Printer Friendly

Femmes poetes du XIXe siecle: une anthologie.

FEMMES POETES DU XIXe SIECLE. Une anthologie Sous la direction de Christine Plante Paris, Presses Universitaires de Lyon, 1998; 240pp. Le XIXe siecle est le grand siecle de la poesie francaise. Pourtant, hormis Marceline Desbordes-Valmore et Renee Vivien, de quelles femmes poetes se souvient-on generalement pour cette periode? Malgre le renouveau des etudes consacrees aux auteures et la reedition de certains de leurs textes, travaux qui se firent dans le sillage des etudes de femmes au cours des trente dernieres annees, la poesie des femmes est restee pratiquement lettre morte. Cette anthologie editee par les soins de Christine Plante et a laquelle ont participe quatorze collaboratrices et collaborateurs de l'Universite de Lyon 2 voudrait remedier en partie a cette lacune en donnant a lire des poemes le plus souvent inaccessibles tout en les replacant dans un contexte a la fois historique et litteraire. Dix-neuf femmes poetes sont ici representees dont l'oeuvre publiee s'echelonne de la Revolution a l'aube de la Premiere Guerre mondiale. Elles sont presentees par onze critiques qui offrent un choix de poemes precedes par une courte notice bio-bibliographique, et regroupes en quatre sections organisees chronologiquement, ce qui a l'avantage de souligner l'evolution s'effectuant au fil du siecle. Suivent deux courtes etudes. Une analyse de l'intersection poesie ouvriere et poesie de femmes fait apparaitre entre elles une similarite surprenante: meme attente du public pour une specificite predeterminee, qu'elle soit ouvriere ou feminine, l'ouvrier et la femme se devant d'etre objet et non sujet du discours poetique. Puis un sondage sur la place des femmes dans les manuels, anthologies et histoires litteraires. Le volume est complete par deux annexes. D'une part, un tres utile repertoire de femmes poetes n'ayant pas fait l'objet de notice, qui ne se veut pas definitif, mais ouvrira neanmoins la voie a des recherches futures. D'autre part, un tableau chronologique faisant clairement apparaitre, par exemple, que les premieres oeuvres de Desbordes-Valmore furent publiees avant Les Meditations de Lamartine a partir desquelles on date pourtant le debut du romantisme en France. Une bibliographie generale et un index viennent couronner cet ensemble. Outre les poemes eux-memes, c'est surtout la qualite de la reflexion critique de l'introduction par Christine Plante, a la fois nuancee et vigoureuse, qui fonde l'interet de ce volume. Plante prend grand soin de justifier son entreprise qu'elle targue d'emblee de contestable et pourtant necessaire. Contestable car il n'y aurait de specificite de l'ecriture feminine que celle de l'uniformite de sa minoration par la critique et la posterite. Et necessaire puisque malgre la factice unite de la poesie de femmes, cette anthologie permettra de rendre compte plus fidelement du paysage poetique du XIXe siecle, proposant aussi une symbolisation au feminin de l'ecriture poetique. Mesurer l'ecart entre la production poetique feminine et ce qui en est reste pose bien entendu la question de la valeur poetique et de la formation du canon. Loin d'encenser tous les textes, C. Plante et ses collaboratrices reconnaissent l'inegalite de leur valeur, et a l'occasion ne menagent pas leurs critiques. Mais elles soulignent aussi l'originalite et l'innovation la ou elles apparaissent, que ce soit dans la thematique ou dans la pratique prosodique, ces caracteristiques, avec le desir de montrer la diversite des registres, des styles et des situations, et celui de privilegier les moins connues, ayant d'ailleurs preside a la selection des textes. Au fil des pages et dans son interrogation sur la creation, Plante propose des arguments convaincants sur les raisons qui ont souvent eloigne les femmes de la litterature ou les ont parfois cantonnees dans un conformisme formel imite de Lamartine ou Hugo. Parmi les causes du convenu de certains textes retenonsen quatre. D'abord le poids de l'histoire qui au XIXe siecle tint les femmes en lisiere tout en accentuant les codes de la differenciation des sexes. Ensuite la penurie de modeles symboliques qui auraient permis de legitimer leur ecriture poetique. A quoi s'ajoute la plus grande difficulte pour les femmes d'etre acceptees et reconnues, d'ou une certaine avidite de plaire aux autorites litteraires. Enfin leur interiorisation de modeles traditionnels sur lesquels elles tentent de se mouler, freinant ainsi le processus de la theorisation, et ouvrant la voie a l'interpretation selon laquelle la parole feminine serait naturellement poetique. A ce propos, l'image de la muse est revelatrice car elle incarne parfaitement la contradiction qui enferme les femmes poetes a qui on ordonne inspirez, mais n'ecrivez pas. Au regard de ce cumul quasi redhibitoire de handicaps on mesure l'immensite de l'accomplissement des quelques novatrices. En effet, cette periode particulierement misogyne fut peu favorable a l'epanouissement du genie au feminin. Le premier chapitre est consacre a l'entre-deux-siecles qui voit une certaine abondance de poetesses dont trois sont ici presentes: Constance de Salm, Victoire Babois, Adelaide Dufrenoy. En revanche, loin de correspondre a sa reputation de mouvement feminin, le romantisme ne facilite nullement l'expression poetique des femmes. Six poetesses sont cependant representees dans le deuxieme chapitre: Marceline Desbordes-Valmore, Amable Tastu, Delphine Gay, Elisa Mercoeur, Louise Colet, et Anais Segalas. Cinq auteures figurent dans le troisieme chapitre intitule Modernites: Malvina Blanchecotte, Louise Ackermann, Louisa Siefert, Louise Michele et Marie Krysinska. Nombreuses au debut du siecle, ce n'est qu'a son crepuscule que les femmes reussissent a resurgir de nouveau en nombre. Cinq poetesses apparaissent dans ce dernier chapitre qui s'intitule Sapho fin de siecle: Renee Vivien, anna de Noailles, Lucie Delarue-Mardrus, Gerard d'Houville et Marguerite Burnat-Provins. Une des surprises de ce volume c'est la diversite des registres comme des thematiques utilisees. Les uns vont de la chanson legere au tragique, en passant par l'ironique et le passionne. Les autres touchent aux themes attendus de l'amour, la maternite, la souffrance, mais prennent aussi des positions politiques affirmees, theorisent la poesie, et proposent une reflexion metaphysique et philosophique. Au fil de la plume, les presentatrices eclairent des pans ou des aspects peu connus des ouvres tout en en soulignant l'originalite: la poesie urbaine, et non pas seulement pastorale, de Noailles, la force du souffle d'Ackermann dans sa revendication d'atheisme, la vigueur des indignations sociales de Desbordes-Valmore, le courage politique de Michel. Sont aussi epinglees comme meritant attention la modernite de Brunat-Provins qui ecrivait surtout des poemes en prose, le travail formel et la reflexion theorique de Siefert disparue trop tot, la puissance creatrice de Krysinska qui inventa le vers libre, originalite qui lui fut contestee a tort par Gustave Kahn, et avant apollinaire utilisa l'espace de la page de maniere originale. Ainsi, dans un domaine encore peu etudie, cette anthologie s'averera-t-elle etre un outil indispensable a qui s'interesse a l'ecriture des femmes, a l'expression poetique, et au dix-neuvieme siecle francais en general. Il s'adresse aussi en premier chef a qui voudrait en savoir plus sur la question de la formation du canon, de la reception des ouvres de femmes, sur la sexuation de la creation et sa representation. Il viendra egalement combler en partie une absence de modeles, lacune si peu propice a l'eclosion de vocations feminines. Saluons ce beau travail, soigne, rigoureux et en meme temps passionne, qui permettra de decouvrir certains textes et donnera envie d'en lire d'autres.
COPYRIGHT 2000 O.I.S.E.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2000 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Resources for Feminist Research
Article Type:Book Review
Date:Jan 1, 2000
Words:1180
Previous Article:Feminist nationalism.
Next Article:Limites de l'identite sexuelle.
Topics:

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2020 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters