Printer Friendly

Femme, J'Ecris ton nom. guide D'aide a la feminisation des noms de metiers, titres, grades et fonctions. (Book reviews/comptes rendus).

Annie Becquer, Bernard Cerquiglini, Nicole Cholewka, Martine Coutier, Josette Frecher et Marie-Josephe Mathieu

Preface de Lionel Jospin

France, Centre national de la recherche scientifique/Institut national de a langue francaise, 1999, 124 p.

Apres le Quebec (1986), Ia Suisse (1991) et la Belgique (1994), la France a finalement inscrit, en 1999, un ouvrage officiel sur la feminisation et c'est avec bonheur que nous avons accueilli ce guide produit par 1'Institut national de la langue francaise et preface par le Premier ministre, Monsieur Lionel Jospin.

S'ouvrant sur un apercu de la feminisation au cours des siecles, le guide enonce ensuite les regles du feminin, regles qui reprennent, [much less than]dans leur ligne generale, les propositions emanant de Suisse, du Quebec et de Belgique[much greater than]. Puis, apres avoir dispose de quelques objections, on y presente une liste fort substantielle de termes feminises [much less than]accompagnes du numero de la regle qui a servi a les former[much greater than]. Precisons que, tel qu'indique par son sous-titre, le guide ne se preoccupe que des substantifs, non de leur usage dans le discours, cette question n'etant abordee qu' accessoirement par le biais de la notion du masculin generique figurant dans le chapitre [much less than]Objections et difficultes[much greater than] dont il sera question plus loin.

La premiere section de 1'ouvrage consiste donc en une synthese historique sur la creation et 1'usage des designations feminines du 12e siecle nos jours. On y trouve quelques pages fort eloquentes sur la creation des noms feminins designant aussi bien les metiers manuels : [much less than]poissonniere[much greater than], [much less than]jongleresse[much greater than], [much less than]forgeronne[much greater than] (14e siecle), les titres de noblesse et les charges dans les domaines religieux et juridique : [much less than]moynesse[much greater than], [much less than]prieuresse[much greater than], [much less than](curateresse[much greater than]) (15e siecle) que les metiers valorises [much less than]inventeure[much greater than], [much less than]mediateure[much greater than], [much less than]promoteure[much greater than], [much less than]physicienne[much greater than] (13e siecle); ce qui prouve que 1a feminisation contemporaine, qui ne comporte rien de revolutionnaire sur le plan linguistique, constitue une r eappropriation des denominations feminines qui prevalaient des epoques plus favorables a la participation des femmes dans la societe. Et ne serait-ce pas pour des raisons autres que grammaticales qu'au puritain 19e siecle, les [much less than]avocates[much greater than], [much less than]banquieres[much greater than], [much less than]magistrates[much greater than]) n'ont plus designe que les [much less than]fenimes[much greater than] des avocats, banquiers et magistrats?

Sans negliger l'appui des grammairiens cites, tels que Damourette et Pichon, Grevisse, Dauzat, etc., la feminisation, consideree comme le cas le plus spectaculaire de changement linguistique du 20e siecle, est issue selon nous, de la volonte des femmes de (re)prendre place dans la langue comme dans la societe. Et c'est faire bien peu de cas des instigatrices de cette affaire que d'affirmer en conclusion de ce chapitre que la feminisation [much less than]ne releve pas ... du gout de quelques feministes ou politiques...[much greater than] mais qu'[much less than]elle est avant tout l'expression naturelle qui permet de rendre compte...d'une situation desormais irreversible[much greater than]. Madame Yvette Roudy, ministre des droits de la femme, ayant mis sur pied une Commission ministerielle sur la feminisation, declarait en 1984 que la creation de cette commission n'etait pas une simple affaire de langage mais entrait [much less than]dans un projet politique global de reduction des inegalites entre les hommes et les femmes[much greater than]. (1) C'est aussi faire peu de cas des propos du Premier ministre Jospin qui, dans sa circulaire du 6 mars 1998, reconnaissait l'influence des femmes de son gouvernement ayant [much less than]engage un mouvement qu'il faut poursuivre[much greater than], alors que celles-ci avaient revendique la feminisation du titre de [much less than]ministre[much greater than].

Bien que 1'intitule [much less than]guide de feminisation[much greater than] ait ete reserve a la liste des termes feminises presentee la fin de l'ouvrage, c'est Ia deuxieme section qui en constitue notre avis le noyau et qui devrait plus justement porter ce titre puisqu'on y a regroupe les regles de feminisation des noms de metiers, titres, grades et fonctions, celles-ci perniettant, en principe, de faire face a tous les cas de feminisation. Nous en ferons une description synthetique en les comparant aux regles quebecoises du guide [much less than](Au feminin[much greater than] de l'Office de la langue francaise. (2)

La classification generale des regles, plus nette que celle de l'Office, regroupe les cas sous deux grandes rubriques A. Noms se terminant au masculin par une voyelle (-e, -e, -i, -a, -o, -u). B. Noms se terminant par une consonne (le autre que -eur, 2e -eur, 3e -teur). A. Seules les terminaisons en -e, -i donnent lieu a l'ajout du -e au feminin ([much less than]deputee[much greater than], [much less than]apprentie[much greater than]) ; les autres sont invariables ([much less than]une cadre[much greater than], [much less than]une judoka[much greater than], [much less than]une impressario[much greater than], [much less than]une gourou[much greater than]). B. 1e Ajout du -e avec parfois variation grapho-phonique ([much less than]adjointe[much greater than], [much less than]chirurgienne[much greater than], [much less than]husissiere[much greater than]); 2e et 3e 1a forme des regles concernant les noms en -eur et en -teur s'avere discutable. Par exemple, le recours a Ia semantique comme critere de choix entre -teuse et -trice oblige a une repartition complexe des cas. L'Office dispose plus simplement de la question il faut se demander si l'on peut former, A partir du nom masculin, un participe present en remplacement -eur par -ant:

chanteur [right arrow] chantant [right arrow] chanteuse

orateur [right arrow]____[right arrow] oratrice

Par ailleurs, le guide francais ne propose pas d'emblee la feminisation en -eure mais laisse le choix entre (da professeur[much greater than] et [much less than]la professeure[much greater than]. Rappelons que cette forme en -eure constitue un des faits marquants de Ia feminisation au Quebec, les gens d'ici y ayant recours dans la plupart des cas ou les noms en -eur etaient depourvus de correspondants ferninins (assureure, chroniqueure, ingenieure) et ce, malgre les reticences de l'Office qui prone l'utilisation de -euse en tant que [much less than]formation reguliere[much greater than] (assureuse, chroniqueuse) et considere [much less than]auteure[much greater than], ([much less than]docteure[much greater than], [much less than]gouverneure[much greater than], [much less than]ingenieure[much greater than] comme des cas speciaux.

Quelques autres regles completent l'ensemble. Ainsi les abreviations, sigles et mots empruntes doivent etre consideres comme des epicenes, i.e., mots invariables (une extra, une P.D.G., une clown).

La troisieme section fait etat de quelques objections et difficultes. Au Quebec, vingt ans de pratiques de feminisation plus tard, les reticences d'homonymie, d'euphonie et de devalorisation nous apparaissent presque chose du passe : (a) la valeur polysemique de la langue permet d'utiliser [much less than]cuisiniere[much greater than] pour designer une femme malgre l'appareil; (b) [much less than]sapeuse - pompiere[much greater than] ne sonne pas plus mal que [much less than]sapeur - pompier[much greater than]; et (c) [much less than]conseillere d'Etat[much greater than] pese aussi loud que [much less than]conseiller d'Etab[much greater than]. On apporte par la suite une clarification utile sur le suppose emploi neutre du masculin en precisant que le francais ne compte que deux genres et que chez les humains, le genre est generalement conforme au sexe. Derniere question abordee: celle du genereique. Le francais s'est prevalu d'un emploi du masculin A valeur de genericite; exemples: [much less than]Les Droits de l'Homme et du Citoyen[much greater than]; [much less than]cette yule compte vingt mule habitants[much greater than]. La Commission generale de terminologie, dans son rapport d'octobre 1998 a propose de conserver [much less than]pour des raisons de coherence et de securite juridique[much greater than] l'usage de ce masculin generique et affirme [much less than]son opposition A la feminisation des noms de fonctions dans les textes juridiques en general[much greater than] et notamment pour [much less than]les instructions, les arretes et les avis de concours[much greater than]. Or, on connait les consequences nefastes de l'emploi de ce masculin dit generique entache d'ambiguite. Dans [much less than]Les candidats devront etre competents[much greater than], s'agit-il tie personnes des deux sexes ou tie sexe masculin seulement? Quand on efface le feminin, on occulte les femmes. Le guide enterine pourtant cet usage tout en pronant l'emploi du feminin pour designer une personne particuliere: [much less than]mada me le ministre[much greater than] est juge contraire A la logique, A la grammaire et a la civilite.

Suite a la quatrieme section ou on fait etat de la methode de constitution de la liste, la cinquieme et demiere section offre plus de 2000 titres presentes au masculin, puis au feminin auquel est joint le numero de La regle de sa formation. C'est avec curiosite et interet qu'on y decouvre des termes tout a fait improbables dans nos listes de metiers et professions tels que [much less than]agrostologue[much greater than], [much less than]cydinicien[much greater than], [much less than]halieute[much greater than] et [much less than]traminot[much greater than].

Astucieusement, en complement de cette liste de noms feminises, est jointe une [much less than]proposition de masculinisation des termes feminins[much greater than]: a [much less than]la bonne[much greater than] correspond [much less than]un domestique[much greater than] a [much less than]la sage-femme[much greater than], [much less than]un maieuticien[much greater than] Malgre l'intention d'equivalence semantique, on conviendra que ces termes sont pourvus de connotations differentes. Y a-t-il symetrie entre la devouee [much less than]sage-femme[much greater than] et le noble [much less than]maieuticien[much greater than]?

Un dernier mot concemant les references bibliographiques. Ayant inscrit sous La rubrique [much less than]Canada[much greater than] deux ouvrages de l'OLF, l'un sur la feminisation des titres, l'autre sur La feminisation des titres et des textes, on a omis d'indiquer la date de parution du premier, (3) qui rend en fait le Quebec pionnier en cette matiere.

Au Quebec, malgre l'usage devenu courant de La feminisation, il existait chez certaines personnes un doute sur l'harmonisation de nos regles avec d'eventuelles propositions francaises. Qu'on se rassure! En ce qui concerne la feminisation des noms, les guides francais et quebecois sont tout fait concordants. Ce qui differe, ce sont les pratiques encore rares et mitigees en France et largement repandues au Quebec. II nous reste souhaiter La parution prochaine d'un complement syntaxique a cet ouvrage, traitant de La feminisation dans les differents types de textes.

Notes

(1.) [much less than]Plus qu'une simple affaire de langage[much greater than], Media et langage no 19/20 (mars-avril 1984).

(2.) Au feminin, Guide de feminisation des titres de fonction et des textes, Les Publications du Quebec, 1991.

(3.) Titres et fan ctions au feminin: essai d'orientation de l'usage, Office de la langue francaise, 1986.
COPYRIGHT 2000 O.I.S.E.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2000 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:Lamothe, Jacqueline
Publication:Resources for Feminist Research
Article Type:Book Review
Date:Sep 22, 2000
Words:1894
Previous Article:Feminist film theory: A reader. (Book reviews / comptes rendus).
Next Article:Hair matters: Beauty, power, and black women's consciousness. (Book reviews/comptes rendus).
Topics:


Related Articles
Siecle d'antifeminisme.
Vichy et l'eternel feminin.
Guide de feminisation, ou la representation des femmes dans les textes.
Pour une grammaire non sexiste.
Les Femmes De L'Immigration Au Quotidien. (Book Reviews / Comptes Rendus).
The Rise of Professional Women in France: Gender and Public Administration Since 1830.
Information for book reviewers/Information a l'intention des critiques de livres.

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2021 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters