Printer Friendly

L'Eglise et les bulles. Les representations du catholicisme dans la bande dessinee francophone (annees 1990-2010).

Abstract: The landscape of the francophone comics has changed deeply since the 1990s. At the same time, the way French, Belgian and Quebec societies have dealt with religious factors has also been transformed. Indeed, these societies have faced both a religious revival and detachment from religious institutions. Catholicism has been an actor and a subject of comics throughout the XXth century; what about its treatment in the francophone comics in the past two decades ? To analyse the francophone comics in such a way allows us to point out some trends about Catholicism, in societies which are no more framed by the <<parochial civilization>> and which have turned to modernity and exculturation.

Resume: Le paysage de la bande dessinee francophone s'est profondement transforme depuis les annees 1990. Dans le meme temps, la focale portee sur le religieux s'est egalement modifiee dans le contexte des societes francaise, beige et quebecoise, traversees a la fois par un phenomene de <<retour du religieux>> et de detachement des institutions religieuses. Acteur et sujet de la bande dessinee tout au long du XXe siecle, le catholicisme fait-il l'objet d'un traitement particulier du 9e art au cours des deux demieres decennies? Analyser la BD francophone a ce prisme signale les deplacements d'une religion catholique dans des societes desormais sorties de la <<civilisation paroissiale>> et acquises a la modernite, en situation d'exculturation.

**********

Apres les profondes mutations des annees 1960, le paysage de la bande dessinee francophone a connu une nouvelle inflexion depuis les annees 1990 (3). L'eclatement des genres graphiques et narratifs, le renouvellement des acteurs editoriaux, l'enracinement de festivals a l'echelle nationale ou intemationale (Festival international de la BD d'Angouleme, Festival de la BD francophone de Quebec, Festival BD de Montreal, Quai des Bulles, Festival BD de Bruxelles ...) refletent quelques-unes de ces evolutions. Les productions francophones beige, quebecoise et francaise totalisent desormais environ 3000 a 4000 titres originaux chaque annee, nouveautes ou republications (hors traductions). Parallelement, la focale portee sur le religieux et la quete de sens est egalement modifiee a travers les albums du 9e art. Le temps des albums apologetiques crees dans un but d'evangelisation ou de transmission de valeurs chretiennes, portees par des maisons d'edition ou des oeuvres confessionnelles (Fleurus, Bayard, Fides), comme l'epoque de la satire sociale mordante, specialement subversive a l'egard du religieux (Fluide Glacial, Croe), vecteur d'emancipation, ne disparaissent pas totalement. Cependant, ils laissent place a une creation polymorphe pour laquelle le religieux n'est pas Fobjet principal (4).

Dans ce contexte, quelles representations du catholicisme se donnent a voir dans la production de bandes dessinees francophones depuis deux decennies? Ce n'est pas tant la <<BD chretienne>> ou <<catholique>> --profondement renouvelee et qui meriterait a elle seule une etude specifique--, non plus que la << BD satirique >> qui retiendront notre attention, que cette production culturelle profane et polymorphe. Dans cette categorie aux frontieres elastiques, au moins deux grands axes peuvent etre reperes autour de la representation du catholicisme en bande dessinee. Le premier s'inscrit dans la trame des productions esoteriques et gnostiques: a la maniere du roman de Dan Brown Da Vinci Code, les BD Le Triangle Secret, Le Troisieme Testament ou encore Le Decalogue (5), revisitent par des fictions l'histoire de l'Eglise catholique en cherchant a devoiler des verites restees supposement cachees. Empruntant souvent au registre fantastique (Les Druides (6)), ce premier axe s'aventure egalement dans le genre de la bande dessinee historique (Je suis cathare (7)). Il en va tout autrement des bandes dessinees faisant du catholicisme un element parmi d'autres necessaires au deroulement narratif, deuxieme axe envisageable. Fragments du decor, le catholicisme dans ses divers espaces geographiques et ses composants multiples s'invite ainsi au detour de scenes occasionnelles comme celles d'un enterrement, ou centre autour de personnages comme un clerc, un religieux ou un militant chretien laique. Il peut s'illustrer par une chronologie parfois rythmee par les cloches, ou par un evenement historique ecclesial. De telles sequences, plus ou moins developpees, revelent certaines des representations populaires le concernant. L'imagination des bedeistes n'a ici guere de limites. Dans ce foisonnement disparate, des lignes forces apparaissent: des personnages qui se cherchent eux-memes comme ils interrogent les institutions et les normes; des trajectoires individuelles qui ne sont pas figees, s'emancipant des destins ecrits depuis toujours et faisant de la liberte et de l'affirmation de soi des valeurs essentielles, y compris pour les personnages croyants engages; les identites genrees sont particulierement questionnees, a travers les thematiques maintes fois presentes de l'homosexualite et des roles respectifs des femmes et des hommes; une institution religieuse parfois marginalisee, au profit des experiences de croyance.

A ce titre, la bande dessinee francophone signale les deplacements d'une religion catholique dans les societes beige, francaise, quebecoise, desormais sorties de la <<civilisation paroissiale>> et acquises a la modernite, en situation d'exculturation.

Contexte des representations du catholicisme dans les bandes dessinees francophones contemporaines

Dans la bande dessinee francophone profane et grand public, les representations du catholicisme, quelle qu'en soit la maniere, restent marginales. Le catholicisme en tant que religion est parfois totalement occulte de titres dont on pouvait s'attendre a ce qu'ils y fassent reference compte tenu du cadre de l'action: ainsi en est-il de l'ouvrage Meurtre au Mont-Saint-Michel (8), polar sur le Mont dans une action situee en 1936, rythmee au son des cloches de l'abbatiale, mais sans personnages religieux integres au scenario; ou du recent Facteur pour femmes (9), talentueux et etonnant huis clos se tenant sur une ile bretonne pendant la Premiere Guerre mondiale, ile videe de ses hommes envoyes au front, ne laissant sur place que femmes, vieillards et facteur--mais sans cure ni religieux ou religieuses, personnages cles de la Bretagne jusqu'au milieu du XXe siecle. Ainsi, sans pretendre a l'exhaustivite, notre etude regroupe, pour la periode des annees 1990 aux annees 2010, moins d'une trentaine de titres--une soixantaine si Pon comptabilise l'ensemble des albums d'une meme serie. Au regard des milliers d'ouvrages du 9e art paraissant annuellement, l'echantillon est infinitesimale. Est-il pour autant insignifiant ? Une reponse a double detente est ici proposee.

Tout d'abord, la religion comme le catholicisme n'ont guere ete des thematiques particulierement mobilisees dans la bande dessinee. Certes, des acteurs religieux ont ete, en France, en Belgique comme au Quebec, des promoteurs non negligeables de ce media. Les annees 1930-1950 representent, a ce titre, l'apogee de Fimplication de congregations aupres de maisons d'edition: elles ont ainsi eu un role essentiel dans le soutien apporte aux revues Tintin, Spirou, Herauts ou Francois, comme dans la diffusion de certains types de heros qu'on ete un Vaillant ou un Rahan par exemple (10). Pour autant, les valeurs diffusees par de telles bandes dessinees ne mettaient generalement pas en avant le catholicisme en tant que religion. Les influences des dessinateurs puisaient deja en dehors de la matrice culturelle propre au catholicisme--les comics americains en etant Pune des sources principales. Quant a la production de bande dessinee, des cette epoque, elle ne se limitait pas a l'initiative de la seule sphere ecclesiale (11). La rupture qu'operent les annees 1960 dans la bande dessinee francophone est polymorphe: elle s'inscrit autant dans le mouvement de contre-culture que traversent les societes nord-atlantiques que dans la diversification des formats et des moyens d'edition. Or, au meme moment, les oeuvres catholiques sont confrontees a la remise en cause de leurs moyens d'action traditionnels et, surtout, a la deprise de l'institution ecclesiale sur les societes. A ce titre, humour, parodie et satire sont quelques-unes des expressions de predilection de magazines ou d'ouvrages, qui peuvent prendre, plus ou moins regulierement, la religion--et, specialement, le catholicisme--comme cible potentielle. Encore le paysage n'est-il pas sans nuances: Sacre Jesus n'a pas grand-chose a voir avec La viepassionnee de Bernadette Soubirous (dans L'Echo des Saranes, 1973), ou La vie passionnee de Therese d'Avila, autoedite par Claire Bretecher en 1980, qui fait de la <<Madre>>, parfois a rebours des cliches qui lui sont associes, une femme d'affaires avisee, virile, discutant de la condition de son sexe dans la societe du XVIe siecle espagnol, non sans vehiculer un message sur la liberation de la femme a l'epoque contemporaine (12). Et s'il n'est pas sans nuances, le paysage humoristique n'est pas non plus focalise sur la seule thematique du religieux.

Reste que le registre irreverencieux, fonde souvent sur la vis comica dans toutes ses differentes expressions, n'est plus dominant dans la production des bandes dessinees traitant du religieux depuis les annees 1990, sans avoir totalement disparu (13). Surtout, pour cette periode, Nouailhat note <<le retour des dieux et du divin >>--au-dela de la seule religion catholique--, avec de nombreux titres relevant de la veine mystico-esoterique, de la science-fiction ou de Y heroic fantasy donnant une place importante aux dieux (14), ou a travers l'affirmation de la bande dessinee historique dont la toile de fond integre la dimension religieuse de la vie sociale (15). Une reflexion sur l'organisation et la competition des pouvoirs politique et religieux est ainsi menee--au coeur par exemple des six premiers tomes de la serie Horologiom (16), dans un univers graphique et narratif a la croisee du meilleur des mondes, de 1984, du Roi et Voiseau, voire du film Brazil. Plus recemment, des bandes dessinees ont porte sur la presence du religieux dans l'espace public (17). La resurgence de la thematique religieuse en bande dessinee, au-dela du seul registre parodique, s'inscrit dans un contexte societal plus large: au meme moment, Gilies Kepel nourrit le debat au sein des sciences sociales des religions en evoquant la << revanche de Dieu >> pour decrire ces manifestations religieuses plurielles reaffirmees dans une sphere publique desormais globalisee (18). Belgique, France et Quebec mettent en place diverses commissions publiques pour tenter de reflechir les amenagements relatifs aux religions dans leur societe respective et, singulierement, de promouvoir une meilleure connaissance des religions dans les societes contemporaines (19). Car les dernieres decennies du XXe siecle sont aussi cedes de Y exculturation des religions, specialement du catholicisme: le concept forge par Daniele Hervieu-Leger pour decrire la situation de l'Eglise catholique en France, cherche a analyser la facon dont l'Eglise, qui n'a pas dispara, n'est plus pour autant un cadre de reference pour l'ensemble de la societe. La culture--ici francaise, dans l'etude menee par l'auteure--ne se fabrique plus en lien avec le catholicisme (20). Cette disjonction de la culture et de l'Eglise catholique, si elle engendre une certaine ignorance de references artistiques et historiques, a aussi comme consequence de deplacer quelques-unes des luttes seculaires: l'affrontement obsidional entre Eglise catholique et societe, ayant comme enjeu l'autonomie des spheres profanes et des institutions publiques, laisse place a des contestations sur d'autres plans. En ce sens, ranticlericalisme peut aussi, jusqu'a un certain point, laisser place a une relative indifferenciation devant l'institution ecclesiale.

Cette double evolution--exculturation se traduisant par une ignorance et une certaine indifferenciation--se retrouve-t-elle dans la bande dessinee francophone contemporaine ? Les contextes nationaux de production--beige, francais, quebecois--manifestent-ils des differences dans les representations du catholicisme ?

Usages du catholicisme dans la bande dessinee francophone contemporaine

Dans les ouvrages consultes, deux grands usages du catholicisme sont reperes.

Le premier fait apparaitre incidemment l'element religieux catholique au detour d'un evenement. Ainsi en est-il des scenes d'enterrement qui ponctuent les narrations. La Visite des moris (21) en est l'un des exemples types: pour echapper a une vie mortifere, Maurice Petit se decouvre orateur funebre, dressant les eloges de defunts qu'il ne connait pas--situation qui le conduit vers son destin, croisant funestement une mafia locale. Enterrements, signes religieux, ministres du cuite sont omnipresents dans la bande dessinee, mais la religion n'en est pas pour autant la focale principale. Dans Paul a Quebec, la perspective est encore autre: Michel Rabagliati place son personnage devant la perspective de la mort d'un etre proche. La ceremonie religieuse des funerailles--tenue a l'eglise Saint-Nicolas a Quebec, dont l'architecture contemporaine est parfaitement restituee--est soulignee pour le reconfort humain qu'elle autorise: << J'ai compris ce jour-la pourquoi les ceremonies funeraires etaient si importantes (22) >>. Le dialogue de Paul avec sa filie sur <<l'apres>> est revelateur:

--[Rose] Il va mourir Grand-Papa ?

--[Paul] J'crois bien que oui, mon chou ...

--Ah. Mais il va aller ou apres ?

--[En aparte] Nous y voila! [A voix haute] Eu h ... eh bien ... il ... euh... son ame, ou son esprit si tu veux, va monter au ciei, et la il sera tres bien et ne souffrira plus ... il veillera sur nous tous de la-haut (23).

Si d'eventuelles reminiscences d'un enseignement catechetique peuvent etre decelees, la perspective adoptee est peut-etre spiritualiste--et plus certainement un moyen de tranquilliser un enfant devant la mort--, mais nullement une marque d'adhesion a la doctrine chretienne. De la religion catholique, sont ici retenus les elements susceptibles de faire face a une situation particuliere. La matrice culturelle des narrateurs n'est nullement celle d'une societe encadree par le catholicisme.

L'evenement peut aussi revetir un aspect tout autre: l'irruption inattendue de la religion chretienne au gre d'une experience croyante, sinon mystique, decalee. L'Ostie d'chat, chronique sociale de deux jeunes gars anti-heros quebecois dans le quotidien le plus ordinaire, a d'abord ete publie sous forme de planche numerique, sur un blogue. Les saynetes tournent pour beaucoup autour de la meilleure maniere dont chacun d'entre eux va pouvoir seduire ou se debarrasser de sa nouvelle conquete. C'est dans ce contexte que Jasmin, l'un des protagonistes, croise Gaby, qui a ete au Cegep avec lui quelques annees auparavant. La perspective d'une relation tourne court lorsque Gaby raconte son experience humanitaire en Afrique, ou, dit-elle, elle a rencontre <<l'amour de Dieu. Un amour tellement BEAU, tellement GRAND, tellement INCOMPARABLE ...>>. Elle distribue depuis des tracts au metro Jean-Talon en appelant a <<l'amour de Dieu! L'amour de Dieu!>>. Jasmin effare prend la fuite, non sans quelques jurons puisant leurs origines dans des expressions religieuses (<<Tabarnaaaak!>>, <<l'ostie d'folle (24) >>). L'experience religieuse est ici decrite comme illuminee; elle se vit d'ailleurs loin, a l'etranger, hors des cadres ecclesiaux de proximite; et Jasmin, quant a lui, ne manifeste pas d'autre connaissance sur la religion que les sacres dont il fait l'emploi. S'il fallait se fonder sur cette seule saynete (vraisemblablement traduisant un contexte evangelique et symptomatiquement introduite par un chapelet dessine en pleine page), la religion apparaitrait ainsi comme exclusivement exogene au quotidien du protagoniste, loin de toute transmission religieuse et d'une matrice culturelle partagee.

Aux evenements autorisant l'irruption de la religion, s'ajoute un autre element de V usage du catholicisme dans les bandes dessinees contemporaines. En effet, il peut-etre utilise pour decrire toute la complexite des personnalites et des temperaments humains--la religion et son experience en etant une composante, parmi d'autres. Rappelons-nous: le pere blanc missionnaire dans Tintin en Congo (Herge) n'a pas de passe, pas d'histoire, pas de psychologie mise en scene. Sa presence est fonctionnelle: dans le Congo beige, les missionnaires font partie de l'organisation coloniale et sont des acteurs en particulier des systemes educatif et de sante (25). Cette caracteristique de personnages sans passe, dont l'existence se circonscrit au deroule d'une serie d'aventures, conjuguee au present de l'action, est alors partagee. De l'enfance ou de l'education de Tintin, d'Asterix ..., il n'en est pas question dans les albums dont ils sont les heros. La situation est tres differente dans la bande dessinee plus recente. Les personnages, fictifs ou reels dans le cas de documentaires, n'apparaissent pas comme des etres figes dans le combat binaire ange / demon popularise par quelques dessins. Ils doutent, composent avec leur passe, s'interrogent, empruntent des senders non battus. Le personnage de Rejean Beauregard, pretre envoye a Notre-Dame-des-Lacs, village fictif du Quebec rural des annees 1920, est a ce titre revelateur. Dans la serie Magasin general (26), il incarne Tune des figures d'autorite. Il devient rapidement proche de Noel, vieillard bourru, athee et constructeur d'un bateau. L'amitie fondee sur la passion du pretre qui voulait etre ingenieur, les dialogues entre le representant de l'Eglise et le charpentier, vieux sage qui garde les pieds sur terre, sapent les idees toutes faites du jeune ministre du cuite. La rencontre decisive avec Serge, cuisinier, homosexuel, venant de la ville (Montreal), finit de bousculer les cadres traditionnels du cure. Pas seulement: au fur et a mesure des tomes, c'est tout le village qui se trouve transforme, investi par une modernite qui pose au coeur des interrogations les relations de genre (27). Dans un autre registre, Le Voyage des peres (28) est aussi a signaler. L'auteur se glisse dans la peau de trois des geniteurs des apotres, cherchant a faire revenir leurs enfants qu'ils considerent envoutes par le dernier gourou en date apparu en Galilee. Entre le debut du premier tome et la fin du troisieme, la quete improbable des peres n'est plus necessairement celle du debut. Ces peres sont d'authentiques personnalites modernes: autonomie de Faction et des decisions, liberte, authenticite--autant de marques contemporaines.

Parmi les personnages incarnant le catholicisme, celui du clerc occupe une position privilegiee.

Propositions pour une typologie de l'ecclesiastique
   A l'image ideale [du clerc] ne correspondent point necessairement
   les images que, d'instinct ou par etude, se foment les classes
   populates ou lettrees. Or, ces representations contribuent fort a
   la vie des societes. Elles traduisent et animent les solidarites et
   les haines (29).


En 1967, alors que l'histoire des mentalites collectives connait son acme dans le champ academique francais, Gabriel Le Bras s'interrogeait sur les ecarts entre type ideal, representation populaire et connaissance historique de la personne du clerc. Au fil de sa reflexion, il degage plusieurs figures au cours des siecles: idealement, le clerc est vertueux, repondant parfaitement, saintement, aux preceptes de pauvrete, de chastete et d'obeissance qui ont ete progressivement delimites par le droit canonique. C'est parfois une autre realite qui se decouvre a l'observateur, formant <<une variete de personnages >> dans les societes (30). La liste nuancee dressee par Le Bras invite a s'interroger sur la maniere dont le clerc, personnage central de l'institution catholique, est represente dans les bandes dessinees. <<Clerc>>: le mot luimeme revet nombre de significations, que nous entendons ici au sens large de pretre, religieux ou religieuse, hierarchie et formation comprises (eveque, seminariste, novice, abbe ...): c'est le personnage occupant un poste identifie dans l'organisation ecclesiale, conferant une autorite reelle ou symbolique.

On sera bref sur certaines representations du pretre ou du religieux, souvent conventionnelles car participant d'un cadrage historique rendu necessaire pour le bon deroule du recit. Ainsi en est-il des missionnaires jesuites des latifundias d'Amerique latine, que rencontre le chevalier Yann de Kermeur, egalement corsaire connu sous le nom l'Epervier, dans ses differentes tribulations prenant place au XVIIIe siecle. L'auteur ne manque cependant pas de replacer les dialogues dans le double contexte de L affirmation de la dignite des indigenes, mais aussi de la necessaire maind'oeuvre pour le bon fonctionnement des proprietes foncieres, y compris des terres des congregations religieuses (31). Le religieux gardien du pensionnat est une autre figure presente ponctuellement, dans L'Ordre du chaos. Charlotte Corday, par exemple (32). Elle est mise en scene egalement dans une sequence de l'ouvrage commemoratif Quebec. Un detroit dans le fleuve (33), a travers l'histoire La Porte de Saint-Jean (Girard et Moynot). La, dans un pensionnat des annees 1950, deux eleves decident d'une escapade nocturne qui ne passera pas inapercue d'un religieux qui porte tous les attributs habitueis du personnage: robe noire, barbe blanche, calvitie fortement marquee, leger embonpoint, ton bourru ... Le narrateur est cependant peu amone au moment de reintegrer l'etablissement apres les vacances, invitation a interroger les realites vecues par les pensionnaires des annees pre-1960 (34): <<Je ne veux pas y aller, maman! Il n'y a pas de piano la-bas, et les cures sont mechants! Ils nous punissent et nous frappent>>.

Enfin, le clerc juge ou bras du pouvoir est une autre representation liee le plus souvent au cadre historique. Le Caravage (35) n'est pas avare de tels personnages. De maniere plus originale, La Colline aux mille croix (36) narre le destin (fictif) tragique de Luce, jeune chatelaine ecartelee entre la loyaute a son epoux et a son frere, dans le contexte des guerres de religion. Les autorites ecclesiales sont alors caution de decisions politiques.

On s'attardera plus longuement sur la representation du clerc dans les scenarios prenant comme cadre narratif le XXe siecle.

Ainsi, la figure du cure ou vicaire de paroisse est recurrente dans les recits. Le pretre, nomme par Feveque, recoit a ce titre l'autorite spirituelle sur les membres de sa paroisse. Dans les bandes dessinees, il est alors represente comme celui devant conduire ses ouailles sur le droit chemin: ses predications et ses activites s'inscrivent a l'echelle d'abord locale--la paroisse etant limitee sur le plan territorial--ou son role est souvent celui d'un notable du village ou du quartier ou il officie. Il apparait tour a tour comme conseiller, guide des destinees, mais aussi comme le guide dans les bonnes mceurs et la rectitude morale de la communaute qui lui est confiee, en toutes circonstances. Ainsi en est-il du cure du village de Cambeyrac, en Aveyron, toile de fond de Faction des deux volumes de Jean-Pierre Gibrat, Le sursis (37). La, pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que les villageois se partagent entre attente des Allies ou sympathie pour Foccupant, le cure, personnage secondaire de Fintrigue--Fun des notables du village, present a ce titre--intervient ponctuellement pour rappeler ce qu'il considere comme le devoir de respect de Fautorite. Le pere Vincent, heros du drame rural Le Cure (38), est envoye dans un village de la campagne francaise des annees 1930. C'est a ce titre que, lors d'une confession que lui fait le docteur qui se pense aux portes de la mort, il est recipiendaire d'une revelation portant sur le lourd secret qui hante le village. Rejean Beauregard, jeune pretre forme au grand seminaire de Montreal, est quant a lui envoye dans le village de Notre-Dame-du-Lac; c'est par l'une des premieres ceremonies qu'il celebre, un enterrement, que s'ouvre le premier des neuf volumes de Magasin general (39). Comme nouveau cure, il est immediatement au coeur des interactions des villageois. On attend de lui qu'il rappelle, lorsque besoin, les preceptes moraux de l'Eglise--ce que les trois soeurs Gladue, bigotes plus papistes que le pape, cherchent a obtenir des plus frequemment, pour le plus grand bien de leurs prochains evidemment ... Ce personnage du cure ou vicaire de paroisse est egalement au cceur des Mauvaises gens (40), de Muchacho (41), et apparait a plusieurs reprises dans La Petite Patrie (42), bande dessinee adaptee du roman eponyme de Claude Jasmin. Dans ces demiers titres, et dans des contextes particulierement differents, le pretre est a chaque fois positionne au cceur de l'organisation sociale des villages ou quartiers. Il sollicite ses paroissiens dans la vie religieuse locale, s'entoure d'enfants de choeur, organise des activites de type patronage ou jeunesse catholique specialisee, delimite les contours de la communaute de croyance et, partant, les exclus heretiques. Dans La Petite Patrie, dont Faction se situe a Montreal dans les annees 1930-1940, il est aussi celui qui, de connivence avec la famille de Fenfant qui est cceur du recit, glisse a Foreille la possibilite d'une vocation sacerdotale. Dans La Grande Noirceur (43), se situant a Quebec dans les annees 1930, Rita, immigree italienne, visite quotidiennement un blesse soigne au couvent voisin. L'aumonier, comme la religieuse responsable des soins, encadrent la vie de pratiques bientot transgressees par la lecture d'ouvrages mis a l'index (44). Dans Fensemble de ces recits, le pretre occupe une posture souvent forte, position sociale qu'exprime particulierement sa tenue vestimentaire. La soutane est le vetement commun des differents personnages evoques, dans le Quebec des annees 1920 ou 1930, la France des annees 1930 a 1960, ou le Nicaragua a la veille de basculer dans la revolution sandiniste. On le constate: cette figure est datee. Elle s'inscrit dans le premier vingtieme siecle, celui d'une Eglise qui a consolide la <<civilisation paroissiale>> encadrant la vie des societes, avant les bouleversements des annees 1950-1970 qui modifient en profondeur la place du pretre au sein de la paroisse, son role, sa capacite d'influence sur les comportements y compris intimes.

Dans plusieurs bandes dessinees, cette figure du cure de paroisse laisse place au <<pretre ami>>, a celui qui peut ecouter et conseiller en dehors de son activite de confesseur stricto sensu. Le passage est parfois manifeste au sein meme des trajectoires mises en scene par quelques-uns des recits, comme dans Les Mauvaises Gens ou le pretre est un vicaire de paroisse dont la tache d'aumonier de jeunes est preponderante (45). Le pretre n'est plus le notable du village ou du quartier. Pour reprendre la typologie weberienne, au sein de l'institution ecclesiale, l'autorite legale-rationnelle du personnage cede devant son autorite charismatique. Il est un referent choisi par des personnes dont l'inscription dans le catholicisme ne va pas necessairement de soi--les narrateurs des Mauvaises Gens comme des Chroniques de Jerusalem (46) sont ainsi a distance de la religion catholique. La relation entre les croyants et le pretre n'est plus alors imposee par la structuration societale, mais acceptee sur des criteres qui donnent la premiere place a l'authenticite des personnages:
   Il s'appelle Pierre.
   Ma grand-mere en fait Particle comme s'il etait a adopter.
   --C'est un homme bien, intelligent, plein d'humour ... Vous allez
   vous entendre, j'en suis certaine.
   [Narrateur] Pierre est un cure <<de gauche>>. Il est cool. Il est
      drole.
   C'est pas un pretre, c'est un bonhomme (47).


Pierre, cette figure de pretre propose des activites de vacances, met a disposition des locaux pour des occupations sans lien avec des activites religieuses (Patelier prete au dessinateur dans Chroniques de Jerusalem), organise des rencontres et des lieux de discussion dont le sujet n'est necessairement de la theologie dogmatique (la preparation de la negociation d'entreprise dans Les Mauvaises Gens). Et d'un point de vue vestimentaire, la soutane disparait, au profit d'un costume sombre, avec ou sans col remain, selon les sensibilites. La deliaison de la relation pretre / communaute croyante, determinee non plus sur une fonction designee mais sur le choix consenti d'une interaction, comme Phumanite du clerc (ses competences, ses capacites de proposition), illustrent les mutations du metier de pretre dans la demiere moitie du XXe siecle (48).

Le clerc peut alors se faire militant, autre figure mise en scene dans les bandes dessinees francophones contemporaines et reprenant, sous diverses formes, des postures historiques et sociales eclectiques. Le clerc pris dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale a ainsi ouvert plusieurs interpretations. La position du cure du Sursis, deja mentionnee, n'est en effet pas la seule representee. Dans L'ile des Justes. Corse, ete 42 (49), le personnage du cure du petit village de Canari est l'un des protagonistes principaux; alors qu'il cache des Juifs fuyant Marseille et les deportations, il est rattrape par la complexite insulaire des relations politiques et de voisinage. C'est plus ponctuellement que des religieux apparaissent dans Il etait une fois en France (50), monumentale fresque historique dans la France des annees 1920-1950 autour du personnage ambigue Joseph Joanovici. Au debut du tome 4, Aux armes citoyens, une abbaye apparait comme etant la cache d'armes d'un reseau de resistance, les religieux informes de cette situation mais refusant de ceder au chantage des soldats nazis. La Seconde Guerre mondiale n'est pas le seul cadre du militantisme des clercs. Dans deux styles differents, Les Mauvaises Gens et Muchacho presentent d'autres figures de pretres engages. Le premier est une bande dessinee documentaire, enquete de l'auteur sur le milieu dans lequel il a ete eduque. Des annees 1950 a 1970, les Mauges, region rurale et catholique de l'ouest de la France, sont saisies dans les mutations des societes contemporaines basculant dans l'ere industrielle. Les parents d'Etienne Davodeau sont a la fois catholiques engages et ouvriers travaillant dans des entreprises locales, bientot leaders syndicaux. Le vicaire de la paroisse est celui qui introduit l'action catholique ouvriere specialisee dans la region, aidant a la formulation et la structuration des revendications:
   Il faisait partie de ces jeunes pretres qui, ayant assimile les
   accelerations de l'epoque, avaient compris qu'ils devaient quitter
   leurs cures si paisibles. Ils venaient a la rencontre des jeunes
   gens pris dans la tourmente (51).


Acteur de Fhistoire locale, le vicaire est egalement marque dans sa trajectoire personnelle par les debats et les interrogations traversant l'institution ecclesiale. Il quitte plus tard le sacerdoce et se mane, comme nombre d'autres pretres et religieux a la meme epoque (52).

Muchacho est une fiction se deroulant dans le Nicaragua revolutionnaire de la fin des annees 1970. Gabriel, issu d'une des families proches du pouvoir politique, est un seminariste envoye quelque temps dans un village de la montagne pour peindre des fresques dans la paroisse. Il y rencontre le cure Ruben, les villageois, les militaires de la junte, la guerilla. Le pere Ruben n'a de cesse, au nom de la justice et de la liberation des peuples, de defendre ses paroissiens. Gabriel, a travers son dessin, apprend a regarder et connaitre ceux qui l'entourent dans la realite dont il ignorait a peu pres tout avant son arrivee au village. Au-dela de la fiction et du recit initiatique du seminariste adolescent entrant dans l'age adulte, la bande dessinee presente les interactions entre revolution, marxisme, theologie de la liberation, Eglise dans le contexte nicaraguais (53).

Parmi les autres figures du clerc, apparait de maniere notable dans la bande dessinee francophone contemporaine le pretre confronte a sa sexualite. Trois registres sont reperables.

Le premier registre n'est pas inedit: le clerc, voue au celibat ou a la chastete, rompt son engagement. C'est le cas tant du pretre que de la religieuse au cceur de l'intrigue La Grande Noirceur convolant en des amours coupables et bientot, reprimandees par l'autorite ecclesiale dans une societe encore globalement puritaine. On l'a deja signale, le vicaire militant des Mauvaises gens finit par quitter son sacerdoce et se marie. Le contexte des annees 1970 n'est cependant pas le meme et la reponse de l'institution mise en scene dans la bande dessinee, pas aussi virulente.

Le second registre met en scene des personnages en proie au doute sur leur propre orientation sexuelle. Magasin general est une fable improbable de quelques-unes des transformations que la modernite implique pour un village rural tout au long du XXe siecle. Le recit represente deux annees de la vie du village de Notre-Dame-des-Lacs, pendant lesquelles les principales figures d'autorite--ecclesiale, politique, economique--sont remises en cause et permettent l'introduction dans la narration de telles ruptures. Dans ce contexte, le pretre Rejean commence par s'interroger sur sa vocation puis, de maniere progressive, decouvre son attirance pour un des heros masculins de l'histoire, avant de s'abandonner avec bonheur a cette relation. Muchacho est non seulement un recit de militance revolutionnaire et d'imbrication des engagements--politique et religieux il est aussi une histoire particulierement delicate et nuancee sur la sensualite que le seminariste Gabriel decouvre en lui-meme. De maniere subtile, l'auteur de Muchacho differencie ainsi liberation politique et liberation sexuelle, thematiques pourtant liees a travers le personnage principal. A ce titre, les couvertures des deux volumes expriment a la fois le passage du Gabriel seminariste au Gabriel revolutionnaire, mais aussi l'interrogation identitaire intime, le corps se rendant visible tandis que le visage androgyne acquiert en maturite. Emmanuel Lepage, l'auteur de cette riche fresque latinoamericaine, n'en etait pas a son coup d'essai pour decrire la difficile prise en compte des identites sexuelles: Neve, serie remarquee publiee dans les annees 1990, mettait deja en scene un heros devant la laborieuse acceptation sociale de son homosexualite.

Enfin, le troisieme registre est apparu dans les bandes dessinees au cours des annees 2000. C'est cette fois la pedophilie de pretres qui est narree, a travers des recits biographiques qui sont oeuvres a la fois catharsis et de denonciation de cette figure clericale qui agit comme repoussoir. Pourquoi j'ai tue Pierre, d'une part, Tuer Velazquez (54), d'autre part, presentent deux situations vecues par les auteurs lors de leur adolescence. Dans chacun des cas, le pretre avait su s'entourer d'oeuvres educatives et susciter la confiance tant des jeunes que de leurs parents: camps de vacances dans le premier cas, groupe des << Oies blanches>> dans le second cas. Dans les deux cas, les pretres n'ont ete que tardivement mis en cause et ont pu continuer a exercer leur ministere. Cette thematique apparait en phase avec la prise en compte societale de la question de la pedophilie, et les ouvrages publies sont aussi un moyen explicite pour leurs auteurs de denoncer l'apathie de l'institution ecclesiale.

Conclusion

Ivan Jablonka l'evoquait en etudiant les relations entre histoire et bande dessinee: << il arrive souvent que le passe soit convoque sous les auspices les plus conventionnels [...]. Ce n'est pas parce que des bandes dessinees convoquent les Templiers ou Cleopatre qu'elles font comprendre quelque chose>> (55). A bien des egards, l'apparition du catholicisme dans telle ou telle ceuvre s'inscrit dans une meme voie. Que font comprendre du catholicisme les bandes dessinees francophones contemporaines qui l'evoquent? Le plus souvent, pas grand-chose. Elies reproduisent les representations populaires que Fon se fait du pretre, de la ceremonie ou de la croyance religieuse, entre presence reconfortante, indifferente ou honnie. Ce n'est pourtant pas le seul enseignement que Fon tirera de cette etude exploratoire. Au moins deux elements peuvent etre soulignes. Le premier est F usage raisonne, et finalement plutot minoritaire, de Fanticlericalisme pour aborder le sujet. Les reglements de compte ne sont pas au cceur du traitement du catholicisme en bande dessinee. Au contraire, l'integration de la modernite dans la construction des personnages met en perspective la composante religieuse dans la construction identitaire et comme moteur de Faction sociale et politique. Par ailleurs, deuxieme element, l'emergence d'un fort courant documentaire dans la bande dessinee fait de celle-ci un veritable media de transmission d'un savoir. A plusieurs reprises, Fassociation d'un chercheur specialiste du fait religieux et d'un scenariste et / ou dessinateur a pu aboutir a une oeuvre originale et riche. Le courant ne conceme pas le seul cas du catholicisme: ainsi pour Salome et les hommes en noir, deja mentionne, decrivant la decouverte a travers les yeux d'une enfant de la population juive du quartier Outremont a Montreal; L'Empire. Une histoire politique du christianisme (56), procede de la meme demarche. La recherche menee par Etienne Davodeau (57) pour rendre compte de l'histoire des militants qu'ont ete ses parents s'apparente a plusieurs reprises au travail d'enquete de l'historien ou du sociologue et fournit, sur le contexte des Mauges de Fapres-Seconde Guerre mondiale, des renseignements inedits. Le travail d'Emmanuel Lepage (58) sur le contexte du Nicaragua est remarquable et a d'ailleurs ete souligne par le prix Chateau Cheverny de la bande dessinee historique en 2004. Les temoignages de Philippe Girard et d'Olivier Ka (59), a leur maniere, viennent documenter une realite ecclesiale encore souvent occultee.

Reste un point aveugle: en preparant cet article, je pensais decouvrir dans les bandes dessinees francophones des indices de differenciation des representations du catholicisme selon les societes envisagees (quebecoise, francaise, beige). L'echantillon est trop faible pour permettre une telle analyse; surtout, les ecarts de tonalite sont, somme toute, assez peu prononces. C'est aussi, pour une part, la resultante d'une bande dessinee qui s'inscrit dans un espace globalise et de circulations des auteurs, des editeurs et des histoires. Ainsi, Guy Delisle, auteur quebecois des Chroniques de Jerusalem, s'est fait connaitre a travers les editeurs et festivals europeens--quand c'est un auteur italien qui fait paraitre en francais une bande dessinee sur le Caravage; que David Ratte, francais, est edite a Geneve chez Paquet; et que deux auteurs francais publient chez l'editeur beige Casterman Magasin general dont la trame se deroule dans le Quebec des annees 1920. Cette situation est peut-etre aussi la resultante d'une representation partagee de part et d'autre de l'Atlantique: l'Eglise catholique, matrice culturelle des societes nord-atlantiques jusqu'aux bouleversements manifestes dans les annees 1960, n'est desormais plus qu'un element du cadre identitaire et culturel parmi d'autres, convoquee a ce titre lorsque besoin, mais guere plus (60).

Sara Teinturier (1)

(1.) Cette contribution est redevable aux organisateurs du 82e Congres de la Societe canadienne d'histoire de l'Eglise catholique: que Catherine Foisy, Jean-Francois Laniel, et Dominique Laperle soient particulierement remercies pour leur invitation. Par ailleurs, cette recherche a beneficie de l'aide precieuse de Jimmy Beaulieu et des libraires de Planete BD (Montreal), qui n'ont pas hesite a donner de leur temps pour aiguiller et conseiller.

(2.) Sara Teinturier, docteure en science politique, est actuellement post-doctorante a l'Universite de Montreal, participant au projet Religion et Diversite (CRSH), et chercheure associee au Groupe Societes, Religions et Laicites (GSRL, Paris). Ses travaux portent a la fois sur le catholicisme contemporain, qu'elle analyse dans une perspective socio-historique; et sur les reconfigurations du religieux dans les societes en situation de pluralite, etudiees a travers les questions d'education et de religion, d'une part; de gestion publique de la diversite culturelle et religieuse, d'autre part. Sa these, qui a recu le prix de l'Association francaise des sciences sociales des religions en 2014, est en cours de publication.

(3.) Pascal ORY, <<Le 9e art>>, L'art de la bande dessinee, Paris, Citadelles & Mazenod, coll. <<L'Art et les grandes civilisations>>, 2012, p. 321-383.

(4.) Rene Nouailhat explore particulierement cette perspective. Rene NOUAILHAT, Les avatars du christianisme en bandes dessinees: les nouvelles aventures du religieux, des <<bons peres>> franco-belges aux queteurs de sens des annees 2000, Femelmont (Belgique), EME, 2014.

(5.) Didier CONVARD, Le triangle secret, 1 vol., Grenoble, Glenat, 2000-2003; Xavier DORISON, Alex ALICE, Le troisieme testament, 4 vol., Grenoble, Glenat, 1997-2003; Franck GIROUD, Le Decalogue, 10 vol., Grenoble, Glenat, coll. <<Collection Grafica>>, 2001-2003.

(6.) Jean-Luc ISTIN, Thierry JIGOUREL, et Jacques LAMONTAGNE, Les druides, Toulon, Soleil, 2005.

(7.) MAKYO et Alessandro CALORE, Je suis cathare, 6 vol., Paris, Delcourt, 2008-2015.

(8.) Jean-Blaise DJIAN, Marie JAFFREDO, Meurtre au Mont-Saint-Michel, Grenoble, Glenat, 2015.

(9.) Didier QUELLA-GUYOT, Sebastien MORICE, Facteur pour femmes, Paris, Bamboo ed., 2015.

(10.) Roland FRANCART, Paule FOSTROY, La BD chretienne, Paris, Montreal, Cerf, Fides, 1994; Philippe DELISLE, Spirou, Tintin et Cie, une litterature catholique ?: annees 1930-annees 1980, Paris, Karthala, 2010; Rene NOUAILHAT, Les avatars du christianisme ...

(11.) COLL., L'artde la bande dessinee, Paris, Citadelles & Mazenod, coll. <<L'Art et les grandes civilisations>>, 2012.

(12.) Claire BRETECHER, La vie passionnee de Therese d'Avila, Paris, C. Bretecher, 1980. Sur cette bande dessinee, voir par exemple: Isabelle TOUTON, <<El comic La vie passionnee de Therese d'Avila de Claire Bretecher: una comicidad erudita e iconoclasta>>, Pratiques hagiographiques dans l'Espagne du Moyen Age et du Siecle d'or, Toulouse, CNRS-Universite de Toulouse-Le Mirail, 2005, p. 381-398.

(13.) YANN et Laurent VERRON, Les exploits d'Odilon Verjus, 7 vol., Bruxelles, Le Lombard, 1996-2011; Maester, Soeur Marie-Therese des Batignolles, 6 vol., Paris, Fluide Glacial, 1989-2008.

(14.) ROSINSKI, lean VAN HAMMEef al., Thorgal, 34 vol., Bruxelles, Le Lombard, 1980-2013.

(15.) Jean DUFAUX, Philippe DELABY, et Sebastien GERARD, Murena, 9 vol., Bruxelles, Dargaud, 1997-2013.

(16.) Fabrice LEBEAULT, Horologiom, 1 vol., Paris, Guy Delcourt productions, 1994-2014.

(17.) Francis DESHARNAIS, Burquette, Montreal, Les 400 coups, 2008; Valerie AMIRAUX, Francis DESFIARNAIS, Salome et les hommes en noir, Montreal, Bayard Quebec, 2015.

(18.) Gilies KEPEL, La revanche de Dieu: chretiens, juifs et musulmans a la reconquete du monde, Paris, Ed. du Seuil, 1991. De tres nombreuses autres references pourraient etre ici rapportees et debattues sur cette question, qui n'est pas centrale dans le cadre de cet article.

(19.) Pour n'en citer qu'un exemple par espace national: Commission Debray en France (2002), Commission dite <<des Sages>> en Belgique (2005-2006), Commission Bouchard-Taylor au Quebec (2007-2008).

(20.) Daniele F1ERVIEU-LEGER, Catholicisme, la fin d'un monde, Paris, Bayard, 2003.

(21.) Philippe GIRARD, La visite des moris, Montreal, Glenat Quebec, 2010.

(22.) Michel RABAGLIATI, Paul a Quebec, Montreal, La Pasteque, 2009, p. 174.

(23.) RABAGLIATI, Paul a Quebec, p. 126. Souligne dans le texte.

(24.) IRIS ET ZVIANE, L'ostie d'chat, tome 2, Paris, Delcourt, 2012, p. 84-87. Souligne dans le texte.

(25.) Philippe DELISLE, De Tintin au Congo a Odilon Verjus: le missionnaire, heros de la BD beige, Paris, Editions Karthala, 2011.

(26.) Regis LOISEL, Jean-Louis TRIPP, Magasin general, 9 vol., adapte par Jimmy BEAULIEU, Bruxelles, Casterman, 2006-2014.

(27.) Sarah HURLBURT, <<A Myth of Origins for Modern Quebec : Magasin general by Regis LOISEL and Jean-Louis TRIPP>>, The French Review, vol. 84, no 6 (1984), p. 1246-1259.

(28.) David RATTE, Le Voyage des peres, 3 vol., Geneve, Paquet, 2007-2010.

(29.) Gabriel LE BRAS, <<L'image du clerc.>>, Archives des sciences sociales des religions, vol. 23, no. 1 (1967), p. 23.

(30.) LE BRAS, L'image du clerc, p. 34. Il est delicat d'etablir une comparaison exacte avec les images presentees par Gabriel Le Bras, celui-ci ne limitant pas son approche a une epoque et a une societe donnees, mais proposant une reflexion plus generale sur la maniere dont se forme l'image du clerc.

(31.) Patrice PELLERIN, L'Epervier. Tome 6: Les larmes de Tlaloc, Paris, Dupuis, 2005.

(32.) Damien PEREZ, Sophie RICAUME, Alexis ALEXANDER, GETO, et Catherine MOREAU, L'Ordre du chaos. Tome 4: Charlotte Corday, Paris, Delcourt, 2014.

(33.) Jimmy BEAULIEU, Roland GOELDNER, et Thomas-Louis COTE, Quebec, un detroit dans lefleuve, Bruxelles, Casterman, 2008, p. 35.

(34.) Louise BIENVENUE, Ollivier HUBERT, et Christine HUDON, Le college classique pour garcons: etudes historiques sur une institution quebecoise disparue, Montreal, Fides, 2014.

(35.) Milo MANARA, Le Caravage. 1: La palette etl'epee, Grenoble, Glenat, 2015.

(36.) Christian PERRISSIN, Deborah RENAULT, La colline aux mille croix, Paris, Futuropolis, 2009.

(37.) Jean-Pierre GIBRAT, Le sursis, 2 vol., Paris, Dupuis, coll. <<Aire libre>>, 1997-1999.

(38.) Christian de METTER, Laurent LACOSTE, Le cure, 2 vol., Bruxelles, Casterman, 2001-2003.

(39.) R. LOISEL, J.-L. TRIPP, Magasin general, vol. 1.

(40.) Etienne DAVODEAU, Les mauvaises gens: une histoire de militants, Paris, Delcourt, 2005.

(41.) Emmanuel LEPAGE, Muchacho, 2 vol., Paris, Dupuis, coll. <<Aire libre>>, 2004-2006.

(42.) Normand GREGOIRE, Julie ROCHELEAU, La Petite Patrie, Montreal, La Pasteque, 2015.

(43.) Philippe GIRARD, La grande noirceur, Montreal, Les 400 coups, coll. <<Mecanique generale>>, 2014.

(44.) Philippe Girard explique le sens qu'il donne a l'expression <<la grande noirceur>>: ce n'est pas seulement pour lui la reference au role englobant de l'Eglise catholique et sa collusion pendant l'ere du ministre Duplessis (Faction de la-BD se situe d'ailleurs avant). C'est aussi une reflexion sur les prejuges et la conformite de la societe quebecoise des annees 1930, en particulier dans sa relation aux etrangers. Voir << BD: sur la trace d'une italienne a Quebec >>, Ici Radio-Canada, 22 octobre 2014, en ligne http://ici.radio-canada. ca/regions/quebec/2014/10/22/002-bande-dessinee-philippe-girard-grande-noirceur-immigration.shtml, consulte le 30 septembre 2015.

(45.) Etienne DAVODEAU, Les mauvaises gens, p. 60. Le passage de la soutane au vetement civil (veston avec sa croix, col romain) est signifie dans la narration graphique sur cette tres belle planche.

(46.) Guy DELISLE, Chroniques de Jerusalem, Paris, Delcourt, coll. << Shampooing>>, 2011.

(47.) Olivier KA et ALFRED, Pourquoi j'ai tue Pierre, Paris, Delcourt, coll. <<Mirages>>, 2006, p. 11.

(48.) Celine BERAUD, Le metier de pretre: approche sociologique, Paris, les Ed. de l'Atelier, 2006.

(49.) Stephane PIATZSZEK et ESPE, L'ile des Justes: Corse, ete 42, Grenoble, Glenat, 2015.

(50.) Fabien NURY, Sylvain Vallee, Il etait une fois en France, 6 vol., Grenoble, Glenat, 2012.

(51.) Etienne DAVODEAU, Les Mauvaises gens, p. 51. Un autre ouvrage d'Etienne Davodeau aurait merite de figurer dans cette etude: Un Monde si tranquille. Tome 1: La Gloire d'Albert, Paris, Delcourt, 1999.

(52.) Denis PELLETIER, La crise catholique: religion, societe, politique en France, 1965-1978, Paris, Ed. Payot & Rivages, coll. <<Petite bibliotheque Payot>>, no. 561, 2005.

(53.) Emmanuel Lepage decrit les raisons de ses choix et ses recherches documentaires sur le sujet dans: Serge BUCH, Pierre-Yves LADOR, et Gilies RATIER, Lepage: une monographic, Saint-Egreve, Mosquito, 2008.

(54.) Philippe GIRARD, Tuer Velasquez, Montreal, Glenat Quebec, 2009.

(55.) Ivan JABLONKA, << Histoire et bande dessinee>>, La Vie des idees. Adresse: http://www.laviedesidees.fr/Histoire-et-bande-dessinee.html, 18 novembre 2014 [Consulte le 1er octobre 2015].

(56.) Olivier BOBINEAU, Pascal MAGNAT, L'Empire: une histoire politique du Christianisme, Paris, Les Arenes, 2015.

(57.) E. DAVODEAU, Les Mauvaises gens.

(58.) E. LEPAGE, Muchacho.

(59.) Philippe GIRARD, Tuer Velasquez; Olivier KA et ALFRED, Pourquoi j'ai tue Pierre.

(60.) Yvon TRANVOUEZ (dir.), La decomposition des chretientes occidentales, 1950-2010, Brest: Centre de Recherche Bretonne et Celtique, 2013.
COPYRIGHT 2016 The Canadian Catholic Historical Assn.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2016 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:Teinturier, Sara
Publication:Historical Studies
Article Type:Essay
Geographic Code:1CANA
Date:Jan 1, 2016
Words:7272
Previous Article:Louis Veuillot au college classique : un enseignement litteraire et religieux, 1840-1970.
Next Article:Les croix de chemin du Quebec et la naissance du devotionnalisme contemporain.
Topics:

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2018 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters