Printer Friendly

Etude ethnographique d'une mosquee a saguenay.

Groupe de recherche diversite urbaine Centre d etudes ethniques des universites montrealaises

Universite de Montreal

Document de travail / Working Paper

2010

Diversite religieuse au Quebec

Les documents de travail de la serie << Diversite religieuse au Quebec >> sont des rapports de recherche realises dans le cadre du projet << Groupes religieux, pluralisme et ressources symboliques >>, mene par des membres du Groupe de recherche diversite urbaine (GRDU) et d autres collegues depuis septembre 2006. Ce projet s interesse aux groupes religieux etablis au Quebec depuis les annees 1960, qu ils representent de nouvelles religions, des religions deja implantees ailleurs et importees au Quebec par des immigrants, voyageurs quebecois ou autres, ou encore de nouveaux courants de religions qui se sont etablies dans la province.

Dirige par Deirdre Meintel (directrice du GRDU) et coordonne par Geraldine Mossiere (Univesite de Montreal), le projet reunit plusieurs chercheurs, soit Marie Nathalie LeBlanc, Josiane Le Gall et Francois Gauthier (Universite du Quebec a Montreal), Claude Gelinas (Universite de Sherbrooke), Khadiyatoulah Fall (Universite du Quebec a Chicoutimi). Y collaborent egalement Gilles Routhier (Universite Laval) ainsi que Sylvie Fortin et John Leavitt (tous deux de l Universite de Montreal). Ce projet est finance par le Fonds quebecois de la recherche sur la societe et la culture (grace a la subvention [much less than] Soutien aux equipes de recherche [much greater than]) ainsi que par une subvention ordinaire de recherche du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. Chacun des documents de recherche de cette serie presente l'etude specifique d'un groupe religieux ayant fait I'objet d'une etude ethnographique approfondie. Exception faite de ceux de Deirdre Meintel et de Geraldine Mossiere, ces documents constituent des versions abregees et condensees des rapports exhaustifs rediges par chacun des assistants, a la suite de leur travail de terrain.

Les chercheurs et les assistants du projet souhaitent que les resultats de leurs recherches contribuent a une meilleure connaissance de la diversite religieuse actuelle du Quebec. A cette fin, les documents de cette serie ont ete adaptes a un public assez large, soit non seulement aux etudiants, enseignants, chercheurs et intervenants sociaux et en sante, mais aussi a tous ceux qui s'interessent au pluralisme religieux quebecois.

Introduction

Au cours de i'ete et de i'automne 2007, nous realisions des observations et des entrevues aupres des membres de la mosquee de Chicoutimi pour ensuite presenter nos analyses dans un rapport de terrain. Le present document de travail tente de rassembier et de synthetiser ces analyses. Dans le cadre de ce projet, une fiche signaletique, quatre entrevues (1), cinq notes d'observations (2) et un recueil des lieux de culte (3) de la region ont ete realises.

Dans une premiere partie, nous presenterons l'ensemble des donnees ethnographiques collectees lors du terrain. Dans une deuxieme partie, nous tenterons de saisir l'influence que peut avoir la mosquee de Chicoutimi dans le parcours d'etablissement des immigrants qui la frequentent. Il importera ici de comprendre dans quelle mesure la communaute religieuse joue un role important pendant et apres leur etablissement. Cette hypothese sera appuyee principalement par l'analyse des donnees collectees ainsi que par une breve recherche bibliographique.

Notre terrain d'observation se concentre sur le territoire de ville Saguenay, metropole de la region du Saguenay-Lac-Saint-Jean. La presence musulmane (4) constitue une nouvelle realite pour cette region eloignee des grands centres (5). Malgre le nombre relativement faible de musulmans a Saguenay -- 120 personnes (6) recensees en 2001 (7) (Statistique Canada 2001) --, ce terrain reste a notre avis tres pertinent. D'une part, le taux de croissance du nombre de personnes de confession islamique au Quebec a depasse 140 % au cours des annees 1990 (MRCI 2003: 4). Selon ces statistiques, aucune autre confession ne croit a un rythme semblable. D'autre part, certains immigrants appartenant a ce groupe religieux s'etablissent desormais a l'exterieur de la region metropolitaine montrealaise8. Detachees de leur contexte socioculturel d'origine, ces populations doivent maintenant apprendre a vivre comme minorite. En somme, ces analyses nous permettront d'acquerir une meilleure comprehension de l'etablissement d'immigrants de confession musulmane au sein d'une societe historiquement et culturellement non musulmane, en plus de mieux saisir leur parcours a l'exterieur de Montreal. Precisons que cette recherche est centree sur la mosquee en tant qu'espace rituel et communautaire; nous ne pretendons donc pas que cette etude est representative de la totalite des musulmans residant a Saguenay. Elle reflete principalement la realite de ceux qui frequentent cette mosquee regulierement.

Nous constaterons, d'une part, que les immigrants de confession musulmane vivant a Saguenay mettent au point des strategies afin de vivre leurs croyances et de se conformer aux pratiques qui en decoulent. Ces strategies d'adaptation sont a la fois d'ordre organisationnel, cultuel et culturel et s'elaborent en etroite relation avec le milieu d'accueil. D'autre part, nous remarquerons que la mosquee influe sur le parcours d'etablissement de ceux qui la frequentent en constituant un espace ou des liens de solidarite se concretisent et ou des ressources peuvent etre mobilisees afin de faciliter l'etablissement de l'immigrant au sein de son nouveau milieu.

Presentation ethnographique de la mosquee de Chicoutimi

Creation et structure du groupe

L'Association islamique du Saguenay-Lac-Saint-Jean fut creee en 1997 par un petit groupe de personnes etablies dans la region depuis plusieurs annees. En voyant le nombre de musulmans augmenter, les membres fondateurs ont decide d'un commun accord de creer une association afin que les musulmans residents de Saguenay et les generations futures aient un lieu adequat pour se rassembler et vivre leurs croyances. Avant la creation de la mosquee, les personnes desirant pratiquer leur religion avaient la possibilite d'aller a la petite salle de priere situee dans un local loue temporairement a l'interieur d'un etablissement d'enseignement collegial du secteur de Chicoutimi, et, par la suite, dans un logement d'une piece et demie, propriete de l'un des fondateurs. Ce n'est qu'au moment de sa creation en 1997 que l'Association a fait l'acquisition d'un edifice du centreville, a proximite de l'Universite du Quebec a Chicoutimi, en vue d'y construire une mosquee au rez-dechaussee de l'immeuble.

L'Association islamique du Saguenay-Lac-Saint-Jean est entierement independante financierement et n'entretient aucun lien formel avec d'autres groupes religieux. Le batiment qu'elle a acquis comprend onze logements locatifs (9). Les loyers pergus financent en partie le remboursement de l'hypotheque contractee par l'Association (10). Toutefois, le Centre culturel islamique de Quebec a aide les membres fondateurs dans leur demarche pour creer l'Association. En effet, il leur a fourni les documents relatifs a la creation du centre de Quebec, mis sur pied au debut des annees 1970. L'Association n'appartient formellement a personne, mais s'il arrivait qu'aucun des membres ne puisse la prendre en charge, le Centre culturel de Quebec en heriterait. En I'absence de leader officiel, le concept de shura (tire de la Sourate 42 du Coran: La consultation) permet aux membres de gerer la diversite d'opinions lorsque vient le temps de prendre des decisions concernant la mosquee. Les decisions importantes relatives a la mosquee se font donc par consultation aupres de ceux qui frequentent l'endroit, generalement apres la priere collective du vendredi.

Les membres sont majoritairement d'origine arabe, provenant du Maroc, de i'Aigerie, de la Tunisie, du Liban et de i'Egypte, aiors que ies personnes originaires de i'Afrique subsaharienne (Senegai, Maii, Cote d'lvoire et Cameroun) forment une minorite. Cette diversite s'exprime aussi sur ie pian iinguistique, separant ies arabophones des non- arabophones. De pius, a i'interieur meme du groupe majoritaire, ii existe une division entre ies arabophones francophiies et ies arabophones angiophiies, ces derniers etant principaiement egyptiens. Etant donne ies poiitiques d'immigration tres seiectives, au Canada et au Quebec, ies immigrants frequentant ia mosquee de Chicoutimi font generaiement partie d'une certaine eiite: etudiants universitaires et enseignants (etudiants de troisieme cycie et dipiomes), medecins, ingenieurs, hommes d'affaires. Venus pour ia piupart dans ia region pour achever un cycie de formation universitaire, certains y trouveront des opportunites d'empioi et decideront de s'y etabiir.

Dogme, croyances et normes

La totalite des personnes rencontrees lors de ce terrain partage les croyances constituant le fondement de I'islam. Cette religion s'appuie sur deux sources scripturales fondamentales: le Coran et la Sunna. Les croyances de l'islam prennent d'abord forme dans la reconnaissance et l'affirmation, par le fidele, du concept de tawhid. Ce terme est utilise pour designer l'unicite de Dieu, principe central de l'islam. Parallelement a ce concept, les piliers de l'islam (arkan al-islam) (11) constituent des preceptes fondamentaux obligatoires et forment l'ossature de l'islam. Ils sont consideres comme essentiels a la foi musulmane par l'ensemble des personnes rencontrees.

Au cours de nos observations, nous avons constate qu'il existe un fosse assez important entre les normes ideales, prescrites par les ecritures, et les normes reelles, suivies par les membres. Les normes islamiques constituent avant tout un ideal a atteindre et representent pour les personnes rencontrees lors de ce terrain l'effort de toute une vie. Amin l'exprime clairement lors d'un entretien: << ... le jour ou je vais arriver a etre tout le temps heureux, grace au Coran et a la priere, a ce momentla, je vais avoir realise une grande chose dans ma vie. Moi, je vois les choses comme ga >>. Cette volonte de se realiser est soulevee par l'ensemble des membres que nous avons interviewes a la mosquee, peu importe leur degre de pratique.

Rituels et activites religieuses

Les rituels de l'islam sont fondes sur les cinq piliers que nous avons evoques precedemment. La priere collective du vendredi est certainement le rituel le plus accessible puisqu'il est execute chaque semaine. Bien que les prieres collectives soient fortement recommandees dans l'islam, seule celle du vendredi se fait en commun a la mosquee. Comme il n'y a pas d'imam a la mosquee de Chicoutimi, les khutbas (sermons) sont effectuees par des membres volontaires. Comme le rappelle Hamza: << A Montreal, les mosquees, ce sont de grandes organisations. Ici, on est petit, la communaute a Montreal est tellement importante que les gens n'ont pas le temps de s'occuper un peu de tout >>. Les rituels a la mosquee de Chicoutimi se deroulent en arabe uniquement. La forte presence de membres arabophones et le fait que l'arabe soit la langue du Coran semblent justifier ce choix. Par contre, l'augmentation du nombre de membres non arabes provenant principalement de pays d'Afrique de l'Ouest (Senegal, Mali) encourage certaines personnes au sein du noyau dur de la mosquee a defendre l'idee d'accommoder ceux qui ne comprennent pas l'arabe. (12)

Au cours de la semaine, peu de pratiquants se presentent a la mosquee pour effectuer les prieres (13). Selon nos observations, de 30 a 40 personnes sont presentes a la priere du vendredi, mais le nombre de participants peut grimper a 50 personnes lors des grandes fetes du calendrier musulman, dont \'Ai'd el-fitr(14) et \'Ai'd el-adha / Aid el-kebir (15). En effet, pendant le mois du ramadan, nous avons note une augmentation considerable du nombre de personnes se presentant a la mosquee pour y effectuer les prieres. De plus, plusieurs personnes s'y rencontrent les samedis pour partager, une fois le soleil couche, le repas du soir. II peut toutefois arriver que le nombre de personnes lors de ces fetes religieuses depasse la capacite de la salle communautaire. Dans ce cas, un membre volontaire reserve pour l'occasion une salle communautaire municipale pouvant accueillir un plus grand nombre de personnes.

Dimension communautaire

L'appartenance au groupe decoule essentiellement de marqueurs lies a un sentiment de filiation commune (l'islam) et a une experience commune (la migration). Comme le suggere Jean-Paul Willaime (2003), le lien social en contexte religieux est particulier. Les personnes qui se retrouvent pour une quelconque activite dans un cadre religieux interagissent entre elles de fagon specifique; elles se reunissent ainsi au nom d'un Autre, en l'occurrence Dieu (Willaime 2003: 266). Se developpe alors un sentiment de fraternite, et l'appellation [much less than] frere [much greater than], audela de la simple convention, devient plutot la reconnaissance d'une meme filiation ou d'un meme choix. Dans ce cas, la dimension emotionnelle et affective joue un role des plus significatifs et peut meme influer sur la reprise de la pratique religieuse de certains. Parallelement, l'isolement que peut subir le nouvel arrivant durant ses premieres annees d'etablissement et les difficultes liees a l'absence de reseaux dans une region eloignee des grands centres urbains peuvent ainsi renforcer le marqueur religieux entre les membres. De fait, en dehors des temps ceremoniels, les membres de la mosquee forment un groupe disperse d'interconnaissance et d'entraide, uni par une parente symbolique liee a l'islam, tout en vivant l'experience commune de la migration en region eloignee.

Rapports ethniques

Comme il a ete mentionne precedemment, la grande majorite des membres est arabe et provient des pays du Maghreb; seule une faible minorite de membres est originaire de I'Afrique de l'Ouest. Notons, par ailleurs, que les prieres se deroulent exclusivement en arabe, premiere langue de communication a l'interieur de la mosquee. A quelques reprises, nous avons ete temoin des efforts manifestes par M. Fahim (membre fondateur) pour qu'une partie des prieres du vendredi se deroule en frangais afin que la mosquee soit plus respectueuse et inclusive pour ceux qui ne comprennent pas l'arabe. Le marqueur linguistique semble donc tenir un role d'importance dans les rapports interethniques au sein de la mosquee. L'utilisation de l'arabe lors des sermons du vendredi rappelle a ceux qui ne comprennent pas cette langue leur statut minoritaire. D'ailleurs, les membres non arabes participent tres peu a la vie communautaire de la mosquee.

Rapports de genre

Contrairement a de nombreuses mosquees situees a Montreal, les donnees collectees lors de nos observations ne mentionnent que tres peu la presence des femmes a la mosquee. Pourtant, il semble y en avoir plusieurs a Chicoutimi; elles sont peut-etre meme aussi nombreuses que les hommes. Les informations recoltees lors de ce terrain tiennent du discours officiel. Selon les personnes rencontrees, rien n'empeche une femme d'aller a la mosquee si elle le desire, tous les musulmans sont egaux devant Dieu, et la priere d'une femme est aussi valide que celle d'un homme. Alors pourquoi n'y vont-elles pas? Parce que la priere en congregation a la mosquee n'est obligatoire que pour les hommes. Les femmes ne sont donc jamais tenues de participer a la priere collective du vendredi. Y a-t-il d'autres moments ou les femmes frequentent la mosquee? La mosquee joue-t-elle un role particulier dans leur vie? Des analyses subsequentes permettront d'approfondir ces questions.

Dimension individuelle

Le rapport qu'entretiennent les personnes rencontrees lors de ce terrain avec l'islam varie d'un individu a l'autre. Deux types de discours ont tout de meme emerge de nos entretiens. Dans un premier temps, on trouve ceux qui s'identifient au respect des prescriptions coraniques par la pratique. Dans ce cas, la pratique sert de marqueur differenciant les musulmans des non-musulmans. Ce rapport a l'islam, entretenu par ces personnes, pourrait etre qualifie d'<< integraliste >>, terme emprunte a la sociologue Jocelyne Cesari. Selon elle, la religion est, dans ce cas, investie comme une orthopraxie (Cesari 2001). La formulation de l'identite religieuse d'Etienne, d'Amin ainsi que de plusieurs autres s'inscrit dans Observance et Amelioration de leur pratique afin de se considerer comme de bons musulmans. Ainsi, la discipline quotidienne qu'engendre le respect des pratiques est centrale dans la definition qu'offrent ces derniers de leur identite religieuse. Dans un deuxieme temps, il y a ceux qui s'identifient aux valeurs universelles et humanistes de l'islam tout en accordant une importance particuliere au sens inherent a la pratique plutot qu'a la pratique rituelle souvent trop machinale. Pour eux, l'attention est davantage mise sur l'ethique que sur le simple respect de la pratique. Celle-ci, sans etre mise de cote, n'est pas consideree comme le fondement de l'identite, mais plutot comme un outil pour transcender. Dans ce cas, l'effort de reflexion pour saisir le sens profond derriere chaque pratique rituelle est essentiel afin d'apprehender honnetement la pratique de i'isiam. En somme, le rituel de la priere quotidienne doit etre accompli dans cette optique, sinon il devient rapidement inutile et contraignant.

Une certaine variability existe au sein des pratiques de tout un chacun, mais se limite aux cinq piliers evoques dans la section << Dogme, croyances et normes >> du present document. En effet, la grande difference entre les individus reside principalement dans leur degre de religiosite ainsi que dans leur volonte personnelle d'amenager ces pratiques dans leur mode de vie. Par exemple, Etienne considere que sa pratique religieuse est plus importante que son travail. Les horaires charges etant contraires aux pratiques rituelles quotidiennes, le travail choisi devra prendre en consideration le rythme impose par ces pratiques. En revanche, Yamin considere que la souplesse de l'islam lui permet d'agencer ses pratiques avec l'horaire souvent charge que lui impose son travail. Il reportera donc les prieres de la journee apres les heures de travail. De plus, il considere que la pratique religieuse ne devrait pas l'empecher d'assumer ses responsabilites en soutenant economiquement sa famille, ce qui est egalement tres important dans l'islam, selon lui.

Mentionnons que I'individualisation de la religiosite ne diminue pas, de facto, la necessite de vivre en communaute. L'ensemble des repondants qui frequentent la mosquee ont souleve l'importance de la communaute dans leur trajectoire religieuse. Dans la vie religieuse des membres, la communaute joue principalement un role d'apprentissage mutuel, de soutien pour le cheminement spirituel de chacun. Cette forme d'apprentissage est plutot informelle, mais chacun y reconnait une importance particuliere.

Rapport a la societe globale

Initialement, I'intention des membres fondateurs etait d'avoir un lieu pour prier et se rassembler et, par la suite, d'avoir la possibilite d'etre reconnus comme partie constituante du paysage religieux de la region. La construction de la mosquee repondait done a des besoins d'ordre pratique ainsi qu'a un besoin de reconnaissance: elle affirmerait une place pour l'islam dans l'espace public. Cependant, une realite s'impose a tout musulman vivant en Occident depuis le 11 septembre 2001: celle d'un discours ambiant stigmatisant l'islam. De plus, la couverture mediatique entourant la Commission de consultation sur les pratiques d'accommodement reliees aux differences culturelles (Commission Bouchard-Taylor) est venue surencherir cette nouvelle figure d'alterite qu'est le musulman. Dans de telles conditions, les musulmans pratiquant leur religion dans la region sont tres discrets, voire invisibles. Aucune revendication ni participation collective n'est manifeste dans l'espace public. La mosquee est situee a proximite du centre-ville dans un immeuble anonyme. Sur la fagade, on ne trouve que de vieux neons, vestiges de commerces aujourd'hui demenages. Hamza a neanmoins toujours eu le desir de sortir la mosquee de l'ombre et de s'investir davantage dans la communaute locale. Il critique les medias au sujet de l'image des musulmans vehiculee dans la societe, mais il denonce egalement les musulmans extremistes qui ternissent l'image de l'islam dans le monde. En revanche, il fait entierement confiance a l'ouverture des gens de la region et croit qu'une fois les renovations terminees, la mosquee sera presentable au grand public.

Pour les membres fondateurs, I'integration de l'islam dans le paysage religieux de la region est un phenomene evolutif qui doit passer davantage par les individus que par la communaute en elle-meme. Selon Hamza, l'islam en Occident est victime de la non- reconnaissance temoignee par les autres religions monotheistes, ce qui encourage une attitude de suspicion de l'Occident envers l'islam. Or, comment l'islam peut-il s'integrer en Occident s'il n'est pas reconnu comme etant la continuite du message monotheiste, alors que lui-meme reconnait les autres religions? Consequemment, d'apres Hamza, la deconstruction des idees precongues concernant l'islam passe avant tout par les contacts entre individus. Chacun pourra alors reconnaitre en l'autre la verite, au-dela des cliches vehicules quotidiennement. Le migrant musulman a donc une veritable responsabilite d'education envers les gens de la societe d'accueil qu'il cotoie au quotidien. Yamin resume bien la situation:
  Je sais que par le temps, c'est vrai, on comprend les gens,
  ils ont toujours peur des etrangers, qu'estce qu'il voit a la
  television, mais pour lever le rideau entre les musulmans
  qui viennent et les gens de la region, il faut du temps,
  pour que les gens comprennent qu'il y a une grande
  difference entre les medias et quelqu'un qui travaille
  avec toi. Lorsque tu entres en contact avec des gens, une
  semaine, deux semaines, un mois, toutes leossible, tu
  comprends (Yamin, Algeries choses qu'ils ont entendues,
  c'est impn, plombier).


Malgre tout, les rapports qu'entretiennent ceux qui frequentent la mosquee avec la population locale varient selon la situation des individus. S'il est plus facile pour ceux qui sont integres professionnellement d'avoir des reseaux mixtes, on ne peut en dire autant des etudiants internationaux qui sont de passage a la mosquee. En effet, selon nos observations, peu de ces etudiants se trouvent inclus dans les reseaux locaux, se maintenant davantage a l'interieur de reseaux immigrants.

Evolution de la religion en lien avec la migration

La plupart des membres de la mosquee de Chicoutimi proviennent de pays ou l'islam est la religion majoritaire. Comme le soulignent certaines recherches sur le sujet, le passage d'une situation de majoritaire a minoritaire implique des adaptations d'ordre structurel et cultuel de la part des migrants de confession musulmane (Cesari 2001; Ebaugh et Chafetz 2000; Martikainen 2004). L'islam dans ce contexte n'est donc pas qu'une replique de la religion laissee au pays d'origine, mais se fagonne plutot en relation avec le contexte local.

La pratique religieuse de l'islam et de ses cinq piliers ne pose pas necessairement de problemes pour les repondants rencontres lors de ce terrain. Trois de ces piliers (la profession de foi au Dieu unique, le pelerinage et l'aumone) sont de l'ordre de la responsabilite personnelle. Par contre, les deux autres piliers (les prieres et le jeune) peuvent entrainer des situations delicates. Mentionnons d'abord que les prieres ne seront pas un probleme si le croyant accepte de les regrouper et de les faire une fois a la maison, avant ou apres le travail. C'est ce que fait la totalite des personnes rencontrees. Dans les pays musulmans, il y a des mosquees partout et chacun peut facilement entendre l'appel a la priere grace a des haut-parleurs. A Chicoutimi, il revient a chacun de surveiller l'horloge afin de prier aux heures prescrites. Pour pallier ce probleme, plusieurs personnes rencontrees se sont munies d'un logiciel effectuant l'appel a la priere cinq fois par jour. Cet outil peut etre telecharge sur le site Web islamicfinder.org, un site qui permet egalement de trouver les lieux de culte a proximite en y inscrivant un code postal. Les preches sont egalement telecharges sur Internet (www.alminbar.net)) et s'effectuent a tour de role par quelques membres volontaires. La technologie Internet est donc un outil fort apprecie par les personnes vivant I'experience de la migration. En ce qui concerne le jeune du ramadan, un croyant peut le vivre sans deranger qui que ce soit, a moins qu'il ne s'absente du travail ou des cours, comme le souligne l'un des informateurs, ce qui risque d'engendrer des conflits. De plus, selon les repondants, faire le ramadan dans un pays musulman est plus facile, car tout ce qui vous entoure est islamique : l'environnement soutient donc la pratique.

Les aliments haram, donc illicites, c'est-a-dire I'alcool et le porc, ne posent pas probleme, car leur consommation ou non releve d'un choix individuel et ne brime aucune liberte collective. Par contre, la nourriture conforme aux normes de l'abattage rituel islamique (ha/a/) est inexistante dans la region et aucun commerce n'en fait la distribution. Les musulmans de la region ont donc cherche un moyen de se procurer un produit de qualite sans avoir a parcourir des centaines de kilometres. Ils ont finalement etabli un partenariat avec une ferme de la region (a environ 35 km de la mosquee) qui accepte de leur vendre des breufs et des moutons a qui ils donneront eux-memes la mort, rendant ainsi la viande conforme aux normes de l'abattage rituel islamique. C'est donc un membre de la communaute qui pratique l'egorgement de l'animal. Par la suite, le fermier s'occupe d'appreter la bete pour faciliter la distribution aupres des familles (6).

La migration peut egalement influer sur le degre de religiosite de certains croyants. Elle peut etre un pretexte pour repartir sur de nouvelles bases afin de reorienter sa vie en fonction des normes etablies par l'islam. Amin, nouvellement arrive dans la region, mene une vie desorganisee et ne semble pas avoir les outils necessaires pour encadrer son quotidien. Sa nouvelle situation a Chicoutimi I'encourage donc a faire le menage dans sa vie et l'islam est la voie qu'il choisit pour y arriver. De plus, lorsqu'il etait dans son pays d'origine, Amin n'a jamais vraiment eu l'occasion de lire le Coran. Lorsqu'il avait besoin de conseils, il se referait a l'imam de la mosquee. Etant donne que la mosquee de Chicoutimi n'a pas d'imam, Amin doit lui-meme se referer aux differents textes du Coran tout en ayant la possibilite d'en discuter avec les autres membres de la mosquee.
  C'est vraiment bien pour faire la priere, pour rencontrer des
  gens et puis on peut lire le Coran, il y a des Corans, serieux
  moi j'ai jamais fait ga. Je crois que
  ce que j'ai fait maintenant
  comme salat, je crois que je ne l'ai jamais fait dans ma
  vie. C'est vraiment bien, j'apprends a lire le Coran, c'est
  bien (Amin, Marocain, etudiant).


En somme, les personnes interrogees lors des entretiens sont unanimes : il s'avere extremement facile de pratiquer l'islam dans la region, meme si certaines adaptations sont necessaires. Comme le declare Yamin :
  II n'a pas de stress, c'est calme, il n'y a pas de, comme Montreal,
  il y a toujours le stress. Parce qu'il y a toujours le deplacement
  par le metro et les autobus, alors a Montreal ton temps est calcule.
  Ici en plus, c'est plus conforme a l'islam, parce que le rythme il
  est lent, c'est mieux ... La qualite et le rythme de vie en region
  facilitent grandement les choses, nous avons beaucoup plus
  de temps pour nous et notre famille, beaucoup plus que si je
  vivais a Alger (Yamin, Algerien, plombier).


Nous pouvons donc en deduire que la qualite de vie en region est conforme a la pratique de la religiosite musulmane.

Role de la mosquee en contexte migratoire

Au cours des entretiens effectues durant ce terrain, les repondants ont souligne a plusieurs reprises le role qu'a joue la communaute musulmane aupres des nouveaux arrivants frequentant la mosquee de Chicoutimi. Cette section vise essentiellement a explorer l'influence de la mosquee dans le parcours d'etablissement de ses membres a Saguenay. Ainsi, nous montrerons que la frequentation de la mosquee de Chicoutimi permet aux nouveaux arrivants de confession musulmane de mobiliser des ressources (materielles, sociales, symboliques) en dehors du secteur formel, pour ainsi faciliter grandement leur etablissement dans la region. Nous ne pretendons pas decrire un processus s'appliquant a toutes les mosquees du Quebec ni a toutes les populations issues de l'immigration et provenant de societes ou l'islam est majoritaire. Nous tenterons simplement de comprendre de quelle fagon la communaute musulmane de la region influe sur le parcours d'etablissement de ceux qui frequentent la mosquee.

Bien que peu nombreuses et plutot recentes, les recherches abordant I'immigration vers les regions du Quebec mettent souvent en evidence l'isolement dont peut souffrir un nouvel arrivant pendant ses premieres annees en region, les difficultes liees a l'absence de reseaux et le manque de connaissances pour acceder aux ressources (Tremblay et al. 1997; Vatz-Laaroussi 2002, 2008; Vatz-Laaroussi et al. 1998). Dans ce contexte, des strategies de regroupement locales sur des bases ethniques ou religieuses peuvent avoir lieu. Selon Olivier Roy (2002), les musulmans en Occident tendent d'abord a se regrouper localement (mosquee de quartier, association, centre culturel). De plus, tout comme i'indique Mossiere dans son etude sur les pentecotistes congolais a Montreal, la communaute religieuse peut se substituer au groupe d'appartenance laisse au pays et jouer un role central dans le processus d'etablissement de ses membres au sein de leur nouveau milieu (Mossiere 2006). La presence d'une mosquee dans le secteur de Chicoutimi s'inscrit donc dans cette dynamique : une micro-communaute regroupee autour d'une mosquee soutenue par une association.

Selon les temoignages exprimes par nos repondants au cours de ce terrain, I'idee de la migration suscite des sentiments confus. Pour celui qui arrive dans un lieu inconnu, c'est I'aventure, la decouverte, mais aussi la crainte, la solitude, la nostalgie de la terre natale. Avoir la possibilite de rencontrer des personnes partageant des croyances communes apaise l'esprit. Par consequent, la mosquee agit comme point de repere pour celui qui est desoriente par la migration. Elle amortit la chute a l'arrivee et securise celui qui vient de loin. L'experience de Yamin le confirme :
  Ici c'est comme une maison, quand on
  arrive on est melange, on sait pas
  trop ou aller, on comprend pas
  trop comment ga fonctionne. Je pense
  que c'est ga le choc culturel qu'il
  parle. Ici, on m'a explique
  beaucoup, beaucoup comment ga marche.
  Et puis maintenant,
  je suis comme chez moi, je peux prier
  et faire les choses
  (Yamin, Algerien, plombier).


Loin de se substituer aux structures formelles deja mises en place par le gouvernement du Quebec et les organismes communautaires, la mosquee agit comme informateur cle pour celui qui arrive dans la region. Les immigrants deja bien etablis peuvent diriger les nouveaux arrivants vers les ressources existantes qui repondent a leurs besoins specifiques. Les nouveaux arrivants beneficient donc de l'accueil des confreres arrives avant eux. Le temoignage qui suit nous rappelle les travaux de Marcel Mauss (1950) sur le don et le contre-don. Dans ce cas, la reciprocity encourage profondement les individus a s'entraider, et ce, meme si les personnes beneficiant de l'aide different de celles qui ont prealablement aide. Cette attitude de remettre au suivant semble generalisee dans le cas des musulmans residant a Chicoutimi.
  Par exemple, s'il y a quelqu'un de
  nouveau ici, c'est automatiquement,
  ils vont trouver; moi, par exemple,
  ga fait trois ans que je suis la,
  je vais donner un coup de main,
  une aide. Je vais rendre au suivant,
  comme une roulette, c'est une
  roulette. Si quelqu'un arrive
  de nouveau on va lui donner un
  coup de main. On va lui dire,
  telle place, telle place, tel
  coin, c'est bon. Apres une semaine,
  il va avoir appris beaucoup sur
  la region parce qu'on va lui
  dire ce qu'on sait (Yamin, Algerien, plombier).


Le role de la mosquee est, dans ces conditions, de faciliter I'acces a reformation aupres de ceux qui arrivent dans la region sans connaitre les ressources qui leur sont destinees. Ainsi, les anciens servent d'intermediaires aupres de la societe d'accueil, tandis que les nouveaux arrivants beneficient de leur experience (Fortin et Renaud 2004). Dans tous les cas, reformation transmise par les membres de la mosquee a l'arrivee d'un confrere dans la region est grandement appreciee.

Precisons qu'a la difference d'une simple salle de priere, la mosquee a une vocation communautaire. En contexte migratoire, la mosquee de Chicoutimi devient donc un espace ou les musulmans de la region se rencontrent et se soutiennent. L'experience d'Amin, un musulman de Montreal, revele l'importance d'une telle communaute pour ceux qui s'etablissent en region. A son arrivee, Amin s'est presente a la mosquee pour demander conseil et les membres presents l'ont accueilli avec hospitalite. L'un des membres fondateurs lui a meme remis les cles du batiment : << Comme ga, il est autonome si jamais la porte est barree>>, nous a-t-il dit. En continuant notre conversation, il a ajoute :
  Du point de vue moral, ne serait-ce que ici, n'importe
  qui peut arriver, et puis il voit 3 ou 4 lignees qui sont en
  train de prier et puis il va s'exclamer inch'Allah, il est
  content, sa pile se recharge beaucoup plus rapidement.
  Et du point de vue pratique vraiment aussi, ne seraitce
  qu'ici quelqu'un qui demenage, il y a un tissu social, on va
  aider. La meilleure aide, c'est une aide d'appartenance
  d'avoir un meme objectif de transcendance, d'etre reconnu
  dans ce qu'on est et puis ga, c'est la meilleure aide. Tu
  peux ne pas avoir mange le soir et puis etre satisfait d'une
  rencontre, ga vaut beaucoup plus, c'est recharger sa
  batterie (Hamza, Algerien, membre fondateur).


Comme le fait valoir Hamza, la mosquee ne sert pas qu'au deroulement de la priere, mais constitue veritablement une maison communautaire autour de laquelle se tissent des reseaux de solidarity. A la fois espace cultuel et communautaire, elle constitue donc un lieu ou des ressources materielles, sociales et symboliques peuvent etre mobilisees au besoin par les membres, en plus de representer un espace ou des liens de sociabilite et des reseaux de solidarity se concretisent. D'ailleurs, le mois du ramadan ainsi que les fetes de \'Ai'd elfitr et de \'Ai'd el-adha sont des moments privilegies ou les musulmans de la region se rendent plus frequemment a la mosquee, a la fois pour prier et pour casser le jeune apres le coucher du soleil. Ils profitent donc de ces moments precieux pour creer, confirmer et solidifier des liens entre eux. La mosquee permet d'entretenir un cadre identitaire de reference par la pratique rituelle, en plus d'attenuer l'intensite du changement social et culturel vecu en raison de la migration. Dans ce contexte particulier, la communaute religieuse se substitue au groupe d'appartenance laisse au pays d'origine, tout en permettant d'interpreter symboliquement l'experience de la migration.

Toutefois, si la mosquee joue un role d'importance pour ceux qui la frequentent, les reseaux de sociabilite restent bien en marge des reseaux locaux. Ces derniers sont quant a eux des vecteurs d'accessibility a des emplois, dans une region ou les postes de qualite sont la majorite du temps transmis de bouche a oreille. Ainsi, les temoignages recueillis lors de ce terrain ne nous permettent pas d'etablir que l'acces a des reseaux locaux puisse emerger des reseaux etablis entre les membres. Les liens de sociabilite tisses au sein de la mosquee permettent d'obtenir un soutien d'ordre materiel et moral plutot que d'acceder a une pleine integration a la societe locale17. Comme le suggere Fortin, le capital symbolique18 tient un role de taille dans les modalites d'inclusion a la societe locale (Fortin et Piche 2004 : 10). Ainsi, l'acces aux ressources economiques, materielles et sociales est favorise par la possession d'un capital symbolique. Ce faisant, une integration sociale dans un espace communautaire n'est pas synonyme d'une insertion dans la societe globale. En effet, si cet espace communautaire est marginalise par le groupe majoritaire, le migrant sera par le fait meme egalement marginalise.

En somme, les donnees collectees au cours de ce terrain tendent a soutenir I'hypothese de I'importance des reseaux de soutien informel dans le processus d'etablissement des personnes immigrantes. Dans cette perspective, l'Institut de la Statistique (2002) a mene une etude aupres de personnes immigrantes habitant la region metropolitaine de Montreal et a constate qu'une sous-utilisation de certains services ou un reseau peu etendu pourrait se traduire par le recours a d'autres formes de soutien, dont celui offert par les lieux de culte. Par ailleurs, selon Ebaugh et Chafetz (2000), qui ont mene une etude americaine d'envergure dans plusieurs lieux de culte a Houston au Texas, ce serait a travers les reseaux sociaux informels que I'aide aux immigrants est la plus importante.

La presence d'un environnement de soutien et d'un reseau d'entraide, particulierement durant les premieres annees de I'immigration, se revele donc determinante pour I'etablissement des personnes immigrantes au sein d'un nouveau milieu. Dans le cas des immigrants de confession musulmane frequentant la mosquee, nous constatons que leur etablissement a Saguenay est facilite par l'aide precieuse apportee par la communaute deja bien etablie. Cette aide, toutefois, ne semble pas necessairement leur ouvrir les portes du marche de l'emploi dans la region.

Conclusion

Ce terrain (19) nous aura permis d'approfondir notre comprehension de la situation des immigrants de confession musulmane qui s'etablissent a I'exterieur de la region metropolitaine montrealaise. Detachees de leur contexte socioculturel d'origine, ces populations doivent maintenant apprendre a vivre en situation minoritaire, tout en adaptant leurs croyances a leur nouveau milieu. La mosquee mise sur pied par la communaute permet non seulement de combler des besoins cultuels, mais constitue egalement un espace de sociabilite ou des ressources materielles, sociales, morales et symboliques peuvent etre mobilisees. En consacrant plus de temps a la recherche concernant les minorites musulmanes qui vivent en dehors de Montreal, nous serons en mesure de mieux saisir leur realite et les defis auxquels ils ont a faire face pour vivre leurs croyances et les pratiques qui en decoulent. Nous avons eu la chance, lors de ce terrain, d'observer revolution d'une mosquee en construction dans une region eloignee des grands centres urbains du Quebec. Il importe, a notre avis, de continuer d'aller a la rencontre de ceux qui pratiquent l'islam en situation minoritaire afin d'en saisir toute la diversite.

Biographie

Yannick Boucher a complete sa maitrise (dirigee par Deirdre Meintel) en anthropologie a I'Universite de Montreal. Son memoire s'intitule: Minorite musulmane en contexte d'immigration: etude de cas d'une mosquee a Saguenay. Il est egalement auxiliaire de recherche au sein du Groupe de recherche diversite urbaine.

Cesari, J., 2001. << Modernisation de l'islam ou islamisation de la modernite? Les minorites musulmanes d'Europe et l'enjeu du pluralisme >>, Civilisations (Bruxelles), vol. 48, [n.sup.os] 1-2, p. 139-144.

Ebaugh, H. R. et J. S. Chafetz, 2000. Religion and the new immigrants. Walnut Creek, CA, AltaMira Press, 492 p.

Fortin, S., 2000. Pour en finir avec l'integration ... Document de travail, Montreal, Groupe de recherche ethnicite et societe et Centre d'etudes ethniques des universites montrealaises.

Fortin, S. et V. Piche, 2004. Un siecle d'immigration au Quebec: de la peur a I'ouverture. Communication presentee a la Conference Metropolis Atlantique.

Fortin, S. et J. Renaud, 2004. << Strategies d'etablissement en contexte montrealais : une diversite de modalites? >>, in J. Renaud, A. Germain et X. Leloup (dir.), Le racisme et la discrimination : permanence et resurgence d'un phenomene inavouable. Sainte-Foy, Les Presses de l'Universite Laval, p. 31-59.

institut de la statistique, 2002. Sante et bien-etre, immigrants recents au Quebec: une adaptation reciproque? Etude aupres des communautes culturelles 1998-1999. Quebec, Gouvernement du Quebec, 341 p.

http://www.stat.g[degrees]uv.qc.ca/publicati[degrees]ns/sante/pdf_c[degrees]mm_culturelles/c[degrees]mm_cult_98 99.pdf [c[degrees]nsulte le 5 avril 2007].

Martikainen, T., 2004. << Immigrant religi[degrees]ns and structural adaptati[degrees]ns >>, Zeitschrift fur Missi[degrees]nswissenschaft und Religi[degrees]nswissenschaft, v[degrees]l. 88, p. 264-274.

Mauss, M., 1950. << Essai sur le d[degrees]n >>, S[degrees]ci[degrees]l[degrees]gie et anthr[degrees]p[degrees]l[degrees]gie, p. 145-279.

M[degrees]ssiere, G., 2006. << F[degrees]rmer un cit[degrees]yen utile au Quebec et qui reg[degrees]it de ce pays: le r[degrees]le d'une c[degrees]mmunaute religieuse m[degrees]ntrealaise dans la traject[degrees]ire de ses membres >>, Diversite urbaine, v[degrees]l. 6, n[degrees] 1, p. 45-62.

Mullins, M., 1987. << The life-cycle [degrees]f ethnic churches in s[degrees]ci[degrees]l[degrees]gical perspective >>, Japanese J[degrees]urnal [degrees]f Religi[degrees]us Studies, v[degrees]l. 14, n[degrees] 4, p. 321-334.

R[degrees]y, [DEGREES]., 2002. L'islam m[degrees]ndialise. Paris, Editi[degrees]ns du Seuil.

Simard, M., 1996. << La p[degrees]litique quebec[degrees]ise de regi[degrees]nalisati[degrees]n de l'immigrati[degrees]n: enjeux et parad[degrees]xes >>. Recherches s[degrees]ci[degrees]graphiques, v[degrees]l. 37, n[degrees] 3, p. 439-469.

Statistique Canada, recensement du Canada, 2001. P[degrees]pulati[degrees]n t[degrees]tale sel[degrees]n les c[degrees]nfessi[degrees]ns les plus imp[degrees]rtantes, regi[degrees]n administrative du Saguenay-Lac-St-Jean. C[degrees]mpilati[degrees]n et traitement: Institut de la statistique du Quebec, 2003.

Tremblay, P.-A., M. Al[degrees]ns[degrees] et M.-C. Verschelden, 1997. << Le rapp[degrees]rt a l'autre au qu[degrees]tidien: deux exemples au Saguenay-Lac-Saint-Jean >>, in Vatz-Laar[degrees]ussi, M., M. Simard et N. Bacc[degrees]uche (dir.), Immigrati[degrees]n et dynamiques l[degrees]cales. Chic[degrees]utimi, Universite du Quebec a Chic[degrees]utimi, p. 179-201.

Vatz-Laar[degrees]ussi, M., 2002. << Refugies musulmans en Estrie: hist[degrees]ires, stigmatisati[degrees]ns et strategies >>, in J. Renaud, L. Pietrant[degrees]ni[degrees] et G. B[degrees]urgeault (dir.), Les relati[degrees]ns ethniques en questi[degrees]n. Ce qui a change depuis le 11 septembre 2001. M[degrees]ntreal, Les Presses de l'Universite de M[degrees]ntreal, p. 95-112.

Vatz-Laar[degrees]ussi, M., 2008. << Du Maghreb au Quebec: acc[degrees]mm[degrees]dements et strategies >>, Travail, genre et s[degrees]cietes, n[degrees] 20, p. 47.

Vatz-Laar[degrees]ussi, M. et P.-A. Tremblay, 1998. << Familles et immigrati[degrees]n regi[degrees]nale: integrati[degrees]n, cit[degrees]yennete [degrees]u at[degrees]misati[degrees]n? >>, C[degrees]llectif interculturel (revue de l'Institut de recherche et de f[degrees]rmati[degrees]n interculturelles de Quebec), aut[degrees]mne, p. 139-154.

Willaime, J.-P., 2003. << La religi[degrees]n: un lien s[degrees]cial articule au d[degrees]n >>, Revue du MAUSS, v[degrees]l. 22, n[degrees] 2003/2, p. 248-269.

Notes

(1.) Membre fondateur (1); membre converti (1); membre regulier (1); nouvel arrivant (1).

(2.) Prise de contact (1); activites rituelles (2); activite sociale (1); activite informelle (1).

(3.) Un recensement des lieux de culte a ete effectue au tout debut de la recherche afin de dresser un portrait global de la diversite religieuse du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

(4.) Notons que la presence musulmane dans la region est principalement le fait de l'immigration, car nous n'avons recense qu'une personne convertie.

(5.) Saguenay est situe a plusieurs centaines de kilometres au nord-est de Montreal (500 km) et de Quebec (200 km).

(6.) Les membres fondateurs de la mosquee estiment que le chiffre de 200 musulmans est nettement plus conforme a la realite actuelle etant donne que le dernier recensement remonte a 2001.

(7.) Bien que Statistique Canada tienne un recensement aux cinq ans, les donnees sur la religion ne sont mises a jour qu'aux dix ans.

(8.) Ces mouvements migratoires a l'exterieur de Montreal sont lies aux politiques de regionalisation de l'immigration mises sur pied par le gouvernement quebecois. Elaborees en 1988, ces politiques visent une repartition plus equilibree des apports economique et demographique de l'immigration (Simard 1996).

(9.) Sept des logements sont maintenant loues a des membres de la mosquee.

(10.) Nous avons note de nouveaux developpements lors d'observations effectuees ulterieurement. Etant donne que l'entente hypothecaire prenait fin et que l'Association devait renegocier une nouvelle hypotheque, les membres de la communaute, a l'initiative des fondateurs, se sont mobilises afin de mettre en commun, selon les ressources de chacun, le plus d'argent possible pour racheter l'hypotheque au lieu d'en contracter une nouvelle. Cet argent mis en commun prend desormais la forme d'un pret prive individuel sans interet.

(11.) La shahada (acte de foi), la salat (priere), le sawm (jeune), la zakat (aumone) et le hajj (pelerinage).

(12.) Depuis peu, l'un des membres volontaires ecrit lui-meme les preches en arabe et en frangais. Ces changements recents dans la maniere de partager les preches temoignent du desir de plusieurs d'inclure les fideles dont la langue maternelle n'est pas l'arabe. Cette tendance nous ramene aux travaux de recherche realises par Mark Mullins (1987) a l'interieur de groupes religieux issus de l'immigration aux Etats-Unis. Mullins rapporte qu'a l'arrivee, les migrants ont tendance a faire les preches dans leur langue d'origine pour ensuite tendre graduellement vers des preches bilingues (langues d'origine et locale). Ils finissent eventuellement par effectuer les preches uniquement dans la langue locale. Ce processus se deploie, toujours selon l'auteur, sur plusieurs generations. Ce modele, sans etre rigide ni present dans tous les cas, reflete neanmoins une tendance dans la maniere de presenter les sermons et d'accommoder les membres non arabophones qui frequentent la mosquee. Ces nouvelles donnees surgissent des entretiens et des observations effectuees ulterieurement. Elles n'ont donc pas ete traitees dans les analyses du present document.

(13.) Pour les deux prieres de la soiree (Maghrib et Ichaa), on ne voit souvent que de six a dix personnes se presenter a la mosquee.

(14.) Rupture du jeune a la fin du mois du ramadan. Fitr veut dire litteralement << arreter le jeune >>.

(15.) L'Aid el-adha / Aid el-kebir est la fete du sacrifice et rappelle le sacrifice d'Abraham.

(16.) A titre indicatif, le poids de la viande consommable d'un breuf varie entre 230 kg et 400 kg et peut nourrir en moyenne 10 familles pendant 4 mois, car d'autres viandes et poissons sont egalement consommes.

(17.) Il s'agit ici d'aborder l'integration comme un processus multiforme, qui renvoie aux dimensions economique et materielle (logement, choix de la ville, du quartier, travail), relationnelle et symbolique de l'etablissement, et qui tient compte de la dynamique de la societe d'accueil dans son ensemble (Fortin 2000 : 7).

(18.) Par symbolique, nous faisons reference a la reconnaissance sociale du groupe au sein de la societe (Fortin et Piche 2004).

(19.) Ce terrain se prolongera dans le cadre de notre projet de maitrise pour lequel nous realiserons des entrevues et des observations complementaires. Nos analyses pourront alors etre bonifiees et nuancees.
Table des matieres

Table des matieres               1
Introduction                     3
Presentation ethnographique de   5
la mosquee de Chicoutimi
Creation et structure du         5
groupe
Dogme, croyances et normes       7
Rituels et activites             8
religieuses
Dimension communautaire          9
Rapports ethniques              10
Rapports de genre               10
Dimension individuelle          11
Rapport a la societe globale    13
Evolution de la religion en     15
lien avec la migration
ROle de la mosquee en contexte  18
migratoire
Conclusion                      23
Bibliographie                   24
Biographie                      26
Notes                           26
COPYRIGHT 2010 Groupe de recherche Diversite urbaine
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2010 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

 
Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:Boucher, Yannick
Publication:Working Papers on Religious and Ethnic Diversity
Date:Jan 1, 2010
Words:7529
Previous Article:Le centre bouddhiste kankala de montreal: une etude ethnographique.
Next Article:Alimenter L'identite : Rapport De Terrain Dethnologie Culinaire Et Religieuse Au Sein D Une Pagode Bouddhiste Vietnamienne Au Quebec.

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2018 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters