Printer Friendly

Jeunesse unique? Mouvements de jeunesse et contestation sociale.

RESUME : L'etude des mouvements d'action catholique specialisee permet de mettre en relief l'emergence progressive de la jeunesse comme groupe social organise a partir des annees 1930. L'analyse du discours et des revendications de l'un de ces mouvements, la Jeunesse ouvriere catholique feminine (JOCF), permet en effet d'identifier les bases a partir desquelles ces associations vont revendiquer l'inscription des besoins et des priorites des jeunes a l'agenda des debats sociaux. En valorisant l'origine sociale des jeunes, en tablant sur la nonmixite des mouvements et la responsabilite des laics, ces mouvements constituent non seulement une voie privilegiee o se structure une jeunesse organisee, mais aussi un terreau favorable a l'emergence de l'heterogeneite de cette meme jeunesse. L'analyse des orientations de la Federation des mouvements de jeunesse du Quebec, un organisme qui se structure a la fin des annees 1940 afin de representer les diverses associations de jeunes, confirme l'existence de ce double processus.

ABSTRACT: The study of specialized catholic movements allows us to understand the progressive emergence of youth as an organized social group from the 1930s. An analysis of the discourse and the claims of one of these movements, the Jeunesse ouvriere catholique feminine (JOCF) permits us to identify the social bases of these associations from which they placed the needs and priorities of youth upon the agenda for social debate. By stressing the social origins of the youth and the lay responsibility of young men and women organized in separate associations, these movements constituted not only a primary method for organizing young people, but also created a favorable framework for greater heterogeneity among these same youth. An analysis of the orientations of the Federation des mouvements de jeunesse du Quebec, an organization that was established at the end of the 1940s representing the different youth associations, confirms the existence of this double process.

Au cours des dernieres decennies, l'historiographie s'est enrichie de nombreuses etudes qui ont mis en relief le dynamisme des mouvements d'action catholique specialisee. Ces etudes ont contribue, avec d'autres, a renouveler notre perception d'un Quebec fige dans sa Grande noirceur , montrant que des forces de changement etaient a l'oeuvre au sein meme de ces mouvements. Plus qu'un visa ideologique , pour reprendre l'expression de Andre-J. Belanger(2), ces mouvements ont permis le developpement d'une pensee laique autonome au sein meme de l'espace religieux : ils ont ete des lieux de socialisation politique, comme l'ont montre les travaux de Bernard Fournier, favorisant notamment l'emergence de debats autour des questions sociales interessant la jeunesse, comme l'a souligne Louise Bienvenue(3). Ces mouvements ont egalement permis la diffusion du personnalisme chretien dans l'apres-guerre voire, pour certains, l'adhesion a un christianisme de gauche, demontrait pour sa part Simon Lapointe(4). Plus recemment, Jean-Philippe Warren et Martin E. Meunier soulignaient le paradoxe d'une Revolution tranquille dont l'une des composantes essentielles, la laicisation, a ete realisee en partie par d'anciens militants d'action catholique oeuvrant desormais au sein de l'appareil d'Etat ; une laicisation orchestree consequemment en bonne partie par des chretiens engages dans la cite(5).

Cette trop breve nomenclature illustre bien la richesse de l'histoire des mouvements d'action catholique specialisee. Un certain nombre d'axes de recherche meritent cependant d'etre davantage explores. Le fait que ces associations soient avant tout destinees a la jeunesse en est un qu'il serait pertinent de privilegier. Depuis la fin du XIXe siecle, la jeunesse est en effet devenue progressivement objet d'intervention sociale sous l'action conjuguee de l'Eglise et des milieux philanthropiques bourgeois. Diverses associations de jeunes ont alors ete mises sur pied afin d'eviter que l'industrialisation, l'urbanisation et la laicisation ne pervertissent la jeunesse(6) Alimente par les theories de la psychologie naissante, ce phenomene s'est developpe a l'echelle occidentale, meme si chaque pays presentera des specificites liees a sa propre conjoncture. Signe que la jeunesse occupe de plus en plus l'espace social, ces initiatives revelent plus precisement que la jeunesse est en voie de devenir une categorie sociale pour reprendre l'expression dont usent les experts de la sociologie de la jeunesse.

Si les transformations qui affectent cet age de la vie au XXe siecle doivent etre prises en compte dans l'analyse des mouvements d'action catholique specialisee, il faut egalement considerer que cette jeunesse se decline au masculin et au feminin. A ce titre, la double structure qu'induit la non-mixite de ces associations doit aussi etre retenue comme variable importante dans l'analyse puisqu'elle permet de discerner ce qui differencie la jeunesse des unes de celle des autres. Les mouvements d'action catholique specialisee sont tous constitues, faut-il le rappeler, d'une branche feminine et d'une branche masculine disposant chacune de leur autonomie et jouissant d'une delegation paritaire a l'executif du mouvement. De plus, ces mouvements sont tres fortement feminises a partir des annees 1940(7). Or, tres peu d'etudes se sont attardees a decrire l'influence qu'ont pu exercer ces mouvements sur le cheminement de jeunes filles dont la socialisation, traditionnellement, reposait surtout sur l'apprentissage de leur futur role de mere et non pas sur leur militantisme au sein d'associations o le Voir Juger Agir les incite aussi a devenir des citoyennes actives, engagees dans les debats de la cite. Les branches feminines des mouvements d'action catholique specialisee permettent de faire emerger cette realite et de montrer que la construction sociale de la jeunesse est aussi tributaire des rapports sociaux de sexe dans lesquels elle s'inscrit.

Enfin, les clivages sociaux sur lesquels reposent les mouvements d'action catholique specialisee meritent egalement d'etre davantage examines et, surtout, d'etre conjugues aux categories d'age et de sexe. Conformement aux principes du belge Joseph Cardjin, le fondateur du mouvement jociste, pour qui seul un jeune ouvrier peut en comprendre un autre, l'origine sociale constitue en effet le mode d'affiliation aux mouvements(8). Si ce parti pris n'est pas sans susciter des inquietudes au sein d'un episcopat soucieux d'eviter tout ferment de lutte de classes, il offrira neanmoins un porte-voix aux revendications des jeunes issus d'horizons les plus divers.

En integrant l'age, le sexe et l'origine sociale dans l'analyse des mouvements d'action catholique specialisee, il est possible de mieux cerner, croyons-nous, toute la richesse de ces mouvements et d'evaluer plus finement leur apport a la dynamique sociale. Une telle analyse permet par exemple d'identifier au sein de ces mouvements la construction d'un double processus soit, d'une part, l'emergence d'une jeunesse organisee qui revendique son autonomie comme groupe social, de meme que le droit d'inscrire a l'agenda des debats sociaux ses besoins et ses priorites. D'autre part, se profilent aussi, en parallele, des jeunes qui affirment en meme temps la diversite de cette meme jeunesse. En valorisant l'appartenance sociale des jeunes, en tablant sur la non-mixite des mouvements et la responsabilite des laics, les mouvements d'action catholique specialisee constituent non seulement une voie privilegiee o se structure une jeunesse organisee, mais aussi un terreau favorable a l'emergence de l'heterogeneite de cette meme jeunesse.

Ce double processus semble constituer une donne importante de l'histoire des mouvements d'action catholique specialisee, comme le revele l'analyse du discours et des revendications de la Jeunesse ouvriere catholique (JOC) entre 1931 et 1966(9). C'est ce que nous tenterons d'illustrer avant de montrer, dans un deuxieme temps, que l'on peut deceler cette meme dualite au sein de la Federation des mouvements de jeunesse du Quebec (FMJQ), un regroupement initie par les mouvements d'action catholique specialisee qui des sa fondation, en 1947, se propose de regrouper l'ensemble des mouvements de jeunesse quebecois.

I. Jeunesse ouvriere et contestation sociale

L'analyse du mouvement jociste revele a quel point la structuration par milieu de vie fait emerger la multiplicite des visages de la jeunesse court-circuitant la tendance anterieure, dessinee par les reformateurs sociaux et les psychologues, a reduire la jeunesse a un etat pathologique -- l'adolescence tourmentee(10) -- et a attribuer a l'ensemble des jeunes les caracteristiques et les besoins de la jeunesse des milieux etudiants, ces derniers etant encore largement issus des milieux bourgeois(11).

Les revendications des jocistes revelent une nette conscience de ce processus d'occultation de leur realite et une demande explicite de reconnaissance quant a la specificite des rapports sociaux dans lesquels les jeunes des milieux populaires s'inserent. Ainsi, des les annees 1930, les demandes de la JOC mettent en relief les besoins d'une jeunesse peu scolarisee, en mal d'ecoles, de programmes de formation professionnelle coherents et en lien avec les besoins du marche. Dans l'apres-guerre et au fil des annees 1950, le manque de ressources financieres des jeunes issus des milieux populaires sera davantage mis en relief, d'o l'emergence de revendications liees a l'octroi de bourses d'etudes, ou a la construction des residences etudiantes pour les eleves des ecoles techniques. On fera egalement valoir que la formation continue en milieu de travail et des stages de perfectionnement favorisent une meilleure insertion professionnelle. On veillera de plus a faciliter l'insertion syndicale des jeunes, que ce soit par la mise en place de seances d'initiation syndicale organisees a leur intention ou par la creation de comites jeunes au sein des syndicats -- ce qui sera chose faite a la CTCC en 1952, meme si cette initiative n'aura pas de suite(12).

On demandera par ailleurs que les centres de loisirs organisent des activites repondant aux interets des jeunes des milieux populaires. On incitera ces memes jeunes a occuper des postes au sein des conseils d'administration de ces centres de loisirs afin de faciliter la mise sur pied de telles activites. Leur presence au sein de la direction permettra par ailleurs, espere-t-on, de faire adopter des reglements plus inclusifs tels que de faire accepter le port du jeans dans ces etablissements puisque cette mode vestimentaire est de plus en plus populaire au sein de la jeunesse des milieux populaires a la fin des annees 1950. On observe un meme souci de representativite face a la programmation de la television francophone et le memoire soumis par la JOC a la Commission Massey en 1959 est tres explicite a cet egard. A la suite de demarches jocistes, certaines emissions consacrees a la jeunesse offriront un volet jeunes travailleurs qu'animeront des militants issus des deux branches de la JOC.

C'est bien au nom de la jeunesse que ces revendications sont portees sur la scene publique et en appellent au changement. Mais en meme temps, les demandes des jocistes refletent une conscience marquee des differences qui separent la realite des jeunes des milieux populaires de celles que vivent les jeunes qui se destinent aux professions liberales, ou meme de celles que vivent les collets blancs. Consciente de ces differences, la JOC refusera d'ailleurs au debut des annees cinquante toute fusion avec la Jeunesse etudiante catholique (JEC), craignant ces jeunes intellectuels qui se croient toujours habilites a parler au nom de tous et qui, au lendemain d'une eventuelle fusion, domineront cette centrale(13) . Soucieuse de conserver la mainmise sur ses orientations elle s'opposera, de concert avec la Ligue ouvriere catholique (LOC), a la coordination que veut mettre en place l'Action catholique canadienne qui, par le truchement de son Conseil national d'action catholique, veut imposer un programme d'enquete commun a l'ensemble des mouvements d'action catholique specialisee(14). Elle s'opposera egalement a son eventuel regroupement avec la LOC de peur que les problemes des jeunes ne soient analyses avec la perspective des adultes -- la LOC regroupant des militants et des militantes de plus de 35 ans, generalement maries et pourvus d'une famille. En revendiquant des politiques plus representatives de la jeunesse ouvriere et en cherchant a preserver son autonomie d'action, la JOC contribue, croyons-nous, a affirmer l'heterogeneite de la jeunesse.

Pour affirmer cette heterogeneite, les jeunes sont convies a s'engager dans une citoyennete active. C'est pourquoi la question de la participation civique deviendra centrale dans la reflexion que menent les membres de la JOC : importance de militer au sein de structures representatives des jeunes des milieux populaires afin d'inscrire a l'agenda des debats publics les besoins des jeunes de ces milieux et de reclamer pour eux la mise en place de politiques sociales appropriees ; importance de s'engager activement dans les structures syndicales et communautaires afin de mettre en place des cours, des services et des activites adaptes aux besoins de ces jeunes. Ces orientations ont permis a la JOC de constituer un lieu o se developpent de nouvelles pratiques sociales centrees sur l'animation du milieu et il faudrait pouvoir montrer, par de nouvelles recherches, la filiation entre cet appel a l'implication socio-communautaee des jeunes et la floraison de projets d'animation populaire qui emergeront dans les annees 1960 et 1970(15).

II. Et la jeunesse des filles ?

Si le mouvement jociste permet de faire emerger la jeunesse des milieux populaires, il favorise egalement la structuration, dans ce meme milieu, d'une jeunesse feminine organisee, juxtaposant progressivement l'image des jeunes filles sur celle des meres en devenir. Toutefois, si les revendications jocistes enumerees plus haut valent pour les deux branches de la JOC, l'analyse que nous avons effectuee dans les archives du mouvement revele l'existence d'un certain decalage entre les sections masculine et feminine. La jeunesse des filles emerge en effet plus difficilement que celle des garcons, les fonctions reproductives devolues aux femmes voilant continuellement la jeunesse qu'elles sont a vivre. Ce decalage va cependant s'attenuer au fil des decennies.

En matiere d'education, par exemple, les besoins des garcons seront ainsi les premiers a etre mis en relief et ce des la fin des annees 1930 alors qu'il n'est question, pour les filles, que de carences au niveau de la formation domestique. Toutefois, au fil des annees cinquante et au debut des annees 1960, on denoncera de plus en plus les insuffisances de la formation professionnelle des filles, l'absence d'ecoles techniques, de residences etudiantes, de bourses d'etudes. Cette reflexion critique culminera avec le memoire que soumet la JOCF a la Commission Tremblay o de l'avis du commissaire lui-meme la JOCF fut la seule a se preoccuper de la formation professionnelle des filles(16).

L'examen de la question du travail permet d'observer un meme decalage entre les sections masculines et feminines. Dans les annees 1930 et 1940, c'est la protection morale et physique des meres qui retient l'attention des jocistes et non la promotion d'une meilleure insertion professionnelle des jeunes filles. Des la fin des annees 1940 cependant, cette derniere dimension sera plus presente debouchant notamment, la aussi, sur des demandes syndicales : programme specifique d'initiation syndicale, concertation soutenue avec le Comite feminin de la CTCC -- un comite dont la JOCF avait d'ailleurs reclame la mise sur pied des 1949. Au meme moment, la promotion de l'egalite salariale retiendra l'attention des jocistes. A l'aube de la Revolution tranquille, la diversification de la formation et des avenues professionnelles sera a l'agenda jociste ; conges de maternite, garderies et cantines scolaires le seront a partir de 1965, un signe que le devenir des jeunes filles ne se resume plus essentiellement a la maternite et que peut coexister une plus grande diversite des roles sociaux feminins, meme pour les femmes mariees(17).

Si la JOCF eprouve des difficultes a definir les femmes autrement que par la maternite, elle va neanmoins preconiser comme la branche masculine de la JOC, mais avec un certain decalage, une plus grande participation civique des jeunes filles : presence au sein des conseils d'administration des organismes de loisirs, implication communautaire et syndicale. La JOCF constitue donc un creuset o des generations de filles ont pu etre initiees a de nouvelles formes d'engagement dans leur milieu, tout en offrant des outils de formation, une structure organisationnelle et des moyens de diffusion permettant de faire connaitre les problemes des jeunes travailleuses(18).

C'est en conjuguant les variables concernant l'age, le sexe et l'origine sociale que cet apport peut plus facilement emerger, montrant a quel point les mouvements de jeunesse contribuent a redefinir l'identite de la jeunesse, dans toute sa diversite, tout en constituant des vecteurs de nouvelles pratiques sociales. Parce qu'il valorise la prise en charge par les pairs et l'etude concrete des conditions de vie des jeunes et parce qu'il repose sur la nonmixite, le mouvement jociste favorise l'emergence d'une identite propre a la jeunesse des milieux populaires, tant masculin que feminin. Il offre aussi a ces jeunes garcons et a ces jeunes filles autant de passerelles qui leur permettent de se frayer un chemin vers la scene publique et d'inscrire a l'agenda des debats sociaux leurs priorites. Ces demandes s'inscrivent par ailleurs dans un processus plus large o les groupes de jeunes se posent desormais comme acteurs sociaux qui interpellent, en toute legitimite et au nom de la Jeunesse , les decideurs et autres autorites politiques. Par leurs revendications, les jocistes s'inscrivent donc dans un double processus de legitimation d'une categorie sociale qui, bientot, occupera tout l'espace sociopolitique au lendemain de l'explosion soixante-huitarde.

III. La Federation des mouvements de jeunesse du Quebec

Ce processus de legitimation sera en partie appuye par la Federation des mouvements de jeunesse du Quebec (FMJQ), un regroupement d'associations de jeunes cree en 1947(19). La FMJQ est constituee d'une constellation d'associations reunies par un meme denominateur commun, soit la jeunesse (15-35 ans). Cette initiative resulte d'un besoin des jeunes oeuvrant au sein des mouvements d'action catholique specialisee de se doter d'une association qui ne soit pas dans le giron de l'eglise et ce, afin d'avoir les coudees plus franches pour agir dans le temporel(20) . Ces associations desirent egalement se donner des moyens de reagir concretement face a l'intervention croissante de l'Etat sur des questions qui concernent la jeunesse. Rappelons ici qu'un ministere de la Jeunesse et du Bien-etre social est cree en 1946 et que dans la foulee de la mise en place de l'Etat-providence, les politiques federales concernant la jeunesse se multiplient. Temoignant de ce contexte initial, les objectifs definis par la FMJQ lors de l'elaboration de sa constitution se structurent autour de trois principaux axes : defense des interets de la jeunesse aupres des instances gouvernementales ; coordination de l'action des associations de jeunes sur la scene provinciale, federale et internationale ; developpement d'une citoyennete active parmi les jeunes(21).

Mais qui sont ces jeunes que la FMJQ pretend representer ? L'examen de la liste des associations membres est interessante a plus d'un titre. Elle montre en premier lieu la predominance des groupes franco-catholiques : les branches masculines et feminines des mouvements d'action catholique specialisee en sont membres mais, aussi, l'Ordre du bon temps, le mouvement des guides et des scouts, le Club 4-H, certains camps de vacances, les Jeunes naturalistes, les Jeunesses musicales, l'Association generale des etudiants de Laval, la Corporation des escholiers griffonneurs, la Federation des cooperatives etudiantes, la Federation provinciale des Chambres de commerce des jeunes du Quebec, etc.

L'examen de la liste des membres revele que le vocable franco-catholique n'epuise cependant pas le registre des associations membres puisque l'on note aussi la presence, des 1947, du Young Men Christian Association (YMCA) et, bientot, de son pendant feminin (YWCA), du Montreal Jewish Youth Council puis, quelques annees plus tard, du Young Men Hebrew Association, du Young Women Hebrew Association, de meme que du Youth Christian Worker, un groupe anglo-catholique fonde dans le sillage de la JOC dans les annees 1940. La composition du conseil d'administration et de l'executif de la federation temoigne par ailleurs d'un net souci de refleter cette presence : le conseil d'administration comporte deux vice-presidences dont l'une est toujours occupee par un anglophone issu d'une association anglo-protestante ou juive. Ce representant siege egalement au comite executif. Le secretariat de la FMJQ est bilingue et les reunions se deroulent souvent dans les deux langues.

La federation semble donc vouloir etablir des ponts afin de favoriser un rapprochement oecumenique et ethnolinguistique entre les associations de jeunesse et ce, des 1947. Si cet effort illustre bien la volonte de coordonner les groupes de jeunes au-dela de leur diversite, il faut voir que la FMJQ n'echappe cependant pas a la dualite canadienne et cherche a preserver la predominance des franco-catholiques. Ainsi, d'apres les statuts et reglements de la FMJQ, le nombre de delegues potentiel est entre autres calcule au prorata de poids demographique de chacune des communautes ethnolinguistique.

Il est par ailleurs interessant de constater que la FMJQ affirme ne pas vouloir etre une federation de jeunes, mais bien une federation de mouvements de jeunesse et ce, afin de mieux degager des consensus et eviter les conflits. La FMJQ affirme en effet qu'une federation regroupant les jeunes serait source de problemes, entre autres parce que la jeunesse ouvriere en particulier a une importance beaucoup plus grande. Cela concourrait a favoriser l'introduction de la politique dans nos organisations de jeunesse : ce qu'il faut eviter a tout prix(22) . Il faut souligner egalement que toute association membre soupconnee d'etre d'obedience communiste se voit exclue des rangs de la federation. Ce sera notamment le cas de la Federation des jeunes travailleurs de Montreal et de la Federation of Labour Youth en 1950(23). Consciente de la diversite de la jeunesse, la FMJQ cherche neanmoins, par sa politique d'exclusion des groupes juges indesirables et par son approche consensuelle aupres des associations membres, a representer les jeunes par leur plus petit denominateur commun : leur appartenance a une meme classe d'age. En laminant les differences, une telle approche ne peut que generer des tensions d'autant plus que les associations de jeunes semblent bien de plus en plus conscientes de leurs differences, comme nous avons tente de le mettre en lumiere en ce qui concerne le mouvement jociste.

Malgre tout, l'action menee par la FMJQ temoigne d'un souci de traiter les dossiers en examinant les questions en fonction des besoins et interets des jeunes ruraux, des jeunes ouvriers, des etudiants des ecoles professionnelles, des universitaires, etc. L'examen des activites de la Commission d'etudes des finances publiques de la FMJQ en temoigne. Annee apres annee, ce comite examine de facon exhaustive les subsides qu'accordent chacun des ministeres en fonction de ces diverses categories de jeunes. Un colloque est organise a l'automne 1953 afin de diffuser ces donnees et d'initier les jeunes aux finances publiques(24). Lorsque la federation propose, en 1954, de reconduire l'atelier avec des donnees mises a jour, elle precise que ce type d'activite permet de responsabiliser les jeunes face aux finances publiques et d'en faire des citoyens eclaires. Chiffres en main, les intervenants interpellent le gouvernement : que faites-vous pour la jeunesse ? Quelles politiques avez-vous mises en place ? Quelles sommes avez-vous investies ? Selon quels modes d'attribution ? Pour quelles categories de jeunes ? La jeunesse, comme groupe de pression existe bel et bien desormais et se positionne comme acteur social legitime qui affirme parler au nom de tous les jeunes.

Si les parametres utilises par la federation pour analyser les finances publiques revelent la volonte de tenir compte de la diversite des conditions socioeconomiques des jeunes, nul indicateur n'est cependant retenu pour integrer la variable sexuelle dans l'analyse en examinant specifiquement, par exemple, les sommes investies dans les ecoles destinees a la clientele feminine, les bourses octroyees, etc. Il faut attendre 1954 pour que la Commission d'etudes des finances publiques de la FMJQ s'inquiete de l'absence de femmes parmi ses membres. Pourtant, la FMJQ recrute des 1947 un nombre important d'associations feminines, mais leur presence au conseil d'administration et a l'executif de la federation se profile sur un mode mineur. La mixite des structures aurait-elle raison du militantisme des filles ? Un meme constat s'impose lorsque sont examines les debats du point de vue ethnolinguistique : la aussi, l'heterogeneite de la jeunesse semble laminee, malgre la presence d'associations protestantes et juives.

L'analyse des positions defendues par la FMJQ sur la scene publique est encore en chantier et de nombreuses questions sont toujours en suspens, notamment sur les causes du declin de la federation qui semble disparaitre vers 1955. Il y a fort a parier, cependant, que l'approche consensuelle n'ait eu raison de la FMJQ, provoquant des tensions trop vives au sein d'une jeunesse qui a pris conscience de sa diversite. Lorsqu'une nouvelle tentative de regroupement de la jeunesse est initiee, en 1964, la coalition de jeunes eclatera sous la pression conjuguee des clivages de classes et des orientations politiques divergentes, l'effervescence nationaliste des annees soixante politisant notamment les debats au sein des associations de jeunes(25). On peut egalement se demander si la lente restructuration du mouvement feministe dans la deuxieme portion des annees soixante ne canalise pas aussi les energies de certaines vers d'autres lieux de militantisme. La JOC denoncera pour sa part l'imperialisme du mouvement etudiant, tout en deplorant le discredit que subissent les mouvements d'action catholique en cette decennie de laicisation acceleree(26). Elle se prononcera en faveur du socialisme democratique en 1965, puis s'engagera dans l'organisation de comites d'action politique afin d'implanter le socialisme par la voie du deuxieme front propose par la CSN en 1968.

Conclusion

L'analyse de la JOC de meme que celle, encore fragmentaire, de la FMJQ montrent bien que si la jeunesse occupe de plus en plus la scene publique, les jeunes qui militent au sein de diverses associations se reconnaissent aussi d'autres filiations, aboutissement de ce double processus que nous avons tente d'esquisser ici. Les mouvements d'action catholique specialisee contribuent de ce fait a faire emerger les multiples visages de la jeunesse.

(2) Andre-J. Belanger, Ruptures et constantes. Quatre ideologies du Quebec en eclate ment : la Releve, la JEC, Cite Libre, Parti Pris, Montreal, Hurtibise HMH, 1977.

(3) Bernard Fournier, Mouvements de jeunes et socialisation politique : la dynamique de la JEC a l'epoque de Gerard Pelletier , memoire de maitrise (sciences politiques), Universite Laval, 1988, 124 p. Louise Bienvenue, L'encadrement de la jeunesse et la nature des liens entre catholicisme et nationalisme dans le Quebec des annees 1930 . Communication presentee au congres de l'Association des sociologues de langue francaise, Quebec, juillet 2000. Voir aussi Madeleine Gauthier, Les associations de jeunes , Fernand Dumont, dir., Une societe de jeunes ? Quebec, IQRC, 1986, p. 337-369.

(4) Simon Lapointe, L'influence de la gauche catholique francaise sur l'ideologie politique de la CTCC-CSN de 1948 a 1964 , Revue d'histoire de l'Amerique francaise, 49, 3, hiver 1996, p. 331-356. L'auteur montre entre autres la filiation existant entre des militants des mouvements d'action catholique specialisee alimentes par le personnalisme francais et la radicalisation de la CTCC au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

(5) Martin E. Meunier et Jean-Philippe Warren, L'horizon personnaliste de la Revolution tranquille , Societe, 20-21, ete 1999, p. 347-448.

(6) Olivier Galland, Sociologie de la jeunesse. L'entree dans la vie, Paris, Armand Colin, 1991 ; Joseph F. Kett, Rites of Passage. Adolescence in America, 1790 to the Present, New York, Basic Books, 1977 ; John R. Gillis, Youth and History. Tradition and Change in European Age Relations, 1770 to the Present, New York, Academic Press, 1981.

(7) Voir a ce sujet Jean Hamelin, Histoire du catholicisme quebecois -- le X e siecle, tome 2, Montreal, Boreal Express, 1984, p. 126-127.

(8) D'abord initie pour la jeunesse ouvriere, ce principe du regroupement par milieu de vie a par la suite ete applique pour les jeunes paysans (Jeunesse agricole catholique), pour les jeunes du secteur tertiaire (Jeunesse independante catholique) et pour les milieux etudiants (Jeunesse etudiante catholique).

(9) L'analyse des positions de la JOC est tiree de l'etude que nous avons realisee sur La Jeunesse ouvriere catholique feminine et in dynamique du changement social au Quebec, 1931-1966 , these de doctorat (histoire) Universite du Quebec a Montreal, 1997. L'analyse de la FMJQ a pour sa part ete rendue possible par l'octroi d'une bourse postdoctorale du CRSH.

(10) On pense, entre autres, aux theories que developpe la psychologie naissante, dont celles de l'Americain G. S. Hall qui, dans Adolescence (1904), affirme que cette periode constitue un moment de crise qui rend l'individu vulnerable et fragile : l'adolescent doit couper les liens avec une enfance fondee sur l'instinct et apprendre a se maitriser avant de devenir adulte. Inspirees du darwinisme, les theories evolutionnistes de Hall vont profondement marquer les milieux qui interviennent aupres des jeunes au cours des premieres decennies du XXe siecle. Voir a ce sujet Harvey J. Graff, Remaking Growing Up : Nineteenth-Century America , Histoire sociale/Social History, 24, 47, mai 1991, p. 35-59.

(11) Laila Gay Mitchell-McKee, Volontary Youth Organisizations in Toronto, 1880-1930 , these de doctorat (histoire), York University, 1982. Sur la definition de la jeunesse, on pourra consulter Olivier Galland, L'entree dans la vie adulte en France. Bilan et perspectives sociologiques , Sociologie et societes, 28, 1, printemps 1996, p. 37-46. On pourra aussi tirer profit des travaux de Gerard Mauger, dont Unite et diversite de la jeunesse , Jeunesse et societes : perspectives de la recherche en France et en Allemagne, R. Mauger et al., dir., Paris, Armand Collin, 1994, p. 21-49.

(12) Proces-verbal de la 3 e session du congres de la CTCC, 1952, p. 161.

(13) Jean Hamelin, Histoire du catholicisme ..., p. 122.

(14) Jacques Champagne, Enquete nationale , Rapport (conjoint) du Conseil national de la JOC canadienne, 21-22 mars 1953.

(15) La JOC organisera ainsi un Centre d'animation de culture ouvriere en 1970 centre sur la formation sociale et le developpement communautaire. Sur les filiations entre les catholiques sociaux et l'animation populaire, on pourra consulter Jean-Pierre Collin, La ligue ouvriere catholique canadienne, 1938-1965 : un mouvement social urbain , these de doctorat (histoire), Universite du Quebec a Montreal, 1990.

(16) JOC, Presentation du memoire a la Commission d'etude sur l'enseignement specialise , Rapport de la 2e session intensive (partie conjointe), Joliette, juin 1961. Flore Dupriez souligne d'ailleurs que les femmes seront tres presentes dans les debats qui entourent les reformes du systeme d'enseignement au cours de la Revolution tranquille. Voir Quelques reperes historiques concernant la situation des femmes dans l'Eglise , A. Caron, dir., Femmes et pouvoir dans l'Eglise, Montreal, VLB, 1991, p. 17-36.

(17) On pourra consulter a ce sujet Lucie Piche, La jeunesse ouvriere catholique feminine et la preparation au mariage des filles des milieux populaires quebecois, 1932-1966 , Capaux-Diamants, 55, automne 1998, p. 34-37.

(18) Voir a ce sujet Lucie Piche, La jeunesse ouvriere catholique feminine : un lieu de formation sociale et d'action communautaire, 1931-1966 , Revue d'histoire de l'Amerique francaise, 52, 4, printemps 1999, p. 481-506.

(19) Les informations qui suivent sont tirees des archives de la FMJQ, disponibles dans le fonds de l'Action catholique canadienne (Archives de l'Universite de Montreal : AUM, ACC, P16). Ces archives contiennent les proces-verbaux des reunions de la federation et des divers comites qu'elle met sur pied, les proces-verbaux et autres documents lies aux congres annuels, des rapports sur les seances de formation qui sont initiees, des memoires soumis aux autorites publiques et une abondante correspondance.

(20) Voir a ce sujet le Secretariat national de l'Action catholique canadienne (section francaise), Historique de la coordination dans le domaine des mouvements de jeunesse au Canada au cours des dernieres annees (1945-1950), Montreal, septembre 1950 (P16, E2, 1.7).

(21) FMJQ, Projet de constitution , 1947, 4 p. (P16, O5, 54).

(22) Claude Ryan, Orientation de la federation , Supplement au Bulletin des dirigeants federaux de la JAC, novembre 1950, p. 7 (P16, O5, 55).

(23) Liste des associations membres de la FMJQ et des responsables des associations , ibid., p. 3-4.

(24) Commission des Services publics, Seminaire d'initiation a la finance publique provinciale dans ses implications pour la jeunesse , document presente lors de l'assemblee generale de la FMJQ, 21 novembre 1953 (P16, O5, 61).

(25) Voir la lettre de Reginald Gregoire, secretaire national du comite executif de l'Action catholique canadienne, aux responsables nationaux des mouvements d'action catholique specialisee (JOC, JIC, JEC, JAC) ayant participe au congres des mouvements de jeunesse du Quebec de septembre 1965, 27 octobre 1965 (P16, O5, 36).

(26) Voir, par exemple, Alban Asselin, Derniere heure. La JOC est-elle un obstacle a l'unite des mouvements ? Jeunesse ouvriere, 7, 12, fevrier 1964, p. 3.
COPYRIGHT 2001 The Canadian Catholic Historical Assn.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2001 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:Piche, Lucie
Publication:Etudes d'histoire religieuse
Date:Jan 1, 2001
Words:5221
Previous Article:Vie religieuse feminine en evolution et sous observation: un apercu historique.
Next Article:Patronages des Religieux de Saint-Vincent de Paul: lieu de formation religieuse en milieu ouvrier, 1935-1955.
Topics:

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters