Printer Friendly

Kalantzis, Alexia. Remy de Gourmont createur de formes. Depassement du genre litteraire et modernisme a l'aube du XXe siecle.

Kalantzis, Alexia. Remy de Gourmont createur de formes. Depassement du genre litteraire et modernisme a l'aube du XXe siecle. Paris: Editions Honore Champion, coll. "Romantisme et modernites," 2012. Pp. 782. ISBN: 978-2-7453-2120-6

L'ambition admirable mais quelque peu demesuree de cet ouvrage (comme en temoignent ses presque huit cents pages, incluant bibliographie, annexes et index) est de "retablir la place" (13) revenant de droit dans l'histoire litteraire a Remy de Gourmont (1858-1915) et de corriger, du meme geste, l'oubli et le silence relatifs de la critique face a l'oeuvre d'imagination de cet ecrivain trop souvent associe a un "symbolisme mal defini et reducteur" (647) en rendant a celle-ci sa veritable importance. Cela dans un contexte precis: celui d'une systematique remise en question des genres litteraires en France entre 1890 et 1914, c'est-a-dire dans une "periode de transition" (14). L'auteure retrace dans un premier temps l'histoire d'une crise du genre "propre a la fin du XIXe siecle" (33) et a laquelle la revolution symboliste ne fut pas etrangere, alors que l'on assiste a l'elaboration progressive de "la litterature d'idees" (51) et que s'effacent "les frontieres" (82) entre roman, poesie, drame, essai, etc. Loin de deplorer la "dispersion generique" (11) caracteristique de la pratique esthetique de Gourmont, Alexia Kalantzis adopte plutot la perspective ouverte par Laurent Jenny dans La Fin de l'interiorite (2002) pour rappeler que la notion de genre litteraire suppose forcement "une idee de la litterature et des pratiques formelles" (17) et prend le parti d'interroger la production de ce brillant touche-a-tout dans ses multiples manifestations, afin de voir dans son "refus des regles" (97) et dans une strategie transgressive revendiquee, faite a la fois de melange et de "depassement du genre litteraire"--le titre donne a l'enquete l'indique clairement d'entree de jeu--un singulier moteur de l'invention pour celui qui considerait le conformisme en art comme un "crime capital" (31). Car l'evolution sensible de la pensee de Gourmont, au fil des annees, s'explique non "par un renoncement au symbolisme, mais bien par une definition plus pure de ses principes" (245); ainsi la "diversite momentanee des formes" (pour emprunter ces mots a Gourmont, 263) ne se revele etre, en fin de compte, pour lui qu'une serie de variations sur un meme theme: "l'unite profonde de la litterature" (282). Kalantzis insiste d'ailleurs avec raison sur la continuite tangible entre "la figure d'un Gourmont decadent" (14) et celui qui plus tard soutint l'avantgarde et fut l'ami de Cendrars et d'Apollinaire.

Cette maniere de "remise en cause radicale" (26) et "d'anarchie litteraire" (73) adoptee par l'ecrivain, si elle reste "ludique" (113) dans sa pratique, se fonde donc sur une "theorisation de la litterature" (190) unifiee, et annonce, a bien des egards, le modernisme qui peu apres allait transformer profondement jusqu'a l'idee meme du fait litteraire. Or la conception gourmontienne de la litterature, livree le plus souvent par fragments au hasard des oeuvres et des textes de circonstances (on sait l'importance que Gourmont accordait aux "petites revues," 334) demandait, pour que soit expose son "principe essentiel" (247), un minutieux "travail de reconstitution" (647) auquel s'est consacree l'auteure avec une patience infinie dans cette these soutenue en 2008.

La demonstration, foisonnante, est organisee selon quatre grandes "etapes" (18): 1) le depassement dans le contexte d'un sentiment de "crise" en litterature; 2) le depassement et l'absolu litteraire (herite du romantisme allemand); 3) le depassement dans un champ litteraire reconfigure (par la "petite revue"); 4) le depassement a l'aube du modernisme. Chacune de ces parties est a son tour divisee en de nombreux chapitres et sous-chapitres, et l'ensemble se resume bien trop malaisement pour pouvoir evoquer ici la richesse de tout ce que nous offrent ces pages. Car il faut bien souligner que si le desir d'exhaustivite, manifeste a chaque page--parfois au prix de longs detours ou de nombreuses redites qui alourdissent l'ensemble, comme s'il ne fallait a aucun prix negliger le moindre aspect d'une vaste question--ne peut manquer de forcer l'admiration du lecteur, il s'avere neanmoins parfois difficile, helas, de suivre le fil conducteur tant se multiplient les objets et les considerations theoriques (incluant, la chose surprend un peu, l'autofiction!), les sauts en avant et les retours en arriere, a tel point que le propos general donne par moment l'impression d'etre en grand danger d'eclater. Les termes equivalents choisis pour donner corps a ce "depassement" des genres abondent--"appropriation" (102), "reecriture" (107), "transposition" (108), "glissement" (111), "detournement" (117), "ironie" (124), "assemblage" (137), "reprise" (194) ou "rehabilitation" (225) de formes anciennes (194), "fusion" (247), etc.--tant et si bien qu'ils se bousculent et qu'on en vient a se demander s'il n'aurait pas mieux valu sacrifier quelques pages pour mieux convaincre.

De telles reserves sembleront pourtant injustes, tant ce travail monumental, erudit, et souvent brillant risque de faire des a present reference. C'est donc avec gratitude que le lecteur, qu'il soit amateur de Gourmont, specialiste de la litterature fin-de-siecle, dix-neuviemiste ou vingtiemiste, refermera ce fort utile ouvrage . . . pour bientot l'ouvrir de nouveau.

Eric Trudel, Bard College
COPYRIGHT 2014 University of Nebraska Press
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2014 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:Trudel, Eric
Publication:Nineteenth-Century French Studies
Article Type:Book review
Date:Mar 22, 2014
Words:826
Previous Article:Lavaud, Martine and Corinne Saminadayar-Perrin, eds. Theophile Gautier: Une ecriture paradoxale de l'histoire.
Next Article:Metzidakis, Stamos. Difference Unbound: The Rise of Pluralism in Literature and Criticism.
Topics:

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters