Printer Friendly

Interdependencia y transformacion de las representaciones sociales en redes.

Interdependance et transformation des representations sociales en reseaux

Interdependence and transformation of social representations in network

Introduction

La plupart des travaux sur les representations sociales consistent a analyser le contenu d'une representation sociale. Ces travaux font l'objet de descriptions detaillees qui la font apparaitre comme totalite organisee. Cela etant acquis, on est amene a depasser les limites d'une representation donnee qui sont forcement arbitraires. Il est evident que la representation d'un objet est liee a de multiples autres objets (Moscovici, 1961). Cela est evident a la lecture de la premiere recherche de ce domaine: la representation de la psychanalyse est habitee par d'autres -celle de la societe, de l'homme, de la femme, de la sexualite, etc.et finalement investie par des ideologies politiques ou religieuses- ou elles se rassemblent toutes (Moscovici, 1961). Dans le meme ordre d'idees, Di Giacomo (1980), pour comprendre l'echec d'un mouvement etudiant dans une universite belge, analyse l'organisation d'un complexe de representations associees au comite local de greve, d'une part, et aux etudiants euxmemes, d'autre part. Il constate, et trouve la l'explication recherchee, que les deux univers de representation sont etrangers l'un a l'autre. Enfin, l'idee qu'existent des champs semantiques reliant diverses representations apparait dans quelques rares travaux (Abric et Morin, 1990; Bourgeat, 1993), dans un certain nombre de definitions, de l'ideologie par exemple (Deconchy, 1989) et plus recemment dans la notion (meme) de themata proposee par Moscovici et Vignaux (1994). Mais depuis quelques temps les recherches sur les representations sociales en reseaux se multiplient (Milland, 2001; Pianelli, Abric et Saad, 2010; Wachelke, 2011; Wachelke et Contarello, 2011; Camargo et Wachelke, 2011; Valence, 2012; Valence et Roussiau, 2006, 2009, 2012).

Quelles que soient les avancees theoriques et methodologiques impulsees par le modele de Moscovici (1961) et par les travaux relatifs a la structure et au fonctionnement des representations, le champ a longtemps ete domine par une approche focalisee sur leur autonomie, et, dans un grand nombre de cas, une telle question n'etait meme pas evoquee. Une representation est en general dite autonome si elle possede une structure coherente, qu'il s'agisse pour les uns d'un << systeme central >> (theorie du noyau central) ou pour d'autres d'un << principe organisateur >> (theorie des principes organisateurs). Mais on a finalement ete amenes a revoir une telle position (Flament, 1989), et a admettre l'existence de deux types de representations: celles qui sont autonomes, et dont le lieu de coherence est a rechercher au niveau meme de l'objet, et celles qui ne le sont pas parce que le lieu de coherence est a rechercher dans la representation d'autres objets plus ou moins lies au premier.

Rouquette (1994), considerant les choses sous un angle different, propose la situation suivante: << il existe au moins deux representations differentes d'un << meme >> objet social au meme moment dans une meme population, a la condition necessaire et suffisante qu'on puisse considerer celleci comme etant composee de plusieurs << groupes >> >> (p.177). Ceci a, pour l'auteur lui-meme, deux implications:

D'une part, deux sous groupes d'une meme population ou d'une population homogene a priori, auront des representations differentes de l'objet considere s'ils se differencient au moins par un critere psychosocial. Les recherches entreprises sur des populations supposees homogenes peuvent donc avoir neglige totalement le fait qu'il puisse y avoir en realite deux representations de l'objet ou deux materialisations distinctes d'une meme representation. Est-il alors possible d'extrapoler vers l'idee que l'on observerait par un travail sur la population globale, une seule representation autonome, et en differenciant deux sous groupes, deux representations soit distinctes et autonome chacune, soit non autonomes puisque manquant a la definition de cette autonomie que nous mentionnions cidessus.

D'autre part, Rouquette avance que certains aspects de la representation seront forcement communs aux deux groupes si l'on se refere a l'identite ou a l'homogeneite de la population de depart. Ce qui laisse supposer d'une maniere ou d'une autre un critere de non autonomie des representations distinctes de chacun des sous groupes.

Rouquette ajoute enfin que:

La transformation de l'une des representations est susceptible d'entrainer la transformation de l'autre. En effet, la transformation d'une representation est un evenement sociocognitif qui retentit sur les relations entre les groupes, sur la composition des argumentaires, sur les pratiques et, par suite, sur les situations sociales rencontrees par l'ensemble de la population. Ces dernieres peuvent etre en retour modificatrices d'une representation connexe (1994, p.178).

Nous sommes alors en position d'adopter une vision theorique globalisante, un principe etablissant que:

Afin d'etudier les representations sociales de phenomenes specifiques, on doit adopter une approche holiste, et regarder les representations en termes de reseaux et d'interdependances entre significations et symboles, plutot que comme des significations et des symboles discrets et atomises. Les representations sociales du sida, de la psychanalyse ou du marxisme sont vraisemblablement enchassees dans les reseaux d'autres representations, par exemple de ce qui est moral ou immoral, de ce qui est risque ou pas, etc. [Par consequent], on doit etre sensible a l'existence d'interdependances entre differentes representations, et a la possibilite qu'elles ont d'avoir des centres communs (Markova, 1999, p.60).

En 1987 Flament ecrivait que c'etait sur les representations autonomes << (...) qu'actuellement nous avons le plus de choses a dire. Peut-etre aussi parce qu'il semble que l'objet d'une representation sociale autonome est un objet social important >> (p.206). Actuellement il semblerait que ce soit sur les representations sociales en reseaux dans une perspective systemique (Valence, 2012). Il est evident que << dans la vie des groupes, les representations sociales se deplacent, se combinent, entrent en rapport et se repoussent, quelques unes disparaissent, d'autres sont elaborees a leur place: chacune d'entre elles peut etre comprise et expliquee seulement en partant d'une autre representation (...) qui l'a fait naitre >> (Doise et Palmonari, 1986, p.15). En fin de compte, le postulat de l'existence de representations autonomes ne suffit pas pour approcher l'aspect << socialement important >> du champ representationnel. Il est cependant exact que l'etude des representations sociales n'aurait pu echapper a cette focalisation d'un moment, puisqu'il fallait, dans un premier temps, se donner les moyens d'examiner la facon dont elles se structuraient et fonctionnaient. Ce probleme ayant ete (et etant encore) largement debattu, il apparait maintenant tout aussi socialement important de comprendre quelle dynamique regit leurs interrelations.

Interdependance des champs representationnels

Les representations sociales sont-elles imbriquees les unes dans les autres, en fonction de leur proximite semantique. Une recherche a tente d'aborder l'interdependance des champs representationnels, a la fois au niveau descriptif et a celui de leur dynamique (Bonardi, De Piccoli, Larrue et Soubiale, 1994).

Le cadre de ces travaux peut etre decrit succinctement par ses trois aspects principaux: 1. un ensemble d'objets de representation (<< Europe >>, << Politique >>, << Droite >>, << Gauche >>) plus ou moins lies entre eux dans la realite sociale; 2. deux echantillons de population (lyceens frangais et italiens); 3. une visee longitudinale basee sur le fait que ces populations jeunes construisent progressivement leur representation des objets choisis, parce que l'Europe est a l'epoque plus une conception qu'une realisation effective et parce que ces jeunes ne sont pas systematiquement en age de participer concretement a la vie politique de leur pays. Deux questions ont preside a ces choix: certain elements semantiques peuvent-ils etre communs a plusieurs representations? Et, si c'est le cas, que deviennent-ils quand ces representations evoluent?

Pour ce qui regarde le partage d'elements communs a plusieurs representations, Bonardi et al. (1994), ont realise une etude simultanee en Italie et en France (706 sujets, 322 italiens et 384 frangais) de deux objets de representation: << l'Europe >> et la << politique >>, choisis en raison de leurs resonances eventuellement communes. La technique de recueil utilisee est celle des associations libres (huit associations possibles a partir des termes inducteurs << Europe >> et << Politique >>), le traitement statistique etant realise avec le logiciel Alceste (Reinert, 1990).

D'un point de vue qualitatif, les resultats font apparaitre des convergences qui montrent que ces deux registres mobilisent des fonctionnements socio-cognitifs similaires. Le lexique des classes relatives a ces deux objets recouvre une opposition entre des aspects denotatif/descriptif et connotatif/evaluatif, et entre des aspects relevant d'une approche institutionnelle et d'une approche en termes d'ideaux. Cette uniformite de contraste entre les deux champs representationnels domine largement dans l'echantillon italien, et est nettement moins reperable dans l'echantillon frangais (dans lequel on retrouve neanmoins des denotations institutionnelles). Les resultats d'une seconde analyse confortent ceux fournis par ces premieres comparaisons qualitatives. Un test de correlation (Chi2) a cette fois ete effectue sur les regroupements des classes precedemment decrites (ceci afin de rendre la comparaison plus lisible) et ce pour chaque echantillon. Concernant l'echantillon italien, le Chi2 fortement significatif (Chi2 = 18,47 a p<.001) prouve que les deux registres, connotatif et denotatif, se combinent de facon coherente lorsqu'il s'agit de penser l'Europe et la politique : si les sujets associent a la << politique >> une representation chargee evaluativement -source d'ideaux ou au contraire porteuse de fleaux- ils mobilisent une representation de meme nature s'agissant de << l'Europe >>. Dans le cas de l'echantillon frangais, le Chi2, bien que dans une moindre mesure que precedemment, est toujours significatif (Chi2 = 9,73 a p<.05). Ainsi les deux registres -connotatif et/ou denotatif- vont toujours de pair entre les deux representations. Des specificites ressortent cependant de l'echantillon frangais: la simultaneite des connotations entre les deux objets s'exprime dans le contraste de leur valence -uniformement positive dans le cas de << l'Europe >> versus uniformement negative- dans celui de la << politique >> et une meme tendance unit une vision institutionnelle concrete de la politique a un aspect privilegie de la realite Europeenne : celui de l'Europe des echanges culturels et de l'ouverture sur d'autres pays. Ces deux phenomenes expriment chacun a leur maniere, le desinteret que manifestent les sujets a l'egard des questions politiques : dans un cas en investissant l'objet << Europe >> des aspects positifs que l'on se refuse d'accorder a la << politique >>, dans l'autre en privilegiant l'element le plus a-politique de la construction Europeenne lorsque dans le meme temps on se refere a la realite politique.

En conclusion, quand les sujets se representent la politique comme vecteur d'ideaux ou de fleaux, ils ont tendance a le faire egalement a propos de l'Europe. De meme quand les filets de leur representation saisissent les aspects institutionnels de la politique, ils saisissent dans le meme temps tous les aspects de la realite europeenne.

Cette etude a donc montre l'absence de frontiere entre les deux zones representationnelles, puisqu'on observe des champs semantiques communs aux deux representations, c'est-a-dire une << contamination reciproque >> entre contenus de representations. Cet aspect du probleme etant pose, qu'en est-il alors de l'evolution de representations interdependantes ? C'est l'objet des recherches suivantes.

Interdependance et dynamique representationnelle

Le probleme de l'interdependance des champs representationnels a ete aborde par l'etude de Brandin et Choulot (1993) dans l'optique theorique du noyau central. Il s'agissait d'analyser les liens entre deux representations sociales: la chasse et l'ecologie, dans une population de chasseurs. Cette etude a montre qu'un message minoritaire (intra-groupe) contrenormatif visant les elements peripheriques de la representation sociale de la chasse chez des chasseurs entrame un changement quantitatif et structural de la representation de la chasse, mais aussi de l'ecologie. Ces repercussions de l'une sur l'autre ont donc amene les auteurs a parler de representations sociales en reseaux et de transformation par diffusion (p.128).

C'est donc dans une perspective similaire qu'une recherche a ete realisee pour analyser l'evolution en parallele de champs representationnels proches : << politique >>; << gauche >> et << droite >> (Larrue, Bonardi, Roussiau, 2000). La population a ete soumise trois annees consecutives (19901991-1992) a la meme procedure d'evocation portant sur les trois objets de representation sociale que l'on peut intuitivement dire lies entre eux: << politique >> ; << droite >> et << gauche >>. Les auteurs ont donc postule l'existence de relations entre ces trois objets. L'option methodologique est longitudinale, et vise a controler les changements des trois representations dans le temps.

Dans cette etude la comparaison s'est effectuee sur la base de la distribution des sujets dans les classes lexicales identifiees pour chaque objet. Pour cela, chacun des objets de representation est considere dans sa globalite puis par classe et, a l'interieur de chaque classe, on tient compte du nombre de sujets. Soit par exemple la premiere classe de l'objet politique comprenant 49 sujets. On examine dans quelle classe de l'objet << droite >> ces sujets se situent, puis dans quelle classe de l'objet << gauche >>, et ainsi de suite pour toutes les combinaisons possibles entre classes et entre objets. Sur les frequences issues de ces croisements on calcule un indice de correlation (Chi2). Plusieurs cas peuvent se presenter. 1. En cas de correlation non significative, on conclut que les representations en jeu evoluent de facon independante. 2. En cas de correlation significative, on s'interessera aux univers semantiques concernes. Ils peuvent aussi presenter des similitudes -et on peut alors penser que l'activite representationnelle relative aux objets correspondants obeit a des regularites et s'opere de maniere coordonnee-. 3. Ils peuvent aussi ne presenter aucune parente majeure, et on peut alors penser qu'il y a rupture entre les schemes representatifs.

Les resultats obtenus de cette maniere ne revelent aucune relation significative entre les classes lexicales mises au jour pour les objets << politique >> et << droite >> d'une part, << politique >> et << gauche >> d'autre part, ce qui porterait a penser que ces objets de representations sont distincts les uns des autres. Sans doute peut-on voir la un effet des sorties de champ constatees lors des associations de termes aux objets << droite >> et << gauche >>. En revanche le test du Chi2 est tres fortement significatif (p=.000) pour les objets << droite >> et << gauche >> : c'est ainsi que les sujets qui effectuent, a propos de la << droite >>, une sortie du champ en accumulant des associations spatiales le font aussi a propos de la << gauche >>, et se retrouvent donc massivement dans la classe correspondante. Il existe donc bien une sous population de lyceens pour lesquels les objets << droite >> et << gauche >> ne participent pas d'une representation structuree de la politique. En revanche les sujets qui, a propos de la << droite >>, prennent pour referentiels les systemes ideologiques et economiques poursuivent sur la meme lancee en decrivant la << gauche >>, et se retrouvent donc massivement dans les classes constituees autour du socialisme et du communisme. Nous serions ici en presence d'un univers representationnel dans lequel les objets evoluent de meme maniere.

L'objectif de cette recherche etait d'examiner sur le long terme l'evolution de plusieurs objets de representations potentiellement lies les uns aux autres. S'inscrivant dans le cadre des recherches longitudinales descriptives, cette recherche souligne les evolutions les plus caracteristiques sans pouvoir les relier a des facteurs explicatifs de ces changements. Les resultats montrent davantage la genese et la construction que la transformation. L'epreuve d'association de mots produit, a propos des objets << droite >> et << gauche >>, des sorties de champ. La nature projective averee de ce type d'epreuve porte plutot a conclure qu'il s'agit, dans une partie de l'echantillon, de l'absence de reference au monde politique lorsque les associations se font a partir des mots << droite >> et << gauche >>. La coherence du lien entre la << politique >> d'une part, la << droite >> et la << gauche >> d'autre part dans une autre fraction de notre echantillon temoignerait quant a elle de la constitution d'une reelle representation du monde politique articulant diverses composantes, pour nous la << droite >> et la << gauche >>. Si ce dernier univers de representation reste d'un niveau assez general, ceci est peut-etre imputable a la quasi absence chez les lyceens interroges de pratiques politiques effectives. En effet bon nombre de travaux font des pratiques sociales un facteur d'evolution et/ou de transformation des representations. En l'absence de pratiques on peut supposer que les objets de representations ici etudies se constituent essentiellement a partir des informations delivrees par les medias, l'entourage des sujets ou l'ecole elle meme (Moscovici, 1961). Relativement au probleme de l'autonomie versus non autonomie des representations sociales (Flament, 1987), on pourrait avancer que, pour une fraction de notre echantillon, l'objet << politique >> dispose d'une representation embryonnaire certes mais autonome et non connectee aux objets << droite >> et << gauche >>. Au fur et a mesure que les eleves avancent dans leur scolarisation l'objet << politique >> englobe les objets << droite >> et << gauche >> en une representation plus generale du monde politique. Pour lors, nous ne pouvons que souscrire aux propositions de Singery (1994) sur le travail restant a effectuer: << approfondir l'analyse des relations entre differentes representations sociales: si la notion d'autonomie des representations sociales (...) permet une premiere approche de ce probleme, elle gagnerait a etre completee par d'autres notions visant a mieux comprendre comment le sujet passe, dans certains cas a preciser, d'une representation a l'autre et comment il articule (...) plusieurs representations sociales. Il serait peut-etre interessant (...) de se centrer sur ce qu'on pourrait appeler un systeme de delimitation des representations sociales: sur la base de quels mecanismes sociocognitifs l'individu decoupe-t-il le reel en representations autonomes... >> (pp.215-216). En tout etat de cause, ces premiers resultats soulignent l'arbitraire et le danger d'un decoupage du tissu de la pensee sociale en objets distincts que l'on isole par la meme de tous les autres. Une representation est certes une totalite organisee, mais plusieurs representations sociales peuvent probablement aussi composer, a un autre niveau, une totalite organisee. Ce qui conduit au constat suivant : << La comparaison synchronique des representations ne peut rendre compte de leur differenciation diachronique; elle ne fait qu'enregistrer des etats, dont il est facile d'etablir les proximites, mais non de comparer les geneses >> (Rouquette, 1994, p.181).

La transformation experimentale de representations sociales en reseaux: une etude experimentale

Peut-on modifier un ensemble de representations sociales qui sont en reseaux, si une seule d'entre elles est l'objet d'une manipulation experimentale ayant pour objectif de la transformer ? Cette question a ete aborde dans une etude sur la transformation de trois representations sociales. L'analyse representationnelle a porte sur les trois objets suivants : les << droits de l'Homme >>, la << democratie >> et les << institutions >>. Appartenant a l'univers socio-politique, nous considerons que ces trois objets sont potentiellement connexes et peuvent constituer un univers representationnel singulier; il s'agit la d'objets largement ideologiques charges de significations symboliques, historiques et culturelles. De l'avis de Doise (2001), les droits de l'Homme illustrent en effet, en leurs points les plus forts, les contrats sociaux qui guident les interactions humaines. Pour notre societe, ces interactions s'inscrivent dans un systeme de pouvoir democratique. Des lors, les organes institutionnels tiennent lieu d'instances mediatrices et regulatrices de ces systemes d'interaction.

En ce qui concerne le recueil des donnees relatives au contenu des representations, nous avons choisi la methode associative, et en particulier l'association libre parmi les modalites proposees par celle-ci. Cette technique permet d'explorer les significations spontanees face a l'objet de representation ; elle est alors particulierement adaptee a la mise en evidence de categories cognitives sur le plan de leur organisation et de leur systematisation par les sujets (Abric, 1994). L'interet de cette technique se trouve enfin egalement dans sa capacite a pointer << les mecanismes d'approbation sociale >> (Amerio et De Piccoli, 1989, p. 389).

Pour notre recherche figuraient alors sur le questionnaire soumis aux echantillons les trois mots inducteurs des trois objets de representation (le questionnaire fut construit de maniere contrebalance). Les sujets ont ainsi repondu aux questions suivantes : 1) Que vous vient-il a l'esprit lorsque l'on evoque les termes de << droits de l'Homme >> ?; 2) [...] de << democratie >> ?; 3) [...] d' << institutions >> ? Pour chacune de ces trois questions, il leur etait demande de donner entre trois et cinq mots, et parmi ceux-ci de souligner les deux mots qu'ils estimaient etre les plus importants.

S'agissant de l'observation des phenomenes evolutifs susceptibles d'affecter les representations etudiees, nous avons choisi une analyse diachronique permettant de controler les changements representationnels. Les questionnaires ont donc ete soumis a deux reprises ; la situation meme d'induction au changement a donc ete provoquee quatre semaines apres la premiere passation des questionnaires, et precedait immediatement la seconde passation.

Cette situation d'induction au changement s'est traduite par la presentation d'une petition a signer. De cette derniere emanait une certaine mise en question de la representation cible afin d'avoir les conditions les plus propices pour un changement representationnel (nous avons choisi de nous centrer sur la representation des << droits de l'Homme >> et plus specifiquement sur son systeme central). Dans le but de maximiser l'engagement des sujets dans l'acte accompli, nous avons donne a cet engagement un caractere individuel, libre et public (Roussiau, 1996; Girandola et Roussiau, 2003). Par ailleurs, la petition etait issue d'une association presente dans toutes les grandes villes de France : sa representativite etait ainsi assuree. Les sujets devaient alors porter sur cette petition leurs noms, prenom et signature, ce qui nous permettrait de suivre les sujets dans le temps.

La premiere intervention s'est realisee sur le motif d'une etude universitaire portant sur les representations sociales des droits de l'Homme, de la democratie et des institutions. Nous sollicitions ainsi une population d'etudiants qui, par leur participation, permettrait de mener a bien cette recherche. Chaque sujet recevait un questionnaire d'association libre. Nous precisions que ce questionnaire n'etait pas anonyme pour cause d'eventuelles recherches ulterieures, mais que l'ethique de la recherche en garantissait la confidentialite. Nous rendions egalement evident que nos intentions etaient exterieures a toute forme d'evaluation.

Quatre semaines plus tard, pour la phase experimentale a proprement parle, nous avons donne connaissance de la petition a ces memes etudiants. Dans le cadre de la recherche initiale portant entre autre sur les droits de l'Homme, une association, dont etait censee emaner la petition, nous avait contacte via une enseignante de l'universite qui en etait membre, pour diffuser cette petition aupres du plus grand nombre possible d'etudiants (la petition portait entete et localisation fictives de l'association). Nous insistions sur le fait que cette association, nommee l'A.L.E.C (Association pour la liberte d'expression citoyenne), travaillait regulierement sur des expressions publiques de grande envergure portant sur des faits de societe importants. Nous expliquions alors qu'en prevision d'une reunion portant sur les projets de reforme des droits de l'Homme, et regroupant les delegues europeens des differents etats membres, l'association travaillait tout particulierement sur ce theme. Apres la presentation de cette petition et de l'association, nous precisions qu'etant en accord avec le travail et la politique de cette association, nous avions repondu de maniere favorable a la demande de collaboration; les groupes dans lesquels nous etions intervenus une premiere fois etaient alors une opportunite pour faire circuler cette petition, qui par ailleurs allait l'etre dans d'autres lieux.

Une fois la petition distribuee, lue avec les etudiants puis relevee (signee ou non), sans autre commentaire, on proposait une nouvelle tache presentee comme distincte de la premiere. Celle-ci etait en realite la meme que celle du premier temps experimental; sous pretexte d'erreur dans le traitement de leurs premieres productions, il nous fallait leur soumettre a nouveau le questionnaire d'association libre pour mener a bien notre recherche. Les questionnaires etaient alors distribues a nouveau puis releves une fois remplis, et les etudiants remercies pour leur participation.

A l'issue des interventions que nous avons effectuees lors de cours universitaires (de niveau Deug 1 et 2; ce qui nous a permis de nous concentrer sur des etudiants de 18 a 25 ans), nous avons retenu 76 personnes sur 95 questionnaires distribues: une dizaine d'etudiants n'ont pas signe la petition; les autres, pour cause d'absence, ne relevaient que d'une seule passation.

En ce qui concerne la technique d'association libre, parmi les types d'analyse permettant de la traiter, nous avons choisi l'analyse prototypique developpee par Verges (1992). Il s'agit dans un premier temps de degager l'organisation du contenu de la representation (on determine ainsi, les elements organisateurs, donc centraux). Pour ce faire, il faudra tenir compte simultanement de la frequence du mot et de son rang d'apparition au sein de la liste de mots produits par le sujet pour le mot inducteur. Il est important de rappeler que cette methode a une valeur essentiellement descriptive et exploratoire.

On observe au niveau des principaux resultats qu'il y a un affaiblissement de la preponderance des items centraux de la representation des droits de l'Homme : d'abord, l'item Respect, support de l'acte engageant, n'apparait plus dans la zone centrale (nous le retrouvons toutefois dans l'analyse des mots soulignes avec une frequence d'apparition de 18 et un rang moyen de 2,22). Ensuite, les deux autres items, Egalite et Liberte, perdent en frequence (58 et 51 contre 71 et 55 pour la premiere mesure); le rang moyen de l'item Egalite passe egalement de 1,91 a- 2,08. Ces deux items references, organisateurs de la representation, se posent tout de meme comme valeurs encore largement predominantes pour les droits de l'Homme.

Pour la representation de la << democratie >>, nous retrouvons les quatre memes items de la premiere mesure representationnelle; ces items gardent sensiblement leur rang moyen d'apparition, par contre, ils perdent tous en frequence d'apparition. C'est alors qu'il faut voir l'arrivee d'un nouvel item : Liberte d'expression avec une frequence d'apparition de 10 et un rang de 1,80. Cet item est evidemment en etroit lien avec l'item Liberte mais il nous fera ici rappeler davantage le nom de l'association censee diffuser la petition pour l'acte engageant : << association pour la liberte d'expression citoyenne >>. Pour l'analyse des mots soulignes, nous noterons particulierement, la disparition de Peuple, qui semble avoir ete remplace par l'item Respect (frequence de 12; rang de 2,50). La presence des deux nouveaux items-et ici, valeurs egalement nous conduit a voir les items centraux de la premiere mesure selon une vision plus globale de la democratie, en lien plus etroit avec les droits de l'Homme.

La representation des << institutions >> semble etre celle qui a le plus bouge. Nous retrouvons les quatre items presents dans la premiere mesure: Politique, Regles, Ecole et Organisation. Cependant, le premier item gagne en frequence d'apparition pendant que les trois autres perdent plusieurs places notables (notamment l'item Regles, qui passe d'une frequence d'apparition de 23 a 14). Ensuite, il faut remarquer la disparition du systeme central, comme des mots soulignes, de deux items : Etat et Justice, qui semblent ici avoir ete remplaces par l'item Lois avec une frequence de 10 et un rang de 2,10 (on le retrouve egalement dans les mots soulignes). On peut alors constater le renforcement de la dimension instrumentale des institutions.

A cette premiere etape d'analyse et, aux vues des nombreuses modifications enregistrees au sein des trois systemes centraux, nous pouvons dire que l'acte engageant soumis aux sujets, a bien engendre de reels impacts sur l'univers representationnel etudie. Des modifications se sont produites au sein de la representation des << droits de l'Homme >>, mais egalement au sein des representations de la << democratie >> et des << institutions >>. Concernant les resonances semantiques, initialement relevees entre les trois representations, nous pouvons dire qu'elles figurent encore apres manipulation experimentale, mais sous un autre agencement. Il y a donc bien des transformations sur des representations connexes a une representation sociale quand on met en cause certains de ses elements.

Deux representations sociales en reseaux (<< droits de l'homme >> et << immigration >>): une etude journalistique

Les objets de representations sociales peuvent donc etre lies dans des memes reseaux de sens. Il devrait etre possible de cerner une structure pour un champ representationnel cible, dans lequel on precisera les relations entre les diverses unites de cet espace representationnel. C'est dans cette perspective que s'inscrit le travail de Valence (2012), Valence et Roussiau (2009, 2012) pour l'etude d'une structure representationnelle articulant les objets sociaux << droits de l'Homme >> et << immigration >>.

L'objectivation de ces deux representations est apprehendee a travers le discours mediatique de deux sources de presse ecrite, politiquement divergentes : Le Figaro, comme media plutot de droite et Liberation, comme media plutot de gauche. De par leur affiliation ideologique distincte, ces deux sources journalistiques sont supposees s'offrir comme lieux d'ancrage aux differents discours produits a propos des droits de l'Homme et de l'immigration. Les articles relatifs aux deux objets sociaux (au nombre de 1074) concernaient une periode de six ans (2002-2007) et ont ete analyses par la methode ALCESTE (Reinert, 1990).

[FIGURA 1 OMITIR]

Les resultats ont mis a jour huit classes thematiques stables qui dissocient les deux discours rattaches aux objets etudies. Concernant l'expression de la representation des droits de l'Homme, elle se rattache majoritairement a Liberation. Elle s'effectue alors sur le registre des valeurs universalistes. A l'inverse, la representation de l'immigration se rattache preferentiellement au discours du Figaro et s'organise sur trois aspects: << la maitrise des flux migratoires >>, << la croissance economique >> et << la lutte contre l'immigration clandestine >>. Une seule classe lexicale (la classe 6) concernant cet objet est reliee a Liberation et reference une certaine contestation des politiques gouvernementales. Elle s'oppose de cette maniere a la vision dominante ancree dans des valeurs de droite. Une analyse factorielle vient completer ces resultats et revelent l'organisation des discours selon trois facteurs concernant les registres << institutionnel >>, << administratif >> et << politique >>. Notons que la classe 8 pose une certaine particularite puisqu'elle se situe au centre d'inertie de l'analyse factorielle et ne rentre donc pas dans les oppositions de discours que celle-ci met a jour. Les themes qui lui sont associes sont majoritairement issus d'articles classes par le sujet des droits de l'Homme mais le contenu aborde egalement des themes associes a l'immigration. Occupant une place specifique, voyons pour cette classe 8 des extraits d'articles qui la caracterise: (extraits issus de la classification d'ALCESTE): << Il faut demasquer ceux qui veulent eriger en concurrence les souffrances: quand nous combattons l'antisemitisme, nous devons denoncer le racisme antimusulman qui sevit encore violemment, ou les discriminations dont les jeunes beurs sont victimes >>. // << Nous devrions developper une analyse sociale des causes du racisme et rejeter systematiquement les amalgames entre musulmans et terrorisme ou islam et integrisme >>. // << Mais pas de mauvaise foi: que l'islam ne devienne pas l'argument pour refuter certaines pages de notre histoire hexagonale. La memoire de l'immigration et de ses heritiers doit avoir sa place dans notre pays en dehors de tout contexte religieux. Elle releve du politique, de la legitimite et non pas du marchandage >> ([seccion]).

Le premier facteur materialise la tension entre le cadre legislatif des politiques d'immigration garantie par des institutions fortes et regie par un code de loi et des politiques qui le mettent en reuvre avec une certaine ideologie de cette immigration. Cette ideologie est portee par une << majorite dominante >> affiliee a des valeurs plutot de droite. Se traduit ainsi une vision de l'immigration qui traduirait la necessite d'aller chercher a l'etranger une main d'reuvre qui pallierait les baisses de la croissance economique et subviendrait aux besoins du marche; avec l'autre pan de cette representation qui englobe les aspects d'illegalite et de lutte contre les irregularites de sejour. Seule la classe issue de Liberation contrecarre ces politiques en relayant les mobilisations de contestations des reformes du droit des etrangers et en deplorant la lutte grandissante contre les sejours irreguliers. Le facteur 2 oppose les aspects juridiques associes aux droits de l'homme et les aspects legislatifs relies a l'immigration. Par cette distinction, ce facteur pose l'importance du cadre administratif pour l'apprehension des deux objets sociaux au sens ou il met en exergue la dimension reglementaire des droits. Mais ce facteur administratif oppose aussi les classes rattachees au Figaro et a Liberation. Le dernier facteur met en lien ces aspects de reglementation et leur application qui se particularise selon les politiques des autorites en place. Les classes qui se dissocient des aspects juridiques des droits de l'Homme sont les classes issues du Figaro qui mettent en lien l'immigration aux reformes gouvernementales basees sur le controle des flux migratoires.

La mise a jour des specificites des deux representations et des caracteristiques de leur expression n'a pas empeche de reveler des points d'articulation possibles. Le traitement par ALCESTE les revele via les classes thematiques qui peuvent etre partagees (voir la classe 8), ou encore a travers des registres sociocognitifs communs, lorsque qu'il porte sur des conceptions plus generales de referencement des objets. Alors, peuvent s'envisager le jeu des processus ideologiques. Dans cette etude, s'est de cette maniere revelee la place determinante qu'occupait la << reglementation >> dans l'approche des droits de l'Homme et de l'immigration. En effet, d'une maniere ou d'une autre, il semble indispensable de se referer a une loi comme cadre reglementaire du droit (en general, et donc aussi en particulier pour les droits humains et pour le droits des etrangers). Ce que l'on peut ici considerer comme << conception generatrice >> s'est exprimee pour les droits de l'Homme sur le versant de leurs institutions judiciaires. Pour l'immigration cela s'est d'avantage exprime sur l'institution politique qui, par certaines dispositions gouvernementales, fixe les conditions d'application de cette loi. C'est ensuite que vont se jouer les processus ideologiques. Par exemple, les resultats en evoquant une representation de l'immigration fortement ancree dans des valeurs de droite n'ont pas simplement mis a jour l'expression d'une ideologie politique particuliere. En rapprochant ce versant de la representation aux aspects legislatifs (qui precisent les conditions d'obtention d'un sejour regulier pour les personnes etrangeres, les auteurs ont repere que la representation glissait vers des implications en termes de << devoir >>. En schematisant, on pourrait dire que selon cette conception, une personne etrangere aura un acces aux droits formels (<< les droits de>>) si elle repond aux devoirs comme entendus par les politiques gouvernementales en place : elle doit travailler, elle doit faire preuve d'integration, elle doit adherer aux valeurs republicaines, etc. De cette vision, decoulerait la legitimation de la lutte contre l'immigration clandestine puisque les membres senses la constituer ne respectent pas leurs devoirs. A l'oppose, quand la representation de l'immigration souleve les voix de contestation de la politique gouvernementale (voir la classe 6 liee a Liberation), elle semble s'attacher aux droits reels (<<les droits a>>) revendiques selon le principe d'egalite comme on le trouve en substance dans les droits de l'Homme. Mais l'enquete montre que cette conception egalitariste est minoritaire et s'exprime a travers quelques conjonctures manifestantes << de gauche >>.

Finalement, l'articulation du fonctionnement representationnel aux processus de categorisation sociale, aux representations intergroupes, a l'identite sociale ou encore a l'ideologie revele la necessaire inscription des representations au centre des rapports sociaux. L'apport de ces notions revele aussi, et surtout, la prise en compte d'un contexte inevitablement pluraliste et conflictuel. Si l'on recherche la variabilite de l'expressivite des representations, c'est en ce lieu du pluralisme et de la conflictualite sociale que doivent se developper les recherches. C'est en tous cas, dans ce cadre que se reveillent les prises de position qui montrent l'interet qu'incarnent les representations au sein des interactions sociales. Apprehender les representations du point de vue des dynamiques de confrontation qui organisent les groupes, permet alors d'envisager les representations de maniere operationnelle, autrement dit en des termes substantialises. En effet, la representation est rattachee de cette maniere a une situation concrete, sur un objet polemique avec un enjeu specifique, etc. La trame ideologique qui donne la coherence de la representation articulee aux valeurs, aux attitudes ou encore aux pratiques est toujours dans le contexte pluraliste et conflictuel, davantage saisissable. Sur ce dernier aspect, la proposition des reseaux ou familles de representations serait une avancee de plus pour rendre << palpable >> les processus ideologiques en jeu au sein de la pensee sociale. Cet element demandant alors a etre replique et developpe dans des futures recherches representationnelles.

Cette analyse journalistique permet d'apprehender l'univers semantique des deux objets de representation. Les resultats ont montre toute l'importance que nous devions accorder aux processus ideologiques dans ce fonctionnement representationnel a travers, ici, la communication mediatique s'offrant comme point d'ancrage. Si ces processus structurent les contenus, ils jouent egalement sur l'articulation possible entre representations et mettent a jour les champs de reference potentiels des groupes selon leur positionnement. Pour continuer dans ce sens, il nous semble necessaire, dans les futures recherches, de developper des analyses multivariees permettant d'approfondir l'intrication des elements qui fondent le contenu des representations en les reliant au fonctionnement quotidien des acteurs sociaux et aux relations qu'ils tissent entre eux dans le cadre des appartenances sociales. Nous ne pouvons donc faire l'economie de l'etude de l'ideologie et de la communication en tant qu'objets centraux pour une psychologie sociale et politique.

Conclusion

Si une representation est partagee, elle permet aussi << d'affirmer une position dans un debat entre partenaires marques et situes dans des rapports sociaux, et ce contexte fournit le cadre dans lequel la validite peut-etre eprouvee >> (Gaffie, 2004, p.16). C'est cette force generative des representations sociales que nous avons voulu reveler, au fil des presentations theoriques et des travaux de recherche. La necessite d'accorder une place privilegiee a la dimension active de l'ancrage apparait alors assez nettement. Les perspectives ouvertes nous semblent egalement etre une voie a investir pour aller dans ce sens. La prise en consideration d'un contexte pluraliste et conflictuel comme cadre d'expression des representations sociales a effectivement revele les enjeux que celles-ci incarnent dans les rapports sociaux. Cet aspect traduit alors veritablement toute l'energetique sociale de la notion.

Pour finir, nous voudrions revenir sur la conception de Doise (1990) pour qui la theorie des representations sociales doit etre abordee d'un point de vue general et dans un sens actif. Cette precisions insiste sur le fait que l'objectif de la theorisation est avant tout de proposer des concepts de base (comme l'objectivation, l'ancrage, les metasystemes, etc.) pour envisager un ensemble de dynamiques particulieres dans le fonctionnement des representations et de leurs implications dans les relations sociales. C'est ainsi des points de focalisation qui s'offrent a l'interet des analyses afin de mettre en evidence, non pas des contenus mais des processus. Car si l'on devait theoriser cette dynamique de confrontation dans le fonctionnement des representations, elle exprimerait, selon nous, la dialectique entre processus d'identification et principe de legitimation de l'ordre social.

Referencias

Abric, J.C. (1994). L'organisation interne des representations sociales: systeme central et systeme peripherique. Dans CH. Guimelli (Ed.), Structures et transformations des representations sociales (73-84). Paris: Delachaux et Niestle,

Abric, J.C. et Morin, M. (1990). Recherches psychosociales sur la mobilite urbaine et les voyages interurbains. Cahiers internationaux de Psychologie Sociale, 5. 11-35.

Amerio, P. et De Piccoli, N. (1989). Representation de l'engagement social et de l'amitie: une etude sur les groupes de jeunes. Revue internationale de psychologie sociale, 3, 383-406.

Bonardi, C., De Piccoli, N. Larrue, J. et Soubiale, N. (1994). Dipendenza e interdipendenza delle rappresentazioni sociali: la rappresentazione dell'europa e quella della politica. Giornale Italiano di Psicologia. XXI. 3. 399-419.

Bourgeat, G. (1993). Le bien etre chez soi: representation sociale complexe ou complexes de representations sociale. These de doctorat. Universite d'Aix-en-Provence.

Brandin, P. et Choulot, S. (1993). Etude experimentale de la transformation de deux representations en reseau. Memoire de maitrise de psychologie sociale. Universite de Toulouse le Mirail.

Camargo, B.V. et Wachelke, J. (2010). The study of social representation systems: relationships involving representations on aging, AIDS and the body. Papers on Social Representations, 19(21), 1-21.

Deconchy, J.P. (1989). Psychologie sociale. Croyances etideologies. Paris: Meridien Kincksiek.

Di Giacomo, J.P. (1980). Intergroup alliances and rejections within a protest movement. European Journal of SocialPsychology, 10, 32-40.

Doise, W. (1990). Les representations sociales. Dans R. Ghiglione, C. Bonnet et J-F. Richard (Eds), Traite de psychologie cognitive, 3 (111-176). Paris: Dunod.

Doise, W et Palmonari, A. (1986). L'etude des representations sociales. Textes de base. Neuchatel: Delachaux et Niestle.

Doise, W. (2001). Droits de l'Homme et force des idees. Paris: P.U.F.

Flament, C. (1987). Pratiques et representations sociales. Dans J.L Beauvois, R.V Joule, et J.M Monteil. (Eds). Perspectives cognitives et conduites sociales. Tome 1. Fribourg: Delval.

Flament, C. (1989). Structure et dynamique des representations sociales. Dans D. Jodelet. (Ed). Les representations sociales. Paris: P.U.F.

Gaffie, B. (2004). Confrontations des Representations Sociales et construction de la realite. Journal International sur les Representations Sociales, 2(1), 6-19.

Girandola, F. et Roussiau, N. (2003). L'engagement comme source de modifications a long terme. Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, 57, 83-101.

Larrue, J. Bonardi, C. et Roussiau, N. (2000). Etude des liens entre plusieurs objets de representations sociales. Anuario de Psicologia, 3/(3), 19-37.

Markova, I. (1999). Sur la reconnaissance sociale, Psychologie et societe, no.1 (pp.55-80). Paris/Montreal: l'Harmattan et l'Observatoire europeen des representations sociales.

Milland, L. (2001). De la dynamique des rapports entre representations sociales du travail et du chomage. These de doctorat. Universite d'Aix-en-Provence.

Moscovici, S. (1961, 1976). La psychanalyse, son image et son public. Paris: P.U.F.

Moscovici, S. et Vignaux, G. (1994). Le concept Themata, Dans C. Guimelli (eEd.), Structure et transformations des representations sociales, Textes de base en sciences sociales (pp. 2572). Neuchatel: Delachaux et Niestle.

Pianelli, C., Abric, J-C. et Saad, F. (2010). Role des representations sociales dans les processus d'ancrage et de structuration d'une nouvelle representation. Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, 83, 241-274.

Reinert, M. (1990). ALCESTE, une methodologie d'analyse des donnees textuelles et une application: Aurelia de Gerard de Nerval. Bulletin de Methodologie Sociologique, 26, 2454.

Rouquette, M.L. (1994). Sur la connaissance des masses. Grenoble: P.U.G.

Roussiau, N. (1996). Representation sociale et theorie de l'engagement. La representation sociale de la politique: etude experimentale de ses transformations. These de nouveau regime. Universite de Toulouse Le Mirail.

Singery-Bensaid, M. (1994). Representations sociales et projet de changement technologique en entreprise. Dans J.C. Abric. (Ed). Pratiques sociales et representations. Paris: P.U.F.

Valence, A. (2012). Representation et ideologie. Etude des liens entre plusieurs representations sociales. Structure et evolution des representations de l'immigration et des droits de l'homme. These de doctorat. Universite de Nantes.

Valence, A. et Roussiau, N. (2006). Etude de la transformation de representations sociales en reseau (ideologie, droits de l'homme et institution). Cahiers de Psychologie Politique, 8, 27-49.

Valence, A. et Roussiau, N. (2009). L'immigration et les droits de l'Homme dans les medias: une analyse representationnelle en reseau. Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, 80, 41-64.

Valence, A. et Roussiau, N. (2012). Les representations des droits de l'homme et de l'immigration: une approche systemique de la pensee sociale. Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale. 95-96.

Verges, P. (1992). L'evocation de l'argent: une methode pour la definition du noyau central d'une representation. Bulletin de psychologie, XLV 405, 203-209.

Wachelke, J. (2011). Structural relations among social representations: cognem associations within a representational system. These de Doctorat. Universite de Padoue.

Wachelke, J., et Contarello, A. (2011). Italian students' social representation on aging: an exploratory study of a representational system. Psicologia Reflexao e Critica, 24, 551-560.

Recibido: Febrero 11 2013 Revisado: Abril 15 2013 Aceptado: Mayo 2 2013

Nicolas Roussiau (1) y Aline Valence (2)

Universidad de Nantes

(1) Professeur de Psychologie Sociale. Laboratoire de psychologie des Pays de la Loire -LPPL-. EA 4638. UFR de Psychologie, Universite de Nantes. Licence 3. Psychologie sociale du jugement. Licence 3. Psychologie de la Croyance et de la Religion. Master 1. Les representations sociales. Master 2pro. Psychologie sociale et management. Master 2R. Les modeles scientifiques en psychologie sociale. nicolas.roussiau@univ-nantes.fr

(2) Doctorante, UNAM. Laboratoire LPPL. EA 4638. Universidad de Nantes. Facultad de Psicologia. aline.valence@univnantes.fr

([seccion]) Les mots en gras font partie du vocabulaire qui donne a la classe sa specificite.
COPYRIGHT 2013 Universidad del CES
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2013 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Title Annotation:Articulo de Investigacion; articulo en frances
Author:Roussiau, Nicolas; Valence, Aline
Publication:Revista CES Psicologia
Date:Jan 1, 2013
Words:7869
Previous Article:Caracterizacion clinica de ninos y adolescentes atendidos en una unidad de neuropsicologia de Medellin, Colombia.
Next Article:La Teoria de las Representaciones Sociales: orientaciones conceptuales, campos de aplicaciones y metodos.
Topics:

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters