Printer Friendly

Grossesses non desirees et avortements a risque : 2eme congres de l'Association marocaine de lutte contre l'avortement clandestin.

Place sous le haut patronage du ministre de la sante, le 2eme congres de L'Association marocaine de lutte contre l'avortement clandestin (AMLAC) aura lieu le 12 Juin 2012 a la Bibliotheque Nationale du Royaume du Maroc a Rabat. C'est un evenement dont l'importance n'echappe a personne compte tenu des consequences parfois dramatiques que peut entrainer un avortement clandestin. L'Association marocaine de lutte contre l'avortement clandestin (AMLAC) , organise son 2eme congres national de lutte contre l'avortement clandestin le mardi 12 Juin 2012 a Rabat .

Debattre de ce grand sujet en ce moment precis est certainement une preuve, comme s'il en fallait une pour etaler au grand jour un drame occulte, une pratique dangereuse, a savoir l'avortement clandestin.

Parler de l'avortement au Maroc n'est pas chose aisee car cette pratique est entouree de plusieurs interdits, de tabous et autres barrieres enchevetrees et complexes. On trouve cote a cote la religion qui bannit l'avortement, la loi qui l'interdit, le regard de la societe et celui du voisinage... Des elements qui ont de tous temps handicape et paralyse un debat que l'on aurait voulu serein , constructif , ouvert , sincere et surtout honnete .Un debat que reclame depuis des lustres notre societe car les enjeux de l'avortement clandestin qu'il soit medicalise ou non sont enormes et lourds de consequences.

L'avortement a risque, c'est celui qui est pratique par des individus peu scrupuleux, qui n'hesitent pas a utiliser pour leur vil besogne du materiel hors d'usage, non sterilise, des objets pointus effiles ou des produits caustiques qu'ils introduisent dans l'uterus des femmes enceintes pour les faire avorter dans des conditions d'hygiene deplorables. Ce genre de pratique se passe dans des locaux sales, des arrieres boutiques, des maisons d'habitation et parfois malheureusement dans certains cabinets medicaux.

Pourtant cette pratique est interdite par la loi, celles et ceux qui pratiquent l'avortement clandestin s'exposent a des peines d'emprisonnement et a des amendes conformement a la legislation en vigueur. Et pourtant rien n'est fait, l'avortement clandestin est une pratique courante, c'est le dernier recours pour des femmes qui veulent echapper a la honte d'une naissance illegitime. Nombreuses sont celles qui optent pour une clandestinite parfois perilleuse qui met en danger leur propre vie.

Le Professeur Chafik Chraibi, chef de service a la maternite des Orangers au CHU de Rabat,president de l'Association marocaine de lutte contre l'avortement clandestin (AMLAC), se bat depuis plusieurs annees pour qu'une solution soit trouvee a ce drame.

Pour mesurer l'ampleur de ce phenomene, de ce probleme de sante, on se refere aux chiffres que le professeur Chafik Chraibi, president de l'Association marocaine de lutte contre l'avortement clandestin (AMLAC), avait donne lors d'une emission televisee.

Il ressort de ces chiffres que chaque jour, pres de 600 a 700 avortements sont pratiques au Maroc dont 500 medicalises au niveau de certaines cliniques privees et autres cabinets medicaux qui se sont specialises dans cette pratique qui rapporte gros.

A cote, il y a pres de 200 avortements clandestins non medicalisesqui sont pratiques quotidiennement. C'est enorme, c'est pres de 300.000 interruptions de grossesses par an. Si on fait un petit calcul pour faire la part entre les avortement dits medicalises et ceux qui ne le sont pas, on obtient 220.000 avortements medicalises, c'est-a-dire ceux qui sont pratiques par des medecins au sein des cabinets medicaux et de certaines cliniques privees reputees pour cette pratique .

Ces chiffres ne sont pas officiels, donc ils sont a prendre avec beaucoup de precaution, mais cela ne doit pas non plus servir de pretexte pour minimiser l'ampleur du probleme des avortements.

L'avortement clandestin n'est pas un acte anodin, c'est une pratique dangereuse qui se solde parfois par un drame. A ce sujet, nous revenons sur ce que le Pr Chraibi avait declare concernant l'avortement clandestin, Le Pr Chraibi rappelle que dans l'exercice de ses fonctions en tant que chef de service a la maternite des Orangers de Rabat, il recoit chaque jour des femmes victimes d'avortements clandestins qui sont realises dans des conditions d'hygiene catastrophiques. Souvent ces femmes sont admises au service des urgences dans un etat de choc avec de fortes hemorragies, apres une tentative d'avortement non reussie. Malheureusement, certaines femmes decedent des suites de ces pratiques dangereuses. On comprend pourquoi le taux de mortalite maternelle est eleve au Maroc, 13% de ces cas de deces sont lies a l'avortement, selon l'Organisation mondiale de la sante. Des lors, on peut dire que l'avortement clandestin est un reel probleme de sante publique, un drame humain qui ne peut laisser personne indifferente. C'est aussi un phenomene social tres complexe. Sa prevalence en termes de cas et de complications inherentes a cette pratique est telle qu'aucune femme ne sort indemne a la suite d'un avortement clandestin. Les sequelles de l'avortement clandestin sont lourdes tant sur le plan psychologique que sur le plan physique. Par ailleurs, il faut savoir qu'un avortement mal pratique est la cause directe de la sterilite de la femme.

Soulever le probleme de l'avortement clandestin, des repercussions inherentes a cette pratique dangereuses, c'est a l'evidence soulever et debattre de la problematique des meres celibataires au Maroc, ce sont deux elements intimement lies.

Etre mere celibataire dans notre pays est un tabou absolu, et les femmes qui tombent enceintes hors des liens du mariage sont souvent battues a mort ce qui entraEne des fausses couches, un objectif recherche par la mere, le pere ou le frere. Battues, humiliees au vu et au su de tout le voisinage qui considere cet acte inhumain comme un moindre mal, l'important c'est que la jeune fille soit debarrassee du foetus et l'honneur de la famille est sauve. Pour d'autres meres celibataires, le sort est souvent moins clement puisqu'elles sont rejetees sans hesitation par leur entourage.

La societe est souvent sans pitie outre le fait de condamner ces jeunes femmes qui, dans bien des cas, sont des victimes de viol, ou de fiances laches qui abusent de la credulite et de l'innocence de ces jeunes filles.

La societe n'hesite pas a condamner aussi les enfants qui naissent hors mariage en les designant de Oulad Al Hram. Mesure-t-on la portee de ces paroles? A-t-on idee des consequences qu'elles peuvent entraEner chez un enfant? Les meres celibataires sont des citoyennes marocaines a part entiere, elles ont des droits et si notre societe etait moins hypocrite, ces femmes pourraient elever leurs enfants, mais il y a une telle condamnation que bien souvent elles l'abandonnent a l'hopital quand ce n'est pas dans la rue et c'est la un drame souvent occulte.

Depuis toujours, il y a eu des avortements, que ceux - ci aient ete realises dans les bonnes regles de l'art en milieu specialises comme se plaisent certains a le dire ou dans des arrieres boutiques d'apprentis sorciers.

Je vous parle d'un temps que les jeunes d'aujourd'hui n'ont pas connu, c'etait dans les annees 70.

Oui on a pratique couramment des avortements aussi bien dans le secteur public que dans le secteur prive, ce ne sont pas des histoires a dormir debout, ce n'est pas une vue de l'esprit, non c'est la realite, je parle de l'avortement en connaissance de cause.

Parmi les candidates qui souhaitaient se faire avorter, il y avait les femmes maries qui venaient souvent accompagnees de leur mari pour donner une certaine legitimite a cet acte.

La raison avancee etait les conditions du couple qui ne permettent pas d'avoir un enfant surtout quand celui-ci n'etait pas desire.

Parmi celles qui se faisaient avorter, il y avait aussi les jeunes filles, enfin je veux dire celles qui n'etaient pas mariees et qui se retrouvaient enceintes a la suite de liaisons .......

Dans le lot, il y avait aussi de jeunes bonnes, des prostituees, des veuves.....

En ces temps la, les choses se passaient en catimini, ni vue, ni connu, quelques coups de curette, une petite aspiration et le tour etait joue.

De nos jours, les choses ont change, se faire avorter est un acte interdit, reprehensible et passible de lourdes peines.

Le legislateur n'est pas alle de main morte face a l'avortement. Tout un arsenal juridique a ete mis en place pour dissuader celles et ceux qui s'adonnent a cette pratique qu'ils soient des medecins ou autres professionnels de sante ainsi que leurs complices.

C'est ainsi que l'article449 du Code penal punit de1 a 5 ans de prison et d'une amende de 200 a 500DH toute personne ayant provoque, ou tente de provoquer, un avortement avec ou sans l'accord de l'interessee.

La peine est portee a 20 ans de reclusion en cas de deces et est doublee si l'avorteur est recidiviste.

L'article454 punit de 6 mois a 2 ans toute femme s'etant livree a l'avortement sur elle-meme. Enfin, l'article455 punit de 2 mois a 2 ans les complices d'un avortement, notamment les intermediaires ou les vendeurs de produits abortifs L'avortement est pour moi une solution de dernier recours. Mais elle est necessaire surtout dans un pays comme le Maroc oE une jeune fille non mariee qui tombe enceinte a la suite d'un accident passager (manque d'experience, naivete...) ou a la suite d'un viol par des criminels recidivistes comme c'est souvent le cas, cette jeune fille se retrouve du jour au lendemain jetee a la rue.

Dans ces conditions, il me semble en toute objectivite qu'avorter est une solution, une issue de secours ne signifie pas fuir ses responsabilites ! Au contraire.

C'est facile de juger, de condamner une jeune fille celibataire qui se retrouve enceinte, c'est surtout facile pour une certaine categorie d'hommes qui croient qu'ils sont les seuls a detenir la verite.

Tous les arguments qu'ils pourront avances, ne pesent pas lourds face a la realite, ces hommes ne savent pas ce qu'est d'etre enceinte et de donner la vie a un enfant qu'on n'a pas choisi d'avoir. Je voudrais poser une seule question a ces hommes: et si un jour votre propre fille .....? Pour schematiser mes propos et etre explicite, supposons un seul instant que l'on est en face d'une jeune fille de 15 ans qui peut etre la votre ou celle de votre fils ou de votre fille et que cette jeune fille soit violee par un criminel et se retrouve enceinte. Cette jeune fille refuse de porter l'enfant de son violeur et elle veut avorter.

Quel est cet homme, ce pere, ce frere qui dira a cette jeune fille de mener cette grossesse a terme? Au nom de principes et autres, on en vient a oublier que des jeunes filles qui se retrouvent enceintes accidentellement, se font avorter clandestinement et certaines n'hesitent pas a commettre l'infanticide.

Je pense qu'il faut depassionner le debat et ne pas trop mettre en avant le cote religieux. Car si tout devait etre analyse sous le prisme religieux, meme les moyens de contraception seraient interdits La question est simple Ce qu'il faut c'est mettre des garde-fous, faire en sorte que la pratique de l'avortement soit encadree juridiquement. L'option la plus humaine me semble precisement celle qui a ete suivie jusqu'ici, a savoir legiferer democratiquement apres discussion entre l'ensemble des acteurs de la societe impliques dans la problematique. Legiferer a la fois parce qu'il est capital que chacun sache ce qui est ou non legal dans notre societe et aussi parce qu'il s'agit d'un probleme humain et donc relevant et interessant la population toute entiere, plutot que de laisser cette question en suspens ou donner l'opportunite a quelques individus d'imposer une position nette mais non prouvee. En l'etat actuel, chacun reste libre d'agir selon ses convictions et, rappelons-le, personne n'impose a l'autre d'agir contrairement aux siennes. Nous sommes nes libres et nous entendons defendre cette liberte pour laquelle nous nous battons. Permettre a une jeune fille qui se retrouve enceinte pour moult raisons que nous avons citees, de pouvoir se faire avorter dans des conditions medicales saines et securisees, par un personnel qualifie est une composante de cette liberte.

La legalisation de cet acte devra permettre justement d'exercer cette liberte dans un cadre protege par la loi et la medecine, contrairement a ce qui se fait actuellement.

C'est a mediter.

Rappelons que le 2eme congres de L'Association marocaine de lutte contre l'avortement clandestin (AMLAC) qui aura lieu le 12 juin 2012 a la Bibliotheque Nationale du Royaume du Maroc a Rabat, verra la participation de Nouzha Skalli ex-ministre de la solidarite de la femme, de la famille et du developpement social et qui est deputee PPS, Khadija Rouissi vice-presidente du Parlement, Driss El Yazami , president du CNDH .

Un programme tres etoffe, riche et varie permettra aux congressistes de passer en revue: la problematique des grossesses non desirees.

Quelle education sexuelle pour la jeunesse Marocaine? Les methodes contraceptives.

Les complications des avortements a risque Les droits de la femme et droits a la sante Avortement dans le monde arabo-musulman Discussion du contenu d'un projet de loi ....

Se sont la quelques uns des themes qui seront debattus lors de ce 2e congres de L'Association marocaine de lutte contre l'avortement clandestin (AMLAC).

Nous reviendrons sur ce sujet qui promet.

D'ici la portez-vous bien.

Copyright Casanet 1999. All rights reserved.

Provided by Syndigate.info an Albawaba.com company
COPYRIGHT 2012 Al Bawaba (Middle East) Ltd.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2012 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Al Bayane (Al Dar Al Bayda', Morocco)
Geographic Code:6MORO
Date:Jun 12, 2012
Words:2171
Previous Article:Tournoi du [beaucoup moins que]FUTURES[beaucoup plus grand que] 2012 : Mission accomplie pour l'ASAS.
Next Article:Agadir/Aides-pharmaciens : Pour l'instauration d'un cadre type de la profession.
Topics:

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters