Printer Friendly

Genevieve Zubrzycki, Beheading the Saint: Nationalism, Religion and Secularism in Quebec.

Genevieve Zubrzycki, Beheading the Saint: Nationalism, Religion and Secularism in Quebec, Chicago, University of Chicago Press, 2016, x, 226 p. 35 $

Voici que nous arrive des Etats-Unis, mais redigee par une auteure d'ascendance canadienne-francaise, une etude remarquable qui ose entreprendre une interpretation originale de la Revolution tranquille jusqu'a aujourd'hui en mettant le foyer sur le role central d'une transformation de la place de la religion dans la creation de l'identite quebecoise actuelle. Les materiaux privilegies par l'entreprise surprendront plus d'un lecteur : il s'agit des images et discours entourant le deploiement de la Fete nationale de Saint-Jean-Baptiste, patron des Canadiens francais. L'evenement de la decapitation du Saint (Beheading the Saint) y est interprete comme le moment ou bascule la forme ideologique de la nation le long d'une chaine de significations qui s'expriment dans l'evolution materielle de la <<parade>> au long des annees soixante.

Il nous est done donne de lire un essai de sociologie culturelle valorisant l'examen de l'evolution des icones produites, mises en scene et commentees par les acteurs sociaux. Ce faisant, ceux-ci anticipent et reorganisent la figure qu'ils veulent donner d'eux-memes. L'acte final de l'ancien rituel national, la decapitation (involontaire) du Saint en 1969, rend visible ce qui etait en train de s'accomplir en silence, soit l'apparition d'une nouvelle identite au sein de laquelle le catholicisme institue aura perdu sa fonction centrale. La decollation du Saint revele la desarticulation entre le religieux et le seculier au sein de la nouvelle identite nationale. Le Canadien francais cede sa place au Quebecois dans sa nouvelle frontiere. Nous sommes prevenus : le positivisme historique risque de souffrir. Mais l'aventure interpretative merite d'etre examinee de plus pres.

Trois concepts-clefs servent a donner sens aux materiaux convoques : secularity, secularism et becoming secular. Le terme de secularity designe << un principe ou, pour Ch. Taylor, la condition d'existence subjective du sujet occidental actuel, distinguant la sphere religieuse de la sphere seculiere>> (p. 17). On aura du mal a traduire puisque le mot secularite n'existe pas en francais et que celui de secularisation designe une transformation d'etat.

Le terme de secularism sert a designer un projet politique d'institution legale de la separation entre les domaines religieux et seculiers. Si on le traduit par lai'cite, on doit noter que, comparativement au cas francais, la notion d'Etat n'est pas directement soulignee dans la tradition anglo-saxonne qui ne s'est pas developpee dans la polarita aussi forte entre deux institutions du pouvoir.

L'expression becoming secular utilisee pour nommer le processus observe au cceur de la Revolution tranquille, designe les pratiques esthetiques, corporelles, sociales et politiques de construction des identites seculieres qui redefinissent une nouvelle articulation entre le religieux et le seculier (p. 17). S'agit-il d'une lai'cisation de l'identite ou de sa deconfessionnalisation? L'identite quebecoise nouvelle n'impliquerait-elle plus de rapport organique au catholicisme? L'auteure suggere en conclusion que ce rapport subsiste comme une sorte de membre fantome rendant particulierement complexes les debats depuis la crise des accommodements raisonnables.

La premiere partie (chap. 1-3) examine la construction et la destruction de l'identite canadienne-francaise. La seconde (chap. 4-5) explore la fabrication de la nouvelle identite quebecoise et le debat toujours en cours la concernant.

L'auteure precise clairement la perspective originale de ce qu'elle nomme une analyse sociohistorique d'un systeme d'icones inserivant et produisant l'image d'une identite nationale. Les annees soixante deviennent ainsi le lieu d'une revolte esthetique permettant de contester et reimaginer le legs de symboles nationaux a portee politique. Voila qui permet de convoquer l'analyse de marches, de chars allegoriques, de tableaux vivants, de materiaux de construction et de destruction des images de saints. Jean-Baptiste, cousin de Jesus, etait disponible pour defendre la fragile contingence de la nation a l'echelle nord-americaine. Parades et procession s'ajoutent aux feux prechretiens du solstice de l'ete pour sceller annuellement l'image de la communaute-famille.

Icones et textes d'epoque illustrent bien le contenu de cette representation de soi que les annees de la Revolution tranquille vont demolir. De nouveaux agents laics vont contester les icones de la survivance. L'enfant blond et bouele cheri des meres va devenir un adulte fort et le mouton national se transformer dans la tete de bouc du RIN. L'auteure s'ingenie a nous faire decouvrir l'eclosion d'une nouvelle image de soi dans la latence des images anciennes. Le sens de cette transformation s'appuie solidement sur une analyse fort bien menee des discours contemporains autour de la parade ou se reconfigure l'identite nationale.

Zubrzycki juge que le defile ne s'est jamais remis vraiment du choc cause par la decapitation du Saint et le demontre. Le rapport metaphorique ancien entre la famille, le sol, le mouton et la religion s'est brise sans pouvoir etre efficacement remplace par la vague des drapeaux quebecois brandis fierement non plus seulement par la population d'ascendance francaise, mais par des jeunes representant toutes les composantes de la societe. Avec les annees et surtout les deux echecs referendaires, l'expression de <<Fete nationale >> (1977) n'a pas reussi a remplacer celle de << la Saint Jean >>, privee par ailleurs de toute profondeur memorielle.

L'auteure aurait peut-etre du deplacer son theatre d'observation du defile vers les concerts de chansons poetiques et nationales installes en plein air a Montreal ou a Quebec et diffuses eux aussi en direct a la television. C'est grace a ce rituel de jeunesse que s'est deplace le lieu de l'invention festive de la figure de l'identite a venir au cours des annees 1970. La foule et la voix des artistes pleins de mots francais anticipaient alors dans le desordre une liberte a venir. Mais ce moment dionysiaque du debut de l'ete balayait toute reference a la fete catholique.

Ce livre original par sa methode et par ses interpretations merite de figurer desormais dans le corpus des travaux incontournables permettant aux Quebecois de toutes ascendances et aux Canadiens francais de mieux comprendre leur trajectoire identitaire depuis plus d'un demi-siecle. Pour un public lecteur etranger et tout particulierement americain, c'est une ouverture savante sur une transformation demeuree jusqu'ici incomprehensible a cause d'absence d'interpretes osant l'effort de franchir la barriere de la langue. L'editeur Boreal annonce heureusement pour bientot la parution francaise.

Louis Rousseau

UQAM
COPYRIGHT 2019 The Canadian Catholic Historical Assn.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2019 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:Rousseau, Louis
Publication:Historical Studies
Article Type:Book review
Date:Jan 1, 2019
Words:1008
Previous Article:Gilles Piedalue, D'Oka a Saint-Jean-de-Matha: histoire d'une abbaye cistercienne.
Topics:

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters