Printer Friendly

L'affaire Cahuzac met Hollande sous la pression croissante.

Le president Francois Hollande s'est exprime hier jeudi devant le Parlement marocain a Rabat au second jour d'une visite dans le royaume, sous la pression croissante du scandale de la mise en examen de l'ex-ministre du Budget Jerome Cahuzac pour fraude fiscale.

Mercredi a Casablanca, M. Hollande a soigneusement evite le sujet, alors que les aveux de son ancien ministre sur un compte bancaire secret a l'etranger ont provoque "un tsunami politique" a Paris.

Pas un mot, y compris devant la communaute francaise de la ville devant laquelle il s'est meme permis quelques plaisanteries sur la meteo pluvieuse citant une formule attribuee au marechal Lyautey, figure de l'ex-protectorat francais au Maroc, selon "laquelle gouverner c'est pleuvoir!".

Les ministres qui l'accompagnaient ne cachaient pas, eux, leur inquietude sur ce scandale qui eclabousse l'executif tout entier.

Le chef de l'Etat aurait tenu une conference de presse en fin de journee a Rabat, et il aurait eu bien du mal cette fois-ci a esquiver le sujet, alors que son Premier ministre Jean-Marc Ayrault a essuye la veille le feu roulant des questions de l'opposition, et que celle-ci demande des comptes au premier responsable de l'executif. Avant de quitter Paris, M. Hollande avait voulu deminer le terrain en annoncant une serie de mesures pour garantir une "exemplarite totale" des responsables publics, mais elles ont ete jugees largement insuffisantes par la droite. Il a eu beau assurer que son ancien ministre n'avait "beneficie d'aucune protection de l'Etat", ce sont desormais les soupcons de mensonge de l'executif qui se propagent dans la classe politique comme dans la presse. Une situation qui affaiblit encore un peu plus un president de la Republique en chute libre dans les sondages apres seulement dix mois de mandat. Par ailleurs, hier jeudi le quotidien francais Le Monde a revele qu'un proche de Francois Hollande, tresorier de sa campagne presidentielle, est actionnaire de societes offshore aux Eles Caimans.

Apres une visite privee matinale a la mosquee Hassan II de Casablanca, le president francais devait rejoindre Rabat pour une nouvelle journee marathon de sa visite de deux jours au Maroc.

Outre son intervention devant le Parlement marocain et sa conference de presse, il devait s'entretenir avec le chef du gouvernement islamiste Abdelilah Benkirane, intervenir devant des chefs d'entreprises, dialoguer avec des etudiants a l'Univesrite internationale de Rabat avant une rencontre avec des personnalites de la societe civile.

Apres la signature mercredi d'une trentaine d'accords et de contrats bilateraux, pour un montant de 300 millions d'euros, en particulier dans le domaine des transports, M. Hollande devait de nouveau exhorter les chefs d'entreprises francais a investir au Maroc, alors que la France a perdu en 2012 sa place de premier fournisseur du pays.

Il devait egalement promouvoir le concept de "colocalisation industrielle", dont il a loue, mercredi, la capacite a creer "un courant d'echanges favorable a l'emploi en France".

Devant le Parlement, M. Hollande a adresse "un message de confiance" a son premier partenaire au Maghreb, en lui proposant "un partenariat dynamique".

Copyright Eltahir House 2013

Provided by Syndigate.info an Albawaba.com company
COPYRIGHT 2013 Al Bawaba (Middle East) Ltd.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2013 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Le Progres Egyptien (Cairo, Egypt)
Geographic Code:4EUFR
Date:Apr 5, 2013
Words:509
Previous Article:Top 14 : Biarritz, l'Europe pour l'honneur.
Next Article:Possibilite de voyager avec plus de 10 000 $ en liquide.

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2020 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters