Printer Friendly

Francoise Lepage. Histoire de la litterature pour la jeunesse (Quebec et francophonies du Canada) suivie d'un Dictionnaire des auteurs et des illustrateurs.

Orleans: Les editions David, 2000. 826 p. 35 $. ISBN 2-922109-24-0.

Recipiendaire de nombreux prix dont le prix Francis Russel decerne par IBBY Canada pour sa contribution exceptionnelle a la recherche en litterature de jeunesse, Francoise Lepage a publie aux Editions David une impressionnante histoire de la litterature quebecoise et francocanadienne pour la jeunesse, de ses origines situees aux alentours des annees 1920 a la fin du XXe siecle. Comme le titre l'indique, l'ouvrage de plus de huit cents pages comprend deux parties, mais de longueur inegale.

Precedee d'une introduction qui situe l'apport de ce livre a l'univers de la recherche et des idees, la premiere partie compte neuf chapitres dont les six premiers abordent, sous differents angles, le developpement de cette litterature. Les trois derniers chapitres sont consacres aux genres paralitteraires, aux francophonies canadiennes et aux esthetiques anciennes et modernes de l'image. Les deux premiers chapitres explorent selon diverses thematiques les [??] Lectures d'enfance au Canada francais avant 1920 [??] puis [??] 'Les douces illusions': tradition orale et culture de l'enfance [??]. Lepage decrit ensuite les debuts du livre pour la jeunesse en s'arretant aux initiatives de la Societe Saint-Jean Baptiste qui visaient a [??] [r]endre le peuple meilleur [??]. L'organisme nationaliste a contribue a l'avenement de la litterature jeunesse au Quebec en creant L'Oiseau bleu, une revue qui sera publiee de 1921 a 1940. L'Oiseau bleu a servi de banc d'essai a de nombreux auteurs, hommes et femmes, laics et religieux, tout comme a plusieurs illustrateurs et illustratrices de renommee. Le chapitre IV examine plus attentivement la contribution a l'imaginaire collectif des biographies, des hagiographies et des ecrits missionnaires publies Ad majorem Deigloriam. Sans cesse Lepage met en contexte cette periode feconde en imagerie religieuse, en se referant aux encycliques papales et a leurs retombees tant editoriales qu'ideologiques. Le chapitre qui suit constate des changements importants, imputables pour une large part a la Deuxieme Guerre mondiale qui favorise la creation de quatre nouvelles entreprises d'edition jeunesse, mais aussi a la promulgation de la Loi sur la scolarite obligatoire, en 1943. Ces evenements auront des effets non negligeables sur le developpement editorial, pris entre conservatisme et modernite, et sur les pratiques de lecture. C'est au cours de cette decennie, en 1948, que l'Association des ecrivains pour la jeunesse verra le jour, sous la presidence de Beatrice Clement, et que les bibliotheques municipales et scolaires prendront de l'expansion. Le chapitre VI analyse la derniere periode editoriale, qui debute en 1971 avec l'avenement de l'organisme Communication-jeunesse. Cette epoque qui se termine en 1999 est porteuse de profonds changements ideologiques et esthetiques, deja perceptibles en 1970, avec la parution de la revue paulinienne Video-Presse. Lepage decrit l'abondante production litteraire et souligne entre autres l'apparition des collections de mini-romans, de bebes-livres et de romans historiques nouveaux genres qui rompent avec l'ideologie d'antan. A ces collections s'ajoutent des series bien ancrees dans le reel et des romans policiers qui oscillent entre l'enigme et l'aventure.

Les trois chapitres suivants relatent le developpement de deux genres marginaux, le documentaire et la bande dessinee, dont les origines remontent au XIXe siecle. Lepage decrit en outre la production editoriale des vingt dernieres annees parue en Acadie, en Ontario et dans l'Ouest francophone. Elle situe les publications dans leur contexte historique et souligne leur contribution a l'histoire litteraire en identifiant des thematiques particulieres : l'ere des dinosaures, la deportation des Acadiens, les civilisations Inuit, etc. Le dernier chapitre est consacre aux illustratrices et aux illustrateurs qui se sont demarques depuis les debuts, en s'appropriant differents styles, nationaliste, cubiste et post-moderne. Les transformations iconique, perceptibles dans les nombreux albums qui verront le jour apres les annees 1970, sont redevables aux progres technologiques qui modifient l'objet livre, tant dans sa forme que dans son contenu.

Le Dictionnaire des auteurs et des illustrateurs retrace ceux et celles qui ont collabore activement a l'elaboration d'un champ litteraire pour la jeunesse de 1920 a 1980. On peut regretter que les nombreux createurs de la parole ou de l'image apparus depuis ne soient pas mentionnes, surtout quand on sait la place importante qu'ils occupent au sein de cette production, des bebes-livres aux livres-jeux, en passant par toute la gamme des romans, des bandes dessinees et des documentaires, de la poesie, de la nouvelle, du conte et du theatre. Neanmoins, on saura gre a Lepage d'avoir rendu hommage a des centaines d'auteurs et d'illustrateurs, artisans de la premiere heure rarement consideres par l'histoire litteraire avant 1970. Meconnus du grand public, ces pionniers ont nourri, par leurs images et leurs histoires, l'enfance et la jeunesse de plusieurs generations de lecteurs et de lectrices vivant au Quebec, au Canada francais et au-dela. Notons en terminant que deux index se retrouvent a la fin, l'un pour les noms propres, l'autre pour les titres, suivis d'une bibliographie generale, instruments bibliographiques indispensables a un ouvrage d'une telle envergure.

L'Histoire de la litterature pour la jeunesse vient combler un manque flagrant d'informations dans un secteur de la recherche longtemps neglige, du moins si l'on exclut les publications de Madore (1994), Guerette (1998) et Di Cecco (2000), de meme que des numeros thematiques de revues, telles Voix et Images (2000), les Cahiers de la recherche en education (2000) et Tangence (2001). A partir de donnees colligees depuis plusieurs decennies, Lepage a su, avec doigte et circonspection, raconter cette histoire riche en innovations et en decouvertes. Cette contribution exceptionnelle merite que l'on s'y arrete. En plus d'outiller les chercheurs et de susciter de nouvelles orientations de recherche, elle remplit les blancs laisses par l'histoire litteraire officielle.

SUZANNE POULIOT

Universite de Sherbrooke
COPYRIGHT 2003 Bibliographical Society of Canada
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2003 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:Pouliot, Suzanne
Publication:Papers of the Bibliographical Society of Canada
Article Type:Book Review
Date:Mar 22, 2003
Words:920
Previous Article:Denise Lemieux, dir. Traite de la culture.
Next Article:Jacques Michon, dir. Histoire de l'edition litteraire au Quebec au X[X.sup.e] siecle, vol. 1: La naissance de l'editeur, 1900-1939.
Topics:

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters