Printer Friendly

Henri Goulet, Histoire des pensionnats indiens catholiques au Quebec. Le role determinant des peres oblats.

Henri Goulet, Histoire des pensionnats indiens catholiques au Quebec. Le role determinant des peres oblats, Montreal, Les Presses de l'Universite de Montreal, 2016, 215 pages.

Les travaux de la Commission de verite et reconciliation lancee en 2008 ont non seulement contribue a sensibiliser la societe canadienne a la realite historique des pensionnats autochtones et aux consequences pour les eleves, leurs familles et leurs communautes, mais aussi a promouvoir la recherche sur ce volet specifique de la politique indienne. Toutefois, a l'instar de quelques ouvrages pionniers comme Shingwauk's Vision et du rapport de la Commission royale sur les peuples autochtones, c'est l'histoire des pensionnats indiens dans l'Ouest canadien qui a surtout retenu l'attention, laissant la situation des etablissements administres au Quebec largement meconnue. En ce sens, Henri Goulet offre ici la premiere monographie consacree a l'histoire des pensionnats indiens dans la province. Se limitant aux quatre etablissements catholiques--les pensionnats anglicans de Fort-George et de La Tuque n'etant pas pris en compte--l'auteur cherche plus fondamentalement a comprendre pourquoi les pensionnats indiens ont ete si peu nombreux au Quebec, comparativement au reste du Canada, et pourquoi les pensionnats catholiques, a l'exception de celui de Fort-George, ont ete fondes aussi tardivement, soit a compter des annees 1950. C'etait pres de soixante-dix ans apres l'ouverture des premiers pensionnats indiens par le gouvernement canadien et, paradoxalement, a une epoque oo celui-ci remettait en question l'utilite de ce modele educatif au profit d'une integration des eleves autochtones dans les reseaux publics d'enseignement. Et puisque ces pensionnats catholiques ont ete places sous la responsabilite des oblats, il devenait ici incontournable de reconstituer l'histoire de ces institutions en tenant compte de l'ideologie, des interets et des objectifs de cette congregation. L'ouvrage comprend cinq chapitres, le premier etant consacre au contexte historique menant a l'ouverture des pensionnats au Quebec et les quatre autres a decrire la situation particuliere de chacun des pensionnats catholiques (Fort-George, Sept-Iles, Amos et Pointe-Bleue); dans chaque cas, l'auteur retrace les demarches politiques qui ont mene a la construction et a l'ouverture de l'etablissement, les methodes de recrutement des eleves, les modalites d'operation et de gestion de ces ecoles ainsi que le contexte de leur fermeture.

Selon l'auteur, l'absence de traites avec les nations autochtones du Quebec--et par consequent d'obligations de nature educative de la part du gouvernement federal a leur egard--, la creation tardive de plusieurs reserves dans la province, l'adoption de la loi sur l'enseignement obligatoire en 1943 seulement et l'absence de competition entre les eglises quebecoises constituent autant de facteurs qui expliqueraient non seulement la rarete des pensionnats au Quebec, mais leur apparition tardive; telle qu'esquissee ici, l'intrigante negligence de la part des Affaires indiennes envers l'education des jeunes autochtones du Quebec meriterait a elle seule un traitement plus approfondi. Les oblats ont donc vu, a compter des annees 1940, un contexte favorable pour occuper le domaine de l'enseignement aux eleves autochtones dans la province, comme ils le faisaient deja depuis longtemps dans l'Ouest canadien. Mais pourquoi ces religieux ont-ils milite pour l'ouverture de nouveaux pensionnats indiens a une epoque oo le gouvernement federal envisageait plutot de les abolir? Selon Goulet, l'explication prend sa source dans l'approche des oblats qui s'articulait autour d'une preoccupation pour la situation economique, sociale et culturelle des Autochtones et d'une volonte de promouvoir les valeurs spirituelles catholiques. Depuis longtemps soucieux de tenir les Autochtones a distance des autres Canadiens dans l'espoir d'assurer une transition moins brutale vers la modernite, les oblats voyaient dans les pensionnats un meilleur outil que l'ecole publique pour instruire les enfants sans pour autant les assimiler. C'est ce qui expliquera, par exemple, que l'enseignement dans les pensionnats etait dispense en francais, mais que l'education religieuse et la priere se faisaient dans les langues autochtones, tant pour favoriser l'evangelisation des eleves et de leurs familles que pour preserver ces memes langues.

Cet ouvrage a le merite de brosser un portrait des pensionnats indiens tres different de celui qui prevaut pour le Canada anglais. La prise en compte de ce particularisme aurait pu permettre de nuancer certaines conclusions de la Commission de verite et reconciliation, ne serait-ce qu'a la lumiere du souci des oblats de preserver les cultures autochtones qui cadre mal avec le concept de genocide culturel. Toutefois, l'auteur appuie essentiellement sa recherche sur la documentation produite par les oblats eux-memes, ce qui donne davantage a cette etude l'allure d'une synthese des archives de cette congregation relatives a la question des pensionnats. L'auteur est d'ailleurs bien conscient de cette limite et du fait qu'une connaissance plus exhaustive de l'histoire des pensionnats indiens au Quebec necessitera le recours a une gamme plus elargie de sources de donnees. Outre cette reserve et quelques erreurs de fait mineures, cette monographie, redigee dans un style clair et accessible, s'avere une contribution depuis longtemps attendue dans le champ de l'historiographie autochtone et missionnaire au Quebec.

Claude Gelinas

Professeur titulaire au Departement de philosophie et d'ethique appliquee

Universite de Sherbrooke
COPYRIGHT 2017 The Canadian Catholic Historical Assn.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2017 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:Gelinas, Claude
Publication:Etudes d'histoire religieuse
Date:Mar 22, 2017
Words:898
Previous Article:Serge GAGNON, Destin clandestin. Autobiographie intellectuelle.
Next Article:Claude Gravel, Raymond Gravel : entre le doute et l'espoir.
Topics:

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters