Printer Friendly

Enseignement technique : engouement ou echec scolaire ?

La question des liens entre l'enseignement superieur et le monde du travail, est sans doute celle qui fait couler le plus d'encre, et suscite alors le plus de polemiques, car il est question d'enseignement superieur. Mais qu'en est-il pour l'enseignement technique ? Il serait aussi plus juste d'ailleurs, de parler de l'inadequation entre les debouches de l'enseignement superieur et les besoins du marche de l'emploi. Une meilleure comprehension entre ces deux poles, aident surtout a mettre le doigt sur la realite du probleme et sur cette perte d'engouement pour l'enseignement technique. Il serait toutefois injuste de ne pas admettre la grande mutation survenue au niveau de cet enseignement, notamment apres la fondation prevue de l'Organisme national pour l'enseignement technique et la formation.

Par Nevine Ahmed Il existe certaines caracteristiques et defaillances du systeme de l'enseignement en Egypte, qui sont susceptibles de causer certaines formes de dysfonctionnement dans le rapport au monde du travail. On ne saurait pas nier que l'enseignement technique, d'une facon particuliere, a fait l'objet de soins particuliers, au cours de la derniere periode, et voila que petit a petit, cet enseignement a retrouve sa place et s'est trouve valorise au sein de la societe.

Revolue ce regard pejoratif pour le technicien. Il s'agit plutot de savoir oE et dans quel domaine peut-on exceller. Une telle valorisation a touche les deux versants de l'offre et de la demande en enseignement, expliquent les experts. Du cote de l'offre, cet interet nouveau s'est manifeste dans le fait qu'on a finance l'enseignement technique, investi dans ses infrastructures et voila que l'Etat a assume un role preponderant et central pour sa diffusion.

Un budget special La fondation de l'Organisme susmentionne, le rend charge de suivre et de s'occuper de toutes les questions ayant trait a ce genre de formation, depuis la supervision technique et professionnelle, et jusqu'aux questions financieres. A cet effet, les experts appellent a l'augmentation des potentialites des ressources humaines et a consacrer un bon budget pour la fondation de ces complexes techniques, que ce soit pour l'enseignement technique pre ou post-universitaire.

Toutes les ecoles techniques, agricoles, industrielles et commerciales seront rattachees a cet Organisme national, qui constitue un grand elan sur la voie du reglement des problemes de l'enseignement technique en Egypte.

Les ecoles techniques delaissees Des responsables a l'enseignement technique ont revele que l'Egypte avait recu, il y a 12 ans, un don europeen estime a 40 millions de dollars pour la promotion et le developpement de l'enseignement technique, mais que malheureusement, le ministere de l'Industrie s'en est accapare, laissant les ecoles techniques s'enfoncer davantage. Ces responsables ont appele a accorder au nouvel Organisme prevu, des credits financiers pour l'achat de machines et pour moderniser les laboratoires et les chantiers.

Ayant longtemps endure injustice et negligence, les techniciens competents sont devenus des raretes a present, ce qui a contribue a la stagnation du developpement industriel. Des professeurs chevronnes, specialises dans le domaine de l'enseignement technique estiment, pour leur part, qu'il existe plusieurs obstacles entravant l'elan de cet enseignement. Premierement, la regression de la competence productive, soit-elle par les equipements et les machines ou soit-elle manuelle. A cet effet, la voie a ete ouverte devant les eleves pour exceller et obtenir des diplomes et parfois meme, faire des etudes superieures dans les domaines techniques, mais nous avons oublie d'etudier les besoins du marche du travail.

Manque de vision unifiee Deuxiemement, la disqualification des instances chargees de superviser l'enseignement technique. En effet, en Egypte, il existe 26 ministeres qui sont tous impliques dans l'enseignement technique. Neanmoins, aucune de ces instances ne s'interesse, proprement dit, a ce secteur, ni essaie non plus de creer cette sorte de collaboration avec les autres ministeres pour promouvoir le secteur. Finalement, un des maux de l'enseignement technique, c'est le fait de ne pas mettre en vigueur le systeme de qualite requis dans les ecoles techniques et dans la formation professionnelle.

D'oE donc l'idee de fonder un Organisme completement independant des ministeres pour se charger pleinement de tout ce qui a trait a l'enseignement technique, afin d'eviter la dualite des decisions et ainsi d'unifier les politiques de gestion pour la promotion du secteur.

Previsions enthousiastes En effet, l'Egypte possede des complexes technologiques regroupant des ecoles techniques differentes, a Mostorod, a Beheira et a Beni Soueif. Ces complexes sont charges de former une main d'oeuvre technique hautement qualifiee En principe, la creation d'instituts techniques intermediaires et superieurs, vise a former une main d'oeuvre qualifiee, capable de repondre aux besoins des differents secteurs de production, emanant du principe que pour effectuer un vrai developpement industriel et economique, il faudrait mettre le pays sur les rails de l'enseignement professionnel et technique. Partant alors de ces previsions enthousiastes, la proportion des eleves suivant un cursus secondaire professionnel a augmente jusqu'a atteindre les deux tiers du volume total des eleves du secondaire. Ces eleves se dirigent directement- a l'issue de leur cursus - soit vers le marche du travail, soit vers l'enseignement technique universitaire. Mais il faut avouer que meme si l'enseignement superieur souffre des travers, il faut evoquer qu'il demeure superieur a l'enseignement technique.

Critere errone de selection Mais au lieu de resoudre les problemes de l'enseignement superieur en Egypte, l'engouement pour l'enseignement technique a ajoute un probleme a ceux qui existaient deja. Ces instituts se sont, en effet, transformes en refuges pour eleves en situation d'echec scolaire dans le secondaire general, et plus particulierement pour les plus pauvres d'entre eux. De ce point de vue, les moyens faramineux exiges pour suivre un enseignement secondaire general agissent comme un critere de selection que ne peuvent remplir les eleves issus des milieux modestes.

Un des problemes des instituts techniques est donc d'accepter des eleves ayant un niveau particulierement bas. De plus, les enseignants de ces instituts manquent, la plupart du temps, des competences scientifiques et professionnelles requises. S'ensuit donc ce facheux constat : alors que beaucoup voyaient dans l'extension de ces instituts une solution pouvant permettre a l'enseignement de repondre aux besoins en main d'oeuvre qualifiee des secteurs de production et de services, il faut constater qu'au contraire ces instituts sont devenus un danger qui menace la qualite de l'enseignement et sa relation avec le monde du travail.

Copyright Eltahir House 2013

Provided by Syndigate.info an Albawaba.com company
COPYRIGHT 2013 Al Bawaba (Middle East) Ltd.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2013 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Le Progres Egyptien (Cairo, Egypt)
Date:Jun 12, 2013
Words:1036
Previous Article:Istanbul : La police reprend le controle de la place Taksim.
Next Article:Allemagne : Les inondations historiques en voie de stabilisation.

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2021 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters |