Printer Friendly

Francois LeBlanc, Une societe secrete en Ac adi e : l'Ordre de Jacques Cartier.

Francois LeBlanc, Une societe secrete en Ac adi e : l'Ordre de Jacques Cartier, Tracadie, N. B., La Grande Maree, 2018, 159 p. 27 $

Dans son introduction, Francois LeBlanc evoque la voie empruntee par le nationalisme porte alors par la communaute acadienne. Il s'interroge sur la vitalite de l'Ordre de Jacques Cartier (OJC), sa pertinence et sa persistance dans cette portion de l'Acadie au sein du conseil regional (CR) de Moncton, au cours des annees 1950-1965. A ce moment, cette societe secrete fait face a la crise qui conduira a sa disparition.

En trois chapitres, il analyse <<le recrutement, l'initiation et la retention des membres au sein du conseil regional de Moncton>>, trace le portrait du <<leadership de l'Ordre>> qui connait une croissance au sein de ce conseil regional, et analyse ses strategies entre 1950 et 1965 pour <<la realisation du mandat de l'OJC>> dans le contexte de son nationalisme particulier.

Le chapitre 1 tente de discerner, dans le contexte du nationalisme acadien, la trajectoire empruntee par la derniere generation de membres face au declin et au desenchantement qui se manifestent au plan national. Pour LeBlanc, les changements, de nature negative ou positive, du membership des commanderies et noyaux de Moncton, <<fournissent des renseignements au sujet de sa viabilite dans le milieu ou il opere>>. Dans trois tableaux, il note l'evolution de ses effectifs, du recrutement et des initiations enregistrees, signale le role de frein des Knights of Columbus, qui avaient joue un role desastreux en Ontario au sujet du Reglement 17. Il note aussi l'importance, pour le recrutement, des fetes organisees en 1955 pour marquer le bicentenaire de la deportation des Acadiens, <<un moment fort du nationalisme acadien>>. Les annees 1954-1955 seraient les moments de croissance les plus significatifs dans le recrutement, qui passe de 115 membres en 1951 a 280 en 1956.

Une nouvelle sensibilite se manifeste alors au sujet de la langue francaise qui devient << la principale source de ralliement >> des foules et provoque de profondes transformations dans la societe. <<L'Etat devient desormais le garant et le responsable du bien-etre social et economique de la population >>, avec l'importance symbolique que prend l'election de Louis Robichaud au poste de premier ministre du Nouveau-Brunswick en 1960.

Au chapitre 2, LeBlanc brosse le portrait de l'exercice et de l'influence du leadership sur la vitalite de ce conseil, alors que la chancellerie laisse au conseil regional le soin d'etudier la situation locale, de planifier les methodes d'action et de realiser la mission definie pour cette region. C'est par le biais de son executif, le conseil permanent regional (CPR), qui assure la gestion du territoire, que le conseil regional exerce son autorite.

LeBlanc propose en trois tableaux une vue d'ensemble des fonctions occupees par les officiers du CPR. Ce qui lui permet de constater un roulement important des membres; les personnes en fonction au CPR pendant plusieurs mandats occupent plus d'un poste au cours des annees. Il constate aussi une surrepresentation des membres de la region sud-est de la province, ce qui s'expliquerait par le fait que les reunions ont surtout lieu a Moncton et a Bouctouche et que certaines fonctions requierent la presence des membres dans ces villes. Le renouvellement evident au sein des postes du CPR serait un signe de vitalite dans l'exercice du leadership.

Le troisieme chapitre propose une etude qualitative du leadership par le biais des programmes et des strategies adoptees pour concretiser le mandat de l'OJC en Acadie, afin d'evaluer sa capacite de remplir son mandat et de maintenir une vitalite significative en Acadie. On y traite de la Compagnie de gestion relevant de la responsabilite de l'OJC, avec le ferme appui du CPR, des fetes du bicentenaire de la deportation des Acadiens en 1955, et de la campagne de Souscription aux CEuvres Nationales Acadiennes (SONA), entre 1961 et 1965.

L'organisation des fetes du bicentenaire de la deportation constitue une etape importante dans l'evolution de l'ideologie nationaliste ; les organisateurs se proposent d'aider les Acadiens a adherer a une vision qui les rende capables de maitriser leur destin et de passer a la modernite. L'analyse des discours prononces par Henri-P. LeBlanc, Calixte F. Savoie et Adelard J. Savoie, tous membres du CR de Moncton, revele leur appui inconditionnel aux messages nationaux diffuses pendant ces fetes. Apres ce sommet, on observe a compter de 1956 la fin de la hausse du membership.

Quant a la campagne SONA, dont le programme est pris en charge par la Societe nationale des Acadiens, l'OJC fait appel a tous pour la realisation des objectifs de toutes les instances, ce qui confirme sa vitalite en Acadie au sein de cette derniere generation.

En conclusion, l'auteur constate une croissance temporaire du membership ; une concentration du leadership dans les commanderies du sudest de la province. Bref, l'histoire de l'OJC en Acadie doit etre dissociee de celle de l'OJC au plan national, parce qu'elle manifeste un degre qui lui est propre d'activisme, d'energie et d'innovation. L'implication de ses membres et la collaboration du CR de Moncton seraient les signes de sa pertinence et de son activisme, alors que lethargie et stagnation se manifestent ailleurs. Le recrutement serait ralenti par l'attrait des Knights of Columbus, la hausse des cotisations et un sentiment de plus en plus repandu de desinteressement.

A la question posee en introduction :--l'OJC fait-il preuve de vitalite, entre 1950 et 1965, par le biais du Conseil regional de Moncton, alors qu'il s'apprete a disparaitre ailleurs ?--LeBlanc apporte une reponse nuancee, en fonction des sources disponibles.

Malgre un certain nombre d'imprecisions et de malheureuses coquilles, cette analyse a le merite de mettre en lumiere le caractere originai de la presence de l'OJC en Acadie et de son evolution, dans son contexte de minorite menacee. En 1934, le secretaire de la chancellerie avait evoque les succes de l'Ordre en Ontario pour stimuler les Acadiens a faire preuve d'audace et a aller de l'avant pour reclamer leurs droits : <<Si [comme au N.-B.] nous etions 40% de la population en Ontario, nous obtiendrions encore plus.>> C'est le merite de la derniere generation de l'OJC en Acadie d'avoir influence de facon decisive la personnalite acadienne et son avenir.

Denise Robillard

Montreal
COPYRIGHT 2019 The Canadian Catholic Historical Assn.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2019 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:Robillard, Denise
Publication:Historical Studies
Article Type:Book review
Date:Jan 1, 2019
Words:1021
Previous Article:Yvan Lamonde, Emerson, Thoreau et Brownson au Quebec: elements pour une comparaison des milieux intellectuels en Nouvelle-Angleterre et au Bas-Canada...
Next Article:Jean LeBlanc, D'Agagianian a Wyszynski, Dictionnaire biographique des cardinaux de la premiere moitie du XXe siecle (1903-1958).
Topics:

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters