Printer Friendly

Introduction: tout ce qui est nouveau redevient nouveau (encore et encore et encore ...).

BB ...

L'idee de co-diriger un numero de Recherches theatrales au Canada sur le theme de l'intermedialite nous est venue pour la premiere fois en juin 2006. Nous savions que la liste de numeros thematiques en coulisses chez RTaC etait longue et que nous allions donc devoir attendre plusieurs annees avant que notre idee se concretise, et pourtant nous avions tous deux tres envie d'explorer les possibilites qu'offrait un tel projet. Quand le moment est venu pour nous de passer a l'action, nous avons ete surpris par le peu de reponses (selon nous) a nos deux premiers appels d'articles, ce qui nous a incite a repousser le moment de passer sous presse. Or, le laps de temps singulierement long entre la conception et la realisation du projet nous a donne une occasion peu commune de revoir ce a quoi nous aspirions en projetant ce numero. A l'automne 2011, alors que nous sommes sur le point de passer sous presse, le contenu que nous proposons donne un apercu de l'evolution prolongee et quelque peu sinueuse de ce numero. Un des articles nous a ete soumis au courant de l'annee 2008; un autre vient d'etre evalue par les pairs il y a a peine quelques mois. En retracant la progression de ce projet, depuis les premiers echanges dont il a fait l'objet, en passant par la sequence des soumissions, de l'evaluation et des revisions, nous constatons que le domaine des etudes intermediales a evolue rapidement et considerablement au cours de cette periode. Ce numero est donc, sans que nous ne l'ayons necessairement voulu ainsi, un temoignage eloquent de cette evolution.

Parmi les analyses les plus frequemment cites de l'impact de la <<revolution numerique>> sur les arts de la scene, celle de Steve Dixon dans Digital Performance: A History of New Media in Theater, Dance, Performance Art, and Installation (2007) est parue alors meme que nous proposions le theme de ce numero. Des nombreuses idees avancees par Dixon, la plus penetrante est la description qu'il fait du caractere intense mais transitoire des technologies naissantes face a la faculte d'adaptation de l'etre humain:
   Avec les logiciels, le fait reste indeniable qu'une fois passe le
   miracle initial d'une nouvelle << vie >> informatique, un certain
   degre de monotonie et de desuetude vient, au gre des repetitions,
   remplacer l'emerveillement initial; cela se produit generalement
   une fois passes les effets numeriques dernier cri dont se servent
   constamment les campagnes publicitaires pour susciter l'interet
   [...] Mais l'aspect miracle n'a pas tendance a durer: nous nous y
   habituons, nous l'adoptons, nous l'absorbons, puis nous attendons
   l'avenement du prochain miracle. (208, traduction libre)


Or, le champ des etudes intermediales (incluant celles de Dixon) met de plus en plus l'accent sur la complexite de ces strategies d'adaptation, dont la nature inconsciente et implicite permet un remaniement etendu des comportements individuels et culturels. Les chercheurs du domaine ont commence a s'interesser aux effets des changements sociaux a grande echelle--et, ce faisant, sont devenus de plus en plus preoccupes par l'effet des progres technologiques sur notre facon de comprendre et de vivre la performance. Comme l'affirme Chris Salter dans une etude intitulee Entangled: Technology and the Transformation of Performance parue en 2010 (alors meme que nous nous appretions a entamer notre derniere evaluation par les pairs),
   [...] si la vie quotidienne devient un spectacle mediatique [...]et
   un artifice ludique permanent rendu possible grace a des etres
   technologiques, une question centrale se pose: quel role est devolu
   a la performance artistique, notamment celle qui depend de la
   technologie naissante? Apres tout, la mise a distance des routines
   du quotidien, qui fut longtemps le terrain des artistes, est
   desormais entre les mains de gens ordinaires qui, dans une
   tentative d'elever le quotidien au statut du fantastique, mettent
   sur YouTube des videos d'eux-memes en train de cuisiner, de faire
   le menage, d'aller a l'eglise et de sortir les poubelles, comme
   tant de films d'amateurs esperant attirer, ne serait-ce qu'une
   milliseconde, nos yeux de plus en plus satures. Qu'est-ce qui
   pourrait bien venir contrer une transformation culturelle de si
   grande envergure? (352, traduction libre)


Une facon assez simple d'evaluer les transitions qui ont eu lieu pendant la preparation de ce numero est d'examiner l'introduction des deux textes importants qui ouvrent et closent ce numero. Le groupe de travail sur l'intermedialite de la Federation internationale pour la recherche theatrale (FIRT) a effectue des etudes importantes sur la conceptualisation dense et fort diversifiee entourant l'<<intermedialite>> au 21e siecle. En 2006, Freda Chapple et Chiel Kattenbelt, directeurs de l'ouvrage collectif Intermediality in Theatre and Performance, ont decrit leur objectif comme suit:
   Nous partons du principe que l'intermedial est un espace aux
   frontieres souples--et que nous sommes dans l'entre-deux, dans un
   melange d'espaces, de medias et de realites. Ainsi,
   l'intermedialite devient un procede de transformation des idees et
   des techniques par lequel la performance produit quelque chose de
   different. Notre facon de concevoir l'intermedialite puise a meme
   l'histoire des idees pour situer l'intermedialite en tant que
   nouvelle perception d'un tout re-construit par la performance. (12,
   traduction libre)


L'ouvrage de Chapple et Kattenbelt avait comme objectif, du moins en partie, d'etablir une serie de principes, de categories et de definitions d'ordre general. Suite a sa parution, la perception de l'intermedialite comme espace << entre-deux >> a gagne en popularite, et on a commence a definir le concept en l'opposant a d'autres formes artistiques, a d'autres disciplines et a d'autres modes d'experience plus traditionnels (et donc plus stables). De facon tout aussi importante, Chapple et Kattenbelt, de meme que plusieurs autres auteurs ayant contribue au collectif, ont voulu proposer une vision de l'intermedialite comme zone et vehicule d'entrainement de perception et d'adaptation cognitive. La performance intermediale, font-ils valoir, pourrait etre un site dans lequel le theatre serait a meme de proposer des lecons controlees sur la maniere de naviguer les nouveautes technologiques (et donc culturelles) dans la societe en general.

Quatre ans plus tard, plusieurs membres de cette meme equipe de recherche ont contribue a Mapping Intermediality in Performance, un ouvrage collectif qui se demarque du premier a divers egards sur les plans de la focalisation, de l'orientation et de l'organisation. Au lieu de chercher a etablir des categories et des definitions generales, cette deuxieme publication cherche plutot a << cartographier >> le terrain de plus en plus engorge et contentieux de la representation intermediale, a cerner une matrice plutot qu'a etablir une taxonomie. C'est la conception diversifiee et fortement stratifiee de l'intermedialite proposee par Klaus Bruhn Jensen qui sert de point d'entree a l'ouvrage:

La recherche en communication propose trois facons de concevoir l'intermedialite, lesquelles sont derivees de trois notions du medium. Dans un premier temps, de maniere tres concrete, l'intermedialite est la combinaison et l'adaptation de divers vehicules materiaux de representation et de reproduction, que l'on qualifie parfois de multimedia--par exemple, une presentation sonorisee de photographies ou la transmission visuelle et auditive d'une television. Dans un deuxieme temps, le terme designe la communication par l'entremise de plusieurs modalites sensorielles--une musique accompagnee d'images mobiles, par exemple. Dans un troisieme temps, l'intermedialite a trait aux interconnexions entre medias en tant qu'institutions sociales, au sein de ce qu'on designe en termes technologiques et economiques de <<convergence>> et <<conglomeration>> (cite dans Donsbach 16, traduction libre).

Le cadre dont se sert Jensen simplifie effectivement le concept de l'intermedialite en separant ses divers elements, les distillant en facteurs issus des technologies emergentes, des pratiques esthetiques, des etudes de reception et des dynamiques sociales, politiques et economiques. A plusieurs egards, nous poursuivons dans la lignee de cette seconde publication du groupe de travail: mettre l'accent sur la complexite du projet global consistant a cerner ce qu'est l'intermedialite tout en insistant sur la clarte, la specificite et la souplesse dans des efforts d'analyse concertes. Nous esperons que ce petit recueil d'articles sur le theatre et l'intermedialite contribuera tant soit peu a ce louable effort.

BK ...

Les articles que propose ce numero tracent les contours de moments precis dans l'evolution de la conscience intermediale. La contribution de Jean-Marc Larrue, intitulee <<Theatralite, medialite et sociomedialite: fondements et enjeux de l'intermedialite theatrale>>, revient sur les premieres experiences theatrales du <<nouveau media>> consistant a reproduire et a amplifier le son electrique. Il examine la resistance tenace aux mediations electroniques de la voix qui a dure pendant des dizaines d'annees apres l'adoption assez rapide de la lampe a incandescence. A l'instar de Dylan et du virage electrique qu'il a pris lors du festival folk de Newport en 1965 et qui a scandalise les puristes, la voix acoustique remediee de l'acteur se heurte au choc que cree une nouvelle presence electronique.

Sautons maintenant a la premiere decennie du nouveau millenaire et au monde branche qui a si profondement penetre la conscience humaine et qui avance a toute allure dans les reseaux vastes et intimes d'Internet. Dans un article intitule <<Crossing Over: Theatre Borders/Telematic Performance>>, Kathleen Irwin s'interesse a la portee planetaire d'Internet et presente les resultats d'une recherche qu'elle a menee recemment aupres d'etudiants de Regina et d'Utrecht relies par Internet et invites a utiliser la technologie numerique pour jouer et echanger entre eux des experiences de mobilite sur la scene mondiale, prenant le role d'immigrants, d'emigrants et de demandeurs d'asile. Le caractere immediat et intime des interactions numeriques des etudiants revele un sentiment de presence important au sein de l'environnement virtuel. <<Le cyberespace n'est pas un non-lieu>>, note Irwin, qui fait valoir que les utilisateurs sont a la fois le miroir et les porteurs du miroir de leurs multiples reflexions.

L'article de Dimitry Senyshen nous ramene sur un terrain plus traditionnel--la representation theatrale--mais s'interesse surtout a l'experience tres problematique de la reception mediee. A cette fin, Senyshen se penche sur l'adaptation video que signait Francois Girard en 1991 de la production theatrale Le Dortoir, de Gilles Maheu et Carbone 14, dont il ne connaissait que la version televisuelle. Dans son analyse, il fait appel a des outils theoriques et critiques derives de l'etude de la performance en direct pour evaluer le potentiel de la video a representer la presence. Selon Senyshen, malgre une attitude de toute evidence postmoderne a l'endroit du soi et de la representation, Le Dortoir cherche a mettre en valeur l'ambiguite semiotique intrinseque des corps des danseurs, une manoeuvre qui cree chez l'auditoire le sentiment d'une presence et qui tente de reproduire par mimetisme la recherche de guerison et d'accomplissement d'un recit manifestement moderne. En imposant une conception proprement theatrale de la presence a son experience mediee d'une representation <<en direct>> reconstruite dans l'imagination, Senyshen propose en realite, un discours critique intermedial sur la presence et l'absence.

L'une des caracteristiques determinantes de l'experience intermediale est le brouillage et l'interpenetration des frontieres entre le public et le prive. Dans la rubrique Forum, la contribution du co-redacteur Bruce Barton, intitulee << Coherent Confusion and Intentional Accidents >>, porte sur le spectacle Dance Marathon de bluemouth inc. et explore notre anxiete contempo raine et notre fascination pour la surveillance. Pendant l'evenement, acteurs et membres du public ont participe ensemble a une simulation des marathons de danse si populaires en Amerique du Nord de 1920 a 1940, et l'action a ete captee en simultane par des cameras video et projetee sur des ecrans dans l'espace de representation. Comme le montre Barton, les participants, circulant dans un environnement mediatise, ont joue leur propre mediatisation jusqu'a ce que, plusieurs heures apres le debut de l'evenement, un des interpretes, appele a se rendre au micro pour partager son histoire, provoque un moment d'exquise humanite. Et etrangement, au meme moment, une orchidee s'est epanouie dans le terreau de la technologie.

Dans Simulacres et simulation, Baudrillard ecrit ce qui suit a propos du medium televisuel: << Le medium lui-meme n'est plus saisissable en tant que tel, et la confusion du medium et du message (Mac Luhan) [sic] est la premiere grande formule de cette ere nouvelle. Il n'y a plus de medium au sens litteral: il est desormais insaisissable, diffus et diffracte dans le reel, et on ne peut meme plus dire que celui-ci en soit altere. >> (52-53) Nous vivons maintenant dans une culture mondiale completement mediatisee. Que ce soit par Blackberry, Twitter, Skype, YouTube, Google, Facebook, Wikipedia, MMORPG (jeux de role a multiples joueurs), Napster ou le mouvement Occupons Wall Street, nous sommes tous, a des degres divers, branches a la matrice numerique. Nous ne faisons plus la distinction entre producteur et consommateur, acteur et spectateur, createur et imitateur, instigateur et participant: tous ces roles se confondent, se brouillent et deviennent interchangeables. Pour faire echo a Shakespeare, le theatre est partout. Nous sommes tous impregnes d'une conscience intermediale.

OEuvres citees

Bay-Cheng, Sarah, Chiel Kattenbelt, Andy Lavender et Robin Nelson (dir.), Mapping Intermediality in Performance. Amsterdam: Amsterdam UP, 2010.

Baudrillard, Jean. Simulacres et simulation. Paris: Editions Galilee, coll. Debats, 1981.

Chapple, Freda et Chiel Kattenbelt (dir.), Intermediality in Theatre and Performance. Amsterdam et New York: Rodopi, 2006.

Donsbach, Wolfgang (dir.), The International Encyclopedia of Communication. Oxford: Blackwell, 2008.

Dixon, Steve. Digital Performance: A History of New Media in Theater, Dance, Performance Art, and Installation. Cambridge et Londres: The MIT P, 2007.

Salter, Chris. Entangled: Technology and the Transformation of Performance. Cambridge et Londres: The MIT P, 2010.
COPYRIGHT 2011 University of Toronto, Graduate Centre for Study of Drama
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2011 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:Barton, Bruce; Kirkley, Bruce
Publication:Theatre Research in Canada
Date:Sep 22, 2011
Words:2177
Previous Article:Introduction: everything new is new again (and again, and again ...).
Next Article:Theatralite, medialite et sociomedialite: fondements et enjeux de l'intermedialite theatrale.

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2021 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters |