. du Mirail, 2002.

Mijolla (de), Alain. Freud et la France. 1885-1945. Paris: Presses Universitaires de France--PUF, 2010.

Romeyer-Dherbey, Gilbert. Socrate et les socratiques. Paris: Vrin, 2001. Saint-Prot, Charles. La pensee francaise: pour une nouvelle resistance. Paris: L'age d'homme, 2002.

Salomon, Sandra. " Paul Nizan. " Dictionnaire des philosophes. Dir. Denis Huisman. Paris: PUF, 1984.

Salzmann, Yvan. Sartre et l'authenticite: vers une ethique de la bienveillance reciproque. Sainte-Foy: Labor et Fides, 2000.

Sartre, Jean-Paul. Le diable et le bon dieu. Paris: Gallimard, Folio n[degrees] 52, 2000.

--. Les temps modernes. Paris: Imp. Chantenay, 1948. Sauquet, Michel. L'intelligence de l'autre: prendre en compte les differences culturelles dans un monde a gerer en commun. Paris: ECLM, 2007.

Thomas-Fogiel, Isabelle. Reference et autoreference: etude sur la mort de la philosophie dans la pensee contemporaine. Paris: Vrin, 2005.

Tillich, Paul. Le Courage d'etre. Traduction et introduction de Jean-Pierre LeMay. Paris, Geneve, et Sainte-Foy: Editions du Cerf, Labor et Fides, Presses de l'Universite Laval, 1999.
COPYRIGHT 2011 Fu Jen University, College of Foreign Languages & Literatures (Fu Jen Ta Hsueh)
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2011 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:de Payen, Eric
Publication:Fu Jen Studies: literature & linguistics
Article Type:Critical essay
Geographic Code:4EUFR
Date:Sep 1, 2011
Words:7308
Previous Article:From impressionist Paris to post-impressionist London: Henry James's and Virginia Woolf's "painting-in-writing".
Next Article:Jorge Edwards: la memoria en el contexto de la nueva novela historica.
Topics:

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2021 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters |